Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 18:00

Les électeurs ajacciens doivent retourner aux urnes le 25 janvier à la suite de l'annulation des élections municipales pour manœuvres frauduleuses. Le tribunal administratif s'est basé sur le grand nombre de procurations délivrées, surtout entre les deux tours, et dont beaucoup comportaient des erreurs troublantes.

 

Dans tout système électoral, les fraudes ont toujours existé  et la Corse a souvent été moquée pour en avoir connu de toutes les sortes.

Autrefois, les tentatives de manipulation étaient peut-être plus grossières. Ainsi, voici un siècle, Vico a connu un cas particulier: le sabotage à l'huile.

L'affaire est racontée dans le quotidien "La Croix" du 5 mai 1914. 

Sabotage à Vico

Il s'agissait, dans le cadre des élections législatives qui se déroulèrent dans toute la France le 26 avril 1914, de désigner le député d'Ajaccio.

Le complot échoua puisque la commission de recensement des votes accepta les "plus de 150 bulletins" tachés. De toute façon, s'ils n'avaient pas été pris en compte, le résultat final aurait été le même: le député sortant Dominique PUGLIESI-CONTI fut réélu dès le premier tour avec 79% des voix de la circonscription.

La carrière de ce député-maire d'Ajaccio et son combat électoral de 1914 ont été racontés dans l'article "Il y a cent ans: l'originalité poggiolaise", publié le 22 mai 2014.

"L'originalité" de Poggiolo résidait qu'il fut le seul village des Deux Sorru à avoir donné son meilleur score au candidat socialiste et non pas à PUGLIESI-CONTI. Si nos lecteurs s'en souviennent, un chiffre pouvait intriguer dans le tableau de chiffres alors publié.

Sabotage à Vico

Il est noté que 172 bulletins avaient été déclarés nuls à Vico. Ce sont bien les "plus de 150 bulletins" tachés. Mais ce tableau est paru dans le journal "Avanti" du 2 mai 1914. La commission n'avait pas encore pris la décision de compter ces enveloppes, décision qui est rapportée par "La Croix" du 5 mai.

Le désir de frauder pousse à faire preuve d'une forte ingéniosité. Mais, dans le cas de Vico en 1914, ce fut un coup pour rien.

Nous souhaitons aux électeurs d'Ajaccio un scrutin limpide et sans huile.

Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:09

Le centenaire du début de la première guerre mondiale a permis aux médias de s'étaler largement sur le grand nombre de morts, sur l'énergie des soldats, sur les combats sanglants, etc., etc..

Mais, si de nombreux villages perdirent alors leurs jeunes, ce ne fut pas seulement parce qu'ils périrent sous l'uniforme. 

 

UN CANTON PARTICULIÈREMENT SAIGNÉ

De nombreuses publications ont montré l'importance de "l'impôt du sang" versé par la Corse pendant la Grande Guerre.

Si l'on compte que, sur 40.000 mobilisés et 2.500 engagés volontaires, il y eut près de 11.000 morts, la proportion par rapport aux mobilisés atteint près d'un quart, contre 16,5% pour l'ensemble du pays.

On peut aussi rapporter le nombre de tués à la population totale. Le pourcentage est de 3,5% pour l'ensemble de la France. La Corse, quant à elle, déplora la disparition de 3,9% de ses habitants.

Sur la carte suivante, extraite de de "50 DOCUMENTS POUR UNE HISTOIRE DE LA CORSE", publication du CRDP de Corse, 50 cantons ont une moyenne de disparus supérieure à 3%. Mais les deux taches rouges correspondent aux cantons de SOCCIA et de Vezzano qui furent les seuls à dépasser les 6% de morts par rapport à la population totale.

 

Pourquoi les soldats ne sont-ils pas revenus?

Pourquoi ce triste record? Ce serait à étudier attentivement. Il est certain que, ainsi saignées, les communes de Sorru in Sù pouvaient difficilement se relever.

Mais ce ne fut pas tout.

LE NON-RETOUR DES SURVIVANTS

lDes lecteurs ont pu être surpris, en lisant l'article "Ceux qui en sont revenus", d'apprendre que Jean-Antoine FRANCESCHETTI, après sa démobilisation et son mariage, au lieu de s'installer à Poggiolo, alla travailler à Marseille pendant plus d'un tiers de siècle. Grâce à son grand-oncle, le curé Philippe Antoine FRANCESCHETTI (1840-1924), il avait pu suivre à Ajaccio des études un peu plus approfondies que les jeunes du village. Il pu ainsi avoir plus facilement un emploi dans l'administration municipale marseillaise. Dès juillet 1921, Jean-Antoine habita au 7 rue Méolan, près de la Canebière, puis, à partir de 1935, au 25 rue docteur Jean Sicard (actuelle rue Marx Dormoy). Il ne revint s'installer à Poggiolo qu'à sa retraite.

Son cas ne fut pas isolé. Quel que fut leur niveau d'instruction, de nombreux jeunes Corses, après avoir quitté l'uniforme, ne revinrent pas au pays.

Paul SILVANI avait décrit ce phénomène dans le quotidien "Le Monde" du 7 novembre 1998:

"Une grande partie des survivants ne regagneront pas leur ville ou leur village: ils ont pour la plupart gagné des galons et préféré rester dans l'armée ou entrer dans la gendarmerie, les douanes, la police, l'administration coloniale ou pénitentiaire.(...)

Ainsi tous ces Corses tournent-ils le dos à l'économie agro-pastorale de subsistance de l'avant-guerre, c'est-à-dire une vie rude, difficile et sans avenir. La découverte d'un monde nouveau et des perspectives qu'il ouvre à tous ces jeunes gens qui, sans la guerre, n'auraient probablement jamais franchi la mer en masse (...) augure à la fois de carrières prometteuses et du déclin de l'économie des vallées de l'intérieur. (...)

Les conscrits sont très nombreux à ne pas regagner leur île, où il n'y a pas de travail, à la fin de leur temps: 100% EN 1921 POUR LE CANTON DE SOCCIA, 50% dans ceux de Lama et Castifao. (...)

 La guerre de 14-18 constitue ainsi une étape décisive dans le processus de désertification rurale."

 

Notre concitoyen Xavier PAOLI l'a écrit pour Poggiolo dans son "Histoire abrégée du village avant 1914" que l'on peut consulter dans la rubrique "Pour nous connaître" de ce blog: 

"cet harmonieux équilibre entre la nature et l'homme, lentement et patiemment élaboré au cours des siècles, sera brutalement détruit en 1914.
Plus rien n'arrêtera alors la chute inexorable vers ce que nous connaissons actuellement."

Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 11:06

L'animateur de télévision Laurent Ruquier vient de susciter une avalanche de réactions hostiles après une mauvaise plaisanterie contre les Corses.

-----------

Publié sur le site http://www.corsenetinfos.fr/

      Il n'est plus à un dérapage près sur la Corse. En Avril de l'année dernière, il avait ironisé sur l'assassinat du directeur général des services du département de la Haute-Corse. En Mars 2011, il avait, déjà, montré la Corse du doigt après l'assassinat d'un maire un soir d'élections, soulevant des concerts de protestation et des interventions auprès du CSA. Samedi soir il a "remis ça"... Les réactions ont été immédiates et ne sont pas près de s'atténuer…

 
Laurent Ruquier : "Les extrémistes corses n'ont rien à envier aux terroristes islamistes"
Dans "On n'est pas couché " de ce samedi, dans sa rubrique le "Flop ten", Laurent Ruqiuer n'a pas pu s'empêcher d'ironiser, une fois de plus, sur la Corse à partir de l'exemple de cette banderole qui a été brandie la semaine dernière dans une tribune du stade de Furiani lors de la rencontre Sporting-PSG.
L'histoire de la banderole a, en effet, été classée septième à son "Flop ten" de la semaine. Rien de grave à cela si Ruquier n'avait accompagné son choix d'un commentaire - que d'aucuns mettront à l'actif de la liberté d'expression - qui a fait bondir plus d'un téléspectateur et  qui a aussitôt suscité une multitude de réaction sur les réseaux sociaux.

"Cette banderole a été déployée samedi dernier avant le match Bastia-PSG pendant l'hommage aux victimes des attentats, banderole sur laquelle on peut lire "Le Qatar finance le PSG et le terrorisme". L'avantage c'est que la banderole n'a pas trop choqué les joueurs du Paris Saint-Germain vu qu'il n'y en a que deux  qui savent lire le Français. Il faut d'ailleurs faire aussi l'effort de comprendre nos amis corses : ils sont jaloux eux. Quand ils font des attentats il n'y a pas 4 millions de personnes qui défilent dans la rue. Tout le monde s'en fout. En plus, les extrémistes corses n'ont rien à envier aux terroristes islamistes, ils peuvent même se prêter leurs cagoules, ça leur ferait moins de frais…" a ironisé Laurent Ruquier.
Tout le monde n'a pas apprécié et si Ruquier n'avait déjà pas beaucoup d'amis chez nous, après ce coup pas vraiment élégant, ils seront encore moins nombreux, non ?

-----------------------

Dans "Corse-Matin" de lundi 19 janvier, l'éditorial de Jean-Marc Raffaelli est particulièrement violent.

BÊTE ET MÉCHANT
Laurent Ruquier est un garçon intelligent, cultivé et drôle. Et, ce n'est pas incompatible, c'est aussi un gros con. Sa liberté d'expression est, en réalité, une débilité d'expression. On ne va pas en faire des tonnes sur sa stupidité car les réseaux sociaux, ces patinoires virtuelles glissantes propices à déraper, laissent libre cours aux commentaires froids ou hystériques.
Ruquier aime agiter des miroirs déformants où se reflètent ses énormités sensationnelles. C'est de fonds de commerce médiatique qui fait sa notoriété. La Corse y prend toute sa part, c'est une des terres fertiles où il sème ses graines acides, conscient et heureux d'en récolter les tempêtes. Sa dernière tirade est absurde, son amalgame radical avec les djihadistes indécent. C'est bête et méchant, c'est du mépris à mille lieux des transgressions jouissives d'un Cabu ou d'un Tignous.
Les paroles ne tuent pas comme une kalachnikov, mais elles blessent durablement ceux qui se trouvent sur le chemin de la ligne de mire. Elles ont transformé, comme ce fut le cas samedi soir, une émission captivante en plateau de médiocrité. Le flop de la semaine, c'est lui. Chez Ruquier, quand la Corse traverse son (mauvais) esprit, la bêtise vient en pensant.
Les Corses sont descendus massivement dans la rue pour scander leur rejet du fanatisme. Cette fois, gratuitement, dans le seul but de susciter auprès de son auditoire une approbation aussi facile que malsaine, un animateur les renvoie dans le caniveau. On espère, sans grande illusion c'est vrai, que cette corsophobie à la petite semaine va émouvoir un peu plus loin que notre propre territoire et un peu plus haut que nos propres élus. Car, sur le coup, on ne voit pas de différence significative entre un Ruquier et un Dieudonné.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 18:02
Salon du livre corse à Marseille

Les Corses et amis de la Corse de la région marseillaise vont, comme chaque année en janvier, se retrouver à la Maison de la Corse (69/71 rue Sylvabelle, 13006 Marseille) pour le Salon du Livre Corse.

Samedi 24 et dimanche 25 janvier 2015, de nombreux auteurs corses seront présents pour dédicacer leurs livres. Sont prévues des démonstrations culinaires, des conférences et une exposition de peinture (pour les détails, voir ci-dessous).

A ne pas manquer ! 

Cliquer sur l'image pour pouvoir lire le programme.

Cliquer sur l'image pour pouvoir lire le programme.

Samedi 24 janvier de 10 heures à 19 heures: ouverture au public de l'exposition-vente de livres corses et dédicaces d'auteurs avec l'association des éditeurs corses.

10 heures: démonstration culinaire par Vincent Tabarani, président de l'association Cucina Corsa.

14 heures: conférence: «Accompagnement financier des entreprises corses» par les responsables de Femu Qui.

15 heures: démonstration culinaire par Vincent Tabarani.

16 heures : conférence: «L'internement à Corbara en Corse de civils austro-allemands» par Simon Giuseppi.

 

Dimanche 25 janvier de 10 heures à 17 heures: ouverture au public de l'exposition-vente de livres corses et dédicaces d'auteurs.

 10 heures: démonstration culinaire par Vincent Tabarani.

14 heures: conférence: «Une page glorieuse de l'histoire de la Corse» par Sixte Ugolini.

15 h 30 : conférence: «La Corse et les Amériques» par Michel Vergé-Franceschi et Anna Moretti-Gnedina.

16 h 30 : tirage de la tombola (à gagner: deux billets aller/retour pour la Corse pour deux personnes et un véhicule offerts par la SNCM et La Méridionale ainsi que de nombreux lots offerts par nos exposants).

 

Samedi et dimanche

Stand de produits corses (Ionzu, coppa, figatellu, pâtisseries, confitures, vins, apéritifs, liqueurs et bien d'autres produits corses).

Tournage sur bois de stylos haut de gamme (présentés par Christian-Louis Mallet-EmmanuelIi).

Exposition du peintre Anna Grazi : «Le monde d'Anna Grazi» et exposition: «Résistance et libération de la Corse 1941-1943».

Dédicaces d'auteurs: Jean-Claude Beltramo; Marguerite Bourdet-Rosselini; Jean-Paul Ceccaldi; Berbard Cantie; Ivan Chiaverini; Paul di Giovanni; Marie-Hélène Ferrari; Rolande Giacometti; Simon Giuseppi; Jean-Pierre Lovichi; Anna Moretti-Gnedina; Jean-Pierre Nucci; Jean-Pierre Orsi; Marie Peretti-Ndiaye; JeanPierre Simoni; Sixte Ugolini; Michel Verge-Franceschi, etc.

 

Fédération des Groupements Corses de Marseille et des Bouches-du-Rhône - Maison de la Corse – 69/71, rue Sylvabelle. Bureau ouvert du lundi au vendredi de 14 h à 18 h.

Tél. 04.91.13.48.50.  Email: maisondelacorse@hotmail.fr 

Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 18:00

Samedi 17 janvier, une messe est prévue à 15 h à Guagno-les-Bains pour la fête de St Antoine Abbé.

Ce saint, qu'il ne faut absolument pas confondre avec Saint Antoine de Padoue, est appelé Antoine le Grand, Antoine d'Egypte, Antoine l'Ermite ou encore Antoine au cochon. Il est considéré comme le fondateur de l'érémitisme chrétien. Il serait né vers 251 et mort vers 356 à l'âge de 105 ans.

Il est le saint patron des vanniers, des fossoyeurs, des bouchers et des charcutiers.

Il est connu pour ses guérisons miraculeuse d'une maladie inflammatoire nommée "le feu de Saint Antoine", provoquée par l'ingestion de l'ergot de seigle, qu'il aurait lui-même subie. Pour cette raison, le feu figure généralement sur sa statue, associé au cochon.

Serait-ce à cause de ses vertus médicales qu'il est honoré dans la station thermale réputée pour la qualité de son eau sulfureuse?

Célébration de Sant'Antone Abbate
Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:33
Le crayon de Soccia

L'originalité du rassemblement pour la liberté d'expression qui s'est tenu à Soccia dimanche 11 janvier a été, en plus des dépôts de bougies (voir "L'hommage de Soccia"), l'érection d'un crayon géant. "Corse-Matin" revient aujourd'hui 14 janvier sur cette singularité.

Peut-on penser que, comme l'a écrit sur Facebook un commentateur enthousiaste, "Soccia a sa tour Eiffel" ?

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités Chez nos voisins
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 18:12

Dimanche 11 janvier après-midi, dans le cadre des manifestations qui avaient lieu dans toute la France pour défendre la liberté d'expression et rendre hommage aux victimes des récents attentats terroristes, les habitants de Soccia ont déposé des lumières devant le monument aux morts.

L'hommage de Soccia

De plus, a été érigé un crayon de 4 mètres de haut formé par un chataignier taillé. 

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités Chez nos voisins
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 07:08

Toutes nos condoléances aux familles OULIÉ et HERZ.

Deuil à Guagno-les-Bains
Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 06:05

Deux cent personnes se sont rassemblées à Vico samedi 10 janvier.

Le texte suivant a été lu au nom de la municipalité, présidée par François COLONNA.

Ce soir notre village, notre canton, s'associe au deuil national.

       Comme vous tous, je suis abasourdi et meurtri par les crimes qui ont frappé notre pays. Dans ces moments dramatiques, je suis, nous sommes, aux côtés des familles des victimes dont nous partageons la douleur.

Les événements de ces derniers jours ont mis à mal certaines de nos valeurs, et 17 personnes ont été assassinées. Lâchement assassinées pour avoir fait usage du droit à la liberté d'expression et à la liberté de conscience. 

Ces événements doivent mettre chacun de nous face à ses responsabilités pour défendre, tous ensemble, sans ambiguïté, et sans arrière-pensée, les principes qui fondent notre république laïque et combattre l’obscurantisme. 

La barbarie dont relève ces actes inqualifiables doit être condamnée sans appel tout en se gardant des amalgames. 

       Que tous sachent, que nul ne peut faire taire notre enthousiasme à porter ce message de  liberté, d'égalité et de fraternité !

 

Je terminerai en vous disant : 

N’ECOUTE PAS LES CONS, CHARLIE ON T’AIME… 

STA SERA SEMU TUTTI DI CHARLIE….

Photos J-P Fondeville
Photos J-P FondevillePhotos J-P Fondeville
Photos J-P FondevillePhotos J-P Fondeville

Photos J-P Fondeville

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités Chez nos voisins
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 17:55

Une cinquantaine de personnes étaient venues de tout le canton participer aux états-généraux du couvent, les 5 et 6 décembre dernier, sous la présidence de Vincent Gruber, Provincial de France des Oblats de Marie Immaculée, et de Jean-Yves Coeroli, vicaire général. Pour échanger et débattre, mais pas que: des ateliers de travail devaient remonter des questions et propositions concrètes, qui seront mises en place dès l'année 2015. Petit compte-rendu des différents carrefours.

L'atelier « lien social » 

   Les problèmes de lien social sont liés à la géographie du canton et la désertification des villages. On peut les résoudre au quotidien dans notre comportement de chrétien, et les prêtres en s'insérant davantage dans la communauté paroissiale.

   Participer aux événements locaux, personnaliser ies sermons, notamment pendant les obsèques, ouvrir les messes à toutes sortes de chants, créer une aumônerie pour les jeunes, identifier leurs centres d'intérêts, sont autant de pistes à creuser. 

L'atelier « précarité et famille » 

   Il existe plusieurs types de précarité:

      -de la mère de famille isolée aux retraités en rupture de lien social,

     -des familles extérieures au canton et marginalisées avec plus de suspicion que de compassion

     -aux toxicomanes, alcooliques, et chômeurs.

  Il serait envisagé de désigner une personne par village pour recenser les personnes en souffrance. Quant à la famille, la catéchèse locale ne doit plus être dogmatique, mais devenir une catéchèse d'animation, à tous les stades de la vie, et à toutes les occasions. Privilégier ies contacts avec les jeunes, et instaurer le dialogue avec les jeunes parents. 

L'atelier «accueil et spiritualité» 

   Ou «comment améliorer l'accueil missionnaire du couvent» (et non pas « au » couvent). Le souhait est que les prêtres aillent dans les foyers, visitent les malades et les personnes en difficulté. Qu'ils restent discuter après la messe, rencontrent les personnes de passage au couvent. 
   Mais la question se posait également de savoir ce que représente le couvent pour les jeunes du canton. Une enquête auprès d'eux cernerait leurs désirs, leurs centres d'intérêt, ... par le biais d'un questionnaire anonyme ou par contact direct. 
   Enfin, si la création d'un site internet du couvent a été de nouveau évoquée, il existe déjà Inseme qui est un outil indispensable et incontournable et peut devenir un véritable support pour la mission. 

L'atelier « couvent » 

   Cet atelier a eu à débattre de deux aspects:

     -le pôle culturel, animé par l'association des Amis qui organise des ateliers hebdomadaires (peinture, iconographie, cartonnage, scrabble), des conférences et débats de l'été, des soirées (couscous, pulenda, soupe corse). Et d'autre part ... 

     -le pôle économique, puisque l'association pour l'accueil, qui emploie trois salariées, accueille toute i'année des particuliers, familles et groupes.
   Le constat est que peu de gens de la région pensent à utiliser le couvent et ses nombreuses salles, que les jeunes sont cruellement absents, et qu'il n'y a pas de coordination entre les différentes associations. Par ailleurs, l'association pour l'accueil est gérée par un comptable du continent, et la structure pourrait être gérée plus efficacement. 

Les solutions à mettre en place:

  L'ouverture aux jeunes et l'harmonisation des associations pourra se faire avec l'utilisation des moyens actuels: la création d'un site internet dédié au couvent devient une évidence.

   Par ailleurs, un expert-comptable locai serait plus au fait des particularités régionales, et la restructuration des décisions prises par le conseil d'administration est nécessaire. 

En conclusion,

le Provincial et le vicaire générai se satisfaisaient de la réussite des états-généraux, qui ont amené des propositions non pas divergentes mais complémentaires. Citant un participant qui déclarait: «la démocratie, je ne l'ai pas trouvée dans l'état français et les partis politiques,mais c'est l'Eglise qui me l'a proposée au couvent!» Un groupe d'animation va lancer les commissions de travail dès le lendemain des fêtes, pour que ies propositions des Etats-généraux prennent vie dans les mois à venir. 

Enfin, la nouvelle communauté de pères a vu l'installation officielle de: 

* Jean-Pierre Bonnafoux en tant que supérieur du couvent, qui mènera conjointement sa mission de pastorale de la santé sur Ajaccio. 
* Aurélien Wengué trésorier 
* Joseph Thévenet administrateur des paroisses. 

 

Pascale Chauveau 

(article publié dans "Inseme" de janvier 2015)
 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

Le calendrier poggiolais

Fête de la Toussaint

Mercredi 1er novembre:

SOCCIA 11h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

ORTO 15h messe Toussaint et bénédiction du cimetière;

GUAGNO Les BAINS 16h30 bénédiction du cimetière

Jeudi 2 novembre:

SOCCIA 11h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

ORTO 15h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

GUAGNO 11h messe Défunts et bénédiction du cimetière;

POGGIOLO15h messe Défunts et bénédiction du cimetière;

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907