Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 20:08

 

On l'attendait et c'est devenu officiel: toute la Corse est sous le régime du couvre-feu.

 

La situation sanitaire est devenue préoccupante dans l'île avec une augmentation brutale des chiffres sur la situation sanitaire.

 

Pendant la semaine 42 (du 14 au 21 octobre), le taux d’incidence du Covid-19 a connu une très forte hausse (+131 %), passant de 84 pour 100 000 habitants à 204 pour 100 000 habitants.

 

L'Ouest Corse, dans lequel se trouvent les Deux Sorru, avait les chiffres les plus bas. Ils viennent de monter en flèche: le nombre de cas, qui était inférieur à 5, est passé à 8 et le taux d'incidence, en-dessous de 9, est maintenant supérieur à 100 pour 100.000 habitants.

 

Le seul territoire insulaire encore préservé est la Castagniccia, avec un taux inférieur à 50 pour 100 000.

 

Couvre-feu à cause d'une augmentation brutale

 

 

Il est possible de trouver plus de détails sur les cartes de GEODES Santé publique France.

Celle-ci, qui concerne la période du 12 au 18 octobre, montre que la commune de Vico-Sagone est très affectée avec un taux d'incidence dépassant 250 alors que Poggiolo (dont les limites sont dessinées en rouge) et les communes voisines ont moins de 10. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas appliquer les consignes de sécurité.

 

Couvre-feu à cause d'une augmentation brutale

 

Il est indispensable de prendre des précautions. “Corse-Matin“ de jeudi 22 octobre publie un entretien avec Marie-Claude Milhau, présidente de l’URPS (union régionale des professionnels de santé) infirmiers libéraux, qui pousse un cri d’alarme face à la circulation très active de la Covid-19 dans l’île. Elle pousse la population à agir pour éviter un couvre-feu qui semble inéluctable…

 

Est-ce qu’il n’est pas trop tard pour agir ?

Il faut faire comprendre aux jeunes de ne pas aller voir les grands-parents. Les habitants des villages qui ne se protègent pas doivent aussi comprendre que les gestes barrières sont vitaux. Ce n’est pas parce qu’il y a moins de monde qu’il faut relâcher ses efforts. On constate qu’il y a de plus en plus de clusters dans les familles, les bars… On se retrouve démunis. Nous sommes vraiment atterrés par les chiffres du Covid.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 12:59

 

 

 

 

Toutes nos félicitations.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 19:43

 

Et oui Poggiolo a eu une école !

 

Merci au blog de nous l'avoir rappelé à deux reprises ces dernières semaines par la photo de classe de 1905 et les photos de ses derniers instituteurs.

 

Enfant, j'ai eu la chance d'aller à l'école du village.

 

Le maître était Jojo ANTONINI, un véritable hussard de la république qui aux beaux jours nous emmenait herboriser dans le maquis. C'est grâce à lui que j'ai au cœur l'amour indéfectible de mon village. Il arrivait chaque matin sur sa moto pétaradante devant nos yeux émerveillés pour nous ouvrir au monde.

 

Qu'il lui soit rendu, comme à Samuel Paty et à tous les enseignants d'ici et d'ailleurs, un vibrant hommage.

 

N'est-ce pas Jules FERRY qui disait "De l'instruction nait la grandeur des nations" ?

 

L'ignorance fait le lit de la barbarie. Prenons garde: il n'y a aucune excuse à la barbarie.

 

 

Hélène–Pascale Dubreuil-Vecchi

 

 

Et oui Poggiolo a eu une école !

On voudra bien excuser la mauvaise qualité de cette photo parue dans "L'info U Pighjolu" d'octobre 2007. A côté de Jojo ANTONINI, se trouvent: Toussaint COLONNA, Antoine SECCHI, Jacques DEFRANCHI, Mélanie PASSONI, Ernestine MALACETTI, Marie BATTESTI et François PINELLI.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 17:00

 

 

Delphine FRANCESCHETTI, professeure d’histoire-géographie, et Yann Defontaine, professeur de physique, étaient à l’hommage rendu à leur pair assassiné ce vendredi. « C'est un acte lâche et barbare, parce qu’il montre bien qu’en faisant ça, ils veulent lutter contre notre société », estiment-ils. Au-delà, ils ont aussi été beaucoup touchés par le recueillement qui a réuni 300 personnes sur la place Saint-Arnoux, à Gap.
 
 
Publié sur le site  du "Dauphiné libéré" lundi 19 octobre 2020.
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 18:00

 

La Toussaint (1er novembre) et le jour des Trépassés (2 novembre) sont des moments importants où les familles pensent à leurs morts, particulièrement en Corse.

 

Pour nos villages, le calendrier des cérémonies a été publié. Comme le 1er est un dimanche et le 2 un lundi, un décalage a été nécessaire.

 

Attention, ce calendrier est celui affiché sur le site du couvent de Vico. Il comporte quelques différences avec le bulletin "Inseme" d'octobre.

 

On remarquera qu'il n'est pas prévu de messes à Poggiolo et Guagno-les-Bains mais seulement la bénédiction du cimetière.

 

Dommage !

 

 

Photo Michel Franceschetti

Photo Michel Franceschetti

 

 

Toussaint Samedi 31 octobre:

 

10h00 Bénédiction cimetière GUAGNO les BAINS       

15h00  Messe à GUAGNO  

16h00 Messe à ORTO     

       

17h00 Bénédiction cimetière POGGIOLO             

            

Toussaint Dimanche 1er novembre:

10h00 Messe à LETIA st MARTIN    

11h00 Messe à VICO   

11h00 Bénédiction cimetière LETIA st ROCH        

15h00 Bénédiction cimetière MURZO     

15h00 BALOGNA

 

Défunts Lundi 2 novembre:

11h00 Messe à SOCCIA

11h00 RENNO

11h00 Bénédiction cimetière ARBORI       

 

 

Les messes des 31 octobre, 1er et 2 novembre seront suivies de la bénédiction du cimetière.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 19:58

 

Ayons une pensée reconnaissante envers les instituteurs et les professeurs qui transmettent les connaissances aux enfants et leur  apprennent comment vivre en société.

 

 

Quelques instituteurs de l'école de Poggiolo: Xavier OTTAVI, Bernard PAOLI, Jojo ANTONINI, Angèle POMPEANI, Judith OTTAVI.

Quelques instituteurs de l'école de Poggiolo: Xavier OTTAVI, Bernard PAOLI, Jojo ANTONINI, Angèle POMPEANI, Judith OTTAVI.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 17:40
L'Ouest Corse encore à l'abri

 

Pour la quarante-et-unième semaine d'étude de la pandémie par l'ARS, la Corse connaît une nouvelle forte augmentation des taux d'incidence (passés de 42 à 88).

 

Les différences restent importantes entre les zones. L'Ouest Corse, dans laquelle se trouvent les Deux Sorru, garde les chiffres les plus bas avec moins de 5 cas et un taux d'incidence inférieur à 9 pour 100.000 habitants (merveille des statistiques car on est loin de compter un tel nombre d'habitants!). Un élément qui va inciter beaucoup à venir passer les vacances de Toussaint?

 

Mais il faut éviter Ajaccio où la croissance est forte.

 

Cliquer sur le document ci-dessous pour le lire plus facilement.

Publié dans "La Provence" de vendredi 16 octobre.

Publié dans "La Provence" de vendredi 16 octobre.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 17:56
Un maire sportif

Le Tour de Corse Historique qui vient de se dérouler a pu éveiller des souvenirs de compétitions passées.

 

Ainsi, le site de la mairie de Vico avait rappelé dans un article publié le 10 novembre 2016 que de nombreux jeunes des Deux Sorru ont participé à des épreuves sportives automobiles:

Notre région et le Rallye, c'est une belle histoire qui perdure depuis de nombreuses années. De nombreux pilotes et copilotes bien de chez nous en sont la preuve.....De Jeannot Canonici, Jacquot Pinelli, Néné Padrona, Roger et Jean Jacques Ceccaldi, Jean Laurent Pinelli, Françoise Arrighi, Robert Cianelli, Joseph Weathcroft, Jean Claude Leca, Pierre Cameron à plus récemment Laurent Rouquié, Ludovic Malatesta, Stéphane Rovina, François Padrona  (qui a déjà remporté l'Historique) , Jean François Poli, Mathieu Louis Passoni et Dumè Marcelli , " I nostri rughjoni" ont toujours été  bien représentés....

 

Oui, vous avez bien lu dans cette liste le nom de Jean-Laurent PINELLI.

 

Dans les années 80, plus exactement de 1981 à 1990, l'actuel maire de Poggiolo participa au Tour de Corse, Rallye de France, au volant d'une Renault 5 Alpine, puis d'une R5 Turbo et enfin d'une R5 GT Turbo.

 

Il existe des sportifs à Poggiolo.

 

Article paru en 1983.

Article paru en 1983.

R5 Turbo de Jean-Laurent PINELLI et Jean-Baptiste GIFFON au Tour de Corse 1985 (photo MJV 69, site http://forum-rallye.com).

R5 Turbo de Jean-Laurent PINELLI et Jean-Baptiste GIFFON au Tour de Corse 1985 (photo MJV 69, site http://forum-rallye.com).

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 06:53

 

Toutes nos condoléances.

Obsèques à Guagno aujourd'hui
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 17:59

 

La liste des 23 soldats poggiolais de 1870 publiée dans l’article précédent entraîne quelques observations sur leur situation et leurs actions pendant cette guerre franco-allemande. Les renseignements viennent des fiches des registres matricules entreposés aux archives de la Collectivité de Corse et dont les coordonnées (suivies de l'indication "Archives PUMONTI") ont été données dans l'article du 9 octobre.

 

 

 

 

SITUATION DES POGGIOLAIS DANS L’ARMÉE FRANÇAISE

 

Quand la guerre éclata en juillet 1870, douze d’entre eux étaient déjà sous les drapeaux, cinq comme engagés et sept comme appelés.

 

Juste avant le début du conflit, le conseil de révision exempta Jules DEMARTINI en qualité de soutien de famille et à cause de sa petite taille.

 

A l’inverse, par patriotisme, deux s'engagèrent pour la durée de la guerre: Jean Baptiste, dit Jules Baptiste, DEMARTINI le 14 août et Darius Jean VINCIGUERRA le 26 août.

 

Six Poggiolais partirent comme remplaçants de jeunes (des Bouches-du-Rhône, de Garonne ou de Gironde) ayant tiré un mauvais numéro mais dont les familles avaient pu payer la prestation prévue par la loi de 1855.

 

 

 

DANS QUELLES UNITÉS COMBATTIRENT-ILS?

 

La majorité (dix d’entre eux) furent placés dans l’infanterie (on disait alors «infanterie de ligne»).

 

Cinq participèrent à la guerre comme membres de la garde mobile.

Monument à la mémoire des Mobiles à Marseille (photo Michel Franceschetti).

Monument à la mémoire des Mobiles à Marseille (photo Michel Franceschetti).

 

Deux étaient dans la marine. Plus exactement, Antoine Mathieu DEMARTINI  était matelot depuis 1862, tandis que son frère Antoine DEMARTINI, enrôlé à Brest par erreur, avait été renvoyé dans ses foyers.

 

Deux furent infirmiers: Philippe MARTINI et Darius Jean VINCIGUERRA, déjà mentionné ci-dessus.

 

Il y eut aussi :

- un dragon: Antoine Albert François DEMARTINI

- un chasseur à cheval: Jean Baptiste DESANTI

- un fantassin de marine: François Xavier VINCIGUERRA

- Enfin, Pierre François DESANTI fut déclaré «bon pour le service» mais le registre matricule n’indique pas dans quelle unité il fut aiguillé.

 

 

 

LES POGGIOLAIS CONTRE LES ALLEMANDS ET CONTRE LES PARISIENS

 

Les renseignements manquent pour savoir à quelles batailles chacun participa, sauf pour Jean Baptiste PINELLI qui était à Metz dans l’armée de BAZAINE et pour Jean Baptiste FRANCESCHETTI dont le dossier de légion d’honneur permet de savoir qu’il reçut quatre blessures lors de la bataille de Gravelotte le 16 août 1870.

 

Ainsi, on ignore si les cinq gardes mobiles restèrent en Corse ou s’ils firent partie des 2.600 hommes qui embarquèrent à Ajaccio le 27 juillet et «qui, n’ayant jamais servi sous l’uniforme, devront être formés sur le continent», d’après ce qu’a écrit Jean-Pierre GIROLAMI dans «Settimana» du 18 septembre 2020.

 

illustration publiée dans «Settimana» du 18 septembre 2020.

illustration publiée dans «Settimana» du 18 septembre 2020.

 

Toujours est-il que trois Poggiolais furent prisonniers:

- Antoine Laurent DEMARTINI, décédé le 26 août 1870 à Pont-à-Mousson, ville prise le 14 par les Allemands (il semble avoir été le seul Poggiolais mort pendant cette guerre);

- Jean Baptiste PINELLI, capturé quand l’armée de Bazaine capitula le 29 octobre;

- Jean Baptiste FRANCESCHETTI, pris à la suite des blessures reçues à la bataille de Gravelotte.

 

 

Trois se battirent contre des Parisiens car ayant été affectés à l’armée du gouvernement de Versailles qui combattit la Commune en mai 1871:

-Jean Baptiste DEMARTINI

-Jean Martin DESANTI

-Jean Baptiste PINELLI, après qu’il eut été libéré de sa captivité le 14 mai 1871, comme 60.000 autres soldats à la demande d’Adolphe THIERS, chef du gouvernement, pour écraser les révolutionnaires.

 

 

 

LEUR IDENTITÉ

 

Les différences d’âge n’étaient pas grandes (neuf ans). Au début de la guerre, le Poggiolais le plus ancien, Antoine Mathieu DEMARTINI, né le 4 avril 1841, avait 29 ans. Les plus jeunes, nés en 1850, étaient au nombre de cinq.

 

Lors de la première guerre mondiale, il y eut 51 ans entre le plus ancien (Jean Baptiste PINELLI né le 21 août 1848) et le benjamin (François Antoine Noël DEMARTINI né le 24 décembre 1899) des «poilus» poggiolais.

 

Le nom de famille le plus présent parmi eux était DEMARTINI (9 représentants) avant DESANTI (5 membres). Il est curieux de s'apercevoir que le nom très courant de PINELLI n’ait été cité qu’une seule fois, alors qu’il est troisième dans les noms des soldats poggiolais de la guerre 1914-1918.

 

Pour les prénoms, dix-sept de ces soldats en avaient deux et un en avait trois. En les comptant tous, il y en a dix-huit différents. Le plus courant était Jean, cité douze fois, largement devant Baptiste, cité sept fois. En 1914-1918, les prénoms les plus courants furent Jean, François et Toussaint, Baptiste n’apparaissant qu’une fois. On peut remarquer un Polo et un Darius.

 

 

 

ET APRÈS LA GUERRE ?

 

Onze anciens combattants de 1870-1871 étaient encore vivants quand la première guerre mondiale se déclencha. L’un d’eux, Jean Baptiste DESANTI, né en 1850, connut même le début de la seconde. Il mourut le 8 octobre 1939, à 88 ans, un mois après la déclaration de guerre (3 septembre 1939).

 

Médaille commémorative de la guerre de 1870 (site www.loire1870.fr/.jpg)

Médaille commémorative de la guerre de 1870 (site www.loire1870.fr/.jpg)

 

Les combattants de 1870 furent oubliés. Les monuments qui leur sont dédiés sont rares. Orto est une des rares communes à avoir inscrit sur le marbre le nom d’un mort de cette guerre.

 

Une médaille commémorative ne fut instituée qu’en 1911. Combien de Poggiolais la reçurent-ils?

 

Comment étaient-ils considérés au village ?

 

Malheureusement, nous n’avons pas assez de renseignements pour répondre à ces questions.

 

En tout cas, l’existence de ces vingt-trois soldats prouve que, comme les autres villages corses, Poggiolo ne resta pas à l’écart de la guerre franco-allemande de 1870.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de juillet en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

Le marché de Vico:

Le mardi soir place Casanelli (place de la fontaine) de 19h à 23h

Le mercredi matin place de l’ancienne mairie de 9h à 13h

 

 

- à partir du 5 septembre, sortez vos sacs de déchets avant 8 h du matin.

- Dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907