Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2018 2 26 /06 /juin /2018 17:43
Un livre sur les Grecs de Paomia et les Corses

Communiqué de l'association Letia-Catena:

La très active association Letia-Catena prépare la diffusion d’un livre sur «Le conflit récurrent entre les communautés du Vicolais et la colonie Grecque de Paomia – Cargese. 1676- 1841».

 

Ce document retrace les affrontements successifs entre les communautés de Vico, Renno, Letia, Balogna, et la colonie, imposée par Gênes sur les terres de pacage et à céréales des villages de la montagne.

Ces faits s’étalent de 1676 à la révolution de quarante ans, l’arrivée des Français en 1769, la Révolution Française et la Corse Anglaise durant trois ans, de 1793 à 1796, avec le soulèvement des villages du Vicolais, un mois avant le départ du vice-roi britannique, et le retour des Jacobins en Corse avec les troupes du Général Gentili.

Divers documents  permettent d’évoquer les péripéties de ces affrontements jusqu’en 1841, où la colonie bénéficia successivement du soutien des autorités génoises, puis françaises,  grâce à la participation du bataillon grec à la répression génoises, puis à la conquête.

Bonaparte apporta avec sa famille un soutien à Marbeuf, marquis de Cargese, et à sa famille ainsi qu’à ses œuvres, c’est-à-dire l’installation de la Colonie en 1772.

Ce livre sera diffusé à la fin de l’été.

 

 

Site de l'association: http://letia-catena.fr

Adresse courrier: 26, boulevard Madame Mère, 20000 Ajaccio.

plaque posée sur l'église de Rondolino, à Paomia (photo Michel Franceschetti)

plaque posée sur l'église de Rondolino, à Paomia (photo Michel Franceschetti)

Partager cet article

Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 18:05

Les quatre maisons construites à Poggiolo entre 1879 et 1899 ont de nombreux points communs dans leur architecture, évoqués dans les articles précédents.

Leur situation dans le village est également particulière. 

Les maisons poggiolaises- 4: les notables et les routes

Elles sont placées entre les Case Suprane et le quartier Saint Roch.

Elles n'ont pas pris la place d'habitations plus anciennes car, comme le prouve le relevé cadastral de 1857, cette partie intermédiaire n'était pas encore habitée au milieu du XIXème siècle.

 

Les maisons poggiolaises- 4: les notables et les routes

 

La route départementale n'existait pas encore. Les quatre maisons qui nous intéressent bordent cette route. Elles ont certainement été placées pour profiter des avantages de la proximité avec la route dont les travaux ont été très longs.

 

Pendant des siècles, Poggiolo n'a été reliée à Soccia et Orto que par des sentiers partant de Saint Siméon. Pour rejoindre Guagno-les-Bains et Vico, le chemin débutait aux Trois Chemins.

L'image ci-dessous montre l'ancien cadastre sur lequel ont été placées les quatre habitations et, en rouge, la nouvelle route.

 

Les maisons poggiolaises- 4: les notables et les routes

 

Routes et "maisons de notables" ont provoqué un grand changement dans la structure du village. Les deux ensembles séparés ont été assemblés et la circulation qui était surtout nord-sud est devenue est-ouest, le long de la route. Le mouvement s'est accéléré à la fin du XXème siècle où les nouvelles maisons ont été installées en suivant la voie vers Soccia.

Elles se reconnaissent bien dans l'illustration suivante, qui utilise une vue photographique de Google Maps.

La lettre N a été placée sur les quatre maisons "de notables".

Cliquez sur la photo pour voir les détails.

Cliquez sur la photo pour voir les détails.

 

De Poggiolo aux Trois Chemins, toutes les constructions datent d'après 1950, sauf les numéros:

- 1: maison PASSONI

- 2: maison PAOLI (ex-LOVICHI)

- 3: maison dite "de Ceccantone"

- 4: maison DUBREUIL (dite "petit four")

 

Il reste une question: pourquoi la maison MARTINI, pourtant bien au bord de la route, lui tourne-t-elle le dos et a-t-elle son entrée principale du côté Saint Roch?

Certains descendants de Pierre MARTINI disent que, au moment de sa construction, en 1879, la route n'existait pas encore et que, quand le tracé devait être décidé, il fut demandé à "Muschino" s'il préférait que la route passât devant ou derrière la maison. La réponse fut: "derrière", choix dont la famille n'eut qu'à se réjouir, surtout quand on voit le flot quotidien de voitures vers le lac de Crenu l'été.

 

 

Muschino (photo Martini)

Muschino (photo Martini)

 

 

----------------------

Bien évidemment, si vous constatez des erreurs dans ce texte, vous pouvez en faire la remarque en écrivant dans la partie "Commentaires" sous cet article. 

Partager cet article

Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 12:57

Le gouvernement dit vouloir agir contre les "fake news", ce qui doit vouloir dire "fausses nouvelles" pour les gens ordinaires qui ne parlent pas le langage anglo-technocratique à la mode. Espérons que la liberté d'expression n'en sera pas victime.

Les contre-vérités et les erreurs non-intentionnelles ont toujours existé. Il faut savoir les débusquer.

Celle publiée par "Settimana", le supplément de "Corse-Matin", aujourd'hui vendredi 22 juin est aveuglante.

Dans la double page consacrée aux festivals de cet été en Corse, Sorru in musica estate 2018 est annoncé avec les bonnes dates de début et de fin (du 22 au 31 juillet). Mais le détail est complètement ahurissant.

 

Festival: attention à l'erreur!

 

Les dates publiées pour les spectacles sont :

lundi 21 juillet, mardi 22, mercredi 23 et le reste à l'avenant.

Or, en 2018, les véritables jours sont:

lundi 23 juillet, mardi 24, mercredi 25...

Le programme publié est celui de 2014 !

 

D'ailleurs, un élément important saute aux yeux: il est annoncé une soirée à Poggiolo. Or, depuis combien d'années Sorru in musica ne vient-il plus dans le village?

 

Ne vous inquiétez pas: le programme authentique va bientôt être mis à la disposition de chacun.

Partager cet article

Repost0
20 juin 2018 3 20 /06 /juin /2018 17:59

 Professeur d'histoire, Philippe FRANCESCHETTI a réalisé la biographie d'une trajectoire atypique de la résistance qui apporte une nouvelle fois la preuve des ambivalences de la période 1940-1944. Elle illustre l'importance qu'a pu revêtir la religion catholique - et ici Notre-Dame de la Salette - dans l'engagement résistant et plus particulièrement vichysto-résistant.

 L'auteur nous fera découvrir comment Antoine Mauduit a créé une communauté («La chaine») promouvant les valeurs de la Révolution nationale comme l'écologiste retour à la Terre, la moralisation de la nation et la mission de rechristianisation. Un résistant «catho-écolo-identitaire» qui fera basculer François Mitterrand dans la résistance après avoir été décoré de la francisque du Maréchal. Une histoire à découvrir.
 
 
Mercredi 27 juin 2018 à 20 h
au Graal, 377 avenue de la République, à Toulon.
Causerie de Philippe Franceschetti à Toulon

 

Le livre "Antoine Mauduit, une vie en résistance", est en vente aux Presses Universitaires de Grenoble (cliquer ICI)

Partager cet article

Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 18:00

Les riches familles poggiolaises construisirent à la fin du XIXème siècle quatre belles maisons entre les Case Suprane et la place St Roch. La maison de Marione a été montrée la dernière fois. Voyons les trois autres.

Contrairement à la précédente, elles sont occupées régulièrement.

Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables

 

Juste au-dessus de la maison de Marione, sur le terrain de Vignarella, se trouve celle de Bernard et Marie-Claude FRANCESCHETTI.

La maison de Marione à gauche et celle des Franceschetti à droite.

La maison de Marione à gauche et celle des Franceschetti à droite.

Elle fut construite en 1899 par leur arrière-grand-père Jean-Martin DESANTI (1846-1922), après qu'il eut reçu la Légion d'Honneur et pris sa retraite de sous-officier de carrière.

 

Jean-Martin Desanti décoré de la médaille militaire.

Jean-Martin Desanti décoré de la médaille militaire.

Deux articles de ce blog lui ont été seront consacrés:

Jean-Martin couche chez Leonore. 1/2 : LE SOLDAT

Jean-Martin couche chez Leonore. 2/2 : LA VIE FAMILIALE

 

Ses initiales (DJM: DESANTI Jean-Martin) sont gravées avec la date 1899 dans la pierre au-dessus de l'imposte.

Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables
Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables

 

En continuant la route, sur le côté gauche, se trouve la maison de la famille CECCALDI.

Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables

Là aussi, une porte à deux vantaux est surmontée d'une imposte métallique (alors qu'elle est en bois dans la maison précédente) au centre de laquelle se trouve la date de 1885. Les initiales N et C sont gravées de part et d'autre du demi-cercle.

NC signifie Noël CECCALDI. Né en 1850 et décédé en 1925, il fut forgeron et maire de Poggiolo de 1894 à 1901.

Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables

 

Juste après, en traversant la stretta, il y a la maison MARTINI. Mais, bizarrement, sur le côté de la route, il n'existe qu'une petite porte, sans date ni initiales, qui est en vérité la porte de derrière de cette maison.

Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables

 

L'entrée du bâtiment est de l'autre côté, avec la double porte et son imposte.

Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables
Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables
Les maisons poggiolaises - 3: les autres maisons de notables

Les indications habituelles (ici 1872 et MP) sont regroupées sur la pierre surplombant la partie haute de l'imposte.

MP signifie MARTINI Pierre. Surnommé "Muschino", il vécut de 1837 à 1907, eut huit enfants avec son épouse Antoinette DESANTI (1838-1908) et fut maire de Poggiolo de 1888 à 1894.

Comme aucune habitation n'existait à cet endroit auparavant, ses occupants furent surnommés "I Martini di a casa nova".

 

Mais l'énigme n'est pas résolue: pourquoi ces maisons ont-elles été construites à la même époque dans cette partie de Poggiolo?

Il s'y ajoute un autre mystère: pourquoi la maison MARTINI tourne-t-elle le dos à la route?

 

(à suivre)

 

En dehors de la première image tirée de Géoportail, toutes les photos utilisées dans cet article sont de Michel FRANCESCHETTI.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 10:07
Enterrement à Soccia

Avec nos condoléances.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 18:00
Inscrivez-vous pour le  trail

Le TRAIL A VICULESE organise le 24 juin à VICO deux courses:

- une de 14 km avec 1000 m de dénivelé, course qui fait partie du Challenge Découverte Alte Strade,

- une de 11 km avec 400 m de dénivelé, qui ne passe pas par la Cuma.

 

Il y aura aussi une marche solidaire pour l'association La Marie Do de 10 km avec 400 m de dénivelé.

 

Les inscriptions se font sur www.corse-chrono.fr

Attention: elles seront closes le 22 juin au soir.

 

Inscrivez-vous pour le  trail

Le parcours de cette belle course est décrite dans ce texte extrait du site https://altestrade.org:

 

 

Pas de changement pour les habitués. Le parcours essentiellement sur sentiers surplombe le village de Vico.

Le départ est donné de la place Casanelli, au centre du village, en direction du hameau de Chigliani par l’ancienne route.

Au sommet de la Pointe de Tragunato (768 m), courte pause pour les coureurs qui peuvent se ravitailler avant d’entamer un parcours

en ligne de crête avec un point de vue sur le village de Vico, le golfe de Sagone, lavallée du Liamone et la majestueuse Sposata.

C’est aussi un lieu chargé d’histoire où étaient positionnées les pièces d’artillerie pendant la seconde guerre.
La course redescend ensuite vers le col de St Antoine en direction du stade, avant d’affronter la seconde difficulté :
la montée vers A punta di a Cuma (904 m).

Une belle descente ombragée à travers la châtaigneraie mène les coureurs vers le hameau de Nesa, puis le couvent Saint-François.

L’arrivée est proche, encore une petite descente au terme de laquelle les coureurs traversent le ruisseau du Mangano pour remonter

vers le village et une petite boucle dans les ruelles, puis c’est l’arrivée sur la place centrale.

Les coureurs peuvent se détendre dans la fontaine avant de rejoindre la salle des fêtes pour un repas bien mérité.

Contacts :

06 84 81 40 00

poli_ange@orange.fr

http://facebook.com/trailviculese

Partager cet article

Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 18:01

Une série de quatre grandes maisons se trouve à l'entrée de Poggiolo. Leur construction a eu lieu pendant le dernier quart du XIXème siècle. Pourquoi à ce moment? Pourquoi sont-elles là?

 

Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione

 

En entrant dans le village (ce dont les touristes ne s'aperçoivent pas car le panneau d'entrée a disparu depuis bien longtemps) par le Fragnu, une grande maison se remarque en sortant du premier tournant à droite, à  Chioso a noce: la maison de Marione.

Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione

La date de 1886 et les initiales P et J qui l'entourent n'ont pas été gravées dans la pierre. Elles sont en fer forgé dans l'imposte placée au-dessus de la porte d'entrée.

Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione
Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione

L'école du village, qui a plusieurs fois changé de lieu, fut quelques années au rez-de-chaussée. La porte ci-dessous, à droite de la porte principale, aurait été l'entrée d'une classe.

Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione

Malheureusement, cette maison a été abandonnée depuis la mort de Marione, sa dernière occupante, voici plusieurs dizaines d'années, et elle se dégrade de plus en plus vite. Les portes tiennent difficilement et, l'une après l'autre, les fenêtres s'écroulent.

Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione
Les maisons poggiolaises - 2: la maison de Marione

Images désolantes qui ne sont pas spécifiques à Poggiolo. Elles se retrouvent partout où des héritiers n'arrivent pas à s'entendre pour régler la succession. La maison devient ruine.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 17:47

La plus vieille maison de Poggiolo est celle de la famille Pinelli, ainsi que l'a rappelé l'article précédent.

La date de 1702 gravée sur son linteau prouve cette ancienneté sans contestation. Cette maison fut construite soixante-six ans avant que la Corse devint française.

Quatorze habitations poggiolaises sont ainsi bien situées dans le temps.

Les maisons poggiolaises - 1: Case suprane

Si vous comptez bien, vous ne voyez que treize années de construction sur cette photo. Il manque le lieu nommé "maison de Ceccantone" qui est un peu plus loin que la fontaine du Lucciu, hors du cadre de ce cliché. Elle sera présentée comme les autres, à la fin de cette série d'articles.

Les maisons datées se répartissent dans tous les quartiers. Trois ont été édifiées au XVIIIème siècle, cinq dans la première moitié du XIXème, quatre dans la seconde moitié et une au XXème (deux en comptant celle de Ceccantone).

Cette série ne concernant que les logements, les autres édifices (fours à pain, chapelles, fontaines, caveaux) en sont exclus. 

 

 

MAISON 1787

Juste au-dessus de la maison Pinelli, on passe devant un petit bâtiment avec une date illisible.

Les maisons poggiolaises - 1: Case suprane

La montée prend un fort virage à droite pour arriver à un lieu marqué 1787. Il est même doublement marqué.

Les maisons poggiolaises - 1: Case suprane
Les maisons poggiolaises - 1: Case suprane
Les maisons poggiolaises - 1: Case suprane

En effet, deux entrées très proches ont cette même date, suivie, comme dans pratiquement toutes les inscriptions, de lettres évoquant la famille du constructeur. Les propriétaires actuels sont les familles TEYSSEDOU et PRINCE, descendants des DEMARTINI qui habitaient ici.

porte de droite
porte de droite

porte de droite

Le linteau de la porte de droite est plus lisible que celui de la porte de gauche mais l'année 1787 est bien apparente.

porte de gauche
porte de gauche

porte de gauche

 

MAISON 1834

 

Après être passé devant ces deux portes, on se trouve en face de la maison de la famille CHABROLLE, ancienne maison BARTOLI et plus anciennement maison DESANTI.

Au dessus de la porte d'entrée, on remarque une grosse pierre polygonale avec une croix et la date de 1834.

Les maisons poggiolaises - 1: Case suprane

En réalité, cette date est peu lisible. Anna-Maria LECA et Noelle MEDURIO, dans leur travail pour l'Université de Corte, ont réussi à prendre un cliché qui permet de décrypter un peu l'inscription. La dernière ligne semble comporter le nom de la famille DESANTI.

 

Agrandissement de la gravure, photo prise par Leca Anna-Maria et Medurio Noelle, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, http://m3c.univ-corse.fr/omeka/items/show/1099677.

Agrandissement de la gravure, photo prise par Leca Anna-Maria et Medurio Noelle, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, http://m3c.univ-corse.fr/omeka/items/show/1099677.

Cette grande maison pourrait avoir été construite en 1834 mais ce n'est pas une certitude. En effet, l'auteur de ces lignes se souvient que cette pierre se trouvait dans les années 1960 de l'autre côté de la terrasse, au bord de la stretta. Et Rose-Marie CHABROLLE affirme que son déplacement avait été une initiative de son père, le docteur BARTOLI. L'inscription se trouvait sur un four à pain aujourd'hui détruit.

Alors, maison construite avant, en même temps ou après ce four?

 

Des détails supplémentaires sur cette énigme sont à lire dans l'article
"QUE SONT DEVENUS LES FOURS DES CASE SUPRANE ?" publié le 28 juin 2015

 

En dehors de la première image qui a utilisé Géoportail et du cliché réalisé par Anna-Maria LECA et Noelle MEDURIO, les photos viennent toutes de Michel FRANCESCHETTI.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 17:49

La fête de la musique aura un aspect particulier à Soccia.

Un concert de saxophone sera organisé samedi 16 juin en hommage à Patrick JULIEN décédé tragiquement le 4 novembre dernier. Patrick jouait dans ce groupe.

Venir écouter ce concert sera un moyen de penser à lui.

A l'issue du concert, un méchoui sera proposé à 20 heures par le comité des fêtes. Participation: 25 €. Réservation obligatoire au 04-95-28-33-18.

Une fête de la musique pour Patrick Julien

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907