Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 18:00

La sixième édition  de A Testa di a Natura qui s'est tenue à Vico le 27 mai a connu un réel succès qui ne peut qu'inciter à continuer l'entreprise.

Pour avoir une idée de cette manifestation, vous pourrez lire le texte du compte-rendu de Pascale CHAUVEAU paru dans "Corse-Matin" du 28 mai.

Le thème principal de cette année était la permaculture, méthode de production qui respecte l'environnement. Elle est expliquée par Jean-Yves TORRE dans le reportage diffusé dans l'émission Corsica Sera, en suivant le lien présenté en fin d'article.

VICU

A Festa di a Natura promet de s'inscrire dans la durée

 

PASCALE CHAUVEAU

Avec un nombre record d'exposants, des animations inédites et variées, et une météo enfin clémente, la 6e édition d’A Festa di a natura a tenu ses promesses, hier, attirant quelque deux mille visiteurs dans les rues de Vico.

Habituellement établie entre les deux places du village, la foire s'est étendue cette année jusqu'à la salle polyvalente de la mairie. "Le nombre d'exposants a triplé cette année et les records d'affluence sont battus", se félicite François Paoli, président de l'association A Natura, qui a eu recours à un système de rotations de navettes, mises à disposition par la mairie, pour acheminer les visiteurs du parking du stade jusqu'au cœur du village. Un succès qui repose sans doute en partie sur la récente adhésion de la manifestation à la Frac Corsica (Fédération des foires rurales agricoles et artisanales de Corse), gage de qualité des exposants.

Les femmes-artisans en première ligne

Dans ce vaste marché, on trouvait les producteurs habituels, connus et réputés pour leur miel, leur charcuterie ou leurs fromages, les artisans qui profitent des foires et marchés pour sortir de leur atelier et présenter leurs créations, ainsi que les stands associatifs de ceux qui sont là pour partager leur passion.

"Quand vous faites travailler un artisan, vous achetez plus qu'un service : vous achetez des centaines d'heures d'échecs et d'expérimentations, de frustrations et aussi des moments de joie. Plus important, vous achetez à l'artisan plus de temps pour lui permettre de vivre sa passion." Ce beau texte est apposé près du stand d’Alix Jauffreau, la seule femme artisan sellier de Corse. Comme elle, d'autres femmes sont passées maîtres de leur savoir-faire.

A l’image de Coralie d'Amore, qui s'est installée cette année comme artisan savonnier à Vico. Sur son stand, elle arbore fièrement l'attestation "slow cosmétique" (l'équivalent du guide Michelin des cosmétiques), qu'elle a décrochée au terme de sa première année d'exploitation pour ses produits écolos, naturels, et respectueux des 80 critères imposés par la charte.

Parmi les femmes qui exposent, on trouve aussi Jena, spécialiste des décors en trompe l'œil, qui crée des dessins qu'elle fait imprimer sur du tissu, vendu au mètre ou avec lequel elle confectionne des robes, sacs, ou petits coussins.

Et il y a aussi Cécile Grimaldi, qui a réussi le pari audacieux d'installer son atelier de joaillerie à Poggiolo. Elle parcourt inlassablement les foires et marchés de Corse où elle a assis sa notoriété.

Un peu plus loin, le club du cursinu est là pour la première fois. Une dizaine de chiens ont été confirmés et ont pu passer le test de sociabilité sur la foire. En face, les passionnés du club d'écriture de Vico partagent avec les visiteurs leur passion des mots, entre portraits chinois, acrostiches, tautogrammes (tous les mots d'un texte devant commencer par la même lettre ou syllabe) et lipogrammes (une lettre est bannie).

Ailleurs, encore, on s'initie à l'art de la vannerie, avec le foyer rural di a Riventosa. Tandis que d’autres découvrent la centaine d’objets réunis par Jean-Claude Morati, tous témoins d'un temps révolu.

Une belle ambiance, à la clé, que la présence d’Eva Colas, Miss Corse 2018 et première dauphine de Miss France, et le concert attendu de Jean-Claude Buteau et Aurélien Amet avec leur groupe Primura n’ont fait que rehausser.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 17:25

La devinette du mois vous demandait laquelle, parmi les vieilles maisons de Poggiolo, est la plus ancienne et quelle est sa date de construction.

 

Plusieurs vieilles bâtisses du village portent une date gravée au-dessus de leur porte d'entrée. Beaucoup sont du XIXème siècle, d'autres du XVIIIème.

Solution de la devinette du mois: la plus ancienne maison de Poggiolo
Solution de la devinette du mois: la plus ancienne maison de Poggiolo

 

On ne sera pas surpris d'apprendre que la doyenne est la maison PINELLI, aux Case Suprane, car cette famille est une des plus anciennes du village, et peut-être même la plus ancienne.

Quelle est donc sa date de construction?

 

 

Solution de la devinette du mois: la plus ancienne maison de Poggiolo

Au bord de la streta, sur la façade où se trouvent les portes d'entrée de cette maison, aucune date n'est visible.

Dans leur inventaire du patrimoine bâti du canton (consultable sur le site de la Médiathèque Culturelle de la Corses et des Corses), Noëlle MEDURIO et Anna Maria LECA ont pourtant noté la présence d'"un linteau gravé donnant une datation (1702)".

Mais elles n'ont pas précisé de quel côté est ce linteau.

D'ailleurs, l'ancienneté du bâtiment est encore plus grande si l'on en croit la brochure sur les PINELLI écrite voici plusieurs années par Toussaint PINELLI.

On y lit:

"Les PINELLI entreprennent dans la première décennie XVIIème siècle la constrution à Poggiolo de leur maison familiale sur un mur de laquelle on peut remarquer, gravée dans le granit, la date de 1610 (partie appartenant actuellement à nos cousins PINELLI qui l'occupent).

Cette première construction fut agrandie ultérieurement pour satisfaire à l'accroissement familial et atteignit ses dimensions actuelles dès l'année 1702 (date gravée sur la façade est)."   

Mais il y a une erreur: la date 1702 se trouve sur la façade OUEST, ou plus exactement SUD-OUEST, du côté appartenant à Ernestine.

Cliquer pour agrandir l'image.

Cliquer pour agrandir l'image.

Solution de la devinette du mois: la plus ancienne maison de Poggiolo
Solution de la devinette du mois: la plus ancienne maison de Poggiolo

Si la date est lisible, le reste de l'inscription est vraiment indéchiffrable. Mais le doute n'est pas permis: la maison PINELLI est la plus ancienne de Poggiolo.

 

A la suite de partage d'héritage, la maison est maintenant divisée en deux. Dominique PINELLI et sa sœur Félicie, descendants directs des premiers bâtisseurs, habitent toujours la partie la plus ancienne, celle de 1610, dont la porte est bien placée du côté EST, ou plus exactement NORD-EST. Mais la pierre portant cette date a disparu lors de travaux.

Merci à Dumé pour ces renseignements.

Dominique Pinelli.

Dominique Pinelli.

-----------------

Cet article a déjà été publié le 3 octobre 2017.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 06:46
Obsèques de la victime de l'accident du 2 juin
Obsèques de la victime de l'accident du 2 juin
Obsèques de la victime de l'accident du 2 juin

Partager cet article

Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 06:55

Les villages du haut-canton vient d'être endeuillés par un drame qui s'est déroulé près du col de Sorru à l'occasion d'un mariage.

Le Blog des Poggiolais adresse ses condoléances aux familles concernées.

Ci-dessous, l'article de "Corse-Matin" qui relate les faits.

----------

Une dame de 72 ans tuée dans un accident près de Murzo

Un dramatique accident de la circulation s'est produit ce samedi après-midi, aux alentours de 16h15, sur la commune de Murzo, au niveau du col de Sorru, provoquant un vif émoi à travers toute la micro-région et bien au-delà.

Dans des circonstances que l’enquête de la gendarmerie de Vico devra élucider, une voiture a quitté la route et chuté dans un ravin, avant d’être stoppée par des arbres environ trois mètres plus bas.

En dépit de l’arrivée rapide des secours - parmi lesquels une équipe du Samu 2A et des pompiers des casernes de Vico, Piana et Casaglione - une dame âgée de 72 ans, originaire de Soccia, est décédée sur les lieux dans l’heure qui a suivi.

Tragédie supplémentaire, le véhicule accidenté appartenait à un convoi se rendant à un mariage civil à Soccia, village d’où est également originaire la mariée.

Cette dernière, qui suivait le convoi dans une autre voiture, se trouvant par ailleurs être la nièce de la victime.

La voiture accidentée transportait aussi un couple d’une cinquantaine d’années, respectivement le conducteur et la passagère avant.

Souffrant, selon les premières constatations, de traumatismes crâniens, tous deux ont dû être désincarcérés du véhicule avant d’être évacués vers l’hôpital d’Ajaccio à bord de l’hélicoptère de la gendarmerie. Alors que la circulation était interrompue pour permettre l’intervention des secours, la terrible nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre à travers le canton jusqu’au village de Soccia, où de nombreux invités de la cérémonie attendaient en vain l’arrivée du convoi. Un convoi endeuillé par le sort, qui a malheureusement tiré un voile de stupeur et de chagrin sur ce qui aurait dû être un jour de fête. En ces tristes circonstances, Corse-Matin s’associe à la douleur de la famille et des proches et leur présente ses sincères condoléances. 

L. F.
 

Partager cet article

Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 18:00
La devinette du mois: la plus vieille date

Plusieurs entrées de maisons de Poggiolo sont surmontées par une date gravée dans la pierre. La date de construction est ainsi montrée à tous. 

Parmi ces inscriptions, laquelle est la plus ancienne? Quelle date donne-t-elle?

Où est cette maison?

 

La solution pour très bientôt.

Partager cet article

Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 17:49

S'il est dans le gouvernement actuel une personne particulièrement horripilante et énervante, c'est bien Marlène SCHIAPPA, secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes.

Il est indéniable que sa personnalité est forte et qu'elle ne ménage pas sa peine, avec parfois des initiatives ou des déclarations très clivantes.

En dehors de ces qualités (ou défauts, selon le point de vue de chacun), il lui est reconnu un certain talent littéraire. Et, surtout, elle a une grande qualité, c'est d'être d'origine corse.

Elle ne manque pas de le rappeler, comme dans cet extrait d'entretien paru le 31 mai 2015 sur Paris sur la Corse, le site de la "Corse qui bouge et entreprend", et repris par Corse Net Infos le 17 mai 2017. Nous avons volontairement mis en valeur la dernière phrase.

J’ai passé tous les étés en Corse jusqu’à l’âge de 17 ans. A la fois dans le hameau de mes arrière-grands-parents, dans la commune de Sotta et à Ajaccio chez mes grands-parents. Plus ponctuellement autour de Vescovato, Venzolasca et dans la Castagniccia d’où venait la famille de mon grand-père. Après le bac je suis partie vivre quelques mois à Bastia. J’ai fait le tour de la Corse plusieurs fois et j’ai découvert les calanques de Piana, la région de Corte et de la Restonica, que j’adore.

LA CORSE C'EST PLUS QU'UN LIEU; C'EST QUELQUE CHOSE QUI NOUS HABITE OÙ QU'ON VIT.

Choisir Marseille ou la Corse ?

 

 

Du coup, comme dans beaucoup de familles installées sur le continent, se pose chaque année la question de savoir si les vacances d'été se passeront ou non en Corse.

Marlène SCHIAPPA évoque cette discussion dans son dernier livre ("Si souvent éloignée de vous, lettres à mes filles") avec un passage justement relevé par Patrick COULOMB sur la page littéraire de "La Provence" de dimanche 20 mai.

 

 

Mes filles, mes enfants, chaque printemps votre père et moi avons le même débat. Je veux passer l'été en Corse. Il veut passer l'été à Marseille. J'argumente: en Corse, les plages sont les plus belles du monde, les filles peuvent apprendre parler corse et sortir en toute sécurité, on mange des beignets à la brousse. Il réplique: à Marseille il y a les calanques, le MUCEM, une grande FNAC, les matchs au Vélodrome et le restau-plage de la corniche Kennedy. Je relance: Ajaccio a deux clubs en Ligue 1 (sic), la bibliothèque Fesch est climatisée et on peut aller à la plage Saint-François à pied (...)

J'ai besoin d'aller en Corse comme un malade a besoin de son masque d'oxygène (...) 

Partager cet article

Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 17:57

La cunfraternita di u Padre Albini était présente aux obsèques du Père DOAZAN vendredi 25 mai comme elle est présente à tous les événements religieux importants des Deux Sorru.

La fraternité est toujours présente

Cette photo montre un moment de la messe à la mémoire du Père ALBINI lors du pèlerinage du 20 mai dernier.

Elisabeth BERFINI, prieure de la confraternité, est en train de faire une lecture. Devant elle, une carte réalisée par les enfants du catéchisme et montrant les différents déplacements du Père en Corse.

 

Oui, la fraternité est toujours très active.
 

La fraternité a également participé à l'office des ténèbres du Jeudi Saint à Orto et ceux qui ne sont pas venus ont râté une très belle cérémonie.

 

Auriez-vous envie d'en faire partie?

 

La fraternité est toujours présente
La fraternité est toujours présente
La fraternité est toujours présente
La fraternité est toujours présente

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 13:59
Le Père Louis Doazan, une vie bien remplie

Tous ceux qui ont connu le Père DOAZAN, et même ceux qui ne l'ont pas approché, seront intéressés par l'article détaillé de Patricia CHAUVEAU dans "Corse-Matin" d'aujourd'hui vendredi 25 mai.

 

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Le Père Louis Doazan, une vie bien remplie
Le Père Louis Doazan, une vie bien remplie

Partager cet article

Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 15:36
Avec le décès du Père Doazan, la Corse perd un de ses grands amoureux

 

Le Père Louis Doazan, OMI, nous a quittés dans la nuit du 23 mai 2018.

 

Ses obsèques auront lieu Vendredi 25 mai 2018

à 16 heures dans l'Eglise du Couvent Saint François de Vico.

 

Que Dieu de Tendresse l'accueille dans sa demeure éternelle!

 

(annonce publiée sur le site du couvent de Vico)

 

 

Le Père DOAZAN n'était pas Corse mais, dès son arrivée en 1951 à Ajaccio où l'ordre des Oblats de Marie Immaculée l'avait envoyé, il tomba littéralement amoureux de cette île et de son peuple. Il fit un travail considérable de documentation sur les traditions corses et rassembla un grande quantité d'objets qui sont la base principale des collections du Musée de Corte.

Nous reproduisons ci-dessous le texte du site du Musée qui le présente.

Après une vie bien remplie, il s'était retiré au couvent de Vico.

Parmi ses publications, il faut citer "Monnaies corses du XIIIe au XVIIIe siècle" (Editions Alain Piazzola, 2008), "Le couvent Saint François de Vico" (Editions Alain Piazzola, 2001), indispensable pour connaître l'histoire de ce couvent, et sa contribution, intitulée "Présence de religieux à Vico", dans l'ouvrage collectif "Vico Sagone, regards sur une terre et des hommes" (Editions Alain Piazzola, 2016).

Et de nombreux habitants des deux Sorru et des Deux Sevi se souviennent de son esprit pétillant et de la foi qui l'animait.

Avec le décès du Père Doazan, la Corse perd un de ses grands amoureux
Avec le décès du Père Doazan, la Corse perd un de ses grands amoureux

Natif de Lourdes, le révérend père Louis Doazan vient en Corse en 1951. Il est alors âgé de 26 ans. Il est nommé professeur de sciences naturelles au petit séminaire d’Ajaccio, tenu par les pères Oblats de Marie depuis 1836. Il y crée un centre de documentation pédagogique et un musée scolaire constitué par les objets et spécimens collectés par ses élèves.

Nommé en 1970 curé de La Porta d’Ampugnani, il aménage dans les salles du presbytère un musée privé ouvert au public. En 1972, il a constitué une importante collection d’objets dont il fait don à l’Etat sous réserve qu’elle soit exposée en Corse.

De 1973 à 1978 il est déchargé provisoirement de son ministère et le musée national des Arts et Traditions populaires lui confie une étude approfondie sur le pastoralisme. C’est à cette période qu’il rassemble dans 64 cahiers d’ethnologie, les commentaires, les photographies et les croquis constitués au cours de ses nombreuses enquêtes de terrain. Ces cahiers sont indissociables des 3000 objets collectés auxquels ils se réfèrent.

Après avoir été présentée au domaine des Milelli à Ajaccio dans l’attente de la création d’un musée, la collection est, conformément au souhait du père Doazan, déposée en 1997 au musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Elle est composée d’environ 3000 objets et ensembles d’objets provenant principalement de Castagniccia, Balagne, Niolu, des régions de Vico et d’Ajaccio : différents lieux dans lesquels il a enseigné, exercé on sacerdoce ou choisi de travailler. Cette collection d’ethnologie rurale et d’art populaire, dont les pièces les plus anciennes datent du XVIIIe siècle, est représentative des modes de vie, des pratiques religieuses, des croyances populaires, de la Corse rurale et pastorale du milieu du XXe siècle.

(extraits du site du Musée de Corte)

 

 

Avec le décès du Père Doazan, la Corse perd un de ses grands amoureux
Avec le décès du Père Doazan, la Corse perd un de ses grands amoureux

Partager cet article

Repost0
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 18:03

Les deux journées consacrées à la mémoire du Père ALBINI ont rassemblé 150 pèlerins  à Vico. Cette année, pour célébrer l'apôtre de la Corse, qui mourut au couvent le lundi de Pentecôte en 1839, le Père Louis LOUGEN, supérieur général des oblats de Marie Immaculée, avait fait le déplacement.

Il est au centre de cette photo.

En Corse, loin de la mondialisation

En cliquant sur l'extrait de journal ci-dessous, vous pouvez lire le texte de l'entretien accordé par le Père LOUGEN à Pascale CHAUVEAU et paru dans "Corse-Matin" du mercredi 23 mai.

Il fait le point sur l'évolution du nombre des vocations et explique comment combattre la désaffection envers l'Eglise. Il conclue en disant avoir été émerveillé par sa découverte de la Corse où "les gens sont extraordinaires" et où il a ressenti "une culture particulière, loin de la mondialisation".

En Corse, loin de la mondialisation

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907