Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2019 1 10 /06 /juin /2019 17:56

Des articles précédents ont porté sur les difficultés à être soigné dans nos villages. Chacun sera donc intéressé par la nouvelle organisation du cabinet médical de Sagone-Vico mise en place depuis le 1er juin.

 

 

extraits du bulletin "Inseme"
extraits du bulletin "Inseme"

extraits du bulletin "Inseme"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 18:00

Jean-Yves TORRE, qui est connu à Vico et en Corse pour son ardent militantisme, vient de lancer un appel pour financer un document-film qui lui tient à cœur:

 

"Nous vivons dans un système très cloîtré, avec des cases; si vous n'êtes pas réalisateur vous ne pouvez réaliser, si vous n'êtes pas écrivain vous ne pouvez pas écrire, etc... Je suis un modeste paysan qui a envie de cultiver au-delà de la Terre... et ouvrir des sillons pour y semer des graines d'images, de mots et de notes de musique...

Alors, têtu que je suis, je voudrais aller au bout de ce projet, un peu fou, mais réaliste".

 

Son projet est un film documentaire qui "sera un mélange de poésie, de fiction, de réalité et d'utopie. Ce sera une autre forme de militantisme pour moi, faire témoigner par le regard de la caméra celles et ceux qui font vivre la Terre. Je suis parti d'un vieux slogan qui clamait "pas de pays, sans paysans", ce slogan est encore plus d’actualité à l'heure ou ceux qui nourrissent les peuples sont en train de disparaître, comme la biodiversité qui peuple notre planète".

 

 

Pour avoir une idée de ce que sera ce film, une bande-annonce (teaser en dialecte mondialiste) est visible sur le site Vimeo. Plusieurs entretiens avec des paysans montrent les difficultés de l'agriculture et les moyens possibles pour la faire revivre.
 
 
Renseignements:
Jean-Yves TORRE
L'Aliva
20160 VICO
Tel: 04 95 26 69 72 / 06 32 97 67 31
 
 
Vous trouverez ensuite un lien pour un reportage reproduit sur ce blog en mars 2016 qui explique les conceptions de Jean-Yves TORRE en matière d'agriculture corse.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2019 4 06 /06 /juin /2019 18:00
Cinquante jours après Pâques

Il faut attendre cinquante jours après Pâques pour arriver au dimanche de Pentecôte. 

Cette fête est importante pour les chrétiens car elle célèbre la venue de l'Esprit Saint sur les apôtres, leur donnant ainsi la force pour aller convertir le monde.

Dans les Deux Sorru, contrairement à d'autres parties de la Corse, il ne semble pas exister de traditions particulières à Pentecôte. Mais, si certains de nos lecteurs, ont des informations différentes, qu'ils n'hésitent pas à nous contacter.

 

Cette année, les cérémonies religieuses prévues sont les suivantes:

 

Samedi 8 juin: 

   SAGONE 17h; 

   POGGIOLO 17h

 

Dimanche 9 juin: 

   COUVENT 9h30; 

   VICO 11h; 

   SOCCIA 11h; 

   COGGIA 16h

 

D'autre part, du 8 au 16 juin, il sera présentée une exposition des oeuvres faites par les membres de l'association des amis du couvent à la salle du Padre Albini au Couvent Saint François de Vico.

Cinquante jours après Pâques
Partager cet article
Repost0
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 17:55

 

L'été est encore loin mais il n'est jamais trop tard pour bien préparer les activités dans les villages.

L'association Letia-Catena, animée par M. Antoine Martin ARRIGHI, vient de publier l'annonce des deux conférences historiques estivales qu'elle organisera en juillet et en août:

 

L'Histoire dans nos villages

Pendant les vacances, le côté culturel ne doit pas être négligé.

 

Très certainement, dans les Deux Sorru, d'autres réunions sur nos racines pourraient avoir lieu.

 

Qui voudrait oser en préparer?

Partager cet article
Repost0
2 juin 2019 7 02 /06 /juin /2019 18:10
Guagno-les-Bains au comité de massif

La solution pour obtenir la réouverture de la station thermale de Guagno-les-Bains est toute simple: il faut faire partie d'une commission.

 

C'est du moins ce qu'il résulte de la dernière réunion du comité de massif.

 

Le comité de massif est une structure encore peu connue. Elle a pourtant été instituée par la loi Montagne de 1985, loi dont la version votée en 2016 a reconnu "la spécificité de la Corse, territoire montagneux  et insulaire présentant le caractère d'île Montagne". A chaque massif de montagne, est attribué un comité pour le développement, l'aménagement et la protection. 

 

A la réunion du comité de massif qui vient de se réunir pour les Deux Sorru le 29 mai à la mairie d'Orto, la commune de Poggiolo était représentée par Jean-Silius PAOLI, adjoint au maire. D'après le compte-rendu publié par "Corse-Matin" le 31 mai, il posa une question sur l'avenir de l'établissement thermal à Jean-Félix Acquaviva, président du comité. La réponse fut de lui offrir "la possibilité (..) d'intégrer la commission "thermalisme"".

 

La question est-elle donc résolue?

 

​​​​​​​Voir ci-dessous l'intégralité de l'article de Pascale CHAUVEAU paru dans "Corse-Matin".

 

Photo P.C. Jean-Silius Paoli est tout à fait à droite.

Photo P.C. Jean-Silius Paoli est tout à fait à droite.

Photo Jean-Félix Acquaviva (twitter)

Photo Jean-Félix Acquaviva (twitter)

A Orto, le président du comité de massif, Jean-Félix Acquaviva, a fait le point sur les attentes des maires. Téléphonie, thermalisme à Guagno-les-Bains, tourisme dans les sites naturels, trésorerie de Vico, les sujets ne manquent pas

C'est en tant que président du comité de massif que le député Jean-Félix Acquaviva s'est rendu à Orto en début de semaine, où une dizaine de maires ont exposé leurs attentes.

Depuis la réactivation du comité de massif en juillet 2016, les premiers dossiers ont été instruits pour un schéma qui s'étalera sur 8 ans, et 50 millions d'investissements sont déjà programmés. En multipliant ce qu'il appelle "les réunions de vallées", Jean-Félix Acquaviva se veut au plus près des maires de la montagne, pour écouter leurs projets, et les renseigner sur ce que peut permettre le schéma.

Du côté des édiles, l'eau et l'assainissement, l'état des routes, les "zones blanches" sans téléphonie ni numérique, restent les problématiques dominantes du rural, pour lesquelles le comité de massif ne peut intervenir en concurrence des modes de financement classiques déjà mis en place par l'Etat et la Collectivité, mais en complément de dossiers déjà aboutis.

"Pour optimiser les projets techniquement et financièrement, il faut les aborder de façon transversale en décloisonnant tous les intervenants. Mais le rôle du schéma n'est pas uniquement d'apporter du financement, mais d'amener une réflexion sur les politiques publiques sur, par exemple, la gestion des sites naturels, l'école rurale, le tourisme de montagne", précisait Jean-Félix Acquaviva. Il offrait ainsi la possibilité à l'élu de Poggiolo d'intégrer la commission "thermalisme", en réponse à sa question sur la réouverture de la station thermale de Guagno-les-Bains.

La stratégie du "harcèlement"

Pour les élus de Soccia et Orto, la surfréquentation du lac de Creno et du canyon du Zoïcu ont également trouvé écho : "Une gestion par la régulation est obligatoire pour mieux optimiser les retombées locales, en octroyant des concessions avec des critères qualitatifs comme, par exemple, la gestion des déchets".

Enfin, était évoqué le choc causé par l'annonce de la fermeture de la trésorerie de Vico, qui sera décentralisée à Sartène, en parallèle avec l'annonce d'une fermeture de classe au collège à la rentrée prochaine. "La loi Montagne est avec nous, mais la logique comptable des quotas est encore appliquée dans les secteurs de l'éducation, de la santé, et des services publics en général. En Corse, le problème est plus prégnant qu'ailleurs, en raison d'une démographie faible et de parcours longs. Face aux problématiques budgétaires invoquées, notre rôle est de faire du harcèlement écrit pour obtenir une méthode de calcul différente non anxiogène, pluriannuelle sur 5 ans, et tripartite entre les établissements, l'Etat et la Collectivité. On est vraiment là dans la volonté politique !".

Le président du comité de massif citait en exemple la faculté de Corte, à laquelle Pierre Joxe avait accordé un statut dérogatoire, et qui reste aujourd'hui la plus petite université de France avec environ 4 600 étudiants.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2019 3 29 /05 /mai /2019 17:51

Les élections européennes ont montré que le Rassemblement National a obtenu de nombreux suffrages dans les zones rurales abandonnées par le pouvoir central. Cet abandon a déjà été décrit dans un récent article de ce blog.

 

 

Lundi 27 mai, Agnès BUZYN, ministre de la Santé, a visité la maison de santé de Cargese dans le but de montrer que les pouvoirs publics se préoccupent de ce problème.

 

Sophie DESNAULT, bien connue à Poggiolo, lui a fait part des difficultés qu'elle éprouve à s'installer car l'ARS (agence régionale de la santé) a retiré des zones prioritaires les communes s'étendant de Tiuccia à Piana en passant par Vico . Pourtant, il n'y a plus que sept médecins pour une population atteignant 25.000 personnes l'été.

 

La ministre a bien déclaré qu'"il faut tenir compte des spécificités territoriales", mais l'administration garde sa logique spécifique !

 

Sophie Doisnault

Sophie Doisnault

 

Pour compléter votre information sur cette visite, nous vous conseillons de regarder le reportage diffusé sur Via Stella et aussi le texte de l'article de "Corse-Matin" de mardi 28 mai, sans oublier les nombreux tweets de l'équipe de Madame Buzyn.

 

Santé : Agnès Buzyn résolue à tisser un "maillage territorial"
 

LAURE FILIPPI

La ministre des Solidarités et de la Santé a débuté son déplacement de deux jours sur l’île hier matin, à la maison de santé pluri-professionnelle de Cargèse, qu’elle a jugée "exemplaire et emblématique" du projet Ma santé 2022

"Impressionnant !" Sur la plaque apposée à l’entrée du pôle de santé pluridisciplinaire de Cargèse, la liste des praticiens et des différentes spécialités représentées s’est attiré les louanges d’Agnès Buzyn. Pour la première étape de son déplacement de deux jours sur l’île, la ministre des Solidarités et de la Santé avait en effet choisi de se rendre, hier matin, dans cette structure ouverte il y a trois ans pour lutter contre la désertification médicale qui touche le rural.

Alors que le projet de loi relatif à l’organisation et la transformation du système de santé, déclinaison du plan Ma santé 2022, sera examiné au Sénat la semaine prochaine, la ministre a salué de manière appuyée la "dynamique" de l’établissement médical cargésien, présenté comme "exemplaire et emblématique" des orientations prises par la réforme.

"La désertification médicale est un problème international, dans la mesure où il manque 12 millions de professionnels de santé dans le monde, a rappelé Agnès Buzyn. En Corse, même si le maillage de médecins généralistes est plutôt supérieur à d’autres zones du continent, l’offre de spécialistes y est en revanche plus faible et les réseaux routiers rendent plus difficile l’accès aux soins. Il faut à cet égard s’adapter aux territoires et prendre en compte cette problématique d’île-montagne, en apportant des solutions pour garantir un réel maillage territorial".

Assurant à cet égard que l’État et l’Agence régionale de santé (ARS) "seront présents" pour soutenir les collectivités, Agnès Buzyn a d’ailleurs souhaité entendre les attentes des professionnels, mais aussi des responsables politiques, lors d’une rencontre organisée à l’issue de la visite des installations de la maison de santé.

Autour de la table, le président du conseil exécutif, Gilles Simeoni, la conseillère exécutive en charge de la santé et du social, Bianca Fazi, la cardiologue et présidente de la commission Santé à l’Assemblée de Corse, Danielle Antonini, ou encore le maire de Cargèse, François Garidacci, ont tour à tour exprimé les "attentes fortes, les inquiétudes, voire les impatiences"concernant l’amélioration de l’offre de soins et de la prise en charge des patients.

"Pour une médecine innovante"

Les problématiques liées à l’installation des médecins en zones rurales et à l’accès aux consultations pour les personnes isolées ont à ce titre permis de mettre l’accent sur un certain nombre d’enjeux. "Dans notre région du grand ouest, qui s’étend de Tiuccia à Porto, nous sommes passés de treize à sept médecins, pour 8 000 habitants l’hiver et près de 25 000 l’été, a ainsi souligné Dominique Poggi, médecin généraliste à Cargèse, à l’initiative du pôle de santé, l’un des cinq existant sur l’île. Cette structure fonctionne au-delà de nos espérances, mais le revers de la médaille est le problème du zonage, dans la mesure où désormais les jeunes médecins qui veulent s’installer ici, au cœur d’un territoire rural, n’ont plus droit à l’aide à l’installation, alors que, paradoxalement, ils peuvent en bénéficier en périphérie d’Ajaccio", a-t-il alerté, appuyé par Sophie Desnault et Julien Marcheschi, deux des trois généralistes candidats à l’installation dans la région.

Notamment calculé en fonction du nombre de médecins par habitants, le zonage demeure donc "évolutif" selon la ministre, qui a précisé que le territoire de Cargèse se situe en zone"intermédiaire, avec des facilitations".

Parmi les autres préoccupations exprimées par les professionnels de santé, le Dr Florence Ottavy s’est quant à elle alarmée du risque que l’expérimentation menée en télédermatologie avec des résultats probants - "plus de 900 cas suivis en quatre ans et plus de 75 000 kilomètres économisés", a-t-elle précisé - "ne rentre pas dans le droit commun et se casse la figure".

Une crainte qui n’a vraisemblablement pas laissé la ministre indifférente, tant cette dernière mise sur le développement de la télémédecine. "Il faut tenir compte des spécificités territoriales et s’organiser pour assurer une médecine innovante, a-t-elle déclaré. Les consultations avancées, notamment, représentent l’avenir et un espoir pour beaucoup de pathologies. Il est important de rassurer la population en favorisant la télémédecine pour les spécialités, mais aussi en accélérant, dès l’année qui vient, le rythme des conventionnements, filières par filières, y compris avec la Sardaigne."

Encourageant les collaborations, comme celles entre les médecins et le Samu, Agnès Buzyn a par ailleurs assuré que des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) seront financées par l’assurance maladie, afin de favoriser "le partage des tâches". La ministre a en outre annoncé que "400 postes de médecins salariés seront créés, dont cinq pour la Corse". Tout en confirmant que trois maisons de santé pluri-professionnelle ouvriront en 2020 à Prunelli-di-Fiumorbu, Sartène et Vico, et que cinq dossiers sont en cours d’instruction pour les régions d’Ajaccio, de Bastia, de Cervioni, du Prunelli, ou encore de la Gravona.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2019 2 28 /05 /mai /2019 17:45
L'herbe et l'œuf de l'Ascension

 

Les gens sont contents quand ils peuvent  profiter d'un "pont". L'Ascension, qui est un jeudi, le 30 mai cette année, offre cette possibilité.  

Mais que savez-vous sur l'Ascension, du moins l'Ascension en Corse?

Marthe POLI, de Guagno, avait publié, sur son ancien blog, un texte que nous recopions et qui montre les coutumes corses de cette fête.

------------------

 

L’Ascension est, d'abord, une fête pour les chrétiens.

Célébrée 40 jours après Pâques, elle intervient toujours un jeudi.

L’Ascension rappelle l’élévation de Jésus vers Dieu, son Père, après sa résurrection. 

Jésus n’est plus présent sur terre. Mais il n’abandonne pas les hommes pour autant et leur envoie une force, L’ESPRIT SAINT (que l’on célèbre tout particulièrement lors de la Pentecôte).

Depuis, les Chrétiens vivent sa présence à travers l’Eucharistie (qui est le rappel du dernier repas avant sa mort, où il partage le pain et le vin avec ses apôtres).

Mais, en Corse, nous avons aussi des traditions.. des croyances...

 

 

 

L'HERBE DE L'ASCENSION

Aujourd'hui c'est jeudi de l'Ascension.

C'est ce jour-là qu'il faut cueillir l'herbe dite justement "Herbe de l'Ascension" (Arba di l'Ascinzioni en corse). 

Cette herbe pousse dans les murs, dans les coins des rochers. Ses feuilles sont très petites. Il faut la cueillir avec ses racines.

François Bianchini, héritier de certains dons transmis par ses aînés, cueillait cette herbe qui guérit et apaise, spécialement à la Trinité de Bonifacio; puis il en faisait de petits paquets à l'intention de ses amis. ("La Trinité de Bonifacio et du Grand Sud Corse", F. Canonici, A Stamperia, 2002)

Mais attention, il y a tout un programme à respecter.

Il faut se lever de très bonne heure le matin de l'Ascension pour aller cueillir cette fameuse herbe.

Il s'agit du "Sedum étoilé pourpier" que, depuis des générations, les Corses vont chercher dans la campagne avant l'aube (dès que le soleil est levé surtout ne pas cueillir !). 

Rapportée à la maison, l'erba di l'Ascinziune est attachée au mur avec un clou, la tête en bas. 

Au cours des jours suivants, les tiges remontent lentement; puis la plante fleurit le jour de la Saint Jean (24 juin) et se conserve jusqu'à Sainte Anne ( 26 juillet).

Mais attention ! ses vertus protectrices peuvent se retourner contre ceux qui la cueillent trop tard, quand le soleil est déjà levé. 

Dans ce cas, la plante meurt et cela ne présage rien de bon pour les habitants de la maison....

(La plupart des informations de cet article sont tirées de "l'Almanach de la Mémoire et des coutumes de la Corse", Claire Thiévant, Lucie Désideri, Albin Michel, et de "La Trinité de Bonifacio et du Grand Sud Corse", François Canonici, Stamperia).

 

 

Sedum étoilé pourpier. Photo extraite du site Corse par l'image (https://www.fromei.fr)

Sedum étoilé pourpier. Photo extraite du site Corse par l'image (https://www.fromei.fr)

 

L'OEUF DE L'ASCENSION

Il y a aussi l'oeuf de l'Ascension qui possède également ses vertus magiques.

L'œuf doit, bien entendu, être pondu précisément le jour du Jeudi de l'Ascension, sinon il n'a aucune vertu,

Phénomène magique ou don de Dieu ?

La première caractéristique de l'œuf de l'Ascension est qu'il est imputrescible. 

En effet, l'œuf de l'Ascension, à la différence des œufs ramassés à d'autres périodes de l'année, si il est cassé l'année d'après a simplement séché, il n'a ni pourri ni dégagé durant ce temps aucune odeur de décomposition.

Sa seconde vertu est, dit-on, de préserver les habitants de la maison de plusieurs maladies, ou à tout le moins de diminuer leur fréquence ou leur gravité.

Quand il est posé sur le rebord d'une fenêtre, Il protège également les membres de la famille qui se trouvent éloignés du foyer,

L'œuf de l'Ascension protège enfin les habitations de la foudre et des incendies. Il détourne l'éclair et éteint les flammes qui menacent de destruction l'ensemble d'une bâtisse. (source: Corsica News)

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2019 1 27 /05 /mai /2019 00:15
(tiré du site francetvinfo.fr) Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

(tiré du site francetvinfo.fr) Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

A l'occasion des élections européennes de dimanche 26 mai, les Poggiolais ont donné la première place à la liste écologiste d'Yannick JADOT, sur laquelle se trouve François ALFONSI qui avait obtenu 60% des voix en 2014. Mais, cette fois, son pourcentage est passé à 40,51%.

En seconde position, la liste du Rassemblement National a fait 27,58%, soit 10% de plus qu'à l'élection précédente.

Ces deux listes sont celles qui sont en tête dans le département, où le RN est premier devant les écologistes.

Remarquable est le score du parti animaliste qui est en quatrième position.

Il faut remarquer que, sur 149 inscrits, seulement 70 électeurs se sont déplacés (soit 47% de votants) contre 104 la fois précédente.

 

Nous reproduisons ci-dessous l'article du blog des Poggiolais du 26 mai 2014 qui donnait les résultats de Poggiolo et des villages voisins. Vous avez également les résultats de Guagno, Orto et Soccia qui viennent d'être publiés, et finalement les chiffres de l'ensemble de la Corse-du-Sud.

 

Poggiolo est pour les écologistes et le RN
Poggiolo est pour les écologistes et le RN
Poggiolo est pour les écologistes et le RN
Poggiolo est pour les écologistes et le RN
Poggiolo est pour les écologistes et le RN
Partager cet article
Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 09:59

BONA FESTA A TUTT'E MAMME.

dessin extrait du blog http://elsa-saone.over-blog.com

dessin extrait du blog http://elsa-saone.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 18:00

Carlo Francesco Pasquale PINELLI, le filleul de Pascal PAOLI, vécut à Poggiolo. En 1803, quand son père Gioan Natale décéda, il avait huit ans.

 

Il devint ensuite greffier de justice de paix du canton de Soccia, peut-être avec l’aide de son grand-oncle Gian Antonio. Le représentant du Père de la Patrie lors du baptême était devenu un personnage important: dernier vicaire général du diocèse de Sagone, secrétaire général de la préfecture sous Napoléon Ier, il fut nommé sous la Restauration conseiller général du canton de Soccia.

 

Il n’est pas interdit de penser qu’il ait permis à Carlo Francesco Pasquale de devenir maire de Poggiolo en 1822 (à 27 ans!). A cette époque, les maires des petites communes n’étaient pas élus mais désignés par le préfet, donc avec l’accord du gouvernement.

 

«L’homme le plus cultivé de Corse» servit l’administration, favorisant la diffusion de la langue française dans la presse et les écoles corses.

 

Le filleul de PAOLI fit de même dans son domaine. A partir de 1824, tous ses actes d’état-civil furent rédigés en français. Par contre, dans les documents où il fut remplacé par son adjoint Antoine François PINELLI, le texte était entièrement en italien.

Rappelons que l'obligation de rédiger les actes d'état-civil dans la seule langue française date de 1852.

 

La signature de Carlo Francesco Pasquale est facile à trouver car elle s’accompagnait d’un dessin original.

Signature de Carlo Francesco Pasquale Pinelli.

Signature de Carlo Francesco Pasquale Pinelli.

En réalité, pas tout à fait original car le maire de Guagno, Francesco LECA, utilisait un dessin du même genre à la même époque.

Le filleul poggiolais de Pascal Paoli. 3/3: le maire de la francisation

 

Le maire de Poggiolo n’utilisait chaque fois que son premier prénom sous la forme française de Charles, oubliant complètement Francesco et surtout Pasquale. Très souvent, il écrivait simplement: «Pinelli maire».

 

Sa fonction l’entraîna à enregistrer le décès de sa mère Maria, morte le 27 avril 1841, et auparavant, celui de son grand-oncle Gian Antonio PINELLI, rappelé à Dieu le 26 décembre 1832 en la maison familiale des PINELLI.

 

La maison familiale des Pinelli.

La maison familiale des Pinelli.

Dans ce dernier document, le défunt est prénommé à la française «Jean Antoine» et ses titres sont détaillés:

 

«Curé de première classe de la Paroisse de Soccia, Docteur en utroque Jure en Théologie et Philosophie et ex-Secrétaire Général de la Préfecture de Corse».

 

Cliquer sur le document pour le lire plus facilement.

Cliquer sur le document pour le lire plus facilement.

 

 

L’expression latine «utroque Jure», qui est soulignée, signifie que "Jean Antoine" était diplômé à la fois en droit canon et en droit civil.

 

Maintenu à la tête de la municipalité poggiolaise sous la Monarchie de Juillet, Charles signa son dernier acte d’état-civil le 2 juillet 1847. Il décéda le 14 avril 1849 à l’âge de 54 ans. Il ne s’était pas marié et n’avait pas d’enfant.

 

 

 

Paradoxalement, le filleul de Pascal PAOLI fut un acteur docile de la francisation à Poggiolo.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" d'octobre en cliquant ICI:

--------------------------------------

CALENDRIER DES MESSES D'OCTOBRE:

suivre le lien

--------------------------------------

MERCREDI 22 OCTOBRE

MARCHÉ COMMUNAL À VICO - Place Padrona de 9 h à midi.
Et ensuite tous les premiers mercredi du mois, et ,si mauvais temps, le mercredi suivant.

--------------------------------------

Le comité des fêtes organise confection et dégustation de bastelle à Poggiolo

Dimanche 31 octobre.

--------------------------------------

CÉLÉBRATIONS DE TOUSSAINT

Lundi 1er Novembre

BÉNÉDICTION DU CIMETIÈRE

APPRICCIANI 10h ARBORI 10h MURZO 10h
NESA 11h POGGIOLO 10h ORTO 11h BALOGNA 10h LETIA ST ROCH 16h

Lundi 1er novembre (TOUSSAINT)

SOCCIA 15h
VICO 15h
LETIA SMARTIN 15h

Mardi 2 novembre (DÉFUNTS)

GUAGNO 11h MARIGNANA 11h RENNO 11h

GUAGNO LES BAINS 15h: BÉNÉDICTION CIMETIÈRE

--------------------------------------

Vacances scolaires:

- Toussaint: du 23 octobre au 8 novembre

- Noël: du 18 décembre au 3 janvier

- Février: du 19 février au 7 mars

- Pâques: du 23 avril au 9 mai

- Fin des classes: 8 juillet

 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907