Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 17:43

Pour compléter les photos de l’article précédent, voici un film encore jamais diffusé sur ce blog. Il montre sur le bord de la route les stands de vente de produits alimentaires et de tee-shirts au bénéfice de l’église de Poggiolo.

Il a été réalisé le 16 août 1999. 

Les efforts de ces associations successives et l’aide de la municipalité permirent une réfection complète des deux églises, achevée par le travail du peintre Mario SEPULCRE ces dernières années.

(fin de la série)

Repost 0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 15:13

Un arbre symbolique de l’histoire et de l’identité de Guagno-les-Bains va mourir. Pascale CHAUVEAU le révèle dans «Corse-Matin» de mercredi 25 mai.

Le platane tricentenaire qui se trouve à côté de la maison abritant la source de la Goccia, au bord de la route, juste au-dessus de Guagno-les-Bains vient d’être vandalisé. Une partie de l’écorce a été enlevée par des mains aussi malveillantes qu’anonymes dans le but évident de faire mourir l’arbre par pourrissement progressif.

Ce platane est suffisamment important pour avoir été classé comme «arbre remarquable» par l’Office National des Forêts. Sa mort serait une véritable atteinte à notre caractère identitaire. Il a fourni une ombre bienvenue aux curistes et aux habitants du canton qui venaient se soigner ou remplir des récipients à l'eau de la Goccia.

Une plainte a été déposée. Mais pourra-t-on sauver l’arbre ?

On a voulu tuer l'arbre de la Goccia

Cette partie de carte postale montre que ce platane était déjà imposant il y a un siècle.

On a voulu tuer l'arbre de la Goccia

Deux photos prises en hiver montrent l'ampleur de cet arbre:

On a voulu tuer l'arbre de la Goccia
On a voulu tuer l'arbre de la Goccia
Repost 0
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 00:09
De belles vêpres à Marseille

La 82ème journée des vocations sacerdotales pour la Corse

aura lieu à Marseille

 

Samedi 28 mai 2016,

Cathédrale de la Major

(entrée libre)

 

    * 16h00

      Vêpres musicales corses

      Concert (chants polyphoniques et sacrés)

Les chanteurs du groupe Arapa seront les invités d'honneur. lls animeront ce concert avec la chorale Fior di Machju, les trompettes de René Perinelli, et Philippe Gueit, aux grandes orgues

    * 17h30

      Apéritif offert sur le parvis de la Cathédrale

    * 19h00

      Accueil Salle des Martégales (2eme arrdt)

      Communication d’Antoine Galloni d’Istria

      « Les Corses dans la Grande Guerre »

 

Apéritif - Buffet dinatoire (sur réservation) - veillée - Animation musicale par le groupe ARAPA

 

Renseignements et réservations pour le buffet (23 euros) à l’Institut Corse Méditerranée (5 place Sadi Carnot, 13002 Marseille)

ou par téléphone :

Jean-Baptiste Renucci : 06 81 64 82 69

Jean Giacomoni : 06 11 67 33 77

Cette journée, placée sous le signe de la générosité et de la solidarité, permettra d'apporter, comme chaque année depuis 82 ans, une généreuse contribution à la formation des séminaristes.

Vous pouvez faire un don en faveur du diocèse de Corse pour les vocations sacerdotales en envoyant un chèque à Jean-Baptiste RENUCCI, 5 place Sadi Carnot, 13002 Marseille.

Libeller le chèque à l'ordre de "Association Diocésaine de Corse - Vocations sacerdotales".

Vous recevrez un reçu du diocèse de Corse pour la déduction fiscale.

 

 

 

 

 

Repost 0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 17:53

Dix ans après l‘excellent travail de l’Association pour la restauration de l’église St Siméon de Poggiolo (voir article précédent intitulé Les Poggiolais donnent pour leur église : 1985 et 1987 (2/4)), il fut encore fait appel à la générosité des fidèles.

Cette fois, l’initiative vint de l’équipe du comité paroissial. L’argent n’était plus déposé au Crédit Agricole mais au CCP de la Poste. Les responsables n'étaient plus que des dames : Angèle, Marie-Ange, Marie et Santa, comme le montrent leurs signatures placées au bout d’une lettre manuscrite dont la photocopie fut envoyée aux Poggiolais en novembre 1997.

Marie-Ange PAOLI (juillet 2011)

Marie-Ange PAOLI (juillet 2011)

Le message donnait un très bon résultat: 18.100 francs avaient été récoltés alors que le nouveau chemin de croix et son encadrement valaient 16.100. La commande avait été faite et l’installation était prévue pour les mois suivants.

Les Poggiolais donnent pour leur église : 1997 (3/4)

Cette lettre ne précise pas que les fonds obtenus ne venaient pas seulement de dons mais des diverses activités qui avaient été mises en place pour la fête de saint Roch. En dehors de la procession, ventes de tee-shirts et de gâteaux au bord de la route, china (loto), tombola et repas dans la Stretta avaient été autant d’occasions de rentrées d’argent.

La lettre n’indique pas non plus que les gains étaient destinés aux deux églises de Poggiolo. 

photo du 16 août 1997.

photo du 16 août 1997.

Le diaporama suivant montre une partie de cette journée du 16 août 1997, qui se déroula dans une excellente ambiance. Cette initiative fut renouvelée pendant quelques années.

(à suivre)

Repost 0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 00:40
L’originalité de Sorru in Musica

«Les chants du cygne» à cause de la baisse des subventions des collectivités locales, voici comment est intitulé le dossier sur les festivals de Corse, paru dans «Settimana» du 20 mai.

La situation est grave pour certains lieux où les manifestations musicales de l’été auront du mal à se produire normalement.

Parmi les nombreux lieux évoqués, un cas particulier est évoqué de façon très sympathique sous le titre «Les archets qui font vibrer les Deux Sorru» : le festival Sorru in Musica.

L’originalité de Sorru in Musica

Comme la lecture peut être difficile sur cette image du journal, nous vous en offrons la transcription.

 

Le nombre, dit-on, porte bonheur. Cet été, le festival Sorru in Musica fêtera son treizième anniversaire. Une belle longévité pour un festival de musique classique, certes estival, mais bien loin des sentiers battus du littoral et des «hameaux» surpeuplés de la côte. Ce succès qui se renouvelle été après été, Bertrand CERVERA l’explique par une sorte de paradoxe: le professionnalisme des artistes, mêlé à la passion qui animerait des amateurs, au sens noble du terme.

«C’est comme une bande de copains qui jouent ensemble, en l’élargissant un peu», expose modestement le violoniste. Sauf que la «bande de copains» joue, la plupart du temps, sur les scènes les plus prestigieuses de la planète. On pourrait, dès lors, imaginer que le montant des cachets va se chercher du côté des astres. En fait, il n’en est rien. Si le budget du festival est conséquent, c’est «principalement en raison du coût du transport et des hébergements», assure Bertrand CERVERA qui déplore notamment le coût de l’aller-retour Paris-Ajaccio pendant la haute saison.

«Pour le reste, nos coûts sont plutôt modestes, nous avons une seule salariée à mi-temps, Marcelle PAOLI, tous les autres intervenants sont bénévoles», développe Bertrand CERVERA. Le bénévolat, la passion, l’entraide entre artistes. Notamment avec Robin RENUCCI. «Nous jouons mutuellement gratuitement l’un pour l’autre», explique Bertrand CERVERA.

Pour autant, Bertrand CERVERA ne s’interdit pas les demandes de subventions auprès des collectivités locales (mairies, CTC, conseil départemental) et reconnaît que les dossiers de Sorru in Musica sont généralement accueillis avec bienveillance. Avec une nuance cependant: les organisateurs se refusent à ne considérer que ce type de financement: «L’année dernière, nous avons eu la chance d’avoir également du mécénat d’entreprise avec Leclerc, cela nous a bien aidé», explique le musicien.

 

LA FORCE D’UNE RÉPUTATION

Si les demandes de subventions sont bien accueillies, si les entreprises commencent à s’impliquer, c’est aussi, qu’au fil du temps, le festival a acquis une réputation. Telle qu’au-delà des grands noms de la musique, un comédien comme Féodor ATKINE accepte immédiatement de venir y participer. «Si nous avions dû le payer au tarif qu’il est en droit d’exiger, nous n’aurions jamais pu le faire venir en Corse», insiste Bertrand CERVERA.

Mais, dans le monde du spectacle, tout le monde connaît désormais ce «petit» festival qui se promène entre scènes de plein air et nefs des églises villageoises. Tout le monde a entendu parler de ce rapport très simple, très direct avec un public chaleureux, y compris en dehors des concerts et des représentations. «Ce sont des moments de plaisir. Cela ne nous empêche pas de répéter de la même manière. Notre exigence est intacte. Nous ne sommes pas «en vacances». Mais c’est une sorte de privilège. D’habitude, nous ne voyons pas vraiment les gens, nous entrons et sortons par l’entrée des artistes. Là, nous les côtoyons vraiment et c’est très agréable», conclut Bertrand CERVERA. C’est sans doute cela la recette du succès. Beaucoup de professionnalisme, de passion… et de débrouille, alliés à une vraie simplicité.

I. L.

 

 

RAPPEL : en cette année 2016, le Festival Sorru in Musica se tiendra du lundi 18 jusqu’au mercredi 27 juillet 2016, 

Repost 0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 18:00

Onze ans après les dons reçus pour l’église de Poggiolo et son clocher, un nouvel appel fut organisé par une «Association pour la restauration de l’église Saint-Siméon de Poggiolo».

La création de celle-ci fut annoncée officiellement aux Poggiolais par une lettre du 4 mars 1985. Elle était dirigée par un comité de gestion à la composition suivante :

 Président d’Honneur : Père ESTEVE, curé de la paroisse

Père ESTEVE, dernier curé résident de Guagno, Soccia, Orto et Poggiolo.

Père ESTEVE, dernier curé résident de Guagno, Soccia, Orto et Poggiolo.

 Président : Raymond MARTINI

Raymond Martini en 1968 (photo de Jacques Antoine MARTINI)

Raymond Martini en 1968 (photo de Jacques Antoine MARTINI)

Vice-Président : Charles TRAMINI

 Trésorier : Dominique DESANTI

 Secrétaire : Angèle PINELLI

L’argent recueilli devait servir d’abord à la réfection complète de la toiture et au crépissage intérieur et extérieur du soubassement de l’église.

Les Poggiolais donnent pour leur église : 1985 et 1987 (2/4)

Quelle somme fut rassemblée ? Nous ne le savons pas. Mais un nouvel appel fut envoyé le 4 mars 1987 pour des travaux urgents.

Le 16 novembre 1987, un bilan très positif était dressé dans une nouvelle lettre circulaire. :

« Grâce au produit de la dite collecte et aux subventions du Département, de la Commune et de la Paroisse, les réparations les plus importantes ont été effectuées au cours des deux années écoulées, à savoir :

- la pose d’une toiture neuve en tuiles ciment couleur brique sur une charpente en partie rénovée

- la pose d’un équipement complet de gouttières

- la restauration de la façade principale

- le remplacement des volets de fenêtres (greniers) et de la porte du clocher.

De plus, a été créé, joint au cimetière, un incinérateur de fleurs séchées, vieux mobilier et emballages divers

Enfin, une commande est en cours : des bancs neufs devant remplacer, dès livraison, les chaises de l’église très dégradées ».

 

Les Poggiolais donnent pour leur église : 1985 et 1987 (2/4)

Les appels aux dons avaient donc été entendus et l’église était sauvée. Mais l’histoire n’est pas finie.

(à suivre)

Repost 0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 09:12
Souvenir du Père Albini (précisions)

En cette année des 200 ans de la fondation des missionnaires OMI,

fête et pèlerinage à la tombe du Père ALBINI au couvent St François de VICO, samedi 21 mai, à 21 heures avec procession à la grotte.

 

Dimanche 22 mai:

- à 10 h 30: eucharistie

- apéritif offert et repas

- 14 h 30: projection et conférence-débat: "Les OMI - La cause du Père ALBINI"

- 16 15: procession à la grotte et clôture

 

Participation au repas et inscription en téléphonant au couvent le matin au 04-95-26-83-83.

Repost 0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 18:00

Le patrimoine religieux est en danger quand il n'est pas régulièrement entretenu. Les subventions publiques sont toujours insuffisantes et il faut faire appel aux bonnes volontés. Ce n'est d'ailleurs pas tout à fait nouveau.

Les appels aux dons lancés pour rénover le clocher de Sagone (voir l'article: "Le clocher de Sagone est menacé") ou pour les églises de Letia (voir l’article "Sauver Choupik et Rifflard") font penser à des initiatives semblables qui eurent lieu à Poggiolo voici quelques années.

 

Xavier PAOLI, dans le texte reproduit récemment (La Laïcité en action dans les Deux Sorru : La fabrique part dans la dignité (2/6)), avait montré la ferveur des Poggiolais lors de la construction de la nouvelle église et la multiplicité des formes de dons en nature qu’ils firent pendant les années de construction (de 1863 à 1874 pour le gros œuvre) et de décoration.

Dans les années 1960, l’église Saint Siméon se délabrait peu à peu. La municipalité en était propriétaire depuis la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat votée en 1905 mais elle avait trop peu de moyens financiers. Un comité pour «la réfection de l’église et de son clocher» se forma et sollicita l’aide des Poggiolais de Corse et du continent. Ils furent nombreux à répondre, comme le démontre le document suivant.

 

Les Poggiolais donnent pour leur église : la liste de 1974 (1/4)

Cette coupure de presse, qui vient du quotidien «Le Provençal Corse» du 13 février 1974, présente la troisième liste de donateurs. Quarante-cinq personnes sont citées, chacune avec le montant de son aide (en francs). L’ordre n’est pas alphabétique et certains noms sont mal orthographiés : Cotona au lieu de COLONNA, Oulliè au lieu de OULIÉ, Aerz au lieu de HERZ. Mais on peut reconnaître de nombreux représentants de familles poggiolaises connues. Beaucoup sont décédés, et certains très récemment, et voir leurs noms dans cet article réveillera de nombreux souvenirs.

Un détail: les trois FRANCESCHETTI ont été soulignés à l’époque par le membre de cette famille qui a fourni le document.

On peut remarquer, vers le milieu de la liste, un don de 50 francs par «Milliliri curé». Il s’agit de l’abbé Paul MILLELIRI qui fut curé de Soccia, Poggiolo et Orto de 1955 à 1972. Depuis un an et demi, il avait été nommé à Bonifacio mais il n’avait pas oublié son ancienne paroisse. Un article sur l’abbé MILLELIRI sera publié prochainement sur ce blog.

 

Les Poggiolais donnent pour leur église : la liste de 1974 (1/4)

Les 45 donateurs ont versé pour un total de 7.560 francs, soit, en tenant compte de l’érosion monétaire, l’équivalent du pouvoir d’achat de 5.779,93 euros. Le don le plus important est de 1.000 francs, de la part de «Vve PAOLI Françoise». En dehors de cette somme, le don moyen a été de 149,09 francs.

Les Poggiolais eurent à cœur de montrer leur attachement à leurs racines cultuelles et culturelles. Mais ce ne fut pas la seule occasion.

(à suivre)

-------------------------

APPEL : nous serions heureux de pouvoir publier les autres listes de donateurs de cette époque-là. Un de nos lecteurs les possède-t-il ?

--------------------------

PS : l’équivalence franc-euro a été calculée au moyen du convertisseur de l’INSEE.

Repost 0
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 18:00

Le 30 avril, avait lieu à Guagno un concert pour financer l'édification d'une statue de Circinellu dans le village.

Voici deux extraits du spectacle, diffusés sur Facebook par Ange POLI.

Repost 0
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 23:14

Depuis le Moyen Age, la période dite des "saints de glace", vers la mi-mai, est considérée comme un moment d'instabilité météorologique.

Est-ce à cause de ces saints? Toujours est-il que, cette année, la première partie du mois de mai a été assez arrosée en Corse. Il est intéressant d'observer la force et le niveau de l'eau de la rivière au confluent près de Guagno-les-Bains.

Le 13 avril, ce blog a publié la photo qui avait été prise par Thierry CALDERONI.

L'influence des saints de glace

Regardez maintenant les quelques secondes de ce film de Marine COLONNA montrant le même endroit samedi 14 mai. La différence est nette.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Guagno-les-Bains Natura corsa
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

Le calendrier poggiolais

Fête de la Toussaint

Mercredi 1er novembre:

SOCCIA 11h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

ORTO 15h messe Toussaint et bénédiction du cimetière;

GUAGNO Les BAINS 16h30 bénédiction du cimetière

Jeudi 2 novembre:

SOCCIA 11h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

ORTO 15h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

GUAGNO 11h messe Défunts et bénédiction du cimetière;

POGGIOLO15h messe Défunts et bénédiction du cimetière;

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907