Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 08:00

 

Début de notre rubrique quotidienne sur l'épuration du maquis en 1931.

 

   C'est avec un  plaisir évident que, le samedi 7 novembre 1931, Le Petit Provençal annonça à ses lecteurs que "Le Bandit corse BARTOLI a été abattu".

 

 

UNE MORT MYSTÉRIEUSE

 

   Le "correspondant particulier" du quotidien marseillais signala que Joseph BARTOLI avait été abattu près du col de Verde "par une personne dont on ignore l'identité, et sur laquelle les autorités gardent le plus grand secret".

 

Photo du cadavre de Joseph Bartoli publiée dans Détective, n° 161, 26 novembre 1931.

Photo du cadavre de Joseph Bartoli publiée dans Détective, n° 161, 26 novembre 1931.

   

   Cette nouvelle, bien énigmatique, était accompagnée du rappel de quelques méfaits du bandit, "dont sa présence lors de la tuerie de Lava". Les lecteurs étaient supposés savoir ce qu'il y eut à Lava. Mais il est vrai que la presse en avait beaucoup parlé les années précédentes.

 

    En fait, le 30 mai 1928, trois membres de la famille MANCINI avaient été assassinés dans leur bergerie du golfe de Lava par une bande dirigée par le bandit Mancini MadeleinePaul-François PERFETTINI.

   Le bruit courut que l'instigatrice en était Madeleine MANCINI (photo ci-contre), ancienne maîtresse du bandit Nonce ROMANETTI (1882-1926) originaire de Calcatoggio. Elle fut condamnée le 27 février 1929 aux travaux forcés à perpétuité pour la mort de son oncle et de ses deux cousins. Mais plusieurs journaux et les avocats de Madeleine réussirent à obtenir la révision du procès.   

 

   Joseph BARTOLI, adjoint de PERFETTINI, était présent à Lava et, du fond du maquis du haut Taravu où il était installé, avait également défendu son innocence.

 

   Il faudra attendre le 9 novembre pour que les lecteurs connaissent les circonstances de la mort de BARTOLI.

 

 

L'EXPÉDITION SE PRÉPARE

 

    Mais, le 7 novembre, on put aussi lire dans Le Petit Provençal l'annonce d'un événement bien plus important, sous le titre "D'importants détachements de gardes mobiles sont arrivés, hier, à Marseille". Le sous-titre expliquait encore mieux: "Ils se rendraient en Corse". La dépêche n'était pas mise en évidence. Non signée, elle était courte et placée dans les pages intérieures. Mais la lecture du texte est tout à fait explicite:

 

    "D'importants détachements de gardes mobiles venus de différentes villes de France et dont le point de concentration était Marseille, ont débarqué l'avant-dernière nuit en gare Saint-Charles.

 

    Ces gardes mobiles ont été immédiatement tranportés en camions automobiles au camp de Sainte-Marthe, en attendant d'être dirigés aujourd'hui, vers une destination qui serait, selon toutes probabilités, la Corse, où, en raison de la tragédie du maquis qui vient de se dérouler, d'exceptionnelles mesures sembleraient devoir être prises.

 

    Le matériel dont disposent les gardes a été embarqué, hier après-midi, sur un vapeur que l'on dit être spécialement affrété pour ce déplacement de troupes."

 

   On saura ensuite que ce vapeur était le "El Djem".

 

Chronique de l'épuration du maquis. 7 novembre: La mort mystérieuse de Bartoli, l'expédition se prépare, Bancal s'interroge.

 

   Comme pour la mort de BARTOLI, il était fait allusion à un fait que le lecteur était censé savoir. Qu'est-ce que "la tragédie du maquis qui vient de se dérouler"? L'agression de GUAGNO-LES-BAINS? La fusillade de BALOGNA

 Toujours est-il que le gouvernement avait décidé d'agir. A Marseille, plus personne ne pouvait l'ignorer.

 

 

LE DISPOSITIF DU PETIT MARSEILLAIS

 

​​​​​​    L'autre quotidien marseillais, Le Petit Marseillais, sut s'adapter très rapidement aux circonstances.

 

   Par chance, son envoyé spécial, l'excellent journaliste Jean AICARDI, "se trouve dans la région d'Ajaccio pour s'occuper de la tuerie de Balogna". Il signa le 7 novembre dans son quotidien à la fois l'annonce de la mort de BARTOLI et le compte-rendu des obsèques des gendarmes TOMI et KLEIN, tués à Balogna.

 

   Le même jour, Léon BANCAL (1893-1966), rédacteur en chef du Petit Marseillais, entama une série d'articles sous le titre "Le problème du banditisme". Elle dura jusqu'au 18 novembre.

 

   Intitulé "Les deux images", le premier texte montrait la difficulté à définir le terme de "bandit".

 

   "Au lendemain d'un événement tragique comme celui de Balogna, le bandit nous apparaît comme un criminel, qu'il faut traquer et détruire à la manière d'un bête malfaisante."

 

   "(...) Puis le temps passe. Sur les tombes des gendarmes, des villageois ou des bergers, les couronnes se rouillent, l'herbe pousse", et l'image du bandit devient celle d'un Robin des Bois.

 

   Le journaliste racontait qu'il est difficile d'avoir le point de vue des Corses mais qu'un Ajaccien finit par lui dire: "Ce sont des malfaiteurs, ni plus, ni moins".

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2021 5 05 /11 /novembre /2021 18:00

 

   Le paquebot "El Djem" a une place particulière dans l'histoire de la Corse.

 

   Navire allemand devenu français en 1919 au titre des réparations des dommages de guerre, c'est à son bord que de nombreux policiers et militaires furent transportés avec un équipement impressionnant (armes, munitions, blindés) pour réprimer le banditisme en Corse.

 

Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis

 

IL Y A QUATRE-VINGT-DIX ANS

  

   En novembre 1931, le gouvernement français, dirigé par Pierre LAVAL, lança une expédition de grande envergure en Corse.

 

     Les bandits, qui n'étaient plus "bandits d'honneur" depuis longtemps, accumulaient les actions criminelles, humiliaient les pouvoirs publics et devenaient les vedettes des journaux et magazines.

 

     Dans ce blog, la série d'articles intitulée "Mauvaise pub pour Guagno-les-Bains" a évoqué la situation du banditisme de l'époque dans notre zone des Deux-Sorru.

 

   L'attaque de l'établissement thermal le 17 août 1931 fut le déclencheur. Des forces policières nombreuses et lourdement armées, amenées par "El Djem", débarquèrent à Ajaccio le 8 novembre 1931. L'île fut soumise à un véritable régime militaire. L'opération fut assez efficace car plusieurs hors-la-loi furent arrêtés (certains plusieurs mois après). Il est vrai que deux d'entre eux avaient été éliminés juste avant l'arrivée des renforts continentaux: François CAVIGLIOLI le 2 novembre et Joseph BARTOLI le 6 novembre.

 

   On parla alors de "l'épuration du maquis", terme qui, malgré son ambiguïté, est réutilisé pour cette nouvelle série du blog des Poggiolais. Evoquer largement ces épisodes n'est pas incongru sur ce blog car les Deux-Sorru furent souvent placés au centre de ces opérations. Le moment de cette publication n'est pas innocent car, en 2021, nous sommes exactement à quatre-vingts-dix ans de ces événements.

 

   La chronique sera quotidienne et s'étalera du 7 novembre au 2 décembre sous le titre "Chronique de l'épuration du maquis". 

 

 

NOTRE MÉTHODOLOGIE

 

     Cette "épuration" sera racontée uniquement au moyen d'articles parus dans des quotidiens continentaux. Nous verrons ainsi comment, jour après jour, pouvaient être informés les Français éloignés du théâtre d'opérations.

 

   La base essentielle sera constituée par LE PETIT PROVENÇAL et LE PETIT MARSEILLAIS, quotidiens marseillais ayant le grand tirage de tout le Sud-Est, le premier étant de gauche, l'autre étant de droite. Ils publiaient souvent des articles sur la Corse, en raison de la forte présence insulaire à Marseille. La collection en a été étudiée aux Archives Départementales de Marseille et sur le site Retronews.
   

Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis
Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis

 

   Nous nous servirons également de deux journaux très politisés: L'ACTION FRANÇAISE, royaliste, et L'HUMANITÉ, communiste. Eux aussi ont rendu compte de cette expédition mais en y ajoutant leurs propres analyses politiques, souvent originales par rapport à l'ensemble de la grande presse et très critiques sur l'initiative gouvernementale, avec, pour le premier, la verve inimitable de Léon DAUDET. Le site Retronews permet lui aussi d'accéder à leurs versions numérisées.

 

  Plusieurs emprunts seront faits à la remarquable étude de Ralph SCHOR La presse française continentale et l'extermination des bandits corses en 1931.

 

Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis
Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis

 

   Cette chronique ne sera pas une véritable étude historique et scientifique. Nos articles résumeront ou copieront les articles, photos et caricatures les plus significatifs de l'époque avec des commentaires réduits et partiels. Tout ne sera pas diffusé: nous nous centrerons sur les Deux-Sorru ou sur ce qui est général, mais pas sur tous les fronts établis par la police en novembre 1931.

 

   Cette série d'articles est un gros travail et il est possible que des erreurs s'y trouvent. Dans ce cas, n'hésitez pas à les signaler. Vous pouvez également faire part de vos réactions dans la rubrique "Commentaires" qui est sous chaque article. 

 

    Bien entendu, entre les parties de cette rétrospective, le blog continuera à vous informer de l'actualité de POGGIOLO et des villages voisins pour 2021. Ces informations paraîtront alors vers 18 heures, tandis que les articles de "Chronique de l'épuration du maquis" seront publiées  à 8 heures du matin.

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 18:49

 

El Djem est le nom d'une cité antique de Tunisie, connue notamment pour avoir le troisième plus grand amphithéâtre de l'empire romain.

 

La devinette du mois: El Djem

 

Mais El Djem est aussi un nom d'un navire qui eut un certain rôle dans un moment important pour la Corse entre les deux guerres mondiales.

 

A quel événement a-t-il participé?

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 08:00

 

L'équipe du mensuel "INSEME" qui fait le lien entre tous les habitants des Deux Sorru vous présente le numéro de novembre.

 

 

L'Inseme du mois

 

Le bulletin peut être lu sur le site inseme-bulletin.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 18:00

 

 

Pneus hiver: une décision adaptée à la Corse

 

L'obligation d'équiper les automobiles de pneus hiver dans 48 départements montagneux a fait peur. Les personnes allant rarement dans ces zones se voyaient contraintes de procéder à de nouvelles dépenses. 

 

Mais, dans chaque département, le préfet doit établir la liste des communes concernées. Certains départements ont été entièrement pris sur cette liste. D'autres beaucoup moins, comme les Hautes-Pyrénées où, sur 469, 55 communes ont été choisies.

 

Mais le préfet de Corse-du-Sud, chargé d'établir la liste des communes concernées a, par arrêté du 29 octobre, considéré que le comité de massif ne lui a pas répondu et que "les conditions climatiques, l'analyse de l'acidentalité corporelle et les conditions de circulation en période hivernale ne sont pas de nature à justifier une obligation d'équipement de certains véhicules".

 

En conséquence, "aucune commune du département de Corse-du-Sud n'est soumise à l'obligation d'équipement de certains véhicules en période hivernale".

 

Aux conducteurs de savoir se bien conduire.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 08:00

 

Après l'attaque des hôtels de GUAGNO-LES-BAINS et le meurtre qu'il y commit le 17 août 1931, voici quatre-vingts-dix ans (voir l'article La folle et sanglante agression de Guagno-les-Bains), François CAVIGLIOLI était pourchassé par la gendarmerie. Le lieutenant NEUVEGLISE, commandant de la brigade de VICO, ratissa toute la région pour retrouver le bandit. Mais celui-ci quitta TIUCCIA pour la montagne.

 

   L'initiative du choix du jour et du lieu de l'affrontement entre le bandit et le gendarme revint à CAVIGLIOLI. Le récit suivant est inspiré en grande partie du livre Avec les derniers bandits corses de Jean BAZAL paru en 1973.

 

Guagno-les-Bains vengé à Balogna

 

   Le matin du 2 novembre 1931, en compagnie de ses deux neveux TORRE Jean-Baptiste et CAVAGLIOLI Toussaint, François CAVIGLIOLI s'arrêta pour boire à la buvette du col de Saint-Antoine, au-dessus de VICO.

 

   Il fit du tir à la cible dont les échos durent parvenir jusqu'à la place Casanelli. Il arrêta le car d'Ajaccio et obligea les voyageurs à chanter un lamento avec lui. Il s'empara finalement d'une voiture et obligea un menuisier de BALOGNA à conduire le groupe jusqu'à ce village.

 

Balogna

Balogna

 

 A BALOGNA, les bandits s'arrêtèrent à un café où ils commandèrent un repas. Après avoir coupé le fil de la cabine téléphonique, ils attendirent et ils finirent par voir dans leurs jumelles une voiture de gendarmes qui grimpait la route sinueuse. Les hors-la-loi  se disposèrent pour l'embuscade qui aura lieu près du pont, un peu avant l'entrée du village.

 

    Quand le véhicule des forces de l'ordre arriva, il fut accueilli par une pluie de projectiles lancés par la mitraillette et le fusil de Jean-Baptiste et Toussaint. Le maréchal des logis TOMI et le gendarme KLEIN furent tués. Le gendarme SOYER, chauffeur de la voiture, eut le bras brisé (il fut ensuite amputé). Quant au  lieutenant NEUVEGLISE, il fut grièvement blessé à l'abdomen et à la poitrine.

 

   Mais le gendarme CHAZE parvint à sortir de l'automobile et à répliquer par des rafales de fusil-mitrailleur. François CAVIGLIOLI, qui s'était imprudemment approché, reçut une balle en plein front. Ses complices prirent alors la fuite, Toussaint étant blessé par un autre tir de CHAZE. La bande se réfugia dans le maquis autour de BALOGNA.  

 

 

Photo publiée dans "Détective" du 26 novembre 1931.

Photo publiée dans "Détective" du 26 novembre 1931.

 

Toussaint se constitua prisonnier le 1er décembre près de BELFIORE, à côté de VICO. Jean-Baptiste TORRE fut capturé à MUNA deux mois plus tard, le 10 février 1932, après avoir, paraît-il, été endormi par des beignets contenant un soporifique.

 

   L'agression de GUAGNO-LES-BAINS était vengée.

 

 

 La sanglante bataille de BALOGNA eut un grand écho dans la presse, dépassant celui de l'attaque de l'établissement thermal du 17 août. Voici le début de l'article paru en première page du PETIT PARISIEN du 3 novembre 1931. La seconde partie, non reproduite ici, rappelle en détails l'affaire des Bains.

 

Guagno-les-Bains vengé à Balogna

  

Une gravure en couleurs de la scène de l'attaque, qui se voulait "reconstituée avec les documents et les précisions de l'affaire" (mais qui comporte pourtant quelques erreurs), fit la première page du numéro 2134, daté du 15 novembre 1931, de L'Illustré du Petit Journal, lequel était le nouveau titre du Petit Journal Illustré depuis le 18 octobre.

 

Guagno-les-Bains vengé à Balogna

 

En tout cas, avant les derniers moments de CAVIGLIOLI, une spectaculaire expédition militaire en Corse avait été décidée par le gouvernement et elle débuta quelques jours après.

 

Ce sera le sujet de la prochaine série d'articles, "Chronique de l'épuration du maquis", qui débutera le 7 novembre.

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 17:18
Rappel: Saxophone à Soccia

 

Un excellent concert de saxophone est prévu

 

 

à Soccia jeudi 4 novembre,

à 17h30 dans l'église.

 

 

Adrien Ledoux, professeur de saxo du conservatoire d’Ajaccio et membre du Quintette improbable, interprétera des œuvres de Jean-Sébastien BACH et d'Astor PIAZZOLA, deux compositeurs très différents mais tout aussi géniaux.

 

Ce concert est offert au village en mémoire de Patrick JULIEN.

 

Le prix des places est fixé à 10€ et la recette sera intégralement reversée à l’association ARTHUR.


Un vin chaud sera servi à la sortie du concert.

 

Rappel: Saxophone à Soccia
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 23:01

 

Le temps maussade n'a pas empêché les Poggiolais de manger les bastelle, de boire et de chanter de midi jusqu'au soir.

 

 

Photos extraites de la page Facebook du Comité des fêtes u Pighjolu / I Bagni.

 

 

On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
On a apprécié les bastelle
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 18:00

 

La période dite "de la Toussaint" est le moment où beaucoup pensent à fleurir les tombes de leur famille. A ce propos, il faut souligner la qualité du nettoyage effectué cet été au cimetière de Poggiolo à la demande de la mairie.

 

Photos prises le 7 août 2021 par Michel Franceschetti.
Photos prises le 7 août 2021 par Michel Franceschetti.

Photos prises le 7 août 2021 par Michel Franceschetti.

 

Le jour des morts (ou des Trépassés comme l'écrivent pudiquement certains calendriers) est le 2 novembre, qui n'est pas  jour férié. Mais la Toussaint a lieu la veille, le 1er novembre, et elle fait partie des onze jours de fêtes officiellement fériés en France. Les deux dates sont maintenant confondues, surtout depuis qu'elles sont englobées dans la première série des vacances de l'année scolaire.

 

Depuis environ l'an 835, Toussaint est dédié par l'Eglise catholique à tous les saints connus et inconnus qui vécurent en "témoins du Christ". Les chrétiens portent la dénomination de ces saints sous forme de prénom.

 

On se sent protégé par son saint, surtout si l'on connaît un peu les particularités de celui-ci.

 

Le prénom étant personnel, il permet de distinguer les différents membres d'une même famille. Mais l'influence chrétienne a influencé les choix, causant de nombreuses homonymies.

 

Ainsi, à Poggiolo, les Jean, Antoine, François, Marie ont toujours été extrêmement nombreux.

 

La tradition fut pendant longtemps d'utiliser les mêmes prénoms dans chaque famille.

 

Mais chaque famille a également ses prénoms préférés qui sont beaucoup moins donnés dans d'autres.

 

Ainsi, plusieurs CECCALDI ont eu (et ont encore) le prénom Valère.

Chez les PINELLI, Laurent a été plusieurs fois utilisé.

On compte neuf Philippe dans la famille FRANCESCHETTI.

 

Le prénom est un marqueur familial, religieux et culturel important. Il ne doit donc pas être choisi à la légère, même s'il peut y avoir des moments de mode.

 

Les tombes et les prénoms sont importants pour connaître et transmettre ses racines.

 

Le sens des 1er et 2 novembre et l'importance des prénoms ont déjà été évoqués dans les articles suivants:

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 17:24

Les activités prévues pour ces prochains jours étant très nombreuses, un rappel est nécessaire.

 

BASTELLE À POGGIOLO:

- samedi 30 octobre: rendez-vous à 14 h pour découper les légumes

- dimanche 31 octobre: rendez-vous à 7h30 à la salle des fêtes pour confectionner et cuire les bastelle... et les manger!

 

 

CÉLÉBRATIONS RELIGEUSES:

Lundi 1er Novembre

BÉNÉDICTION DU CIMETIÈRE

APPRICCIANI 10h ARBORI 10h MURZO 10h NESA 11h

POGGIOLO 10h

ORTO 11h BALOGNA 10h LETIA ST ROCH 16h

 

MESSE de TOUSSAINT

SOCCIA 15h
VICO 15h
LETIA SMARTIN 15h

 

Mardi 2 novembre (DÉFUNTS)

GUAGNO 11h MARIGNANA 11h RENNO 11h

GUAGNO LES BAINS 15h: avec BÉNÉDICTION DU CIMETIÈRE

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

Samedi 11 février

Pulenta à Soccia.

Réservations au 06-74-20-22-68.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907