Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2022 6 03 /09 /septembre /2022 17:53
Fourmis à Piedi Pidocchio (Poggiolo)

Fourmis à Piedi Pidocchio (Poggiolo)

 

 

Toi, petite fourmi, tu fais lever mes yeux

Vers ces mondes géants qui roulent dans les cieux

Car je crois qu’en plein jour, à travers le bleu voile,

Tu sais prendre pour guide une lointaine étoile,

Tu as, comme autrefois le mage et le berger,

Ta boussole céleste quand tu dois voyager.

Oui, le ciel te conduit, diligente ouvrière,

Unie à l’astre d’or par un fil de lumière !

Et malgré cette gloire, au travail, ton ami,

Modestement tu vas, toi, petite fourmi !

 

Poggiolo, septembre 1922

 

 

 

Ainsi que l'indique la dernière ligne, ce poème a bien été écrit à Poggiolo il y a exactement cent ans. Un centenaire à ne pas oublier et qu'il aurait fallu fêter.

 

 

Mais ce poème ne vient pas d'un Poggiolais ni même d'un écrivain. Il est l’œuvre d’un Suisse et d’un savant, Félix SANTSCHI, dont la découverte est exposée dans ces vers.

 

 

 

 

DE LA SUISSE À POGGIOLO

 

Né à Bex (canton de Vaud, en Suisse) en 1872 et mort à Lausanne en 1940, Félix SANTSCHI a connu une carrière qui est résumée ainsi par le «Dictionnaire historique de la Suisse» :

 

Sa famille s'installe à Menton, puis à Buenos Aires, avant de revenir à Lausanne. Aide-préparateur à l'université de Lausanne, engagé comme assistant d'anatomie par Edouard Frédéric Bugnion (1895-1897). En 1896, S. voyage en Colombie et au Venezuela avec Auguste Forel et Bugnion pour récolter des fourmis. Soutenu par celui-ci, il fait des études de médecine (1895-1900, doctorat), mais, n'ayant pas de maturité fédérale, il n'est pas autorisé à pratiquer. Il s'établit à Tunis en 1901, puis à Kairouan (premier médecin étranger autorisé à y ouvrir un cabinet). S. a décrit quelque 2000 espèces et variétés de fourmis, découvrant certaines de leurs capacités de navigation (d'après le soleil et les odeurs qu'elles sécrètent). Membre de la Société suisse d'entomologie. S. revient en Suisse en 1940. Une fondation créée à l'université de Zurich en 1985 porte son nom.

http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F41562.php

 

 

 

Les fourmis poggiolaises ont fait progresser la science

 

Observateur infatigable du monde des fourmis, il observa près de 2.000 types de fourmis et publia 188 articles ou ouvrages entre 1906 et 1939 (liste complète sur le site spécialisé: http://www.antcat.org/references pages 266 à 272). Les Tunisiens le surnommaient Tabib-en-neml, le docteur des fourmis.

 

Dans ses listes de fourmis, il cite plusieurs variétés observées à Poggiolo. Il est difficile, dans l’état actuel de notre documentation, de préciser combien de séjours il fit dans le village mais il est certain qu’il y passa trois mois entre juillet et septembre ou octobre 1922.

 

L'entomologiste y fit une expérience fondamentale, dont il sera question ci-dessous, le 12 août 1922.

 

Il nous fournit des indications sur la nature poggiolaise de cette époque, même sur les pluies de septembre de cette année-là en écrivant:

 

«A Poggiolo (Corse), par 750 m. d’altitude, j’ai pu observer par les nuits étoilées mais fraîches du 17 au 26 septembre (il avait plu abondamment les jours précédents) les Crematogaster scutellaris dont j’ai déjà parlé, se presser nombreuses, alertes et actives, comme en plein jour, dans leurs longues files» («L’orientation sidérale des fourmis…», Mémoires de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles, n°4, 1923, page 151).

 

 

Nous ignorons où il logeait mais nous savons à quelle heure il commençait sa journée car il nota :

 

«Poggiolo, 30 août 1922. Une seule femelle (de Bothriomyrmex meridionalis Rog., v. corsica), prise au vol pendant mon déjeuner à 7 ½ h du matin. Je n’ai pas pu trouver d’autres individus ni aucun nid durant trois mois de recherches.» («Note sur les fourmis paléoarctiques», Boletin de la Real Sociedad Espanola de Historia Natural, marzo 1923, page 136).

 

Ce spécimen était particulier par rapport à d’autres variétés proches car «elle diffère par ses antennes, surtout les scapes (partie des antennes), plus minces.». Félix SANTSCHI remarquait que de nombreuses fourmis poggiolaises ont des différences par rapport au modèle général, comme la Bothriomyrmex corsicus ou la Leptothorax tuberum, «découverte par moi-même sous l’écorce d’un abricotier» à Poggiolo (ce qui prouve qu'il existait alors bien plus d'arbres fruitiers que maintenant) et dont la reine est «plus robuste que le type» («Messor et autres fourmis paléarctiques» dans «Revue suisse de zoologie», vol. 30, n°12, septembre 1923, p. 331-332).

 

Il serait fastidieux d’énumérer toutes les observations faites dans notre village mais elles furent très nombreuses et fructueuses.

 

Ce spécialiste des fourmis ne dédaignait cependant pas les autres insectes puisque, dans «le compte-rendu de l’administration municipal de la ville de Genève pendant l’année 1922», il est fait mention d’un don de «une série d'Araignées de la Corse», effectuée par «M. le Dr F. SANTSCHI, à Poggiolo per Soccia (Corse)»

 

 

 

 

LA BOUSSOLE CÉLESTE

 

Mais la célébrité de ce savant et de Poggiolo vient de ses travaux sur la façon dont les fourmis pouvaient s’orienter.

 

L’article, déjà cité, sur «L’orientation sidérale des fourmis…», publié dans les "Mémoires de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles, n°4, 1923", montre que, après avoir éliminé diverses hypothèses, SANTSCHI pensa que le soleil jouait un grand rôle dans les déplacements de ces animaux.

 

En utilisant un miroir, il fit déplacer l’image du soleil selon des angles différents et, chaque fois, les fourmis modifièrent leur déplacement.

 

Les expériences décisives eurent lieu à Poggiolo le 12 août 1922.

 

Les cobayes étaient des Aphaenogaster spinosa de fourmilières différentes et qui avaient été isolées de leur nid. Chaque fois, le reflet solaire artificiel entraîna une déviation. Le miroir retiré, les fourmis rejoignirent leurs congénères sans encombre. La figure reproduite ci-dessous décrit l’expérience.

 

Les fourmis poggiolaises ont fait progresser la science
Les fourmis poggiolaises ont fait progresser la science

 

L’énigme était résolue. L’émotion que ressentit alors Santschi se manifesta avec la composition du poème cité au début de cet article. Cet homme cultivé, ami du peintre Paul KLEE, rédigea ces vers à Poggiolo même.

 

 

SANTSCHI accomplit en Afrique du Nord d’autres essais qui donnèrent les mêmes résultats.

 

 

Ces travaux firent autorité pendant cinquante ans, jusqu’à ce que Karl von Frisch complète l'explication en apprenant que la lumière du Soleil est polarisée, et en vérifiant que les insectes peuvent le percevoir.

 

 

Les fourmis poggiolaises ont permis à la science de faire un pas important. Nous devons donc les respecter en souvenir de leur contribution. 

 

Nous pouvons aussi sourire en imaginant le spectacle de ce Suisse moustachu et barbichu, armé de loupe, pinces, carnet de notes, miroir, etc., examinant les herbes, les mousses, les arbres et les pierres des murs du village sous les yeux de nos aïeux.

 

 

Précision: tous les documents cités sont en libre accès sur internet.

 

Fourmis à Vignarella (Poggiolo)

Fourmis à Vignarella (Poggiolo)

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2022 5 02 /09 /septembre /2022 18:00
Devinette du mois: Poggiolo centre du monde scientifique

 

Il y a exactement un siècle, Poggiolo fut le centre du monde.

 

Il faut préciser "du monde scientifique".

 

Et cela grâce à ce personnage.

 

Qui était-il?

 

Qu'a-t-il fait à Poggiolo?

 

Réponse demain.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2022 4 01 /09 /septembre /2022 18:03

 

Voici exactement cent ans, le petit village de Poggiolo, aussi étonnant que cela puisse paraître, était pourtant le centre du monde.

 

Pourquoi ?

 

Réponse prochainement.

La devinette du mois: Poggiolo centre du monde
Partager cet article
Repost0
2 août 2022 2 02 /08 /août /2022 18:00

 

Réponse à la devinette du mois

 

Avec l'utilisation massive du GPS pour n'importe quel déplacement, il est très loin le temps des cartes Michelin, ces cartes routières qu'il fallait déplier dans la voiture pour retrouver son chemin et qu'il fallait tourner et retourner pour leur donner la bonne orientation!

 

 

Toutefois, le conducteur était aidé.

 

Les routes étaient bordées par les bornes kilométriques. D'une hauteur de 65 centimètres, ces blocs en pierre (puis en métal) avaient un sommet arrondi de couleur rouge pour les nationales et jaune pour les départementales. Des inscriptions à la peinture noire donnaient le nom de la voie et de la prochaine agglomération avec sa distance. Comme leur nom l'indiquaient, ces bornes se trouvaient à chaque kilomètre.

 

 

Il existait aussi, comme maintenant, aux croisements et aux bifurcations, des pancartes donnant la direction des localités proches.   

 

Hier et maintenant: mieux que le GPS (solution de la devinette)

 

Cette photo, qui doit dater d'un peu avant 1960, montre un poteau entouré par Hervé CALDERONI et sa grand-mère Antoinette OTTAVY. Non seulement, il donne le sens à suivre pour aller à Poggiolo et Orto, mais il donne le kilométrage. La précision, à la centaine de mètres près, est presque équivalente à celle d'un GPS. 

 

Où se trouvait ce poteau?

 

La réponse n'est pas évidente mais ce pourrait être le carrefour du Genice ou bien alors au-dessus de Guagno-les-Bains, près de la chapelle Saint Antoine. La direction indiquée serait celle de la route allant vers le Genice. Mais, dans ce cas, il est bizarre que Guagno ne soit pas marqué.

 

Actuellement, au même endroit, la signalisation est la suivante:

 

Hier et maintenant: mieux que le GPS (solution de la devinette)

 

Mettant de côté la sempiternelle polémique sur l'état de désolation des panneaux actuels, on peut constater que les anciens panneaux étaient plus grands et plus lisibles. Et une évidence s'impose: maintenant, la distance n'est plus du tout indiquée. Le conducteur qui vient pour la première fois ignore combien de temps il va encore rouler et se trouve dans une situation plus difficile qu'il y a soixante ans.

 

La disparition des chiffres serait-elle un cadeau donné aux vendeurs de GPS? 

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 17:52

 

   Avant l'invention du GPS, la signalisation routière permettait de connaître le chemin à suivre, d'autant plus que les panneaux étaient très précis.

La devinette du mois: mieux que le GPS

 

Où se trouvait ce panneau?

 

Quelle est l'identité des deux personnes qui l'entourent?

 

Réponses demain. 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2022 6 04 /06 /juin /2022 18:00
Solution de la devinette. Hier et maintenant: des baigneurs prudents

 

Quand, en juillet 1969, ces deux baigneurs s'aventurent dans l'eau près de Tiuccia, ils ont quand même une vingtaine d'années.

 

Cette image est une copie d'écran d'un film tourné alors par Michel FRANCESCHETTI, ce qui explique sa qualité très moyenne. Mais découper la séquence permet de fournir plusieurs photos. 

 

Solution de la devinette. Hier et maintenant: des baigneurs prudents

 

Ici, on peut comprendre que le personnage de gauche semble entraîné par son camarade. Il faut voir le film pour s'apercevoir qu'il porte des lunettes. Il s'agit de Joël CALDERONI.

 

Solution de la devinette. Hier et maintenant: des baigneurs prudents

 

Le personnage qui se trouvait à droite et qui finit par se jeter à l'eau, tout en gardant sa casquette, était Jean-Marc TRAMINI.

 

Solution de la devinette. Hier et maintenant: des baigneurs prudents
Solution de la devinette. Hier et maintenant: des baigneurs prudents

 

Tous deux purent rejoindre les copains sur la plage pour blaguer et s'amuser. C'étaient les vacances d'été avec des plaisirs simples.

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 18:00

 

Avec le "pont" de l'Ascension, certains ont pu goûter comme un prélude aux plaisirs estivaux. La baignade a même été possible.

 

Mais il faut être prudent en début de saison et suivre l'exemple donné par les deux Poggiolais de cette image: ils pénètrent prudemment dans l'eau en se tenant par la main et ils ont même des casquettes pour se protéger du soleil. 

 

Qui étaient ces deux jeunes baigneurs?

 

Il faut préciser: jeunes de l'été 1969.

 

Réponse: demain samedi.

 

La devinette du mois. Hier et maintenant: des baigneurs prudents
Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 18:00

 

 

Solution de la devinette: Vico et Murzo par Poggioli

 

Le tableau-mystère n'est pas resté mystérieux pour tous nos lecteurs. Ils ont pu identifier Murzo avec son église caractéristique et, au premier plan, plusieurs maisons de Vico. L'artiste avait peut-être planté son chevalet du côté du couvent ou de Nesa. 

 

Ce tableau, intitulé "Vue de Murzo et Vico", fait partie des "nouvelles acquisitions" du Musée FESCH d'Ajaccio. D'après le panneau d'information, il a été donné par François et Marie-Jeanne OLLANDINI. Il se trouve d'ailleurs dans la salle François OLLANDINI.

 

Toutes les photos de cet article sont de Philippe PRINCE.
Toutes les photos de cet article sont de Philippe PRINCE.

Toutes les photos de cet article sont de Philippe PRINCE.

 

Mais qui est cet artiste? Voici la présentation qui en est faite sur le site de la galerie Alexis PENTCHEFF de Marseille (https://www.galeriepentcheff.fr):

 

Marcel Poggioli naît en 1881 à Marseille, où son père, originaire de Carbuccia, est venu s’employer comme marin. Le jeune artiste suit les cours des Beaux-Arts de Marseille et complète sa formation par un séjour en Italie, à Florence puis à Rome. Il fait également un passage à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris avant de rejoindre sa région natale.

 

Il participe à de nombreuses expositions dans sa ville et envoie régulièrement ses œuvres à l’occasion des divers salons parisiens. Il répond aussi à une importante commande décorative, publique et privée, à Marseille et en Corse, illustre fréquemment revues et ouvrages. 

 

En 1921, l’ancien élève des Beaux-Arts de Marseille y est nommé professeur de dessin et d’art décoratif, poste qu’il occupera jusqu’en 1948. Poggioli n’oublie jamais la Corse et rejoint dès qu’il le peut son appartement ajaccien, aménagé en atelier. Il possède aussi une maison entre Porto et Sagone où il demeurera le plus souvent après avoir quitté son poste de professeur à Marseille.

 

Marcel Poggioli est considéré comme un artiste corse et provençal à la fois, un peintre méditerranéen avant tout, qui puise sa retenue à la merveilleuse lumière des ports et des calanques d’ici et là bas. Il meurt à La Ciotat en 1969.

 

Dans la salle OLLANDINI, se trouve également un tableau de Marcel POGGIOLI intitulé "Sposata".

 

Solution de la devinette: Vico et Murzo par Poggioli
Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 18:00

 

Disparue depuis quelque temps, la rubrique "La devinette du mois" revient avec une photo d'œuvre d'art envoyée par Philippe PRINCE.

 

Cette peinture représente un village et un morceau d'un autre.

 

De quels villages s'agit-il?

 

Quel est l'auteur de cette œuvre?

 

Où se trouve-t-elle?

 

Réponse demain.

 

La devinette du mois : quels sont ces villages?
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2021 5 05 /11 /novembre /2021 18:00

 

   Le paquebot "El Djem" a une place particulière dans l'histoire de la Corse.

 

   Navire allemand devenu français en 1919 au titre des réparations des dommages de guerre, c'est à son bord que de nombreux policiers et militaires furent transportés avec un équipement impressionnant (armes, munitions, blindés) pour réprimer le banditisme en Corse.

 

Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis

 

IL Y A QUATRE-VINGT-DIX ANS

  

   En novembre 1931, le gouvernement français, dirigé par Pierre LAVAL, lança une expédition de grande envergure en Corse.

 

     Les bandits, qui n'étaient plus "bandits d'honneur" depuis longtemps, accumulaient les actions criminelles, humiliaient les pouvoirs publics et devenaient les vedettes des journaux et magazines.

 

     Dans ce blog, la série d'articles intitulée "Mauvaise pub pour Guagno-les-Bains" a évoqué la situation du banditisme de l'époque dans notre zone des Deux-Sorru.

 

   L'attaque de l'établissement thermal le 17 août 1931 fut le déclencheur. Des forces policières nombreuses et lourdement armées, amenées par "El Djem", débarquèrent à Ajaccio le 8 novembre 1931. L'île fut soumise à un véritable régime militaire. L'opération fut assez efficace car plusieurs hors-la-loi furent arrêtés (certains plusieurs mois après). Il est vrai que deux d'entre eux avaient été éliminés juste avant l'arrivée des renforts continentaux: François CAVIGLIOLI le 2 novembre et Joseph BARTOLI le 6 novembre.

 

   On parla alors de "l'épuration du maquis", terme qui, malgré son ambiguïté, est réutilisé pour cette nouvelle série du blog des Poggiolais. Evoquer largement ces épisodes n'est pas incongru sur ce blog car les Deux-Sorru furent souvent placés au centre de ces opérations. Le moment de cette publication n'est pas innocent car, en 2021, nous sommes exactement à quatre-vingts-dix ans de ces événements.

 

   La chronique sera quotidienne et s'étalera du 7 novembre au 2 décembre sous le titre "Chronique de l'épuration du maquis". 

 

 

NOTRE MÉTHODOLOGIE

 

     Cette "épuration" sera racontée uniquement au moyen d'articles parus dans des quotidiens continentaux. Nous verrons ainsi comment, jour après jour, pouvaient être informés les Français éloignés du théâtre d'opérations.

 

   La base essentielle sera constituée par LE PETIT PROVENÇAL et LE PETIT MARSEILLAIS, quotidiens marseillais ayant le grand tirage de tout le Sud-Est, le premier étant de gauche, l'autre étant de droite. Ils publiaient souvent des articles sur la Corse, en raison de la forte présence insulaire à Marseille. La collection en a été étudiée aux Archives Départementales de Marseille et sur le site Retronews.
   

Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis
Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis

 

   Nous nous servirons également de deux journaux très politisés: L'ACTION FRANÇAISE, royaliste, et L'HUMANITÉ, communiste. Eux aussi ont rendu compte de cette expédition mais en y ajoutant leurs propres analyses politiques, souvent originales par rapport à l'ensemble de la grande presse et très critiques sur l'initiative gouvernementale, avec, pour le premier, la verve inimitable de Léon DAUDET. Le site Retronews permet lui aussi d'accéder à leurs versions numérisées.

 

  Plusieurs emprunts seront faits à la remarquable étude de Ralph SCHOR La presse française continentale et l'extermination des bandits corses en 1931.

 

Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis
Solution de la devinette: EL Djem et la répression du maquis

 

   Cette chronique ne sera pas une véritable étude historique et scientifique. Nos articles résumeront ou copieront les articles, photos et caricatures les plus significatifs de l'époque avec des commentaires réduits et partiels. Tout ne sera pas diffusé: nous nous centrerons sur les Deux-Sorru ou sur ce qui est général, mais pas sur tous les fronts établis par la police en novembre 1931.

 

   Cette série d'articles est un gros travail et il est possible que des erreurs s'y trouvent. Dans ce cas, n'hésitez pas à les signaler. Vous pouvez également faire part de vos réactions dans la rubrique "Commentaires" qui est sous chaque article. 

 

    Bien entendu, entre les parties de cette rétrospective, le blog continuera à vous informer de l'actualité de POGGIOLO et des villages voisins pour 2021. Ces informations paraîtront alors vers 18 heures, tandis que les articles de "Chronique de l'épuration du maquis" seront publiées  à 8 heures du matin.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Noël:

du samedi 17 décembre au mardi 3 janvier

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907