Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 06:46
 
 
C'est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès soudain d'Yves LUTET le mari de Sophie TOTI, 
Nous garderons tous en memoire la rénovation du tableau de la vierge de notre eglise d'Orto qui leur avait été confiée et qu'ils avaient réalisé tous deux, avec succès. Le village de Poggiolo avait aussi eu le plaisir d'exposer ses tableaux dans la salle des fêtes.
Ce soir, nous sommes très tristes de son départ si prématuré.
Nous pensons très fort à Sophie, à ses enfants : Camille, Zoé, Bastien et Martin et leur présentons nos sincères condoléances.
 
(Texte publié par Bernadette PIETRI sur Facebook vendredi 22 janvier)

 

Le blog des Poggiolais ajoute également ses condoléances à toute la famille.

 

En pièce jointe, l'article paru dans "Corse-Matin" le 28 octobre 2015 et consacré à la restauration des fresques de la salle de réunion du couvent de Vico par Yves LUTET et son épouse.

 

Cliquer sur l'image pour lire plus facilement.

 

Décès d'un artiste

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 13:50

 

Demain vendredi 15 janvier, France 3 Via Stella diffusera un reportage sur le Festival de musique "Sorru in Musica" qui, grâce à la volonté de Bertrand CERVERA, a été le seul festival de musique à avoir eu lieu en Corse pendant l'été 2020. 

 

 

Un reportage sur Sorru in Musica


Le festival « déconfiné » de Vicu sous les projecteurs

 

Il avait fait partie des rares rescapés d’une saison fatale aux nombreux festivals qui égayent habituellement l’été corse. Du 21 au 30 juillet, Sorru in Musica est en effet parvenu à s’adapter à un contexte hautement défavorable. Organisateurs, bénévoles, musiciens, chanteurs, comédiens, professeurs et élèves de l’académie de musique, conférenciers, celles et ceux qui font le festival, sont allés à la rencontre du public pour partager la musique gratuitement.

Si les règles sanitaires ont été respectées, aucune concession n’a en revanche été faite en matière d’ambition culturelle, de programmation ni de transmission, puisque l’académie de musique Sorru in Musica a accueilli, en parallèle du festival, 40 étudiants de Corse et d’ailleurs, venus suivre des master class. Un festival « déconfiné » qui fait l’objet d’un documentaire, écrit et réalisé par Pierre-Antoine Beretti, que l’on découvrira ce vendredi 15 janvier, à 20 h 45 sur ViaStella, sous la forme d’un journal de bord. La chronique de ces jours d’incertitude où la volonté farouche de créer, partager et vivre, a triomphé des obstacles…

(paru dans "Corse-Matin, jeudi 14 janvier)

 

Ce reportage sera rediffusé:

- lundi 18 à 23 h

et

-dimanche 24 à 0h00.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 18:00

 

La pandémie gênant la diffusion d'exemplaires papier, la rédaction du mensuel "INSEME" s'est convertie depuis le mois d'avril à une parution sur internet. Une nouvelle étape vient d'être franchie avec le numéro de janvier. Il vient d'être publié sur Calameo, système qui permet aux lecteurs de feuilleter le journal comme s'il était en mains.

 

Par la même occasion, la maquette a été refaite avec une première page et des titres en bleu clair à la place de l'orange des mois précédents. 

 

"Inseme" fait peau neuve

 

Les particularités de "Inseme", qui mêle billets religieux et informations diverses sur les Deux Sorru et les Deux Sevi, sont toujours là.

 

Pour lire le bulletin, suivez le lien:

https://www.calameo.com/read/0029930530715240482fe

 

 

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 17:55

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la tombe de Petru Santu LECA, mort en 1951, fut rapidement oubliée. Il fallut que Jean-Pierre GIAFFERI, le maire d'Arbori de l'époque (le maire actuel est Paul CHIAPPELLA), ordonna des recherches en 2017 pour qu'elle fut retrouvée dans le carré privé extérieur au cimetière communal.

 

Vous trouverez ci-dessous, publié dans "Corse-Matin" du 6 novembre 2017, le compte-rendu de la cérémonie rédigé par Pascale CHAUVEAU ainsi que la notice biographique qui l'accompagnait.

 

Bénédiction de la tombe par le père Bonnafoux et le diacre François-Aimé Arrighi.

Bénédiction de la tombe par le père Bonnafoux et le diacre François-Aimé Arrighi.

 

Hommage au poète Petru Santu Leca 

.... 

Jean·Pierre Giafferi, maire du village, a pris l'initiative de démaquiser le carré privé où était supposé reposer celui qui reste une des gloires du village. 

Dernièrement, un hommage à Petru Santu Leca, mort en 1951, a été rendu sur sa tombe en présence de membres de sa famille et d'une trentaine d'invités. 

Au siècle dernier, nul n'avait le culte des morts tel qu'on le connait aujourd'hui: les sépultures étaient limitées par deux pierres au sol, permettant d'identifier les emplacements au cas où les croix de bols finiraient par pourrir et disparaître. Sans famille sur place, faute de pierre tombale ou de stèle portant un nom, nombre de défunts sont tombés dans l'anonymat le plus complet. À Arbori, on savait le poète enterré au cimetière, en dehors de la partie communale. 

Jean-Pierre Giafferi, maire du village, a pris l'initiative de démaqulser le carré privé où était supposé reposer celui qui reste encore aujourd'hui une des gloires du village (une plaque a été apposée sur sa maison natale en 1961), et d'organiser in situ une cérémonie en hommage. 

Venue spécialement de Paris et très émue, Marie-Florence Roncaloyo a tiré un portrait Intime de ce grand-oncle dandy et léger, et raconté quelques souvenirs de famille. Mais elle a surtout rappelé la démarche Intellectuelle de Petru Leca. Professeur d'Italien à Nice dans les années 20, fondateur de la revue culturelle méditerranéenne L'Aloès, il publiera ensuite dans la revue L'Annu Corsu, fondée par son ami et futur beau-frère Paul Arrlghi. 

À son tour, Jean-Joseph Franchi, professeur de lettres et documentaliste, a lu un poème du poète, entrecoupant les vers de commentaires instructifs et pleins d'humour. Car, dans toute son œuvre, Petru Leca a implanté son village d'Arbori au cœur de l'âme corse. Enfin, Jean-Claude Leca interprétait Ti tengu cara, magnifique chanson de sérénade écrite par Petru Leca et immortalisée par Antoine Ciosi, avant que la tombe ne soit bénie par le père Bonnafoux et le diacre François-Aimé Arrighi. 

PASCALE CHAUVEAU 

 

 

Notice biographique: Un régionaliste 

Dès la fin du XIXe siècle, quelques auteurs manifestent une volonté de préserver leur langue et leur culture. Le documentaliste Jean-Joseph Franchi remarque qu'à Arbori sont nées plusieurs revues corses. 

En 1880, Santu Casanova crée A Tramuntana. En 1923, Paulu Arrighi et Antoine Bonifacio fondent L'Annu Corsu, où figurent des textes et poèmes de Petru Leca dès le début. Puis viendra A Muvra à l'initiative de Petru Rocca. Contrairement aux autres revues décriées pour leur bienveillance envers l'Italie de Mussolini, L'Annu Corsu prône un "régionalisme de bon aloi" et devient d'ailleurs rapidement L'Année corse. 

Dans le premier numéro, les auteurs affirment "n'avoir ou ne voulant avoir aucune idée politique, n'étant ni séparatistes, ni autonomistes, ni nationalistes, ni italophiles, ni francophobes, mais simplement régionalistes ou corsistes". Le seul but est de faire connaître la petite patrie et la littérature locale. Lues dans le monde entier, ces revues ont permis d'accoutumer les Corses à la lecture de leur idiome. et à en montrer la richesse et le charme. 

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 17:54

 

La plus célèbre des œuvres de Petru Santu LECA mérite d'être bien connue.

Voici donc le texte de "Ti tengu cara" en corse et en traduction française.

Et vous pouvez aussi goûter la délicate version franco-corse de Jean-Pierre Marcellesi et Claire Keim, enregistrée  en public à Ajaccio le 1er juillet 2016. 

 

 

Toutes les paroles de "Ti tengu cara"

Cantu d'amore

 

Stammi vicina, ùn ti n’andà, ti tengu cara.

Soca nun senti cum’ellu trema lu me core ?

Da parechji anni sì per mè la perla rara

S’avessi à vive senza tè, bramu di more

 

E nostre case sò di punta à la sulana

Luce lu to purtellu à lu spuntà di u sole

Sò ch’è tù l’apri à lu sunà di la campana

Capelli sciolti cum’è le donne di le fole

 

Un possu rispirà l’aria chì tu rispiri

Senza trima ne di passione quandu u ventu

Carcu di basgi, di canzone è di suspiri

Porta dinnù lu to odore è chì lu sentu

 

Si fresca e pura quant’è l’alba appena nata

Un rusulaghju sì, fiuritu a tutte l’ore

Dammi la rosa la più bella a più bramata

Quella chì nasce è chì fiurisce in lu to core.

 

 

 

Image extraite du site http://corseimagesethistoire.over-blog.com

Image extraite du site http://corseimagesethistoire.over-blog.com

 

Chant d’amour

Reste près de moi, ne t’en vas pas , je t’aime

Ne sens-tu pas combien tremble mon coeur ?

Depuis longtemps tu es pour moi la perle rare

S’il me fallait vivre sans toi plutôt mourir.

 

Nos deux maisons ont leur façade au soleil

Ta fenêtre s’illumine dès les premiers rayons

Et je sais que tu l’ouvres dès l’angélus

Cheveux flottants comme les fées de nos légendes.

 

Et je ne peux respirer l’air que tu respires

Sans soudain trembler de passion lorsque le vent

Chargé de baisers , de chansons et de soupirs

Porte aussi ton parfum et qu’il me parvient.

 

Tu es fraîche et pure comme l’aurore à peine née

Tu es le rosier fleuri en toutes saisons

Donne-moi la rose la plus belle, la plus prisée

Celle qui naît et qui fleurit au plus profond de ton coeur.

 

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 18:00

 

"Reste près de moi, ne t'en vas pas, je t'aime".

 

Cette phrase est très connue sous sa version corse. Elle débute une chanson qui est devenue un classique des soirées sérénades.

 

Elle a été interprété par de multiples chanteurs professionnels ou amateurs comme Jeannot DEMARTINI, célèbre dans tout notre canton.

 

Devinette du mois: "Reste près de moi"

 

Quel est le titre de cette chanson?

 

Qui l'a composée?

 

Pourquoi l'évoquer en janvier 2021?

 

 

Réponse demain.

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 09:15

 

Mardi matin, de nombreux habitants du canton avaient fait le déplacement pour encourager l’enfant du pays, originaire de Soccia, qui se prêtait pour la première fois à une séance de dédicaces à la librairie l’Alinéa de Sagone.

 

A l’Alinéa, Mathieu Henry accueillait ses lecteurs avec du café, des frappe et des cannistrelli.

A l’Alinéa, Mathieu Henry accueillait ses lecteurs avec du café, des frappe et des cannistrelli.

 

Le premier roman de Mathieu Henry, Anna, est une enquête policière sur l’assassinat d’une jeune fille, ayant pour cadre un village de montagne. À travers ses deux enquêteurs, l’auteur y explore les secrets, les grandeurs, et les bassesses des habitants, jusqu’à l’ultime rebondissement.

 

Le jeune auteur est en passe de réaliser son objectif de 500 ouvrages vendus pour la première édition, mais a d’ores et déjà été contacté pour de futures séances de dédicaces, à la librairie la Marge d’Ajaccio, au café National de Vico au printemps, à l’Alinéa dans le courant de l’été, et à la prochaine foire au miel de Murzu en septembre.

 

Pascale CHAUVEAU

(Corse-Matin du jeudi 24 décembre)

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 18:00
Signature à Sagone

 

Amis des "2 Sorru", Mathieu Henry (de Soccia) sera heureux de vous dédicacer son premier roman "ANNA" 

 

le Samedi 19 Décembre

à La Librairie L' ALINÉA à Sagone

à partir de 9h30.

 

 

Venez nombreux !!!

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 17:45
Photo rmn.fr

Photo rmn.fr

 

Le plus grand succès de MAISTRALE fut peut-être «A CANZONA DI U CUCCU», magnifique ode à la Nature naissante, qui fut rapidement enregistrée sur disque et est toujours chantée.

 

Le coucou chante le printemps. Le printemps après les servitudes de l'hiver, c'est la liberté et l'indépendance.

 

Alors que nous sommes en décembre et que nous avons l'impression que toute cette année 2020 a été un long hiver, cette chanson donne du baume au cœur.

 

Le texte complet de ce poème se trouve en dessous de la vidéo. Il est extrait de la version de "Risa è canti" éditée en 2001 par le CRDP de Corse avec des commentaires de Dumenicantone GERONIMI.

 

 

 

 

 

 

A canzona di u cuccu
A canzona di u cuccu

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 18:00

Mathieu HENRY a présenté son roman "Anna" lors d'un entretien paru dans "Corse-Matin" le 1er décembre. Il s'explique sur son cheminement. Il révèle que le village d'Anna s'inspire beaucoup de Soccia.

---------------

 

Mathieu s'explique sur Anna

 

Après un recueil de nouvelles fantastiques paru en 2011, Mathieu Henry publie à 34 ans son premier roman, "Anna", publié aux éditions Les trois colonnes.

Une enquête policière dans un village de montagne, sur l’assassinat d’une jeune fille de 25 ans, apparemment sans problème. À travers ses deux enquêteurs, l’auteur va explorer les secrets, les grandeurs et les bassesses des habitants, jusqu’à l’ultime rebondissement.


Deux ouvrages, deux styles différents, et un dénominateur commun : votre village de Soccia en toile de fond. Quelles sources d’inspiration orientent vos choix d’écriture ?
Les nouvelles que j’ai écrites correspondaient aux styles de livres que je lisais à l’époque : horreur, épouvante, histoires fantastiques, avec des auteurs comme Stephen King ou Lovecraft. Tous les personnages que j’avais mis en scène étaient des amis et connaissances, ancrés dans le canton et connus de tous, ce qui m’avait aidé à m’inspirer. Cette fois-ci, tous les personnages sont fictifs, mais on peut retrouver toutefois l’ambiance et l’atmosphère de Soccia, voire y reconnaître certaines maisons. L’écriture de ces nouvelles courtes a été un bon entraînement pour construire ce roman policier de 160 pages, plus long, plus abouti et plus précis. Il contient plus de personnages et de rebondissements.

 

 

Mathieu s'explique sur Anna

 

Sept ans se sont écoulés entre les deux livres. Est-ce le temps qu’il vous a fallu pour écrire Anna ?

Oh non ! En janvier 2019, j’ai été longuement hospitalisé à Marseille pour un grave problème de santé. L’écriture m’a permis de tenir le coup. J’avais l’idée de départ en tête, et Anna a été écrit en trois semaines. Mais ensuite il m’a fallu un an pour relire, corriger, ajouter et enlever certains passages. Au fil de la réécriture, j’avais sans cesse de nouvelles idées, et j’ai même changé 3 ou 4 fois le coupable, en trouvant des liens plus logiques, des mobiles plus intéressants ou plus inattendus.
Ce travail de relecture n’en finit jamais. Mes deux tantes, Françoise et Marie-Claire, m’ont été d’une aide précieuse, ainsi que l’écrivain Jean-Michel Raffalli qui a bien voulu y jeter un œil. Si j’ajoute le regard de mes parents et de ma compagne, tous ces coups de main ont été essentiels, car, seul, j’aurais sorti le livre dans trois ans. On reste toujours partagé entre l’envie de modifier encore et celle d’en finir. Rendre son bébé est toujours difficile. Même si, au final, j’ai le sentiment que le livre est bien ficelé, j’ai hâte d’avoir les impressions des lecteurs en retour, leurs avis et critiques, savoir s’ils ont été surpris ou s’ils avaient deviné la fin.


Avez-vous rencontré des difficultés pour publier le livre ?
Déjà, pour le premier ouvrage, on m’avait dit qu’il était impossible d’être édité de nos jours si on ne connaît personne dans ce milieu. Éditer à compte d’auteur restait la seule solution. Les éditions Persée avaient toutefois participé à la création de la maquette et aux corrections, et j’avais dû assurer la promotion en participant notamment à la foire au miel de Murzu. Pour Anna, je travaille avec les éditions des Trois colonnes. Outre la librairie La Marge à Ajaccio qui avait constitué un petit stock, le livre doit être précom-mandé chez les libraires locaux et aussi auprès de la Fnac, Amazon, Cultura.


Avez-vous d’autres projets d’écriture ?
J’ai deux autres projets en tête, dont la première trame est quasiment terminée. L’idée de reprendre les mêmes enquêteurs que pour Anna m’a traversé l’esprit mais, finalement, je repartirai sur des bases nouvelles. En attendant, je continue à lire beaucoup, toujours Stephen King, mais aussi Franck Tillier, Pierre Lemaitre, Harlan Coben… La lecture est la meilleure façon de progresser dans l’écriture, car ce n’est pas ma formation d’origine : j’ai passé un DUT de gestion à Corte. Reste que si l’écriture n’est pas mon métier, cela reste une véritable passion, soutenue et encouragée par mes proches. Et pendant mon hospitalisation, cela a constitué une véritable thérapie

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907