Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 17:57
Geronimi est le meilleur du monde

Il faut près de trois quarts d'heure depuis Poggiolo pour rejoindre Sagone, en passant sur des routes qui, si elles ont été bien améliorées ces dernières années, n'en restent pas moins fort sinueuses.

Mais quel plaisir, ensuite, pour ceux qui aiment les bains de mer, de profiter des plages! Et quel plaisir, pour les gourmands, de déguster "LE MEILLEUR SORBET DU MONDE"! Ce titre a été attribué aux préparations de Pierre GERONIMI par le quotidien "Le Monde" qui lui consacre une demi-page de son numéro du 7-8 juillet. "A 44 ans, Pierre Geronimi est au sommet de son art", écrit le critique gastronomique Emmanuel Tresmontart.

Le maître-glacier explique qu'il "investit tout son argent dans l'achat de fruits frais de saison et de produits d'exception. La Corse, bien sûr, est chez lui à l'honneur".

Il se pose sans cesse la question: "Comment accompagner un produit dans le froid en restant au plus près de son goût naturel ? Comment fixer le goût d'un fruit sans ajouter de sucre ? A quelle température un produit peut-il donner le meilleur de lui-même ? Combien de temps une vanille doit-elle infuser afin de délivrer tout son parfum ?" Et chaque fois, il trouve les bonnes réponses dont des exemples sont donnés dans cet article qui se termine ainsi.

"Le glacier de Sagone est un poète. Comme le héros du Parfum de Patrick Süskind, il sait capter l'essence des choses, et peut-être aussi des êtres. Un émir du Qatar lui aurait d'ailleurs demandé une glace "au parfum de la femme aimée"...​"

http://abonnes.lemonde.fr/style/article/2013/07/06/du-champagne-pierre-geronimi-fait-des-sorbets_3443473_1575563.html

Pierre Geronimi a une page Facebook: https://www.facebook.com/glaces.geronimi.1

Adresse (mais tout le monde connaît la boutique, entre le Bowling et la station Total, face à la mer): Dolci, Résidence de la Plage, 20118 Sagone, Tél. : 04-95-28-04-13.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 18:34

Depuis une semaine que la consultation est lancée sur le choix du logo de Poggiolo, de nombreux votes ont été enregistrés. Les Poggiolais qui ne se sont pas encore exprimés ont une semaine pour le faire. Le vote prendra fin le 13 juillet.

Rappel: on peut voter

- par internet à larouman@gmail.com

- par téléphone au 04-95-24-58-87

- par lettre envoyée à: Bibliothèque - Place de la Mairie - 20125 - Poggiolo

- par bulletin déposé à la permanence de la Bibliothèque de 10 h à 12 h et de 16 h à 19 h (voir photo)

Attention: quelle que soit la formule utilisée, vous ne pouvez voter qu'une seule fois au total en indiquant un seul numéro de projet.

Comme déjà indiqué, aucun de ces projets ne mentionne Guagno-les-Bains car le nombre de projets était très réduit. Une autre consultation aura lieu pour cet endroit.

Votez pour l'image de Poggiolo

Voici les six projets parmi lesquels il faut choisir celui qui représentera le village.

Projet n°1

Votez pour l'image de Poggiolo

Projet n°2

Votez pour l'image de Poggiolo

Projet n°3

Votez pour l'image de Poggiolo

Projet n°4

Votez pour l'image de Poggiolo

Projet n°5

Votez pour l'image de Poggiolo

Projet n°6

Votez pour l'image de Poggiolo
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:49

Arrivant au terme de sa onzième année, car elle fut déclarée à la Préfecture le 15 juillet 2002, l'Association Artistique et Culturelle de Sorro in Sù montre actuellement les différentes facettes de ses activités dans une exposition qui est ouverte dans la salle du rez-de-chaussée de la mairie.

L'AACSIS organisa dans l'été 2004 le premier salon des artistes peintres (le prochain aura lieu les 3 et 4 août).

Le 4 décembre 2005, ce fut le premier marché de Noël, coutume également poursuivie.

L'association gère depuis 2005 la bibliothèque et participe au prix des lecteurs de la CTC.

Toutes ces actions, et bien d'autres encore, sont visibles sur dix panneaux comportant coupures de presse, affiches des expositions, peintures, photos, etc.

Exposition tous les jours sauf le mardi.

L'association montre ce qu'elle fait
L'association montre ce qu'elle fait
L'association montre ce qu'elle fait
L'association montre ce qu'elle fait
L'association montre ce qu'elle fait
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 18:05

Une dernière remarque, concernant en fait tout Sorru in sù et pas seulement Guagno-les-Bains, concerne le roman "Têtes de maures" de Didier DAENINCKX.

Quand son héros quitte la station thermale, on peut lire:

Une fois le col franchi, l'impression d'enfermement que l'on ressent dans ce village de moyenne montagne qu'est Guagno-les-Bains s'estompe. L'horizon cesse de buter sur les sommets, ne se résume plus aux crêtes, mais s'ouvre à l'infini de la mer, du ciel.

Les lignes précédant cet extrait laissent à penser que le col n'est pas Sorru mais Saint Antoine.

Guagno-les-Bains, Poggiolo, Soccia, Orto, Guagno sont dans un monde bien à eux, dans une piève complètement encerclée, c'est exact. Depuis ces villages, le regard s'arrête sur les versants des montagnes.

Se sent-on étouffé à cause de cela? Peut-être, si l'on a l'habitude d'être dans un port et d'avoir un panorama qui s'étend jusqu'à la ligne d'horizon. Et, quand la brume cache le Tretorre, elle nous transporte dans un monde magique.

Mais, au moins, les fracas du reste du monde arrivent amortis, même encore maintenant malgré internet et télévision satellitaire.

Nos ancêtres vivaient et travaillaient sans se sentir opprimés par le relief. Ils sortaient de la piève pour faire paître leurs bêtes dans la plaine de Sagone ou, plus tard, pour le service militaire. Le monde extérieur pouvait également se faire sentir brutalement, comme à l'occasion des guerres entre seigneurs de Leca et Génois.

Et, si l'on tourne sur soi-même, on voit bien la crête s'abaisser derrière le monument aux morts: le col de Sorru. Depuis la croix qui domine Soccia, on peut apercevoir du bleu de la mer.

Appréciez ces quelques photos de "l'enfermement".

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 18:01

Pour trouver la clef de l'énigme qu'il veut résoudre, le héros du roman policier de Didier DAENINCKX "Têtes de Maures" séjourne un temps à l'auberge des Deux Sorru, au-dessus de Guagno-les-Bains.

Guagno-les-Bains, cadre de roman (2/3: hôtel et fanfare)

Voici comment il y passe sa soirée (pages 98 et 99):

Assis près de la baie vitrée qui donnait sur la vallée sauvage du Fume Grosso, avec les inévitables chants polyphoniques en fond sonore, je m'étais régalé d'un sauté de veau corse suivi d'un flan à la châtaigne, effaçant les fatigues du voyage avec deux verres de vaccelli et un alcool de myrte offert par la maison. Avant de remonter dans ma chambre, je m'étais attardé devant la collection d'agrandissements de cartes postales anciennes qui décoraient les murs de l'accueil. La visite des scouts de Menton, la cuisson du pain au four communal, la bénédiction des cochons, les vieux devant la source d'eau chaude, le repas de mariage d'un Colonna et d'une Pinelli au café de la Liberté, un enterrement dans le cimetière en pente...

Guagno-les-Bains, cadre de roman (2/3: hôtel et fanfare)

Ces différentes remarques rendent immédiatement l'atmosphère des lieux.

Il est à remarquer que, dans le livre, la rivière est nommée "Fume" et non pas "Fiume".

Seulement, la topographie est un peu modifiée.

Le personnage est réveillé par "le passage d'une fanfare dans la rue en contrebas". Il va alors s'accouder à la rambarde du balcon et il observe:" on se rassemble devant la façade fraîchement ripolinée des thermes, dont j'aperçois l'ovale des fenêtres." Il se rend vite sur "la petite place décorée de drapeaux" où le conseiller général (dont le nom n'est pas donné) inaugure la maison médicalisée.

Ceux qui connaissent les lieux savent que la distance et la dénivellation entre l'hôtel et les thermes rendent ce réveil et cette observation impossibles. Quant à la place devant l'établissement thermal, elle n'a jamais existé.

Mais, au total, une bonne publicité pour le village.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 18:02

Guagno-les-Bains est un élément central du roman de Didier DAENINCKX "Têtes de Maures". Même si l'histoire se déroule au printemps 2012, toute l'intrigue est basée sur l'attaque de la station thermale par François CAVIGLIOLI en 1931.

Cette agression des hôtels du lieu est bien décrite dans les pages 88 à 91. Ce texte peut être comparé à la relation faite alors par "Le Petit Marseillais" et reproduite dans ce blog: Mauvaise pub pour Guagno-les-Bains. N°1: la folle agression

L'auteur s'appuie sur les articles de journaux de l'époque qu'il a lus aux archives départementales d'Ajaccio décrites page 116:

"Les archives départementales sont reléguées près d'un parking abandonné, au milieu d'une cité mal finie. Une sculpture métallique, qui avait sûrement l'ambition de mettre un peu de fantaisie dans ce paysage utilitaire, finit de rouiller devant l'entrée du bâtiment. Installée dans un renfoncement du hall, une employée me demande mes papiers d'identité pour m'établir une carte de lecteur. La salle de consultation se trouve au premier étage, installée comme une classe d'école, avec ses tables et ses chaises alignées devant une estrade équipée d'un bureau".

La description est conforme aux faits sauf qu'il n'y a pas d'estrade dans cette salle.

(photo Google Maps)

(photo Google Maps)

Dans le roman, l'attaque des bandits aboutit à la mort d'un homme et de deux filles alors que, en réalité, seul l'adulte fut tué. Son nom est d'ailleurs transformé dans le livre.

L'activité de la station thermale avant le drame du 17 août 1931 est bien décrite par Didier DAENINCKX:

"Il était 9 heures du matin et la cloche de la chapelle Saint-Antoine résonnait encore dans la vallée. Devant le Grand Hôtel Continental, un autobus Citroën déposait un groupe de curistes arrivés la veille à Bastia par le paquebot de la compagnie Fraissinet. Les touristes quittaient la table du déjeuner pour se rendre vers les sources, les bains d'eau sulfureuse, la vaste baignoire de marbre, près de la source de la Voccia où, dit-on, se prélassait l'impératrice Eugénie. On s'affairait dans les chambres et les couloirs du Central, de la Villa des Fleurs, tandis que des camions montés de Vico livraient leurs cargaisons de produits frais aux restaurants. Un pêcheur proposait aux cuisiniers ses truites fario piégées au lever du jour dans les ruisseaux qui cascadent depuis le lac de Creno.

Le contraste est total avec l'apocalypse qui suivit immédiatement l'acte criminel dont la station thermale ne se releva pas:

La panique s'empara des curistes, des vacanciers. Un véritable exode précipita des centaines de familles sur les quais d'embarquement d'Ajaccio. En quelques jours, le bourg de Guagno-les-Bains fut déserté, on dut rapidement fermer les restaurants, les pensions de famille, on licencia le personnel des thermes, les services de voitures depuis Vico ou Ajaccio furent interrompus, et tous ceux qui travaillaient la terre, qui élevaient de la volaille, pétrissaient de la pâte, réduisirent leur activité.

Comme Didier DAENINCKX le fait dire au conseiller général des Deux Sorru (dont le nom n'est pas cité):

"Chacun a ici la nostalgie de l'âge d'or de Guagno-les-Bains, quand des centaines de curistes se succédaient tout au long de l'été, faisant vivre le commerce local".

Il ne fait pas de doute que cet "âge d'or" reviendra si chacun travaille pour y parvenir.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 17:55

L'article de samedi 29 juillet, intitulé Correspondant de "Corse-Matin": un métier à risque, montrait comment le correspondant local de "Corse-Matin" et le blog des Poggiolais avaient été utilisés dans le livre "Têtes de Maures" de Didier DAENINCKX. Mais quelle est l'intrigue de ce roman noir?

L'auteur présente son œuvre dans une vidéo réalisée par son éditeur.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 17:36

Quand on a un point commun avec d'autres personnes, on aime bien le montrer. Etre originaires ou amis du même village, est un prétexte utilisé par de nombreux automobilistes pour arborer un autocollant symbolisant leur commune.

Poggiolo n'a pas encore ce signe identitaire.

Pour en trouver un, le blog des Poggiolais a publié en janvier et février une série d'articles pour préparer Un concours pour montrer Poggiolo

Plusieurs propositions de modèle de logo ont suivi cet appel.

IL EST DÉSORMAIS TEMPS DE CHOISIR.

Vous pouvez voir à la fin de cet article les six projets sélectionnés. Certains peuvent être encore mieux arrangés, s'ils sont choisis: les couleurs seront peut-être plus ou moins claires que sur le modèle proposé; sur le projet 6, on pourra marquer Poggiolo dans le bleu entre le clocher et le cap Corse...

Regardez-les bien car la décision définitive ne sera pas entre les mains d'un petit groupe. Elle dépendra de vous tous. Elle sera la conséquence de votre vote.

Aucun de ces projets ne mentionne Guagno-les-Bains car le nombre de projets était très réduit. Une autre consultation aura lieu pour cet endroit.

QUI PEUT VOTER?

Tous les lecteurs du Blog des Poggiolais et du mensuel "Les Nouvelles U Pighjolu" et tous les amis du village qui le désireront, qu'ils soient ou non originaires de Poggiolo. Vous êtes tous invités à participer au choix de l'image qui représentera notre village.

COMMENT VOTER?

- par internet à larouman@gmail.com

- par téléphone au 04-95-24-58-87

- par lettre envoyée à: Bibliothèque - Place de la Mairie - 20125 - Poggiolo

- par bulletin déposé à la permanence de la Bibliothèque de 10 h à 12 h et de 16 h à 19 h

Attention: quelle que soit la formule utilisée, vous ne pouvez voter qu'une seule fois au total en indiquant un seul numéro de projet.

DATES DU SCRUTIN

A partir du moment où vous lisez ce texte jusqu'au 13 juillet minuit.

QUI CONTRÔLE LE VOTE?

Une commission spéciale, représentative des activités culturelles de Poggiolo, vérifiera les votes et proclamera les résultats. Elle est composée de:

- Angèle PINELLI, maire de Poggiolo

- Laurine CASANOVA, présidente de l'Association Jeux de société de Sorru in Sù

- Hélène DUBREUIL, Comité paroissial

- Jean-Martin FRANCESCHETTI, responsable de la publication "Les Nouvelles U Pighjolu"

- Michel FRANCESCHETTI, animateur du Blog des Poggiolais

- Jean Silius PAOLI, vice-président de l'Association Artistique et Culturelle de Sorru in Sù

- Jean Martin PINELLI, président du Comité des Fêtes

ET APRÈS?

L'auteur du projet choisi recevra une récompense. La fabrication de l'autocollant portant le logo sera effectuée rapidement.

VOTEZ POUR L'IMAGE DE POGGIOLO !

Projet n° 1

Projet n° 1

Projet n°2

Projet n°2

Projet n°3

Projet n°3

Projet n°4

Projet n°4

Projet n° 5

Projet n° 5

Projet n°6

Projet n°6

Partager cet article
Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 17:56
Correspondant de "Corse-Matin": un métier à risque

Une triste nouvelle: le grave accident qui a grièvement blessé la journaliste représentant "Corse-Matin" dans notre canton.

En voici l'annonce telle qu'elle a été publiée:

"Notre consœur Dominique Balotti, correspondante locale pour la région de Guagno-les Bains, a été victime d'une sortie de route inexpliquée alors qu'elle circulait à moto sur la route qui relie Vico au golfe de Sagone. Selon les médecins de l'hôpital d'Ajaccio où elle a été transférée, son pronostic vital est engagé."
Corse-Matin, 7 novembre 2012

On pourrait être étonné que ce blog répercute l'événement si longtemps (huit mois) après les faits. Mais qui savait que les articles sur notre canton étaient écrits par une femme? La signature qui apparaît dans le quotidien est J-M F, initiales d'un homme bien connu dans nos villages.

En réalité, la correspondante est fictive. Elle est un personnage du roman "Têtes de Maures" écrit par Didier DAENINCKX (édition L'Archipel) et qui est paru en avril dernier. Une partie de l'action se déroule à Guagno-les-Bains où le héros de l'histoire rencontre cette Dominique Balotti.

La journaliste est décrite comme "Une jolie brune élancée, habillée d'un blouson et d'un pantalon en cuir noir" qui utilise un smartphone et circule avec une "grosse Yamaha aux chromes étincelants". Elle habite "Grassa Coda, un hameau près de Vico" (???).

A la page 99, le héros du livre fait des recherches sur la zone de Guagno-les-Bains par internet et est "impressionné par la quantité de vidéos de massacres mises en ligne par les chasseurs de sangliers. Pas mal de reportages aussi sur les réfections de chapelles, à propos du renouveau des processions ou du balisage des sentiers de randonnée".

Correspondant de "Corse-Matin": un métier à risque

Il trouve une image du bandit François Caviglioli devant l'écriteau qu'il avait posé pour se réserver un territoire de chasse. Et, à partir de là,"un lien permettait d'accéder à un site comportant une série de courts articles consacrés aux principaux épisodes de la carrière du hors-la-loi". La page 100 nous apprend que le bloggeur est la journaliste.

Des points de ressemblance peuvent être facilement trouvés avec le Blog des Poggiolais, que l'auteur a réellement consulté, mais ce livre est un roman. Il mélange donc des éléments de réalité et d'imagination.

En tout cas, nous sommes désolés mais l'animateur du blog de Poggiolo ne ressemble pas non plus à cette charmante journaliste.

Correspondant de "Corse-Matin": un métier à risque

Il est à noter que l'annonce de l'accident dont elle est victime se trouve placée à la fin du livre, entre les avis de décès de Maître Sollacaro et de Jacques Nacer, qui, eux, ont été bien réels.

Le lecteur peut ainsi être amené à penser que l'accident a peut-être été provoqué, que le travail de correspondant local de "Corse-Matin" est très dangereux et qu'il faut bien du courage pour l'assumer sérieusement!!!

____________________________

Les événements liés au banditisme et à sa répression en 1931 ont été contés sur ce blog dans les séries d'articles

Mauvaise pub pour Guagno-les-Bains (5 articles)

et

L'épuration du maquis (35 articles)

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:28
Publié dans "Corse-Matin" de vendredi 28 juin

Publié dans "Corse-Matin" de vendredi 28 juin

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907