Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:00

"Le mal de la Corse est qu'on a presque honte d'être d'un village".

 

Cette phrase, a priori violemment choquante, se trouve dans l'entretien accordé par Paul CECCALDI à Pascale CHAUVEAU pour le bulletin "INSEME" de février.

Paul CECCALDI préside l'association Scopre qui anime le village de Marignana, et même l'ensemble des Due Sevi, avec notamment des spectacles de théâtre et de cinéma. Sa salle d'une cinquantaine de fauteuils vient d'être équipée d'un matériel de projection numérique en 3D inauguré le 14 décembre. Des films récents y sont montrés régulièrement (le mercredi, samedi et dimanche). Voir la programmation sur le site http://www.associu-scopre.com​​​​​​​

 

photo Associu Scopre
photo Associu Scopre

photo Associu Scopre

Le président de Scopre ne mâche pas ses mots mais ses propos  méritent d'être reproduits et médités par ceux qui s'intéressent au destin des villages corses:

 

"PC: N'était-il pas audacieux de monter un tel projet dans un village peu peuplé et en pleine ruralité?

P. Ceccaldi: Ce n'est pas parce qu'on habite à Marignana et pas à Paris ou une autre ville qu'on est nul, ou qu'on n'a pas les capacités manuelles ou intellectuelles. La motivation est l'attachement qu'on a à son village. Moi, je vis et je travaille dans une région que j'ai choisie, et je veux vivre comme ceux qui habitent en ville concernant l'accès à la culture. Je pense que les gens du canton ont besoin comme moi d'avoir accès au cinéma, au théâtre, à des conférences et à des ateliers de loisirs. Le mal de la Corse est qu'on a presque honte d'être d'un village, et en tout cas on n'en est pas assez fier au point de s'y installer.

PC: Il y a tout de même le barrage des possibilités d'emploi plus réduites?

P. Ceccaldi: c'est un faux problème! Regardez la force économique et la puissance de la châtaigneraie. Autrefois principale source de revenus, aujourd'hui on roule sur les châtaignes sans les ramasser, et on y lâche les cochons pour qu'ils se nourrissent. D'ailleurs, même le cochon est mal exploité, quand les éleveurs se contentent de faire uniquement des saucissons et du figatellu. Quant aux plantes aromatiques, elles sont à peine exploitées! La facilité est d'être cantonnier, mais il y a tant de choses à faire. Ceux qui parlent de ruralité feraient mieux de la vivre. C'est bien d'aider les artisans à s'installer dans les villages, mais on n'installe pas les gens dans un désert. Qu'il y ait ici du théâtre et un cinéma est un plus pour faire venir des familles."

L'ensemble de l'entretien est à lire sur le blog du bulletin "Inseme" (pages 6 et 7 du numéro de février):

(à suivre)

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 18:00
Une conférence d'Histoire à Toulon mercredi 22 février

Philippe FRANCESCHETTI, professeur agrégé d'Histoire, exposera les difficultés des catholiques français plongés dans la tourmente de la guerre entre 1939 et 1945. Les enjeux de l’époque les ont poussés à répondre à une question de conscience: comment réagir face à l’Occupation, au régime de Vichy et à la Résistance ? Dans ce contexte, comment s’est poursuivie la vie de l’Eglise en France ? S'engager dans le vie politique et sociale sans renier leur foi devient alors un problème auquel les catholiques, clergé comme laïcs, apportent des solutions diverses.  

 

Le Grall, Pub associatif des missionnaires de la Miséricorde (adhésion 1 €)
377 avenue de la République , 83000 Toulon
La soirée pourra se poursuivre autour d’une pizza (Participation aux frais)
Contact : cafehistoiredetoulon@gmail.com

 
Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 18:00

Dans la vente aux enchères de la maison Artcurial organisée le 14 février, il était présenté 48 aquarelles réalisées fin XIXème siècle par le peintre hollandais Charles van de Velde. Ancien officier de marine, il se tourna vers la peinture et parcourut la Corse en 1875, 1876 et 1877. Ses œuvres furent offertes en 1890 à Valentine Eiffel, fille du célèbre ingénieur, et à son mari Camille Piccioni, d’une grande famille du Cap Corse.

Parmi les tableaux de divers endroits de Corse, on peut noter une «Vue du lac de Creno près du village de Soccia». 

 
Le Hollandais qui est venu à Creno

En grossissant cette image illustrant le catalogue d’Artcurial, on s’aperçoit que, sur cette aquarelle sur trait de mine de plomb, le travail a été très minutieux et très précis.

Le Hollandais qui est venu à Creno

Mais, au fond, Charles van de Velde a ajouté des sommets blancs et pointus que l’on ne peut voir des bords du lac.

Il est à remarquer que les arbres sont plus nombreux maintenant que voici 140 ans.

Le Hollandais qui est venu à Creno

En tout cas, le lac de Creno n’était pas aussi effrayant que l’avait noté l’abbé GALLETTI en 1863, une douzaine d’années plus tôt.

Le Hollandais qui est venu à Creno

Creno, un lac qui se transforme selon le regard de ses visiteurs !

 
Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 19:08

Comme chaque année, l'association Kallisté organise, avec la municipalité,

 

les JOURNÉES CORSES D'AUBAGNE

les 17, 18 et 19 février 2017.

 

Expositions de peintures et de sculpture, stands de produits et d'artisanat corses, spectacle, ventes de livres sont au programme. Programme détaillé ci-dessous.

Michel FRANCESCHETTI présentera le livre "Vico-Sagone, Regards sur une terre et des hommes" samedi 18 après-midi.

Les journées corses d'Aubagne
Les journées corses d'Aubagne
Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 18:00

Le 4 février 1927, le conseil municipal de Marseille créait la Canebière par la fusion de la rue Cannebière, de la rue Noailles et des allées de Meilhan. La célèbre artère fête donc ses 90 ans. Mais quel rapport avec le village de Poggiolo qui est la raison d'être de ce blog?

C'est que le maire de Marseille s'appelait alors Siméon FLAISSIERES. Son prénom était celui du saint patron principal de Poggiolo (saint Roch étant son saint secondaire). Or, ce prénom est rare en France.

"En France, moins de cent petits garçons reçoivent ce prénom chaque année depuis le début du XXe siècle. Par ailleurs, Simon serait vingt fois plus attribué que Siméon. Plus de 2500 Français ont porté le prénom Siméon depuis 1900", d'après le site du Journal des femmes.

Par contre, l'Eglise a reconnu la sainteté à plusieurs Siméon, à tel point qu'il est difficile de savoir quel est celui qui protège les Poggiolais.

Cette année, il sera fêté par une 

messe dimanche 19 février à 15 heures.

Cette cérémonie aura lieu le lendemain du 18 février qui est le jour officiellement attribué par l'Eglise catholique à Siméon, fils de Clopas, cousin de Jésus et évêque de Jérusalem, qui mourut crucifié en l'an 107.

La liste des saints compte aussi Siméon le Stylite ou Syméon l'Ancien, ascète du Vème siècle près d'Antioche, qui est fêté le 26 janvier.

Mais le Siméon (ou Syméon) auquel notre église est consacrée est le vieillard qui ne voulait pas mourir sans avoir vu le Christ et qui fut exaucé le jour où Marie et Joseph amenèrent Jésus au Temple, le jour qui est devenu celui de la Chandeleur. Prenant l'enfant dans ses bras, il était le symbole d'un monde qui s'achève et qui accueille un avenir neuf.

Petit problème: ce saint doit être fêté le 8 octobre!!!

Alors?

L'église poggiolaise est bien dédiée au vieillard Siméon. Le vitrail placé au-dessus de la porte d'entrée montre cet homme tenant le bébé.

Le vrai Siméon

On l'admire mieux de l'intérieur de l'église, quand le vitrail est bien éclairé par le soleil de l'après-midi et du soir, puisque le bâtiment respecte les traditions chrétiennes et est orienté est (levant)-ouest (couchant).

Le vrai Siméon

Une autre représentation de ce saint Siméon est une statue installée à une place d'honneur dans la partie droite du chœur. On pourra observer que le vitrail a parfaitement repris la forme, la couleur et la décoration de ses vêtements de la statue. Saint Pierre, portant lui aussi l'enfant Jésus, est à gauche.

Le vrai Siméon

L'inventaire réalisé en juin 1905 (ou 1906) et déjà évoqué dans l'article "L'âge de la statue de saint Roch", nous apprend que ces deux statues se trouvaient au même endroit voici un siècle. Mais elles étaient inversées: Pierre, d'une valeur de 30 francs, à droite et Siméon, valant 60 francs à l'époque, à gauche.  La représentation de saint Pierre a été offerte par Jules MARTINI  (1818-1890) en 1875. Celle du patron de Poggiolo a été donnée à la paroisse en 1886 par l'abbé Jean-Toussaint MARTINI, né en 1842 à Poggiolo et décédé en 1923.

Sans contestation, cette statue est bien celle du vieillard du Temple de Jérusalem.

Le vrai Siméon

Mais le plus important n'est-il pas que Poggiolo soit bien protégé par son saint?

--------------------------------

Toutes ces photos datent du 25 août 2016.

Repost 0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 18:00
Où est Nicolas ?

Si l'article précédent annonce la publication du livre de Nicolas Jean-Baptiste PINELLI "Ils sont partout, des îles Sanguinaires à la Provence", il ne faut pas oublier que ce Poggiolais a quelques talents qui lui ont permis de travailler dans plusieurs pays.

Nicolas est bien connu à Poggiolo et à Guagno-les-Bains où il a travaillé comme kinésithérapeute de 1987 à 1996. Il s'est installé ensuite à Marseille et à Paris comme ostéopathe jusqu’en 2010. Parallèlement, il travaille comme enseignant, responsable de formation en France et à l’étranger puis devient docteur en sciences de l’éducation en 2010. Depuis 2011, il intervient comme chercheur en sciences médicales et consultant dans la prévention en santé pour des entreprises sur la gestion des troubles du comportement alimentaire et l’obésité. Il habite à Ajaccio depuis 2017 et  projette de créer un atelier de peinture à Poggiolo.

Sa carrière professionnelle est détaillée dans l’article "Nicolas, un nouveau docteur poggiolais".

Nicolas PINELLI est également artiste-peintre, dessinateur. Ses œuvres ont été exposées à Marseille, au Festival de la bande dessinée d’Angoulême, à Bordeaux et à Ajaccio en 2014 puis à Paris en 2015: voir l’article «Nos amis parisiens n’ont plus beaucoup de temps».

Musicien et chanteur, il compose, enregistre un CD en autoproduction à Barcelone en 2016, dont voici un titre: «Le loup criait». La SACEM accepte que Nicolas modifie et adapte le poème d'Arthur Rimbaud, il joue avec une guitare flamenco typique.

Vous pouvez aussi écouter le titre "Roses" composé et enregistré à Ajaccio en 2014. La vidéo est illustrée par certaines de ses peintures et a été vue de nombreuses fois sur Youtube.   

 

Repost 0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 18:00

 Le 25 janvier, le Poggiolais Nicolas Jean-Baptiste PINELLI a publié un livre de photographies comme auteur et auto-éditeur sur des surprenants visages, des apparitions fugaces et des formes étranges qu'il a repérés dans la région d'Ajaccio  et  à  Marseille... Son titre: "Ils sont partout ! Des Îles Sanguinaires à la Provence".

  L'ouvrage contient plus de 200 photos originales prises en 2015 et 2016, notamment dans des lieux sacrés et chargés d'histoire comme à l'Abbaye Saint-Victor de Marseille, ou sur la route des crêtes des Îles Sanguinaires et de Cassis, sur le Vieux Port de Marseille, la forêt de Vizzavona, etc... 

 Il est préfacé par le producteur de télévision et de spectacles Gérard LOUVIN.

Son prix est de 22€ et il est disponible à la Fnac et à la Librairie des Palmiers d’Ajaccio, certaines librairies sur le continent et par correspondance.

 
"Ils sont partout!"

Deux expositions sont prévues cette année, à Ajaccio et Londres, pour présenter ses photographies, le livre et son nouveau concept.

Nicolas fera-t-il une séance de dédicaces à Poggiolo cet été? Participera-t-il au Carré des Ecrivains, la grande manifestation littéraire marseillaise de novembre? 

En tout cas, un livre original à se procurer absolument.

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 18:00

Plusieurs conférences ont présenté des ouvrages dans le cadre du salon du livre corse à Marseille les 21 et 22 janvier.

Le dimanche 22, après l'excellent "Pozzo di Borgo" de Michel VERGE-FRANCESCHI, la salle de conférences a été occupée par la présentation de "Vico-Sagone, regards sur une terre et des hommes".

Vico et Sagone expliqués aux Marseillais

Devant un public très attentif, le docteur Bernard ALLIEZ (à gauche sur la photo) et le professeur Jean-Dominique BERETTI (à droite) ont montré, s'appuyant sur un diaporama, les idées principales des différentes époques d'une région qui fut souvent insoumise mais qui était également ouverte à l'universel.

Michel FRANCESCHETTI prit la parole pour décrire la particularité de Jean-François GALLINI qui cumula des fonctions politiques en Corse et en Tunisie, ce qui explique la forte implantation de Sorrinesi dans ce protectorat avant la seconde guerre mondiale.

De son côté, l'éditeur Alain PIAZZOLA confiait son étonnement du succès de ce livre, qui est devenu une référence en matière de monographie. Un retirage, non prévu à l'avance, a été prestement effectué et "Vico-Sagone" est de nouveau disponible chez l'éditeur, les libraires et les sites de vente en ligne.

Les Méridionaux n'ayant pas encore acquis ce livre sont attendus pour les journées corses d'Aubagne des 18 et 19 février.

Vico et Sagone expliqués aux Marseillais

Le Blog des Poggiolais a évoqué la carrière de Jean François GALLINI et son influence sur Poggiolo et Soccia dans trois articles:

Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 18:01

La Maison de la Corse de Marseille (69/71 rue Sylvabelle) a connu un grand succès avec son habituel salon du livre corse les 21 et 22 janvier.

Le  public a circulé entre les stands des éditeurs, écrivains et artisans. La première journée s'est terminée par un excellent buffet sous forme d'assiettes individuelles avec panzetta, saucisse, pulenda et bruccio, préparées et servies avec efficacité par l'équipe d'Anne-Marie VENTURINI.

Mais, auparavant, la traditionnelle cérémonie des vœux montra un grand consensus entre les nombreux élus présents.

L'assistance apprécia l'annonce de la prochaine création d'une journée des Corses de Provence par le conseil départemental.

Salon du livre corse de Marseille: deux lettres et un état d'esprit

Jean DAL COLLETTO, président de la Fédération des Groupements Corses de Marseille et des Bouches-du-Rhône, émit le souhait que les Corses de l'extérieur soient plus liés à l'évolution de l'île en étant représentés au sein du conseil économique social et culturel.

Il proposa également que, pour les transports en avion ou en bateau, en plus du tarif résident pratiqué depuis longtemps, il soit institué un tarif "diaspora" permettant aux familles corses du continent de venir plus facilement sur leur terre d'origine.

Salon du livre corse de Marseille: deux lettres et un état d'esprit

Gilles SIMEONI, président du conseil exécutif de l'assemblée de Corse,  fut la vedette de la soirée. Il s'était déplacé spécialement dans la cité phocéenne pour participer à cette réunion. Il dit son accord avec ces deux idées:

- Le gouvernement a refusé la présence de Corses de l'extérieur dans les prochaines institutions insulaires mais un "comité consultatif", une structure souple de concertation, peut être envisagé pour utiliser les bonnes volontés.

- Quant aux transports, la DSP (délégation de service public) sera bientôt renégociée.

L'espoir existe pour la Corse car, comme l'a dit le général de GAULLE dans une formule reprise par plusieurs intervenants de la soirée, "entre impossible et possible, il n'y a que deux lettres et un état d'esprit".

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 18:03
Rappel: le salon du livre corse à Marseille les 21 et 22 janvier

Si vous êtes à Marseille ou dans ses environs, n'oubliez pas le salon du livre corse (69/71 rue Sylvabelle, 13006) samedi 21 et dimanche 22 janvier, en présence de Gilles SIMEONI.

De nombreux auteurs et éditeurs seront présents. Il est prévu conférences, démonstrations de cuisine, exposition de peinture et vente de produits corses.

Allez aussi vendredi 20 à Saint Victor pour écouter le groupe A Pasqualina.

 

Le livre sur Vico et Sagone fera l'objet d'une présentation générale par le professeur ALLIEZ dimanche 22 à 16h.
 

Rappel: le salon du livre corse à Marseille les 21 et 22 janvier
Rappel: le salon du livre corse à Marseille les 21 et 22 janvier
Rappel: le salon du livre corse à Marseille les 21 et 22 janvier
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Activités culturelles
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Le calendrier poggiolais

 

Début des vacances d'été: samedi 8 juillet midi.

Festival Sorru in Musica: du 21 au 30 juillet.

Fête de saint Roch: mercredi 16 août.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907