Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2022 3 07 /12 /décembre /2022 18:00

 

   Une allusion à la disparition du lustre de l'église de Soccia avait été faite dans l'article sur le Père MILLELIRI .

 

   A l'époque, de nombreux habitants du village avaient critiqué l'enlèvement de cet éclairage qui pendait de la voûte de l'église construite en 1843. Au vu de commentaires parus sur la page Facebook de Soccia, le mécontentement subsiste plus d'un demi-siècle après cet événement.

 

   Une carte postale rarissime, venant de la série imprimée à l'initiative de l'abbé PASTINELLI, a été publiée par Jeanne OTTAVI. Elle montre l'intérieur du bâtiment religieux au début du XXe siècle.

 

Hier et maintenant: avec ou sans lustre

 

 

    Maintenant, le lustre, dont on ignore la destinée, a été remplacé par un tout autre système lumineux.

 

   Les photos ci-dessous, prises le 15 août 2017 et le 15 août 2018, donnent une idée de l'intérieur actuel de l'église. On remarquera (mais-ce une consolation?), que la vue est dégagée pour admirer le grand tableau du chœur et les fresques de la voûte peintes par Noël COPPOLLANI et bien restaurées.

 

Photos Michel Franceschetti.
Photos Michel Franceschetti.

Photos Michel Franceschetti.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2022 6 19 /11 /novembre /2022 18:00

 

Alerte!

 

Un groupe d'individus a pénétré dans l'église Saint Siméon  de Poggiolo et s'est livré à toutes sortes d'amusements.

 

 

Ne vous inquiétez pas: il n'y a eu ni effraction, ni vandalisme. Ces jeunes se sont distraits sans dégrader les lieux. 

 

Et puis, ce n'est pas récent: le fait s'est déroulé voici deux tiers de siècle, en 1956, le 14 août précisément.

 

Ces photos ont été offertes par Philippe PRINCE qui les a trouvées dans les affaires de  sa mère Marie-Antoinette, née DEFRANCHI, que l'on reconnaît assez facilement. Il y a deux inconnues qui étaient des amies venues de Paris cet été-là. Mais qui étaient les garçons?

 

Hier et maintenant: l'invasion de l'église

 

Prêt à prononcer une homélie depuis la chaire ? 

 

Hier et maintenant: l'invasion de l'église
Hier et maintenant: l'invasion de l'église

 

L'assistance, très attentive, est assise devant le tableau de Maestracci. 

 

Hier et maintenant: l'invasion de l'église

 

Avez-vous remarqué que ces jeunes sont assis sur des chaises et prie-dieu en paille au lieu des bancs actuels?

 

Il reste encore des spécimens des sièges de cette époque. Autre vestige: le carrelage.

 

Hier et maintenant: l'invasion de l'église
Hier et maintenant: l'invasion de l'église
Hier et maintenant: l'invasion de l'église

 

Le bénitier est pratique pour se reposer.

 

Hier et maintenant: l'invasion de l'église

 

 

Et, pour chanter, on avait sorti l'harmonium.

 

Hier et maintenant: l'invasion de l'église
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2022 2 18 /10 /octobre /2022 18:00

 

 

Parmi les vieilles photos du Fonds Saveriu PAOLI, on peut trouver des couples de Poggiolais. Par exemple, celui-ci.

 

 

Hier et maintenant: le greffier et la greffière

 

Ces deux personnes sont sur une terrasse séparée de la stretta par un petit portail métallique. La femme est debout alors que l'homme est assis sur le banc en ciment. Il est vêtu de façon soignée, avec de belles chaussures et un nœud papillon. Il n'a rien d'un paysan et semble aisé.

 

L'homme est Antoine François Léonard PINELLI, "u greffu".

 

Il naquit à Poggiolo le 30 juin 1893. Il y suivit la scolarité primaire, comme le prouve la photo des élèves de l'école de Poggiolo en 1900. Il est dans le cercle rouge.

 

Photo exposée à la mairie de Poggiolo. Cliquer pour l'agrandir.

Photo exposée à la mairie de Poggiolo. Cliquer pour l'agrandir.

 

Antoine François Léonard PINELLI fut greffier de justice de paix, comme son père Philippe (1853-1929) et son oncle Jean-Baptiste (1848-1917). Il fut appelé pour le service militaire à l'âge de vingt ans, comme tous les Français de l'époque, donc en 1913. Mais la guerre éclata l'année suivante et il combattit au sein du 229e régiment d'infanterie jusqu'au 19 avril 1917. Ce jour-là, il fut blessé à la main gauche (comme son frère Antoine Marie et exactement deux ans après lui, à cinq jours près).

 

Réformé et invalide à 100%, il obtint ensuite la médaille militaire puis la légion d'honneur en 1960.

 

Il alla habiter en Algérie, près de Sétif. En 1930, il épousa Laure Marie LAQUIÈZE, née en 1897 à Blida. Elle était appelée couramment "Laurette" mais les anciens Poggiolais se souviennent que tout le monde disait "la greffière".

 

Antoine François Léonard PINELLI mourut à Poggiolo le 15 décembre 1964. Son épouse lui survécut plusieurs années.

 

La photo du couple fut prise dans la cour qui surplombe la route, au début des Case Suprane. Ernestine a hérité de leur logement, qui est à l'extrémité sud-est de la maison PINELLI.

 

La photo du couple a été prise entre les deux entrées encadrées de blanc.

La photo du couple a été prise entre les deux entrées encadrées de blanc.

 

En 2022, le lieu n'a pratiquement pas changé. Regardez cette photo du 20 août, le jour de la chasse aux trésors. Jean-Pierre CHABROLLE est appuyé sur le même portail métallique et Victor FRANCESCHETTI est assis sur le même banc en ciment.

 

Hier et maintenant: le greffier et la greffière
Hier et maintenant: le greffier et la greffière

 

Deux remarques sur la famille du greffier:

- son oncle Jean-Baptiste et son cousin François ont leurs noms inscrits sur le monument aux morts, cas unique d'un père et de son fils;

- son frère Antoine Marie décéda en 1944 en Algérie mais son corps fut ramené en Corse et il fut inhumé à Poggiolo le 17 juillet 1948.

Hier et maintenant: le greffier et la greffière
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2022 3 12 /10 /octobre /2022 18:00

 

Des articles viennent de montrer le succès qu'a pu avoir la fontaine de Poggiolo autrefois. De nos jours, elle est moins fréquentée mais elle fournit un élément agréable dans le décor poggiolais.

 

Son bassin a même depuis l'an dernier des locataires: des poissons rouges.

 

 

Été 2021.

Été 2021.

 

Mais le Lucciu avait perdu depuis plusieurs années, depuis au moins 2014, ses deux barres, les barres métalliques sur lesquelles on posait brocs, seaux ou cruches, ces marques de son utilisation séculaire.

 

Avec les barres (en 2009).

Avec les barres (en 2009).

Sans les barres (en 2016).

Sans les barres (en 2016).

 

Heureusement, tout est revenu à la normale cette année: la fontaine est de nouveau barrée. En plus des deux grandes barres, elle est équipée de dix petites barres transversales qui peuvent assurer une meilleure stabilité des récipients. Mais va-t-on les utiliser?

 

Toutes les photos de cet article sont de Michel Franceschetti.
Toutes les photos de cet article sont de Michel Franceschetti.

Toutes les photos de cet article sont de Michel Franceschetti.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2022 5 07 /10 /octobre /2022 18:05

 

La fontaine de Poggiolo attirait les groupes voulant se faire photographier assis ou debout devant elle. Des exemples ont été montrés dans un article paru à la mi-août.

 

L'image d'un autre groupe a été retrouvée dans les archives de Xavier Paoli.

 

Fonds Saveriu PAOLI.

Fonds Saveriu PAOLI.

 

La date précise est connue: 16 août (donc, jour de la Saint Roch) de l'année 1951.

 

L'historien de Poggiolo a pris soin de noter l'identité de chacun des dix personnages présents, en gardant à leurs noms la même disposition.

 

La lettre D qui suit certains doit vouloir dire "décédé" au moment où la photo a été examinée par Xavier.

 

Hier et maintenant: Un groupe sur la fontaine
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 06:59

 

Un grand merci à Antoine MANGIAVACCA qui a répondu à l'appel plusieurs fois publié dans ce blog et nous a transmis des photos intéressantes provenant de son grand-père datant des années 60. 

 

Dans son envoi, nous avons remarqué cette image.

 

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

 

L'établissement thermal de Guagno-les-Bains est vu de face, avec sa forme en U caractéristique, l'aile de gauche un peu moins visible que celle de droite. Les véhicules stationnés sur le bord de la route sont bien des modèles de l'époque et, à part eux, rien ne semble avoir changé. 

 

Pourtant, cette photo est impossible à refaire maintenant. 

 

Dans les années 1989-1991, fut réalisé le grand ensemble de l'Hôtel des Thermes dont l'exploitation s'avéra calamiteuse. Il sert maintenant, pour quelques mois encore, au FAM (foyer pour adultes médicalisé).

 

Le photographe des années 60 était placé en face, en contrebas, près de l'ancienne épicerie de Mimi. Mais le bâtiment cache complètement les thermes, d'autant plus que des arbres ont été plantés sur ce qui était un terrain vague, qui servait souvent de terrain de football.

 

 

 

Photo du 13 Août 2022, par Michel Franceschetti

Photo du 13 Août 2022, par Michel Franceschetti

 

Il faut aller sur la route de l'autre côté de la rivière, près de la bifurcation du Genice, pour voir tout le village de biais. 

 

Photo Michel Franceschetti, avril 2022.

Photo Michel Franceschetti, avril 2022.

 

Et, en agrandissant, on aperçoit l'établissement en partie caché par l'ancien hôtel aux fenêtres en arc de cercle.

Hier et maintenant: La photo impossible de Guagno-les-Bains

 

Même de biais, une photo du bâtiment de bains est impossible à réaliser alors que la vue était bien plus dégagée voici un siècle, comme le montre cette carte postale. 

 

 

Hier et maintenant: La photo impossible de Guagno-les-Bains
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2022 1 05 /09 /septembre /2022 17:59

 

 

Des sangliers en plein centre d'Ajaccio!

 

Voici ce qu'a révélé France Bleu RCFM sur sa page Facebook samedi 3 septembre:

 

 

Hier et maintenant: Etienne n'était pas rentré bredouille
Hier et maintenant: Etienne n'était pas rentré bredouille
Hier et maintenant: Etienne n'était pas rentré bredouille

 

Comme chaque année, la chasse au sanglier a bien démarré le 15 août. Mais le nombre de sangliers a très fortement augmenté, ainsi que les dégâts qu'ils provoquent dans les propriétés. Ils ont d'ailleurs du mal à se nourrir et vont chercher de la nourriture en ville.

 

De plus, ces animaux sont malins et réussissent à s'échapper à l'attention des chasseurs et de leurs chiens.

 

Aussi, quel bonheur de ramener des dépouilles au village! Bien sûr, en 2022, la chasse n'est pas bien vue du tout. Végans et amis des animaux se déchaînent contre les "viandards". 

 

Vers 1960, l'état d'esprit n'était pas le même. Il était normal de montrer le résultat de la battue. Ainsi, Etienne PINELLI, le père de Dominique et Félicie, montre un trophée devant Félix PINELLI et René ORTOLA.

 

Fonds Saveriu PAOLI.

Fonds Saveriu PAOLI.

 

Cette photo fait penser à une autre, déjà publiée sur ce blog en 2014, montrant un retour de chasse d'à peu près la même époque.

 

Elle avait été donnée par Maryse MORETTI, de Guagno-les-Bains.

 

Hier et maintenant: Etienne n'était pas rentré bredouille

 

Voici la description rédigée par notre correspondante:

 

sur cette photo, Mimi Canale (assis) avec sa casquette et son éternelle salopette bleue - il y a également, parmi quelques Poggiolais et autres Socciais, le père de Josiane (qui tient le sanglier),  Mathieu Canale le frère de Mimi, le petit Mathieu Poli, le fils du garde-champêtre de l'époque, Marie-Angèle Canale, Pierre Leca du Café des Amis, à l'extrême droite, à peine visible, Josèphe Roméo près de son grand-père et, près de lui, mon grand-père Louis Antonini.

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2022 5 12 /08 /août /2022 10:37
Hier et maintenant: la fontaine des élégances

 

La fontaine du Lucciu, bien abandonnée maintenant, fut un centre d'animation important à Poggiolo. Avant l'installation de l'eau courante, pratiquement chaque famille venait remplir cruches, brocs ou seaux pour la boisson ou même pour la toilette.

 

De nombreuses personnes pouvaient se retrouver en ce lieu et elles en profitaient pour raconter les dernières nouvelles, et surtout les ragots les plus déplaisants. Il valait donc mieux ne pas paraître trop négligé en allant remplir son récipient.

 

Les personnages de cette photo l'avaient bien compris.

 

 

Hier et maintenant: la fontaine des élégances

 

Ils étaient habillés de façon décontractée mais très correcte.

 

Leurs noms?

A gauche, Marcel ANGELINI.

Au centre, Gisèle ANGELINI.

A droite, accroupi, Félix PINELLI, et, derrière lui, Jules OLIVA.

 

La date n'est pas précisée mais la scène pourrait se situer dans les années 1950. Nous serions heureux qu'un lecteur nous donne plus de précision.

 

Un indice existe: "le bar des fauchés".

 

Hier et maintenant: la fontaine des élégances

 

Cette inscription humoristique, tracée soigneusement à la peinture noire (ou au goudron, disent certains) en arc de cercle au-dessus de la sortie de l'eau, daterait des années 1930 et aurait subsisté longtemps, jusqu'au début des années 1960.

 

Autre photo, autre date, mais toujours avec de beaux habits:

 

Hier et maintenant: la fontaine des élégances

 

De gauche à droite, on reconnaît facilement:

- François OLIVA

- Bernard FRANCESCHETTI

- Jeanne CECCALDI

- Martine CECCALDI

- Dominique PINELLI

- Michel FRANCESCHETTI

- Joël CALDERONI

- Hervé CALDERONI

 

La photo est bien datée: le 15 août 1967. Ce jour étant la fête de l'Assomption, on peut penser que l'habillement avait été un peu plus soigné que d'habitude.

 

Attention, cette photo est historique: L'eau courante ayant été installée dans les maisons poggiolaises lors des mois suivants, nous avons certainement là le dernier cliché de la corvée d'eau.

 

 

Le retour de la fontaine avait été photographié vingt ans auparavant, en 1947, avec cette bande de joyeux drilles eux aussi tirés à quatre épingles. 

 

Hier et maintenant: la fontaine des élégances

 

La scène se déroulait sur la route, un peu plus haut que l'entrée du bar Le Belvédère, pratiquement en face de l'actuelle maison de Fosca, qui n'était pas encore construite. En revanche, la casette du fond n'existe plus depuis très longtemps. On peut remarquer, près du monument aux morts, la grande croix en bois remplacée maintenant par une croix en maçonnerie. 

 

Le porteur de seau était Jean-Martin FRANCESCHETTI. Près de lui, se trouvait André PINELLI. Qui peut identifier les autres membres du groupe?

 

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2022 2 02 /08 /août /2022 18:00

 

Réponse à la devinette du mois

 

Avec l'utilisation massive du GPS pour n'importe quel déplacement, il est très loin le temps des cartes Michelin, ces cartes routières qu'il fallait déplier dans la voiture pour retrouver son chemin et qu'il fallait tourner et retourner pour leur donner la bonne orientation!

 

 

Toutefois, le conducteur était aidé.

 

Les routes étaient bordées par les bornes kilométriques. D'une hauteur de 65 centimètres, ces blocs en pierre (puis en métal) avaient un sommet arrondi de couleur rouge pour les nationales et jaune pour les départementales. Des inscriptions à la peinture noire donnaient le nom de la voie et de la prochaine agglomération avec sa distance. Comme leur nom l'indiquaient, ces bornes se trouvaient à chaque kilomètre.

 

 

Il existait aussi, comme maintenant, aux croisements et aux bifurcations, des pancartes donnant la direction des localités proches.   

 

Hier et maintenant: mieux que le GPS (solution de la devinette)

 

Cette photo, qui doit dater d'un peu avant 1960, montre un poteau entouré par Hervé CALDERONI et sa grand-mère Antoinette OTTAVY. Non seulement, il donne le sens à suivre pour aller à Poggiolo et Orto, mais il donne le kilométrage. La précision, à la centaine de mètres près, est presque équivalente à celle d'un GPS. 

 

Où se trouvait ce poteau?

 

La réponse n'est pas évidente mais ce pourrait être le carrefour du Genice ou bien alors au-dessus de Guagno-les-Bains, près de la chapelle Saint Antoine. La direction indiquée serait celle de la route allant vers le Genice. Mais, dans ce cas, il est bizarre que Guagno ne soit pas marqué.

 

Actuellement, au même endroit, la signalisation est la suivante:

 

Hier et maintenant: mieux que le GPS (solution de la devinette)

 

Mettant de côté la sempiternelle polémique sur l'état de désolation des panneaux actuels, on peut constater que les anciens panneaux étaient plus grands et plus lisibles. Et une évidence s'impose: maintenant, la distance n'est plus du tout indiquée. Le conducteur qui vient pour la première fois ignore combien de temps il va encore rouler et se trouve dans une situation plus difficile qu'il y a soixante ans.

 

La disparition des chiffres serait-elle un cadeau donné aux vendeurs de GPS? 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2022 6 23 /07 /juillet /2022 18:00

 

L'hôpital militaire ouvert en 1822 fit la fortune de Guagno-les-Bains pendant une partie du XIXe siècle. Quand il ferma en 1883, le bâtiment fut abandonné mais sa présence domina longtemps le village.

 

Sa longue agonie peut être suivie en regardant de vieilles cartes postales. Le Marseillais Dominique PIAZZA ayant inventé la carte postale photographique en 1891, aucun document de cette sorte n'est antérieur à cette date.

 

Malheureusement, les cartes présentées ici n'ont pas de date précise. Elles ont été présentées en fonction de l'état des ruines visibles, ce qui n'est pas toujours facile. Cet ordre peut être critiqué.

 

------------

 

Les images peuvent être agrandies en cliquant sur elles.

 

Ces deux premières photos sont indéniablement les plus anciennes de la série car le bâtiment principal de l'hôpital est encore presque entier.

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire
Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Sur celles-ci, les destructions sont plus importantes.

 

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire
Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire
Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire
Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire
Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Les ruines n'existent plus du tout quand on regarde maintenant Guagno-les-Bains à partir de l'endroit d'où ces photos  furent prises.

 

 

Photo Michel Franceschetti (avril 2022).

Photo Michel Franceschetti (avril 2022).

 

Une carte postale de la source de la Goscia montre qu'elle était dominée par des vestiges du bâtiment principal.

 

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Cette publicité pour l'hôtel de l'établissement des Bains est importante car les restes de l'hôpital ont été représentés. Or, nous savons qu'elle est extraite d'une revue de 1926. La destruction était importante mais pas encore totale.

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Une photo impressionnante montre l'étendue de l'hôpital militaire avant qu'il soit totalement détruit. Selon certains récits, les lieux auraient servi de scierie pendant un temps. Des Russes réfugiés débarqués du "Rion" en 1921 y auraient même travaillé. Mais nous n'avons pas trouvé de preuves. 

 

Les pierres ne furent pas perdues: elle furent réutilisées dans de nombreuses maisons du canton.

 

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Cette carte postale montre, en dehors des poules et des cochons, le mur extérieur de l'hôpital près de la bifurcation de Saint Antoine.

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Si la date n'est pas certaine, le lieu est bien reconnaissable, notamment avec la fontaine qui est à gauche.

 

Copie d'écran Google.

Copie d'écran Google.

 

L'arcade du premier plan indique qu'il restait l'enceinte alors que, sauf la chapelle, l'intérieur avait disparu. Les vêtements des fidèles sortant de l'office laissent supposer que l'image date de très peu de temps après la seconde guerre mondiale. Mais ce n'est qu'une supposition.

 

Hier et maintenant: La longue agonie de l'hôpital militaire

 

Le seul élément certain est qu'il ne reste plus aucune trace de ce qui fut une époque glorieuse de Guagno-les-Bains.

Photo Michel Franceschetti, 19 août 2011.

Photo Michel Franceschetti, 19 août 2011.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Noël:

du samedi 17 décembre au mardi 3 janvier

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907