Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 15:55

 

Une photo de Poggiolo a été montrée dans un récent bulletin météorologique. Mais quel est le climat habituel dans le village? Nous ne savons pas si une étude a été réalisée. Cependant, des observations très sérieuses eurent lieu pour Guagno-les-Bains... voici pratiquement deux siècles.

Leurs résultats peuvent être lues dans la thèse de Jean-Baptiste-Joseph THIRIAUX intitulée "Essai sur la topographie physique et médicale de Saint-Antoine de Guagno". Elle fut soutenue en 1829 à la Faculté de Médecine de Strasbourg. 

Ce travail étudiait les atouts de la source thermale au moment où elle accueillait de nombreux soldats.

On pourra comparer les données de cette thèse avec celles d'aujourd'hui pour déterminer s'il y a eu réchauffement climatique et de quelle ampleur, après avoir converti les degrés Réaumur en degrés Celsius.

On pourra également remarquer que l'auteur estime que le meilleur moment de l'année est le mois de mai.

Texte reproduit avec l'orthographe et la ponctuation d'origine.

 

 

Quel temps fait-il à Guagno-les-Bains?

 

     "La saison des bains pour les militaires des différentes garnisons de l'île est, comme dans les autres établissements de ce genre, divisée en deux parties de deux mois chacune; elle commence au mois de Juin et se termine à la fin de Septembre. Elle devrait être avancée d'un mois au moins; le mois de Mai est celui de l'année où l'on s'y trouve le mieux, la température de l'atmosphère étant alors extrêmement douce.

 

     En raison de l'élévation du sol et de l'entourage des maquis (bois composés d'arbustes hauts de six à dix pieds, dont la majeure partie du territoire de la Corse est couverte); l'air y est vif, élastique, chargé d'humidité, surtout avant le lever et après le coucher du soleil. Sa température est de plusieurs degrés au-dessous de celle de l'air que l'on respire à Ajaccio; en Juillet de l'année dernière elle offrait de 3 à 4° de différence, c'est-à-dire que le thermomètre de Réaumur (1) y étant de 28°, se maintenait entre 24 et 25° aux bains. Le mercure dans la baromètre oscillait alors entre 27 et 27 pouces 1/2.

 

     L'hiver n'y est pas très-rigoureux, cependant on y voit de la neige qui séjourne plus ou moins de temps sur les plus hautes montagnes.

 

     Il est rare que des ouragans, des orages, des pluies abondantes aient lieutenant la saison des bains; ces météores ne s'observent ordinairement en Corse qu'aux temps des équinoxes.

 

     Les brouillards y sont fréquens dans toutes les saisons, mais particulièrement au printemps et en automne, la fraîcheur des nuits condensant alors plus fortement la vapeur contenue dans l'atmosphère. Je regrette de n'avoir pas été à même de faire des expériences hygrométriques.

 

     Les vents dominants sont, comme à Ajaccio, les vents périodiques ou journaliers: le sud-ouest, dit vent du golfe ou brise de mer pendant le jour, et le nord-est ou brise de terre pendant la nuit.

 

     Ils ne soufflent pas ordinairement avec une grande intensité; cependant il n'en est pas de même sur la côte orientale de l'île, et notamment à Bastia, où le sud-ouest est souvent très-incommode. Mais quelquefois à Saint-Antoine de Guagno, comme dans tout le département, le sud-est en été, et dans les autres saisons le vent du nord, ont une influence sensible: le premier produit une chaleur accablante; le second, quoique parfois très-fort, est presque toujours plus salutaire que nuisible."

 

(1) 28° Réaumur sont équivalents à 35° Celsius, 24° R à 30° C et 25° R à 31,25° C.

Ruines de l'ancien hôpital militaire de Guagno-les-Bains (carte postale du début du XXe siècle).

Ruines de l'ancien hôpital militaire de Guagno-les-Bains (carte postale du début du XXe siècle).

Partager cet article
Repost0
9 avril 2022 6 09 /04 /avril /2022 18:00

Christian PINELLI, bien connu à Poggiolo, expose ses réalisations artistiques à Guagno-les-Bains. Une présentation de cet artiste a été publiée dans "Corse-Matin" vendredi 1er avril. Nous en reproduisons le texte et les photos d'illustration.

-------------

 

François-Aimé Arrighi, directeur du Fam (foyer pour adultes médicalisé) de Guagnu I Bagni, organisait cette semaine le vernissage des œuvres de Christian Pinelli, résident de l'établissement.

 

Il y a un an, l'espace "Arti in Mossa" avait été créé pour accueillir les œuvres de ceux qui avaient participé aux ateliers d'art-thérapie et de médiation artistique de Marie-Claire Benedetti-Papadacci. Un projet auquel Christian n'avait pas participé.

 

Pourtant, celui qui depuis son enfance aime dessiner, sculpter l'olivier ou le châtaignier, et a fabriqué les panneaux de signalisation en bois du village, a pu reprendre sa passion depuis qu'il a intégré le foyer il y a quatre ans. Seul dans sa chambre. "Quand j'ai vu l'exposition l'année dernière, j'ai eu un déclic. pour la première fois, j'ai eu envie de montrer mes œuvres", explique-t-il.

 

Les œuvres de Christian PINELLI

 

"Le style que j'ai dans la tête est plutôt sombre"

Une vingtaine de toiles peintes à l'acrylique, autant de galets peints. Une toile représente quelques maisons de Guagnu I Bagni, une autre U Pighjolu et son clocher, tout le reste est sorti de son imagination. L'artiste donne sa vision de la Sibérie, de la Suisse ou du Canada, où il n'est jamais allé. Il peint des rivières, des forêts et des montagnes, avec des couleurs chatoyantes, dominées par l'orange.

 

"Pourtant, le style que j'ai dans la tête est plutôt sombre, avoue Christian. Mais avec la couleur, les tableaux rendent mieux." Et le résultat est gai et chaleureux.

 

Les œuvres de Christian PINELLI

 

L'exposition est ouverte au public du lundi au vendredi de 13h30 à 16 heures, et durera quelques mois. Les bénéfices des ventes sont intégralement reversés à l'artiste. L'exposition précédente a été transférée dans les locaux de l'agence régionale de santé à Ajaccio.

 

PASCALE CHAUVEAU

Partager cet article
Repost0
12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 18:00

 

La spectaculaire expédition militaro-policière de novembre 1931 en Corse (voir la série d'articles commencée le 8 novembre), voici un siècle, n'avait pas abouti à l'arrestation des principaux bandits.

 

    Il fallut attendre le 11 février 1932 (et nous en sommes pratiquement à l'anniversaire)  pour prendre Jean-Baptiste TORRE.

 

    La Croix annonce le 12 février que "A la suite de l'arrestation d'un jeune homme de 14 ans, qui ravitaillait le bandit Torre, les gardes mobiles réussirent à rencontrer ce dernier aux environs du hameau de Muna, commune de Murzo, dans le canton de Vico. Le bandit réussit néanmoins à regagner le maquis, non sans avoir abandonné ses armes: un fusil-mitrailleur et deux revolvers, et après avoir été blessé à la tête. Toutefois, on pense que son arrestation est proche."

 

    Elle était tellement proche que cette information était périmée. La rencontre dans laquelle le bandit fut blessé avait eu lieu le 10 février. La suite se trouve dans Le Petit Journal du 12 février.

 

 

Petit Journal 12-02-32

 

 

    Né à Lopigna en 1909, Jean-Baptiste TORRE déserta du 6e régiment colonial au Maroc en juillet 1930, alors qu'il devait comparaître pour une agression. Il prit le maquis avec son oncle Caviglioli. Le 20 octobre 1930, il abattait Ange Siméon. Le 17 août 1931, il participa à l'agression de Guagno-les-Bains.

 

   Les Assises de Corse, qui le jugèrent en novembre 1933 en même temps que Toussaint CAVIGLIOLI, considérèrent qu'il était l'auteur du coup de feu qui tua le garagiste Guagno présent dans l'établissement thermal.

  Torre et Caviglioli

 

    Le 2 novembre 1931, lors de la fusillade de Balogna, il abattit le maréchal des logis Tomi et le gendarme Klein, et blessa grièvement le lieutenant Neuveglise et le gendarme Soyer.

 

gendarmes tués

     

  Il fut condamné à mort en 1933 et guillotiné à Bastia le 13 avril 1934.

 

       Voici comment Le Petit Journal décrivit ses derniers moments.

exécution Torre

 

 

Il restait encore les deux frères SPADA. Nous verrons leur fin le 1er juin.

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 18:00

 

 

Attendue depuis longtemps, la nouvelle a été rendue officielle le 24 novembre: le chantier de réhabilitation de la station thermale va débuter.

 

2,3 millions d'euros ont été alloués au projet qui permettra de rouvrir la station thermale fermée en raison d'une pollution bactériologique.

 

 

Les retombées économiques seront importantes pour... Isulacciu fi Fium'Orbu.

 

 

Mais oui, le chantier concerne I Bagni de Pietrapola, la station thermale de cette commune.

 


 

Bains de Pietrapola (photo Stéphane Gamant)

Bains de Pietrapola (photo Stéphane Gamant)

 

Vous vouliez des nouvelles de Guagno-les-Bains?

 

Pour notre station, il faut attendre, et attendre encore. 

 

Il est bien écrit dans l'article paru dans Corse-Matin le 25 novembre: "la Collectivité entend développer le thermoludisme dans d'autres établissements à fort potentiel: Baracci bien sûr, mais aussi Guagno ou Guitera".

 

Alors, attendons, attendons, attendons.

 

 

Ci-dessous: lien pour accéder à l'article sur le site du journal.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 18:00

 

Dans son deuxième article sur l'histoire de notre village, Marina CHOVIN s'est concentrée sur Guagno-les-Bains. Le premier avait été consacré aux églises et cimetières (voir ICI).

 

Texte et photo (tirée du Blog des Poggiolais) parus dans ARRITTI, "settimanale naziunalistu corsu", numéro 2721 (du 4 au 10 novembre).

 

Guagno-les-Bains dans Arritti

U Pighjolu (siconda parte)

 ikke barnet ut med badevannet.
Ùn ghjittate u ciucciu cù l’acqua di u bagnu. (pruverbiu Norvegianu)

Salute à tutte è à tutti. Cuntinuemu à nostra scuperta di u paisolu di u Pighjolu è, per esse precisa di più, di I Bagni. Fate casu chì Guagnu è i Bagni sò sfarenti : a ghjente di i Bagni sò i Bagnighjanti è quelli di Guagnu sò i Guagnesi. Sò i Francesi ch’anu chjamatu i Bagni Guagno-les-Bains, chì à l’epica I Bagni facìanu parte amministrativamente di Guagnu. Hè un prifettu à u XIXsèculu chì hà cacciatu I Bagni à Guagnu par dalli à u Pighjolu.

Si tròvanu accantu à una via d’impiaghjera impurtantìssima, è era l’occasione pè i pastori d’addunìscesi à e Caldanne, cum’ella si dicia tandu. Ma ci vole à aspettà 1711 da chì l’abitatu si sviluppi, è ch’elli sìanu stallati trè bacini di granitu.
Avete i rumatìsimi, e dermatosi ? Andate puru à I Bagni chì l’acque termale zulfurate è sòdiche fàcenu prò. Sò duie e surghjente: quella Venturini, a principale, è quella Coghja, l’acque surtendu trà 33 è 49 gradi. Oghje, hè scrittu nant’à una lastra chì quì « Napulione III è a so moglie anu pigliatu l’acque». Or’si sà chì ghjè falsu. Eppuru, ci sarebbe da chì fà una storia più interessante. Èccuci di 1787: Napulione u Primu è a so mamma Letizia fàcenu una cura, cum’è una astra figura stòrica impurtante, Pasquale Pàoli, chì ci andava guasgi tutti l’anni. Ci vole à ammintà chì, à l’èpica, I Bagni èranu i più famosi di Còrsica.
Astra leia cù Napulione u Primu: ghjè ellu chì, u 18 d’aostu di u 1808, stallò un cuntrollu medicale è un mèdicu incaricatu di ispettà l’acque minerale, marchendu u veru principiu di a spluttazione di a stazione termale.
À pàrtesi da 1845 è sin’à 1856, mentre u regnu di Louis- Philippe è Napulione III, si custruisce u casamentu in forma di U, tìpicu di u Sicondu Imperu. Eppuru di 1883 l’uspedale militare hè chjosu è lasciatu à caternu.
À u principiu di u XXsèculu, u rughjone era cuntrullatu da u banditu Francescu Caviglioli. U 17 d’aostu 1931, ellu è i so dui nipoti Ghj. B. Torre è S. Caviglioli ghjùnsenu à I Bagni è sottu à a minaccia di fucili arrubonu i clienti di parechje usterie. Dopu, chjamonu à Michele Simongiovanni, u patrone di e terme, chì t’avia ricusatu di pagà quant’ellu vulia u banditu. Cum’è Michele ùn rispose, i trè banditi si n’andonu, tirendu ver’di u stabilimentu è tumbendu à un omu. Ghj. B. Torre fù arrestatu u 10 di ferraghju 1932, addurmintatu da frittelle chì c’era un supurificu, ma fù a ruina di i Bagni. 

 

Marina Chovin

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 08:00

 

   Les Deux Sorru eurent une place de choix dans la presse du 12 novembre 1931.

 

 

LA LIBÉRATION DE GUAGNO-LES-BAINS

 

   LE PETIT PROVENÇAL décrivit ce jour-là, dans un article daté du 11, le déplacement de commissaires de la police mobile pour contrôler des informations sur la présence de SPADA:

 

    "Par la route en lacets qui longe d'abord le golfe de Sagone, découvrant à chaque tournant des sites sauvages et pittoresques, puis qui grimpe vers Sari-d'Orcino, l'automobile des policiers a atteint Vico.

    Les forces de la garde mobile et de la gendarmerie qui, depuis 3 jours gardent toutes les routes et tous les chemins de ce secteur, n'avaient constaté, au cours de la nuit, aucun déplacement suspect à Vico.

    A Guagno-les-Bains, la police mobile a été beaucoup mieux accueillie qu'autrefois. Le fait d'avoir arrêté la plupart de ceux qui, ouvertement, étaient en relation avec le bandit Spada a redonné confiance aux honnêtes gens terrorisés. Des renseignements intéressants ont été recueillis, qui pourront être utilisés dans un avenir que l'on croit très prochain."

 

 

   Le compte-rendu du déplacement des policiers est reproduit de façon totalement identique (à l'exception de la phrase sur la route de Sagone à Vico) dans plusieurs journaux, comme L'OUEST-ECLAIR ou LE JOURNAL DES DÉBATS.

 

   Guagno-les-Bains est ainsi mis en valeur car la station thermale était devenue un symbole de la puissance du banditisme depuis l'agression sanglante du 17 août 1931.

 

    Pour mieux montrer l'adversaire, ce texte était illustré par une photo d'un "type de bandit" conforme aux stéréotypes de cette époque.

 

Chronique de l'épuration du maquis. 12 novembre: la libération de Guagno-les-Bains.

 

   LE PETIT MARSEILLAIS se distingua de la masse avec son envoyé spécial Jean AICARDI  qui préféra envoyer un article décrivant minutieusement la maison de SPADA, dans le golfe de Lava, au-dessous de Calcatoggio, et l'organisation de ses activités:

 

"André Spada, outre qu'il assure sous le nom du frère de sa maîtresse Jules Leca le service postal Ajaccio-Lopigna, s'occupe d'industrie forestière. Avec le concours de plusieurs équipes de journalistes [sûrement une erreur pour "journalier"] italiens, il exploite la forêt située en contrefort, derrière la Punta, de l'autre côté du vallon de Calcatoggio".

 

 

GÉOGRAPHIE DU BANDITISME

 

    Pour mettre de l'ordre dans l'esprit de ses lecteurs, LA CROIX donna la liste des "régions centrales de l'île (où) le banditisme (avait été) érigé en "industrie":

 -"Balogna, Guagno, Vico, ancien fief de Caviglioli, où l'on traque ses alliés;

  -Lopigna, théâtre d'un massacre dont l'auteur est le bandit Spada;

 -Palneca, résidence du bandit Bartoli;

 -Cozzano et Zicavo, localités où Bartoli exerçait son industrie sanglante;

 -Prunelli, clé du Fium'Orbo, où se cachent de nombreux hors la loi,

 -et Vezzani, où fut tué le bandit Perfettini, apache marseillais réfugié au  maquis."

 

 

 COMBIEN D'ARRESTATIONS ? 

 

    Un premier bilan des arrestations parut ce jour-là dans les journaux, avec des chiffres différents: 48 pour LA CROIX, 61 pour L'HUMANITÉ et LE JOURNAL DES DÉBATS. Pour LE PETIT PROVENÇAL, il y avait eu 74 arrestations "pour complicité ou recel de malfaiteurs:

1° L'affaire du bandit André Spada a amené six arrestations, sa maîtresse Antoinette Leca, 34 ans, sa mère, la veuve Antoinette Leca, 72 ans, Pascal Leca, 20 ans, fils naturel du bandit Romanetti et deux comparses.

2° Pour le recel des bandits Caviglioli et Torre, 22 arrestations ont été opérées dans le secteur de Guagno. Au nombre des individus appréhendés figurent un propriétaire, Paul Benedetti, 50 ans, une hôtelière de Sagone, Marie Casanova, 36 ans, l'entrepreneur du transport postal, François Cipriani, un commerçant d'Ajaccio, Amédée Di Fabio, tailleur; le chauffeur d'automobile André Gardella."`

   Le journal ajoutait six arrestations dans l'affaire BORNEA  et trente-six dans l'affaire de BARTOLI, ce qui ne fait pas les 74 annoncées.

 

     Quant au PETIT MARSEILLAIS, qui employa pour la première fois l'expression "la répression du maquis corse", il en était à 117 arrestations !

 

 

DES PAUVRES BOUGRES MANIPULÉS

 

   De son côté, L'HUMANITÉ se distingua en répétant l'analyse assénée le 9 novembre:

  "Tous les "bandits" corses sont de pauvres bougres qui, après avoir pris le maquis à la suite d'un coup de tête ou d'un acte de vengeance, deviennent des voleurs et des assassins très vulgaires. Mais on ne peut oublier qu'il y a peu de temps encore tout le beau monde flirtait avec eux. Les gens de la Haute, mâles et femelles, leur rendaient visite dans le "Palais Vert". Les journalistes montaient jusqu'à leurs repaires pour les interviewer. Les Spada et les Bartoli posaient devant les photographes et les cinématographes. On nous relatait leurs exploits, leurs amours.

   Et pendant de temps les bandits faisaient de bonnes affaires avec les coquins capitalistes qui mettent en coupe réglée "l'Ile de Beauté" et avec les politiciens dont ils se constituaient, contre espèces sonnantes et trébuchantes, les agents électoraux."

 

   Léon BANCAL avait fait pratiquement le même constat la veille dans un article du PETIT MARSEILLAIS sur "L'utilisation sociale du bandit" en citant la vieille sentence corse: "Pulitica e donna son i castichi di l'omù" (la politique et la femme sont les châtiments de l'homme) !!!

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2021 6 23 /10 /octobre /2021 12:00
L'art'in mossa à Guagno-les-Bains

 

Vendredi 22 août, a eu lieu le vernissage de l'exposition "L'art'in mossa" au FAM de Guagno-les-Bains.

 

Elle rassemble des œuvres originales réalisées par les résidents artistes qui ont laissé libre court à leur créativité lors des séances de médiation artistique avec Marie-Claire Benedetti Papadacci, art-thérapeute.

 

Entrée libre (avec le passe sanitaire) de 13h30 à 16h à partir de lundi 25 octobre.

 

 

 

L'art'in mossa à Guagno-les-Bains
L'art'in mossa à Guagno-les-Bains
L'art'in mossa à Guagno-les-Bains
L'art'in mossa à Guagno-les-Bains
L'art'in mossa à Guagno-les-Bains
L'art'in mossa à Guagno-les-Bains
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 18:08

 

Depuis un certain temps, il n'avait plus été question dans la presse ou dans les réunions d'élus de la situation des stations thermales corses.

Pourtant, quand un journaliste est en manque d'inspiration, il a un sujet tout trouvé pour remplir une page. 

Pourtant, quand un homme politique veut montrer qu'il souhaite revivifier la situation économique de l'intérieur de l'île, il peut prononcer quelques promesses.

Ainsi, la réouverture des installations de Guagno-les-Bains est devenue un véritable "serpent de mer". Les articles sur ce thème parus sur le blog des Poggiolais depuis douze ans sont innombrables.

 

Cette semaine, "Settimana" a renoué avec la tradition par un article très intéressant d'Isabelle Lançon-Paoli, agrémenté d'un excellente photo de Michel Luccioni. Nos lecteurs pourront en avoir connaissance en cliquant sur la reproduction du texte pour le lire tout à loisir.

On peut noter que, à propos de Guagno-les-Bains et de Guitera, le redémarrage est bloqué par:

"des bâtisses trop grandes, donc des travaux titanesques à réaliser, mais aussi, et surtout, la question du fonctionnement et de la gestion commerciale de ces structures thermales."

A Poggiolo, tout le monde le sait depuis longtemps, comme on sait que la solution viendra d'abord d'une volonté politique. L'Assemblée de Corse va-t-elle décider d'agir ou faudra-t-il éternellement se lamenter?

 

La misère de la richesse thermale corse
La misère de la richesse thermale corse

Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 18:00

 

    Le début du XXème siècle, fut un "âge d'or" pour Guagno-les-Bains, au moins jusqu'à l'attaque sanglante du 17 août 1931.

 

    Même après la fermeture de l'hôpital militaire en 1883, le hameau recevait de nombreux curistes et touristes. Le "Guide bleu" de 1939 écrivit que ce lieu "est non seulement une station thermale très fréquentée, mais aussi une villégiature et un centre d'excursions recommandables dans une contrée accidentée et pittoresque.". Et d'énumérer ensuite les hôtels du lieu:

 

- Grand Hôtel Continental (ouv. toute l'année; autos et calèche à Vico à l'arrivée de l'autobus t. l. j. pendant la saison; gar.)  

- Central

- de la Terrasse 

- Martini

- Villa des Fleurs

- de l'Etablissement thermal (du 1er juin au 30 septembre)

 

La folle et sanglante agression de Guagno-les-Bains (17 août 1931)

 

   Il faisait bon vivre à Guagno-les-Bains mais, voici 90 ans, un drame troubla la fête et fit une très mauvaise publicité à la station thermale. Ce fut le 17 août 1931.

 

   Reprenons le récit qui parut le 24 août dans "Le Petit Provençal", journal marseillais qui avait une importante rubrique corse.

 

    "Mardi dernier, vers 9 heures du matin, le bandit CAVAGLIOLI François et ses deux neveux TORRE Jean-Baptiste et CAVAGLIOLI Toussaint - ce dernier âgé de 17 ans - sont arrivés à GUAGNO-les-BAINS. Ils étaient tous trois armés de fusils et de pistolets avec cartouchières garnies.

   Dès leur arrivée dans cette station d'été, très fréquentée par les malades et les estivants, ils sont allés aux hôtels Casta, Martini Pascal et au débit Leca. Sous la menace de leurs fusils braqués dans la direction des patrons de ces établissements, ils ont exigé le versement de sommes variant de 1.000 à 5.000 francs.

   Après quoi, le bandit CAVAGLIOLI François a posté ses deux neveux au coin de l'établissement thermal tenu par M. Michel SIMONGIOVANNI et lui-même est rentré dans la cour de l'hôtel, a fait lever les mains en l'air aux clients de l'établissement qu'il a rencontrés, puis se plaçant au bas d'une fenêtre, il a appelé le patron: "Michel!  Michel!", son fusil braqué dans la direction de la fenêtre où le propriétaire était susceptible de paraître."

 

    Michel SIMONGIOVANNI, concessionnaire de l'établissement, avait refusé, quelque temps auparavant, le racket établi par le bandit et avait déclaré: "Plutôt que de verser à Caviglioli la somme qu'il me réclame, je suis prêt à lui flanquer cinq balles dans le front" (extrait de Jean BAZAL "Avec les derniers bandits corses", 1973).


   

 

Publicité parue dans "La Corse touristique" en 1926.

Publicité parue dans "La Corse touristique" en 1926.

 

 Le quotidien raconte ensuite:

   "Ce dernier n'ayant pas répondu, CAVAGLIOLI s'est retiré et, de la route, ses neveux et lui ont tiré une trentaine de coups de fusils sur les fenêtres de l'établissement.

   Notre malheureux concitoyen, M. Antoine GUAGNO, qui se trouvait dans sa chambre avec sa jeune femme, atteint à la tête par une balle, fut foudroyé."

 

    Certains textes, mis en référence par Pierre LECCIA sur GENEANET dans sa notice sur Antoine GUAGNO, évoquent l'imprudence de la victime qui se serait mise à la fenêtre pour regarder ("Le Figaro", 26/08/1931, p. 4) ("L'Humanité", 26/08/1931, p. 1) ("Ric et Rac", n° 140, 14/11/1931, p. 2). Les articles se partagent pour localiser l'impact de la balle (tête ou cœur).

 

    Antoine GUAGNO était né en 1900 à Ajaccio où son père Sébastien dirigeait un important garage. La publicité ci-dessous est extraite de la revue "A Muvra".

 

La folle et sanglante agression de Guagno-les-Bains (17 août 1931)

 

Le journal continue:

  "Avant de se retirer vers les collines de LETIA, les bandits ont mis le feu au pré qui s'étend en contrebas de l'établissement thermal."

Il s'agit du terrain sur lequel a été ensuite construit l'Hôtel des Thermes.

 

    Cet article fut complété le 26 août par le même journal qui, dans un nouveau récit de l'événement, donna des détails supplémentaires sur la fuite des bandits:

   "En s'éloignant, les malandrins croisèrent sur leur route le capitaine LECA et M. OTTAVI qui, avec leurs épouses, se rendaient à la source sulfureuse. Sous l'œil noir des fusils, les quatre personnes furent en un tournemain dépouillées de leur argent et de leurs bijoux.

   Quelques heures plus tard, le receveur des Postes de Vico recevait à son tour la visite des bandits qui le prévinrent qu'ils lui interdisaient, sous peine d'être tué sans pitié, de donner à qui que ce soit la communication téléphonique pour Ajaccio."

 

    "All in all it was a successful day for les Caviglioli" (traduction: "Dans l'ensemble, ce fut une journée réussie pour les Caviglioli"), écrivit ironiquement, dans un article intitulé "Again Caviglioli" (voir ICI)le magazine américain "TIME" du 7 septembre 1931 (car l'affaire de GUAGNO-les-BAINS n'eut pas seulement un retentissement français mais véritablement international).     

 

"Time" du 7 septembre 1931

"Time" du 7 septembre 1931

 

   Mais l'affolement était général à GUAGNO-les-BAINS. "Le Petit Provençal" du 24 août continuait par le paragraphe suivant:

    "Dans la soirée, toutes les voitures qui se trouvaient à Guagno et dans les environs ont été réquisitionnées pour permettre aux estivants et aux malades de quitter GUAGNO-les-BAINS qui est complètement désert à l'heure actuelle."

 

   Didier DAENINCKW décrit cette désolation dans son roman «Têtes de Maures» paru en 2013 :

« La panique s’empara des curistes, des vacanciers. Un véritable exode précipita des centaines de familles sur les quais d’embarquement d’Ajaccio. En quelques jours, le bourg de Guagno-les-Bains fut déserté, on dut rapidement fermer les restaurants, les pensions de famille, on licencia le personnel des thermes, les services de voitures depuis Vico ou Ajaccio furent interrompus, et tous ceux qui travaillaient la terre, qui élevaient de la volaille, pétrissaient la pâte, réduisirent leur activité. »

 

   Guagno-les-Bains n’a plus jamais retrouvé son «âge d’or». L’attaque du 17 août 1931, qui eut une si grande importance, est maintenant bien oubliée. Ne serait-il pas utile qu’une plaque posée sur un mur des thermes rappelle la mémoire d’Antoine GUAGNO, victime innocente de la brutalité et de la stupidité de certains ?

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 20:03

 

S'il existe une qualité insuffisante pour l'eau du robinet comme un article récent l'a montré, il n'en est pas de même pour l'eau de baignade qui est excellente en Corse sur 98% des sites. Les résultats se montrent sur le site Baignades du Ministère de la Santé.

 

Pour les Deux Sorru, aucun problème sauf à l'embouchure du Liamone.

 

On peut continuer à se rafraîchir au pont de Guagno-les-Bains ou au confluent !

 

Documents publiés dans "Corse-Matin" du 26 juillet.
Documents publiés dans "Corse-Matin" du 26 juillet.

Documents publiés dans "Corse-Matin" du 26 juillet.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de mai en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

- dimanche 22 mai:

fête du Père ALBINI au couvent de Vico (messe à 10h 30 suivie d'un apéritif et d'une exposition).

- dimanche 26 juin:

trail A Viculese

- 8 juillet: 

Fin des classes

- dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907