Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 18:02

Toutes nos condoléances.

Un décès à Guagno-les-Bains
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 11:04

Deux fois en une semaine, c'est beaucoup.

 

Par deux fois, le quotidien "Corse-Matin" a amputé le nom de Guagno-les-Bains pour le transformer simplement en Guagno.

La première fois a été avec l'annonce de l'arbre de Noël organisé par le comité des fêtes et la mairie. L'article était annoncé avec le sur-titre "U Pighjolu-Guagnu".

Corse-Matin ne veut pas des Bains

 

L'erreur ayant été signalée à la rédaction, une nouvelle annonce a été publiée avec la localisation "U Pighjolu-Guagnu-I Bagni", bien que l'on inscrive plutôt "I Bagni di Guagno". Le plus ridicule est que ce rectificatif est paru lundi 18 décembre... pour annoncer un événement prévu pour "aujourd'hui  dimanche 17" !

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

Et nouvelle erreur vendredi 22 décembre!

Avec le compte-rendu du concert de Bernard CERVERA dans une école d'Ajaccio, un encadré annonce les autres concerts de Sorru in Musoca dont celui prévu "au foyer d'accueil d'adultes handicapés de Guagno".

 

Corse-Matin ne veut pas des Bains

 

Ce foyer n'existe qu'à Guagno-les-Bains.

Et Guagno-les-Bains fait partie de la commune de Poggiolo depuis le décret du 19 septembre 1852. La commune de Guagno se trouve à plus de huit kilomètres de là. Il ne faut donc pas confondre.

Il est indispensable de demander à la rédaction de "Corse-Matin" de porter un peu plus d'attention à la précision de ces dénominations, d'autant plus que la même erreur avait déjà eu lieu le 28 avril 2017. Nous l'avions dénoncé à ce moment-là.

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 07:18
Guagno-les Bains suscite regrets et passions

La situation actuelle et l'avenir de l'établissement thermal de Guagno-les-Bains sont des questions qui touchent fortement les lecteurs du blog des Poggiolais.

L'article "Visite des thermes endormis" a provoqué plusieurs réactions chez nos lecteurs. Elles sont visibles sous forme de commentaires à la fin de l'article en question.

Nous vous engageons à les lire et à participer au débat.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 17:59
Visite des thermes endormis

La station thermale de Guagno-les-Bains est abandonnée depuis longtemps mais l'installation existe toujours. Sophie Romano, artiste designer, et François-Xavier Bartoli, architecte, tous deux animateurs du blog architecture-design-corse.com ont pu s'en rendre compte en 2013. Ils ont posté un article intitulé "Guagno-les-bains" le 2 décembre 2013. Ils y décrivent une visite clandestine de l'intérieur de l'établissement thermal.

Malgré l'habituelle erreur sur la prétendue cure de Napoléon III et de son épouse, le petit texte rend une atmosphère très étrange accentuée par des photos des pièces désertées.

Depuis quatre ans, que sont devenues ces installations?

Les prochains élus à la nouvelle collectivité territoriale vont-ils agir pour éviter leur dégradation totale?

Guagno-les-bains
Guagno-les-bains

 

Ce dimanche, ayant renoncé sous l’effet des fortes rafales à faire une balade jusqu’au lac de Creno (mais ce n’est que partie remise), nous sommes descendus jusqu’à Guagno-les-bains. Les bains, aujourd’hui fermés bien qu’ouverts au quatre vents, sont cités depuis les XVIème siècle. Mais c’est à Napoléon III que l’on doit l’exploitation commerciale de ces sources et la création des thermes.

Dans son écrin minéral, le bâtiment aux appareillages de pierre traditionnels, se fond dans son décor naturel. C’est une belle construction sur trois niveaux, en forme du U autour d’une cour centrale, aux fenêtres en arc, la grande loggia à l’étage supérieur appartient aux appartements, seulement accessibles par ascenseur. A l’entrée une plaque nous rappelle l’année de construction, et la baignoire où Napoléon III et l’Impératrice Eugénie se sont baignés est fièrement installée là.

Hésitants, nous avons poussé les portes des lieux, et avons pénétré ces murs. Le temps semble s’être cristallisé à l’intérieur des thermes dans un instantané étrange… Les chaufferies fonctionnent encore dans les couloirs déserts, on entend l’eau couler dans les machineries. La poussière a lentement recouvert les installations, les murs se sont décrépis.
On se sent cependant happé par l’esprit du lieu, des voutes en briques, des couloirs ou les portes des cellules de soin se succèdent, des lumières douces qui traversent le bâtiment.

Quelques frissons et un plein d’adrénaline plus tard, nous refermons doucement la porte de ce décor de cinéma.

guagno026

guagno023

guagno019

guagno008

guagno014

guagno015

guagno024

guagno009

guagno012

guagno017

guagno025

guagno007

 
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2017 6 18 /11 /novembre /2017 18:08

Le gouvernement ayant décidé de fixer aux 3 et 10 décembre les élections territoriales corses, les listes ont été déposées et les promesses commencent à être publiées. Mais, dans cette campagne électorale qui débute, un thème sera certainement absent: le thermalisme corse.

Jusqu'à présent, la gestion des stations thermales est assurée par les départements, quand ils veulent bien s'en occuper. Ainsi, l'établissement de Guagno-les-Bains est abandonné depuis longtemps car les projets de relance évoqués plusieurs fois à l'assemblée départementale n'ont jamais abouti.

 

Le thermalisme sera-t-il oublié aux prochaines élections?

Pourtant, les cures thermales peuvent bien fonctionner en Corse. 

L'exemple en est donné par les Bains de Pietrapola. Le "Corse-Matin" du 6 octobre dernier nous apprend dans l'article reproduit ci-dessous que cette station est ouverte sans interruption depuis 1978 et qu'elle a reçu cette année près de 400 curistes, alors qu'il n'y est proposé "ni hébergement, ni service de restauration et qu'il n'existe pas de transport public pour y accéder."

Une incertitude existe sur le sort des employés du site quand le transfert de compétences aura eu lieu. Mais, le problème réglé, Pietrapola poursuivra son activité. 

 

 

Que deviendra Guagno-les-Bains? 

Il faudrait en parler avant l'élection. Des élus et des simples citoyens de notre micro-région pourraient poser la question aux différents candidats.

Guagno-les-Bains ne doit pas être oublié des futurs dirigeants corses.

cliquer sur ces images pour les agrandir.
cliquer sur ces images pour les agrandir.

cliquer sur ces images pour les agrandir.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 18:02

Ainsi que le constatait l'article intitulé "Quoi faire sur la plage?", de nombreux estivants logeant dans les villages du canton en juillet et août sont surtout intéressés par la baignade, dans la rivière mais souvent sur la plage.

A quelle qualité d'eau peuvent-ils s'attendre?

 

1 - L'EAU DU BAIN

L'Agence Régionale de la Santé (ARS) publie la situation des eaux de baignade pendant la saison balnéaire.

La synthèse en est présentée sur une carte dont est extraite la partie concernant les Deux Sorru.

Quelle eau pour cet été?
Quelle eau pour cet été?

Nous avons ainsi la satisfaction de constater que l'eau passant sous le pont de Guagno-les-Bains est jugée d'excellente qualité. A Vico, le pont de Belfior a une eau qui est simplement de bonne qualité. 

Quant aux plages les plus proches des Deux Sorru, elles sont jugées d'excellente qualité, sauf celle du pont du Liamone.

 

 

2 - L'EAU DU ROBINET

Il est essentiel de connaître l'eau que l'on boit. L'ARS surveille également la qualité de l'eau destinée à la consommation humaine.

Le rapport publié sur le site donne la situation de l'année 2016.

Quelle eau pour cet été?

Qu’en est-il dans nos villages ?

Le document de l’ARS contient une carte de la qualité bactériologique de l’eau des communes. Nous en avons extrait la partie qui concerne notre haut-canton. La lettre P est placée à l’emplacement de Poggiolo.

Quelle eau pour cet été?
Quelle eau pour cet été?

Si l'eau de Guagno est bonne, celle de Soccia est moyenne, celle de Poggiolo mauvaise et celle d'Orto très mauvaise. 

Il ne faut pas s'affoler car les résultats sont variables d'une année à l'autre. En 2015, l'eau guagnaise était très mauvaise et celle de Poggiolo était moyenne.

Il faut compléter avec les résultats complets des analyses plus récentes qui se trouvent sur le site gouvernemental orobnat.sante.gouv.fr

 

Qu’est-il indiqué pour Poggiolo ?

- Le prélèvement du 3 mai 2017 à 8h45 au pont de Guagno-les-Bains a trouvé que l’on a en ce lieu une «eau d'alimentation non-conforme aux exigences de qualité. La présence de germes fécaux impose une surveillance renforcée.»

- Pour le village de Poggiolo lui-même, le 1er février 2017 à 10h05, l’eau est légèrement différente : «Eau d'alimentation conforme aux limites de qualité en vigueur pour l'ensemble des paramètres mesurés.»

Le détail des résultats se trouve sur la même page internet.

 

Bonnes vacances!

Partager cet article
Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 17:42

L'article précédent a présenté le site et la page Facebook de l'hôtel-restaurant des Deux-Sorru.

Il faut y ajouter trois vidéos mises en ligne très récemment. Elles montrent l'environnement de l'auberge.

Ces quelques belles images de la nature et de nos villages permettent de s'abstraire un peu du tintamarre politique actuel.

Première vidéo sur "Le lac de Crena depuis Orto".

Ensuite, "Le hameau de Muna".

Et enfin, "La vallée du Fiume Grosso".

Partager cet article
Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 18:00

L'histoire de la Poste à Poggiolo est très simple car le village n'a jamais eu de bureau de Poste. Mais la commune en avait une dans le hameau de Guagno-les-Bains.

 

Le 25 octobre 1912, Charles Chaumet, sous-secrétaire d'Etat aux Postes et Télégraphes, décida la création d'un établissement de facteur-receveur à Guagno-les-Bains (décision publiée au "Journal Officiel" du lendemain). Le nombre important de curistes fréquentant les lieux à l'époque avait certainement pesé sur cette décision.

Par la voix d'Antoine LECA, alors conseiller général du canton, le village de Guagno avait pourtant demandé l'année précédente (le 2 octobre 1911) l'ouverture d'un bureau de Poste particulier car les Guagnais devaient parcourir dix kilomètres pour retirer des mandats au bureau de Soccia. Mais le gouvernement lui avait répondu quelques mois plus tard que cette commune n'était pas prioritaire et qu'il n'était "pas possible d'indiquer, même approximativement, l'époque à laquelle pourra être réalisé le vœu que" le Conseil général avait adopté...

 ... et Guagno-les-Bains passa devant Guagno!

Demande de création d'un poste de facteur-receveur à Guagno (réunion du Conseil Général de Corse du 2 octobre 1911)

Demande de création d'un poste de facteur-receveur à Guagno (réunion du Conseil Général de Corse du 2 octobre 1911)

 

Désormais, pour envoyer une lettre à Poggiolo, à une époque où, jusqu'en 1964, le code postal n'existait pas encore, il fallait écrire sur l'enveloppe:

 

"Poggiolo par Guagno-les-Bains".

 

Le courrier était oblitéré avec un cachet particulier.

Des bureaux de Poste très nomades. 2/2: Poggiolo, Guagno et Guagno-les-Bains

Même si l'inscription est difficile à lire, on peut voir sur cette carte postale de 1922 qu'il est écrit dans la couronne:

"GUAGNO-LES-BAINS CORSE"

Au centre, on a la date qui montre que l'envoi a été effectué pendant l'été 1922:

"10 - 8

22"

 

En 2013, les commentaires suscités sur le blog par l'article "Poggiolo vu par un adolescent de 1963" avaient permis de préciser où se trouvait le bureau de Poste et l'importance qu'il avait jusqu'à sa fermeture.

 

maria canale chailloux14/02/2013 22:57


La poste se trouvait derrière l'établissement dans une maison occupée maintenant, de façon épisodique, par la famille Colonna. Elle se situait au troisième niveau et le soir à l'arrivée du car nous étions regroupés sur le muret en attendant la distribution du courrier. Elle a dû disparaître dans les années 68-70.

 

 

 

 

Maryse moretti15/02/2013 19:35

Bonjour, juste pour confirmer que la poste de Guagno les Bains se situait derrière l'établissement thermal, derrière la maison des FRANCO (où se situait d'ailleurs l'école de Guagno les Bains que j'ai pu fréquenter avec quelques enfants du village et quelques enfants d'ouvriers italiens de l'époque).

 Quant au"courrier" comme nous disions, nous allions le chercher tous les soirs vers 18 ou 19 h à l'arrivée du car de Toussaint et le facteur de l'époque (dont j'ai oublié le nom et qui avait 3 petites filles), puis ensuite M. Roméo, qui a pris la relève au poste de receveur, faisait la distribution et l'on attendait tous sur la petite passerelle de bois devant le bureau de poste - tout près se situait une ruine qui est devenue bien des années plus tard le gîte - cette ruine était pleine de puces et n'avait plus de toit - le "courrier" était un rituel que nous n'aurions manqué pour rien -
on s'y retrouvait tous les soirs, puis ensuite venait la corvée d'eau chaude à l'établissement puisque à l'époque, nous n'avions pas l'eau courante dans les maisons -et des rituels, nous en avions:
-aller chercher l'eau fraîche à la fontaine vers 11 h 30, l'eau chaude à l'établissement pour la vaisselle, la rivière l'après-midi (laver le linge et baignade) et le courrier le soir, avant le grand tour du "Genice" pendant que les "vieux" jouaient à la pétanque devant la maison de mon grand-père. De merveilleux et inoubliables souvenirs. Pace et Salute à tuti

 

Maintenant, le bureau des Bains n'existe plus et les enveloppes doivent afficher le code 20125 qui est aussi celui de Soccia, prétexte pour des Socciais d'annexer Poggiolo à leur commune !!!

 

 

Informations pratiques:

Dans le haut-canton, le bureau de Poste de Guagno (Guagno-Village) est ouvert le matin de 8h30 à 11h. de 8h30 à 11h.

A Soccia, les heures d'ouverture sont de 13h30 à 16h15. de 9h à 11h30.

La Poggiolaise Jeanne Grimaldi au guichet de la Poste de Soccia.

La Poggiolaise Jeanne Grimaldi au guichet de la Poste de Soccia.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:10
Les Grecs de Poggiolo

Raymond RIFFLARD, né à Paris en 1896 et mort à Sagone en 1981, a exécuté de nombreuses œuvres comme des décorations d'églises ou la fresque du général de Gaulle à Orto. Son tableau montrant la ruelle derrière la chapelle Saint Roch de Poggiolo (voir l'article solution-de-la-devinette-du-mois) a été réalisé par un peintre qui connaissait particulièrement bien le village pour une raison qui est dévoilée par le diacre François-Aimé ARRIGHI dans "Vico-Sagone, Regards sur une terre et des hommes".

Décrivant les peintures murales de l'église paroissial de Vico, l'auteur écrit à la page 247: "Raymond RIFFLARD (1896-1981), artiste peintre marié à Barberine PAPADACCI de Poggiolo...".

Mais bien sûr! S'il avait épousé une Poggiolaise, RIFFLARD devait bien connaître Poggiolo!

Seulement, qui était cette Barberine PAPADACCI?

 

En réalité, elle se prénommait Barbe Marie, ce que prouve le registre d'état-civil sur lequel est transcrit sa naissance dans la commune le 22 février 1901.

Les Grecs de Poggiolo
Les Grecs de Poggiolo

DE CARGESE À APPRICIANI ET À POGGIOLO

 

Son premier prénom, particulièrement rare, semble n'avoir jamais été porté par une autre personne dans le village.

Mais le nom de famille est également bizarre. PAPADACCI ! L'origine n'en est pas latine, ni italienne, ni corse. Ce nom est GREC !

D'où vient-il? Son origine se trouve évidemment dans la ville grecque de Corse: CARGESE.

Eglise grecque de Cargese (photo Philippe Franceschetti, 14/08/11)

Eglise grecque de Cargese (photo Philippe Franceschetti, 14/08/11)

 

L'étude de la généalogie de Barbe-Marie permet de savoir qu'elle était l'arrière-petite-fille d'Elia (ou Elie) PAPADACCI qui était né à Cargese en 1809. Il épousa le 28 avril 1836 Cecilia PETROLACCI STEFANOPOLI, née en 1813. Tous deux décédèrent à Cargese en 1859.

Leur fils Jean, né le 15 février 1839 à Cargese, s'établit comme cordonnier à Appriciani près de Vico. De son mariage avec Maria Contessa LECA, il eut deux enfants. Son femme étant mort le 11 juin 1865, il épousa en secondes noces Marie Cécile ULISSE le 15 janvier 1867. Ils s'installèrent peu de temps après à Poggiolo où leur fils Michel PAPADACCI naquit le 25 octobre 1867.

Curieusement, le registre poggiolais des naissances donne comme mère de Michel "Angèle Françoise ULYSSE" (avec un "Y"). Par contre, pour son frère Jean André, qui vit le jour le 20 mars 1875, il est bien écrit  que sa mère était "Cécile née Ulisse, (...) épouse légitime" de Jean. Jean décéda à Poggiolo le 14 octobre 1908.

Jean André fut cordonnier à Poggiolo comme son père et également négociant. Il épousa Toussainte "Gracieuse" MARTINI (1872-1926), d'une vieille famille poggiolaise. Ils eurent onze enfants, tous nés à Poggiolo, dont Barbe Marie, l'épouse de RIFFLARD, qui était la quatrième.

Curiosité: sur l'acte de naissance de Barbe Marie reproduit ci-dessus, le prénom de sa mère est orthographié "Grassieuce"!

Les Grecs de Poggiolo

LA GÉRANCE DE GUAGNO-LES-BAINS

Jean André eut les moyens financiers de reprendre la concession des thermes de Guagno-les-Bains fin 1934 et s'associa avec son gendre Philippe GERONIMI (1903-2003), époux de sa fille Toussainte, dite "Santa" (1907-1992).

Ainsi que l'avait révélé l'article "Du nouveau dans les aventures des baignoires", les fameuses baignoires en marbre de l'établissement thermal furent récupérées par Jean André PAPADACCI à la Préfecture d'Ajaccio. Philippe GERONIMI s'installa avec sa famille dans la station thermale jusqu'en 1970. 

L'importance de Jean André à Poggiolo se montre par sa participation aux affaires municipales: il fut premier adjoint de 1910 à 1912, le maire étant Pascal Antoine MARTINI, puis de 1937 à 1941 et de 1943 à 1959, avec Jean-François CECCALDI. 

Jean André se remaria en 1946 avec Marie "Elisabeth" DESANTI (1882-1978) et décéda en 1962.

 

Quant à Barbe Marie, elle vécut jusqu'au 11 décembre 1970.

 

La Parisien RIFFLARD avait bien su s'adapter à la vie des villages des Deux Sorru et connaissait bien Poggiolo.

De même, les PAPADACCI venus de Cargese surent bien s'assimiler. L'hostilité des Corses de l'intérieur envers les Grecs installés par les Génois à Paomia en 1676, puis protégés par les Français à Cargese, s'était montrée plusieurs fois de façon violente (voir l'article "La rage contre les Grecs"). Mais elle finit par se dissiper au milieu du XIXème siècle. Et Poggiolo accepta facilement ses PAPADACCI.

 

Documents utilisés: fiches généalogiques de Pierre LECCIA et de Jean GINI sur le site Généanet, et registres d'état-civil de Cargese, Appriciani et Poggiolo mis en ligne sur le site archives.corsedusud.fr

Document Pierre LECCIA sur Généanet.

Document Pierre LECCIA sur Généanet.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 18:00
Du nouveau dans les aventures des baignoires

Les baignoires en marbre des thermes de Guagno-les-Bains ont connu une histoire assez compliquée et ont parfois été déplacées. Plusieurs articles de ce blog ont raconté certaines de leurs péripéties.

Mais un fait peu connu jusque-là se trouve dans l’excellent ouvrage «Vico-Sagone-Regards sur une terre et des hommes» publié cet été.

Du nouveau dans les aventures des baignoires

Le chapitre intitulé «A propos de la santé à Vico», écrit par le docteur Bernard ALLIEZ, consacré cinq pages aux «anciens bains de Vico au hameau de Guagno-les-Bains sur la commune de Poggiolo» :

«Quelques mois plus tard (après l’attaque de l’établissement de bains par le bandit CAVIGLIOLI le 17 août 1931), la concession (alors confiée à Michel SIMONGIOVANNI) sera reprise par Jean PAPADACCI qui s’associera en 1935 avec son gendre Philippe GERONIMI (Filippu). (…)

A cette époque, le bâtiment possédait trois niveaux. Au rez-de-chaussée, (…) les curistes avaient à leur disposition une vingtaine de magnifiques baignoires en marbre et un bain de vapeur destiné aux cures d’amaigrissement. Les célèbres baignoires en marbre qui dataient sans doute du Second Empire et avaient probablement été conçues pour la réfection des thermes de 1850, ne parvinrent pourtant à Guagno-les-Bains que dans les années 1930.

C’est Jean PAPADACCI qui les récupéra dans les sous-sols de la préfecture d’Ajaccio où elles avaient été entreposées pendant des décennies pour des raisons que nous ignorons encore». (pages 347 et 348)

 

Donc, ces fameuses baignoires ne sont pas arrivées à Guagno-les-Bains avant 1935. Bien évidemment, contrairement à la légende, l’impératrice Eugénie n’a jamais pu y prendre de bain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907