Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 18:00

 

Le jour le plus saint de notre civilisation :

 

le Vendredi Saint.

 

Déposition du Christ par Damaso MAESTRACCI (1939, église St Siméon de Poggiolo). Cliquer sur le tableau pour l'agrandir.

Déposition du Christ par Damaso MAESTRACCI (1939, église St Siméon de Poggiolo). Cliquer sur le tableau pour l'agrandir.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 18:00

 

Le foyer pour adultes médicalisé de Guagno-les Bains a respecté les traditions pascales.

 

Cet établissement fait peu parler de lui alors qu'il a des activités variées dont témoigne sa page Facebook "Casa d'accolta medicalizata li bagni di guagnu".

 

Ainsi, le 26 mars, ont été publiées des photos de la confection des cacavelli de Pâques.

 

Félicitations à Dominique, à Claude et à toute l'équipe.

 

Les cacavelli de Guagno-les-Bains
Les cacavelli de Guagno-les-Bains
Les cacavelli de Guagno-les-Bains
Les cacavelli de Guagno-les-Bains
Les cacavelli de Guagno-les-Bains
Les cacavelli de Guagno-les-Bains
Partager cet article
Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 17:58
 

 

Processions et célébrations,
les confréries s’interrogent

 

Pour avoir organisé une procession d’une centaine de mètres l’été dernier, la cunfraterna San Teofalu de Corte a été condamnée par la justice. Une situation que personne ne souhaite voir se reproduire, alors même que des célébrations majeures du calendrier religieux approchent à grands pas.

« Les processions font partie de nos traditions et nous n’y renoncerons pas, mais nous ne voulons pas non plus braver la loi. Nous ne voulons pas que le cas de Corte se reproduise », synthétise le père Jean-Yves Coeroli, administrateur diocésain. Un résumé qui met surtout en exergue la contradiction devant laquelle se trouvent les confréries qui ont la charge d’organiser les célébrations.

« Nous voudrions pouvoir dialoguer avec les autorités civiles, poursuit-il, afin de trouver un compromis. Des contacts vont être pris et si l’on peut se rencontrer et dialoguer, il n’y a pas de raison que les choses n’avancent pas. »

Tiraillés entre leur foi de chrétien et leur statut de citoyen, on comprend aisément que les confrères puissent avoir des difficultés à se positionner. Et d’autant plus que pour certaines célébrations, le temps presse.

 

Au centre de l'équipe diocésaine des confréries, Elisabeth BERFINI, prieure de la Cunfraternità di u Padre Albini.

Au centre de l'équipe diocésaine des confréries, Elisabeth BERFINI, prieure de la Cunfraternità di u Padre Albini.

 

« Nous y tenons absolument »

La Miséricorde à Ajaccio et la Saint-Joseph à Bastia se dérouleront les 18 et 19 mars. Il reste donc moins d’un mois pour tout préparer, s’organiser et jongler avec « des consignes sanitaires évolutives ».

Pour ces deux rendez-vous de premier plan, le père Coeroli affirme que des entretiens sont déjà prévus -ou en passe de l’être- avec les services des préfectures concernées. Restent les autres rassemblements que sont les Rameaux ou le Vendredi Saint et ses catenacciià travers toute l’île… Là aussi, au-delà de la foi, il y a toute une organisation qu’il faut prendre en compte.

Et même si tous s’accordent à dire qu’il faut être « responsable », la possibilité de voir des processions de nouveau interdites soulève la grogne :« La condamnation de Corte était une condamnation de la manifestation de notre foi, martèle José Gandolfi de l’archiconfrérie Saint-Joseph de Bastia. C’est un événement majeur qui a ouvert des perspectives et dont on ne voudrait pas qu’il se reproduise. Nous persistons à dire qu’il y a des moments importants dans une année liturgique et que nous tenons absolument à pouvoir manifester notre foi dans ces moments-là. »

 

MORGANE QUILICHINI

"Corse-Matin" mardi 23 février 2021

 

Une lettre ouverte pour « dire notre foi »

MOQ

L’équipe diocésaine des confréries de Corse a rédigé une lettre ouverte dans laquelle elle rappelle que « le carême, la Semaine sainte et Pâques sont le plus grand temps fort de l’Église catholique ». À cette occasion, elle voudrait « s’adresser aux confréries, aux catholiques de Corse et aux habitants de notre île ». « Tous les Corses le savent, la religion catholique, la foi dans le Seigneur Jésus Christ et la dévotion à la Sainte Vierge Marie (...) ont constitué des oasis de paix et de joie dans une île trop souvent déchirée par les querelles et les guerres. (...). C’est pourquoi nous invitons les confréries de Corse à vivre intensément ce temps fort qui s’ouvre bientôt (...). Les processions sont l’une des expressions de notre vie d’Église, et nous y tenons particulièrement, car elles sont assez spécifiques de notre tradition corse. Nous n’y renoncerons jamais. Cependant, nous tenons à respecter la loi et les décisions de l’autorité civile, comme nous y invite saint Paul. »

« Pour avoir bravé, le 16 août dernier, la décision préfectorale qui interdisait la procession de saint Roch, invoqué lors des épidémies, la confrérie Saint-Théophile de Corte a été condamnée à payer une amende. Elle s’est soumise et n’a pas fait appel du jugement, même si elle a vécu douloureusement cet événement. Elle a respecté la justice des hommes. » « Mais l’amour du Seigneur est plus généreux ! Pour le paiement de cette amende, les chrétiens ont donné à la confrérie de Corte beaucoup plus que le montant requis. Avec le surplus, la confrérie a offert sa contribution au traitement d’Emna, petite jeune fille atteinte d’une maladie rare (...). »

« Que ce carême soit donc celui de la foi, de l’amour des pauvres et de l’espérance dans ce temps d’épidémie. En particulier, nous, confréries de Corse, soyons de valeureux témoins de l’Évangile. »

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 18:00

 

Parmi les saints célébrés dans les Deux Sorru, il en est un qui n'a jamais droit à sa fête. Il s'agit de saint Marcel. Ironie du sort: cette année 2021, la messe célébrée à Guagno-les-Bains en l'honneur de saint Antoine a eu lieu samedi 16 janvier, jour de la saint Marcel dans le calendrier chrétien.

 

Pourtant, saint Marcel est bien présent sous trois formes:

- saint Marcel est un personnage représenté sur un tableau à Soccia

- saint Marcel est le nom d'un lieu entre Poggiolo et Soccia

- saint Marcel fait partie des souvenirs de jeunesse de la génération qui eut 20 ans autour de 1968.

 

 

Présence 1: l'œuvre d'art

 

L'église de Soccia contient un triptyque qui est classé Monument Historique depuis 1957.

 

Cette peinture sur bois, d'1 m sur 1,09 m, date de la fin du XVème siècle et serait, selon certains experts, l'œuvre d'un peintre corse inconnu, et non pas d'un Italien comme beaucoup d'autres objets d'art insulaires de cette époque.

Elle est composée de trois volets composé chacun de deux parties.

La partie centrale représente une Vierge à l'enfant (à la cerise) entre, à droite, Saint Marcel coiffé de la mitre épiscopale et, à gauche, Saint Pierre revêtu du costume d'évêque.

Dans le registre supérieur, la partie centrale montre un Christ de pitié à demi enfoncé dans un sarcophage entouré par l'ange de l'Annonciation agenouillé ailes déployées (volet droit) et la Vierge de l'Annonciation (volet gauche).

 

Dans l'émission de Via Stella consacrée à Soccia en juillet 2020 (voir https://youtu.be/bi9LF8_QydI), l'image du triptyque, comme on peut le voir ci-dessous, est amputée de sa partie supérieure.

 

Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.

 

La photo suivante, réalisée en 2017 par Michel FRANCESCHETTI, montre l'œuvre entière mais l'éclairage n'est pas excellent.

 

Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.

 

 

Présence 2: le lieu

 


Saint Marcel est le nom d'un lieu situé entre Poggiolo et Soccia, plus exactement d'une fontaine.

 

 

Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.

 

Le point d'eau n'est pas visible de la route car situé en contrebas.

 

Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.
Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.

 

Mais une croix placée en face permet de repérer l'endroit.

 

Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.

 

 Pourquoi cette croix?

On en plantait souvent près des points d'eau. Mais, ici, elle rappelle qu'il existait autrefois une chapelle ou un ermitage nommé San Marcellu et dont il ne reste pratiquement aucun vestige. Les documents ne mentionnent plus ce bâtiment depuis le XVIIème siècle. Et c'est à cette époque que le triptyque a été installé à Soccia. Le triptyque vient de cette chapelle.

 

 

Présence 3: les souvenirs de jeunesse

 

Saint Marcel fait également partie des souvenirs de jeunesse de la génération 68.

Certains se souviennent que, juste à côté de la fontaine, se trouvait "LE ROBINSON DE SAINT-MARCEL". Ce nom avait été donné à la cabane en planches installée par  les Poggiolais Joseph et Félix PINELLI en 1966.

Une cabane avec un comptoir pour vendre les boissons, des tables bancales en fer, un petit espace cimenté pour danser en plein air, un électrophone passant des disques de rock, de twist et de slow, grâce à un groupe électrogène pas trop bruyant. Voilà ce qui attirait la jeunesse du canton pendant quelques années.

Toute la nuit, la route était arpentée (à pieds, bien sûr) par les adolescents qui, depuis cette enclave poggiolaise en terre socciaise, pouvaient aller aussi à SOCCIA, au "bar des amis" des frères DEMARTINI (voir l'article consacré à Antoine).

Tous ceux de cette génération ont des souvenirs de flirts, de rigolades ou d'exploits alcooliques (!) au "ROBINSON".

Il est inutile de tomber dans le rétro et la nostalgie. Simplement, il était bon de signaler ce passé.

 

Sur place, les traces sont infimes. Voici la piste de danse:

 

Marcel trois fois présent: œuvre d'art, lieu, souvenirs.

 

Mais la fontaine coule toujours imperturbablement et propose toujours d'étancher la soif des marcheurs.

 

-------------------------------

En dehors de la copie d'écran de Via Stella, toutes les photos sont de Michel Franceschetti.

Partager cet article
Repost0
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 18:02

 

 Les villages d'Ortu et de Pighjolu ont un point commun dans le domaine artistique. Ils possèdent chacun dans leur église paroissiale un tableau ayant le même titre: 

 

"Vierge à l'Enfant remettant le Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne".

 

Mais les deux œuvres sont très différentes.

 

 

Dans l'église d'Ortu.

Dans l'église d'Ortu.

 

A Ortu, dans l'église Notre-Dame-du-Rosaire et de l'Assomption dite Santa Maria della Stella ou Sainte-Marie, l'auteur est connu: Francesco CARLI, né à Lucques vers 1735 et mort en Corse en 1821. Le tableau est classé monument historique depuis 1982. Voici quelques années, Yves LUTET en avait parfaitement réussi la restauration.

 

 

A Pighjolu, à Saint Siméon, l'artiste (anonyme) a représenté les mêmes personnages dans les mêmes postures (sauf que la Vierge poggiolaise est debout et non pas assise) mais de façon plus dépouillée.

 

Dans l'église de Pighjolu (photo Michel Franceschetti).

Dans l'église de Pighjolu (photo Michel Franceschetti).

 

Le tableau poggiolais est à l'intérieur de l'église, dans la chapelle dédiée à la Vierge qui occupe la partie gauche du transept, au même endroit que lors de l'inventaire réalisé le 2 juin 1905. Comme origine, le document indique qu'il a été "introduit depuis le rétablissement du culte", sans plus de précision.

 

Il est à signaler que des cartes postales représentant cette peinture avaient été imprimées il y a quelque temps et qu'il en reste encore en vente.

 

 

Photo Michel Franceschetti.

Photo Michel Franceschetti.

Emplacement du tableau à l'intérieur de St Siméon. Schéma Michel Franceschetti.

Emplacement du tableau à l'intérieur de St Siméon. Schéma Michel Franceschetti.

 

Le thème commun montre l'importance qu'a eu la prière du rosaire dans la piété d'autrefois.

 

 

Les deux églises furent reconstruites presque en même temps: en 1872 pour Ortu, 1874 pour le gros œuvre de Saint Siméon, après bien des vicissitudes. 

 

L'église poggiolaise fut bénie le 4 octobre, jour de la fête de Notre Dame du Rosaire, par le curé Pierre-Jean OTTAVY, desservant de la paroisse, spécialement délégué par Monseigneur l'évêque François-Xavier André de GAFFORY.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 11:54

 

Certains de nos lecteurs ont été intrigués par la présence d'un panier devant l'autel pendant la messe en l'honneur de Saint Antoine à la chapelle de Guagno-les-Bains.

 

Précision sur les petits pains de saint Antoine

 

Il s'agissait d'un panier contenant des petits pains de saint Antoine, confectionnés pour cette occasion où ils ont été bénis.

 

Cette tradition est expliquée par Serena DAGOUASSAT dans "Corse-Matin" du 17 janvier qui consacre une page entière à la fabrication des petits pains à Belgodere.

​​​​​​​

 

Précision sur les petits pains de saint Antoine

 

Un porte-bonheur pour de nombreux chrétiens

 

Chaque année, les habitants de Belgodère se pressent à la messe du 17 janvier afin de rendre hommage à saint Antoine Abbé. Au cours de la célébration, les petits pains sont bénis et placés dans une corbeille. À tour de rôle, les fidèles en prennent généralement pour eux ainsi que pour leurs proches. Une tradition qui est profondément ancrée dans la religion chrétienne.

«Certaines personnes mettent un petit pain dans leur maison afin de se protéger durant toute une année, explique Marie-Claire Ceccaldi. Vous pouvez également le déposer dans votre sac à main ou encore dans votre voiture. Il s’agit avant tout d’une croyance et d’un acte de foi.» La tradition des petits pains remonterait à l’époque de saint Antoine aux alentours de 300 après J.-C. En effet, un enfant de 20 mois s’était noyé dans un bassin. Sa mère, agenouillée près du tombeau, supplia et pria saint Antoine de rendre la vie à son bébé. L’enfant retrouva la vie et la mère promit d’offrir aux pauvres autant de pains que le poids de son enfant. Depuis ce temps-là, chaque 17 janvier, de nombreux fidèles viennent chercher leurs petits pains qu’ils gardent jusqu’à l’année d’après.

Selon la tradition, chaque famille doit brûler l’ancien petit pain pour pouvoir en prendre un nouveau.

S.D.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 18:00
On a pensé à Saint Antoine

Aujourd'hui, comme prévu, la messe pour Saint Antoine a eu lieu à la chapelle de Guagno-les-Bains. La cérémonie était célébrée par le Père Michel BRUNE.

 

Merci à Christian Paul DIDIER pour ces photos.

 

Très certainement, grâce à lui, nombreux parmi nos lecteurs verront ainsi pour la première fois l'intérieur de cette chapelle.

 

 

On a pensé à Saint Antoine
On a pensé à Saint Antoine
On a pensé à Saint Antoine
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 17:54

 

La plus célèbre des œuvres de Petru Santu LECA mérite d'être bien connue.

Voici donc le texte de "Ti tengu cara" en corse et en traduction française.

Et vous pouvez aussi goûter la délicate version franco-corse de Jean-Pierre Marcellesi et Claire Keim, enregistrée  en public à Ajaccio le 1er juillet 2016. 

 

 

Toutes les paroles de "Ti tengu cara"

Cantu d'amore

 

Stammi vicina, ùn ti n’andà, ti tengu cara.

Soca nun senti cum’ellu trema lu me core ?

Da parechji anni sì per mè la perla rara

S’avessi à vive senza tè, bramu di more

 

E nostre case sò di punta à la sulana

Luce lu to purtellu à lu spuntà di u sole

Sò ch’è tù l’apri à lu sunà di la campana

Capelli sciolti cum’è le donne di le fole

 

Un possu rispirà l’aria chì tu rispiri

Senza trima ne di passione quandu u ventu

Carcu di basgi, di canzone è di suspiri

Porta dinnù lu to odore è chì lu sentu

 

Si fresca e pura quant’è l’alba appena nata

Un rusulaghju sì, fiuritu a tutte l’ore

Dammi la rosa la più bella a più bramata

Quella chì nasce è chì fiurisce in lu to core.

 

 

 

Image extraite du site http://corseimagesethistoire.over-blog.com

Image extraite du site http://corseimagesethistoire.over-blog.com

 

Chant d’amour

Reste près de moi, ne t’en vas pas , je t’aime

Ne sens-tu pas combien tremble mon coeur ?

Depuis longtemps tu es pour moi la perle rare

S’il me fallait vivre sans toi plutôt mourir.

 

Nos deux maisons ont leur façade au soleil

Ta fenêtre s’illumine dès les premiers rayons

Et je sais que tu l’ouvres dès l’angélus

Cheveux flottants comme les fées de nos légendes.

 

Et je ne peux respirer l’air que tu respires

Sans soudain trembler de passion lorsque le vent

Chargé de baisers , de chansons et de soupirs

Porte aussi ton parfum et qu’il me parvient.

 

Tu es fraîche et pure comme l’aurore à peine née

Tu es le rosier fleuri en toutes saisons

Donne-moi la rose la plus belle, la plus prisée

Celle qui naît et qui fleurit au plus profond de ton coeur.

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 18:00

 

"Stammi vicina, ùn ti n’andà, ti tengu cara" se traduit en français par "Reste près de moi, ne t’en vas pas , je t’aime".

 

Cette phrase est le début de "Ti tengu cara", chanson écrite en Petru Santu LECA qui décéda le 18 janvier 1951, voici juste soixante-dix ans. Cet anniversaire est un prétexte tout trouvé pour évoquer cet écrivain.

 

Né à Arbori en 1879, il fit partie de ces écrivains et poètes qui, pendant l'entre-deux-guerres, réveillèrent la langue corse: MAISTRALE, Santu CASANOVA, Petru ROCCA, tous originaires de la région vicolaise. 

 

Solution de la devinette: Petru Santu LECA

 

Christophe LUZI a rassemblé et annoté de nombreux textes de Petru Santu LECA dans le recueil "Fiori di machja" publié aux éditions Albiana en 2018. Voici comment il a présenté ce grand écrivain:

 

"De Petru Santu LECA, le public ne connaît en général que "Ninni Nanna" (Sottu à lu ponte) et "Ti tengu cara", deux chansons dont il écrivit les paroles et qui font désormais partie du répertoire «traditionnel» corse. Le poète fut pourtant prolixe et surtout l’une des chevilles ouvrières du mouvement culturel corsiste de l’entre-deux-guerres.

Sa proximité avec Santu Casanova, l’écrivain phare de ces années-là – dont il était le neveu – et avec Paul Arrighi, une autorité en matière de culture et d’histoire insulaire – dont il était le beau-frère – ne l’avantagea pas pour autant. Directeur de revue, écrivant en corse et français, ses contributions aux nombreuses publications des mouvements félibriges, tant continentaux que corses, auraient dû lui profiter et lui donner une place particulière au sein de la littérature insulaire. Ce ne fut pas le cas, malgré le respect et l’admiration affirmés par ses pairs, poètes et chroniqueurs.

Son caractère, une réserve manifeste et l’absence de recueil édité ont sans aucun doute nui à l’éclosion d’un auteur pourtant d’une qualité exceptionnelle."

 

 

Mais écoutons plutôt ses deux œuvres les plus connues:

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 18:00

 

"Reste près de moi, ne t'en vas pas, je t'aime".

 

Cette phrase est très connue sous sa version corse. Elle débute une chanson qui est devenue un classique des soirées sérénades.

 

Elle a été interprété par de multiples chanteurs professionnels ou amateurs comme Jeannot DEMARTINI, célèbre dans tout notre canton.

 

Devinette du mois: "Reste près de moi"

 

Quel est le titre de cette chanson?

 

Qui l'a composée?

 

Pourquoi l'évoquer en janvier 2021?

 

 

Réponse demain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907