Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 08:00

 

   Pendant que les policiers s'activaient, les affaires courantes continuaient.

 

   Ainsi, LE PETIT MARSEILLAIS du 1er décembre 1931 titra en première page sur la visite des chantiers de La Ciotat et La Seyne par le ministre de la Marine et ne livra aucune information sur la Corse.

 

Chronique de l'épuration du maquis - 1er décembre: une complainte populaire

 

   LE PETIT PROVENÇAL du même jour, dans sa rubrique habituelle "Nouvelles de la Corse", donna un compte rendu de la réunion du conseil municipal d'Ajaccio du 16 novembre, avec seulement deux semaines de retard! Les décisions prises concernaient l'immobilier. Elle se firent "sous la présidence de M. H. Campiglia, premier adjoint, faisant fonctions de maire". Rappelons que François COTY avait été élu maire le 25 janvier précédent mais qu'il ne remit ensuite plus jamais les pieds en Corse (voir article ICI).

 

extrait du site http://paghjella.blogspot.com

extrait du site http://paghjella.blogspot.com

 

   Faute de mieux, nous reproduisons une complainte qui, d'après Lucia MOLINELLI-CANCELLIERI dans son livre sur SPADA (voir article précédent), fut composée et chantée dans les tavernes et vieilles rues corses lors de l'opération policière de novembre 1931. Malheureusement, l'auteur ne donne que la version française. Un lecteur aurait-il la version corse?

 

"Sur un rocher éloigné de la France

Qui des Français doit être vénéré

La tête haute et l'œil plein de méfiance

Ainsi parlaient les bandes assemblées.

 

Quels sont ces bruits qui courent dans nos villes

De Brest jusqu'au port de Toulon?

Il va venir six cents gardes mobiles

Pour conquérir l'île de Napoléon.

 

Toi Bornea, toi qui étais gendarme,

Tu as pu juger de leur hypocrisie.

Jamais, jamais, ne mets bas les armes,

Sache mourir en crachant ton mépris.

 

Toi, Torre, malgré ta jeunesse,

Ne flanche pas, fais comme tes anciens,

Avec Caviglioli, marche sans faiblesse,

L'œil aux aguets et le doigt sur le chien."

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 18:00

 

La période dite "de la Toussaint" est le moment où beaucoup pensent à fleurir les tombes de leur famille. A ce propos, il faut souligner la qualité du nettoyage effectué cet été au cimetière de Poggiolo à la demande de la mairie.

 

Photos prises le 7 août 2021 par Michel Franceschetti.
Photos prises le 7 août 2021 par Michel Franceschetti.

Photos prises le 7 août 2021 par Michel Franceschetti.

 

Le jour des morts (ou des Trépassés comme l'écrivent pudiquement certains calendriers) est le 2 novembre, qui n'est pas  jour férié. Mais la Toussaint a lieu la veille, le 1er novembre, et elle fait partie des onze jours de fêtes officiellement fériés en France. Les deux dates sont maintenant confondues, surtout depuis qu'elles sont englobées dans la première série des vacances de l'année scolaire.

 

Depuis environ l'an 835, Toussaint est dédié par l'Eglise catholique à tous les saints connus et inconnus qui vécurent en "témoins du Christ". Les chrétiens portent la dénomination de ces saints sous forme de prénom.

 

On se sent protégé par son saint, surtout si l'on connaît un peu les particularités de celui-ci.

 

Le prénom étant personnel, il permet de distinguer les différents membres d'une même famille. Mais l'influence chrétienne a influencé les choix, causant de nombreuses homonymies.

 

Ainsi, à Poggiolo, les Jean, Antoine, François, Marie ont toujours été extrêmement nombreux.

 

La tradition fut pendant longtemps d'utiliser les mêmes prénoms dans chaque famille.

 

Mais chaque famille a également ses prénoms préférés qui sont beaucoup moins donnés dans d'autres.

 

Ainsi, plusieurs CECCALDI ont eu (et ont encore) le prénom Valère.

Chez les PINELLI, Laurent a été plusieurs fois utilisé.

On compte neuf Philippe dans la famille FRANCESCHETTI.

 

Le prénom est un marqueur familial, religieux et culturel important. Il ne doit donc pas être choisi à la légère, même s'il peut y avoir des moments de mode.

 

Les tombes et les prénoms sont importants pour connaître et transmettre ses racines.

 

Le sens des 1er et 2 novembre et l'importance des prénoms ont déjà été évoqués dans les articles suivants:

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 17:24

Les activités prévues pour ces prochains jours étant très nombreuses, un rappel est nécessaire.

 

BASTELLE À POGGIOLO:

- samedi 30 octobre: rendez-vous à 14 h pour découper les légumes

- dimanche 31 octobre: rendez-vous à 7h30 à la salle des fêtes pour confectionner et cuire les bastelle... et les manger!

 

 

CÉLÉBRATIONS RELIGEUSES:

Lundi 1er Novembre

BÉNÉDICTION DU CIMETIÈRE

APPRICCIANI 10h ARBORI 10h MURZO 10h NESA 11h

POGGIOLO 10h

ORTO 11h BALOGNA 10h LETIA ST ROCH 16h

 

MESSE de TOUSSAINT

SOCCIA 15h
VICO 15h
LETIA SMARTIN 15h

 

Mardi 2 novembre (DÉFUNTS)

GUAGNO 11h MARIGNANA 11h RENNO 11h

GUAGNO LES BAINS 15h: avec BÉNÉDICTION DU CIMETIÈRE

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 17:56
Comment s'organiseront les bastelle 2021 à Poggiolo?
Comment s'organiseront les bastelle 2021 à Poggiolo?
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 18:00

 

Pour bien commencer le mois d'octobre, prenez le temps de lire "Inseme", le bulletin qui fait le lien entre les villages de notre coin de Corse.

 

 

En octobre, lisez "Inseme"

 

 

Au sommaire:

 

- Edito: Fin d'été, fin de vies... par Pascale CHAUVEAU

- Célébrations religieuses du mois

- Le billet spirituel de Jean SERVEL: Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi

- A la recherche de l'arca perdue par Michel FRANCESCHETTI (l'histoire des différentes sortes de sépultures à Poggiolo)

- JocelyneMattei-Fazi laisse sa place à la mairie de Renno, après sept mandats par Sébastien BONIFAY

- Docteur Lagrange par Pascale CHAUVEAU (présentation d'un chirurgien et écrivain prolifique)

- Octobre sent les châtaignes par Françoise ARRIGHI (avec des dictions sur les châtaignes et une délicieuse recette)

- Renno et son patrimoine cultuel par Jeanine GERONIMI-PAOLI (nouveaux vitraux dans l'église paroissiale)

- Enfants d'ici et d'ailleurs par Jean-Yves TORRE

- CLAPE par Pascale CHAUVEAU (initiatives d'une association pour aider parents et enfants)

- Calendrier des activités du mois qui vient

 

Cliquez sur le lien ci-dessous:

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2021 3 29 /09 /septembre /2021 18:00

 

La chaîne de télévision CNews est critiquée par la gauche pour des émissions et des journalistes catalogués "à droite". Il n'empêche qu'elle est la seule, en dehors de France 2 qui en a l'obligation légale, à accorder une place à des émissions religieuses avec "En quête d'esprit" et "Les belles figures de l'Histoire".

 

Dans cette dernière série, le numéro consacré à saint Roch a été diffusé le 4 septembre.

 

Pour tout connaître sur ce saint si populaire en Corse et dans tout le Midi, regardez l'émission présenté par  Aymeric Pourbaix avec Véronique Jacquier.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 18:00

A l'occasion des journées du patrimoine,

redécouverte des Musiques et danses traditionnelles corses

dimanche 19 septembre 2021 à 16 heures, 

Hôtel de la Collectivité de Corse, Ajaccio. 

 

Au programme:
-« A Lavandera » (danse des lavandières).
-« U quadrigliu », dansé durant la première partie du xxe siècle dans les bals des cercles militaires et dans les villes de garnison comme Aiacciu.


Mais surtout 

- Evocation et adaptation de la Moresca donnée à Guagnu par Teodoro Poli en 1823», avec tableaux dansés (danse des bâtons). La Moresca était une sorte de fête dansée qui ne se donnait que dans de très rares occasions, et pour des réjouissances publiques vraiment solennelles.

 

Photo Alexandra Padovani – CdC

Photo Alexandra Padovani – CdC

 

 

La fête à laquelle il est fait référence est décrite avec minutie dans la biographie écrite en 1934 par Henri PIERHOME sous le titre « La vie du bandit Théodore » pour raconter la vie de Théodore POLI (1799-1831).

 

La danse de Théodore Poli

 

 

La moresca était une danse racontant la lutte entre les musulmans qui occupaient la Corse et le comte Ugo COLONNA qui aurait été envoyé dans l’île par le pape à l’époque carolingienne. L’existence de cette danse pendant plusieurs siècles montre combien la mémoire collective corse a été marquée par les attaques barbaresques. Entre Corses et Maures, le voisinage ne fut pas un long fleuve tranquille. Il reste des descriptions de moresca par des voyageurs des XVIIIème et XIXème siècles qui insistent chaque fois sur l’aspect communautaire de ce spectacle auquel toute la population du village participait.

 

 

 En 1820, Théodore prit le maquis après avoir tué un gendarme qui l’avait fait arrêter. Ses exploits lui permirent de rassembler de nombreux bandits. En 1823, lors de la création de son organisation, juste avant de prendre les décisions importantes comme celle d’autoriser l’assassinat du bourreau de Bastia, il offrit aux Guagnais une représentation de moresca. C’est du moins ce qu’indique l’auteur (qui utilise l’orthographe de « Mauresca »).

 

 

 

 

"La Mauresca était une sorte de fête dansée qui ne se donnait que dans de très rares occasions, et pour des réjouissances publiques vraiment solennelles.

 

 

C'était, en somme, un ballet où, si l'on préfère, une pantomime chorégraphique destinée à évoquer et à styliser les luttes soutenues contre les Maures. Pendant des siècles, les Corses avaient eu à se défendre contre les Sarrasins, contre les corsaires de l'Afrique du Nord, contre les troupes de Barberousse. Le fameux pirate Dragut, notamment, fut un de leurs plus terribles ennemis. Ses felouques rapides surgissaient subrepticement des profondeurs du large et débarquaient leurs équipages qui se jetaient sur les innocents habitants des côtes, en massacraient une partie et emmenaient le reste en esclavage.

 

(...)

 

Ainsi la Mauresca était une représentation dramatique, une danse guerrière qui évoquait ces combats. Elle se donnait en plein air, exigeait une mise en scène grandiose et un nombre exceptionnel de personnages.

 

*

*     *

 

C'est dans la forêt de Guagno que Théodore avait imaginé de donner ce spectacle qui devait attirer un grand nombre des habitants de la région. Le chef des bandits avait choisi, pour sujet de la Mauresca, "la prise de Mariana par Ugo Colonna".

 

 

Sur une esplanade très vaste, adossée à la montagne, Théodore avait fait établir un camp de plusieurs tentes figurant l'armée chrétienne commandée par Ugo Colonna, dont il incarnait lui-même le personnage. Dans la châtaigneraie, sur les pentes de la colline, les bergeries habilement transformées représentaient des tours fortifiées, reliées entre elles par des remparts crénelés qui n'étaient autres que de légéres constructions en bois. Bien que rudimentaire, le décor était suffisamment évocateur pour donner à l'assistance une intéressante approximation de la réalité. L'espace demeuré libre entre le camp et les remparts représentait le champ de bataille, où les combats allaient se succéder.

 

Le drame commença par l'arrivée d'une estafette maure annonçant aux sentinelles postées sur les remparts l'approche des chrétiens.

 

Aussitôt, la ville se met hâtivement en état de défense. Les portes sont barricadées, tandis que les créneaux se garnissent de piquiers et d'archers. Dans le même temps, par un portillon dérobé, des Sarrasins courent occuper des retranchements qui ont été aménagés au-devant de la forteresse.

 

Le son du cor annonce l'entrée en scène des chrétiens. Théodore joue le rôle d'Ugo Colonna: richement chamarré, il approche, monté sur un superbe cheval noir et suivi d'un brillant état-major de chevaliers. Les bannières et les panaches flottent au vent...

A ce moment, les troupes sarrasines sortent de leurs retranchements. Elles sont menées par Brusco [un adjoint de Théodore] qui, pour la circonstance, a revêtu une tenue d'aspect oriental, avec un superbe turban à aigrette et un manteau de soie qui est, visiblement, une nappe d'autel. Mais il n'y faut pas regarder de trop près ...

 

Les deux phalanges sont magnifiquement costumées et armées. L'imagination naïve des contumaces s'est donné libre cours, et chacun, selon sa fantaisie et les ressources locales, a tenté de réaliser ce que, dans le théâtre moderne, il est convenu d'appeler un rôle de composition. S'il y a quelques défaillances dans le détail, l'ensemble est vraiment réussi... 

 

 

La danse des bâtons (photographiée ici à Moita en 1954) est un des vestiges de la moresca.

La danse des bâtons (photographiée ici à Moita en 1954) est un des vestiges de la moresca.

 

 

C'est alors que commence la danse de la Mauresca, laquelle se déroulera en douze figures, dont chacune traduit une phase du combat. Il y a la figure de l'enveloppement par les ailes, où les Sarrasins exécutent une course bien réglée autour de l'armée chrétienne. Il y a la figure de la percée du centre, où les chrétiens arrivent jusque sous les portes de la ville fortifiée. Il y a la figure de la contre-attaque, et celle de la retraite, et celle du combat, où s'affrontent le chef des chrétiens et le chef des Maures en de brillants exercices équestres.

 

Enfin, voici la dernière figure, la resa, la reddition des Sarrasins. Voyant son armée décimée, le chef maure s'avance au-devant d'Ugo Colonna et, mettant un genou en terre, lui tend son épée.

 

La foule éclate en acclamations ... La fête est terminée ..."

 

 

----------------------------

Les exploits du bandit Théodore ont fait l'objet de six articles sur ce blog:

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 18:03

 

Pendant le dernier mois de l'été, deux événements religieux importants ont toujours lieu dans notre canton: la procession à Saint Elisée le 29 août et celle en l'honneur Notre Dame de Lavasina à la chapelle de Sorru.

 

La cérémonie de Sorru vient de se dérouler aujourd'hui mercredi 8 septembre.

 

Myrtille POLI, de Guagnu, en a publié une vingtaine de photos et une vidéo que vous pourrez retrouver sur sa page Facebook.

 

En voici quelques exemples qui montrent l'attachement à nos traditions.

 

Lavasina à Sorru
Lavasina à Sorru
Lavasina à Sorru
Lavasina à Sorru
Lavasina à Sorru
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 17:49
Quoi lire dans Inseme de septembre?

Le bulletin «Inseme» de septembre vient de paraître.

 

Vous y trouverez:
 

Edito de Pascale Chauveau p.1

Célébrations p.2

Week-end de recollection p.3 

Billet spirituel p.4

Les trésors retrouvés de Louis-Ferdinand Céline, par Philippe Péré d'après Le Monde p.5/6

Oscar Rosembly, le Poggiolais au centre du mystère Céline, par Michel Franceschetti p.6/7 

C’est la rentrée, par Françoise Arrighi p.8/9

Noël Casale, par Pascale Chauveau / Stage de polyphonie avec a Filetta / Jean-Claude Acquaviva p.9/11

Dépistages quotidiens au village p.13 

Arca et pestes..., par Jean-Martin Tidori p.14 

Calendrier p.15

 
Bonne lecture en cliquant sur le lien:
 
Partager cet article
Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 21:06

 

Le pèlerinage de Saint Elisée s'est bien déroulé.

 

Photos publiées sur la page Facebook Couvent Vico.

 

Images de la Saint Elisée
Images de la Saint Elisée
Images de la Saint Elisée
Images de la Saint Elisée
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de novembre en cliquant ICI:

--------------------------------------

 

Concert du groupe l'ALBA:

Samedi 11 Décembre

 église de Guagno à 16 h

Entrée : 10 €

--------------------------------------------------

CALENDRIER DES MESSES

Dimanche 5 décembre (St Nicolas):

     Guagno 11 h

Dimanche 12 décembre:

    Soccia 11 h

Vendredi 24 décembre (nuit de la Nativité):

   Poggiolo 18 h

   Soccia 20 h

   Guagno 23 h

Vendredi 31 décembre (Ringraziamentu):

   Couvent 18 h

   Guagno 18 h

Dimanche 2 janvier:

Orto 11 h

 

--------------------------------------

Vacances scolaires:

- Noël: du 18 décembre au 3 janvier

- Février: du 19 février au 7 mars

- Pâques: du 23 avril au 9 mai

- Fin des classes: 8 juillet

 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907