Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 18:00

Depuis le dimanche 28 septembre 2008, soit exactement dix ans, Patricia Baudoux poursuit avec persévérance la réalisation d'une émission de radio consacrée à la musique corse

L'émission "Corsica ... ou la musique corse dans tous ses états" repose sur la découverte du patrimoine musical corse (cantu nustrale) : des chants sacrés au pop-rock ; des paghjelle à la monodie ; des groupes aux solistes ; des pièces instrumentales .... Musiques jamais diffusées sur le Continent.
Cette émission hebdomadaire est complétée par une autre qui est mensuelle et qui  est consacrée aux chants religieux: "Canti sacri di Corsica".
 
Voici la présentation de cette émission. Bonne continuation, Patricia!
10 ans, ça se fête.

 

"Corsica ... ou la musique corse dans tous ses états" Emission 520 du 30 septembre 2018 - 10 anni !!  

Et oui ... voici l'anniversaire des 10 ans de cette émission !!

Merci à Xinarca pour être à la genèse de cette belle aventure !

Merci à Yann Souquières le président de la radio associative d'Objat Canal Bleu (devenue Radio Grand Brive) 94.3 pour m'avoir fait confiance et donné un créneau dans la grille des programmes le dimanche à 10h depuis le 28 septembre 2008.

Et merci chères auditrices et chers auditeurs pour votre fidélité, tant sur RGB que sur la vingtaine de radios associatives qui ont diffusé ou continuent à diffuser cette émission.

Merci à elles également !  

 

Liste des chants de l'émission anniversaire :

Corsica; Petru Guelfucci; Corsica;

Sinfunia nustrale; Missaghju; Alb'Oru - 25 septembre 2015;

Gioia; I Muvrini; Gioia;

Mi ne vogu; Vitalba; YouTube;

I Mulateri d'Ulmetu; Xinarca; Comptines et berceuses corses;

La cursichera; Orizonte; Liberi;

So le Muntagne D'Orezza; Tavagna; In Veru;

N'a funtanedda; Cinqui So; Crucivia - Canzoni;

Carnavà; Les Voix de l'Emotion; I Minureddi - Canzoni zitiddini;

Davanti; Sekli; Davanti;

Maria Chuchena; L'Abbrivu; I belli ghjorni;

7 illusioni; Pierre Gambini; albe sistematiche;

Maganzia; Zamballarana; Luna;

A Cavallu (Rappel); Sarocchi; A Cavallu !;

Transhumance; Xinarca-Samuel Dequidt; Stage;

Tarraniu; Cinqui So; Tarraniu;

Dio vi salvi Regina; Tutti; Alb'Oru - 25 septembre 2015;  

 

Blog : http://corsicacanalbleucorreze.skyrock.com/

Mail : corsica.canalbleu@gmail.com

Merci de votre visite ... et très bonne écoute !!!   Crédit photo : youpii !!

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 18:04
Le 8 septembre au col de Sorru

La fête de la Nativité de la Vierge Marie sera célébrée SAMEDI 8 SEPTEMBRE dans toute la Corse et notamment au sanctuaire N. D. de Lavasina.

 

Ainsi qu'il est de tradition, une messe sera célébrée à 10 h 30 à la chapelle du COL DE SORRU où se trouve une statue de la Vierge de Lavasina.

Le 8 septembre au col de Sorru

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 18:09

Si le 15 août a bien été fêté à Soccia et le 16 août à Poggiolo, Guagnu a fait mieux avec messes et processions à la fois le 15 et le 16.

Le reportage photo a été mis en ligne par Marthe Poli. Regardez cet autre exemple de maintien des traditions et de la foi populaire.

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2018 6 01 /09 /septembre /2018 17:35

Le blog des Poggiolais réalise chaque année un reportage complet sur la Saint Roch à Poggiolo.

Mais la fête du 15 août à Soccia est également évoquée sans être chaque fois détaillée. Messe l'après-midi, procession le soir et bal ensuite se succèdent régulièrement chez nos voisins avec une forte participation.

Nous vous proposons quelques images (certaines de qualité moyenne) de la version 2018. 

 

Le 15 août socciais

La statue est installée sur son piédestal et la messe préparée par l'équipe de la toujours dynamique Judith.

 

Le 15 août socciais
Le 15 août socciais

La procession fait le tour du village à la lueur des lumignons.

 

Comme toujours, les maisons sont éclairées par des bougies posées sur les fenêtres alors que les lumières sont éteintes. Les restaurateurs se précipitent, devant des clients ahuris, pour fermer l'électricité au passage de la procession.

 

Le 15 août socciais

Revenus à l'église, les fidèles vont embrasser ou toucher la statue de la Vierge et déposer un don avant de s'en aller.

 

Cette année, la messe a été remarquable car les chants traditionnels ont été entonnés par un groupe de Socciais entraînés par François BUTEAU. En voici deux petits extraits.

Photos © Michel Franceschetti

 

Des détails plus précis sur l'organisation de la procession du 15 août à Soccia ont été publiés sur ce blog en 2015 dans l'article suivant:

Partager cet article

Repost0
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 18:00

La procession de saint Roch à Poggiolo est toujours suivie par l'apéritif en plein air qui est un moment de grande convivialité.

La mairie offre les boissons et chacun apporte quiches, cakes, pizzas ou gâteaux. Cette année, les familles ont été nombreuses à apporter leurs spécialités culinaires. On a ainsi l'occasion de voir des gens que l'on ne rencontre pas toujours dans la rue, de prendre des nouvelles et de discuter. C'est toujours un moment très agréable.

Fête du 16 août: la voiture importune
Fête du 16 août: la voiture importune
Fête du 16 août: la voiture importune
Fête du 16 août: la voiture importune

Mais, cette année, un participant imprévu a alimenté les réflexions. 

Une automobile était stationnée sur la place saint Roch.

Fête du 16 août: la voiture importune

 

Cet endroit est normalement utilisé pour des arrêts rapides afin de charger ou décharger un véhicule. Portion de l'espace public, ce lieu n'est pas destiné à un usage privé. L'été, la place permet à des enfants de s'amuser.

Le 16 août, et depuis plusieurs jours, une C3 occupait une partie de la surface. 

 

Même si son conducteur, qui connaît pourtant le village, ne se considère pas concerné par la traditionnelle fête de saint Roch, il devait savoir que ce jour était particulier et qu'il fallait penser au bien commun.

La communauté s'est donc adaptée. L'apéritif a eu lieu mais avec une place réduite, comme en témoigne la différence entre le même lieu photographié en 2017 et en 2018. 

16 août 2018

16 août 2018

Fête du 16 août: la voiture importune

 

Finalement, l'atmosphère fut très sympathique. Les enfants étaient nombreux et mirent beaucoup de temps à aller se coucher.

 

Fête du 16 août: la voiture importune

La fête finie, chacun eut à cœur de ranger tables et chaises... et la C3 était toujours là.

Fête du 16 août: la voiture importune

 

Comme d'habitude, toutes ces photos (© Michel Franceschetti) peuvent être agrandies avec un simple clic.

Partager cet article

Repost0
27 août 2018 1 27 /08 /août /2018 18:00

Le 16 août est le jour de la messe et de la procession en l'honneur de saint Roch, un des deux protecteurs de Poggiolo.

La tradition a été respectée cette année.

 

La chapelle a été magnifiquement fleurie par l'équipe de Germaine, Marie SUSINI et Jeannine CECCALDI. Pour la décoration de l'extérieur, pour la mise en place de la statue du saint sur son support et pour le remplacement des ampoules grillées, ce fut l'affaire de Jean-Baptiste PAOLI, Pierre GRIMALDI et Michel FRANCESCHETTI, aidés par les conseils avisés de Claude MARTINI et le matériel de Valère CECCALDI.

 

La messe fut célébrée par le Père Joseph dans une chapelle bien remplie. Les lectures furent faites par Hélène DUBREUIL et Jean-Pierre CHABROLLE.

© photos Michel Franceschetti
© photos Michel Franceschetti
© photos Michel Franceschetti

© photos Michel Franceschetti

 

La procession rassembla des fidèles de tous les âges pour faire le tour du bas du village comme d'habitude.

 

Tout se passa bien mais il fallut remarquer une absence de taille: celle de saint Roch. Sa statue était bien présente mais le saint montpelliérain n'eut droit à aucune référence. Pas une seule fois, ne retentit le fameux

"Saint Roch! Ô notre bon père, de ton bras nous venons implorer le secours.

Garde-nous de la peste, entends notre prière et soutiens tes enfants toujours".

 

Tous les chants furent à l'honneur de la Vierge Marie. "Chez nous soyez reine" fut récité à satiété, comme il l'avait été à Soccia la veille mais, dans ce cas, c'était tout à fait normal. Ce 16 août était-il vraiment dédié au saint du jour ou était-ce seulement un 15 août en retard, une Assomption-bis?

Peut-être n'est-il pas bon de tout mélanger.

 

Bien entendu, comme depuis de longues années, la relique du saint n'a pas été montrée (voir l'article sur "la relique oubliée").

 

Une fois de plus, comme depuis une vingtaine d'années, un reportage a été réalisé. Sur la vidéo ci-dessous, on pourra reconnaître les Poggiolais qui ont montré leur attachement à une de ces traditions qui permettent de garder notre identité. 

Pour des raisons techniques, les reportages des autres années sont éparpillés sur Youtube

(https://www.youtube.com/channel/UC2LUfMzzKGQvW99UcoyouMw)

et sur Dailymotion (https://www.dailymotion.com/michelfran).

© images Michel Franceschetti

Partager cet article

Repost0
25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 18:02

Dans les articles précédents décrivant les maisons poggiolaises , il a été plusieurs fois fait mention des balcons. Ils ornent les façades des "maisons de notables" mais aussi d'autres habitations.

 

Avoir un balcon était signe de richesse et chaque famille voulait en avoir. Le plus souvent, il était sous la forme d'une avancée pas très large ni très longue au-dessus de la porte d'entrée principale. La maison Ceccaldi semble avoir été la seule à exhiber un balcon au premier étage et un autre au second.

 

Le film proposé ci-dessous montre ces balcons de Poggiolo. Et il ne fut pas oublier que, dans la langue italienne, au lieu  de "balcone", on emploie souvent le terme de "poggiolo" pour désigner un balcon...

 

Regardez les poggioli de Poggiolo.

 

© photos Michel Franceschetti

Partager cet article

Repost0
7 août 2018 2 07 /08 /août /2018 18:05

L'emplacement des maisons dites "de notables" et leurs dates de construction ont déjà été évoquées (cliquer ICI). Il reste à voir leur organisation interne et leurs utilisations.

 

L'entrée de la maison est une porte à deux battants donnant sur un long couloir, comme le montre cette photo de l'intérieur de la maison de Marione.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

On distingue bien, à droite et à gauche, les ouvertures vers des pièces qui étaient, en principe, la cuisine et un salon.

Au fond du couloir, se trouve un escalier en bois tournant à 180° à chaque palier.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Il permet d'accéder à un ou deux étages avec des chambres et souvent, au premier, un autre salon avec balcon. Le balcon, était autrefois signe extérieur de richesse. 

L'escalier allait jusqu'au grenier souvent éclairé par des ouvertures rondes.

Balcon et ouverture du grenier s'observent bien sur la façade de la maison CECCALDI.

 

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Par contre, pas de cave en sous-sol. Une pièce du rez-de-chaussée servait de cave et de cellier.

Des entrées secondaires existaient sur le devant ou sur le côté, l'une étant la porte de la cave.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Les pièces du bas pouvaient avoir des destinations particulières.

Dans l'actuelle maison de Valère, le salon servait véritablement de bureau de mairie quand le maire était Jean-François CECCALDI (de 1919 à 1941 et de 1943 à 1959). On raconte que la porte de côté servait à faire entrer les conseillers municipaux et les divers solliciteurs.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Un magasin se tint dans la maison MARTINI. Nous y reviendrons dans un prochain article.

 

L'été, l'atout principal de ces maisons était la présence d'une place ombragée.

On pouvait s'y prélasser comme cet individu à barbe rousse, chemise à carreaux et espadrilles en été 1972.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Les enfants avaient de l'espace pour s'amuser.

Michel et Jean-Pierre Franceschetti en été 1952. © Michel Franceschetti

Michel et Jean-Pierre Franceschetti en été 1952. © Michel Franceschetti

On pouvait réunir du monde, comme ici devant la maison MARTINI, lors d'une tournée électorale en 1926.

Photo Martini

Photo Martini

On pouvait bavarder avec le facteur (ici, Mimi CANALE) qui apportait le courrier.

Photo Martini

Photo Martini

Bien sûr, l'herbe pousse.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Mais un minimum d'entretien rend un aspect sympathique à l'endroit.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Partager cet article

Repost0
5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 18:00

La tragédie du canyon de Zoicu a remis en mémoire une légende concernant le Liamone dont les rivières de Soccia, Poggiolo et Guagno sont les affluents.

Cet article est paru en août 2014. Il était le sixième d'une série de sept sur "les légendes de chez nous".

 

 

 

Avec ses 41 kilomètres, le Liamone est un long fleuve pour la Corse. Prenant sa source près de Letia, sur le versant ouest du massif du Cimatella, il descend vers le golfe de Sagone après avoir traversé tout le canton des Deux Sorru. Le Fiume Grosso qui passe à Guagno-les-Bains est un de ses principaux affluents.

Ce cours d'eau qui paraît tranquille l'été connaît de fortes variations de débit en fonction des pluies et des saisons. Le phénomène de la fiumara est particulièrement impressionnant (voir l'article Gare à la fiumara). 

Chaque année, les rives du Liamone connaissent des événements dramatiques (voir les articles Hélitreuillage à Zoicu et Mort dans le Fiume Grosso).

Mais savez-vous que l'origine de ces dangers vient d'un pacte avec le Diable?

Daniela RADUT le raconte dans son livre "Vivant entre deux mondes" paru en 2013 (ed. Société des Ecrivains).

 

 

Golu, Tavignanu et Liamone étaient trois frères, nés dans les montagnes de l’île.

 l'insouciance tragique du Liamone

Un jour, comme ils ne pouvaient plus se résigner à continuer à vivre dans le terrible froid qui s'était installé dans les montagnes, les trois frères ont décidé de descendre vers les plaines, à la recherche d'un endroit avec des températures plus douces et c'est pour ça qu’ils sont partis, chacun sur un chemin, pour se réunir de nouveau, tous les trois, à un certain point sur le rivage.

Golu et Tavignanu ne perdirent pas de temps, ils descendaient donc le plus vite possible de la montagne et, en un temps assez court, ils atteignirent le lieu de rencontre prédéterminé. Ce ne fut pas la même chose avec Liamone qui, après avoir erré à travers les montagnes et les vallées, tout à coup, s'est rendu compte qu'il était très en retard et ne serait pas en mesure d'atteindre le point de rencontre au bord de la mer, selon leur décision prise avant le départ.

Alors, un grand désespoir l'envahit, car il ne savait pas comment tenir sa promesse envers ses frères. Ce fut pour Satan le moment propice, très attendu, et il s'est présenté immédiatement devant Liamone, lui proposant une transaction simple mais horriblement cruelle: lui, Satan, permettrait à Liamone d'arriver à temps au point de réunion avec ses frères sur le rivage et, en échange de cela, Liamone donnera à Satan une âme chaque année. N'ayant pas le choix, Liamone accepta l'accord. 

 

Donc, c'est comme ça que la légende corse explique pourquoi, dans les eaux de la rivière Liamone, ou dans les eaux de l’un de ses trois affluents, Catena, Fiume Grossu ou Cruzzini, chaque année, se noie au moins une personne, son âme étant le prix payé par Liamone à Satan.

Malgré son pont ultra-moderne, l'embouchure du Liamone reste dangereuse.

Malgré son pont ultra-moderne, l'embouchure du Liamone reste dangereuse.

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 18:04

Quatorze maisons poggiolaises comportent des dates s'étalant entre 1702 et 1933. Mais il faut parvenir à déchiffrer ces données. 

Les années sont parfois très visibles quand elles sont en fer forgé ou quand la gravure est soignée.

© Michel Franceschetti© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Sur certains murs, la lecture peut être difficile. Le déchiffrage ne peut se réaliser correctement qu'avec un certain éclairage. Le meilleur moment est celui où les rayons solaires sont rasants.

Exemple: la maison 1766 prise à deux moments différents de la journée.

 

© Michel Franceschetti
© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

 

L'inscription la plus récalcitrante est celle de la pierre marquée 1850. Son éclairage n'est jamais correct et l'incertitude demeure sur la date réelle.

© Michel Franceschetti
© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

 

Pour trancher entre 1830 et 1850, il a fallu se résoudre à passer un bâton de craie dans les creux. Il n'y a alors plus de contestation.

 

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

 

Des inscriptions sont récalcitrantes car le temps les a trop abimées.

Ainsi, le linteau de la cabane qui est à côté de la partie de la maison PINELLI où habitent Dumé et Félicie.

© Michel Franceschetti
© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

 

Autre difficulté: les réaménagements opérés à des moments ultérieurs détruisent les indices des époques précédentes.

Ainsi, à droite de la chapelle Saint Roch, au-dessus d'une porte sur laquelle est vissée une plaque en cuivre avec le nom "Raymond MARTINI".

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

 

L'entrée est surmontée d'un petit balcon qui a été ajouté bien après la construction. La preuve en est que l'on devine une inscription. Mais la moitié supérieure des chiffres et des lettres a disparu. Pourra-t-on jamais reconstituer ce texte? 

© Michel Franceschetti
© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

 

La recherche du passé est un long fleuve mais pas tranquille du tout !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907