Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2023 1 23 /01 /janvier /2023 19:18

 

La fête de saint Antoine (d'Egypte, pas celui de Padoue) n'a pas manqué d'être célébrée dans la chapelle de Guagno-les-Bains qui lui est dédiée.

 

La cérémonie n'a pas eu lieu le jour fixé par le calendrier (mardi 17 janvier) mais samedi 21.

 

Les petits pains n'ont pas été oubliés.

 

Photos de Jeanne Segura.
Photos de Jeanne Segura.
Photos de Jeanne Segura.

Photos de Jeanne Segura.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2023 6 07 /01 /janvier /2023 06:42

 

L'Epiphanie, jour où les rois mages vinrent visiter l'enfant Jésus, est la fête des familles.

 

Elle aura lieu au couvent de Vico, avec la célébration d'une messe bilingue et une distribution de cadeaux, dimanche 8 janvier à 10 heures.

 

Fête des familles à Vico
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 18:05

 

 

UN ACTEUR DE LA FRANCISATION

 

 

   Gian Antonio PINELLI avait bien servi l'administration napoléonienne. Il aurait pu craindre beaucoup de la Restauration. Pourtant, écrit Eugène GHERARDI,

 

Gian Antonio sera l'un des rédacteurs du Journal du département de la Corse, parce qu'il est au nombre des rares Corses qui ont aussi bien la maîtrise de la langue italienne que de la langue française.

 

   Cet atout était important car ce journal, créé le 1er novembre 1817, fut bilingue jusqu’au 2 octobre 1824 (une colonne en français et une colonne en italien).

Le premier journaliste corse.

 

  Destiné à faire connaître les lois, jugements et actes de l’administration, il était un véritable bulletin officiel et un instrument de la francisation de l’île. Il devint ensuite Le Journal de la Corse qui se fait une gloire d'être actuellement le doyen de la presse européenne.

L'auteur de la Chronique de la vieille Corse parue dans Le Petit Bastiais du 29 septembre 1943 écrit:

 

"Dans un sens, l'abbé Jean Antoine Pinelli peut être considéré comme le premier journaliste régulier que connut la Corse avec son premier journal également régulier".

 

 

Le premier journaliste corse.

 

   Le Poggiolais continuait à servir l'administration française.

 

Pinelli fut l'un des conseillers du général Brenier de Montmorand, responsable d'une commission chargée d'évaluer les besoins de la Corse. Il est nommé conseiller général de Soccia le 11 mars 1818.

 

   Il fut président du comité cantonal de Sorro in Sù de 1821 à 1825, fonction qui lui permit d’aider beaucoup ses concitoyens .

 

 

 

LE DEUS EX MACHINA DE L'ÉCOLE EN CORSE?

 

   Même retiré dans son village d’origine, il continua à avoir une fort influence comme en témoigne l’abondante correspondance qu’il échangea, notamment sur les questions d’éducation.

 

 

   On peut en avoir une idée avec les documents conservés au Musée Requien d’Avignon et étudiés par Eugène GHERARDI sous le titre: "A cullana corsa d'Esprit Requien, anderinu avignunese (1788-1851)".

  

   Esprit REQUIEN était un naturaliste français, né le 6 mai 1788 à Avignon. Il se consacra très tôt à la botanique et réalisa le premier inventaire botanique de la Corse où il passa beaucoup de temps et où il mourut le 30 mai 1851 à Bonifacio. Plusieurs lettres de l’abbé PINELLI ou envoyées à celui-ci se trouvent dans les archives de REQUIEN sans que l’on sache très bien comment elles y sont arrivées.

 

   D’autre part, les inspecteurs chargés de l’instruction publique en Corse écrivaient souvent à l'abbé PINELLI pour l’organisation de l’enseignement dans le canton ou dans l'ensemble de la Corse.

 

   Ainsi, en janvier 1821, MOURRE félicita Gian Francesco pour son travail mais ne trouvait pas utile “d’établir une nouvelle école dans une petite commune qui en possède déjà trois” (il s'agissait de Soccia!!!). Un an plus tard, COTTARD l’informa qu’il acceptait la nomination du signor COLONNA comme instituteur à Guagno et en profita pour lui demander des lettres de recommandation pour des villes italiennes où le gouvernement l’envoyait en mission.

 

   L’influence de  l’ecclésiastique vivant bien loin d’Ajaccio était donc toujours forte. D’ailleurs, MOURRE et COTTARD ne manquaient pas de l’informer de leur nomination, maladie et mutation !

 

 

UN PRÊTRE SOUCIEUX DES AUTRES

 

    Après avoir quitté ses fonctions à la Préfecture, Gian Antonio PINELLI devint curé de SOCCIA en 1821 ou 1822 et le resta jusqu’à sa mort.

   L’Almanach du clergé de France de 1823 précise qu’il était un des deux seuls curés de deuxième classe de l’arrondissement et que sa fonction lui donnait autorité  sur les desservants de GUAGNO, ORTO et POGGIOLO.

 

 

Le premier journaliste corse.

  

   BENCI observe que, “retiré enfin à Poggiolo, il se consacra assidument à conseiller et à faire s'accorder  les paroissiens, passant le reste du temps dans sa bibliothèque riche et choisie” (page 76 de Piero d’Orezza, traduite par Dominique ANTONINI-LIARD).

 

   L’écrivain italien ajoute: “Je me rappellerai toujours avec grand plaisir cette brève mais douce entrevue que j'eus avec le docteur Pinelli, parmi ses livres, en grignotant  en même temps une bonne omelette au brocciu que son bon cœur m'offrit.” Il promit à BENCI de lui donner des informations sur le fameux CIRCINELLU qui refusa  de se soumettre à la France de Louis XV. Il mourut avant de pouvoir se rendre à GUAGNO pour interroger lui-même des témoins. Mais son neveu, Carlo Francesco Pasquale PINELLI, le filleul de Pasquale PAOLI, notaire et maire de POGGIOLO de 1822 à 1847, accomplit la promesse faite par son oncle.

 

   Carlo Francesco était devenu greffier de justice de paix du canton de Soccia, peut-être avec l’aide de son grand-oncle Gian Antonio. 

 

   Il n’est pas interdit de penser que celui-ci ait permis à Carlo Francesco Pasquale de devenir maire de Poggiolo en été 1821 (à 26 ans, record dans l’histoire de la commune!). A cette époque, les maires des petites communes n’étaient pas élus mais désignés par le préfet, donc avec l’accord du gouvernement.

 

   Gian Antonio décéda le 26 décembre 1832 à POGGIOLO, à l’âge de 72 ans. Le décès fut déclaré devant Carlo Francesco Pasquale PINELLI par deux autres de ses neveux : Gioan Vincenzo, curé, et Gioan Antonio, cultivateur (voir le dépouillement des registres d'état-civil par Pierre LECCIA, disponible sur Généanet).

Acte de décès de Gian Antonio Pinelli

Acte de décès de Gian Antonio Pinelli

 

La plupart de ses notes, notamment le manuscrit d'une monographie sur le département du Liamone, ont été confiées par ses héritiers à l'ingénieur Robiquet  auteur d'un volumineux ouvrage sur l'île.

 

   

   Ce livre de 600 pages, Recherches historiques et statistiques sur la Corse, eut un grand retentissement à l’époque et fut critiqué par les Corses.

 

 

    La réputation de grand intellectuel de l’abbé PINELLI et celle de la richesse de sa bibliothèque restèrent vives longtemps. Plusieurs livres et guides sur la Corse publiés au XIXème siècle en font mention. Par exemple, Jean-Ange GALLETTI, à la page 140 de son Histoire illustrée de la Corse, écrit en 1863: POGGIOLO (...) a donné le jour à l’abbé PINELLI, ancien moine, et homme remarquable dans les belles-lettres”.

 

 

    Depuis cette époque, il ne reste plus rien des livres accumulés par l’homme le plus cultivé de Corse.

 

 

 

    Les souvenirs même de l'existence de Gian Antonio PINELLI, ce Poggiolais exceptionnel, se sont effacés. Dans le village, rien, pas même une petite inscription. Espérons que ce blog permettra de combler ce trou de la mémoire collective.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2022 1 26 /12 /décembre /2022 18:02

 

 

   Décédé le 26 décembre 1832, voici exactement 190 ans, Gian Antonio PINELLI est bien oublié à Poggiolo. Mais les Poggiolais s'intéressent-ils vraiment à leurs ancêtres?

 

   Gian Antonio PINELLI représenta Pasquale PAOLI lors d'un baptême à Poggiolo, comme l'a montré le second article de cette série.

   Ce troisième article raconte ses actions et ses importantes fonctions à la fin de la Révolution et sous l'Empire, toujours d'après la notice rédigée par Eugène GHERARDI dans le Dictionnaire historique de la Corse.

   Le texte de cette biographie, publié ici sur fond jaune, sera coupé par des explications et des compléments.

 

 

 

UNE RÉFÉRENCE DANS L'ENSEIGNEMENT

 

   Eugène GHERARDI écrit que, après être allé habiter quelque temps à Florence,


Gian Antonio PINELLI retourne en Corse en 1796 où il est promu par l'évêque GUASCO à la charge de vicaire général du diocèse de Sagone; on le retrouve en 1805 prêtre à Piana.

 

   Il doit s’agir de Matteu Francescu GUASCO, dernier évêque de Sagone de 1773 à 1801. Le Poggiolais voit donc de près la fin du diocèse.


PINELLI entame par la suite une carrière dans l'enseignement. Bénéficiant de l'amitié de Letizia Bonaparte et du cardinal Fesch, Pinelli est tour à tour directeur, en 1806, de l'école secondaire communale d'Ajaccio puis proviseur lorsque l'école devient collège en 1818.

 


   La  Revue encyclopédique de 1819 permet d'apprendre qu'il fut aussi “régent de rhétorique” et développa, lors de la rentrée des classes du 25 octobre 1818, devant toutes les autorités religieuses, civiles et militaires de la Corse“le plan d’enseignement prescrit pour ce collège, et la supériorité de la méthode d’enseignement actuelle”.

 

   Il avait donc la haute main sur l'enseignement en même temps qu'il dirigeait l'administration de l'île.

 

 

 

LE PILIER DE L'ADMINISTRATION NAPOLÉONIENNE

 

 

De 1810 à 1816, il est secrétaire général de la préfecture.

 

   Gian Antonio exerça d’abord la fonction de secrétaire général du département du Liamone puis de toute la Corse quand celle-ci fut réunie en un seul département en 1811.

 

   Il assista donc Ghjacintu ARRIGHI de CASANOVA, préfet du Liamone depuis  1803 et ensuite de toute l’île. Le 15 mars 1814, le nouveau préfet fut  Francescu Saveriu GIUBEGA, neveu de Lorenzo GIUBEGA, parrain de Napoléon BONAPARTE. Le 5 septembre, Louis XVIII nomma François Louis Joseph de BOURCIER de MONTUREUX. Le 6 avril 1815, avec le retour de l’empereur, GIUBEGA revint... jusqu’au 14 juillet où le roi, de nouveau sur le trône, désigna Louis COURBON de SAINT GENEST.

 

Le pilier de l'administration napoléonienne: Il y a 190 ans, disparition de l'homme le plus cultivé de Corse (3/4)

 

  Pendant cette période troublée, PINELLI resta à son poste et assura la permanence de l’administration française. Il aurait été l'homme le plus puissant de Corse sans le général MORAND qui imposait un ordre despotique et qui lui l'humilia en 1810.


En 1810, il a l'honneur d'être choisi pour assister au mariage de Napoléon, mais la délégation ne peut s'y rendre à cause de l'opposition du général Morand qui gouverne l'île.

Mariage de Napoléon et de Marie-Louise.

Mariage de Napoléon et de Marie-Louise.

 

 Avec la réinstallation de la monarchie des lys en France, en 1815, la carrière de Gian Antonio PINELLI, tout entière placée sous la protection des Bonaparte, n'était-elle pas terminée? Il en sera question dans l'article prochain.

 

(à suivre)

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2022 7 25 /12 /décembre /2022 08:00

 

Bon Noël

dans la paix et la joie

du Seigneur !

 

Santu Natale
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2022 6 24 /12 /décembre /2022 18:00

 

   Chant considéré comme indispensable à la célébration de la fête chrétienne de Noël, PETIT PAPA NOËL n'a absolument rien de  religieux. Mais il est devenu depuis 1946, quand Tino ROSSI l'interpréta pour le film Destins, le morceau musical qui accompagne la fête du 25 décembre.

 

 

   Alors, écoutons cette vidéo tirée du film restauré. Apprécions la voix du grand chanteur corse et regardons tous les santons de la crèche représentés dans cet extrait.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2022 6 24 /12 /décembre /2022 07:06

Quel bonheur pour ceux qui veulent fêter Noël en allant à l'église: Corse-Matin publie aujourd'hui samedi la liste des cérémonies religieuses des 24 et 25 décembre.

Enfin, pas pour toute la Corse.

Rien n'est écrit au sujet des offices dans les villages des Deux Sorru. Il y a bien "Cargese, Piana et Deux Sevi" et aussi "Cinarca et Cruzini" mais vraiment rien pour Orto, Guagno, Poggiolo et Soccia.

Comme, sur le site du diocèse de Corse, le calendrier des messes du haut-canton s'est arrêté au 1er novembre, la seule façon d'avoir un Noël chrétien serait donc le "bouche à oreille"?

Mais non, on est sauvé: les horaires sont sur la page Facebook du couvent de Vico, sauf que...

Sauf que cette liste a été publiée aujourd'hui 24 décembre vers 8 h 30, ce qui est tard pour prendre ses dispositions.

Et, de plus, rien n'est indiqué pour le 25.

Peut-être faudra-t-il attendre le 25 au matin...

​​​​​​​

 

Inutile de chercher
Inutile de chercher
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2022 7 18 /12 /décembre /2022 18:00

 

   On ne l'attendait plus mais il est revenu. Le bulletin Inseme est de retour. Avec François NATALI qui signe l'éditorial et Maryse NATALI au secrétariat, l'association des amis du couvent vient de publier le numéro de décembre. 

 

   Lien indispensable entre les personnes des Deux Sorru et des Deux Sevi, le journal "attend les articles proposés par tout un chacun, dans des rubriques telles que : témoignage de vie, site ou monument du canton, moment spirituel, poème et prière, livres remarquables, en particulier pour notre formation chrétienne, événements vécus dans notre région..."

 

   Dommage qu'il manque les horaires des messes.

 

 

Vous pouvez télécharger le bulletin sur son blog:

http://inseme-bulletin.hautetfort.com

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2022 3 07 /12 /décembre /2022 18:00

 

   Une allusion à la disparition du lustre de l'église de Soccia avait été faite dans l'article sur le Père MILLELIRI .

 

   A l'époque, de nombreux habitants du village avaient critiqué l'enlèvement de cet éclairage qui pendait de la voûte de l'église construite en 1843. Au vu de commentaires parus sur la page Facebook de Soccia, le mécontentement subsiste plus d'un demi-siècle après cet événement.

 

   Une carte postale rarissime, venant de la série imprimée à l'initiative de l'abbé PASTINELLI, a été publiée par Jeanne OTTAVI. Elle montre l'intérieur du bâtiment religieux au début du XXe siècle.

 

Hier et maintenant: avec ou sans lustre

 

 

    Maintenant, le lustre, dont on ignore la destinée, a été remplacé par un tout autre système lumineux.

 

   Les photos ci-dessous, prises le 15 août 2017 et le 15 août 2018, donnent une idée de l'intérieur actuel de l'église. On remarquera (mais-ce une consolation?), que la vue est dégagée pour admirer le grand tableau du chœur et les fresques de la voûte peintes par Noël COPPOLLANI et bien restaurées.

 

Photos Michel Franceschetti.
Photos Michel Franceschetti.

Photos Michel Franceschetti.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2022 3 07 /12 /décembre /2022 09:31
Au couvent de Vico…
 
Demain jeudi 8 décembre, après la messe de l’Immaculée Conception (11h), un verre d’amitié et le vernissage d’une exposition (permanente) sur St Eugène de Mazenod et les débuts de la congrégation des Missionnaires Oblats.
 
A Vico, pour connaître Mgr de Mazenod
A Vico, pour connaître Mgr de Mazenod

 

La vie et l'œuvre d'Eugène de Mazenod ont été racontées dans la conférence de Michel Franceschetti ci-dessous.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

Samedi 11 février

Pulenta à Soccia.

Réservations au 06-74-20-22-68.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907