Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 17:55
San Lurenzu

Le patron du village de Murzo est saint Laurent. Le jour de la fête de ce saint, le 10 août, est donc toujours bien mis en valeur.

Les festivités commenceront samedi 9 août par une procession aux flambeaux à 21 h 30.

Dimanche 10 août, la messe sera à 10 h 30.

Des jeux pour enfants seront proposés à partir de 17 h 30.

La journée se terminera par un bal (D. J. Xavier Paoli) qui débutera à 22 h.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Chez nos voisins Actualités
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 17:59

L'article sur "La nuit des mazzeri" (Les légendes de chez nous (4/7): la nuit des mazzeria mentionné Dorothy CARRINGTON. Il est indispensable de connaître cette grande dame qui joua un rôle important dans le lancement de l'archéologie et de l'ethnologie de la Corse.

Dorothy, l'Anglaise ensorcelée par la Corse

"Lady Rose, l'insulaire", un reportage de France 3 réalisé en 2006, montre la vie aventureuse de cette Anglaise de la haute société qui se voua à une île qui n'était pas la sienne jusqu'à son décès en 2002.

Cette vidéo de 52 minutes insiste sur le voyage de 1948 et le choc de la révélation des statues-menhirs de Filitosa, alors totalement inconnues.

Dessins de Francis ROSE, images de vieux villages, paysages de ce Niolu que Miss CARRINGTON sillonna si souvent à pieds, illustrent les passages de ses livres et d'anciennes interviews. Il faut voir (à partir de la 17ème minute) les extraits d'un film sur la foire de Casamaccioli en 1948.

Les mazzeri sont présentés au bout de 45 minutes. Pour l'infatigable Britannique fascinée par la Corse, le mazzérisme, auquel elle consacra un livre, n'est pas une légende mais la survivance d'une croyance traditionnelle.

 

Repost 0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 17:44

Dans les Deux Sorru, après le mois de juillet qui est dominé par le Festival de Musique, le mois d'août se caractérise par les "débats de l'été" qui se déroulent dans l'enceinte du couvent Saint-François de Vico. Dans ce haut lieu spirituel et intellectuel, des universitaires, des écrivains, des journalistes, des hommes politiques se rencontrent pour débattre entre eux et avec le public sur des questions qui concernent la Corse. 

Voici les thèmes qui vont alimenter la réflexion des participants de cette année:

 
- Vendredi 8 août à 21 h

 Soirée inaugurale sur le thème:

"QUELLE PLACE EN CORSE POUR UNE ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE?"

Intervenants:

 . Xavier Péraldi, économiste, maître de conférences à l'Université de Corse;

. Paul-Jo Caïtucolli, conseiller général, Président de la F.R.E.S.C.

 

- Mercredi 13 août à 21 h

"2014, ANNEE DU CENTENAIRE DE LA GUERRE DE 14-18. UNE MEMOIRE TOUJOURS VIVE."

Intervenants :

. Véronique Emmanuelli, journaliste;

. Pauline Vittori Sallembien, écrivain;

. Hubert Lenziani, écrivain.

Les débats de l'été 2014

- Vendredi 22 août à 21 h 

"OÙ EN EST LA DEMOGRAPHIE DE LA CORSE? CONSTATS ET PERPECTIVES."
Intervenants:

Jacques Orsoni, professeur émérite des universités, docteur d'Etat;

. Noël Pinzuti, écrivain, conservateur honoraire des Archives Départementales de la Corse du Sud. 

 

- Vendredi 29 août à 21h : soirée de clôture 

"LA NON-VIOLENCE ACTIVE, QUEL SENS POUR LA CORSE?".

Intervenant : Jean-François Bernardini, créateur du groupe l Muvrini, et créateur de la Fondation UMANI. 

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 17:02

Au Sud, face aux villages d'U Pighjolu et d'A Soccia, le sommet du Tretorre attire tous les regards. Il a la forme d'un grand rocher arrondi, si bien arrondi que des enfants le voyant pour la première fois le comparent souvent spontanément à la carapace d'une tortue.

Les légendes de chez nous (5/7): les trois tours du Tretorre
Les légendes de chez nous (5/7): les trois tours du Tretorre

Pourtant, ce nom de Tretorre, qui signifie "trois tours", se justifie. Les trois tours existent bien mais il faut être de côté, comme à Guagnu qui est plus au Nord-Est, pour apercevoir les différentes éminences provoquées par la jument guagnaise du Diable. On pourrait même en compter quatre mais trois reste le chiffre officiel.

Photo extraite du blog http://corse-sauvage.com/

Photo extraite du blog http://corse-sauvage.com/

Le récit de cette cassure se trouve dans l'incontournable "Almanach de la mémoire et des coutumes de la Corse" écrit par Claire TIÉVANT et Lucie DESIDERI (Albin Michel, 1986):

     Satan a laissé de nombreuses traces de son passage dans le paysage corse, comme c'est le cas au sommet du mont Tretorre : La légende raconte qu'à l'origine, le mont Tretorre, entre Azzana et Guagnu, avait un sommet d'une seule pièce. Ce fut le passage de Satan qui le divisa en trois grosses tours de granite. Voici comment cela se produisit:

     Dans la vallée du Cruzzini, au lieu-dit Pantanu, vivait un berger solitaire. Un soir, à la tombée de la nuit, alors qu'il se préparait à rentrer son troupeau, Orsu-Maria fut intrigué par l'attitude de son chien qui vint se blottir plaintivement contre lui. Une angoisse insaisissable monta en lui lorsque apparut au détour du chemin un cavalier fort élégant monté sur une superbe jument blanche. L'homme à la barbe rousse et aux yeux verts étincelants se rendait dans la pieve de Vivariu mais, surpris par la nuit, mandait à Orsu-Maria de bien vouloir lui accorder son hospitalité.

     Malgré sa méfiance, Orsu-Maria accepta de bon cœur: un Corse ne refuse jamais l'hospitalité. Il alluma un bon feu dans la bergerie et, mettant à l'aise son hôte, alla rentrer la jument à l'écurie. Quel ne fut pas son étonnement d’entendre l’animal proférer les paroles suivantes :

 « - Méfie-toi de mon maître, Orsu-Maria. Folle fille de mon vivant, moi, Bianca de Guagnu, en punition de mes péchés, je suis devenue le coursier de Satan. Demain, nous  emporterons en enfer les âmes des mauvais chrétiens. N'oublie pas de te signer ce soir, avant de partager ton lait de brebis et tes châtaignes! »

     Tout ébahi, Orsu-Maria retourna auprès de son hôte. Suivant le conseil de la jument, Orsu-Maria se signa avant de partager son souper. Alors, au même instant, l’élégant visiteur se métamorphosa et reprit sa forme de diable aux pieds fourchus et tête cornue. Fou de rage, il enfourcha sa monture en rugissant:

« Ah ! Bianca, garce sans cervelle, tu m’as trahi; je vais te donner la plus belle course de ta vie éternelle ».

     Sous les coups de trident et d'éperons, la malheureuse jument, la bouche en sang, bondit à travers la pinède et, entourée d'une nuée de lagramanti (les génies des tempêtes), de mazzeri (les âmes des magiciens et des sorciers) et de streghe aux ailes de chauves-souris, elle s'élança avec son cavalier fou, faisant ébouler d'énormes roches, imprimant sa cuisse dans la falaise du Lancone où coule une cascade, et finalement, atteignant le sommet du Tretorre sur lequel, en une dernière ruade d'une violence incroyable, elle fendit la roche en trois énormes blocs avant de disparaître dans un éclair fulgurant.

     Cette nuit-là, dans tous les hameaux, on pria avec ferveur. Et, au matin, on découvrit que le sommet de la montagne était divisé en trois blocs qui ressemblaient à des tours. On l'appela désormais Tretorre. 

Le Tretorre n'est plus diabolique et ses pentes raides n'empêchent pas les randonneurs comme Hervé Calderoni d'atteindre son sommet (photo du 15 août 2012).

Le Tretorre n'est plus diabolique et ses pentes raides n'empêchent pas les randonneurs comme Hervé Calderoni d'atteindre son sommet (photo du 15 août 2012).

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Légendes Natura corsa
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 18:00
Au dos de son âne

Vieilles pierres, panorama sur la montagne... bienvenue à Soccia. Dominique Corieras vous donne rendez-vous au-dessus du village, au lieu-dit « A Croce Maiò ».

Préparez-vous à monter pour découvrir le lac de Creno, l'un des plus beaux lacs de Corse. Pour vous, l'ascension se fera de façon très originale, puisqu'elle s'effectuera ni à pied, ni en cheval, mais à dos d'âne ! Dominique vous briefe sur votre comportement à avoir lors de la balade. Pas grand-chose à faire: votre compagnon vous berce au pas dans cette forêt de pins Larrici.

Le parcours est totalement ombragé, un véritable luxe en plein été. Vous profitez à l'extrémité du lac d'une vue imprenable sur la vallée. Après avoir dépassé quelques bergeries et la fontaine de Veduvella, vous faites une petite halte pour un pique-nique bien mérité sur les rives du lac. Autrefois, le site abritait un véritable petit hameau peuplé d'agriculteurs dont il reste encore les vestiges. De nombreux murs et des traces d'irrigation témoignent de la présence passée des cultures. C'est déjà l'heure du retour. Surtout n'oubliez pas de brosser votre âne à votre arrivée, histoire de le remercier!

(texte publié sur le site http://balado.planet.fr/idee-balade/corse/corse-du-sud/a-stalla/idb/9158)

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 18:00

S’il a déjà été bien célébré, le centenaire du début de la Première Guerre Mondiale doit l’être plus particulièrement au début août.

Suite à l'assassinat de l’archiduc autrichien François-Ferdinand à Sarajevo, un mois plus tôt, le 28 juin 1914, le gouvernement français décrèta la mobilisation générale samedi 1er août à 16 heures, avec effet le dimanche 2. Tous les clochers de France firent entendre un sinistre tocsin. L'Allemagne déclara la guerre à la France le 3 août.

Pour ce qui fut appelée "la Grande Guerre", la façon dont son déclenchement fut perçue à Poggiolo est bien montrée par l'exemple de Jean LOVICHI, grâce à un émouvant texte de Romain DURAND.

1914: la fin d'un bel été

Petit-fils du sous-préfet Charles LOVICHI, Romain DURAND, après une importante carrière de directeur financier, a été membre de l'Académie des Sciences Morales, des Lettres et des Arts de Versailles. Il a fait des recherches importantes de généalogie (sur GENEANET, son arbre comportait 3344 noms) et d'histoire sociale et militaire. Dans son étude "Soldats par habitude, Etre soldat de 1720 à 1920", il évoque son héroïque oncle Jean dont le nom est gravé sur le monument aux morts de Poggiolo. Il est décédé en juillet 2010.

Ce texte a déjà été publié sur le blog de Poggiolo le 11 août 2010.

1914: la fin d'un bel été

     "Jean LOVICHI est né à Constantine en 1893. Son père, Charles, est en 1914 administrateur civil de la commune de l'Edough, avec résidence à BÔNE; sa mère Odile était professeur de lettres. Aîné et seul garçon d'une famille de quatre enfants, l'éducation de Jean avait été conduite avec un soin extrême. Il avait fait de brillantes études au lycée de Constantine avant de faire sa philo au lycée Henri IV dans la classe d'Emile CHARTIER, dit ALAIN. Sans la guerre, il aurait probablement été le plus jeune agrégé de philosophie de France. (..)

(les enfants de Charles Lovichi)

(les enfants de Charles Lovichi)

En juillet 1914, la famille est en Corse, comme chaque été. POGGIOLO est loin à l'intérieur des terres, entre le golfe de SAGONE et le golfe de PORTO. Charles LOVICHI n'est pas là; les membres de l'administration algérienne sont restés à leur poste dans l'attente des événements. Odile, qui reçoit régulièrement les journaux, s'inquiète. Jean, pacifiste juvénile, ne veut pas croire au pire.

Le dimanche 2 août, en revenant de SOCCIA avec les boules de pain frais, madame LOVICHI et ses deux filles remarquent une agitation insolite. Tout le monde est dehors, parlant de mobilisation et de guerre. On court au-devant d'Odile dans l'espoir qu'elle donnerait des explications. Une vieille cousine qu'on ne voyait jamais au grand jour, diaphane sous le fichu noir, demande: "Oh! Odile! Ils seront avec nous les Français cette fois?".

(Odile Lovichi)

(Odile Lovichi)

     Au village, on se rappellera longtemps avoir vu Jean LOVICHI remonter de la rivière en pleurant son idéal trahi. On ne le comprenait pas bien, mais on lui passait tout. Bientôt, de SOCCIA, de POGGIOLO, de GUAGNO, d'ORTO, chantant les vieux refrains guerriers de la Corse, les mobilisés descendaient d'un pas vif, la musette au côté, pressés de rejoindre les tirailleurs, les zouaves, les alpins, la coloniale pour se distinguer dans la grande épreuve. Odile ordonna qu'on refit les bagages. La route de BÔNE pouvait être perturbée par les navires allemands (elle le fut en effet), et il n'y avait pas de temps à perdre."

 

 

   Au village, on se rappellera longtemps avoir vu Jean LOVICHI remonter de la rivière en pleurant son idéal trahi. On ne le comprenait pas bien, mais on lui passait tout. Bientôt, de SOCCIA, de POGGIOLO, de GUAGNO, d'ORTO, chantant les vieux refrains guerriers de la Corse, les mobilisés descendaient d'un pas vif, la musette au côté, pressés de rejoindre les tirailleurs, les zouaves, les alpins, la coloniale pour se distinguer dans la grande épreuve. Odile ordonna qu'on refit les bagages. La route de BÔNE pouvait être perturbée par les navires allemands (elle le fut en effet), et il n'y avait pas de temps à perdre."

 

 

Repost 0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 18:32

RAPPEL:

L'association LETIA-CATENA organise une conférence à Letia San Martinu le dimanche 3 août 2014 à partir de 17h.

L’Archéologue Jean Baptiste Mary donnera cette conférence sur le sujet suivant : L’occupation génoise en Corse, documentée par les sources archéologiques.

Cette conférence se déroulera en présence du Conservateur Régional de l’Archéologie, M. Franck Leandri, et des archéologues qui mènent sur le territoire communal une Prospection – Inventaire, depuis 2013.

Une réunion des membres actifs de l’association se tiendra le même jour, à l’issue de la conférence, au hameau de Saint Roch dans la salle polyvalente, en présence du Conservateur Régional et des archéologues.

L'occupation génoise de la Corse
Repost 0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 17:43

La Foire de Saint Roch (Fiera di San Roccu) de Renno aura lieu les 16 et 17 août. Nous aurons bientôt l'occasion d'en préciser le programme.

Mais, dès à présent, et jusqu'au 8 août, les cuisiniers amateurs et professionnels peuvent s'inscrire au concours gastronomique qui est organisé par la mairie de Renno.

Toutes les explications ont été fournies dans l'article de "Corse-Matin" du 30 juillet qui est reproduit ci-dessous (cliquez pour l'agrandir).

Montrez vos talents.

Mais n'oubliez pas la procession du 16 août à Poggiolo !!!

Montrez vos talents culinaires
Repost 0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 18:00

Pendant longtemps, dans toute la Corse, la nuit du 31 juillet au 1er août était redoutée car elle était la nuit des mandrache pendant laquelle s'affrontaient les mazzeri. La pieve de Sorru-in-Sù était directement concernée par ces événements. 

Les textes ci-dessous donnent une explication sur le sens de cette date. Les trois premières parties sont tirées du très utile "Almanach de la mémoire et des coutumes de la Corse" écrit par Claire TIÉVANT et Lucie DESIDERI (Albin Michel, 1986). La quatrième partie, consacrée à cette nuit dans notre canton, est inspirée de "Le mazzérisme: un chamanisme corse" de Roccu MULTEDO (Editions L'Originel, 1994). 

Précision préalable: Les mazzeri sont des humains ayant une vie sociale et personnelle mais qui sont considérés par le village comme des êtres surnaturels liant l'au-delà au monde des vivants. Dans la vie courante, les mazzeri sont des êtres pacifiques. On les reconnait à leur regard: ils ne vous regardent pas, mais regardent à travers vous.​ Ils sont capables de dire quels seront les prochains morts de la communauté.

LE MOMENT DE LA CANICULE ET DES MAZZERI

"Consécutive au solstice d'été (la Saint-Jean), la canicule marque l'entrée du soleil dans la constellation du Lion (i sulleoni). C'est une période redoutable, porteuse de menaces mortelles pour les animaux, les hommes, les cultures. La nature tout entière est comme embrasée. Tout risque de brûler ou de sécher. Les incendies se déchaînent et, attisés par les vents, se répandent jusqu'à prendre des proportions terrifiantes. La canicule qui tue toute vie est à l'image même des morts, êtres desséchés, affamés, assoiffés, noirs. Cette période, néfaste et dangereuse entre toutes, entame son déclin à la fin du mois de juillet, lorsqu'on entre dans les Calendes d'août. C'est pourquoi cette date est en Corse une date rituelle, et la nuit qui fait passer de juillet à août est investie par des pratiques magico-religieuses destinées à éloigner ce fléau mortel.

Dans de nombreux villages, notamment dans le Centre et le Sud, on allume un feu devant le seuil de la maison. Ce feu est appelé focu di i mazzeri (feu des mazzeri). On pose aussi, sur les fenêtres, des ustensiles remplis d'eau. Car, comme à d'autres dates, cette nuit-là, les morts se rapprochent des vivants. Leur présence est redoutée et on s'en protégera de plusieurs manières. (...)"

LA FÊTE DES MORTS ESTIVALE

"Dans la liturgie, le 1er août est la fête de Saint Pierre-aux-Liens. Cette fête religieuse est venue se superposer à celle qui, à une époque lointaine, était celle des Macchabées. Le 1er août est donc une fête des morts. Elle est symétrique de celle du 1er novembre; elle en est le doublet estival.

C'est dans ce contexte de mort que prennent place les batailles des mazzeri (...).

La nuit du 31 juillet s'engage une bataille contre la mort et la mortalité. Les mazzeri d'un village se regroupent, montent sur le col, ou se rendent à la limite qui sépare leur territoire du territoire voisin, et là, se battent contre les mazzeri de la communauté limitrophe. Les armes qu'ils utilisent dans ces combats sont des tiges d'asphodèle. (...)

L'enjeu de ces guerres végétales est d'importance." (...) 

Dans les villages des vainqueurs, la mortalité de l'année sera faible, et forte chez les vaincus.

Photo de Joan Fontcuberta.

Photo de Joan Fontcuberta.

L'ASPHODÈLE, LA REINE DES BATAILLES

L'asphodèle, appelé en Corse taravucciu, arbucciu. taravellu, luminellu, etc , est une plante bien connue dans les mythologies végétales, depuis l'antiquité grecque. C'est la plante des morts. Elle «pousse dans le royaume des Ombres ». Dans les Enfers et les Champs-Elysées où séjournent les Héros défunts, les asphodèles abondent. Dans les siècles passés, en de nombreuses régions d'Europe, on en plantait autour des tombeaux car, disait-on, les morts aimaient cette plante et se nourrissaient de ses racines. (...) Elle produit l'abondance et assure l'immortalité de l'âme.

On comprend que, pour combattre la pénurie et la mort caniculaires, les mazzeri corses, la nuit du 31 juillet, brandissent l'arme la plus efficace en ce domaine. 

un plant d'asphodèle

un plant d'asphodèle

LES MANDRACHE GUAGNAISES

D'après Rocco MULTEDO, qui reprend des travaux de Dorothy CARRINGTON, les assemblées de mazzeri ont lieu de préférence le samedi. La bataille annuelle qui se déroule dans la nuit du 31 juillet s'appelle une mandraca. Elle voit s'affronter deux groupes masqués en animaux et formés en milizie avec chacune un capitaine élu. Les deux camps viennent de deux communautés voisines et s'affrontent sur le col qui sépare celles-ci. Après avoir poussé des "cris effrayants", ils se battent à coup de tiges d'asphodèles jusqu'à la fuite d'un groupe ou l'arrivée du jour. Les asphodèles et les bâtons utilisés finissent dans un grand feu.

Notre canton étant quasiment enclavé dans la montagne, plusieurs mandrache se déroulent, ce qui laisse supposer que les batailles n'avaient pas toutes lieu la même nuit:

- Soccia contre Casamaccioli dans le Niolu

- Guagnu contre Vivario au col de Manganellu 

- Guagnu contre Venacu et Corti au col de Virdiola, près d'un ancien cimetière

La plus importante était la confrontation entre Guagnu et Pastricciola, au col de Missicella, à 1.191 mètres d'altitude. Ce lieu, qui a longtemps permis aux bergers de passer de Sorru-in-Sù aux pièves de Cruzzini et Cinarca, est particulièrement stratégique pour les mazzeri.

Les légendes de chez nous (4/7): la nuit des mazzeri

N'allez surtout pas à Missicella les 31 juillet et 1er août. De toute façon, évitez de sortir cette nuit-là. Des esprits forts peuvent dire que les mazzeri ont quasiment disparu et que les mandrache ne sont plus organisées. Mais peut-on en être certain? On murmure quelques noms d'initiés à Poggiolo, Soccia, Orto et Guagno.

Il vaut mieux être très prudent.

Réalisé à l'occasion d'une chasse au sanglier, le film suivant (https://www.dailymotion.com/video/x18lzcu_19-12-2013-bocca-missicella_animals) montre ce qu'est le col de Missicella et les paysages qui l'entourent.

Repost 0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 18:00

La légende de la Sposata a inspiré des artistes, écrivains, peintres ou chanteurs. 

Le côté fantastique de cette histoire est accentué par l'incarnation du personnage principal dans la montagne.

Certains ne remarquent pas la tête de la méchante fille sur les rochers. Il suffit pourtant de bien lever les yeux.

Pour aider les visiteurs nouveaux, une aide leur a été fournie dans le bulletin n°8 de l'Association Renno-Informations, en date du 25 juillet 2009. Marilyne Dufresne, originaire de la commune d'Azilone-Ampaza, dans le sud de la Corse, a, en quelques coups de crayon, dégagé les traits de la Mariée et les plis de ses vêtements.

Il n'est plus possible de prétendre que la Sposata n'est pas sur la montagne.

Les légendes de chez nous ( 3/7): la Sposata ou l'inspiratrice des artistes
Les légendes de chez nous ( 3/7): la Sposata ou l'inspiratrice des artistes
Les légendes de chez nous ( 3/7): la Sposata ou l'inspiratrice des artistes

L'immense chanteur Antoine CIOSI a, dans les 276 titres de sa discographie, évoqué la Sposata. Composée par Dany REVEL, cette chanson s'intitule "La Sposata ou la légende de la mariée maudite". Elle est une réflexion sur la force de l'amour:

"Fallait -il que l’amour soit fort

Pour que tu braves ainsi le sort".

Alors que de nombreuses chansons de CIOSI sont diffusées sur Youtube, celle-ci n'est pas sur internet. Elle n'existe qu'en version audio, sur le site Music Me, Teemix ou Deezer.

Comme vidéo, la version de J M Campocasso, à la guitare, sans orchestre, est très proche de CIOSI.

Toute autre est la version de MATIAS. Ce chanteur, dont la carrière a débuté en 2009, se produit essentiellement en PACA et Rhône-Alpes. La vidéo de son spectacle de 2013 permet de l'entendre chanter "Dio vi salvi regina" puis, au bout de 2 minutes, faire le récit de la légende de la Sposata sur fond de polyphonie. 
Prochains concerts de MATIAS:
3 Août 2014: Ruoms
4 Août 2014: Sorgues
9 Août 2014: Oullioules
 
 
Repost 0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Le calendrier poggiolais

 

Début des vacances d'été: samedi 8 juillet midi.

Festival Sorru in Musica: du 21 au 30 juillet.

Fête de saint Roch: mercredi 16 août.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907