Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 18:16

   Avant la journée mondiale de l'eau du 22 mars, l'U.F.C Corse-du-Sud a diffusé les résultats d'une enquête réalisée sur le département, que "Corse-Matin" publie vendredi 16 mars.

    En Corse-du-Sud, l'eau du robinet est globalement de bonne qualité - pas de pesticides ni de nitrates, pas de métaux ni de radioactivité suspects - mais un problème se pose tout de même pour certaines communes. Pour cinquante-et-une d'entre elles, la qualité bactériologique des eaux a été classée comme mauvaise. Il s'agit essentiellement d'une pollution bactériologique liée à des problèmes de captage, de déjections animales et de dysfonctionnement des installations de traitement. L'U.F.C Que choisir va interpeller par courrier chaque maire des communes concernées.

    Pour Sorru in Sù, les villages inscrits sur cette liste sont Orto et Soccia. Donc, à Poggiolo et à Guagno, on peut boire sans crainte. Quant à Sorru in Giù, l'eau est suspecte à Arbori, Balogna, Murzo.

    Cette bonne nouvelle montre que, dans notre montagne, la nature n'est pas encore trop abîmée. Rappelons que les Poggiolais bénéficient de l'eau au robinet depuis 1968. Auparavant, il fallait aller remplir des récipients à la fontaine, ainsi que le montre  dans la vidéothèque poggiolaise, le film "La corvée d'eau à Poggiolo".

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 06:01

   Même si les chiffres de population qui viennent d'être publiés par l'I.N.S.E.E. peuvent paraître encourageants (voir article précédent sur ce sujet), il n'en est pas moins vrai que les habitants des villages de la montagne sont bien moins nombreux qu'autrefois.      

   Une comparaison est possible avec le "Dénombrement des Corses "ordonné par Louis XV après avoir, par le traité conclu avec Gênes, pris possession de la Corse.

    Cet énorme travail a donné une mine considérable de renseignements économiques et démographiques. Lucien DELFINI en a construit un tableau pour la province de VICO (regroupant les Deux-Sorru et les Deux-Sevi). Il a été publié en pages 9 et 10 dans le numéro de juin 2010 de l'indispensable bulletin "INSEME" (qui peut être consulté ICI).


    Les 17 paroisses comptaient alors 6833 personnes.

  dénombrement

   On comptait alors en feux, c'est à dire en familles. Les 1/2 feux indiquaient les ménages dont le chef étaient veuf ou veuve. Les 1/4 de feux étaient attribués aux prêtres.

   Vous avez tous les éléments pour réfléchir.

  

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 17:48

   On se désole souvent de la désertification de nos villages de montagne. Mais quelle en est la réalité numérique? Sait-on quel est le nombre réel d'habitants à POGGIOLO et dans les environs?

    L'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques) vient de publier les populations légales des 36.680 communes françaises, des cantons, arrondissements, départements et régions. Tous ces chiffres sont disponibles sur son site:               http://www.insee.fr/fr/

 

    Ces données ont été rassemblées en 2.009 et prennent effet au 1er janvier 2.012. Elles sont importantes car elles servent dans toutes les dispositions légales sur les finances locales, la vie municipale, etc...

   "Corse-Matin" du 5 janvier fait quelques comparaisons:

   Nous savons désormais que, avec 305 674 habitants, la Corse demeure la région de France métropolitaine la moins peuplée. Mais elle voit toutefois sa population augmenter, contrairement à la région Champagne-Ardennes par exemple. S'il est évident que notre île est plus attractive que le Nord-Est de la France, elle n'en demeure pas moins la plus petite région en terme de densité démographique.

   La Corse dépasse seulement aujourd'hui le seuil maximal qu'elle avait atteint en 1901 avec 295 589 habitants. Juste avant la saignée de la grande guerre de 14 qui a marqué le début du déclin démographique de l'île."

   Voici les chiffres qui concernent le canton des Deux-Sorru, en les comparant avec les résultats du recensement de 1.999 (trouvés sur la page Wikipedia "canton des deux Sorru").

 

 

Commune population 1999 population 2009 évolution brute évolution en pourcentage

GUAGNO

  139   161   + 22   + 15,83%
ORTO

  54

  56   + 2
  + 3,7%
POGGIOLO   95   97    + 2  +2,11% 
SOCCIA   121   147   + 26   + 21,49%
ARBORI   63   65   + 2   + 3,17%
BALOGNA   170   130   - 40
  - 23,53%
COGGIA  699    869   + 170
  + 24,32%
LETIA   96   111   + 15
  + 15,62%
MURZO   77   88   + 11
  + 14,29%
RENNO   77   82   + 5
  + 6,49%
VICO   898   937   + 39
  + 4,34%

 

   Les quatre premières communes correspondent à Sorru in Sù. Elles avaient 409 habitants en 1999 et elles en ont 461 maintenant.

   Les sept autres appartiennent à Sorru in Ghiù et sont passées de 2.080 à 2.282 habitants.

   La plus forte augmentation (près d'un quart de plus) se situe à COGGIA. Mais il faudrait savoir dans quelle partie de la commune celle-ci a eu lieu: une grande partie de SAGONE en fait partie. La question est la même pour les 39 nouveaux habitants de VICO.

   BALOGNA est le seul endroit où le nombre d'habitants a baissé (40 perdus en 10 ans).

   SOCCIA connaît la plus forte augmentation après COGGIA.

   Alors que l'ensemble du canton a gagné 254 habitants, la croissance est de 9,71% à Sorru in Ghiù et de 12,71% à Sorru in Sù.

   Il faut remarquer (et regretter) la quasi-stagnation de la population poggiolaise.

 

   Peut-on donc dire que les villages de l'intérieur sont abandonnés? D'après les chiffres officiels, non, car il y a un population plus nombreuse. En réalité, ces personnes sont-elles des résidents permanents toute l'année? Surtout, existe-t-il une volonté de réaliser quelque chose ensemble pour montrer une vie réelle sous les chiffres des impersonnelles statistiques?

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:02

Pour beaucoup, il semble que Poggiolo et les autres communes de montagne ne vivent que quelques semaines l'été. Pourtant, ce sont les habitants résidant toute l'année qui permettent à nos villages d'exister. Mais ils sont trop peu nombreux et ils attendent l'arrivée de nouveaux voisins. L'éditorial du numéro d'octobre de "INSEME", signé "Pascale Chauveau et le comité de rédaction", évoque très bien cette inquiétude, ainsi que l'espoir du renouveau.

-------------

 

VIVRE AU VILLAGE !

 

  Encore une fois, l'automne est arrivé, et je ne peux m'empêcher de ressentir un petit pincement au cœur. Fin août, nous avons vu repartir nos parents et amis venus du continent, puis jusqu'à fin septembre, les touristes se faire de plus en plus rares, et nous savons déjà qu'avant que l'hiver ne s'installe, d'autres maisons vont se refermer.

Pourtant, les derniers à partir n'ont pas forcément un travail porte broussaillesqui les l'y oblige. Pendant des années, j'ai entendu nombre d'actifs qui étaient « montés au village pour le week-end ou les vacances », repartir à regret en disant: «vivement la retraite que je revienne m'installer au village définitivement!». En réalité, seul un infime pourcentage l'a fait. Certains ont même fait construire entre-temps une autre maison, en ville ou plus proche de la ville, plus confortable, plus proche des services de santé, des commerces.

Depuis le mois dernier, le Parc Naturel Régional a engagé une vaste opération d'amélioration de l'habitat en milieu rural. Dans les objectifs annoncés, on peut lire entre autres: «favoriser le maintien des personnes âgées à domicile», ou encore «dynamiser l'activité des artisans dans le secteur du bâtiment». On pourrait se demander ce que le Parc, qui se consacre habituellement à la faune et à la flore, a à voir là-dedans. José Paoli, chef de projet de cette opération, argumente à juste titre: «dans la nature, il y a la faune et la flore, et il y a l'homme. On ne peut se préoccuper que de l'un ou de l'autre, sinon il n'y aurait pas d'équilibre».

porte MarioneAlors, avec cette nouvelle action du Parc, qui prévoit de réhabiliter au moins 200 à 250 logements anciens dans les trois ans à venir, on se prend à rêver. On imagine déjà des maisons dégradées devenir plus fonctionnelles, mieux isolées et plus douillettes; on imagine les différents corps de métiers du bâtiment grouiller dans les villages en ramenant un peu de vie, voire embaucher pour faire face aux nombreux chantiers; on imagine qu'au lieu de constater qu'une nouvelle maison s'est fermée après un enterrement, on commencera à compter combien de nouveaux auront osé franchir le pas de rester au village.


On oubliera les soirs où l'on n'était même pas quatre pour faire une belote, les commerçants ambulants retrouveront plus de clients que de kilomètres parcourus, et on bombera doublement le torse quand, comme à chaque fin d'été, on nous demandera: «mais comment faites-vous pour rester là toute l'année?»

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 18:46

    Avec l'arrivée des estivants, la question du ravitaillement se fait sentir. Evidemment, il est facile depuis POGGIOLO d'aller en une vingtaine de minutes à VICO où se trouvent plusieurs magasins. Mais faire le trajet chaque jour est bien contraignant. Alors, pourquoi ne pas utiliser les services des commerçants ambulants? Ils viennent parfois de loin avec leurs camionnettes pour proposer les produits quotidiens.


    En principe, le planning des tournées est le suivant:

- pain: tous les jours entre 9 h 30 et 10 h 30

- pain et épicerie de dépannage: jeudi et samedi

- fruits et légumes: mardi et vendredi 10 h 30 (Antoine MALATESTA: 04-95-26-70-09)

- épicerie: mardi 18 h 30 (François ANDARELLI: 04-95-28-90-59)

- boucherie, charcuterie, traiteur: vendredi (Pierrette MALATESTA: 04-95-26-64-91)

- œufs frais: dimanche après 11 h (Marie-José CORIERAS: 06-13-18-59-10)

    Attention! Avec l'augmentation de la clientèle de l'été, ces horaires ne sont pas toujours respectés. Il est indispensable de guetter les coups de klaxon qui signalent les arrivées.

 

    Ces commerçants exercent un véritable service public, surtout ceux qui viennent aussi l'hiver pour les villageois résidant toute l'année. TF1 leur a consacré un reportage qui fait maintenant partie de la vidéothèque poggiolaise.

Pour le regarder, cliquez sur l'image

film commerçants

 


   Il est également possible de se faire livrer à domicile en passant des commandes à:

- Michel CASALTA (VICO): 04-95-26-60-04

- SPAR de VICO: 04-95-26-71-07

- Marché U SAGONE: 04-95-28-09-67

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 19:02

La France a désormais 65 millions d'habitants. Tel est le renseignement principal donné par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) qui a publié le 18 janvier 2011 son bilan démograhique annuel de la France pour l'année 2010. En Corse, les habitants sont maintenant 302.966.  Ajaccio en a 65.153 et Bastia 43.477. Et où se situe Poggiolo? Evidemment, loin des grosses communes.

Le "Journal Officiel" vient justement de publier les populations légales 2008 qui entrent en vigueur le 1er janvier 2011. Poggiolo aurait ainsi 95 habitants (contre 91 en 2007).


Notre commune obtient ainsi les classement suivants:

Classement Habitants Superficie Densité
sur la France 33622e 16150e 34596e
sur la région de Corse 245e 207e 237e
sur le département de la Corse-du-Sud 91e 93e 77e
sur l'arrondissement d'Ajaccio 60e 61e 46e

sur le canton des Deux-Sorru

7e 11e

3e

 

Aux esprits chagrins qui disent qu'il n'y a plus personne à Poggiolo, on pourra répondre que le village est 245e alors que qu'il existe 360 communes dans la région.

Que représente le chiffre de 95 par rapport à la population qu'a eu la commune dans les années précédentes?

Le site http://www.annuaire-mairie.fr/statistique-poggiolo.html donne des chiffres depuis 1800. Bien que leur origine ne soit pas indiquée, on peut supposer qu'ils sont basés sur les résultats officiels des recensements. Leur examen pourra amener chacun à certaines réflexions sur l'histoire du village.

 

1800

159
-

1806

191
+20.1%

1821

170
-12.4%

1831

189
+11.2%

1836

210
+11.1%

1841

224
+6.7%

1846

230
+2.7%

1851

222
-3.6%

1856

243
+9.5%

1861

280
+15.2%

1866

300
+7.1%

1872

364
+21.3%

1881

358
-1.7%

1886

488
+36.3%

1891

494
+1.2%

1896

530
+7.3%

1901

598
+12.8%

1906

401
-49.1%

1911

350
-14.6%

1921

456
+30.3%

1926

521
+14.3%

1931

549
+5.4%

1936

650
+18.4%

1946

653
+0.5%

1954

177
-268.9%

1962

152
-16.4%

1968

120
-26.7%

1975

117
-2.6%

1982

93
-25.8%

1990

76
-22.4%

1999

95
+25.0%

2005

91
-4.4%

 

 

 

 

graphique population

De nombreux autres renseignements chiffrés sur la démographie, l'emploi et l'habitat se trouvent sur le site mentionné. Consultez-le.

Mais il manquera toujours un chiffre important: le nombre de ceux qui n'habitent pas au village et qui n'y sont pas nés mais qui restent profondément attachés à leur bout de montagne.

 

Les recensements n'intervenant désormais que tous les cinq ans, Soccia sera compté en 2011 et ce sera en 2012 pour Orto et Guagno.

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:10

Nous avons vu, dans des articles précédents, qu'il existe à Poggiolo un cimetière communal et un cimetière privé.

Mais, comme l'indique l'avis de décès de Jean-Marc CHAILLOUX, récemment publié, il existe aussi un cimetière à Guagno-les-Bains. Il est en partie caché à l'intérieur de la boucle de la route entre la Goscia et l'entrée du village, près du stade. Comme à Poggiolo, il est à flanc de coteau, avec toutefois moins de panorama.

 

cimetière Bains entrée

 

cimetière Bains bas

 

Le cimetière de Guagno-les-Bains contient 63 tombes qui ont été étudiées par Joelle LAGRANGE. Elle a réalisé le relevé des noms; prénoms et dates inscrits sur les pierres tombales, liste très utile pour les amateurs de généalogie et qui peut être consultée ICI.

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 17:26

  La publication dans "Corse-Matin" de deux grands reportages sur Guagno et Soccia a pu provoquer du mécontentement ou du chagrin chez certains Poggiolais qui auraient voulu (y compris parmi les animateurs de ce blog) la même place accordée à leur village. La matière ne manque pas pour écrire sur Poggiolo (et ce blog le prouve depuis qu'il existe). Nous pouvons souhaiter que, l'été prochain, les envoyés spéciaux s'y arrêtent.

  Mais on a peut-être oublié que, voici dix ans, "Corse-Hebdo" avait créé une rubrique "De villes en villages" et avait donné deux pages à Poggiolo le 29 décembre 2000, deux jours avant la fin du XXème siècle.

  Sous le titre "Comment Poggiolo se bat pour vaincre la désertification", la journaliste Marie-Joseph ARRIGHI-LANDINI insistait sur  la volonté des Poggiolais de développer leurs deux atouts: la convivialité et une exposition exceptionnelle, ce qu'expliquait Xavier PAOLI. La parole était donnée aussi à Martine CHITI, Marie-Ange PAOLI, Laura ROSANO et Bernard FRANCESCHETTI.

  Relire cet article permettra de comparer avec la situation en 2010 et de se demander ce qui a avancé ou reculé dans le village. 

  Les photos font voir des visages dont quelques-uns sont, hélas!, maintenant disparus. Attention: les légendes des deux grandes photos donnent l'identité des personnnes dans un ordre complètement fantaisiste.


Cliquez sur les éléments de l'article pour les lire plus facilement.

http://a.imageshack.us/img842/2493/pog20001.jpg

 

http://a.imageshack.us/img717/6514/hhhjr.jpghttp://a.imageshack.us/img830/1857/pog20003.jpghttp://a.imageshack.us/img842/2362/pog20004.jpg

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 15:16

  

 

croix Poggiolo

Notre concitoyen Charles TRAMINI a perdu sa sœur Marie-Angèle, décédée jeudi 20 mai. Elle a été inhumée le 22 mai à Toulouse dans le caveau familial.

 

Nous lui adressons toutes nos condoléances.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 20:08

 

Le mur bordant la route n'a pas été le seul a avoir été soutenu par le dos des Poggiolais. La maison MARTINI a bénéficié également de cette aide. Jacques-Antoine nous en apporte la preuve avec des vues qui ont plus de quarante ans.

Reconnaissez-vous ces visages?

 

 bande

 

 

 

xaviere angele

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

Samedi 11 février

Pulenta à Soccia.

Réservations au 06-74-20-22-68.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907