Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 19:41

Le mois d'octobre s'achève et il est désormais pratiquement impossible de trouver en kiosque le numéro du magazine "L'Histoire" de ce mois. Dans un gros dossier sur l'histoire de la peine de mort, cette référence auprès des professeurs d'Histoire montre comment on exécutait les condamnés à différentes époques.

guillotine l'Histoire

En lisant l'article consacré à la famille de bourreaux DEIBLER, on ne peut s'empêcher de penser que DEIBLER a décapité le dernier bandit corse André SPADA à l'aube du 21 juin 1935 à Bastia. SPADA avait le centre de ses activités dans le Cruzzini et les Deux Sorru, surtout à Lopigna et Vico.

La lecture de cette revue peut aussi faire penser au premier bandit "officiel", dont les exploits se centraient aussi dans la même zone géographique: Théodore POLI, de Guagno.

L'imaginaire collectif s'est emparé de ce personnage dont les exploits ont été amplifiés et déformés. On raconte souvent que Théodore a tué le bourreau de Bastia, qu'il l'aurait  même guillotiné. Par exemple, l'universitaire Pierre ANTONETTI écrivait, dans son "Histoire de la Corse" publiée en 1973: "Et l'on assiste aux tristes exploits d'un Théodore POLI (...), véritable "Roi de la montagne" qui, de sa forêt d'Aïtone, pouvait se payer le luxe de descendre à Bastia pour s'y emparer du bourreau et l'exécuter en pleine ville". Cette version est reprise dans certains sites internet, comme celui sur les tirailleurs corses qui indique: "Un bandit notoire alla même jusqu’à enlever et exécuter le bourreau de Bastia".

 

Un peu de clarté est nécessaire. 

Les exploits de Théodore. N°1: le bourreau de Bastia

 

LES LIVRES DE PIERHOME

De nombreux renseignements se trouvent dans "La  vie du bandit Théodore", publié en 1934 et écrit par Henri PIERHOME.

Le vrai nom de cet auteur était Henri PIERANGELI  (1875-1945).
Né à Bastia en 1875, décédé en 1945, il était le neveu d'Emmanuel Arène. Elu député de Bastia en 1906, il fut réélu en 1910, puis 1914, 1919 et 1928. Il abandonna la vie politique après son échec à la sénatoriale partielle de 1937. Auteur d'études sur la Corse économique et de vies romancées: "Gallochio, bandit corse", "La vie du bandit Bellacoscia", "La Vie du bandit Théodore", d'un roman historique, "Anna Maria"...

Son ouvrage est donc une base documentaire essentielle mais quelques confusions y sont présentes et il doit être étayé par d'autres sources.

 

DE LA DÉSERTION À L'ORGANISATION

Théodore POLI nacquit en 1797 à Guagno. Conscrit en 1816, il avait tiré un mauvais numéro et obtenu un sursis mais il fut rappellé le 11 novembre 1819.
Le brigadier PETIT, de la gendarmerie de Guagno, laissa passer le temps imparti et, après avoir promis de le laisser tranquille, l'arrêta cependant comme déserteur le 4 février 1820. Il le conduisit menotté à Ajaccio. Mais Théodore déserta rapidement pour de bon, se précipita à Guagno et le soir du 14 février 1820 abattit le gendarme qui festoyait chez un habitant.
Réfugié au maquis, il s'associa avec un contumace PELLEGRINI, dit BRUSCO, qui vivait près de Vico, puis avec les frères MULTEDO. Il en vint à créer une petite communauté de près de 150 bandits, dans la forêt d'Aïtone, sur laquelle il règnait en véritable dictateur. Lors de la création de cette organisation, près de Guagno, Cecco SAROCCHI proposa de tuer le bourreau pour porter un défi aux autorités. SAROCCHI, né en 1792 à Rusiu, avait été condamné 15 fois dont 4 à la peine de mort. Il avait obtenu des autorités un passeport  pour s'exiler en Italie mais il voulait venger son ami ANCINO qui avait été guillotiné à Bastia à l'issue d'un procès que le bandit jugeait bâclé. Théodore ne voulut pas participer à cette action mais donna son accord.
 
LE RAID DE BASTIA
Le 24 janvier 1824, Louis SIMALIOT, exécuteur des hautes œuvres de Bastia, accompagné de son aide Martin ALVIDA, qui était aussi son gendre (il avait épousé sa guillotinefille Marie-Esther), s'en alla à la chasse à l'étang de Chiurlino. Tombé dans une embuscade tendue par Cecco SAROCCHI, Pascal GAMBINI et Jean-Baptiste TORRE, SIMALIOT réussit à s'échapper. ALVIDA resta entre les mains des ravisseurs.
Ceux-ci demandèrent 300 écus. Au moment du versement de la rançon, SAROCCHI et ses complices furent arrêtés. Le corps d'ALVIDA fut retrouvé ensuite, à Furiani, égorgé d'un coup de poignard le 2 février. SAROCCHI fut guillotiné le 31 mai 1825 sur la place Saint Nicolas, par SIMALIOT lui-même.

Théodore mourut le 5 février 1827 (et non pas en 1831 comme le datent certains sites) après de nombreux méfaits (dont ce blog contera bientôt quelques exemples) mais il n'était directement pour rien dans l'affaire du bourreau (ou plutôt de l'aide-bourreau).

 
La légende s'empara vite de lui. Dans la fameuse "Colomba" de Prosper MÉRIMÉE,  parue en 1840, on peut lire une référence au raid de Bastia.

Colomba, pour faire peur aux voltigeurs qui cherchent son frère Orso, leur demande :
«Savez-vous, messieurs, que si par hasard les trois frères GAMBINI, SAROCCHI et Théodore POLI se trouvaient à la croix de Sainte-Christine avec BRANDOLACCIO et le curé, ils pourraient vous donner bien des affaires. Si vous devez avoir une conversation avec le Commandant de la campagne (MERIMEE place en note que "c’était le titre que prenait Théodore POLI"), je ne me soucierais pas de m’y trouver. Les balles ne connaissent personne la nuit.» 
  (suite ICI, ICI, ICI, ICI et ICI)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ghjermana de ZERBI 30/10/2010 15:29


pardon, SIMALIOT et non SE, comme je viens de l'écrire


Blog Poggiolo 30/10/2010 20:20



Vous avez parfaitement raison. L'erreur se trouve dans le livre de PIERHOME. L'erreur va être rectifiée prochainement. Voici la liste des bourreaux et aide-bourreaux de Bastia au XIXème siècle:


Maîtres des hautes oeuvres :

Jean-Pierre COMBE bourreau en 1805-1809

François ETIENNE bourreau en 1809-1813

Louis SIMALIOT bourreau en 1813-1826

Jean-Baptiste SIMALIOT bourreau en 1826-1840

Michel PORRO bourreau en 1840-1851

Antoine-François-Balthazar PORRO bourreau en 1851-1852

Louis-Marie DOURAN bourreau en 1852-1853

Vincent BORNACINI bourreau en 1853

Louis-Henri DESMOREST bourreau en 1853-1873



Aide-exécuteurs des sentences criminelles :

Matthieu ALVIDA aide-bourreau en 1813-1824

Michel PORRO aide-bourreau en 1824-1840

Antoine-François-Balthazar PORRO aide-bourreau en 1850-1851

Louis-Marie DOURAN aide-bourreau en 1853-1856

Aimé-Eugène ETIENNE aide-bourreau en 1856-1861

Jules CANÉ aide-bourreau vers 1861-1863

Alphonse-Léon BERGER aide-bourreau en 1863-1872



ghjermana de ZERBI 30/10/2010 14:54


Toutes les listes des bourreaux donnent SEMALIOT et non SEMATROT.


Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de septembre en cliquant ICI:

--------------------------------------

CALENDRIER DES MESSES DE SEPTEMBRE:

suivre le lien

--------------------------------------

 

 

Marché communal

mercredi 15 septembre 

place Padrona à Vico,

de 9h à midi.

--------------------------------------

Le comité des fêtes organise confection et dégustation de bastelle à Poggiolo

Dimanche 31 octobre.

--------------------------------------

 

Vacances scolaires:

- Toussaint: du 23 octobre au 8 novembre

- Noël: du 18 décembre au 3 janvier

- Février: du 19 février au 7 mars

- Pâques: du 23 avril au 9 mai

- Fin des classes: 8 juillet

 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907