Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 19:14

   L'affaire DSK a permis à la planète entière de voir, grâce aux images tournées dans le tribunal de New-York, comment procédait la justice américaine, de façon bien différente de la justice française. Il est un autre domaine où les législations sont différentes: il s'agit des droits d'auteur. Pour qu'une œuvre littéraire française tombe dans le domaine public, il faut 70 ans. Avant cette date, il n'est pas possible de la rééditer sans l'accord des ayant-droits de l'auteur. 

http://www.babelio.com/users/AVT_Charles-Maurras_4401.jpeg   Pour tourner la difficulté, certains sites internet qui veulent diffuser des ouvrages français sont domiciliés aux Etats-Unis où le délai peut être bien plus court. Il en est ainsi pour Maurras.net qui veut faire connaître les écrits de Charles MAURRAS, décédé en 1952.

    Connu pour avoir dirigé le mouvement nationaliste et royaliste de l'ACTION FRANÇAISE, cet homme politique et écrivain avait rédigé dans sa jeunesse un texte sur CARGESE. Le 17 mai dernier, Maurras.net vient de publier ce récit du voyage que fit le jeune Charles MAURRAS, intrigué par la présence d'une colonie grecque en Corse. La version initiale fut publiée en novembre 1900 dans "La Revue hebdomadaire" sous le titre "Les Cargésiennes", mais le site l'intitule "Une ville française et grecque", nom d'ailleurs donné dans le recueil "Anthinéa" de 1901.

 

    Les extraits ci-dessous ont l'intérêt de nous décrire le paysage entre TIUCCIA et SAGONE vu depuis la diligence, pendant l'été 1897. Pour les comprendre, il faut savoir que Charles MAURRAS (il avait alors 29 ans), Provençal né à MARTIGUES, était tout pétri d'hellénisme. Il tombera amoureux de CARGESE. Saviez-vous qu'AJACCIO était comparable à ATHÈNES, que TIUCCIA pouvait s'appeler ELEUSIS et que le LIAMONE ressemblait au fleuve CÉPHISE? La seconde partie du texte reproduit l'émoi que suscite en lui la vue d'une asphodèle à SAGONE.

 

    "Il est des courses plus faciles. L'aller et le retour veulent quatorze heures de diligence. Je les affrontai et fis bien. Aux régals dont je me flattais, la route en ajouta que je n'avais guère attendus. 

    Tacheté de verte broussaille et de petits bois, fourré de lentisques, de myrtes et d'arbousiers, hérissé de roches à pic, le paysage corse est fougueux. Il a le mouvement et la vie d'une terre neuve, le pittoresque tourmenté de la manière romantique. Mais à mesure que nous nous rapprochions de Cargèse, il semblait s'adoucir. Sans perdre de vigueur féconde, il gagnait quelque chose de la grâce et de la majesté de nos vieux pays. Je crus voir naître sous mes yeux cet élément de grâce fine relevée d'un grand air historique. 

(...)http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/memoire/1371/ivr94_20072a01228nuc1a_p.jpg

    La route est pratiquée sur une dentelle de caps. Celui qui porte la tour ruineuse de Capigliola (son nom véritable est CAPIGLIOLO, voir photo ci-contre) venait d'être doublé et, bien que je n'y eusse jamais mis le pied de mes jours, le paysage nouveau qui s'épanouit en ce lieu devint aussitôt familier. Il me parlait si bien que j'en pouvais nommer avec exactitude tous les cantons ; mais c'était, il est vrai, de noms bien inconnus de mes compagnons de banquettes, tous marins, boutiquiers et cultivateurs d'alentour. Chacun de ces lieux corses recevait un nom grec, pour sa parfaite identité ou du moins pour sa ressemblance inexprimable avec le coin d'Attique dont il ressuscitait la forme et la couleur. 

    Je croyais redescendre le segment de la Voie Sacrée qui commence où débouche le vallon du Mystique sur les eaux du golfe d'Athènes. Je ne sentais plus que dix stades entre la ville de Périclès et mes yeux. C'est Athènes que je quittais, non Ajaccio. Les hauteurs septentrionales, que le cocher barbare s'obstinait à nommer Lozzi, me repeignaient l'Acrocorinthe et, plus bas, de blanches maisons sur une plage figuraient, point par point, Mégare et Lefsina, qui est l'Éleusis d'autrefois. Oui, je regagnais Éleusis ! Une fièvre pieuse recommençait de battre à mes poignets et à mes tempes. Et, comme alors, la masse abrupte, nue et sévère du Parnès fermait l'horizon au levant. Si, dans la mer occidentale, mes yeux cherchaient en vain de leur mouvement machinal un îlot ressemblant à la crête de Salamine, tous les autres détails de la route corse me faisaient négliger ce vide brillant de la mer. Comme près d'Éleusis, s'élevait le parfum, mêlé de violette et de sel, qui monte des marais salants. Même teinte rouge des terres. Même direction des chemins. La composition générale du pays était aussi la même. Seulement, çà et là, quelques eucalyptus essayaient de me dérouter. 

Liamone plaine(plaine du Liamone - photo Google Maps)


    Leurs troncs échevelés qui laissent reluire par place un aubier rose pâle devinrent bientôt plus pressés. Entre la colonnade, un petit fleuve se montra. Il s'appelle Liamone et, selon l'usage commun des fleuves corses, s'égoutte dans la mer plutôt qu'il ne s'y jette. Une longue nappe sans déversoir s'est donc formée de part et d'autre de l'embouchure. Quoique l'air parût immobile, la pente des eaux presque nulle, l'étang était tout sillonné de petites rides et leur frisson se continuait à la cime des bouquets de joncs émergeants. Une pareille vue reforma tous mes souvenirs un instant désunis par les eucalyptus, et elle leur donnait un nouvel accent. Suivant le grand chemin, entre le marais du Liamone que tourmente la fièvre, et les clairs et salubres flots, il m'était impossible de ne pas évoquer sur ma gauche la mer d'Athènes et, à droite surtout, les menues flaques frissonnantes déterminées par le Céphise Éleusinien. Comme le chemin de Cargèse, la Voie Sacrée se trouve prise, en avant d'Éleusis, entre les marais et la mer.

Liamone pont(pont du Liamone en décembre 2009 - photo Google Maps)

Elle traverse le Céphise sur un petit pont de pierre analogue à celui qu'on a jeté sur le Liamone ; les antiques rhetoi bouillonnent à peu près de même manière que cette onde maigre et furieuse, mystérieusement crispée et rebroussée, comme d'une aile oblique qui courrait sans fin sous les eaux. 

    Au delà de Sagone, une longue fleur d'asphodèle, dressée sur un talus sauvage, mit le asphodèlecomble à mon illusion. Je vis plus tard que l'asphodèle est fort commune en Corse, autant que dans notre Provence. Mais, pour celle-ci, la première aperçue entre les buissons, je faillis crier de plaisir. Flétrie et durcie par l'été qui l'avait réduite à la grêle forme d'un candélabre à demi privé de ses branches, sa vue ne laissa point d'évoquer avec une vivacité extrême les beaux soirs de printemps où, du flanc de l'Hymette, je regardais le souple et élyséen arbrisseau, seul vêtement de la colline, plier avec langueur au jeu d'une brise amollie.

   Le conducteur, montrant du fouet un confus amas de rocailles brisées au penchant d'un coteau, jeta une indication :
— Paomia."

Partager cet article
Repost0

commentaires

DAVID CLEMENTI 06/06/2011 13:27


Merci de vos précisions et références, je ne connaissais que le versant collaborationniste de ce mouvement. Merci aussi pour votre blog, c'est un lien précieux pour les continentaux comme moi qui
souhaitent rester en contact avec le canton des 2 Sorru.


DAVID CLEMENTI 05/06/2011 16:40


je crois savoir que le mouvement "Action Française" n'était pas que Nationaliste et Royaliste, mais aussi fasciste, pro-nazy; ils ont été de fervents collaborateurs pendant la seconde guerre
mondiale. Je me trompe?


Blog Poggiolo 06/06/2011 12:02



L'Action Française était un mouvement nationaliste et royaliste français, qui prenait ses références dans l'histoire française. Existant depuis 1899, elle n'avait pas à copier des partis
étrangers, italien ou allemand, apparus bien après. Charles Maurras était d'ailleurs farouchement anti-germaniste. En 1940, il soutint Pétain en croyant que celui-ci empêcherait l'anéantissement
de la France mais il ne fut jamais collaborateur. Parmi les militants venant de l'AF, certains se mirent du côté de l'Allemagne comme Darnand qui fut le chef de la Milice. D'autres furent de
grands résistants comme Honoré d'Estienne d'Orves, le colonel Rémy, le général de Bénouville ou Daniel Cordier (secrétaire de Jean Moulin).


Nous profitons de l'occasion pour rappeler que ce blog n'est pas l'expression d'une quelconque tendance politique. Il publie des textes et des faits qui concernent Poggiolo et les Deux Sorru.
Ceux-ci peuvent avoir été rédigés par des personnes venant aussi bien de droite que de gauche. ce qui compte, c'est de maintenir un lien entre toutes les personnes originaires de ce coin de Corse
et de faire connaître celui-ci.



albertine 04/06/2011 10:58


C'est sans doute, sous le coup d'une intense émotion suscitée par les uniques et divers paysages corses que Maurras a employé le mot "marin" alors qu'en l'occurence le
mot "pécheur" eut été mieux adapté, ce me semble.
Pour son outrecuisance, Albertine demande pardon à
Maurras


Blog Poggiolo 06/06/2011 12:07



D'après le texte, il sembleraient que les compagnons de voyage aient été des marins au long cours d'origine corse qui rentraient chez eux pour un congé ou des marins non-Corses qui profitaient
d'une escale à Ajaccio pour visiter la région.



Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907