Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 18:00

 

Voici juste 150 ans, un véritable coup de tonnerre retentit en Corse quand on y apprit la capitulation de Napoléon III à Sedan le 2 septembre 1870 et la proclamation de la République le 4 septembre.

 

L'île avait bénéficié de nombreuses attentions de la part du neveu de Napoléon Bonaparte et en était fière, à tel point que, à Guagno-les-Bains, une plaque entretient toujours la légende de la cure suivie par l'empereur et son épouse, alors qu'ils ne mirent jamais les pieds dans la station thermale (voir l'article Napoléon Ier à Guagno-les-bains et pas Napoléon III (1/2)).

 

Le plébiscite du 8 mai 1870 avait été un triomphe: les électeurs corses avaient approuvé les réformes libérales de l'Empire par 57.892 voix contre seulement 523 non et 34 nuls.

 

 

 

POUR LA RÉPUBLIQUE

 

Le ralliement de la Corse à la République n'allait pas de soi.

 

Léon GAMBETTA, devenu ministre de l'Intérieur, eut l'idée de nommer préfet de Corse un républicain convaincu, Dominique-François CECCALDI, né en 1833 à Ota. Il connaissait donc bien le département et surtout les Deux Sevi et les Deux Sorru.

 

 

 

Dominique François Ceccaldi © Assemblée nationale

Dominique François Ceccaldi © Assemblée nationale

 

Dès le 7 septembre, le nouveau représentant de l'Etat envoya une lettre aux 363 maires insulaires pour les informer de la constitution du gouvernement de Défense Nationale et des premières mesures républicaines.

 

D'après le livre d'Ange Rovere et Jean-Paul Pellegrinetti "La Corse et la République: la vie politique de la fin du second Empire au début du XXIe siècle" (Le Seuil, 2013), quatorze communes répondirent en témoignant de leur soutien au nouveau gouvernement. GUAGNO en fit partie ainsi que: Appietto, Balogna, Bastelica, Bocognano, Evisa, Grosseto-Prugna, Guarguale, Moca-Croce, Porto-Vecchio, Sartene, Altiani, Ghisoni et Olmeto--di-Tuda.

 

Mais POGGIOLO alla plus loin en proclamant son adhésion à la République avec dix-huit autres municipalités: Petreto-Bicchisano, Pila-Canale, Rosazia, Sorbollano, Antisanti, Avapessa, Calvi, Casamaccioli, Cassano, Cateri, Corte, Montemaggiore, San-Giovanni, San-Lorenzo, San-Nicolao, Santo-Pietro-di-Venaco, Santa-Reparata et Urtaca.

 

4 septembre 1870: Poggiolo commune républicaine

 

Selon Rovere et Pellegrinetti, dans ces communes, l'acclamation de la République "est l'œuvre de maires, de conseillers municipaux ou d'une partie de la population qui, réunis en un comité communal provisoire, célèbrent la naissance d'une ère nouvelle, annonciatrice d'ordre et de liberté, par le biais de déclarations affichées sur les places publiques ou sur les façades des mairies".

 

En fut-il ainsi à Poggiolo, dont le maire de Poggiolo était, depuis mars 1867, Pierre MARTINI (1837-1907)? Nous l'ignorons.

 

Il ne semble pas que Pierre MARTINI ait fait partie des 70 maires de l'époque impériale qui furent maintenus en fonctions par Dominique-François CECCALDI, sur un total de 363, soit 19,3%. Il faut savoir que, si les conseillers municipaux étaient élus au suffrage universel, les maires étaient désignés par le chef de l'Etat pour les villes de plus de 3.000 habitants et par le préfet pour les autres. Ils correspondaient donc à l'orientation du régime en place.

 

 

 

DES MAIRES EN CASCADE

 

Les registres d'état-civil de Poggiolo montrent que, avec cinq maires en un an, la commune subit les aléas de l'instabilité politique de l'époque où le pays hésitait entre République et Monarchie.

 

Des élections municipales eurent lieu dans toute la France le 25 septembre 1870. Dans notre village, elles tournèrent à l’avantage d’Antoine François FRANCESCHETTI qui enregistra pour la première fois une naissance, le 23 décembre, avec le titre de «Maire et officier de l’état-civil».

 

Il garda ce titre jusqu’au 9 avril 1871 où une déclaration de naissance fut recueillie par Etienne PINELLI, «membre de la Commission faisant les fonctions de Maire». Il y a peut-être un rapport avec la nomination d’un nouveau préfet, Paul d’HERMOYS, nommé le 23 février par Adolphe THIERS, élu chef du pouvoir exécutif par la nouvelle Chambre des députés à majorité royaliste le 17 février.

 

 

Mais dix jours plus tard, le 19 avril, un acte de décès fut signé de nouveau par Antoine François FRANCESCHETTI en tant que maire car la loi du 14 avril 1871 avait décidé de remettre provisoirement en fonction les élus de septembre 1870, jusqu’aux nouvelles élections fixées au 30 avril. Celles-ci furent favorables à Pierre MARTINI dont le nom réapparut sur les registres municipaux le 12 mai 1871 comme «Maire et officier de l’état-civil».

 

Pierre MARTINI resta en place jusqu'en 1876. L'année suivante, 1877, fut importante car le canton de Soccia (regroupant Guagno, Orto, POGGIOLO et Soccia), qui avait élu un conseiller général bonapartiste  (François POZZO di BORGO) en 1872, choisit alors pour la première fois un républicain en la personne de l'avocat Simon UCCIANI (voir l'article "Péripéties municipales: on ne peut pas se fier au petit personnel (2/2)"). La république s'était implantée à Sorru in Sù.

 

 

L'AIGLE RÉSISTE

 

Poggiolo fut longtemps la commune la plus à gauche du canton, comme le montrèrent par exemple les élections législatives de 1914 (voir l'article "Il y a cent ans: l'originalité poggiolaise").


Mais le destin est parfois malicieux. Le premier village républicain du canton conserva un tampon avec une aigle impériale pour les documents officiels.

 

4 septembre 1870: Poggiolo commune républicaine

 

Il fallut que Pierre MARTINI envoie une lettre de réclamation au Préfet, qui, depuis le 9 août 1872, était  Antoine Charles Léon DAUNASSANSpour obtenir un modèle avec l'inscription "République française" à la fin de l'année 1872.

 

Poggiolo était vraiment devenu républicain.

 

4 septembre 1870: Poggiolo commune républicaine

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pascale & Bernard FELICITE 03/09/2020 18:04

Bien le bonjour a vous . Encore un article intéressant !! Merci pour le partage . Bernard .

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Toussaint:

Fin des cours: samedi 17 octobre

Reprise des cours: lundi 2 novembre

 

Calendrier des messes de septembre:

cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907