Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 20:30

 

Les élections déchaînent souvent les passions, pouvant aller jusqu'à des issues meurtrières, comme en 1892 (voir l'article du 4 mai).

Il est vrai que les joutes électorales ne laissent personne indifférent, même pas les hommes d'Eglise. Le Père THEVENET publie dans le numéro de mai du journal "INSEME" des extraits du mandement de l'évêque de Marseille, Mgr Eugêne de MAZENOD, à ses ouailles lors des premières élections au suffrage universel en 1848.

Le hasard a fait que, dans sa chronique historique de "La Corse - Votre hebdo" du 30 avril dernier, Paul SILVANI évoque la vie politique corse sous la Monarchie de Juillet. Il signale que l'évêque d'Ajaccio, Mgr Xavier Toussaint Raphaël CASANELLI d'ISTRIA, intervenait dans la politique et que, lors des mêmes élections de 1848, il fit "savoir aux mille curés insulaires qu'ils seraient "responsables devant Dieu et la société de tout mauvais choix qui se ferait par leur faute"". 

Une autre intervention de l'évêque d'origine vicolaise provoqua l'édition, en 1858, d'une brochure de 40 pages intitulée "Mission du prêtre corse" (cliquez sur son image). Elle avait été écrite par le bonapartiste Jean de LA ROCCA, auteur l'année précédente de l'excellente étude "La Corse et son avenir". 

mission prêtre corseJean de LA ROCCA y affirme, avec beaucoup de respect et de prudence, que l'Eglise n'a pas à se mêler de politique car "C'est épouvantable! c'est ridicule!  c'est scandaleux!". L'Eglise en subira le conséquences puisque "la guerre appelle la guerre". Le prêtre doit se cantonner à "l'exercice de la charité, (...) à la distribution des secours aux indigents".

La cause de cette publication est tout simplement l'élection cantonale qui venait d'avoir lieu dans le canton de SOCCIA et où se présentaient le candidat officiel du gouvernement (M. LECA, géomètre en chef de la Corse) et l'avocat CASANELLI, neveu de l'évêque.

Jean de LA ROCCA dénonce la pression exercée par le clergé. L'évêque aurait procédé à une véritable mobilisation générale.

"Le canton de Soccia, entre autres, a reçu la battue de plus de cinquante prêtres qui allaient de porte en porte, de chaumière en chaumière, de ferme en ferme, de village en village, endoctrinant les paysans, faisant des promesses, donnant telle ou telle couleur à la mission du candidat qu'ils patronnaient. 

Ils faisaient la leçon à la femme, à la jeune fille; ils séduisaient le père, la mère , pour assurer leur succès auprès du fils. Ils ne craignaient pas d'aller trouver l'électeur au milieu des champs, à sa bergerie, le jour comme la nuit, aux heures de son travail, et là de mettre en usage tous les moyens pour lui faire accepter un bulletin que sa conscience repoussait peut-être."


Il produit un document montrant ces pressions:

"Qu'on juge, par exemple, la lettre suivante, écrite par un curé à son cousin, à l'occasion de ces élections. Elle est curieuse et elle donne une idée du caractère de cette lutte. Je la copie textuellement sur l'original.

    « Caro cucino,

   Ricordatevi che il curato di ... vostro cucino è quello che viscrive per sapere se voi 10 mancarete iD quest occasione. 10 dunque intendo da voi come cucino che voi non mancarete di darmi il vostro voto e cercarete degli altri per l'avvocato Casanelli sola persona che io ho in questo monda.
«Oggi e il momento che io riconosca i miei parenli vi saluto e mi dico il vostro cucino Corso.
«D ..... , curato .
“ C .•. , 17 aprile 1858. “


L'auteur est du coin (il est le filleul de la Vicolaise Cécile Multedo, à qui il dédia un
Épithalame, et il fut enterré à Vico en 1883). A ce titre, il peut donner un exemple d'une "scène scandaleuse" dont il a été témoin, mais sans préciser dans quel village:

"Voyez-vous un curé de village réunir son peuple à la seule, mais fausse, nouvelle de la victoire de son candidat, pour chanter un Te Deum en l'honneur de ce succès? Le voyez-vous suspendre de ses fonctions le caissier de la fabrique, parce  que celui-ci voulait attaquer l'auteur de cet acte irréligieux en dommages et intérêts pour avoir brûlé les cierges de l'église?"

 

Autre moyen utilisé et qualifié de "fait déplorable": l'utilisation des séminaristes.

"Au petit séminaire de Vico, dans cette pépinière de jeunes prêtres où l'on doit former à la fraternité, à l'amour de tous les hommes le cœur du lévite, où on doit chercher à diriger toutes ses vues vers le ciel et l'éloigner de plus en plus des misérables passions de ce monde, qu'ont fait les professeurs, ces hommes sacrés, touchés de l'esprit de Dieu, les plus éclairés d'entre les prêtres, puisqu'ils concourent à les former? Ont-ils casanellienseigné le dogme ou la morale à leurs élèves? Les ont-ils pénétrés des préceptes du Seigneur? ont-ils attiré sur ces jeunes intelligences les lumières de l'Esprit-Saint? 
Non, ces hommes s'occupaient d'élections. 
Ils ont réuni leurs élèves, et ils leur ont dit: « Laissez en ce moment l'œuvre du ciel, et faisons l'œuvre de la terre. Dieu veut que vous n'ayez parmi les hommes que des frères; eh bien, il faut y voir des ennemis: un tel est notre ennemi, notre rival, notre compétiteur. Dieu commande la paix, allez faire la guerre.”
Et ils sont partis, ces jeunes adeptes; ils ont franchi les montagnes, animés d'une ardeur, d'une passion coupables. Ils ont fait leurs premières armes dans la vie de la prêtrise; ils ont conquis quelques votes! Et les voilà plus satisfaits de ce petit triomphe que s'ils avaient converti tous les barbares ou sauvé toutes les âmes de ce monde! "


Le fait est exact. Mgr CASANELLI d'ISTRIA décida de mettre fin à l’année scolaire un mois plus tôt que d’habitude afin de permettre à une douzaine de séminaristes de Vico d’être sur place pendant la campagne électorale et pour voter.


La brochure se termine par une adresse à l'évêque pour que le clergé ne sorte plus de son rôle religieux et caritatif.

On pourrait dire bravo! Voilà un bel exemple de la laïcité telle qu'elle triomphera plus tard sous la Troisième République.


Oui, mais, mais...  

...Mais il faut resituer l'événement dans son contexte.

 

En 1856, Mgr CASANELLI avait décidé de sévir contre les unions illégitimes et prit  des mesures d'une extraordinaire sévérité comme l'excommunication majeure. 

Il réussit ainsi à légitimer environ deux mille unions, mais  NAPOLÉON III lui-même s'était cru indirectement visé parce que justement un de ses cousins, le prince Lucien BONAPARTE, voulait se remarier avec une riche Anglaise avec qui il vivait. Il demandait donc l'annulation de son premier mariage. En vain Lucien BONAPARTE avait-il demandé l'appui de Mgr CASANELLI pour obtenir une sentence d'annulation de ce mariage par Rome. Par la suite, l'empereur, dont Jean de LA ROCCA était un fidèle, eut toujours une attitude très froide envers l'évêque alors que son règne fut très bienveillant pour la Corse.


De toute façon, une telle agitation ne servit pas à grand-chose. Etienne LECA fut conseiller général du canton de Soccia pendant presque tout l'Empire, jusqu'en 1867 où le prince Napoléon-Charles fut élu (mais il préféra représenter le canton d'Ajaccio), puis ce fut le tour du comte François POZZO di BORGO.


Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Tempi fa
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Le calendrier poggiolais

 

Début des vacances d'été: samedi 8 juillet midi.

Festival Sorru in Musica: du 21 au 30 juillet.

Fête de saint Roch: mercredi 16 août.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907