Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 18:00

"La bouchère qui résiste contre la désertification"

-------------------------------------

C'est sous ce titre que "Corse-Matin" a publié lundi 17 juin 2013 l'article suivant, signé J-M F, décrivant les tournées dans les villages de Pierrette MALATESTA, la bouchère de Vico.

----------------------------------------------


Le tissu commercial dans le milieu rural s'est effiloché au fil des ans depuis une trentaine d'années. Le petit commerce a subi un bouleversement considérable comme on peut le constater dans les villages de montagne. Les bonnes volontés et les irréductibles luttent chacun à leur manière contre cette inexorable mutation.
Aussi, les initiatives deviennent de réelles bouées de sauvetages, des bouffées d'oxygène pour les populations fragilisées parce que souvent plus âgées.

« Un rituel immuable »

Il y a ceux et celles qui, contre vents et marées, ont décidé il y a bien longtemps de faire de la résistance.
Aussi, dans le canton des Deux Sonu, notamment au départ de Vico, les commerçants parmi lesquels, le boulanger tous les jours, l'alimentation deux fois par semaine, l'épicerie une fois, vont dans les villages à la rencontre des habitants afin de leur proposer leurs produits de consommation. Et puis on trouve Pierrette, la bouchère, une de ces inusables colporteurs.

Cette commerçante vicolaise sillonne depuis des années les chemins de campagne, les routes du canton, au volant de son moderne camion-magasin. Un véhicule frigorifique, pour la conservation de la viande et de ses dérivés, étal et autres armoires réfrigérées répondant aux normes imposées par les services de santé.
Son aménagement a été pensé au millimètre près, afin que rien ne manque. Du lundi au samedi, le rituel est immuable. La dynamique bouchère, avant de s'élancer sur les routes de montagne, au petit matin, prépare dans son laboratoire de découpe les viandes de toutes catégories, les conditionne. Pierrette, pour sa fidèle clientèle d'hiver comme d'été, prépare de succulents plats cuisinés, appréciés par tous.
Notamment par les personnes dépendantes pour lesquelles, depuis des années, les collectivités et services sociaux locaux permettent le port du repas à domicile. Pierrette Malatesta connaît les habitudes de chacun, leurs goûts, leurs besoins.
Au rythme des saisons quelles que soient les conditions climatiques, elle effectue sa ronde de hameaux en villages en sachant les villageois, heureux d'un service primordial de proximité.

J.-M.F.

P.S.: La camionnette de Pierrette passe à Poggiolo chaque samedi. Pour les commandes: 04-95-26-64-91 / 06-84-18-81-17

Pierrette fait de la résistance

Plusieurs fois, ce blog a présenté le reportage du journal de TF1 sur les commerçants ambulants à POGGIOLO et SOCCIA. Cet article est l'occasion de vous conseiller, encore une fois, de regarder cette vidéo. Vous y retrouverez Pierrette dans son véhicule et chez une cliente de SOCCIA.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 18:01

Que vous les ayez râtés ou non lors de leur diffusion sur Arte, les cinq épisodes du reportage "La Corse, beauté sauvage" valent la peine d'être vus et revus.

Les voici. En cliquant sur l'image correspondante, vous pourrez les admirer sur le blog des Poggiolais.

La Corse, beauté sauvage n° 1

Espace vierge et dernier refuge sauvage, la montagne Corse est un lieu où se tissent des liens entre passé et présent. Ces territoires rudes, parcourus et habités par les bergers et leurs bêtes, sont arpentés dès le printemps par des cohortes de randonneurs venus du monde entier. De bergers, les Corses deviennent muletiers, guides de haute montagne, gardiens de refuge et parcourent eux aussi le fameux GR20. Pendant que certains pratiquent l'escalade le long de ce sentier, des Corses y chassent encore la fameuse bête noire du maquis, le sanglier.

La Corse, beauté sauvage n° 2

Des hauts tombants de roches volcaniques rouges du côté occidental aux innombrables baies de la plaine orientale, le littoral corse jouit d'une grande diversité de paysages. De nombreux sites classés au patrimoine mondial de l'humanité jalonnent la côte et tout autour de l'île les réserves naturelles constituent des refuges pour les oiseaux migrateurs, ou abritent des espèces rares comme la réserve marine de Scandola, véritable sanctuaire marin.

La Corse, beauté sauvage n° 3

Symbole de la Corse, le maquis recouvre plus de la moitié du territoire insulaire. Un milieu impénétrable, luxuriant et odorant qui émerveille lors de son fleurissement printanier. Mais sans l'intervention de l'homme et de l'animal, le maquis recouvre rapidement les terres et fait disparaître les sentiers. Un paysage que les Corses ont réussi à apprivoiser. Les hommes cultivent l'emblématique olivier, récoltent la châtaigne pour nourrir hommes et bêtes et exploitent la vigne depuis l'Antiquité pour produire des vins désormais reconnus dans le monde entier.

La Corse, beauté sauvage n° 4

Entre cimes et rivages, le relief corse révèle un dédale de vallées innombrables et irriguées de cours d'eaux. Pendant des siècles, le destin des Corses était lié à cette terre "entre mer et montagne". Ils y ont gagné leur existence, en faisant aller et venir leurs troupeaux de la plage aux alpages au gré des saisons. De nos jours, l'homme tente de maintenir dans ces territoires morcelés une activité et un savoir-faire artisanal comme la fabrication de fromages et de charcuteries traditionnelles qui font la renommée de l'île et son art de vivre. Du Liamone au Rizzanese, en passant par la Restonica, les vingt-quatre rivières qui couvrent plus de la moitié de l'île sont devenues depuis quelques décennies un bon moyen pour parcourir les fonds de vallées préservés et sauvages.

La Corse, beauté sauvage n° 5

Tour à tour grecque, romaine, chrétienne, menacée par les sarrasins, la Corse est une terre de mémoire. Des villages perchés (le paese, celui qui protège) sur les montagnes aux villes fortifiées aux allures italiennes, les implantations architecturales en Corse ont toujours un rapport à l'ailleurs... Des 90 tours génoises prévenant des dangers qui viendraient de la mer aux maisons d'Américains, ces immenses demeures construites par ceux qui firent fortune aux Amériques, le patrimoine corse témoigne de toute l'histoire de l'île.

Partager cet article

Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 15:16

La série d'émissions sur "La Corse, beauté sauvage" est une réussite. Comme l'a écrit Edmond Simeoni:

Emission exceptionnelle de Arte sur la Corse les 13-14-15-16 et 17 mai 2013, à 19h. Loin des clichés, des poncifs, des attaques venimeuses émanant de très rares pseudo-journalistes, la Corse apparaît dans sa beauté confondante, la diversité exceptionnelle de ses sites et l'authenticité de son peuple. Arte nous réconcilie avec la télévision, trop souvent médiocre, destinée à la consommation et nivelant la société par le bas. Bravo et merci!

Docteur Edmond Simeoni

Président de Corsica Diaspora

Blog d'Edmond Simeoni

Si vous n'avez pas eu la possibilité de les regarder lors de la première diffusion, vous pouvez encore en profiter demain samedi après-midi. Les cinq reportages vont être diffusés à la suite:

- L’île verticale (1/5) à 12h30

- Entre mer et vents (2/5) à 13h15

- La Castagniccia et le Parc Régional de Corse (3/5) à 15h25

- Ajaccio et la réserve naturelle (4/5) à 16h10

- Une terre de mémoire (5/5) à 16h55

De quoi faire oublier le temps maussade et toutes les autres mauvaises nouvelles.

Partager cet article

Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 17:35

Texte rédigé par Charles Monti sur le site http://www.corsenetinfos.fr/​ le Lundi 29 Avril 2013.

Si tout le monde s’accorde à dire que la Corse figure parmi les plus belles îles du monde, c’est qu’elle jouit d’un patrimoine naturel et culturel exceptionnellement riche et original. Elle recèle d’une extraordinaire diversité de paysages. et en s’éloignant des zones touristiques il existe des lieux sauvages, fantasmatiques et peu explorés.

Loin des clichés récurrents, cette série documentaire vous emmène à la découverte d’une nature et d’hommes hors du commun. une aventure de longue haleine puisque l’île est filmée sur plus d’une année entière. Et aux 4 saisons, la Corse n’offre jamais le même visage. "La Corse, beauté sauvage", série documentaire signée Jean Froment, est une coproduction : arte G.e.i.e., What’s up films, avec le Soutien de la collectivité territoriale de Corse, avec la participation du centre national du cinéma et de L’image animée.

Une semaine de vraie Corse sur Arte

Voici le programme de cette semaine corse sur Arte

- Lundi 13 mai à 19 heures: "L’île verticale"

Morceau des Alpes et des Pyrénées dérivant en Méditerranée, la montagne corse est un monde de cimes, d’aiguilles, d’escarpements et de roches anciennes aux déclivités impressionnantes. Espace vierge et dernier refuge du sauvage, la montagne corse est le lieu où se tissent les liens entre passé et présent.

- Mardi 14 mai à 19 heures: "Entre mer et vents"

Chaque année c’est le raz-de-marée estival des touristes convoitant ses criques et ses plages. Mais le littoral corse reste un espace d’une grande diversité, strucurés par les forces élémentaires de la nature, entre mer et vents. Tout autour de la Corse, nombreux sont les sites classés au patrimoine mondial de l’Humanité ou protégés comme réserves naturelles. La mission de l’homme est de maintenir indemne les visages de ces territoires, qui sont aussi des refuges pour les oiseaux migrateurs, abritent des espèces rares ou sont des sanctuaires marins comme la réserve marine de Scandola.

- Mercredi 15 mai à 19 heures: " Le monde végétal"

Symbole de la Corse qui couvre entre la moitié et les deux tiers du territoire insulaire, le maquis est ce milieu impénétrable, luxuriant, vivace et odorant qui émerveille dans son fleurissement printanier. En contrepoint de cet univers sauvage, rustique et parfumé, les hommes cultivent l’emblématique olivier dont ils tirent l’or jaune de la Corse.

- Jeudi 16 mai à 19 heures "Des vallées et des hommes"

Entre cimes et rivages, le relief corse révèle un dédale de vallées innombrables et irriguées de cours d’eaux. Pendant des siècles, les hommes ont eu leur destin lié à cette terre « entre mer et montagne ». Ils y ont gagné leur existence, en faisant aller et venir leurs troupeaux de la plage (l’hiver) aux alpages (l’été). Elément des paysages, l’eau est l’autre richesse de la Corse, celle qui a permis au monde rural de se développer et de vivre dans les territoires de montagne. Ici coulent le Liamone, le Rizzanese, la Gravone, le Taravo, le Golo, le Tavignano, la Restonica… 24 rivières qui couvrent plus de la moitié de l’île.

- Vendredi 17 mai à 19 heures "Une terre de mémoire"

Tour à tour grecque, romaine, chrétienne, menacée par les Sarrasins, la Corse est une terre de mémoire. Vestiges de pierres depuis la première occupation humaine, traces d’habitations et de cultures pour qui est capable de relever les indices, les implantations architecturales en Corse ont toujours un rapport à l’ailleurs… Un patrimoine qui témoigne de toute l’histoire de l’île.

C'est donc une découverte inédite de la Corse à travers ses éléments, ses matières, sa nature brute que propose Arte durant une semaine.

On a hâte de voir…

Partager cet article

Repost0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 18:03

    Le 29 août est la date traditionnelle du pèlerinage de Saint Elisée. Depuis les années 1960, la fête de ce saint a été déplacée dans le calendrier catholique au 14 juin. Mais, chez les Sorrinesi, les traditions sont plus fortes que les décisions vaticanes.

    Donc, à la fin du mois d'août, se déroule la messe à la chapelle qui porte le nom du disciple et successeur du Prophète Élie, fidèle au Dieu unique d'Israël, face aux cultes païens de Baal et d'Astarté.

 

St Elisée chapelle

 

   Le problème est que ce bâtiment se trouve à 1511 mètres d'altitude, au sommet du Monte Sant'Eliseo qui domine le lac de Creno. Il faut donc, depuis Soccia ou Orto, monter en suivant un étroit sentier. L'effort n'empêche pas les pèlerins d'être toujours nombreux. La cérémonie religieuse se termine par un apéritif et un pique-nique sur place ou autour du lac.

   Mais, parfois, au moment de Saint Elisée, la religion n'est qu'un prétexte pour faire une marche en montagne. Cet aspect de cette journée peut être illustré par le film ci-dessous.

   Il montre François ORAZY, Bernard et Michel FRANCESCHETTI le 29 août 1968. La nuit précédente avait été bien remplie par une sopracena (repas en plein air et en pleine nuit) aux Trois Chemins.

 

sopracena

 

   En rentrant à Poggiolo, ils rencontrèrent la voiture de l'abbé MILLELIRI, curé de Soccia et Poggiolo, qui allait à Orto pour gravir la montagne et qui crut que ces jeunes (entre 17 et 19 ans à l'époque) partaient pour le pèlerinage. Du coup, pour montrer de quoi ils étaient capables, ils décidèrent d'y aller.

   Après un bref repos (pas même deux heures de sommeil), ils partirent au petit jour,  après avoir mis un peu de saucisson et de pain dans un sac et sans oublier d'emporter la caméra Ercsam (voir ici l'article sur cet appareil) qui a permis d'avoir ces images. La route jusqu'à Soccia se fit bien évidemment à pieds. Puis, ce fut la montée sous les châtaigniers au-dessus du village (car la route jusqu'à Croce Maior n'existait pas, de même que la pizzeria) pour rejoindre le chemin de Creno. Mais le trio n'eut pas la force ni l'envie de monter jusqu'à St Elisée et il resta sur les bords du lac.

   Le film, non sonorisé, montre que les Poggiolais furent ensuite rejoints par des Socciais, dont certains peuvent être reconnus, et que ce fut un bon moment de détente. En le visionnant, vers 1 minute 30, on peut distinguer la soutane du curé qui avait gardé le costume ecclésiastique traditionnel pour cette ascension.

   Les drapeaux tricolores peuvent surprendre mais ils venaient de la décoration qui, à Soccia et à Guagno, marquait l'élection, quelques jours plus tôt, de Jean GAFFORY comme conseiller général.

   Une vue panoramique permet de distinguer, vers 1 minute 50, la bergerie de l'Arate, car le groupe filmé (le trio s'était dissocié) ne rentra pas par le sentier habituel mais en suivant la rivière.

   Et merci à saint Elisée de donner l'occasion d'une bonne sortie en montagne!

 

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 18:37

Les vacances de Pâques donnent un avant-goût des vacances d'été. Les prévoyants ont déjà fixé leurs dates et réservé leurs places pour partir en juillet ou en août. Mais beaucoup n'ont pas encore décidé où ils pourront se reposer.

Nous leur suggérons un lieu qui a de grands avantages par le moyen d'un petit film (intitulé "Rencontre spirituelle" ou "Le dalaï-lama m'a dit") qui est aussi un clin d'oeil imaginant que tradition corse et sagesse bouddhiste pourraient se rencontrer.

Vous pouvez le voir ci-dessous ou sur Youtube.

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 07:59
La vidéothèque poggiolaise s'est enrichie depuis une semaine d'un nouveau film de la série "Poggiolo pas à pas". Après la salle des fêtes et A Vazzina, c'est au tour de U FRAGNU.
Cette partie du bas du village est ainsi nommée car un moulin s'y trouvait autrefois. Elle correspond aussi à la bifurcation, indiquée par une croix en bois, entre les routes d'ORTO et de SOCCIA. Regardez les images de cet espace réduit mais dense.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 23:27

Le reportage de TFI diffusé ce jour montre l'importance du lien social entretenu par les commerçants ambulants. Mais il insiste aussi sur leur difficulté à subsister.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 14:21

Le 15 août est le jour de l'Assomption de Marie. La procession réunissait autrefois pratiquement tout le village, dans un ordre bien précis comme le montre ce film datant de 1966. Elle a été maintenant totalement évincée par la procession de la Saint Roch, à qui est dédiée la chapelle du centre de Poggiolo et dont (hasard du calendrier) la fête est le 16 août.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907