Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 20:03
Photographier l'ensemble du village de Poggiolo est une opération délicate car, si le viseur arrive à voir toutes les habitations, il n'englobe pas forcément l'église qui est tout en haut. L'église Saint SiméonPoggiolo domine les maisons alors que la chapelle de Saint Roch est difficile à distinguer.

L'histoire de ce bâtiment a été décrite dans un article de Xavier PAOLI publié dans le numéro 1 de "L'info... U Pighjolu" (février 2007) et que nous reproduisons ici.

"L'église St Siméon telle qu'elle apparaît à nos yeux n'est pas très ancienne. Elle date d'à peine plus d'un siècle.
Par contre l'édifice qui l'a précédée et qui, selon toutes probabilités, se trouvait à cet endroit même, était d'un âge beaucoup plus vénérable.
En 1587, Monseigneur MASCARDI, évêque du Nebbiu, lors d'une visite apostolique, indique qu'elle fait office d'église pièvane pour la piève de Sorru ln sù ...
On y administre le Sacrement du Baptême pour tous les habitants des villages environnants. C'est un monument de dimension à l'aspect bien modeste: il n'y a pas de fenêtre, le sol est en terre battue, le toit en bardeaux ne protège que partiellement de la pluie, il n'y a pas de clocher, les deux cloches sont suspendues à un arbre.
Cependant l'évêque la juge convenable, et ajoute : "Qu'aux jours solennels on célèbre dans cette église, à la satisfaction de tous les habitants de la piève".
Comme partout ailleurs, elle sert aussi de sépulture, d'abord à même le sol, et un siècle plus tard lorsqu'on aménagera
un pavement de pierres, on laissera trois ouvertures avec dalles pour les trois "arce".(cf l'article consacré à l'arca: ICI)
(...)
St Roch +village Il semble que l'Eglise St Siméon, pour diverses raisons, ait été abandonnée durant plus d'un siècle et que la chapelle St Roch située au centre du village, ait pris le relais.

En 1863, le conseil de fabrique de l'époque décida la reconstruction ou plutôt l'édification d'un nouvel édifice.
Le premier argent fut apporté le 4 octobre 1863 par la vente de la "casa chjegale" (presbytère).
Muni de ce premier viatique, la communauté villageoise entama alors un véritable marathon d'opiniâtreté et de volonté qui dura pratiquement 50 ans.
Chaque famille donna soit de l'argent, mais il y en avait peu, soit une part de récoltes : tabac, huile, farine de châtaigne, bétail ...
Il y eu des moments de profond découragement, mais jamais il ne fut envisagé de baisser les bras.
Après bien des vicissitudes, on vint à bout de gros oeuvre le 04 octobre 1874, fête de notre Dame du Rosaire.
Le curé Pierre-Jean OTTAVY, desservant de la paroisse, spécialement délégué par Monseigneur l' évêque François-Xavier André de GAFFORY, bénit l'église reconstruite. Mais il reste encore beaucoup à faire et, dans une lettre émouvante datée du 07 juillet 1889, le Président du conseil de fabrique, en désespoir de cause, envoie une supplique au ministre des cultes où il dit : "Les habitants, épuisés par les sacrifices énormes qu'ils se sont imposés dans le but d'avoir une église, ne peuvent plus rien donner,clocher sommet.jpg malgré toute leur bonne volonté". Avec ou sans subvention, on décide pour la décoration de s'adresser au peintre Jean-Noël COPPOLANI de Marignana.
Celui-ci, l'argent manquant, fut le plus souvent rétribué en victuailles diverses: décalitre de pommes de terre, vin, tabac, huile, farine de châtaignes, cabri ...
Mais il mourut avant d'avoir terminé et fut remplacé par Jean-baptiste BASSOUL qui mit un point final à la décoration de l'édifice en 1903.
Puis vint la construction du clocher, la fonte des trois cloches.

Les statues furent, pour la plupart, offertes, selon l'usage, par les familles, qui voulaient ainsi honorer leur Saint Patron.

Aussi après tant d'efforts et de privations, nos ancêtres nous ont laissé ce legs sacré en témoignage de leur foi et de ce que peuvent les hommes lorsqu'ils joignent leur volonté dans un but commun.
Puissions-nous en tirer des leçons .."


N'oubliez pas: la fête de saint Siméon aura lieu le 28 février.

Partager cet article

Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:21
Malgré son nom bien continental, M. Pierre PUGET, principal du collège de Vico, tient à montrer que son établissement est bien enraciné dans la micro-région.
Il a ainsi eu l'excellente initiative de publier une carte de vœux de nouvel an avec comme illustrations des cartes postales anciennes de plusieurs des villages liés à ce collège.
Dans le sens des aiguilles d'une montre, autour de la photo du collège: Guagno-les-Bains, Vico, Cargese, Piana, Porto, Sagone, Evisa.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
     voeux P. PugetSite du collège: http://web.ac-corse.fr/clg_borrossi/ 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 16:55
    Il n'était pas possible de parler des traditions de la fête des morts (voir le premier et le second article du 1er novembre) sans évoquer le lieu où ceux-ci reposent. Et, en Corse, les sépultures se firent dans le cimetière mais aussi  dans l'arca.
    L'arca était une tombe collective, sorte de chambre souterraine voutée à orifice étroit fermé par une dalle de pierre, accolée à l'église ou creusée sous celle-ci. Elle permettait aux croyants d'être le plus près possible de l'endroit le plus sacré du village et elle renforçait le sens de la communauté, unie ici et maintenant comme pour l’éternité. C'est à partir du XVème siècle que s'est répandue, en Corse, la pratique des enterrements dans les églises.

L'arca poggiolaise
    Cette coutume fut pratiquée à Poggiolo comme le prouvent les rapports des visites apostoliques effectuées par les évêques (de Sagone ou du Nebbio) ou de leur délégué (documents étudiés par le Père DOAZAN).
    Si en 1587 et en 1589, Mgr MASCARDI écrit que "le cimetière entoure l'église", il mentionne déjà l'existence de l'arca de Vico. Mgr COSTA décrit un siècle plus tard, en 1698, dans le village, un "pavement de pierre avec trois ouvertures d'arca avec trappe de pierre". Ces trois ouvertures signifient qu'une était destinée aux hommes, l'autre aux femmes et la dernière aux enfants. Mais, en 1702, le même Mgr COSTA note que "le cimetière est pourvu d'une croix et bien enclôs"
    Il est vrai que la sépulture en arca n'était pas bien vue des autorités ecclésiastiques. Ainsi, dès le XVI° siècle, la constitution de Mgr SAULI, évêque d'Aleria, imposait d'ensevelir les morts dans les cimetières et non dans les églises, à moins d'avoir la permission de l’évêque.
    En 1776, un Edit Royal interdisait les sépultures dans les églises insulaires, et en 1789 un Décret de la Révolution ordonnait la création de cimetières, sans grand succès en Corse.
        Les registres de catholicité de Poggiolo permettent de distinguer deux périodes:
       - de 1729 à 1756: l
es inhumations ont toujours lieu "dans l'église" (les registres utilisent  les termes "arca", "nel pavimento", "attraco");
        - après 1770 et jusqu'en 1792, les documents précisent:
            + "nel grande sepultura", c'est-à-dire dans l'arca collective
                                             ou
           + "nel picola sepultura" ou "nel cimeterio", donc en tombe individuelle.

Vers la suppression de l'arca

    Mais, au nom de l'hygiène, les décisions administratives se succédèrent. Par Décret en date du 23 Prairial An XII (12 Juin 1804), Napoléon imposait l'établissement de cimetières loin des églises et à plus de 40 mètres des habitations en France. Les Edits préfectoraux de 1810-1812 confirmaient les textes précédents, mais avec des mesures coercitives. Cependant, des problèmes financiers importants ne permettaient pas aux communes de s'y conformer sur le champ. En 1830, le Préfet de Corse Jourdan du Var ordonnait la fermeture de toutes  les "arce", mais leur usage devait perdurer encore de nombreuses années.
   L'arca du couvent de Vico servit à enterrer les 40 habitants d'Arbori victimes du choléra en 1816. Dans une autre partie de la Corse, celle de Zevaco fut exceptionnellement réutilisée pendant l'épidémie de grippe espagnole, de mai 1918 à janvier 1919. Elle est maintenant classée monument historique.
    Il est difficile de donner la date exacte de l'abandon de l'arca de Poggiolo.
    Pour Soccia, où il existait aussi une arca en deux ou trois parties, l'étude publiée voici quelques années par Jean-Baptiste PAOLI indique que la première inhumation dans le cimetière communal eut lieu en 1812.

Saint Siméon contre l'arca
    En tout cas, le prestige de l'arca dura longtemps comme le prouve l'anecdote de la destruction de l'ancienne église de Saint Siméon.
    L’évêque d’Ajaccio avait accepté la destruction de l’église (décidée par le conseil de fabrique de la paroisse en 1863). Mais rien ne se fit immédiatement. Finalement, un dimanche, à la sortie de la messe, Jean-Antoine FRANCESCHETTI (1831-1922) demanda: «Alors, on la détruit ?». Personne n’avait l’air décidé, car dans l’église se trouvait toujours la fosse de l’arca et y touchait semblait sacrilège. Finalement, quelqu’un dit à Jean-Antoine de commencer. On lui donna une pioche. Il attaqua le mur avec résolution. Au bout d'un moment, un, puis deux autres, puis tout le monde finit par faire comme lui et l’église fut démolie. A sa place, fut construite l’actuelle église Saint Siméon.
    Aujourd'hui, il ne reste plus rien de l'arca, même pas la dalle qui la recouvrait (le couvent St François conserve des dalles de certaines familles vicolaises).
 
    Le cimetière de la commune ne fut pas accepté facilement et certaines familles utilisèrent leurs propres propriétés pour inhumer leurs parents, les plus aisées édifiant même des chapelles funéraires isolées mais pas trop loin de l'église. Ces bâtisses affirmaient la puissance de ces lignées, et aussi permettaient de rendre les terrains inaliénables. "On ne vend pas les morts !", comme dit un proverbe.

    Visibles ou invisibles, les morts restent parmi nous et leurs tombeaux nous montrent d'où nous venons, quelles sont nos racines. Nous sommes les héritiers d'une histoire et d'une communauté.


Bibliographie:
    - "Le couvent Saint François de Vico" par le R. P. Louis DOAZAN (ed. Alain Piazzola)
    - "Soccia. Santa Maria delle grazie. A nostra ghjesgia" par Jean-Baptiste PAOLI (dactylographié, avec l'aide d'"A Mimoria")

Partager cet article

Repost0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 15:59
Tout le monde connaît la boutique Fieschi qui est à Vico, à l'endroit le plus resserré du cours Joseph Colonna, et qui est a un véritable rôle de service public.
Elle a la seule pompe à essence de l'intérieur du canton. Sans elle, il faut aller se ravitailler à Sagone. Les fumeurs peuvent  y trouver leurs cigarettes, les joueurs des jeux de grattage, les touristes des souvenirs et des serviettes de plage.
A l'entrée du magasin, il existe même un centre de documentation sur l'histoire corse sous la forme d'un petit éventaire de plusieurs dizaines de livres. Ceux-ci sont essentiellement des réimpressions d'ouvrages écrits au XIX° siècle ou au début du XX° et ont été réédités par les Editions LACOUR, spécialisées dans le régionalisme. Vous pouvez ainsi lire une description des bains de Guagno ou la vie du bandit SPADA.
Profitez-en tant qu'il en reste à Vico. Autrement, vous pouvez voir le catalogue complet de cet éditeur sur son site internet:
http://www.editions-lacour.com/corse-8-131.php

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 08:36

 

 

Votre blog a le plaisir de publier un bref historique du village avant 1914. Ce texte a été écrit par Xavier PAOLI qui fait actuellement un  travail de recherche historique de grande qualité sur Poggiolo.
Pour le lire, vous allez sur la colonne de droite de cette page et, dans la rubrique "Pour nous connaître", vous cliquez sur "Histoire abrégée du village avant 1914" ou bien vous cliquez directement ICI.

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907