Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 17:47
INSEME d'avril: numéro spécial épidémie
Ce mois-ci, l’équipe d'Inseme a voulu que le bulletin inter-paroissial continue à maintenir un lien les communautés des Deux Sorru, comme il l'a toujours fait chaque mois depuis sa création.
A l'initiative de Nathalie, nous avons concocté un "Inseme" d'avril en version numérique que vous trouverez en pièce jointe.
Afin qu'il parvienne au plus grand nombre, nous vous remercions de bien vouloir le faire suivre aux personnes dont nous n'avons pas les coordonnées emails et dont vous pensez qu'elles seraient intéressées.
Merci à vous.
Bonne lecture !!!
 
 
Principaux articles:
- en guise d’éditorial, une "notice optimiste» de l’écrivaine italienne Ottavia CASAGRANDE
- Billet spirituel du Père Michel BRUNE
- «Bernard Ramay nous a quittés» par Annie ABBAMONTE
- La vie de Saint Roch et sa présence dans les Deux Sorru , par Michel FRANCESCHETTI
- La soirée Pulenda du 15 février, par Fabienne FABRE
- «Trouver l’équilibre pour éviter les risques associés au confinement» interview de François-Aimé ARRIGHI, directeur de l’EHPAD de Vico et du FAM de Guagno-les-Bains
- «Apprivoiser sa peur» par Nathalie PRÉVOST
 
Cliquez sur le lien du fichier:

Partager cet article

Repost0
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 19:13

Le bulletin interparoissial "Inseme", qui est un lien important dans nos villages depuis vingt ans, ne sera pas imprimé en avril. Il paraîtra mais, étant donné les circonstances, pour la première fois, sous une forme uniquement virtuelle, en version électronique. Le blog des Poggiolais participera à sa diffusion.

 

Lisez l'article paru aujourd'hui sous la plume de Pascale CHAUVEAU.

----------

 

Si certaines communautés religieuses vivent habituellement cloîtrées, ce n’est pas le cas des pères Oblats de Marie Immaculée de Vico. Une congrégation de missionnaires, aujourd’hui confinée elle aussi, qui a en charge toutes les paroisses du canton des Deux Sorru.

Le père Michel Brune est le supérieur de la petite communauté du couvent. Il applique les consignes envoyées régulièrement par l’évêque d’Ajaccio. Dont celle du 19 mars, relative à la célébration des obsèques : « Nous ne faisons plus de célébration dans les églises, mais directement au cimetière, en respectant les distances de sécurité avec une assistance réduite à la famille proche et quelques intimes, et la messe habituelle est remplacée par une absoute d’environ un quart d’heure. Il y a une dizaine de personnes au maximum. Une seule fois, un groupe de trois chanteurs a tenu malgré tout à chanter au début de la célébration, puis le Dio vi Salve Regina à la fin ».

 

INSEME d'avril sera publié uniquement sur internet

 

Le mensuel Inseme diffusé par mail

Les dernières obsèques célébrées n’avaient aucun lien avec le coronavirus. Mais le père Michel pense avec émotion à toutes les victimes italiennes, incinérées par l’armée. « C’est catastrophique ! »

Toutes les activités habituelles des pères sont à l’arrêt : préparations de mariages, baptêmes, communions, catéchisme, réunions paroissiales… « C’est le grand silence. Tous les bruits ont cessé autour du couvent », observe le père Grégoire Skikki, confiné mais confiant. « Je me sens impuissant. J’aimerais pouvoir communiquer pour pouvoir donner des signes d’espérance, mais aucun des pères ici n’est expert sur internet ».

Il aurait par exemple aimé pouvoir annoncer sur le web l’initiative du pape que tous les chrétiens du monde récitent un Notre Père, hier, et que toutes les cloches allaient sonner ce même jour à 19 h 45.

Depuis 20 ans, le couvent publie Inseme, un petit mensuel diffusé gratuitement dans tout le canton, et envoyé par courrier à la diaspora. Douze pages qui maintiennent un lien.

Pour le mois d’avril, Inseme sera quand même réalisé de manière virtuelle, avec l’aide de bénévoles, et diffusé par mail. Le père Michel Brune a signé le billet spirituel, consacré au paradoxe de Pâques : « A la résurrection du Christ, les apôtres bouleversés par la mort récente de Jésus sur la croix s’étaient barricadés chez eux, »confinés par crainte des juifs« , dit saint Jean dans son évangile. Le Ressuscité les rejoint et les invite à sortir. Et nous, cette année, par prudence, par exigence sanitaire, à cause de cette pandémie du coronavirus, sommes priés de rester chez nous. »

Partager cet article

Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 17:47

 

Un tweet de Francescu-Amatu ARRIGHI nous apprend que, à l'EHPAD de Vico, la statue de la Madone restera éclairée jusqu'à la fin de l'épidémie.

 

A Madunnaccia à Vico
A Madunnaccia à Vico

Partager cet article

Repost0
18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 07:00

 

L'annulation de la procession de Madunnuccia est un événement exceptionnel. Le coronavirus a eu raison des cérémonies habituelles du 18 mars en l'honneur de Notre Dame de Miséricorde qui protégea Ajaccio.

 

Les habitants des Deux Sorru auraient également pu rendre hommage à la Madunnuccia dans l'église d'Orto.

 

Comment est-ce possible?

 

La Madunnaccia à Ajaccio et Orto (ou J'ai les mêmes à  la maison)

 

    Il faut revenir à l'historique de la piété envers cette N.D. de Miséricorde. Elle fut d'abord italienne avant de devenir corse.

 

A AJACCIO

Le site officiel de la ville d'Ajaccio indique:

 

   "Le 18 mars 1536, la Vierge Marie apparut à un vieux paysan, Tonio Botta, près de Savone et lui dit : «n'aie pas peur ! je suis la Vierge Marie. Dit au peuple de faire pénitence en l'honneur du Christ et de sa Mère ».
    Orto, un capitaine marin, ramena à Ajaccio une statuette de la Vierge en 1645. Lors d'une rixe, un ordre jaillit de la statuette et les combattant, effrayés, s'arrêtent sur le champ.
Une grande statue de Notre Dame de la Miséricorde fut alors placée à l'église des Jésuites, aujourd'hui Eglise Saint Erasme.
    En 1656, une peste – comme il en éclatait souvent alors – ravagea la cité de Gêne et menaçait de toucher Ajaccio. Les habitants d'Ajaccio mirent toute leur confiance dans Notre dame de la Miséricorde qui préserva leur ville de ce mal contagieux.
    C'est à la Cathédrale, le 18 Mars 1661 que les Magnifiques Anciens prononcèrent à genoux le vœu définitif et solennel où ils acceptent la Très Sainte Vierge pour Protectrice, Patronne et Avocate d'Ajaccio, la remercie pour tous ses bienfaits, et promettent que chaque année, le doyen d'âge des Magnifiques Anciens mobilisera ses collègues pour célébrer le jour du 18 mars à la perfection."

 

    D'autres précisions se trouvent dans le livre "A Madunnuccia" écrit par France Sampieri et publié en 2010 (ed. Albiana). La quatrième de couverture précise que la maison du capitaine Orto se trouvait dans le quartier de Candia. Au sujet de la statue, il est écrit:

 

    "Enchanté par ce miracle, le capitaine Orto voulut honorer sa Très Sainte Vierge, sa madunnuccia, pour la remercier d’avoir arrêté un massacre, parlé et manifesté la volonté de Dieu. Oui, sa figurine en plâtre n’avait aucune valeur, mais pour lui elle constituait un trésor inestimable. Il eut peur qu’on la lui dérobe, la niche sur la façade de sa maisonnette isolée étant facilement accessible.
    (...)
    Il commanda une grande et belle statue de la Vierge en marbre blanc à un artiste de Gênes. Devant elle, il y aurait deux petites statues représentant la première Tonio Botta, le jardinier de Savone à qui la Sainte Vierge était apparue et la seconde lui-même qui avait eu l’honneur du miracle de Candia."

 

 

A ORTO

 

Photo Christian Paul Didier

Photo Christian Paul Didier

 

    La tradition, toujours vivante dans le village, rapporte que la statue qui se trouve à Orto, et qui y est honorée en même temps qu'à Ajaccio, a été offerte par le même capitaine aux habitants du lieu portant le même nom que lui.

Il est certain que la statue ortigaise ressemble beaucoup à l'ajaccienne, avec la Vierge et le jardinier Botta à ses pieds. Elle se trouve au premier autel à gauche en entrant dans l'église du village.

    Il n'est donc pas nécessaire de déplacer jusqu'à Ajaccio pour honorer N. D. de Miséricorde. Allez à Orto !

Photo Christian Paul Didier

Photo Christian Paul Didier

 

 De même, l'autre lieu important de vénération de Marie en Corse, Lavasina, est symbolisé au col de Sorru par une chapelle qui lui est dédiée et qui évite de traverser toute l'île pour le pèlerinage (voir sur ce blog les articles consacrés à cet endroit ICI et ICI).

 

   Finalement, à Sorru in Sù, un catholique fervent a tout ce qu'il faut pour prier.

 

   Cela fait penser à une publicité de Panzani qui eut un succès énorme dans les années 80. On y voyait un train de raviolis passer devant les yeux émerveillés d'un paysan qui se mettait à lui courir après tandis que son épouse criait: "Reviens, Léon, j'ai les mêmes à la maison."

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2020 6 07 /03 /mars /2020 23:36
Se protéger de l'épidémie. 2/2: la méthode surnaturelle

Curieusement, alors que, dans tous les siècles passés, au moment des épidémies, on ouvrait les églises pour prier et on sortait les reliques, l'arrivée du coronavirus a eu l'effet inverse: des églises ont été fermées, des prêtres ont asséché les bénitiers et des évêques ont dit de prendre des précautions pour distribuer la communion.

On pourrait se demander si le clergé d'aujourd'hui croit encore à l'utilité de la prière et en l'existence du surnaturel !!!!

A Poggiolo, nous avons un moyen spirituel pour contrer la maladie:

 

saint Roch. 

 

Se protéger de l'épidémie. 2/2: la méthode surnaturelle

 

Le village a deux saints patrons: saint Siméon et saint Roch.

 

Une chapelle est consacrée au saint originaire de Montpellier au centre de Poggiolo. Au XIVe siècle, il s'était rendu en pèlerinage à Rome, avait soigné des malades de la peste, en avait lui-même était victime et en avait été guéri. Depuis, il est invoqué pour se protéger des épidémies. 

 

Chaque 16 août, la statue de Saint Roch est promenée en procession tout autour de Poggiolo au son du fameux 

 

"Saint Roch! Ô notre bon père,

de ton bras nous venons implorer le secours.

Garde-nous de la peste, entends notre prière

et soutiens tes enfants toujours".

 

 

Peut-être faudrait-il, cette année, sortir la statue beaucoup plus tôt qu'à la date habituelle? 

On ne risque rien à essayer.

Partager cet article

Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 18:00

Quel que soit le système de retraite auquel on est soumis, il est fondamental de pouvoir reconstituer sa carrière. Actuellement, la Caisse d'assurance Retraite conserve en principe les traces des salaires versés depuis le premier emploi. Mais, avant la création de la Sécurité Sociale, les preuves étaient parfois difficiles à retrouver.

 

Pour les prêtres, leur diocèse conserve les éléments de leur activité, comme dans le document que le blog présente aujourd'hui. Aimablement communiqué par la famille CHABROLLE, il donne les étapes de la vie religieuse du chanoine Charles DESANTI.

 

 

la carrière du chanoine Desanti.

la carrière du chanoine Desanti.

 

Ce document a été écrit par le Père STEFANI, vicaire général de l'évêque Augustin SIMEONE, né à Marseille en 1863, qui avait été nommé à Ajaccio en 1916.

 

Il est tout à fait officiel avec l'en-tête de l'Evêché d'Ajaccio et le cachet de l'évêque avec son seul prénom d'Augustin. Il date du 4 juin 1918.

 

Augustin Simeone, évêque d'Ajaccio (1916-1926)

Augustin Simeone, évêque d'Ajaccio (1916-1926)

 

Charles DESANTI est né à Poggiolo le 25 mai 1844 et déclaré à la mairie le 26 par son père Jean DESANTI, né en 1808 et décédé en 1883. Sa mère était Julie ANTONINI (1808-1851), l'épouse de Jean.

 

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

Le couple donna naissance à un autre garçon, Pierre François, qui eut plusieurs enfants dont Jean Hyacinthe (1889-1944), lequel fut le grand-père de Rose-Marie CHABROLLE et  de Jean José et François BARTOLI. Charles était donc leur arrière-grand-oncle.

 

La carrière de Jean Hyacinthe a été décrite dans l'article "Un Poggiolais au Mali".

 

D'après le document épiscopal, Charles DESANTI fut ordonné prêtre le 17 décembre 1870, à l'âge de 26 ans. Après 47 ans de carrière ecclésiastique, il démissionna en 1917, à 73 ans.

 

Ce certificat ne précise pas que, étant élève du grand séminaire d'Ajaccio, il fut, conformément à la loi de l'époque, dispensé du service militaire le 6 mai 1865 (précision trouvée dans les registres de matricule militaire).

 

La carrière de Charles débuta comme vicaire à Renno. Puis, après avoir été professeur au pensionnat St Louis de Bastia, il monta en grade: administrateur d'une paroisse, desservant d'une autre, puis curé en 1893. Son affectation la plus courte fut Zicavo (moins d'un mois en 1896) et la plus longue Bastelica (15 ans et demi, jusqu'à sa retraite).

 

La carte de ses nominations montre que, à part son professorat à Bastia, il est resté dans la partie occidentale de la Corse, du côté d'Ajaccio.

 

 

Même les prêtres doivent préparer leur retraite

 

Nous ne connaissons pas encore sa date ni son lieu de décès et nous espérons recevoir plus de précisions sur sa vie.

 

En tout cas, il est un bon exemple de ces Poggiolais dont les familles (Desanti, Franceschetti, Martini, Pinelli, ...) tenaient, jusqu'au début du XXe siècle, à avoir, presque à chaque génération, un de leurs membres sous l'habit religieux.

Partager cet article

Repost0
10 février 2020 1 10 /02 /février /2020 18:13
Repas vicolais

 

 

Un repas traditionnel est organisé

samedi 22 février à Vico

pour aider à l'entretien 

de l'église Santa Maria Assunta.

 

 

Inscriptions jusqu'au 16 février.

 

 

Repas vicolais

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 18:00

Depuis soixante-dix ans, Poggiolo a connu seize événements importants dans les années se terminant par 0 ou par 5. Ils valent peut-être la peine de s'en souvenir. 

 

 

Il y a 70 ans,

 

-le 4 mai 1950: mort du lieutenant Pierre Marie Nivaggioli, né en 1923 à Sousse en Tunisie, dans les combats de My Tho (delta du Mékong). Seul Poggiolais victime de la guerre d'Indochine.

http://poggiolo.over-blog.fr/2014/05/l-indo-soixante-ans-apres.html

 

- le 11 décembre: décès à Ajaccio de Dumenicu Antoniu Versini, plus connu sous le nom de Maistrale. Surnommé "le barde corse", il fut un écrivain, poète et journaliste jouissant d'un immense prestige. Originaire de Marignana, il était marié à la Poggiolaise Marie-Thérèse Lovichi.

http://poggiolo.over-blog.fr/2015/10/maistrale-de-marignana-et-de-poggiolo.html

http://poggiolo.over-blog.fr/2016/10/une-procession-tragi-comique-a-soccia-racontee-par-maistrale-une-belle-organisation-1-3.html

 

 

Il y a 65 ans, en 1955:

Paul Milleliri succède à Ange-Mathieu Pastinelli comme curé de Soccia, Poggiolo et Orto. Il reste en place jusqu'en 1972.

http://poggiolo.over-blog.fr/2019/03/milleliri.html

 

 

Il y a 60 ans,

en 1960: installation du bar Le Belvédère à son emplacement actuel.

http://poggiolo.over-blog.fr/article-anciens-et-nouveaux-bars-106840106.html

 

 

Il y a 55 ans,

-en 1964-1965: bétonnage de la stretta qui était simplement empierrée auparavant.

La stretta avant et après.

 

http://poggiolo.over-blog.fr/article-poggiolo-vu-par-un-adolescent-de-1963-2-114237073.html

http://poggiolo.over-blog.fr/2017/03/un-dessin-de-la-stretta.html

http://poggiolo.over-blog.fr/2014/09/stretta-la-descente-dangereuse.html

 

 

-en 1965: fermeture des écoles de Guagno-les-Bains et de Poggiolo.        

http://poggiolo.over-blog.fr/2017/08/la-derniere-classe-de-poggiolo.html

La dernière classe de Poggiolo.

 

- en juillet 1965: premier poste de télévision à Poggiolo.

http://poggiolo.over-blog.fr/2014/04/la-television-de-nogentel-a-poggiolo.html

 

 

Il y a 50 ans,

-en 1970: Philippe Geronimi et sa famille quittent la concession de la station thermale qui est temporairement fermée.

http://poggiolo.over-blog.fr/2017/02/grecs.html

 

 

Il y a 35 ans,

-en 1985: aux Bains, fermeture de l'épicerie de Mini Canale, dernier commerce de la commune en dehors du bar.

http://poggiolo.over-blog.fr/2014/06/guagno-les-bains-se-reveille-3-3-retour-sur-l-epicerie-de-mimi.html

 

-en 1985: création de l'Association pour la restauration de l'église St Siméon de Poggiolo, présidée par Raymond Martini. En deux ans, elle va réussir à rassembler les fonds nécessaires aux travaux d'urgence.

http://poggiolo.over-blog.fr/2016/02/les-poggiolais-donnent-1985-et-1987-2-4.html

 

 

Il y a 30 ans, le 26 mars 1990:

Une nouvelle fois, le Conseil d'Etat invalide en partie l'élection municipale de Poggiolo. Après que tous les recours aient été épuisés, Angèle Pinelli devient maire de Poggiolo le 26 janvier 1993.

Le record de durée à la mairie de Poggiolo est détenu par Jean-François Ceccaldi avec 38 ans (1919-1914 et 1943-1959).

http://poggiolo.over-blog.fr/liste-maires

 

 

Il y a 15 ans, en Août 2005:

premier challenge de pétanque Umberto Chiti.

http://poggiolo.over-blog.fr/article-tradition-boulistique-55727264.html

Umberto Chiti et Dominique Pinelli en pleine partie.

 

Il y a 10 ans,

-en Juin 2010: électrification des cloches de Saint Siméon qui étaient jusque-là actionnées à la main.        

http://poggiolo.over-blog.fr/article-elles-ne-sont-pas-allees-a-rome-52651342.html

 

- le 31 octobre 2010: inauguration du four municipal construit sur l'esplanade de la salle des fêtes.

http://poggiolo.over-blog.fr/article-la-fete-des-bastelles-2010-60109061.html

 

 

Il y a 5 ans,

le 22 février 2015: installation de la nouvelle croix du Fragnu, à la place de celle, placée en 1983, qui était tombée le 26 décembre 2014. Elle est bénie le 16 août 2015.

http://poggiolo.over-blog.fr/2015/02/la-croix-est-revenue.html

http://poggiolo.over-blog.fr/2015/08/la-saint-roch-immuable-et-differente.html

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2019 4 19 /12 /décembre /2019 18:13

Dans notre haut-canton, la messe de la nuit de Noël aura lieu

 

mardi 24 décembre

 

  -18h30 à POGGIOLO,

  -21h à SOCCIA,

  -23h à GUAGNO.

 

Vitrail de Saint Nicolas (église de Guagno).

Vitrail de Saint Nicolas (église de Guagno).

 

 

Samedi 28 décembre:

11h: messe à Guagno avec bénédiction des nouveaux vitraux.

voir l'article sur les vitraux guagnais

 

ATTENTION! DERNIÈRE NOUVELLE:

 

La messe du samedi 28 décembre à Guagno pour la bénédiction des vitraux est reportée à une date ultérieure.

 

 

Mardi 31 décembre:

Messe de Ringraziamentu

-16h à Guagno,

-18h à Vico.

 

La tradition du Ringraziamentu sert à marquer la passage de l'année nouvelle à remercier le Ciel d'avoir vécu l'année entière

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 18:00
Pas de messe à Poggiolo ce mois-ci

Après la messe pour les défunts le 2 novembre, aucun office religieux n'est prévu à Poggiolo durant le mois de novembre.

 

Samedi 9 novembre

BALOGNA 15h  ; 

SAGONE 17h  

     

Dimanche 10 novembre: 

Couvent  9h30  ; 

MARIGNANA   11h  ;  

RENNO   11h      

 

Lundi 11 novembre:  

VICO  10h30   Armistice; 

LETIA St MARTIN  11h   Saint martin; 

GUAGNO   11h   Armistice      

                                                                 

Vendredi 15 novembre

EHPAD Vico 15h   Messe

 

Dimanche 17 novembre

Couvent  9h30; 

SOCCIA  11h         

 

Vendredi 22 novembre

EHPAD Vico 15h   Prière

 

Samedi 23 novembre réunion des conseils paroissiaux à 14h30 au Couvent St François de Vico.

 

Dimanche 24 novembre

Couvent  9h30; 

ORTO    11h; 

VICO  11h; 

EVISA    10h30 Fête du marron; 

COGGIA  15h         

 

Vendredi 29 novembre

EHPAD Vico 15h   Messe 

 

* Messe de secteur d'entrée en Avent dimanche 1er décembre au Couvent à 10h30     

 

Vendredi 6 décembre

EHPAD Vico 15h  Prière

 

Samedi 7 décembre

CHIDAZZO   11h  St François Xavier; 

GUAGNO  11h  Saint Nicolas     

 

Dimanche 8 décembre

Couvent  9h30   Immaculée Conception 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907