Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2019 6 28 /09 /septembre /2019 18:00
De la Corrèze à la Corse

 

Quand un homme qui a occupé de hautes responsabilités décède, il a toujours droit, quoi qu'il ait fait, à un concert de louanges unanime.

 

Ce blog n'est pas le lieu où juger l'œuvre politique de Jacques Chirac. Nous retiendrons seulement qu'il n'oubliait pas ses racines corréziennes et qu'il tenait à montrer sa proximité envers les Français des campagnes et des petites communes. 

 

De la Corrèze à la Corse

 

Le hasard fait que l'un des grands succès de la chanson cette année a été "A nos souvenirs", interprétée par Trois Cafés Gourmands. Elle est à la gloire de la Corrèze et, surtout, des racines que chacun porte en soi.

 

Ces chanteurs ont "la Corrèze dans le cathéter". Mais on peut remplacer le nom de ce département par n'importe quel "petit bout de terre / Où vit encore mon père" ou bien d'où viennent nos ancêtres.

 

Tous, "On est des petits enfants / De ce joli coin de France", coin qui peut se trouver près de Tulle comme il peut être dans un village corse ou dans une autre région.

 

Ecoutez la chanson mais, surtout, lisez bien les paroles.

 

"A nos souvenirs" (paroles)
 
Comment puis-je oublier
Ce coin de paradis ?
Ce petit bout de terre
Où vit encore mon père
Comment pourrais-je faire
Pour me séparer d'elle ?
Oublier qu'on est frères
Belle Corrèze charnelle
Oublier ce matin que tu es parisien
Que t'as de l'eau dans le vin
Que tu es parti loin
 
Ce n'était pas ma faute
On joue des fausses notes
On se trompe de chemin
Et on a du chagrin
On se joue tout un drame
On a des vagues à l'âme
Tu as du mal au cœur
Tu as peur du bonheur
 
Acheter des tableaux
Et des vaches en photo
C'est tout ce que t'as trouvé
Pour te la rappeler
Vous me trouvez un peu con
N'aimez pas ma chanson
Vous me croyez bizarre
Un peu patriotard
Le fruit de ma réflexion
Ne touchera personne
Si vos pas ne résonnent
Jamais dans ma région
 
C'est pire qu'une religion
Au-delà d'une confession
Je l'aime à en mourir
Pour le meilleur et pour le pire
Et si je monte au ciel
Il y aura peut être Joël
Guillaume et Jeremy
Et mon cousin Piedri
Yoan sera en voyage
Dans un autre pays
Allez fais tes bagages
Viens rejoindre tes amis
 
On veut du Clody Musette
À en perdre la tête
On veut un dernier Chabrol
Un petit coup de gnôle
Les yeux de nos grands mères
La voix de nos grands pères
L'odeur de cette terre

Vue sur les Monédières
 
C'est pire qu'un testament
Au-delà d'une confidence
On est des petits enfants
De ce joli coin de France
Enterrez-nous vivants
Bâillonnés s'il le faut
Mais prenez soin avant
De remplir notre jabot
 
La relève est pour toi
Notre petit Lucas
On te laisse en héritage la piste
Nous on dégage
Le temps nous a gâtés
On en a bien profité
On a des souvenirs en tête
Ce soir, faisons la fête
 
Acceptez ma rengaine
Elle veut juste dire "je t'aime"
Soyez sûr, j'en suis fier
J'ai la Corrèze dans le cathéter
D'être avec vous ce soir
J'ai le cœur qui pétille
Mimi, sers-nous à boire
On a les yeux qui brillent
 
Acceptez ma rengaine
Elle veut juste dire "je t'aime"
Soyez sûr, j'en suis fier
J'ai la Corrèze dans le cathéter
D'être avec vous ce soir
J'ai le cœur qui pétille
Mimi, sers-nous à boire
On a les yeux qui brillent
 
Source : Musixmatch
Paroliers : sébastien gourseyrol
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 18:00

 

"J'aime bien les gens qui sont de quelque part
Et portent dans leur cœur une ville ou un village
Où ils pourraient trouver leur chemin dans le noir".

 

Cette phrase de Jacques DEBRONCKART dans sa chanson "Adélaïde" (1965) peut concerner de nombreux Poggiolais qui, même quand ils sont loin de Corse, savent qu'ils ont des racines au village.

 

Pour montrer que l'on a des racines, pour montrer d'où l'on vient, de nombreux automobilistes apposent des autocollants sur leur voiture. Ainsi, les plaques d'immatriculation marquées 2 A ou 2 B sont particulièrement nombreuses sur le continent.

 

A Vico et Sagone, des commerçants vendent des autocollants à fixer sur la bordure droite des plaques avant et arrière. Le nom d'un village est inscrit avec la tête de Maure. On peut ainsi conduire une voiture arborant fièrement: "POGGIOLO".

 

Photos J. Franceschetti
Photos J. Franceschetti

Photos J. Franceschetti

 

La présence des étoiles européennes autour du symbole de la Corse fait redondant avec la partie gauche de la plaque. C'est dommage surtout quand on n'est pas un européiste acharné.

 

Il est à remarquer que le nom de notre village est écrit sous sa forme italienne (POGGIOLO) et non pas selon l'orthographe corse (U PIGHJOLU). L'erreur de 2014, quand ce genre de décoration a débuté, a heureusement été réparée. La première version commercialisée était alors PUGHJOLU, ce qui était aberrant.

 

Photo M. Franceschetti

Photo M. Franceschetti

 

Pour décorer la carrosserie ou les vitres du véhicule, un autocollant avait été fabriqué en 2013. A la suite d'un concours lancé par l'AASIS (association artistique et culturelle de Sorru in Sù) et le blog des Poggiolais, le modèle dessiné par François ORAZY avait été choisi. Tous les exemplaires avaient été vendus dès le début de l'été. Plusieurs automobiles portent encore cette œuvre.

 

Pensez-vous qu'un nouveau tirage serait utile?

 

Montrer d'où l'on vient
Photos M. Franceschetti

Photos M. Franceschetti

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 18:01

Les personnes qui critiquent Poggiolo en disant qu'il ne s'y passe jamais rien ont tort, comme le démontre régulièrement ce blog.

 

Toutefois, elles pourraient avoir un prétexte avec l'annonce de la prochaine présentation à l’Assemblée de Corse par l’AUE (Agence d'Aménagement durable, d'Urbanisme et d'Energie de la Corse) d'un rapport présentant l’évolution des marchés fonciers et immobiliers corses. Le président de l’agence, Jean Biancucci, a expliqué aux journalistes que l'évolution des prix immobiliers et fonciers dépasse largement la moyenne nationale (+138% en 7 ans contre +6% dans l'ensemble de la France). 

 

photo Corse Net Infos

photo Corse Net Infos

Une carte produite par l'AUE montre le prix médian des maisons T4 (320.000 euros en Corse-du-Sud) commune par commune entre 2015 et 2017.

 

Et que constate-t-on? Que rien ne s'est passé à Poggiolo: aucune transaction n'a eu lieu, du moins dans la catégorie concernée par cette carte.

 

Dans les communes voisines, il en est de même pour Salice, Letia et Cristinacce.  Les taches blanches sont bien visibles sur le document.

 

Pour Soccia, Orto et Guagno, le prix médian est entre 100.000 et 150.000 euros.

 

A chacun d'en conclure ce qu'il voudra. 

Rien ne se passe à Poggiolo
Partager cet article
Repost0
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 18:00

Le jour où un étudiant devient médecin est une date particulièrement importante. 

 

Sophie DESNAULT se souviendra de ce jeudi 27 juin 2019, où elle a soutenu sa thèse à la Faculté de Médecine de Marseille.

 

Face à quatre universitaires en toge et hermine, elle a présenté son étude sur "Les actes échographiques réalisés en France par les médecins généralistes".

 

Parmi les nombreuses statistiques collationnées, synthétisées et commentées, on retiendra que, par habitant, les échographies les plus nombreuses sont pratiquées en Corrèze et dans les Hautes-Alpes.

 

Sophie débattant avec le jury.  ©Michel Franceschetti

Sophie débattant avec le jury. ©Michel Franceschetti

 

 

Le sérieux de ce travail a été récompensé par la mention très honorable avec félicitations du jury et la présentation au prix de la thèse.

 

En effet, chaque année, dans le but de récompenser l'excellence des travaux de recherche réalisés, Aix-Marseille Université décerne un prix pour les thèses les plus exemplaires soutenues par ses doctorants.

 

Le résultat a été accueilli avec enthousiasme par les amis de Sophie, sa famille, et particulièrement Jean-François FRANCESCHETTI et leur fille Carla.

 

Jean-François Franceschetti, Carla et Sophie.  ©Michel Franceschetti

Jean-François Franceschetti, Carla et Sophie. ©Michel Franceschetti

 

Ayant prononcé le serment d'Hippocrate, c'est donc en qualité de médecin à part entière que Sophie a rejoint le centre médical de Cargèse. Elle exercera également à Vico et Sagone.

 

Sa présence et sa qualification sont un élément majeur dans la lutte contre la désertification médicale de notre partie de la Corse. 

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------

Rappel: Un article du 29 mai dernier a évoqué la discussion sur la désertification médicale entre Sophie et la ministre de la Santé en visite à Cargèse.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 18:00
Photo de W. Ronis

Photo de W. Ronis

L'approvisionnement en pain de nos villages a été perturbée par les ennuis de santé de Dédé. Mais elle continue à être assumée par son épouse depuis trois semaines. 

Guettez bien et, quand vous entendrez les coups de klaxon, allez rejoindre la voiture du pain. Son passage a lieu le mardi, le jeudi, le samedi et le dimanche.

 

Par vos achats, de viande chez Pierrette ou d'œufs avec Marie-Jo, vous contribuez à entretenir la vie de nos communes.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 18:23

Et une de plus! Après la réunion de massif du 29 mai dernier (voir l'article), s'est tenue à Vico une séance de travail associant élus et acteurs du territoire Ouest Corse, avec le même schéma: on reparle toujours des mêmes affaires et rien n'avance vraiment.

 

 

Encore une réunion où, comme avec J-S PAOLI il y a vingt jours, le dossier de la station thermale de Guagno-les-Bains est revenu sur le tapis grâce à la Poggiolaise Hélène DUBREUIL, présente au titre du Cesec (conseil économique, social et culturel de la Corse). Mais toujours aussi peu de réactions de la part des responsables.

 

 

Hélène Dubreuil est la septième personne à partir de la droite, en robe à rayures horizontales.

Hélène Dubreuil est la septième personne à partir de la droite, en robe à rayures horizontales.

 

Le scepticisme augmente envers ces réunions qui ne remplacent pas le travail concret réalisé autrefois par les élus de proximité. Les réformes regroupant les cantons et instituant deux conseillers départementaux par canton ont créé des élus hors-sol même s'ils sont de bonne volonté. François COLONNA le regrette: "on avait un élu référent qui représentait le territoire. Aujourd’hui, on n’a plus d’interlocuteur dédié, même si la conseillère Véronique Arrighi fait des pieds et des mains."

 

 

La réunion de Vico a aussi été l'occasion de montrer l'indifférence, la méconnaissance et même le dédain dans lequel nos villages de l'intérieur sont tenus, avec cette anecdote qui a une signification profonde:

Voyant arriver un traiteur d'Ajaccio pour la pause déjeuner, Jean-Pierre FONDEVILLE, adjoint à la mairie de Vico, rappelait l'existence de deux traiteurs dans la commune:  "La cohérence avec tous les discours en faveur du soutien au monde rural, impliquerait certainement de donner l’exemple en faisant travailler les commerçants locaux...

 

---------------

Les citations et la photo sont extraites de l'article de Pascale CHAUVEAU paru dans "Corse-Matin" de mercredi 19 juin.

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2019 1 10 /06 /juin /2019 17:56

Des articles précédents ont porté sur les difficultés à être soigné dans nos villages. Chacun sera donc intéressé par la nouvelle organisation du cabinet médical de Sagone-Vico mise en place depuis le 1er juin.

 

 

extraits du bulletin "Inseme"
extraits du bulletin "Inseme"

extraits du bulletin "Inseme"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2019 3 29 /05 /mai /2019 17:51

Les élections européennes ont montré que le Rassemblement National a obtenu de nombreux suffrages dans les zones rurales abandonnées par le pouvoir central. Cet abandon a déjà été décrit dans un récent article de ce blog.

 

 

Lundi 27 mai, Agnès BUZYN, ministre de la Santé, a visité la maison de santé de Cargese dans le but de montrer que les pouvoirs publics se préoccupent de ce problème.

 

Sophie DESNAULT, bien connue à Poggiolo, lui a fait part des difficultés qu'elle éprouve à s'installer car l'ARS (agence régionale de la santé) a retiré des zones prioritaires les communes s'étendant de Tiuccia à Piana en passant par Vico . Pourtant, il n'y a plus que sept médecins pour une population atteignant 25.000 personnes l'été.

 

La ministre a bien déclaré qu'"il faut tenir compte des spécificités territoriales", mais l'administration garde sa logique spécifique !

 

Sophie Doisnault

Sophie Doisnault

 

Pour compléter votre information sur cette visite, nous vous conseillons de regarder le reportage diffusé sur Via Stella et aussi le texte de l'article de "Corse-Matin" de mardi 28 mai, sans oublier les nombreux tweets de l'équipe de Madame Buzyn.

 

Santé : Agnès Buzyn résolue à tisser un "maillage territorial"
 

LAURE FILIPPI

La ministre des Solidarités et de la Santé a débuté son déplacement de deux jours sur l’île hier matin, à la maison de santé pluri-professionnelle de Cargèse, qu’elle a jugée "exemplaire et emblématique" du projet Ma santé 2022

"Impressionnant !" Sur la plaque apposée à l’entrée du pôle de santé pluridisciplinaire de Cargèse, la liste des praticiens et des différentes spécialités représentées s’est attiré les louanges d’Agnès Buzyn. Pour la première étape de son déplacement de deux jours sur l’île, la ministre des Solidarités et de la Santé avait en effet choisi de se rendre, hier matin, dans cette structure ouverte il y a trois ans pour lutter contre la désertification médicale qui touche le rural.

Alors que le projet de loi relatif à l’organisation et la transformation du système de santé, déclinaison du plan Ma santé 2022, sera examiné au Sénat la semaine prochaine, la ministre a salué de manière appuyée la "dynamique" de l’établissement médical cargésien, présenté comme "exemplaire et emblématique" des orientations prises par la réforme.

"La désertification médicale est un problème international, dans la mesure où il manque 12 millions de professionnels de santé dans le monde, a rappelé Agnès Buzyn. En Corse, même si le maillage de médecins généralistes est plutôt supérieur à d’autres zones du continent, l’offre de spécialistes y est en revanche plus faible et les réseaux routiers rendent plus difficile l’accès aux soins. Il faut à cet égard s’adapter aux territoires et prendre en compte cette problématique d’île-montagne, en apportant des solutions pour garantir un réel maillage territorial".

Assurant à cet égard que l’État et l’Agence régionale de santé (ARS) "seront présents" pour soutenir les collectivités, Agnès Buzyn a d’ailleurs souhaité entendre les attentes des professionnels, mais aussi des responsables politiques, lors d’une rencontre organisée à l’issue de la visite des installations de la maison de santé.

Autour de la table, le président du conseil exécutif, Gilles Simeoni, la conseillère exécutive en charge de la santé et du social, Bianca Fazi, la cardiologue et présidente de la commission Santé à l’Assemblée de Corse, Danielle Antonini, ou encore le maire de Cargèse, François Garidacci, ont tour à tour exprimé les "attentes fortes, les inquiétudes, voire les impatiences"concernant l’amélioration de l’offre de soins et de la prise en charge des patients.

"Pour une médecine innovante"

Les problématiques liées à l’installation des médecins en zones rurales et à l’accès aux consultations pour les personnes isolées ont à ce titre permis de mettre l’accent sur un certain nombre d’enjeux. "Dans notre région du grand ouest, qui s’étend de Tiuccia à Porto, nous sommes passés de treize à sept médecins, pour 8 000 habitants l’hiver et près de 25 000 l’été, a ainsi souligné Dominique Poggi, médecin généraliste à Cargèse, à l’initiative du pôle de santé, l’un des cinq existant sur l’île. Cette structure fonctionne au-delà de nos espérances, mais le revers de la médaille est le problème du zonage, dans la mesure où désormais les jeunes médecins qui veulent s’installer ici, au cœur d’un territoire rural, n’ont plus droit à l’aide à l’installation, alors que, paradoxalement, ils peuvent en bénéficier en périphérie d’Ajaccio", a-t-il alerté, appuyé par Sophie Desnault et Julien Marcheschi, deux des trois généralistes candidats à l’installation dans la région.

Notamment calculé en fonction du nombre de médecins par habitants, le zonage demeure donc "évolutif" selon la ministre, qui a précisé que le territoire de Cargèse se situe en zone"intermédiaire, avec des facilitations".

Parmi les autres préoccupations exprimées par les professionnels de santé, le Dr Florence Ottavy s’est quant à elle alarmée du risque que l’expérimentation menée en télédermatologie avec des résultats probants - "plus de 900 cas suivis en quatre ans et plus de 75 000 kilomètres économisés", a-t-elle précisé - "ne rentre pas dans le droit commun et se casse la figure".

Une crainte qui n’a vraisemblablement pas laissé la ministre indifférente, tant cette dernière mise sur le développement de la télémédecine. "Il faut tenir compte des spécificités territoriales et s’organiser pour assurer une médecine innovante, a-t-elle déclaré. Les consultations avancées, notamment, représentent l’avenir et un espoir pour beaucoup de pathologies. Il est important de rassurer la population en favorisant la télémédecine pour les spécialités, mais aussi en accélérant, dès l’année qui vient, le rythme des conventionnements, filières par filières, y compris avec la Sardaigne."

Encourageant les collaborations, comme celles entre les médecins et le Samu, Agnès Buzyn a par ailleurs assuré que des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) seront financées par l’assurance maladie, afin de favoriser "le partage des tâches". La ministre a en outre annoncé que "400 postes de médecins salariés seront créés, dont cinq pour la Corse". Tout en confirmant que trois maisons de santé pluri-professionnelle ouvriront en 2020 à Prunelli-di-Fiumorbu, Sartène et Vico, et que cinq dossiers sont en cours d’instruction pour les régions d’Ajaccio, de Bastia, de Cervioni, du Prunelli, ou encore de la Gravona.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 18:25
On peut se soigner avec le soleil de Guagno-les-Bains.

Un document très original vient d'être signé le 8 avril: la convention de financement relative au concours «Promotion de la santé dans les établissements médico-sociaux» entre l’IREPS Corse et le Foyer d'Adultes Médicalisé de Guagno-les-Bains pour la mise en place d’un projet d’expérimentation de la luminothérapie. 🤩

 

La luminothérapie est un traitement qui utilise les rayons lumineux pour les soins afin de traiter les troubles associés aux dérèglements de l’horloge biologique interne, comme la dépression saisonnière ou l'insomnie.

 

« Ind’ellu c’entre u sole, un c’entre u duttore ! »

Photos twitter.

Photos twitter.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 18:00

A la demande de plusieurs lecteurs, nous publions l'ensemble des photos accompagnant l'article, évoqué dans notre publication du 12 mars (http://poggiolo.over-blog.fr/2019/03/agora.html), paru dans "Corse-Hebdo" du 29 décembre 2000 et consacré à la façon dont les Poggiolais maintenaient une vie solidaire dans la commune . Les photos étaient de Pierre-Antoine FOURNIL. 

 

 

Dans cette double page, la première photo montrait le village avec son environnement en partie couvert par le titre de l'article.

Les Poggiolais de l'an 2000

Deux clichés faisaient connaître des personnalités dont deux sont maintenant décédées.

Les Poggiolais de l'an 2000
Les Poggiolais de l'an 2000

Comme pour la photo du bar, les noms des personnes groupées devant la fontaine ne sont pas dans l'ordre.

Les Poggiolais de l'an 2000
Les Poggiolais de l'an 2000
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de juillet en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

Le marché de Vico:

Le mardi soir place Casanelli (place de la fontaine) de 19h à 23h

Le mercredi matin place de l’ancienne mairie de 9h à 13h

 

- Mardi 16 août:

fête de Saint Roch à Poggiolo à 18 heures.

- Samedi 20 août:

jeux d'enfants à Poggiolo

- Lundi 29 août: fête de Saint Elisée.

- Dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907