Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 07:38

Dans ses pages "Les indiscrets de campagne" consacrées aux élections municipales, "Corse-Matin" de samedi 25 janvier publie le texte suivant:

La pré-campagne poggiolaise vue par "Corse-Matin"
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 17:51

Il a déjà été fait mention de la création, le 19 janvier 1897, par le gouvernement, de la fonction d'adjoint spécial de Guagno-les-Bains au sein du conseil municipal de Poggiolo.

 

Mais il ne faut pas croire que tout fut harmonieux entre les maires de Poggiolo et leurs adjoints très spéciaux.

Un exemple de conflit important (qui alla jusqu'à la plus haute autorité juridique française) se situe en 1911.

UNE PARFAITE IDYLLE

En mai 1908, Pascal-Antoine MARTINI avait été élu maire, avec Philippe FRANCESCHETTI comme adjoint de Poggiolo et Jean TADDEÏ comme adjoint spécial de Guagno-les-Bains.

Ce dernier avait même droit à un tampon officiel particulier.

Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant
Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant

Mais, au bout de deux ans, plus rien n'allait dans cette équipe.

Une lettre envoyée par Dominique Antoine MARTINI au secrétaire général de la Préfecture le 26 juillet 1911 donne de nombreux renseignements sur la façon dont l'idylle évolua.

Jean TADDEÏ démissionna "en ma faveur sur les instances du maire de Poggiolo et avec l'assentiment du Conseil municipal".

Dominique Antoine MARTINI était le gendre de Jean TADDEÏ. Ce dernier, chef cantonnier, né à Arro, avait, de son mariage avec la Balognaise Angèle Marie CANAVELLI, une fille Marie, née en 1887. Agée de 23 ans, Marie épousa, en 1910 (deux ans après l'élection municipale) Dominique Antoine MARTINI qui était devenu veuf en 1909 et avait alors 54 ans. Renseignements trouvés dans les relevés rassemblés par Pierre LECCIA sur le site GENEANET (http://www.geneanet.org/).

MARTINI était retraité mais il était propriétaire de l'Hôtel Continental de Guagno-les-Bains (photo ci-contre, cliquer pour l'agrandir), "hôtel recommandé par le Touring-Club de France", est-il écrit sur l'en-tête de son papier à lettres.

UNE RUPTURE IRRÉMÉDIABLE ET L'APPEL À PARIS

Mais un accroc inattendu se passa pour l'élection complémentaire organisée pour remplacer le conseiller démissionnaire. "Le maire patronnait la candidature CASTA Philippe" au lieu de MARTINI qui fut pourtant élu par 50 voix contre 49.

L'auteur de la lettre expliquait que la rupture vint du soutien apporté par Jean TADDEÏ et son beau-père à l'élection du Socciais CARLI comme conseiller d'arrondissement. Il accusait le maire de vouloir faire désigner comme adjoint spécial un conseiller municipal n'habitant pas aux Bains et, de plus, illettré. Par contre, D-A MARTINI y résidait et avait obtenu 16 voix contre 4 dans le hameau lors de l'élection municipale partielle.

Il ajoutait comme argument que "les passions sont un peu surexcitées et des troubles sont à craindre," si le maire "commet un abus de pouvoir. Mes partisans dont je m'efforce de calmer la colère, sont tentés de dépasser la mesure".

On n'en vint pas à des actes de violence mais le maire ne recula pas. Quelques jours après la rédaction de cette lettre, il fit désigner Pascal Ignace MARTINI (1869-1945), dit "Calzitone", comme adjoint spécial.

Comme il l'avait annoncé dans sa lettre, l'hôtelier fit appel au Conseil de Préfecture et n'hésita pas à s'adresser ensuite au Conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative française annula cette désignation le 5 janvier 1912.

Que fit le maire Pascal-Antoine MARTINI? Il maintint le choix de son adjoint spécial en mettant en avant que celui-ci avait une résidence à Guagno-les-Bains, même si celle-ci n'était pas sa résidence principale. Finalement, il l'emporta sur ses adversaires de la station thermale.

Les habitants de Guagno-les-Bains se sentirent considérés comme des citoyens de seconde zone.

.

MAIS TOUT CELA APPARTIENT À UNE ÉPOQUE RÉVOLUE DEPUIS LONGTEMPS...

-----

Ci-dessous: reproduction de la lettre de Dominique Antoine MARTINI.

Sauf la photo de l'hôtel, les documents de cet article sont consultables aux Archives Départementales d'Ajaccio, série 3 M 1061.

Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant
Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 17:24
Péripéties municipales: Conflit électoral dans les tranchées

Perdre le droit de vote ou ne pouvoir l’accomplir aux élections municipales a toujours été jugé en Corse comme la pire des punitions, quasiment comme une souillure. Se sentir, à tort ou à raison, victime d’une injustice entretient les ressentiments, même quand on est en principe très loin des préoccupations de son village.

.

Un exemple en est montré dans l’ouvrage « Identités troublées. 1914-1918. Les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la guerre », sous la direction de François BOULOC, Rémy CAZALS et André LOEZ (Privat, 2011).

.

Dans ce recueil, l’historien Jean-Paul PELLEGRINETTI s’est servi d’un cas poggiolais pour montrer que les rancœurs électorales persistaient profondément pendant la guerre de 1914-1918, même dans les tranchées (contribution intitulée « Identité et Grande Guerre. Les combattants corses durant la Première Guerre mondiale. »)

Les correspondances deviennent de véritables «cordons ombilicaux» par l’intermédiaire desquels doivent se régler une grande partie des affaires villageoises, souvent des plus violentes, comme l’indique Jean-Toussaint Demartini, sergent à la 24ème coloniale, à ses parents :

« Je ne saurai assez vous le répéter, montrez vous très satisfait de leur façon d’agir, et puis plus tard lorsque nous aurons l’occasion de pouvoir nous venger, nous le ferons, mais pour bien réussir, il faut faire semblant d’être très bien avec eux et pour mon compte personnel, je vous promets que je suis décidé à me venger. La sagesse humaine se résume en ces 2 mots patience et espérance, attendons. » Lettre du 1er octobre 1915.

Jean-Toussaint Demartini, est, avant guerre, timonier dans la marine. Lors d’élections municipales partielles dans son village de Poggiolo, il participe au vote malgré une trop courte permission qui ne l’autorise pas à prendre part au scrutin (1). Dénoncé par ses adversaires politiques, il est jugé et doit quitter l’armée. Lors de la déclaration de guerre en 1914, il s’engage pour 4 ans dans la coloniale.
Archives privées. Famille Prince De Martini.

(1) Les soldats n’ont obtenu le droit de vote qu’à partir du 17 août 1945.

--------------------------------------------------

Triste affaire.

Mais tout cela appartient à une époque révolue depuis longtemps…

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 17:20

Le droit de vote est un élément important de la citoyenneté. En Corse, il a toujours été mis bien au-dessus de tous les droits car il permet de choisir qui dirigera le village. L’élection municipale est considérée ici comme étant la reine des élections.

.

Les inscriptions sur les listes électorales ont donc une importance fondamentale et conditionnent souvent le résultat final.

Elles ont toujours dû répondre à certains critères fixés par la loi. Mais, au moins une fois, un maire de Poggiolo préféra choisir seul qui pourrait avoir le droit de voter. La protestation contre cette façon de procéder alla loin, jusqu’au Conseil d’Etat. L’affaire est même devenue un cas d’école cité dans les recueils juridiques.

Le 26 juillet 1901, la plus haute instance juridique française annula les élections municipales précédentes car le maire de Poggiolo avait ajouté des noms de sa propre initiative, hors de la présence de la commission prévue par la loi.

Extrait de la page 341 du Répertoire administratif des maires et des conseillers municipaux » par A. TAULIER (Grenoble, janvier 1903).  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6371018v/f3.image.r=poggiolo.langFR

Extrait de la page 341 du Répertoire administratif des maires et des conseillers municipaux » par A. TAULIER (Grenoble, janvier 1903). http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6371018v/f3.image.r=poggiolo.langFR

A la suite de cette affaire, Noël CECCALDI, maire de Poggiolo depuis 1894, céda la place, en décembre 1901, à son ancien adjoint, Pascal Antoine MARTINI, qui dirigea la commune jusqu’en 1912.

Une méthode scandaleuse avait été sanctionnée.

.

Mais tout cela appartient à une époque révolue depuis longtemps…

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 18:00

L'histoire de Poggiolo est en partie liée à la personnalité et à l'action de ses maires. Afin de faire connaître ces personnages, Xavier PAOLI avait dressé la liste des premiers magistrats de la commune et de leurs premiers adjoints. Elle fut publiée dans le numéro d'avril 2008 du mensuel "L'INFO U PIGHJOLU". Elle est reproduite ici.

Elle était précédée d'un historique du mode de désignation des édiles.

 

Péripéties municipales: tous les maires de Poggiolo

Avant l'annexion de 1768, la gestion des communautés villageoises était régie par les "Statuts civils et criminels de la Corse", textes mis au point par l'administration génoise.
Sous le généralat de Pasquale Paoli, la communauté était gérée par un Podestat élu par les chefs de famille (qu'ils soient homme ou femme), assisté par 2 pères du commun. L'administration était complétée par un huissier et un chancelier et, en cas de contestation sur la valeur d'un bien, d'un "Stimadore" (élu pour 2 ans).
L'Ancien Régime conservera en gros les mêmes structures administrative et ce n'est qu'en 1789 que les Constituants créeront les "communes".
Les conseillers municipaux seront élus, selon les époques, soit au suffrage universel, soit au suffrage censitaire. Sous l'Empire, le conseil municipal reste élu, mais le Maire est nommé par le Préfet, même s'il n'est pas conseiller municipal.
Ce n'est vraiment que sous la IIIème République, en 1884, que le suffrage universel sera adopté définitivement.

Péripéties municipales: tous les maires de Poggiolo
Péripéties municipales: tous les maires de Poggiolo

Plusieurs enseignements peuvent être retirés de ce tableau.

Tout d'abord, les noms des maires sont ceux des familles existant depuis pratiquement l'origine du village:

  • 6 s'appelaient MARTINI,
  • 4 FRANCESCHETTI,
  • 4 CECCALDI,
  • 3 PINELLI,
  • 2 DEMARTINI,
  • 2 PAOLI
  • et 1 DESANTI.

Les mêmes noms apparaissent dans la liste des adjoints, avec en plus PAPADACCI et COLONNA.

L'orientation politique n'est pas indiquée mais POGGIOLO a été très tôt marquée à gauche (voir l'article: Les records de Poggiolo).

L'édile qui resta le plus longtemps à la tête de la municipalité fut Jean-François CECCALDI avec 38 ans (22 avant guerre et 16 après la Libération).

Le mandat le plus court fut celui de Anto Francescu MARTINI avec 2 mois en 1848, année troublée par l'avènement de la Seconde République et ses déchirements.

A la date du 16 janvier 2014, le maire actuel, Angèle PINELLI, était en place depuis 21 ans.

Péripéties municipales: tous les maires de Poggiolo
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 18:01

Les élections municipales ayant lieu dans 68 jours, le blog des Poggiolais ne peut ignorer cet événement.

Les lecteurs de nos nouvelles seront donc informés des faits importants (seulement les plus importants) de la préparation du scrutin à Poggiolo.

Ce blog ne prendra absolument pas parti pour un compétiteur ou un autre.

Mais il sera ouvert à tout candidat ou candidate qui voudra s’exprimer pour présenter son programme ou ses idées. Les simples citoyens pourront écrire leurs remarques, comme ils le font d’ailleurs dans leurs commentaires d’articles. Seules seront totalement prohibées les attaques personnelles.

.

Par ailleurs, une nouvelle série d’articles, conformes à la mission qu’a ce blog de mieux faire connaître leur histoire et leurs racines aux Poggiolais, va être publiée. Sous le titre «PÉRIPÉTIES MUNICIPALES», elle s'attachera, en plus de la liste des maires et d'un reportage dans le bâtiment de la mairie, à raconter certains épisodes électoraux et certaines curiosités de la vie municipale d'autrefois. Toutes ces anecdotes sont basées sur des documents, consultés notamment aux Archives Départementales, et pas sur de simples racontars.

Les faits rapportés se sont tous déroulés avant 1993, date de l’installation de l’actuelle équipe municipale.

Ils n’ont donc rien à voir avec le prochain vote.

Car tous ces faits appartiennent à une époque révolue depuis longtemps…

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:28

Plusieurs lecteurs, par leurs commentaires ou par des messages directs à l'administration du blog, se sont montrés très intéressés par l'article Poggiolo: un village qui suscite un grand intérêt qui annonçait la bonne nouvelle de la forte augmentation d'électeurs dans la commune. Il ont demandé à savoir qui sont les nouveaux citoyens désireux de participer à la construction de l'avenir de Poggiolo.

Le blog de Poggiolo en publie la liste ci-dessous. Cette liste n'est pas secrète. Elle a été affichée sur la façade de la mairie et, comme toutes les listes électorales, elle est, en vertu de l’article L. 28 du code électoral, communicable à tout citoyen de n'importe quelle commune, à condition de ne pas s'en servir à des fins commerciales.

Cependant, seuls les noms et prénoms sont montrés ici. Par souci de discrétion, les colonnes "adresse", "date et lieu de naissance" et "observations mentionnant la décision d'inscription" ont été cachées.

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

La liste des nouveaux
La liste des nouveaux
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 10:40

Les rectifications de la liste électorale en vue des élections municipales de mars prochain viennent d'être affichées sur le panneau de la mairie de Poggiolo.
Sur les 146 électeurs de l'an dernier, on a supprimé 6 morts et radié 2 personnes ne remplissant plus les conditions. Par contre, 40 électeurs nouveaux ont été inscrits.

LA POPULATION ÉLECTORALE POGGIOLAISE EST PASSÉE À 178 !

Comme la croissance naturelle (naissances moins décès) est négative depuis très longtemps, une telle augmentation (+22% !) montre l'intérêt que suscite Poggiolo.

Serait-ce de bon augure pour l'avenir du village?

Poggiolo: un village qui suscite un grand intérêt
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 23:31
Jusqu'à présent, l'automne a été exceptionnellement doux. Il est vrai que la micro-région de Sorrù est en général assez bien protégée des excès climatiques, tout comme elle est rarement touchée par les incendies (voir article du 10 septembre).
 
Mais, comme souvent en climat méditerranéen, le pire peut aussi se produire en automne. Les pluies peuvent être catastrophiques car torrentielles et tombant pendant plusieurs jours. Ce fut le cas en 1992 pour tout le sud-est de la France. Le 22 septembre, Vaison-la-Romaine avait été cruellement frappée. En Corse, en octobre, les précipitations tombèrent pendant 18 jours. Le résultat en fut des inondations et des coulées de boue qui décidèrent le gouvernement à classer plusieurs communes corses en état de catastrophe naturelle.
 
Il a fallu cependant attendre cinq mois, jusqu'au 19 mars 1993, pour qu'un arrêt ministériel reconnaisse ce classement pour les dégâts ayant eu lieu du 20 au 23 octobre, pour les communes de Poggiolo, Marignana, Osani, Ota-Porto, Partinello, Piana et Serriera.

 

 
Guagno-les-Bains, le Fiume Grosso atteignit un niveau record et le Riosecco (la rivière que la route enjambe entre le col de Sorrù et les-Bains) n'avait plus rien à voir avec son aspect habituellement aride de l'été.
 
Photo du 23 juillet 2009 (par Michel Franceschetti).

Photo du 23 juillet 2009 (par Michel Franceschetti).

La seule vidéo disponible sur cette inondation concerne Serriera:
 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907