Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 17:58

A chaque début d'année, on espère que les douze mois à venir seront heureux et on envoie des vœux de toute sorte. Mais lequel choisir en priorité?

Bien sûr, la santé est très importante mais il faut insister sur la PAIX. Nous en avons tous grandement besoin en ce moment.

Pour illustrer le souhait pacifique, cette petite scène d'un vieux monsieur s'amusant avec un petit chat convient très bien.

Pour une année de paix

De plus, cette photo, prise par Jacques Antoine MARTINI en 1968, a un rapport avec l'année 2018 qui était celle du centenaire de la fin de la première guerre mondiale: l'homme représenté assis sur le mur bordant la maison de Valère Ceccaldi était soldat en 14-18.

 

Laurent Antoine PINELLI (1891-1974) entra dans l'armée en 1912. Il ne mesurait que 1,52 m de hauteur. Il fut d’ailleurs connu toute sa vie sous le surnom de «Antunarellu» (le petit Antoine). Il aurait pu être exempté du service militaire mais, si la taille minimale exigée était de 1,54 m jusqu’en 1901, une loi rendit, cette année-là, le conseil de révision souverain de sa décision. Et Laurent Antoine commença sa carrière militaire.

Il embarqua pour l'Indochine et devint caporal puis sergent dans un régiment de tirailleurs tonkinois. Il revint en Europe en octobre 1918, puis rentra en Indochine.

Il fut ensuite envoyé au Levant où il participa de 1920 à 1922 à la très dure campagne de Syrie-Cilicie contre les Turcs. Après quelques mois en AOF, il fut affecté en Cochinchine jusqu'à la fin de sa carrière en janvier 1928. Il retourna en Corse avec le grade d'adjudant et de nombreuses médailles.

 

En 1959, quand Martin PAOLI fut élu maire de Poggiolo, Laurent Antoine devint premier adjoint, fonction qu'il assuma jusqu’en 1971.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2018 7 28 /01 /janvier /2018 17:45

L'histoire de Poggiolo et de Guagno-les-Bains est bien plus riche que ce que l'on croit souvent. Ce blog l'a prouvé par de nombreux articles. Près de 200 dates ont été recensées.

Cette année 2018 est remarquable car, chacun le sait, elle correspond au cent-dixième anniversaire de la fontaine du Lucciu. Mais, en faisant la liste des années se terminant par le chiffre 8 et pendant lesquelles sont eu lieu des événements concernant notre village, on arrive à un total de 33  dates!

En voici la liste. Certains faits se sont déroulés à Poggiolo ou Guagno-les-Bains, d'autres concernent l'ensemble des Deux Sorru et ont donc eu des conséquences sur la commune.

Chaque date est suivie d'un bref résumé et d'un lien vers un article donnant plus de renseignements.

Désormais, vous saurez quels anniversaires seront à fêter cette année!

 

 

Les années en 8 de l'histoire poggiolaise

1488: Rinuccio de Leca fait construire la place forte de la Zurlina, près de Murzo, et se joint à la révolte de son cousin Giovan Paolo contre les Génois.     
Le feuilleton de l'été - Z comme Zurlina
Le feuilleton de l'été - Les guerres des seigneurs - 3/3: la fin de la Cinarca
L’année suivante, Ambroggio da Negri dirige la répression et détruit et incendie les villages de Sorru in su, de Sevi in dentru et de l'ensemble du Vicolais. Il chasse les habitants de l'ensemble de ces régions pour plusieurs années. 

Poggiolo, les années zéro (1489)
 

1608: le registre des tailles mentionne un «Francesco di Rosignolo» à Poggiolo.
Les rossignols poggiolais

 

1698: visite de Mgr Giovanni Battista COSTA, évêque de Sagone, qui décrit l’église de St Siméon et mentionne l’existence dans le pavement de trois ouvertures d’arca (fosse commune): une pour les hommes, une pour les femmes et une pour les enfants.
A la recherche de l'arca perdue

Les années en 8 de l'histoire poggiolaise

25 juin 1728: visite de Mgr GIUSTINIANI, évêque de Sagone, qui recommande des travaux d’amélioration de l’ermitage de St Antoine et des bassins de la source thermale. Il ordonne au moine de «porter un habit propre aux ermites, se laisser pousser la barbe et se couper les cheveux».
La chapelle de Guagno-les-Bains

 

18 août 1808: Napoléon Ier nomme Louis DEFRANCHI médecin inspecteur des eaux minérales aux Bains de Guagno.

1808, la date connue de tous



De 1808 à 1810: construction de la partie de la Goccia abritant le bassin circulaire.
Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu



11 mars 1818: l’abbé Jean Antoine PINELLI, surnommé «l’homme le plus cultivé de Corse», est nommé conseiller général du canton de Soccia par le roi Louis XVIII.
L'homme le plus cultivé de Corse (3/3)

 

28 novembre 1818: rapport du docteur DEFRANCHI décrivant pour la première fois de façon précise le fonctionnement des Bains.

Le médecin a bien travaillé pour Guagno-les-Bains.


24 mars 1838: naissance à Ajaccio de Simon UCCIANI qui devint avocat et fut, en 1877, et jusqu’en 1884, le premier conseiller général républicain du canton de Soccia. 
Péripéties municipales: on ne peut pas se fier au petit personnel (2/2)

 

1836-1838:  prédication du Père Albini à partir du couvent de Vico.
Tout sur le Père Albini

 

Les années en 8 de l'histoire poggiolaise

 

20 décembre 1838: plan général de Guagno-les-Bains dressé par l’architecte COTIN, première carte montrant l’établissement thermal et les maisons du hameau.
Depuis quand existe-t-il des maisons à Guagno-les-Bains? 2/2: naissance d'un village.

 

1848: naissance de Jean-Baptiste PINELLI (21 août) et de Jean-Baptiste FRANCESCHETTI (8 décembre).
Tous deux participèrent à la guerre de 1870, reçurent la Légion d’honneur et décédèrent pendant la première guerre mondiale.
1870, la guerre oubliée

 

5 octobre 1848-8 décembre 1848: Anto Francescu MARTINI maire de Poggiolo, le mandat le plus court de l’histoire de la commune: deux mois.
Péripéties municipales: tous les maires de Poggiolo

 

1858: élection du géomètre Etienne LECA comme conseiller général du canton de Soccia contre l’avocat CASANELLI, neveu de l’évêque d’Ajaccio, malgré la mobilisation des prêtres du canton et du séminaire dans la campagne électorale. LECA resta élu du canton jusqu’en 1872.

"Battue de prêtres" dans le canton de Soccia

 

13 janvier 1878: élections municipales perturbées par des bonapartistes de Guagno-les-Bains. Le maire, Martin DEMARTINI, emporte l’urne chez lui.
Péripéties municipales: une urne très convoitée

Les années en 8 de l'histoire poggiolaise

 

3 février 1878: naissance de Ghjuvan Martinu PINELLI. Surnommé Martinchjinu, il fut cordonnier, cafetier, négociant, mais surtout un très célèbre violoneux qui anima de nombreuses fêtes jusqu’à sa mort le 2 janvier 1951.
Cumandante et Martinchjinu


1888: l’avocat Jean-François GALLINI, d'origine vicolaise, quitte la Corse pour s’installer à Sousse en Tunisie. L’importance qu’il acquit dans ce protectorat lui permit d’y faire obtenir de nombreux emplois aux originaires des Deux-Sorru.
Les Poggiolais ont de l'initiative (n°3: l'empire sahélien des Sorrinesi)
                                                                                      

11 juillet 1888: un rapport demandé par le préfet conclut que la voie ferrée Ajaccio-Vico réclamée par le conseil général se heurte à de trop grandes difficultés techniques pour être réalisée.
Le train-fantôme

 

1888: naissance à Occhiatana de Damaso MAESTRACCI, auteur du tableau montrant la descente de croix avec un Christ noir, exposée à Saint Siméon. 
Solution à la devinette du mois: pour les Poggiolais, le Christ était noir

 

1898: mise en service de la fontaine du Lucciu.
U Lucciu est toujours là

 

Les années en 8 de l'histoire poggiolaise

 

14 octobre 1908: mort de Jean PAPADACCI, premier Grec de Cargese à s'être installé à Poggiolo en 1867.

Les Grecs de Poggiolo

 

13 décembre 1918: un mois après l'armistice, décès de Dominique Xavier DESANTI, de maladie contractée en service, dans l'ambulance alpine n°5 à Zajeca en Serbie. Il est enterré au cimetière militaire français de Skopje en Macédoine. Il est la dernière victime poggiolaise de la première guerre mondiale.

Ils étaient trente Poggiolais

 

mars 1938: Jean Hyacinthe DESANTI nommé gouverneur du Soudan français (Mali actuel).
Un Poggiolais au Mali

 

1948: Poggiolo est le dernier village du canton à recevoir l’électricité.
Poggiolo vu par un adolescent de 1963 - 5/8: les équipements publics


1958: nomination de Judith OTTAVI comme institutrice de Guagno-les-Bains. L’école des Bains et celle de Poggiolo fermèrent en 1965. 
Le savoir est-il socciais?


1968: installation de l’eau courante à Poggiolo.
Poggiolo vu par un adolescent de 1963 - 6/8: le travail agricole
Les rigoles des Cévennes et de Poggiolo

 

1968: le père ALBINI est déclaré «vénérable» par l’Eglise catholique.
Le pèlerinage au tombeau du Père ALBINI

 

mai 1968: mort de Martin PAOLI, maire de Poggiolo depuis 1959 et conseiller général depuis 1945. Son fils Bernard lui succède à la mairie et Jean GAFFORY, maire de Guagno, au conseil général.
1968: le canton passe à Guagno

 

11 septembre 1968: la Caravelle Ajaccio-Nice explose en vol faisant 95 morts dont 2 Poggiolais: Antoine et Jean-François CECCALDI.
L'affaire de la Caravelle définitivement close?
Caravelle Ajaccio-Nice: un anniversaire toujours douloureux

 

Les années en 8 de l'histoire poggiolaise

 

1998: le ministère de la Santé retire son agrément à l’établissement thermal de Guagno-les-Bains. 
Guagno-les-Bains: l'avenir d'un "patrimoine ancestral»

 

1998: ouverture de l’auberge des Deux-Sorru, au-dessus de Guagno-les-Bains.
Le moment des réouvertures: l'auberge des Deux Sorru

 

7 février 2008: décès de Jean-Pierre FRANCESCHETTI.
Jean-Pierre: il y a cinq ans

 

février 2008: le jour de la fête de Saint Siméon, mise en place de la croix de Tanellu, en souvenir de la prédication du Père ALBINI.
Solution de la devinette: croix de fer…

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 17:04
L'attente des Poggiolais

Malgré une campagne électorale qui a été peu animée, les élections territoriales des 3 et 10 décembre sont ressenties comme importantes pour le destin de la Corse. Les résultats seront attentivement scrutés.

L'attente des Poggiolais

On comprend donc ces Poggiolais qui attendent les résultats avec patience.

Bien sûr, la photo n'est pas d'aujourd'hui; elle date des environs de 1930. Il s'agit de l'attente des résultats d'une élection, peut-être municipale. En dehors de Jean-Baptiste DESANTI, qui est debout à gauche, il est difficile d'identifier les personnages.

Le lieu est facilement reconnaissable: le muret qui est en face de l'actuel bar du Belvédère.

L'attente des Poggiolais

En comparant avec le même lieu photographié en 2008 par Google Maps, on voit peu de différences.

Le muret était autrefois continué par une palissade en bois qui a été remplacée par une clôture métallique grillagée.

Le poteau électrique n'existait pas puisque l'électricité n'est arrivée à Poggiolo qu'en 1948.

Le village est toujours le même mais une maison est maintenant cachée par un arbre qui a poussé sur le terrain MARTINI.

... et il y a toujours des élections.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 17:24
Onze candidats à la députation

Comme l'ensemble du canton, Poggiolo fait partie de la première circonscription de Corse-du-sud. Le député sortant en était le LR Laurent MARCANGELI. Il ne se représente pas car, la loi sur le non-cumul des mandats s'appliquant, il préfère garder la mairie d'Ajaccio.

Onze candidats ont été déclarés à la Préfecture et vont donc s'affronter pour le 11 juin, premier tour des élections législatives.

Voici comment ils ont été présentés par "Corse-Matin" dans son édition de samedi 20 mai (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

NB: pour se rappeler les niveaux des forces politiques à Poggiolo, on peut revoir sur ce blog les résultats:

- du premier tour des législatives de 2012

- et du second tour des législatives de 2012

 

 

Onze candidats à la députation
Partager cet article
Repost0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 18:00
Un maire ou un numéro vert ?

Si elle avait pu faire le déplacement au 99ème congrès de l’association des maires de France, Joselyne FAZI aurait certainement fait entendre son désaccord.

En effet, le maire de Renno est très inquiéte de la résolution adoptée par l’AMF. La mort des petites communes semble programmée. D’après «Corse-Matin» de dimanche 5 juin, la présidente des maires de Corse-du-Sud déclare: « 

«On veut faire entrer la France dans un moule européen dont la plupart des pays ne comptent que 8.000 communes. Mais nous ne sommes pas régis par les mêmes textes et la France a toujours été attachée à ses communes. (…)

Pour finir par nous faire rentrer dans ce moule européen, on nous étouffe en nous enlevant des sous, en nous confrontant à des mises aux normes de plus en plus coûteuses».

Madame FAZI donne l’exemple absurde de sa mairie:

«Les services municipaux sont sur deux niveaux. En bas, la salle de délibération, en haut, les bureaux. Pour monter 20 marches, les normes nous obligent à installer un ascenseur. C’est 100.000 euros, 2.000 euros d’entretien par an, pour un outil qui ne va jamais fonctionner, parce que personne ne va prendre l’ascenseur pour monter 20 marches. L’obligation, c’est par rapport aux électeurs handicapés, pour qu’ils puissent voter. On a plus vite fait de descendre l’urne, et c’est moins coûteux».

 

La mairie de Poggiolo est dans la même situation. Les bureaux sont en étage et il faut également gravir une vingtaine de marches.

Un maire ou un numéro vert ?
Un maire ou un numéro vert ?

Mais, pas de problème pour les élections car la salle de vote a déjà été installée au rez-de-chaussée.

Et puis, un escalier est très utile car il donne une situation élevée pour bien montrer l’équipe municipale.

Un maire ou un numéro vert ?

Il permet de se faire bien entendre quand on lit un texte comme lors de la procession de la Saint Roch en 2014.

Un maire ou un numéro vert ?

Mais trêve de plaisanterie. 

La technocratie européenne ne cache pas qu’elle veut supprimer le maire, «dernier service public qui fonctionne encore dans un petit village», comme le déclare Pierre-Marie MANCINI, maire de Costa. Bientôt, prévoit Madame FAZI, «un numéro vert le remplacera pour mettre en ligne avec un répondeur qui dira: «Pour l’eau, tapez 1, etc.» ».

L’avenir est sombre pour l’existence et l’identité des villages dans lesquels sont nos racines.

 

La page de « Corse-Matin » du 5 juin citée dans cet article est visible ci-dessous.

Par ailleurs, ce blog a consacré en mars et avril 2014 une série de six articles présentant la mairie de Poggiolo.

Un maire ou un numéro vert ?
Un maire ou un numéro vert ?
Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 23:04

La victoire du binôme François COLONNA et Lucie FRIMIGACCI dans le canton Sevi-Sorru-Cinarca est tout à fait conforme à l'ensemble des résultats de Corse-du-sud. Ce département, qui correspond à l'ancien "Au-delà des Monts", a une très large majorité de droite.

La première page de "Corse-Matin"

La première page de "Corse-Matin"

Avec 86,54% des voix, les vainqueurs de notre canton ont remporté le plus fort pourcentage du département.

Leurs meilleurs scores ont été obtenus à Orto, Partinello, Renno, Rezza et Rosazia avec 100 % des votants.

Les résultats les plus faibles du duo vainqueur se trouvent à Piana (54,72%) et à San Andrea d'Orcino (54,84%).

Les 83,7 % donnés à Poggiolo à François COLONNA et Lucie FRIMIGACCI placent la commune dans la moyenne du canton.

Mais Rosazia a eu une particularité: la palme du plus faible nombre de voix exprimées avec 4,55% des inscrits. Pourtant, 35 des 110 électeurs ont voté, pour mettre dans l'urne 27 bulletins blancs et 3 nuls. 5 suffrages seulement ont été validés.

Ce cas particulier est certainement à mettre en lien avec la colère des maires du Cruzzini, et notamment du maire de Rosazia, de voir que le nom de leur micro-région ne se trouve pas dans la dénomination de ce nouveau canton.

Cliquer sur l'article pour l'agrandir.

 

"Corse-Matin" du 3 mars 2015

"Corse-Matin" du 3 mars 2015

Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 00:07
M. François COLONNA et Mme Lucie FRIMIGACCI ont été élus conseillers départementaux dès le premier tour. Félicitations à tous les deux.
Dans l'ensemble du canton Sevi-Sorrru-Cinarca, ils ont obtenu les résultats suivants:
 
Binômes de candidats Nuances Voix % Inscrits % Exprimés Elus
M. François COLONNA
Mme Lucie FRIMIGACCI
BC-DVD 3 040 35,50 86,54 Oui
M. Quentin MATOUX
Mme Marthe POLI
BC-FG 473 5,52 13,46 Non


 

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 8 563    
Abstentions 4 616 53,91  
Votants 3 947 46,09  
Blancs 272 3,18 6,89
Nuls 162 1,89 4,10
Exprimés 3 513 41,03 89,00
    
Voici les résultats par commune de Sorru in Sù

 

 

GUAGNO
Binômes de candidats Nuances Voix % Inscrits % Exprimés
M. François COLONNA
Mme Lucie FRIMIGACCI
BC-DVD 65 35,33 75,58
M. Quentin MATOUX
Mme Marthe POLI
BC-FG 21 11,41 24,42


 

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 184    
Abstentions 89 48,37  
Votants 95 51,63  
Blancs 4 2,17 4,21
Nuls 5 2,72 5,26
Exprimés 86 46,74 90,53
 
 
ORTO
Binômes de candidats Nuances Voix % Inscrits % Exprimés
M. François COLONNA
Mme Lucie FRIMIGACCI
BC-DVD 62 37,35 100,00
M. Quentin MATOUX
Mme Marthe POLI
BC-FG 0 0,00 0,00


 

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 166    
Abstentions 88 53,01  
Votants 78 46,99  
Blancs 14 8,43 17,95
Nuls 2 1,20 2,56
Exprimés 62 37,35 79,49
 
 
SOCCIA
Binômes de candidats Nuances Voix % Inscrits % Exprimés
M. François COLONNA
Mme Lucie FRIMIGACCI
BC-DVD 93 44,93 95,88
M. Quentin MATOUX
Mme Marthe POLI
BC-FG 4 1,93 4,12

 

 

 

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 207    
Abstentions 95 45,89  
Votants 112 54,11  
Blancs 9 4,35 8,04
Nuls 6 2,90 5,36
Exprimés 97 46,86 86,61

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 19:30
Les résultats de l'élection départementale à Poggiolo

Comme prévu, dans le nouveau canton de Sevi-Sorru-Cinarca, le binôme François COLONNA-Lucie FRIMAGACCI, qui se présentait sous l'étiquette de la majorité départementale (de droite), a obtenu une nette avance au premier tour de l'élection départementale de dimanche 22 mars 2015. Il avait obtenu le soutien de plusieurs maires et François COLONNA était conseiller général sortant du canton des Deux Sorru.

A Poggiolo, les résultats ont été les suivants:

 

INSCRITS: 177

VOTANTS: 99

BLANCS ET NULS: 7

EXPRIMÉS: 92

François COLONNA-Lucie FRIMAGACCI (majorité départementale): 77 (83,70%)

Marthe POLI-Quentin MATOUX-DRAGACCI (PCF-Front de Gauche): 15 (16,30%)

Pour les amateurs de statistiques électorales, les résultats d'aujourd'hui peuvent être mis en perspective avec la répartition gauche-droite du second tour de précédentes élections, puisque le premier tour d'aujourd'hui opposait droite et gauche. Le rapport de force habituel, toujours bien marqué à gauche, est totalement inversé.

Mais il est vrai que les élections locales ne peuvent pas toujours être simplement interprétées selon des critères nationaux. 

Les résultats de l'élection départementale à Poggiolo

Le nombre d'inscrits dans la commune de Poggiolo était de 151 en 2008, 146 en 2012 et 184 en 2014.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:50

De nombreux électeurs ne se sentent pas concernés par les élections départementales des 22 et 29 mars. Ceux qui voudraient s'y intéresser sont un peu perdus.

Ces élections remplacent les anciennes élections cantonales qui tenaient un rôle particulièrement important dans la Corse rurale d'autrefois. 

Le petit film suivant réalisé par France Info permet d'avoir quelques éclaircissements. Mais il existe quand même quelques ambiguïtés:

- les pouvoirs de ces nouveaux conseils ne sont pas tous vraiment détaillés et certains points viennent à peine d'être adoptés lors du vote du projet de loi relatif à une nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) le 10 mars (et seulement en première lecture!), alors que la campagne électorale était commencée et les programmes imprimés;

- les deux conseils départementaux corses risquent d'avoir une vie très courte (peut-être deux ans et demi?) car, dans la loi NOTRe, le Gouvernement a introduit, à l’article 13, trois amendements (1979, 2037, 2038) visant à instituer une collectivité unique en Corse au 1er janvier 2018 regroupant conseils départementaux et CTC, sans prévoir de consultation référendaire. Une fois adoptée définitivement, la loi sera assortie d’ordonnances gouvernementales précisant certaines modalités.     

Désormais, à chacun de choisir en toute connaissance de cause !

Partager cet article
Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 17:41

Poggiolo faisait partie du canton de Soccia qui correspondait à la pieve de Sorru in sù instituée à l'époque génoise et continuée par la monarchie française. Ce canton réunissait les communes de Poggiolo, Orto, Guagno et Soccia. Il comprenait donc tout le territoire commençant au pont de Rioseccu, à mi-chemin de Sorru et de Guagno-les-Bains, et allant jusqu'aux sommets des montagnes environnantes. Malgré une légende tenace, venant du nom utilisé, la limite administrative de ce canton n'englobait pas le col, qui est dans la commune de Murzo.

Le canton, nommé canton de Soccia, était représenté par un conseiller général qui siégeait avec l'ensemble du conseil général de la Corse au Palais Lantivy, siège de la Préfecture à Ajaccio. 

Les prochaines élections, dites départementales, vont bouleverser le fonctionnement des départements. Il est donc intéressant de savoir qui parlait au nom de Sorru in sù dans le passé. Il est vrai que certains de ces notables étaient des personnalités assez curieuses, dont certaines ont déjà été évoquées sur ce blog.

-------------------

Le conseil général du département est une institution créée sous le Consulat le 17 février 1800. Sous Napoléon et à la Restauration, les membres en étaient nommés par le gouvernement. Ce fut le cas pour l’abbé Jean-Antoine PINELLI, nommé en 1818 par Louis XVIII (voir l'article "L'homme le plus cultivé de Corse (3/3)").

L’élection se fit au suffrage universel à partir du 3 juillet 1848.

Sous le Second Empire, le canton vota très fidèlement pour les bonapartistes, représentés par Etienne LECA, géomètre en chef à Ajaccio, élu en 1858 contre l’avocat CASANELLI, neveu de l’évêque d’Ajaccio qui mobilisa les prêtres du canton et du séminaire pour la campagne électorale (voir l'article ""Battue de prêtres" dans le canton de Soccia").

En 1867, le prince Napoléon-Charles BONAPARTE (1839-1899), petit-fils à la fois de Lucien et de Joseph Bonaparte, remporta le scrutin haut la main mais, élu également à Bastelica, Salice et Ajaccio, il préféra opter pour la ville-préfecture et devint président du conseil général. Etienne LECA retrouva son siège.

prince Napoléon-Charles BONAPARTE

prince Napoléon-Charles BONAPARTE

En 1872, le comte François POZZO-DI-BORGO (né en 1837, décédé en 1907) garda le canton au camp bonapartiste bien que Poggiolo eut été l’une des premières communes corses à se rallier au nouveau régime. Il devint ensuite républicain modéré.

Il fut battu fin 1877 par l’avocat républicain Simon UCCIANI (né en 1838) qui fit un grand travail de «républicanisation» du canton (voir l'article "Péripéties municipales: on ne peut pas se fier au petit personnel (2/2)").

Simon UCCIANI

Simon UCCIANI

Le poste de conseiller général passa en 1883 au républicain radical Etienne LECA, géomètre en chef du cadastre à Constantine, qui fut aussi candidat malheureux de la gauche aux élections législatives de 1885.

En 1890, Philippe LECA fut élu. Il était avocat à Ajaccio et devint ensuite juge à Embrun.

Après un bref intermède PINELLI en 1895, le siège de Soccia revint en 1896 à Antoine LECA, chancelier du consulat de France à La Canée en Crète.

En 1901, l’abbé Antoine-Louis OTTAVI, professeur au petit séminaire d’Ajaccio, remporta les élections. Bien que prêtre, il ne s’opposa pas beaucoup à la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, au contraire des paroissiens de Soccia qui se rassemblèrent avec leurs armes et leurs outils devant leur église pour empêcher l'inventaire des objets du culte. L'abbé soutint ensuite le candidat républicain aux élections législatives de 1906.

réunion de fidèles opposés aux inventaires devant l'église de Soccia (photo extraite de "Histoire d'un petit village de montagne au cœur de la Corse du Sud", écrite par Jean-Baptiste PAOLI)

réunion de fidèles opposés aux inventaires devant l'église de Soccia (photo extraite de "Histoire d'un petit village de montagne au cœur de la Corse du Sud", écrite par Jean-Baptiste PAOLI)

Ces positions expliquent qu’il fut battu en 1907 par Antoine LECA qui revint dans le canton avec, cette fois, le titre de vice-consul de France à Palerme. L’année suivante, il était vice-consul de France à Naples. En 1910, il avait la fonction de consul de France à Cagliari, en Sardaigne. Ces affectations différentes ne l’empêchaient pas d'être membre du conseil général de Corse.

En 1913, ce fut à l’avocat parisien Antoine-François CECCALDI de siéger au Palais Lantivy.

En 1921, le richissime parfumeur François COTY (1887-1934) battit le maire de Poggiolo Jean-François CECCALDI, qui représentait la gauche. Cette élection fut suivie par toute la Corse et même sur le continent, ainsi que le montrent les articles "En 1921, le canton était au parfum (début)" et "En 1921, le canton était au parfum (fin)".

François COTY

François COTY

Jean-François CECCALDI prit sa revanche en 1925.

En 1933, élection de François OTTAVI, républicain radical soutenu par le parti d’Adolphe LANDRY qui représentait la gauche en Corse.

Mais, le scrutin étant invalidé, le Docteur François ANTONINI fut élu. Il était républicain de gauche (du parti de François PIETRI), c’est-à-dire de centre-droit!!!

Après une nouvelle invalidation, le Docteur ANTONINI fut réélu, le 16 août, contre Noël PINELLI, socialiste SFIO (parti Landry).

A la Libération, le 23 septembre 1945, Martin PAOLI fut élu sous l’étiquette SFIO. Il devint vice-président du conseil général, puis maire de Poggiolo à partir de 1959.

La liste des conseillers généraux de Sorru in sù

Après le décès de Martin PAOLI en mai 1968, le maire de Guagno Jean-Antoine GAFFORY gagna l'élection. Voir l'article "1968: le canton passe à Guagno".

En 1973, la réforme cantonale ayant regroupé les cantons de Soccia et de Vico dans le canton des Deux Sorru, le nouveau siège revint au maire de Vico Dominique COLONNA (divers gauche), puis, en 2008, au divers droite François COLONNA.

 

-------------------------------

La documentation utilisée étant très parcellaire, il est possible que des erreurs ou des oublis apparaissent dans les lignes ci-dessus. Nous serions heureux de recevoir toute information permettant d'améliorer cet article.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de juillet en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

Le marché de Vico:

Le mardi soir place Casanelli (place de la fontaine) de 19h à 23h

Le mercredi matin place de l’ancienne mairie de 9h à 13h

 

- Mardi 16 août:

fête de Saint Roch à Poggiolo à 18 heures.

- Samedi 20 août:

jeux d'enfants à Poggiolo

- Lundi 29 août: fête de Saint Elisée.

- Dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907