Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 19:08
    La crise économique actuelle fait verser de nombreuses personnes dans la pauvreté. Mais le titre de cet article ne signifie pas que Christophe BATTESTI est dans cette catégorie. Il est pourtant dans l'indigence et celle-ci l'occupe beaucoup. Mais il s'agit du bâtiment de l'indigence à Guagno-les-Bains.
    Aux temps anciens de la splendeur de la station (c'est-à-dire au XIXème siècle), il existait un hôpital militaire et des hôtels pour curistes. Mais il existait aussi une maison qui, tout près de l'établissement thermal, recevait les personnes à faible revenu. 
    Dans son opuscule intitulé "Bains de Guagno" (imprimerie Marchi, Ajaccio, 1851), Jean de La ROCCA, de Vico, écrit ainsi:

    "Il y a aussi à Guagno un établissement civil pour les personnes peu aisées, où peuvent se loger trente personnes, avec une très belle salle; elles pourvoient elles mêmes à leur nourriture, et payaient 1fr. par jour pour le logement."
    Ce bâtiment est visible sur ce plan anonyme datant de 1885 et reproduit  dans le recueil "Acqua medicinale" publié par Louis Mathieu GENTY vers 1992.


indigence plan

    La lettre J correspond à une maison qui est dite “à della Rocca, logement pour l’indigence”. Cliquez sur le plan pour l'agrandir.

    Le bâtiment est abandonné depuis longtemps et est tombé progressivement en ruines.

indigence ruines 2
indigence ruines 3

    Mais Christophe y travaille maintenant avec ardeur pour le restaurer. Sa famille l'occupait depuis une quarantaine d'années et son arrière-grand-père avait demandé à en faire l'acquisition dès 1961.

    L'indigence était propriété du conseil général et celui-ci ne se décidait pas. Finalement, Christophe a pu l'acheter en juin 2009 avec l'accord de la mairie
et avec l’aide financière de son père Dominique qui a également aidé pour les travaux.

Le chantier de rénovation a commencé en septembre.


    Il va durer cinq ou six ans car l'œuvre est importante. La maison a une superficie de 70 mètres carrés (plus 140 m2 de terrain).
    Elle a été rehaussée pour éviter son effondrement et un garage est placé au rez-de-chaussée.  
indigence travaux 1


indigence travaux 3

    Christophe ne reconstruit pas à l’identique mais il tient tout particulièrement à respecter le cachet ancien de la maison. Ainsi, François BORDEWIE a pu montrer son savoir-faire en créant un bel arc en pierres traditionnelles. 

indigence travaux 2

   Les maisons de nos villages sont un patrimoine qu’il faut sauvegarder.

    Bravo à Christophe BATTESTI pour son initiative! Espérons qu’elle donnera des idées à d'autres pour faire revivre nos villages.


 
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 21:08

Rien ne paraît plus anodin, en traversant Poggiolo, que le mur qui borde la route départementale 123, en face de la maison CECCALDI et près de la Stretta (en rouge sur le plan).

 

mur le plan

Ce mur n'a pas toujours existé comme le montre cette photo.

mur ancien

 

Il a fallu le bâtir, bien assembler les perres et cimenter avec minutie, pour en faire une bordure continue longée par une profonde rigole.

trio devant mur Une fois terminé, il eut un rôle important, non pas seulement à empêcher les éboulements de terrain, mais aussi comme lieu de rencontre et de discussion.

Le matin et en fin d'après-midi, le forum du village se tenait là. On discutait en tenant le mur, les pieds bien plantés dans la rigole, comme Pierre, Pierrot, Raymond et Ange en donnent l'exemple.


pierre pierrot,raymond, ange

  (photo de Jacques-Antoine MARTINI)

 

Avec cet appui, on avait plus de force pour renforcer le mur et bloquer son écroulement éventuel. On pouvait rester des heures sans se fatiguer pour parler des faits survenus au village, discuter de politique et de haute philosophie (hum!), attendre les commerçants ambulants ou compter les voitures traversant le village.


Mais, maintenant, le forum n'existe plus. Le lieu est désert.


 

 mur désert

 

Il peut encore réunir des Poggiolais dans des occasions très précises, comme ici, lors d'une Saint Roch.

mur St Roch

Bien sûr, les habitudes et les façons de vivre ont changé.

Mais avez-vous remarqué la grande modification qui s'est produite?

mur sans rigole

 

IL N'Y A PLUS DE RIGOLE !!!


Alors, comment s'appuyer pour tenir le mur efficacement?

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 19:00

 

Jean-Pierre Pernaut est parfois critiqué ou moqué pour montrer dans son journal de 13 heures sur TF1, une France rurale, tranquille et traditionnelle. Il n'en permet pas moins de faire connaître les particularités de chaque région. Ainsi, aujourd'hui, lundi 5 avril, il a présenté les cacavelli, les gâteaux corses de Pâques. Cliquez sur l'image pour voir ce reportage réalisé à Ajaccio.





 

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 21:03
Le "Corse-Matin" de dimanche 7 mars publie un article signé de J.-M.F. consacré à la dénonciation de la divagation des animaux, thème récurrent et préoccupant pour tous.
Le texte se termine par le souhait que les candidats aux élections s'y intéressent. "Leur programme devrait donc mentionner leur volonté ferme d'éradiquer (enfin) cette anomalie d'un autre siècle".
Le correspondant habituel pour notre canton croit que la divagation des cochons, vaches et autres existait dans les autres siècles. C'est vrai mais il ne faut pas croire que cette divagation était anarchique. Au contraire, elle était suffisamment contrôlée pour éviter les dégâts.
Un témoignage en est fournie par "L'essai sur la topographie physique et médicale de Saint-Antoine de Guagno", dissertation soutenue à la Faculté de Médecine de Strasbourg le 17 août 1829 par Jean-Baptiste-Joseph THIRIAUX (texte reproduit  dans le recueil "Acqua medicinale" publié par Louis Mathieu GENTY vers 1992).
A la page 11 de cet essai, le docteur THIRIAUX décrit les animaux de Guagno-les-Bains et précise:
"Le porc est très petit; sa robe est généralement noire. On a la mauvaise coutume de le laisser en liberté; cependant il n'en résulte d'autre inconvénient que la mal-propreté des passages; car il n'est pas méchant, et ne peut, à raison du triangle appelé catena, qu'on lui passe sur le cou, s'introduire, à travers les haies, dans les jardins."
L'anomalie n'est pas de laisser errer les bêtes, mais de ne plus utiliser la catena. Si, comme il est écrit dans l'article de J.-M. F., les maires ne peuvent faire appliquer l'interdiction de divagation, pourquoi ne tenteraient-ils pas de revenir à la catena? Comme "La vraie tradition est critique", nous reviendrions à une tradition qu'il fallait garder car elle avait fait ses preuves.
div
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 21:16
Lors de la fête de Saint Siméon qui a lieu ce dimanche 28 février, la messe se déroulera à l'intérieur de l'église. Comme elle n'est pas souvent ouverte, beaucoup de Poggiolais ne la connaissent pas bien. Ils pourront parfaire leurs connaissances dimanche sur place. Autrement, la vidéothèque poggiolaise a publié deux films.

L'un, intitulé "St Siméon de Poggiolo", rappelle les dates de la construction du bâtiment.
Cliquez sur cette image.clocher sommet.jpg
L'autre est un reportage de Thierry CALDERONI sur la Toussaint 2008 qui permet de bien voir l'intérieur restauré par Mario SEPULCRE. Son titre est: "Visite de St Siméon". Cliquez sur cette image.

fresque à St Simeon
N'oubliez pas de vous inscrire pour la pulenda du 28 février (06-03 -56-71-91).
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 21:37

C'est à combien, Poggiolo? La question revient souvent quand on évoque notre village à un interlocuteur et qu'on lui apprend qu'il est perdu dans la montagne. Cela signifie: "C'est à quelle altitude, le village de Poggiolo?". La question paraît toute simple mais la réponse n'est pas si évidente qu'elle ne paraît.

En se référant aux encyclopédies imprimées ou en ligne, les résultats peuvent aller de 500 à 620 mètres. Les sources les plus sérieuses indiquent "de 404 à 1.622 m" car elles donnent les altitudes minima et maxima de la commune. En fait, il faut bien distinguer Guagno-les-Bains et Poggiolo. L'altitude des Bains a été récemment précisée (voir l'article intitulé Poggiolo n'existe pas). Pour le village de Poggiolo lui-même, l'I.G.N. a facilité la besogne. L'I.G.N. (Institut Géographique National) a placé sur le territoire national 450.000 repères métalliques de nivellement qui sont scellés dans des murs ou des rochers et qui portent gravée leur altitude par rapport au niveau de la mer (calculée  au marégraphe d'Endoume à Marseille pour les départements continentaux et à celui d'Ajaccio pour la Corse).
Poggiolo est privilégié car le village a trois repères. Ils sont marqués 1, 2 et 3 sur la carte.
altitude Pog

Le repère 1  est placé  au Fragnu, dans un rocher de l'autre côté de la route par rapport à la croix.  Il indique 579  m à 1 m près  (car, depuis quelques années, l'IGN  ne marque plus les décimales sur ses repères). IGN Fragnu
Le  repère 2 a été placé en 2008 sur le mur de la maison MARTINI, à la croisée de la route et de la Stretta.  Le centre du village est donc à  590 m (11 m de plus que le 1).IGN Martini
Le repère 3, qui doit être le plus ancien,  est fixé dans le mur droit de la fontaine du Lucciu, qui est donc à 596 m. IGN fontaine
Ces points montrent bien que le côteau poggiolais (puisque Poggiolo signifie "côteau", "lieu élevé", "podium") est tout en hauteur. La mairie doit se situer vers 565-570 m, tandis que l'église de St Siméon domine à près de 620 m.

Les autres repères les plus proches sont au pont de Genice (444 m) et près de Saint Marcel (648 m).
A Soccia, l'altitude est bien sûr plus élevée: le repère placé au-dessous de l'hôtel "U Paese" affiche 730 m; celui de l'église indique 733 m.
Donc, "c'est à combien, Poggiolo?"
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 20:46

    Syméon (également Siméon l'Ancien ou Saint-Siméon) est le «juste et pieux» St Siméonhomme de Jérusalem qui, selon Luc 2, 25-35, a rencontré la Vierge Marie, Joseph et Jésus, alors qu'ils entraient dans le Temple pour remplir les exigences de la loi de Moïse, le quarantième jour de la naissance de Jésus. Tenant Jésus dans ses bras, il prononça la prière "Nunc dimittis" qui est encore utilisé dans la liturgie de plusieurs églises chrétiennes, et a donné une prophétie faisant allusion à la crucifixion. Cette rencontre est commémorée le 2 Février: c'est la Chandeleur ou, plus officiellement, la Présentation du Seigneur ou la Purification de la Vierge. 

    Selon une tradition forte dans l'Eglise orthodoxe d'Orient, Siméon avait été l'un des soixante-deux traducteurs de la Septante. Comme il hésite sur la traduction de Esaïe 7:14 ("Voici, la vierge concevra ..."), et se demande comment cela est possible, ou s'il s'agit de l'erreur d'un copiste, un ange lui apparut et lui dit que la prophétie était correcte et qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu sa réalisation avec le Christ, né d'une vierge. Ce serait lui faire bien plus de deux cents ans au moment de la rencontre décrite dans Luc!


N'oubliez pas de vous inscrire pour la pulenda du 28 février (06-03 -56-71-91).

 


Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 22:55

Composé avec une trentaine de photos, ce diaporama est destiné à mieux faire connaître l'église Saint Siméon qui surplombe Poggiolo.



N'oubliez pas de vous inscrire pour la pulenda du 28 février (06-03 -56-71-91).
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 23:25
Dimanche 7 février, aura lieu la 24ème édition d'A Tumbera à Renno.

Créée en 1986, cette foire a pour ambition de promouvoir et de transmettre les savoir- faire de la charcuterie traditionnelle. Chaque année, les visiteurs peuvent retrouver le goût authentique des produits consommés pendant la période d’abattage.

A Tumbera di Rennu propose, dans une ambiance chaleureuse, autour d’un repas pris dans la salle des fêtes du village, des animations qui attirent de nombreux visiteurs, producteurs et artisans.
Le programme de l'édition 2010:
- 10 h 30: messe à la chapelle St Roch
- 11 h: démonstration de cuisine par "Cucina corsa"
- midi: repas traditionnel (pulenta géante avec brocciu et figatelli) dans la salle municipale

- 14 h 30: découpe du porc et mise aux enchères des morceaux
Animation musicale permanente.
Voilà l’occasion pour les éleveurs-charcutiers de la région de démontrer leur savoir-faire. Et pour les visiteurs de faire provision de fameuses charcuteries régionales.
Renseignements:
Comité de Foire A Tumbera
Mairie – 20160 Renno
Tel : 04.95.26.65.35
Fax : 04.95.26.63.42

Pourquoi la foire a-t-elle lieu à cette date et pourquoi ce nom?
L’intitulé de la foire, «A Tumbera», désigne la période d’abattage qui couvre traditionnellement de la fin de l’automne à l’hiver.
Sur son site "cuisine et tradition corse" hébergé par le GIE Taravo, Félicienne Ricciardi-Bartoli, qui a écrit plusieurs livres sur le sujet, donne de précieux renseignements que nous reproduisons ici. Ils correspondent bien à ce qui se passait à Poggiolo comme ailleurs.

foire de rennoDans toute l'Europe chrétienne, la fin du carême de l'Avent signe la reprise de l'alimentation carnée, selon des modalités, qui pour être diverses, n'en ont pas moins un caractère obligé.
La Tumbera se faisait la veille ou quelques jours avant Noël. Dans un passé récent, on célébrait encore, dans la plupart des villages, la fête traditionnelle de la tuaison du cochon, chair indubitablement chrétienne, car interdite aux juifs et aux musulmans.
La coutume fixait les règles informelles de cette tuerie. Voisins et parents s'entendaient pour échelonner la mise à mort., chacun se rendant chez l'autre à tour de rôle. La bête était tuée et découpée par les hommes, les entrailles préparées par les femmes. Il fallait se réunir et s'entraider pour terminer rapidement les parties altérables. L'abattage était rapidement suivi par la préparation des abats et du sang. Suivaient ensuite les diverses autres charcuteries.
Avec les cuisses et les épaules du porc, on fait les jambons «i prisutti». Les filets de devant donnent «i lonzi», ceux de l'échine «a coppa». La poitrine «a panzetta», le cou «a guletta»,  la bajoue «a gulagna" comme les autres charcuteries sont salées, séchées et fumées.
Le foie du porc n'est pas transformé en pâté comme cela se fait ailleurs, mais se conserve sous forme de saucisses salées et fumés, tels que les figatelli, ou fittoni. Le Gialaticciu, après cuisson, peut se conserver quelque temps dans du saindoux.
Tripes, boudins et pâté de tête doivent être consommés rapidement.
Une partie du lard est transformé en saindoux «ou struttu». Avec l'enveloppe graisseuse des rognons et du péritoine, on obtient «l'asciunga», une graisse plus fine employée dans la pâtisserie.
Rompant le carême, les boudins, les figatelli et le ghialaticciu étaient consommés après la Vigile de Noël. Avant cette date, toute nourriture carnée étant jadis prohibée :

"A chi manghia carne
a vigilia di Natali
corpu di lupu
è anima di cane".






Repost 0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 23:09
    Il a pu paraître curieux que, voici une semaine, des cérémonies aient été célébrées, comme à Guagno-les-Bains, pour un saint Antoine que l'Eglise officielle a mis de côté (voir l'article du 14 janvier). 
    Mais il ne faut pas oublier l'importance qu'il avait pour la société agro-pastorale que la Corsebénédiction cochons a longtemps été.
    Ce saint, souvent représenté habillé de la robe à capuchon des moines, est pratiquement toujours accompagné d'un cochon car il guérit un jour le petit malformé d'une truie par un simple signe de croix. Il était donc souvent invoqué pour guérir les animaux et dans certains villages le curé allait jusqu'à bénir les troupeaux.
    Certains historiens, plus prosaïques, prétendent bien que les monastères antonins élevaient des porcs qui se distinguaient par leur clochette (autre attribut de saint Antoine). Mais faut-il les croire?
    D'autre part, plusieurs dictons mentionnaient ce saint car sa fête de la mi-janvier coïncidait avec certains moments du calendrier agricole. En voici trois. Peut-être peuvent-ils encore servir...


1 - Sant'Antone
Di mezu ghjennaghjuSt-Antoine-Abbe
Stacca l'gnellu
E face u casgiu.
(Saint Antoine
De la mi-janvier
Sépare l'agneau

Et fait le fromage.)


2 - In Sant'Antone
Di mezu ghjennaghju
Luce u sole
Per ogni vallaghju.
(A la Saint-Antoine
De la mi-janvier
Le soleil brille
Dans tous les vallons.)


3 - In Sant'Antone
Di mezu ghjennaghju
Ghjunghje u sole
In ogni ghjallinaghju.
(A la Saint-Antoine
De la mi-janvier
Le soleil arrive
Sur chaque poulailler.)

 

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Dimanche 19 novembre:

messe à Soccia à 11h.

Samedi 25 novembre au couvent de Vico, à partir de 19 h:

 soirée de rencontre, partage et débat sur le thème "La Mission aujourd'hui, pour nous" avec Bertrand EVELIN, omi.

Dimanche 26 novembre:

fête du marron à Evisa.

Samedi 2 décembre:

soirée soupe corse au couvent St François à partir de 20h. Prix: 20€.

S'inscrire auprès de Mme BASSI (04-95-26-62-29) ou au secrétariat du couvent, le matin uniquement, au 04-95-26-83-83.

Vacances de Noël:

du samedi 23 décembre au lundi 8 janvier.

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907