Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2018 1 12 /02 /février /2018 18:04

Ayant lu attentivement le rapport sur l'installation d'une micro-centrale hydroélectrique sur le Fiume Grosso, présenté dans l'article précédent, Jacques-Antoine MARTINI, qui connaît bien les lieux, a fait part de quelques remarques:

 

Je ne voudrais pas trop jouer à l'écolo-nostalgique, mais il y a malgré tout des passages du rapport qui "interpellent" :

"… Le sol sera impacté par l’emprise permanente et temporaire du projet et les travaux de construction des installations induiront des transformations locales du ruissellement et de l’infiltration de l’eau.

Le chantier engendre un risque de pollution accidentelle de l’eau par des substances toxiques. De plus, la circulation des engins dans ou à proximité du lit des cours d’eau peut remettre en suspension les sédiments fins et entrainer l’obstruction du substrat.

La réalisation des différentes installations constitutives de l’aménagement projeté affectera la végétation actuelle par un déboisement d’environ 30 % de l’emprise totale du projet. …

Pour l’aménagement de la piste d’accès aux ouvrages en amont et la pose de la conduite forcée, seront réalisés : 


- Des coupes de Pins laricio et de Pins maritimes essentiellement, dans la forêt territoriale de Libio- Tretorre, sur un peu plus d’un kilomètre ;
- Un déboisement de la forêt communale de Guagno où la végétation est dominée par les châtaigneraies mélangées aux Chênes verts ;
- Des interventions sur les boisements de certaines propriétés privés correspondant à des surfaces classées en vergers de châtaigniers mais largement colonisés par le Pin maritime et le Chêne vert


… Le chantier peut être potentiellement soumis au risque inondation et aggraver ce risque. De plus, le dépôt sauvage de déchets verts liés au déboisement peut entraîner un risque d’incendie. Enfin, durant les travaux, la circulation et le fonctionnement des engins de chantier entraineront des niveaux sonores supérieurs aux niveaux habituels. Les déplacements motorisés rejetteront des polluants atmosphériques et comme tout chantier, celui-ci pourra générer un risque pour la sécurité des personnes.


L’entretien des installations nécessite l’utilisation de substances pouvant entraîner une pollution de l’eau par déversement. Des précautions seront prises afin de limiter cet impact potentiel..."

 

PS: n'oubliez pas de lire en commentaire à la fin de cet article le cri de douleur de Maryse.

 

Barrage sur le Fiume Grosso: quelques remarques de Jacques-Antoine

Jacques-Antoine fait également cadeau aux lecteurs du blog de la photo du futur emplacement de la retenue d'eau de Belle e Bone, prise au niveau du pont qui a été emporté par la grande fiumara du 12 juillet 1983.

--------------------

Des renseignements et un film sur la fiumara se trouvent en cliquant ICI.

Partager cet article

Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 18:00

Beaucoup de nos lecteurs connaissent-ils Madame Vanessa MARCHIONI?

 

Pourtant, cette dame joue un rôle important pour notre haut-canton. Elle avait été désignée comme Commissaire Enquêteur dans l'enquête publique de novembre et décembre 2017 et elle vient de donner, le 15 janvier 2018, son avis favorable à la demande d’autorisation "au titre de l’article L 214-3 du Code de l’Environnement de la micro-centrale hydroélectrique de Guagno sur la rivière Fiume Grosso"

Cet avis va permettre la construction d'un barrage sur notre affluent du Liamone. Les détails donnés dans les lignes suivantes sont extraits du rapport de Madame MARCHIONI.

Fiume Grosso (photo Thierry Calderoni)

Fiume Grosso (photo Thierry Calderoni)

L'ensemble comptera:

- Une prise d’eau située sur le Fiume Grosso près de "la passerelle de Spelonche au niveau du lieu-dit Belle e Buone"

Une centrale hydroélectrique située "à la confluence du Fiume Grosso et de l’Albelli"

- Entre les deux, enterrée sur la quasi-totalité du tracé, une conduite forcée "d'une longueur totale d’environ 7 800 mètres, permettant d’acheminer l’eau depuis la prise d’eau jusqu’à la centrale hydroélectrique".

"La hauteur de chute brute s’élèverait donc à 418 mètres. La longueur du cours d’eau court-circuité sera d’environ 8 000 m".

 

Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

 

Les travaux devraient durer 12 à 14 mois étalés sur deux années en fonction des conditions météorologiques.

Les effets sur la végétation seraient faibles en dehors "de coupes de Pins laricio et de Pins maritimes essentiellement, dans la forêt territoriale de Libio-Tretorre, sur un peu plus d’un kilomètre", et "un déboisement de la forêt communale de Guagno".

De toute façon, "aucune espèce végétale protégée n’a été identifiée sur le site".

L'impact sur la faune sera la "suppression d’habitats potentiels d’hibernation et de reproduction, notamment pour des espèces protégées à forte valeur patrimoniale recensées sur le secteur telles que l’Autour des palombes (rapace), l’Euprocte de Corse et le Discoglosse (amphibiens)".

"Cependant, le niveau d’enjeu pour cette espèce (l’Autour des palombes) est considéré comme très faible."

Si vous ne connaissez pas l'Autour des palombes, bien que vous l'ayez certainement vu voler au-dessus du canton, ce petit film vous en donnera quelques images.

Quel est l'intérêt de cette installation

Le rapport répond:

"La centrale hydroélectrique du Fiume grosso permettra d’alimenter environ 2000 foyers. Il génèrera des retombées économiques qui profiteront, entre autres, aux finances locales et facilitera le travail des exploitants forestiers grâce à l’aménagement des pistes. Les installations, discrètes, n’entacheront pas la fréquentation touristique.

 L’utilisation de l’énergie hydroélectrique de la centrale de Guagno peut permettre à la Corse de s’affranchir de l’achat annuel de 2 225 tonnes de fioul et de réduire les émissions dans l’atmosphère de 6 675 tonnes de CO2 par an."

La centrale se situant entièrement sur le territoire de la commune de Guagno, ce village bénéficiera de "revenus complémentaires non négligeables et lui permettra ainsi d’entreprendre des projets à moyen et long terme.".

Tant mieux pour les Guagnais !

 

De très nombreux renseignements sur les futurs travaux sont donnés dans ce dossier qui est accessible à l'adresse:

 http://www.corse-du-sud.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_du_commissaire_enqueteur.pdf

On peut y lire les observations déposées lors de l'enquête publique qui avait été affichée dans les mairies d'Orto et de Guagno.

 

Et pourquoi pas à Poggiolo? Parce que le territoire de la commune n'est pas concerné. Et pas d'inquiétude pour le niveau de la rivière: à Guagno-les-Bains, rien ne devrait changer. C'est du moins ce qu'affirment les spécialistes.

A chacun de juger en regardant les documents.

le confluent du Fiume Grosso et du Filiccioni, à Guagno-les-Bains (photo Thierry Calderoni)

le confluent du Fiume Grosso et du Filiccioni, à Guagno-les-Bains (photo Thierry Calderoni)

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 17:29

 

A l'occasion du prochain centenaire de la fontaine du Lucciu, il avait été émis l'idée de prêter plus d'attention à l'histoire et à l'utilisation de l'eau, et même de créer une journée de l'eau (voir l'article du 7 janvier).

Une de nos lectrices a réagi en posant des questions intéressantes sur les problèmes de l'eau à Guagno-les-Bains. Nous vous les présentons.

Fontaine du virage de Guagno-les-Bains (photo Google).

Fontaine du virage de Guagno-les-Bains (photo Google).

Pourquoi ne pas évoquer aussi le manque d'eau potable aux Bains?

Pourquoi ne pas apposer une plaque sur le fronton de la fontaine située dans le virage aux Bains, stipulant que l'eau n'est pas potable? Trop de touristes s'arrêtent pour faire le plein ou simplement se désaltérer...

Pourquoi ne pas parler de l'eau chaude de la station thermale qui se déverse dans la rivière... troublant ainsi l'écosystème de la rivière?

L'eau, source de vie et quelquefois de contrariété!

-------------

Petite note: Le déversement de l'eau chaude dans la rivière a été présenté dans un article de février 2012:

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 18:00

Avec le temps, les vestiges du passé s'effacent peu à peu. Le paysage n'est pas immuable et le terroir de Poggiolo montre de moins en moins qu'il fut presque entièrement cultivé, avec des murets en pierres pour retenir la terre. Il existait aussi un intelligent réseau d'alimentation d'eau pour les jardins qui a été décrit dans l'article "Poggiolo vu par un adolescent de 1963 - 6/8: le travail agricole" publié le 19 février 2013:

  Les rues et les jardins du village étaient sillonnés d’un important réseau de rigoles amenant l’eau d’arrosage depuis des réservoirs municipaux. Chaque famille avait son jour et ses heures d’arrosage. On voyait ainsi, suivant le moment, untel ou untel courir avec sa binette pour édifier ou enlever de petits barrages de terre et de chiffons afin d’orienter le flux dans la bonne direction.
   Ce subtil et efficace réseau a presque totalement disparu avec l’arrivée de l’eau courante en 1968. Le vestige le plus visible de canalisation à ciel ouvert se trouve le long du mur, au coin de la stretta et de la route.

Ce système existait dans les villages voisins et dans de nombreuses zones montagneuses du bassin méditerranéen.

Le journal de 13 heures de TF1 a diffusé le 9 novembre 2017 un reportage sur des villages cévenols. Vous pouvez voir dans l'extrait ci-dessous un professeur retraité établi à Aumessas, son village d'enfance, qui explique bien à la journaliste l'utilisation des rigoles. Voici une partie du dialogue:

 

"- Journaliste: Quand il était petit, chaque habitant pouvait récupérer l'eau de ces rigoles pour son jardin à une heure très précise. 

- Retraité: On mettait du chiffon, une pierre par dessus pour qu'il s'en aille pas, et l'eau coulait par le tuyau.

- Journaliste: Et l'eau allait dans le jardin!"

 

Dans les Cévennes comme en Corse, les rigoles étaient essentielles.

Les rigoles des Cévennes et de Poggiolo
Les rigoles des Cévennes et de Poggiolo

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 18:00

Suite des photos des panneaux du sentier d'observation de Letia "Dà u castagnu à l'alivu" (clichés Joël CALDERONI).

Tous ces dessins et leurs textes d'accompagnement sont mieux visibles en cliquant sur les images.

 

Panneau numéro 9: a Sarra

Un panneau permettant d'identifier les sommets de ce paysage.

Les panneaux de Letia (seconde partie)

 

Panneau numéro 10: a Tarra Rossa 

L'argile était un matériau important pour les tuiles et de nombreux objets.

Les panneaux de Letia (seconde partie)
Les panneaux de Letia (seconde partie)

 

Panneau numéro 11: a Leccia

Le chêne vert est très présent dans la végétation corse. 

Les panneaux de Letia (seconde partie)

 

Panneau numéro 12: l'Alivu

La culture de l'olivier existe depuis le début du XIXème siècle.

Les panneaux de Letia (seconde partie)

 

Panneau numéro 13: u Monte Vaïta

un poste de guet permettant de protéger le village.

Les panneaux de Letia (seconde partie)

Panneau numéro 14: l'Alzu

L'aulne glutineux est fréquent dans les lieux humides. 

Les panneaux de Letia (seconde partie)

 

Panneau numéro 15: u Scalone

Description de l'architecture traditionnelle des maisons corses. 

Les panneaux de Letia (seconde partie)

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 18:00

La devinette du mois demandait où l'on peut trouver sept espèces végétales (aulne glutineux, châtaignier, chêne blanc, chêne vert, ciste, frêne orne et olivier).

En fait, ces éléments forment une grande partie de la végétation du canton et on peut les voir à peu près partout. Mais un endroit a été aménagé pour bien mettre en valeur notre nature.

C'est:

sur le sentier d'interprétation de LETIA

 

Le sentier d'interprétation de Letia avait été présenté dans un article publié le 14 octobre dernier (S'instruire sur la Corse en marchant).

Ce circuit, dénommé "Dà u castagnu à l'alivu", a été aménagé afin de "permettre la découverte des richesses naturelles et culturelles d'une région méconnue". Quinze lutrins placés par le Parc Naturel Régional de Corse entre les hameaux de San Roccu et de San Martinu expliquent flore, paysages, pratiques agricoles et vie au village de Letia mais les renseignements sont tout à fait transposables à tous les villages du canton.

 

Toutes ces photos peuvent être agrandies par un simple clic.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Quatre panneaux avaient été montrés dans l'article précédent. Grâce à Joël CALDERONI, qui est revenu sur les lieux le 23 octobre, nous pouvons publier la quasi-totalité de ce circuit (il manque seulement l'étape numéro 3). Les renseignements en sont plus fiables que ce qui peut être lu sur les panneaux posés à Soccia par le département (voir l'article "Une énorme erreur à Soccia").

L'itinéraire débute à Letia San Roccu et suit l'ordre des numéros tels qu'ils sont indiqués sur le panneau d'introduction, lequel est accompagné d'un texte présentant la situation du village et sa première apparition dans l'histoire de la Corse, au XIIIème siècle.

 

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)
Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

 

Le plan du cheminement est imprimé sur le dépliant disponible, entre autres, à l'office de tourisme de Sagone et à la Casa di u mele de Murzo.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 1: l'Acqua

Au passage d'un pont, rappel des efforts séculaires entrepris pour domestiquer l'eau.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 2: San Roccu

description du village, de son plan, de la forme des maisons et des matériaux utilisés.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 3: u Grataghju

Photo absente. Le panneau est consacré au séchoir à châtaignes.

 

Panneau numéro 4: u Castagnu

L'importance de "l'arbre à pain" qu'était le châtaignier.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 5: u Quarciu (le chêne blanc)

Un arbre qui avait de multiples utilisations.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 6: e Croce

Les croix sont le symbole de la présence d'une communauté chrétienne, protègent les voyageurs, sont des lieux de pèlerinage et des points de repère. Un village corse ne peut se concevoir sans croix.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)
Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)
Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)
Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 7: i Muchji

Le ciste, arbrisseau abondant dans le maquis.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

Panneau numéro 8: u Frassu

le frêne orne, autrefois utilisé pour fabriquer des outils.

Solution de la devinette du mois: les panneaux de Letia (première partie)

 

 

(à suivre)

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 18:00
image de chêne blanc

image de chêne blanc

L'actualité nous a obligé à décaler la parution de la devinette du mois de décembre. La voici.

Par contre, il n'y aura pas de devinette en janvier.

Le thème de notre devinette de décembre est la nature.

 

Dans quelle partie du canton peut-on voir à la fois:

- l'aulne glutineux

- le châtaignier

- le chêne blanc

- le chêne vert

- le ciste

- le frêne orne

- l'olivier?

 

A demain pour la réponse !

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 09:16

Elle est là ce matin!

 On le sentait depuis quelque temps, même si la semaine a été assez agréable. Une première petite tombée avait eu lieu voici quelques jours mais les flocons fondaient en touchant le sol. On attend de voir pour aujourd'hui...

Toutefois, ce n'est pas une raison suffisante pour déserter le bureau de vote...

La neige est arrivée
La neige est arrivée

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 18:00

Les pompiers sont intervenus au-dessus de Guagno de lundi à jeudi. L'incendie s'est déclaré à proximité des bergeries de Bassitone et n'a menacé aucune habitation.

Les pompiers ont lutté à Guagno.

Voici la relation qui en a été fournie mercredi 18 octobre sur la page Facebook du SDIS 2A:

"Un incendie s'est déclaré lundi après-midi sur la commune de Guagno. La zone est inaccessible.
Le feu se propage en sous-bois dans un relief particulièrement accidenté.
Des sapeurs-pompiers et des forestiers-sapeurs ont été héliportés par l'hélicoptère de la sécurité civile. Ils ont pu exploiter un cours d'eau proche pour les opérations d'extinction.
Il a fallu beaucoup de dextérité à l'équipage du Dragon 20 pour déposer personnels et matériels tenant compte du relief. Dans le même esprit, il faut souligner les difficiles conditions d'engagement et de lutte, éprouvantes pour les personnels sur ce type de feu d'altitude. 
De nombreux points chauds subsistent et les opérations d'héliportage se poursuivront demain.
Une quinzaine d'hectares ont été parcourus."

Signalons qu'un pompier volontaire a été blessé.

photos SDIS 2A et Dragon 20
photos SDIS 2A et Dragon 20

photos SDIS 2A et Dragon 20

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 18:07

Marcher est un excellent exercice pour le corps. Il peut également être très bon pour l'esprit dans certains cas, comme quand on se rend à Letia.

Le sentier partant du pont de Guagno-les-Bains est bien connu des baigneurs qui l'empruntent pour aller se détendre au confluent du Fiume Grosso et du Filiccioni, la rivière de Soccia. Mais il faut continuer à suivre le cours d'eau pendant presque trois quarts d'heure.

9 août 2009

9 août 2009

Après un autre confluent, celui du Fiume Grosso et du Liamone, on traverse un pont à partir duquel la montée commence.

En fait, le sentier est celui d'une partie du Mare a Mare nord.

Le chemin est bien tracé et la pente pas trop forte.

13 août 2017

13 août 2017

Au bout de trois quarts d'heure de montée, on a la joie de se trouver en vue de Letia San Martinu.

13 août 2017

13 août 2017

Par la même occasion, on a rejoint le sentier d'interprétation installé par le Parc naturel régional de Corse. Ce parcours, nommé "Dà u castagnu à l'alivu", est bordé par quinze lutrins illustrés par des croquis ou des dessins à l'aquarelle. Leur but est de sensibiliser le public à l'environnement naturel et au patrimoine culturel de cette partie de la Corse.

Ils sont numérotés depuis Letia San Roccu dans le sens des aiguilles d'une montre.  

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

S'instruire sur la Corse en marchant

En venant à pieds par Guagno-les-Bains, on aborde ce parcours par le lutrin numéro 10 "A Tarra Rossa" qui explique comment on fabriquait des tuiles avec l'argile locale.

Lutrin 10 à côté d'un renfoncement d'extraction d'argile.
Lutrin 10 à côté d'un renfoncement d'extraction d'argile.

Lutrin 10 à côté d'un renfoncement d'extraction d'argile.

En continuant, on passe devant "A Leccia", "L'Alivu" et "U Monte Vaita".

S'instruire sur la Corse en marchant
S'instruire sur la Corse en marchant
S'instruire sur la Corse en marchant

Comme la balade pour observer ces quinze lutrins dure deux heures, il est tout à fait compréhensible de se contenter de se rendre au point de départ en voiture jusqu'à Letia San Roccu. La démarche est moins sportive mais on marchera quand même et on apprendra beaucoup.

Et pourquoi ne pas créer un tel sentier autour de Poggiolo et de Guagno-les-Bains? Il y aurait de la matière. Les nombreux articles de ce blog en témoignent.

 

---------------------------------

Un autre chemin ludique et didactique est constitué par le sentier du miel, à Murzu. Il part du pont de Belfiore. Renseignements sur le site "une écrevisse dans le maquis".

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907