Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 18:00

A Poggiolo, comme dans toute la Corse, plusieurs moulins (à huile, blé ou châtaigne) fonctionnaient. Il n’en reste plus rien, sauf le nom de Fragnu (moulin à huile) donné à l’entrée du village.

 

 

Xavier PAOLI, qui est la personne connaissant le mieux l’histoire de la communauté poggiolaise, a écrit l'Histoire abrégée du village avant 1914, qui peut être lue sur une page de ce blog.

Il a rédigé sur les anciens moulins un texte, accompagné d’un croquis de sa main, qu’il a eu la gentillesse de confier au Blog des Poggiolais. Qu’il en soit vivement remercié.

 

 

---------------------------------------------

Le 7 juillet 1828, le maire Charles François PINELLI répond à une enquête économique de la préfecture :

« … il existe un moulin à farine sur le territoire de la commune sur le « Liamone » (sic) au lieu-dit « FANGO ». Il a été construit il y a environ cent ans. Il fonctionne avec un homme et appartient à Jules MARTINI. Les dépenses annuelles sont de 94 francs et les revenus de 141 francs… ».

Sur le cadastre de 1857, ce moulin est nommé : «Moulin du COTICCIO» et appartient à :

- MARTINI Pierre (de Paul) 2/6 – 12 francs

- FRANCESCHETTI François (maire) 1/6 – 6 francs

- MARTINI Jules César (meunier) 3/6 – 18 francs

Sa surface est de 37 m2.

Au début du XXème siècle, il sera transformé en scierie par Jean ARNAUD et son beau-frère PINO qui fournissaient Saint-Claude (dans le Jura) en ébauchons de pipes en bruyère.

 

En fait, il existait un autre moulin qui, en 1828, était déjà à l’état de ruine et devait l’être depuis longtemps.

Sur le cadastre, il est nommé «Moulin de LUCCIACCIA» et appartenait à :

- FRANCESCHETTI Antoine François – 6/16 – 10 m2

- PINELLI Antoine François – 2/16 – 5 m2

- FRANCESCHETTI Laurent Antoine – 3/16 – 6 m2

- FRANCESCHETTI Jean Charles – 5/16 – 8 m2

Sa surface totale était de 29 m2.

 

En se reportant au croquis, on s’aperçoit que nos ancêtres avaient très habilement utilisé un coude du Fiume Grosso et, de plus (ce qui n’apparaît pas sur le plan), le terrain à cet endroit est plat et donc facilement aménageable.

http://poggiolo.over-blog.fr/2015/11/des-russes-dans-les-deux-sorru.html

LES MOULINS POGGIOLAIS

 

Certains d’entre nous (de moins en moins nombreux) se souviendront que, il y a largement plus de cinquante ans, après la baignade au « LAVU A E CONCHE », se disputaient sur ce « PIANU A U FANGO », seul espace assez vaste, d’acharnées parties de football.

A l’époque, on y distinguait encore très nettement le canal d’amenée d’eau (« A madre ») construit avec de gros blocs agencés avec soin et qui ménageait une pente suffisante permettant aussi l’irrigation des jardins en terrasses qui jouxtaient la rivière.

Xavier Paoli

 

 

_________________________________________________

Informations complémentaires :

LES MOULINS POGGIOLAIS

Sur cette carte, le terrain représenté par le croquis de Xavier est circonscrit par un trait rouge. L’espace plat est représenté par la distance séparant la rivière (d’altitude 460 mètres) et la courbe de niveau des 470 mètres.

Pour arriver à ce lieu, il faut bifurquer depuis le sentier joignant Poggiolo à Guagno et dont le point de départ principal est près du Fragnu, là où une barrière et une pancarte ont été installées voici quelques années.

LES MOULINS POGGIOLAIS
LES MOULINS POGGIOLAIS

Reste-t-il encore des vestiges de ces moulins?

Qui voudra bien aller jusque-là pour les photographier?

M. F.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 18:06

Un article précédent (http://poggiolo.over-blog.fr/une-bonne-pub-pour-guagno-les-bains)

reproduisait ce qui était écrit sur Guagno-les-Bains dans le "Guide du touriste édité par le Syndicat d'Initiative de la Corse" de 1908.

Ce livre touristique était illustré de nombreuses photos. Voici celles qui correspondent aux Deux-Sorru. Elles étaient toutes de petites dimensions, la plus grande ayant 9 cm sur 6. Mais internet permet de les agrandir.

Depuis un siècle, les changements ont été indéniablement importants à Sagone. Mais ailleurs?

Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 17:44

Poggiolo est de moins en moins désert. Le début, cahotique, du beau temps, incite des touristes, de plus en plus nombreux, à l'admirer en le traversant.

Ainsi, lundi 3 juin après-midi, cinq touristes à grandes oreilles sont restés très longuement à profiter des rues poggiolaises. Il paraît d'ailleurs qu'ils ne sont pas à leur premier séjour et qu'ils viennent régulièrement car ils n'ont pas une grande distance à franchir pour aller au village.

Ces touristes n'achètent rien mais leur présence est très profitable pour les jardiniers car ils peuvent ramasser de grandes quantités de crottin sur la voie publique.

Combien de fois ce groupe va-t-il encore nous rendre visite?

Les touristes à longues oreilles
Les touristes à longues oreilles
Les touristes à longues oreilles
Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 23:39

Mathieu Louis Passoni aime bien réaliser des vidéos sur la région vicolaise. Nous avions déjà vu comment il avait montré la dernière chute de neige sur les Deux Sorru.

Il vient de publier un reportage sur la Festa di a Natura qui s'est déroulée dimanche 19 mai.

Les stands des diverses activités artisanales sont bien montrés et expliqués avec plusieurs interviews.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 18:00

   Le dernier des articles sur les croix poggiolaises montrait la croix du sentier joignant Poggiolo à Orto. Les deux villages étaient reliés uniquement par ce moyen jusqu'à la création de la route départementale, en contrebas.

    Cette RD 223 est étroite et tortueuse, à l'image de ce que furent les autres voies routières du canton jusqu'à ces dernières années où de grands travaux ont eu lieu pour fluidifier la circulation.

   - Pour voir l'amélioration entre Guagno-les-Bains et Poggiolo, cliquer ICI.

   - Pour voir les changements entre Poggiolo et Soccia, cliquer ICI.

   Le département, à la demande du conseiller général François COLONNA, a accédé à la demande du maire d'Orto, Nicolas RUTILY, de bénéficier à son tour d'une amélioration de l'infrastructure. Des travaux, à la hauteur de 483.126 euros, viennent de débuter pour une durée estimée à six mois, sur le tronçon Poggiolo-Orto.

 

   En attendant que les automobiles puissent rouler plus vite, les marcheurs pourront toujours profiter des joies de la nature en empruntant le vieux chemin dont voici quelques images.

sentier Orto

    Ce chemin pietonnier début, comme indiqué dans l'article précédent, à gauche de l'église Saint Siméon et commence par longer le mur du cimetière. Il côtoie par moments des murs dressés par nos ancêtres. On retrouve aussi des morceaux de chaussée et de marches taillées dans le roc. Le trajet est jalonné de marques de peinture bleue.

    Une partie du chemin est à couvert de l'ardeur du soleil estival mais on peut profiter de belles vues sur le Tretorre, Guagno et les impressionnants monts d'Orto.

    La promenade se termine au cimetière d'Orto où le sentier rejoint la route goudronnée.

Les photos datent de 2009.
Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 18:00

Où se trouve cette petite croix en bois toute simple?

Elle ne se cache pas mais peu de personnes peuvent la voir.

 

croix sentier

Elle se trouve au bord d'un sentier, celui qui relie Poggiolo à Orto. Ce chemin débute juste à côté de l'église St Siméon. Il passe entre les deux cimetières, le communal et le privé, puis s'élève en direction du village voisin. Ce trajet a été emprunté pendant des siècles jusqu'à la fin du XIXème siècle. La route départementale fut alors creusée plus bas, par le Fragnu.

Ces chemins sont bien visibles sur cette carte d'Etat-Major.

sentier Orto état-major

La croix marque à peu près le lieu le plus élevé de la marche et se trouve proche de la bifurcation qui se dirige vers Soccia. Le chemin vers Soccia n'est pas toujours bien visible. La carte de l'IGN reproduite ci-dessous n'en montre qu'un morceau. Le trajet Poggiolo-Orto a été colorié en jaune par Michel Franceschetti.

sentier Orto

A vrai dire, l'énigme était biaisée car cette croix est peut-être plutôt sur le territoire d'Orto que sur la commune de Poggiolo.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 17:56

Les récentes variations climatiques ont causé de grands mouvements nuageux dans le ciel.

Avec son grand talent, Nicolas MARTINI a su saisir certains moments.

Il nous donne ainsi ces excellents clichés d'un ciel tourmenté au-dessus de Poggiolo.

Poggiolo sous la lumière divine
Poggiolo sous la lumière divine
Poggiolo sous la lumière divine
Partager cet article
Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 17:47

Les trois articles précédents de cette série (les églises, les balises, les cimetières) ont montré les diverses séries de croix présentes à Poggiolo.

Mais il est un exemplaire unique placé à quelque distance des habitations. Connaissez-vous cette croix? Où est-elle? Que marque-t-elle?

Réponse dans le prochain article.

croix sentier

(à suivre)

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 18:00

Les ravages spectaculaires causés par un typhon dans la ville de Moore, en périphérie d'Oklahoma City rappellent que les Etats-Unis connaissent régulièrement ces tourbillons d'air, de même que les régions tropicales. En Europe, nous pensons être à l'abri de ces phénomènes. Pourtant, ils peuvent se produire même à l'intérieur de la montagne corse.

Exemple: voici 108 ans, les villages de Sorru-in-sù, et particulièrement Guagno, ont été victimes d'un cyclone. "L'Echo de Paris" du 9 février 1905 avait alors publié cet article:

Cyclone à Guagno

Plusieurs quotidiens parisiens firent paraître le même texte, à croire qu'ils avaient tous les mêmes correspondants locaux.

Seul, "Le Petit Parisien" ajouta: "Tout le canton est ravagé".

Il paraît curieux de nommer "cyclone" un phénomène qui a duré deux jours. Le terme de "tempête" était peut-être plus approprié.

Mais les journaux ne publièrent rien de plus. Poggiolo fut peut-être frappé mais le village ne connut l'état de catastrophe naturelle qu'à l'occasion des fortes pluies d'octobre 1992. Un article de blog a déjà été consacré à cet événement. Cliquer sur le lien suivant pour en savoir plus:

Partager cet article
Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 18:01

Que vous les ayez râtés ou non lors de leur diffusion sur Arte, les cinq épisodes du reportage "La Corse, beauté sauvage" valent la peine d'être vus et revus.

Les voici. En cliquant sur l'image correspondante, vous pourrez les admirer sur le blog des Poggiolais.

La Corse, beauté sauvage n° 1

Espace vierge et dernier refuge sauvage, la montagne Corse est un lieu où se tissent des liens entre passé et présent. Ces territoires rudes, parcourus et habités par les bergers et leurs bêtes, sont arpentés dès le printemps par des cohortes de randonneurs venus du monde entier. De bergers, les Corses deviennent muletiers, guides de haute montagne, gardiens de refuge et parcourent eux aussi le fameux GR20. Pendant que certains pratiquent l'escalade le long de ce sentier, des Corses y chassent encore la fameuse bête noire du maquis, le sanglier.

La Corse, beauté sauvage n° 2

Des hauts tombants de roches volcaniques rouges du côté occidental aux innombrables baies de la plaine orientale, le littoral corse jouit d'une grande diversité de paysages. De nombreux sites classés au patrimoine mondial de l'humanité jalonnent la côte et tout autour de l'île les réserves naturelles constituent des refuges pour les oiseaux migrateurs, ou abritent des espèces rares comme la réserve marine de Scandola, véritable sanctuaire marin.

La Corse, beauté sauvage n° 3

Symbole de la Corse, le maquis recouvre plus de la moitié du territoire insulaire. Un milieu impénétrable, luxuriant et odorant qui émerveille lors de son fleurissement printanier. Mais sans l'intervention de l'homme et de l'animal, le maquis recouvre rapidement les terres et fait disparaître les sentiers. Un paysage que les Corses ont réussi à apprivoiser. Les hommes cultivent l'emblématique olivier, récoltent la châtaigne pour nourrir hommes et bêtes et exploitent la vigne depuis l'Antiquité pour produire des vins désormais reconnus dans le monde entier.

La Corse, beauté sauvage n° 4

Entre cimes et rivages, le relief corse révèle un dédale de vallées innombrables et irriguées de cours d'eaux. Pendant des siècles, le destin des Corses était lié à cette terre "entre mer et montagne". Ils y ont gagné leur existence, en faisant aller et venir leurs troupeaux de la plage aux alpages au gré des saisons. De nos jours, l'homme tente de maintenir dans ces territoires morcelés une activité et un savoir-faire artisanal comme la fabrication de fromages et de charcuteries traditionnelles qui font la renommée de l'île et son art de vivre. Du Liamone au Rizzanese, en passant par la Restonica, les vingt-quatre rivières qui couvrent plus de la moitié de l'île sont devenues depuis quelques décennies un bon moyen pour parcourir les fonds de vallées préservés et sauvages.

La Corse, beauté sauvage n° 5

Tour à tour grecque, romaine, chrétienne, menacée par les sarrasins, la Corse est une terre de mémoire. Des villages perchés (le paese, celui qui protège) sur les montagnes aux villes fortifiées aux allures italiennes, les implantations architecturales en Corse ont toujours un rapport à l'ailleurs... Des 90 tours génoises prévenant des dangers qui viendraient de la mer aux maisons d'Américains, ces immenses demeures construites par ceux qui firent fortune aux Amériques, le patrimoine corse témoigne de toute l'histoire de l'île.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de juillet en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

Le marché de Vico:

Le mardi soir place Casanelli (place de la fontaine) de 19h à 23h

Le mercredi matin place de l’ancienne mairie de 9h à 13h

 

- Mardi 16 août:

fête de Saint Roch à Poggiolo à 18 heures.

- Samedi 20 août:

jeux d'enfants à Poggiolo

- Lundi 29 août: fête de Saint Elisée.

- Dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907