Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 18:12
A Sagone, les difficultés provoquées par trop de propreté

 

Les vacanciers veulent profiter du soleil et de la plage. Ils exigent donc que l'eau et le sable soient propres et ils attendent des municipalités qu'elles entretiennent correctement le bord de mer.

Mais le mieux étant parfois l'ennemi du bien, le maire de Vico vient de répondre dans le "Corse-Matin" de mardi 17 juillet (article à lire ci-desssous) aux critiques concernant la grande quantité de posidonies sur le rivage: l'espèce est protégée et il est interdit de les enlever.

On remarquera que, à la fin de l'article de Pascale CHAUVEAU, François COLONNA évoque les dangerosité des plages de Sagone faisant partie de la commune de Coggia (le Grand Large et le Santana). Il ne faut pas oublier que les deux communes partagent le golfe, la limite se situant à peu près au restaurant de La Marine.

 

La ligne rouge montre la limite de la commune de Vico (carte Google Maps)

La ligne rouge montre la limite de la commune de Vico (carte Google Maps)

 

Mais la baignade peut se faire très agréablement en rivière. Et pas de problème: les derniers prélèvements ont montré que, sous le pont de Guagno-les-Bains, l'eau du Fiume Grosso est excellente !

 

A Sagone, les difficultés provoquées par trop de propreté
 

P.C.

D’un côté, quelques mécontents qui se plaignent du peu de propreté de la plage. De l’autre, François Colonna, le maire de Vico-Sagone, qui fait part de son impossibilité d’intervenir... à son grand dam.

"Nous sommes victimes de la pureté de nos eaux de baignade : ici, l’herbier de Posidonie se développe très vite en raison de la qualité de l’eau. Chaque année, nous devons attendre l’équinoxe de fin juin, dernière tempête avant la saison estivale, qui amène ou enlève des touffes entières d’algues (lire ci-dessous)" . L’espèce étant protégée, il nous est interdit d’utiliser le dégrilleur pour nettoyer la plage, car les posidonies se prennent dedans".

Pourtant, la commune dépense chaque année 15 000 euros pour nettoyer malgré tout, même si elle se fait rappeler à l’ordre : l’an passé par la Dreal, cette année par les Affaires maritimes.

"Ils ont fait stopper un engin qui avait entrepris le nettoyage de la plage il y a quelques jours", confirme François Colonna. Si bien qu’il a fallu demander à un prestataire d’enterrer les posidonies pour pouvoir nettoyer en surface. "La plage de Vico est certes moins propre et le sable moins fin que les plages de Coggia-Sagone, glisse le maire, mais ici il n’y a pas de courants, et donc pas de noyades !"

P.C.

Bien que vivant sous l’eau, les posidonies ne sont pas des algues, mais des plantes aquatiques à fleurs, avec des racines, qui se reproduisent grâce à leurs fruits. Les mouvements de la mer les rassemblent en boules, souvent rejetées sur les plages de Méditerranée, dont elles constituent une espèce endémique.

Depuis 65 millions d’années, (le plus ancien herbier se situe dans les Baléares et aurait 80 000 ans), les posidonies jouent un rôle fondamental pour le milieu marin littoral. Les herbiers sont des lieux de frayère et de nurserie pour de nombreuses espèces animales et constituent également une source de nourriture pour certaines espèces herbivores. Autre rôle essentiel, elles produisent aussi du carbone permettant le fonctionnement des écosystèmes et l’oxygénation du milieu marin, contribuant au maintien d’une eau claire. Enfin, l’entrelacement de ses racines-rhizomes en fait le ciment des plages dont elles empêchent l’érosion.

Aujourd’hui, l’herbier de posidonie est menacé de disparition en Italie, en Espagne et sur le littoral marseillais. Il fait partie des cinq espèces protégées sur les côtes méditerranéennes françaises, tout comme l’oursin noir, la grande nacre, le mérou brun et la cigale de mer.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 18:00

La sixième édition  de A Testa di a Natura qui s'est tenue à Vico le 27 mai a connu un réel succès qui ne peut qu'inciter à continuer l'entreprise.

Pour avoir une idée de cette manifestation, vous pourrez lire le texte du compte-rendu de Pascale CHAUVEAU paru dans "Corse-Matin" du 28 mai.

Le thème principal de cette année était la permaculture, méthode de production qui respecte l'environnement. Elle est expliquée par Jean-Yves TORRE dans le reportage diffusé dans l'émission Corsica Sera, en suivant le lien présenté en fin d'article.

VICU
A Festa di a Natura promet de s'inscrire dans la durée
 

PASCALE CHAUVEAU

Avec un nombre record d'exposants, des animations inédites et variées, et une météo enfin clémente, la 6e édition d’A Festa di a natura a tenu ses promesses, hier, attirant quelque deux mille visiteurs dans les rues de Vico.

Habituellement établie entre les deux places du village, la foire s'est étendue cette année jusqu'à la salle polyvalente de la mairie. "Le nombre d'exposants a triplé cette année et les records d'affluence sont battus", se félicite François Paoli, président de l'association A Natura, qui a eu recours à un système de rotations de navettes, mises à disposition par la mairie, pour acheminer les visiteurs du parking du stade jusqu'au cœur du village. Un succès qui repose sans doute en partie sur la récente adhésion de la manifestation à la Frac Corsica (Fédération des foires rurales agricoles et artisanales de Corse), gage de qualité des exposants.

Les femmes-artisans en première ligne

Dans ce vaste marché, on trouvait les producteurs habituels, connus et réputés pour leur miel, leur charcuterie ou leurs fromages, les artisans qui profitent des foires et marchés pour sortir de leur atelier et présenter leurs créations, ainsi que les stands associatifs de ceux qui sont là pour partager leur passion.

"Quand vous faites travailler un artisan, vous achetez plus qu'un service : vous achetez des centaines d'heures d'échecs et d'expérimentations, de frustrations et aussi des moments de joie. Plus important, vous achetez à l'artisan plus de temps pour lui permettre de vivre sa passion." Ce beau texte est apposé près du stand d’Alix Jauffreau, la seule femme artisan sellier de Corse. Comme elle, d'autres femmes sont passées maîtres de leur savoir-faire.

A l’image de Coralie d'Amore, qui s'est installée cette année comme artisan savonnier à Vico. Sur son stand, elle arbore fièrement l'attestation "slow cosmétique" (l'équivalent du guide Michelin des cosmétiques), qu'elle a décrochée au terme de sa première année d'exploitation pour ses produits écolos, naturels, et respectueux des 80 critères imposés par la charte.

Parmi les femmes qui exposent, on trouve aussi Jena, spécialiste des décors en trompe l'œil, qui crée des dessins qu'elle fait imprimer sur du tissu, vendu au mètre ou avec lequel elle confectionne des robes, sacs, ou petits coussins.

Et il y a aussi Cécile Grimaldi, qui a réussi le pari audacieux d'installer son atelier de joaillerie à Poggiolo. Elle parcourt inlassablement les foires et marchés de Corse où elle a assis sa notoriété.

Un peu plus loin, le club du cursinu est là pour la première fois. Une dizaine de chiens ont été confirmés et ont pu passer le test de sociabilité sur la foire. En face, les passionnés du club d'écriture de Vico partagent avec les visiteurs leur passion des mots, entre portraits chinois, acrostiches, tautogrammes (tous les mots d'un texte devant commencer par la même lettre ou syllabe) et lipogrammes (une lettre est bannie).

Ailleurs, encore, on s'initie à l'art de la vannerie, avec le foyer rural di a Riventosa. Tandis que d’autres découvrent la centaine d’objets réunis par Jean-Claude Morati, tous témoins d'un temps révolu.

Une belle ambiance, à la clé, que la présence d’Eva Colas, Miss Corse 2018 et première dauphine de Miss France, et le concert attendu de Jean-Claude Buteau et Aurélien Amet avec leur groupe Primura n’ont fait que rehausser.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 18:03
C'et le printemps, c'est la Festa di a natura!
L'édition 2018 de la 
FESTA DI A NATURA se déroulera Dimanche 27 mai :
Découvrez-en le programme !

Permaculture : Biodiversité et autonomie

A Festa di a Natura oeuvre à transmettre les valeurs d’un mieux vivre ensemble et à valoriser notre patrimoine naturel et culturel en créant des espaces d’échange de savoirs et de réflexions, fédérant autour d’elle particuliers, commerçants, artisans, association et institutions.

Cette année, pour sa 6ème édition, A Festa di a Natura a souhaité mettre en lumière un modèle alternatif à la société industrielle, qui permet de vivre plus en phase avec la nature, de produire des aliments sains sans la dégrader, d’optimiser ses ressources qui sont désormais comptées. En Corse, notre environnement est majoritairement rural, exceptionnellement préservé, il offre une biodiversité incroyable qui tend à s’effondrer. 

Face à la croissance démographique et à la pression progressive sur le foncier, l’introduction de la permaculture dans nos modes de vie et nos systèmes de production agricole peut nous permettre de préserver nos ressources et de créer un socle solide sur lequel pourra prospérer une société plus solidaire, égalitaire et résiliente. 

C’est de cette manière que nous développerons profondément notre autonomie. 

Merci à tous de votre soutien !
 
(texte publié sur Facebook)

_________________________________


····· LE PROGRAMME ·····

10H : Messe 

À partir de 14h : Conférences

** Permaculture appliquée à l’agriculture et agroécologie
Sebastien Bonardi, Maraîcher en permaculture à L'orti Taveracci

** Utilité des fonctionnalités du vivant en agriculture
Olivier Audibert, Conseiller productions végétales chez INTER BIO CORSE

** Eau, sourcellerie et habitat 
Cécile Jolin, Géobiologie en Corse

17h00 : Tirage au sort de la tombola 

17h30 : Concert de clôture avec le groupe Gruppu Primura

····· & TOUTE LA JOURNÉE ····· 

* Parcours découverte des plantes sauvages (sur inscription au stand de l’association A Natura)
* Initiation à la préparation du purin d’ortie avec Denis Buffignani
* Présentation du lombricompostage - @Association Corsica Lombric, Cargèse
* Démonstration de greffes - Olivier Gauthier et Charles Santoni, Afa
* Techniques d’élagage - Christophe Chauveau : I Sigantin, Vico
* Démonstration de vannerie - Noelle Figarella, Silvarecciu
* Initiation au tressage du jonc - Foyer Rural de Riventosa
* Initiation à la sourcellerie avec Cécile Jolin, Géobiologue
* Exposition sur la biodiversité - Parc naturel régional de Corse
* Découverte de la faune Corse - Fédération des chasseurs, Corse du Sud
* Exposition d’outils anciens - Jean-Claude Morati, Casaglione
* Présentation du Cursinu, confirmation et démonstration de sociabilité - Club du Cursinu
* Atelier d’écriture - Association De Plumes et d’Esprit, Vico
* Promenades à dos d’âne - Dominique Corrieras, Poggiolo
* Visite de la caserne des pompiers et minicaserne pour enfants
Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 20:26

Alors que l'on pense aux journées de mai 1968 où les manifestations se déroulèrent sous le soleil, la pluie et le froid persistent en Corse et dans tout le sud-est.

Le 2 avril, sur son compte twitter, Romain COLONNA (qui a été présenté récemment ici) avait souhaité de bonnes Pâques à ses abonnés en publiant cette jolie photo de la chapelle Saint Elisée sous la neige.

L'hiver joue les prolongations

On pouvait penser qu'il s'agissait aussi d'un au revoir à l'hiver.

Mais, depuis, le mauvais temps s'est bien fait sentir. Poggiolo, Soccia et les villages voisins ont connu une forte humidité, les cheminées ont bien fonctionné et les bottes ont été indispensables.

Patientons encore un peu et tout le monde profitera du beau temps. Comme le disent les proverbes:

 

Muna, Muna, Soga un ci esse u sole e la luna?

et

U sole luce per tutti.

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 17:59
Mary Poppins et les poubelles

 

Une phrase historique a été prononcée à Guagno jeudi 3 mai par le préfet de Corse:

"Je ne suis pas Mary Poppins, je n'ai donc pas de solution miracle!".

 

En faisant référence au personnage du film de Walt DISNEY, Bernard SCHMELTZ reconnaissait l'impasse dans laquelle se trouvent la CdC, le SYVADEC et l'Etat pour régler le problème des déchets sur l'île.

Des sites d'enfouissement ont été bloqués; des poubelles n'étaient plus ramassées; les saletés de toutes sortes se sont accumulées dans les rues des agglomérations.

Un sursis de trois mois vient finalement d'être accordé par les bloqueurs mais il faut agir rapidement et se décider entre enfouissement, tri, incinération... Le mal vient d'un laisser-aller qui dure depuis plus de trente ans.

En attendant, chacun, citoyens et élus municipaux, doit faire preuve de civisme.

Et distrayons-nous avec cette excellente vidéo...

Partager cet article
Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 18:10

Pierre MARTINI nous a fait découvrir des vues aériennes de Poggiolo. Il nous régale encore avec ce film d'un drone survolant Muna.

 

Ce village, longtemps isolé de Murzo et Vicu par l'absence de route, a perdu tout résident permanent. Cette vidéo montre l'étagement des maisons sur le versant de la montagne et permet de savoir lesquelles sont en ruines et lesquelles sont encore entretenues. On pourra aussi remarquer les restes de cultures en terrasses et la vue vers la mer.

 

Pour des photos plus précises, vous pourrez vous reporter à l'article BIENVENUE A MUNA déjà publié sur ce blog.

 

 

 

Pour avoir une idée de l'effort que représentait le cheminement jusqu'à ce village avant la construction de la route, regardez également le film intitulé "Sur la route de Muna" consacré aux expéditions de Poggiolais en 1968 et 1969.

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 15:52

Aujourd'hui, mardi 27 février, en début de matinée, Ajaccio était sous la neige.

Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!
Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!

Bravo à Hélène et à Jean-Marc (sur Facebook) pour ces images inhabituelles!

Partager cet article
Repost0
14 février 2018 3 14 /02 /février /2018 18:09

Une petite couche de neige a recouvert le village ce matin.

Merci à Marie-Claude Franceschetti pour ces photos!

Poggiolo en blanc
Poggiolo en blanc
Poggiolo en blanc
Partager cet article
Repost0
12 février 2018 1 12 /02 /février /2018 18:04

Ayant lu attentivement le rapport sur l'installation d'une micro-centrale hydroélectrique sur le Fiume Grosso, présenté dans l'article précédent, Jacques-Antoine MARTINI, qui connaît bien les lieux, a fait part de quelques remarques:

 

Je ne voudrais pas trop jouer à l'écolo-nostalgique, mais il y a malgré tout des passages du rapport qui "interpellent" :

"… Le sol sera impacté par l’emprise permanente et temporaire du projet et les travaux de construction des installations induiront des transformations locales du ruissellement et de l’infiltration de l’eau.

Le chantier engendre un risque de pollution accidentelle de l’eau par des substances toxiques. De plus, la circulation des engins dans ou à proximité du lit des cours d’eau peut remettre en suspension les sédiments fins et entrainer l’obstruction du substrat.

La réalisation des différentes installations constitutives de l’aménagement projeté affectera la végétation actuelle par un déboisement d’environ 30 % de l’emprise totale du projet. …

Pour l’aménagement de la piste d’accès aux ouvrages en amont et la pose de la conduite forcée, seront réalisés : 


- Des coupes de Pins laricio et de Pins maritimes essentiellement, dans la forêt territoriale de Libio- Tretorre, sur un peu plus d’un kilomètre ;
- Un déboisement de la forêt communale de Guagno où la végétation est dominée par les châtaigneraies mélangées aux Chênes verts ;
- Des interventions sur les boisements de certaines propriétés privés correspondant à des surfaces classées en vergers de châtaigniers mais largement colonisés par le Pin maritime et le Chêne vert


… Le chantier peut être potentiellement soumis au risque inondation et aggraver ce risque. De plus, le dépôt sauvage de déchets verts liés au déboisement peut entraîner un risque d’incendie. Enfin, durant les travaux, la circulation et le fonctionnement des engins de chantier entraineront des niveaux sonores supérieurs aux niveaux habituels. Les déplacements motorisés rejetteront des polluants atmosphériques et comme tout chantier, celui-ci pourra générer un risque pour la sécurité des personnes.


L’entretien des installations nécessite l’utilisation de substances pouvant entraîner une pollution de l’eau par déversement. Des précautions seront prises afin de limiter cet impact potentiel..."

 

PS: n'oubliez pas de lire en commentaire à la fin de cet article le cri de douleur de Maryse.

 

Barrage sur le Fiume Grosso: quelques remarques de Jacques-Antoine

Jacques-Antoine fait également cadeau aux lecteurs du blog de la photo du futur emplacement de la retenue d'eau de Belle e Bone, prise au niveau du pont qui a été emporté par la grande fiumara du 12 juillet 1983.

--------------------

Des renseignements et un film sur la fiumara se trouvent en cliquant ICI.

Partager cet article
Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 18:00

Beaucoup de nos lecteurs connaissent-ils Madame Vanessa MARCHIONI?

 

Pourtant, cette dame joue un rôle important pour notre haut-canton. Elle avait été désignée comme Commissaire Enquêteur dans l'enquête publique de novembre et décembre 2017 et elle vient de donner, le 15 janvier 2018, son avis favorable à la demande d’autorisation "au titre de l’article L 214-3 du Code de l’Environnement de la micro-centrale hydroélectrique de Guagno sur la rivière Fiume Grosso"

Cet avis va permettre la construction d'un barrage sur notre affluent du Liamone. Les détails donnés dans les lignes suivantes sont extraits du rapport de Madame MARCHIONI.

Fiume Grosso (photo Thierry Calderoni)

Fiume Grosso (photo Thierry Calderoni)

L'ensemble comptera:

- Une prise d’eau située sur le Fiume Grosso près de "la passerelle de Spelonche au niveau du lieu-dit Belle e Buone"

Une centrale hydroélectrique située "à la confluence du Fiume Grosso et de l’Albelli"

- Entre les deux, enterrée sur la quasi-totalité du tracé, une conduite forcée "d'une longueur totale d’environ 7 800 mètres, permettant d’acheminer l’eau depuis la prise d’eau jusqu’à la centrale hydroélectrique".

"La hauteur de chute brute s’élèverait donc à 418 mètres. La longueur du cours d’eau court-circuité sera d’environ 8 000 m".

 

Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

 

Les travaux devraient durer 12 à 14 mois étalés sur deux années en fonction des conditions météorologiques.

Les effets sur la végétation seraient faibles en dehors "de coupes de Pins laricio et de Pins maritimes essentiellement, dans la forêt territoriale de Libio-Tretorre, sur un peu plus d’un kilomètre", et "un déboisement de la forêt communale de Guagno".

De toute façon, "aucune espèce végétale protégée n’a été identifiée sur le site".

L'impact sur la faune sera la "suppression d’habitats potentiels d’hibernation et de reproduction, notamment pour des espèces protégées à forte valeur patrimoniale recensées sur le secteur telles que l’Autour des palombes (rapace), l’Euprocte de Corse et le Discoglosse (amphibiens)".

"Cependant, le niveau d’enjeu pour cette espèce (l’Autour des palombes) est considéré comme très faible."

Si vous ne connaissez pas l'Autour des palombes, bien que vous l'ayez certainement vu voler au-dessus du canton, ce petit film vous en donnera quelques images.

Quel est l'intérêt de cette installation

Le rapport répond:

"La centrale hydroélectrique du Fiume grosso permettra d’alimenter environ 2000 foyers. Il génèrera des retombées économiques qui profiteront, entre autres, aux finances locales et facilitera le travail des exploitants forestiers grâce à l’aménagement des pistes. Les installations, discrètes, n’entacheront pas la fréquentation touristique.

 L’utilisation de l’énergie hydroélectrique de la centrale de Guagno peut permettre à la Corse de s’affranchir de l’achat annuel de 2 225 tonnes de fioul et de réduire les émissions dans l’atmosphère de 6 675 tonnes de CO2 par an."

La centrale se situant entièrement sur le territoire de la commune de Guagno, ce village bénéficiera de "revenus complémentaires non négligeables et lui permettra ainsi d’entreprendre des projets à moyen et long terme.".

Tant mieux pour les Guagnais !

 

De très nombreux renseignements sur les futurs travaux sont donnés dans ce dossier qui est accessible à l'adresse:

 http://www.corse-du-sud.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_du_commissaire_enqueteur.pdf

On peut y lire les observations déposées lors de l'enquête publique qui avait été affichée dans les mairies d'Orto et de Guagno.

 

Et pourquoi pas à Poggiolo? Parce que le territoire de la commune n'est pas concerné. Et pas d'inquiétude pour le niveau de la rivière: à Guagno-les-Bains, rien ne devrait changer. C'est du moins ce qu'affirment les spécialistes.

A chacun de juger en regardant les documents.

le confluent du Fiume Grosso et du Filiccioni, à Guagno-les-Bains (photo Thierry Calderoni)

le confluent du Fiume Grosso et du Filiccioni, à Guagno-les-Bains (photo Thierry Calderoni)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de juillet en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

Le marché de Vico:

Le mardi soir place Casanelli (place de la fontaine) de 19h à 23h

Le mercredi matin place de l’ancienne mairie de 9h à 13h

 

- Mardi 16 août:

fête de Saint Roch à Poggiolo à 18 heures.

- Samedi 20 août:

jeux d'enfants à Poggiolo

- Lundi 29 août: fête de Saint Elisée.

- Dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907