Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 17:35
Napoléon est à Marseille

Encore une fois, les fanatiques marseillais de Napoléon Ier vont être bien servis grâce aux deux associations qui s'activent dans une ville qui détesta profondément l'empereur, fossoyeur du commerce maritime.

 

 

La Société Napoléonienne, dont le siège est à la Maison de la Corse (69/71 rue Sylvabelle), propose le 2 décembre une conférence de son président, Jacques di COSTANZO, sur "Napoléon et la Corse".

Napoléon est à Marseille

De son côté, le très actif Souvenir Napoléonien organise les XXIèmes journées d'Histoire Napoléonienne (9 et 10 décembre) avec projection de film, messe, déjeuner, conférence et concert.

Napoléon est à Marseille

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 18:05

L'article sur les obsèques de Jean Noël CECCALDI en 1925 (voir ici) s'étonnait de la photo montrant le cercueil ouvert. 

Jacques-Antoine MARTINI a répondu en publiant sur la page Facebook du blog des Poggiolais les précisions suivantes:

 

"Attention! Les règles en vigueur en 1925 n'étaient pas aussi rigoureuses que celles du Code Général des Collectivités Territoriales d'aujourd'hui. Et même aujourd'hui l'affaire "se plaide": rien n'empêche, à condition de ne pas sortir de la commune, de ne fermer le cercueil qu'au dernier moment, à condition que soit présente une autorité municipale, ce qui était le cas en l'espèce, puisque le propre fils du défunt, "Ceccu Merri", était là."

 

Cercueils en balade

En tout cas, les règles sur le transfert d'un corps font qu'un cercueil, ouvert ou fermé, ne peut circuler sans autorisation et pas dans n'importe quel véhicule.

Cette question est abordée humoristiquement dans le tome 1 de "L'histoire dessinée de la France" (coéditée par La Revue dessinée et La Découverte) qui comprendra vingt volumes . Dans cette bande dessinée, parue le 18 octobre et intitulée "La balade nationale. Les origines", l'historien Sylvain VENAYRE et le dessinateur Etienne DAVODEAU imaginent que Marie CURIE, Jeanne d'ARC, le général DUMAS (le père de l'écrivain), Jules MICHELET et MOLIÈRE reviennent en France à notre époque. 

Cercueils en balade

MICHELET explique ce retour (page 16) par le fait que "l'on instrumentalise dangereusement" l'histoire de France. «Nous sommes sortis du néant parce qu’il nous a semblé que beaucoup de Français avaient un rapport confus à l’histoire de France. Or pour savoir qui ils sont vraiment, ils doivent la comprendre».

Pour "remettre de l'ordre là-dedans", les cinq personnages veulent créer "un choc salutaire" en enlevant le cercueil du maréchal PÉTAIN dans le cimetière de l'île d'Yeu. Le groupe va faire un circuit en Renault Trafic dans dans les hauts lieux de l'histoire de France à la recherche des origines de notre pays.

Cercueils en balade

Mais, par deux fois, des gendarmes les arrêtent et posent des questions sur la présence d'un cercueil dans leur voiture.

Aux pages 7 et 8, MOLIÈRE répond qu'il est prévu pour servir à ses futures "vraies funérailles", lui qui fut excommunié.

Cercueils en balade
Cercueils en balade

La seconde fois, page 78, c'est PÉTAIN lui-même qui, de l'intérieur de son cercueil, déclare au gendarme qu'il "y reste de son plein gré". Que peut répondre un brave pandore à un tel argument?

Cercueils en balade

En dehors de ces deux possibilités (bière vide ou occupée par une personne capable de répondre aux interrogations des forces de l'ordre), un cercueil ne peut faire une longue balade à travers plusieurs régions sans autorisation. Nous avons là un artifice littéraire original. 

Pour conclure, même si certains de nos lecteurs peuvent se sentir plus Corses que Français, ce  livre est à lire car il offre une belle réflexion sur la recherche historique et sur la manipulation idéologique de la mémoire.

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 18:00

Le 11 novembre est le jour du souvenir de tous les soldats morts pendant la guerre de 1914-1918 et aussi pendant toutes les autres guerres. On peut avoir aussi une pensée pour les militaires qui n'ont pas péri au combat mais qui se sont dévoués pour le pays, comme Martin OTTAVY.

 

La plaque qui se trouve en haut à gauche du troisième caveau de Poggiolo (PINELLI-VENTURINI-OTTAVY) (voir l'article "Le caveau caché") est celle de Martin OTTAVY décédé en 1957. La décoration gravée sur sa plaque évoque sa longue carrière militaire.


 

Martin Ottavy, le soldat de toutes les guerres

Martin OTTAVY naquit le 1er novembre 1890 à Philippeville, qui était alors dans le département de Constantine, en Algérie.

Ses parents, Marc Antoine OTTAVY et Marie DEFRANCHI, étaient originaires de Soccia et s'étaient mariés à Philippeville où ils s’étaient installés.

Le 1er octobre 1912, il fut incorporé dans l’armée et commença une longue carrière qui peut être reconstituée grâce au registre des matricules militaires conservé aux ANOM (archives nationales d’outre-mer).

Il fit partie du 40ème RI puis du 4ème Zouaves et participa à la campagne de conquête du Maroc d'octobre 1912 à novembre 1913, puis passa dans la réserve le 8 novembre 1913.

Avec la première guerre mondiale, il fut mobilisé le 1er septembre 1915 et passa des zouaves au 8ème Génie. Affecté au détachement télégraphique, il fut blessé à la cuisse droite par des éclats d'obus à Maurepas (Somme) le 22 septembre 1916, ce qui lui vaudra une invalidité partielle. Sorti de l'hôpital le 8 février 1917, il partit le 26 avril de Marseille pour débarquer à Salonique. Il resta au sein de l'AFO (armée française d'Orient) jusqu'en janvier 1919 et fut démobilisé le 13 août.

Monument aux morts de l'armée d'Orient (Marseille)

Monument aux morts de l'armée d'Orient (Marseille)

Il put alors se retirer à La Soccia (ancien nom de Soccia, utilisé par le registre  des matricules militaires) pendant quelque temps avant de retrouver l'Algérie comme employé des PTT.

Il épousa Antoinette PINELLI, née en 1897 à Constantine mais de famille poggiolaise et dont le frère Jean Toussaint était mort pour la France le 14 avril 1918. Ils eurent deux enfants Marc "Jean", dit Jeannot, et Maryvonne.

 

Martin s'engagea, écrit le registre, "le 15 novembre 1925 au titre de la Poste Militaire aux Armées pour participer aux campagnes du Rif et de la tache de Taza (Maroc)" et fut "renvoyé dans ses foyers le 25 décembre 1927".

 

Camp militaire français de Taza en 1925.

Camp militaire français de Taza en 1925.

A partir de 1929, il fixa son domicile à Constantine, au numéro 4 de la rue Mercuri (ou rue Mercury selon certains documents), devenue maintenant rue Mohamed Belakroun.

Martin Ottavy, le soldat de toutes les guerres

Après avoir été plusieurs années affecté spécial à la Poste aux Armées, Martin fut rattrapé par la seconde guerre mondiale. Il fut mobilisé le 2 septembre 1939 et démobilisé le 1er août 1940, à la suite de l'armistice.

Mais, après le débarquement anglo-américain du 8 novembre 1942 et l'entrée en guerre de l'Afrique du Nord Française aux côtés des alliés, Martin fut rappelé et affecté au CEF (Corps Expéditionnaire Français) le 20 novembre 1942, d'après le registre. N'y aurait-il pas une erreur sur le registre? Si des unités françaises de l'armée d'Afrique participèrent aux combats de Tunisie aussitôt après le débarquement, le CEF qui combattit vaillamment en Italie ne fut constitué qu'en novembre 1943.

Sa carrière se termina le 17 juillet 1945, quand il fut rayé des contrôles.

 

Ses services dans l’armée française avaient été récompensés par plusieurs décorations: médaille commémorative d’Orient, médaille commémorative de la Grande Guerre, médaille interalliée, médaille coloniale et, par décret du 7 juin 1928, médaille militaire pour la guerre du Rif (reproduite sur sa plaque funéraire).

Mais auparavant, il avait eu le chagrin de perdre son fils Jean qui, mobilisé en 1942, tomba pour la France à la suite d’une embuscade pendant la bataille des Vosges en 1944 (voir l’article « De l’Algérie aux rives du Doubs »).

 

 

Conquête du Maroc, première guerre mondiale avec la bataille de la Somme et l’armée d’Orient dans les Balkans, guerre du Rif, seconde guerre mondiale avec la « drôle de guerre » de 1939-1940 et le corps expéditionnaire français d’Afrique du Nord, Martin OTTAVY avait été de tous les combats de la première moitié du XXème siècle.

Arbre généalogique de Martin Ottavy, sur le site Généanet, d'après les recherches de Pierre Leccia. Cliquer pour l'agrandir.

Arbre généalogique de Martin Ottavy, sur le site Généanet, d'après les recherches de Pierre Leccia. Cliquer pour l'agrandir.

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 18:33
Philippe Franceschetti présente Antoine Mauduit
Philippe FRANCESCHETTI vient de publier son ouvrage: "Antoine Mauduit, une vie en résistance".
 Trois années de recherche lui ont permis d’établir le parcours de ce résistant influent mais méconnu, ayant développé une conception originale de son action avant et durant la guerre, ayant des soutiens à Vichy mais œuvrant pour la lutte contre l'ennemi. Il a, entre autres, fait entrer Mitterrand en résistance et accueilli la famille de Serge Klarsfeld alors traquée...
Une vie passionnante retracée avec des archives inédites (illustrations, cartes, index...).
Ce livre décrit le parcours d’une vie qui évolue entre Vichy et la Résistance, la spiritualité et la lutte armée, le refus du monde moderne et la libération du pays.

Merci de l'accueil que vous réserverez à cet ouvrage publié aux Presses Universitaires de Grenoble !
Philippe Franceschetti présente Antoine Mauduit


La biographie d'un résistant influent mais méconnu qui fit entrer Mitterrand en résistance, abrita les Klarsfeld et qui fut l'un des premiers fondateurs de maquis.

Antoine Mauduit (1902-1945) aurait pu jouir d’une confortable vie bourgeoise. Au lieu de cela, mû par un désir de conversion personnelle, il devient vagabond, légionnaire, avant d’être fait prisonnier de guerre en Allemagne.
Libéré et installé dans les Hautes-Alpes, inspiré par une foi ardente, il crée alors un réseau d’anciens prisonniers qui aide aux évasions puis prépare à la lutte armée. Il trouve ses soutiens parmi le milieu que l’on a appelé vichysto-résistant. Il convainc ainsi le jeune évadé François Mitterrand de passer à l’action clandestine. Mais, peu à peu, Mauduit s’éloigne de Vichy et accueille des juifs persécutés et des réfractaires au STO pour fonder l’un des premiers maquis. Trop confiant en sa mission, il est arrêté et déporté dans les camps nazis où il meurt au lendemain de la victoire.
L’ouvrage, basé sur une documentation fournie et inédite, montre le rôle important de Mauduit dans une résistance ni gaulliste ni communiste : pourquoi et comment mobilise-t-il des groupes sociaux partageant le respect du chef de l’État français et la haine de l’ennemi nazi ?

Vous pouvez feuilleter le livre. 

 

Il peut être commandé en cliquant ICI.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 18:00

Pour les non-initiés, l'histoire de la Corse paraît particulièrement complexe. Il faut donc saluer l'heureuse initiative des Editions Albiana de publier "Les grandes dates de l'histoire corse" par Jean-Marie ARRIGHI.

Les grandes dates de l'histoire corse

La quatrième de couverture présente ainsi ces 152 pages:

L’histoire de la Corse est singulière pour des raisons à la fois géographiques et circonstancielles.

Placée au cœur de la Méditerranée, au voisinage direct de l’Italie et de la Sardaigne, elle appartient au monde latin. Conquise au xviiie  siècle par la monarchie française, elle est européenne depuis lors.

Son histoire suit plus ou moins fidèlement celle des puissances tutélaires qui l’ont tour à tour administrée, plus d’une douzaine depuis l’Antiquité !

Sur cette terre battue par les flots, vit un peuple plurimillénaire qui s’est parfois farouchement opposé, jusqu’à l’indépendance, parfois a su composer, voire adhérer avec détermination, jusqu’à la mort de ses enfants, aux puissances qui l’administraient sans jamais perdre son originalité.

Construit par ces échanges, ce peuple a traversé les siècles et porte une histoire dont la richesse reste parfois à explorer.

Dates, événements, personnages marquants, permettront au lecteur de se familiariser avec les mouvements d’une histoire passionnante.

Les grandes dates de l'histoire corse

Jean-Marie Arrighi est inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional en retraite. Auteur de nombreux ouvrages historiques, notamment d’une Histoire de la Corse et des Corses (coauteur O. Jehasse, Perrin, 2008). Il a codirigé le tome VII du Mémorial des Corses (Albiana, 2000).

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 14:55

Si les vacances sont terminées et si les villages se sont vidés de leurs estivants, le mois de septembre n’est pas une période sans activités.  De nombreux rendez-vous de toutes sortes sont prévus pour cette période.

Déjà, samedi 3, une soirée nostalgie était organisée à Poggiolo, occasion de réunir les gens du canton, se remémorer les meilleurs moments de l'été et le clôturer de la plus belle des manières.

Mardi 6, un concert du groupe Meridianu est prévu à 21 h à l’église de Vico.

Jeudi 8 : à 10h30, messe de la Nativité de la Vierge Marie à la chapelle du col de Sorru.

Septembre n’est pas un mois creux

Samedi 10 : à 17h, conférence d’André FLORI sur la généalogie à Letia (église de San Roccu).

Lundi 12 : à 10h30, cérémonie annuelle de la disparition de la Caravelle Ajaccio-Nice (dans laquelle se trouvaient deux Poggiolais) du 11 septembre 1968, devant la chapelle du souvenir au cimetière marin d’Ajaccio, route des Sanguinaires.

Le même jour : concert du groupe Passione à l’église de Vico.

Samedi 17 : à l’occasion de la journée du patrimoine, Bernard ALLIEZ et Jean-Laurent ARRIGHI présentent à Letia San Roccu le livre «Vico-Sagone, Regards sur une terre et des hommes».

Dimanche 25 : Mele in Festa (foire du miel) à Murzo.

Septembre n’est pas un mois creux

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 18:00
Jean Tulard au salon du livre corse de Marseille

L’actualité corse en début d’année à Marseille est toujours le salon du livre corse organisé par la Fédération des Groupements Corses de Marseille . En 2016, il se déroulera le samedi 23 janvier et le dimanche 24 janvier de 10 h à 18 h à la Maison de la Corse, 69 rue Sylvabelle.

De nombreux auteurs insulaires seront présents pour dédicacer leurs œuvres. Des démonstrations de cuisine seront réalisées tandis que des stands proposeront de l’artisanat corse. Deux expositions de peintures sont proposées, une des aquarelles de David D'Alessandro et un autre sur la Castagniccia présentée par l'association Recherche sur l'Histoire des Familles Corses.

Plusieurs conférences et lectures sont prévues. Parmi elles, il faut noter celle de Jean TULARD, professeur émérite à la Sorbonne et grand spécialiste de l’histoire napoléonienne, qui évoquera «Le monde selon Napoléon, sa vision des grands problèmes du monde, dont le problème corse».

Jean Tulard au salon du livre corse de Marseille

Programme détaillé ci-dessous.

Cliquez sur l'image pour lire le texte plus facilement.

Jean Tulard au salon du livre corse de Marseille
Jean Tulard au salon du livre corse de Marseille

Partager cet article

Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 12:04
Les villages pensent à leurs morts

Plusieurs cérémonies auront lieu mercredi 8 mai en commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale.

A GUAGNO: messe à 11 heures, suivie de dépôt de gerbe et apéritif.

A VICO:


  • messe en l'église Ste Marie, célébrée par le P. Bonnafoux, à 10 h30.

  • 11h 30: dépôt de gerbe au monument aux morts

  • 11h 45: dépôt de gerbe à la mairie en mémoire des veuves et orphelins

  • pot de l'amitié offert par la municipalité.

François Colonna, maire et conseiller général, et A. Rocca, président de la section des anciens combattants de Vico, Sagone, Cruzzini et Cinarca, invitent tous les adhérents et la population à assister à ces cérémonies.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 18:01

Les soldats français se battent au Mali, sur le territoire d’un pays indépendant mais qui a été longtemps une colonie de la France. Et, parmi les administrateurs de cette époque, il y eut un Poggiolais.

 

 

    Jean Hyacinthe DESANTI naquit à Poggiolo le 27 janvier 1889. Il était le fils de Pierre FrançoisDESANTI et de Jéromine CAMILLI, née à Cristinacce. Le premier DESANTI mentionné dans les documents poggiolais est Gioan Michele, décédé vers 1770.

    Sur l’acte de naissance, son prénom est orthographié "Jasynthe", rapporte Pierre LECCIA dans la recension des registres d’état-civil de Poggiolo accessible sur GENEANET.

    Il épousa le 23 novembre 1922, à Vico, Marie Gracieuse LECA, avec laquelle il eut trois enfants : Paulette et Pierre, nés à Grand-Popo au Dahomey, et Jérômine, née à Vico. Il est l’aïeul des BARTOLI et CHABROLLE actuels.

 

 

UNE JEUNESSE STUDIEUSE

    Dernier d’une fratrie de neuf enfants, il bénéficia de l’aide de ses frères et sœurs pour ses études. Il obtint le baccalauréat au lycée Carnot de Tunis, dans ce protectorat où les Corses de notre région étaient si nombreux (voir l’article « L’empire sahélien des Sorrinesi »). Puis il fit des études de droit à Paris où il se lia d‘amitié, malgré des options politiques très différentes, avec un autre Corse, César CAMPINCHI, originaire de Calcatoggio, qui fut ensuite ministre de la Marine entre 1937 et 1940. Il passa un an à Londres comme surveillant de lycée pour apprendre l’anglais, ce qui était inhabituel à l’époque.

    Après ses études, Jean Hyacinthe DESANTI entra dans l’administration coloniale dont il franchit les différents échelons en restant toujours en poste dans la même partie de l’A.O.F. (Afrique Occidentale Française).

 

Carte de l'AOF en 1939 (image Wikipedia)

Carte de l'AOF en 1939 (image Wikipedia)

 

ENTHOUSIASME ET ARDEUR POUR LE DAHOMEY

    Il arriva à Cotonou, au Dahomey, en 1913 « plein d’enthousiasme et d’ardeur » pour « assister et participer dans toute la mesure de ses modestes moyens, à cette passionnante réalisation » qu’était l’administration coloniale, écrit-il dans son livre Du Danhomé Au Bénin-Niger”.

    Peu après, la guerre éclatant, il participa aux combats contre la colonie allemande du Togo. Il aurait même reçu en mains propres, comme représentant du gouverneur français, la capitulation du commandant allemand.

    Il fut successivement élève administrateur, chef de subdivision, puis commandant de cercle et secrétaire général, au Dahomey (devenu le Bénin en 1975).

    Il devint gouverneur par intérim de cette colonie le 24 août 1934 (cf ci-dessous l'article enthousiaste du « Phare du Dahomey » août 1934).

 

Un Poggiolais au Mali

 

  En application du décret du 29 novembre 1934, qui instaurait une union entre Dahomey et Togo, il fut ensuite placé sous l’autorité de Maurice-Léon BOURGINE, lieutenant-général du Dahomey et commissaire de la République au Togo, à partir du 22 septembre 1935, et prit le titre de lieutenant-gouverneur par intérim du Dahomey.

    Il connaissait parfaitement le pays dont il avait appris les dialectes. Les autochtones lui donnèrent plusieurs surnoms comme « Tête de lion », « Denys l’Ancien » ou «le Caïman de Simendé ».

    Attaché à l’Afrique, Hyacinthe DESANTI voulait que les limites administratives coloniales soient tracées de façon plus logique, ce qui aurait peut-être pu éviter certains conflits frontaliers dans l’Afrique indépendante. Ainsi, il demandait le rattachement du Gourma et de la rive droite du Niger au couloir dahoméen.

 

Un Poggiolais au Mali

 

LE SOUDAN ET SES PROBLÈMES

 

    En juin 1936, il partit en congé en métropole et ne revint plus au Dahomey où il avait passé 23 ans. Le gouvernement de Front Populaire voulait éloigner un haut-fonctionnaire qui était maurrassien d’Action Française et qui, contrairement à la majorité des cadres coloniaux, n’appartenait pas à la franc-maçonnerie..

    Le 14 novembre 1936, il devint donc secrétaire général du Soudan français que l’on appelait aussi le Haut Sénégal-Niger et qui est aujourd’hui le Mali (cf l'annonce ci-dessous parue dans « Le Phare du Dahomey », décembre 1936).

Un Poggiolais au Mali

 

Ensuite, en mars 1938, il fut nommé gouverneur intérimaire du Soudan.

    Installé à Bamako, il voulut continuer la mise en valeur, alors fortement vantée en métropole, de cette colonie, comme les grands travaux d’aménagement du delta intérieur du Niger.

    Mais la seconde guerre mondiale obligea le Soudan à “fournir des hommes, travailleurs et soldats, des denrées vivrières et du bétail (...) destinés aux territoires voisins, et en particulier au Sénégal”, ce qui remettait en cause les politiques de développement de ce territoire (4ème de couverture du livre de Vincent JOLY “Le Soudan français de 1939 à 1945”). Il s’opposa à l’application de la conscription pour les indigènes maliens alors que les armes pour les équiper étaient insuffisantes (1 fusil pour 7 soldats soudanais!).

    La situation ne semble guère avoir changé maintenant lorsque l’on lit dans « Libération » du 21 janvier 2013 :

    « Quant à l'équipement (de l’armée malienne), il se résumerait à un fusil pour cinq hommes, des vieilles kalachnikovs usées ».

    Il fallut ensuite gérer les retombées de l’armistice du 22 juin 1940 avec l’Allemagne, dont profitèrent les islamistes (déjà!) du cheikh HAMALLAH qui entraînèrent des incidents sanglants à Nioro-Abassa en août 1940.

    Le territoire subit les contrecoups des divisions entre Français avec l’épisode SCAMARONI. A la suite de l’échec de l’attaque gaulliste et anglaise contre Dakar pour rallier l’A.O.F. à la France Libre le 23 septembre 1940, Fred SCAMARONI, porteur d'une lettre du général de Gaulle, avait été emprisonné au Sénégal puis transféré à Bamako. Là, Jean Hyacinthe DESANTI lui demanda de jurer de ne pas s’évader. Le résistant corse refusa et s’échappa. Il fut repris et envoyé à Alger où il fut ensuite libéré et il put commencer ses activités clandestines dans la Résistance.

 

 

L’ATTACHEMENT AUX RACINES

    Pendant toute sa carrière africaine, Jean Hyacinthe n’oubliait pas son village natal où il revenait lors de ses congés, un été sur deux.

 

Un Poggiolais au Mali

  

  L’article paru sur ce blog le 21/06/2010 a montré que Hyacinthe DESANTI avait adhéré au syndicat d’initiative de Poggiolo le 8 juillet 1924 et qu’il était alors “administrateur à Grand Popo - Dahomey” (ville littorale dahoméenne près du Togo).

    D’autre part, Jean-Martin FRANCESCHETTI se rappelle avoir été très impressionné par l’uniforme du gouverneur lors de la grand-messe du 15 août à Saint Siméon, dans les années 30.

 

 

LE RETOUR EN MÉTROPOLE

    Les longs séjours en Afrique altérèrent fortement la santé de Hyacinthe DESANTI. Le 15 novembre 1940, le gouvernement nomma Jean RAPENNE à sa place. Il quitta définitivement le Soudan et le continent africain le 24 décembre 1940 pour aller au ministère des Colonies. Il participa à la rédaction d’un ouvrage collectif édité en 1944 sur « L’âme d’un empire » en rédigeant un chapitre intitulé : « Afrique noire: Tu es mon père et ma mère ».

Un Poggiolais au Mali

 

Affaibli, il décéda à Paris, à l’hôpital du Val de Grâce, le 22 juin 1944, à 55 ans. Mais il avait eu le temps d’écrire un livre rempli de souvenirs personnels intitulé “Du Danhomé Au Bénin-Niger” et qui parut en 1945.

 

Un Poggiolais au Mali

 

Il fut inhumé au village natal de Poggiolo, dans le caveau familial qui est à flanc de coteau, au-dessous de l’église Saint Siméon.

 

Un Poggiolais au Mali

 

  Jean Hyacinthe DESANTI fut un de ces fonctionnaires qui se dévouèrent à la cause de “la plus grande France” à un moment où la colonisation paraissait un fait parfaitement normal.

    Ainsi, il écrivit: « La France n’a jamais eu à se poser la question de savoir comment elle pourrait honorablement et en bons termes se séparer des territoires colonisés par elle, elle s’est plutôt préoccupée de la manière de les intégrer au mieux dans la collectivité de l’Empire français, leur patrie commune » (cité par Jacques Le Cornec dans « LA CALEBASSE DAHOMEENNE OU LES ERRANCES DU BENIN, Volume 1 » page 481).

 

    Les Maliens n’ont pas occulté cette époque de leur mémoire et, à Bamako, ils ont créé la place des gouverneurs où sont rassemblées les stèles des différents administrateurs de l’époque coloniale. Un Poggiolais se trouve toujours au Mali.

 

Un Poggiolais au Mali

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907