Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 18:04

Parmi les préoccupations récurrentes des habitants de Poggiolo et Guagno-les-Bains, se trouve l'incertitude sur le sort de la station thermale.

Or, une commission de l'Académie de Médecine a donné, le 3 décembre dernier, un avis défavorable à l'exploitation des sources à des fins thérapeutiques. Cette nouvelle se trouve dans la revue "Aquae l'officiel thermalisme thalasso & spa" n°31 du 7 janvier 2014.

Une ouverture temporaire d'exploitation serait cependant possible pour mener une étude rhumatologique et ORL. Il n'y donc pas à désespérer mais être attentif.

Que vont dire sur ce sujet les candidat(e)s aux élections municipales?

L'Académie de Médecine se méfie de Guagno-les-Bains.

L'ensemble de la revue peut être téléchargé.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 17:51

Il a déjà été fait mention de la création, le 19 janvier 1897, par le gouvernement, de la fonction d'adjoint spécial de Guagno-les-Bains au sein du conseil municipal de Poggiolo.

 

Mais il ne faut pas croire que tout fut harmonieux entre les maires de Poggiolo et leurs adjoints très spéciaux.

Un exemple de conflit important (qui alla jusqu'à la plus haute autorité juridique française) se situe en 1911.

UNE PARFAITE IDYLLE

En mai 1908, Pascal-Antoine MARTINI avait été élu maire, avec Philippe FRANCESCHETTI comme adjoint de Poggiolo et Jean TADDEÏ comme adjoint spécial de Guagno-les-Bains.

Ce dernier avait même droit à un tampon officiel particulier.

Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant
Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant

Mais, au bout de deux ans, plus rien n'allait dans cette équipe.

Une lettre envoyée par Dominique Antoine MARTINI au secrétaire général de la Préfecture le 26 juillet 1911 donne de nombreux renseignements sur la façon dont l'idylle évolua.

Jean TADDEÏ démissionna "en ma faveur sur les instances du maire de Poggiolo et avec l'assentiment du Conseil municipal".

Dominique Antoine MARTINI était le gendre de Jean TADDEÏ. Ce dernier, chef cantonnier, né à Arro, avait, de son mariage avec la Balognaise Angèle Marie CANAVELLI, une fille Marie, née en 1887. Agée de 23 ans, Marie épousa, en 1910 (deux ans après l'élection municipale) Dominique Antoine MARTINI qui était devenu veuf en 1909 et avait alors 54 ans. Renseignements trouvés dans les relevés rassemblés par Pierre LECCIA sur le site GENEANET (http://www.geneanet.org/).

MARTINI était retraité mais il était propriétaire de l'Hôtel Continental de Guagno-les-Bains (photo ci-contre, cliquer pour l'agrandir), "hôtel recommandé par le Touring-Club de France", est-il écrit sur l'en-tête de son papier à lettres.

UNE RUPTURE IRRÉMÉDIABLE ET L'APPEL À PARIS

Mais un accroc inattendu se passa pour l'élection complémentaire organisée pour remplacer le conseiller démissionnaire. "Le maire patronnait la candidature CASTA Philippe" au lieu de MARTINI qui fut pourtant élu par 50 voix contre 49.

L'auteur de la lettre expliquait que la rupture vint du soutien apporté par Jean TADDEÏ et son beau-père à l'élection du Socciais CARLI comme conseiller d'arrondissement. Il accusait le maire de vouloir faire désigner comme adjoint spécial un conseiller municipal n'habitant pas aux Bains et, de plus, illettré. Par contre, D-A MARTINI y résidait et avait obtenu 16 voix contre 4 dans le hameau lors de l'élection municipale partielle.

Il ajoutait comme argument que "les passions sont un peu surexcitées et des troubles sont à craindre," si le maire "commet un abus de pouvoir. Mes partisans dont je m'efforce de calmer la colère, sont tentés de dépasser la mesure".

On n'en vint pas à des actes de violence mais le maire ne recula pas. Quelques jours après la rédaction de cette lettre, il fit désigner Pascal Ignace MARTINI (1869-1945), dit "Calzitone", comme adjoint spécial.

Comme il l'avait annoncé dans sa lettre, l'hôtelier fit appel au Conseil de Préfecture et n'hésita pas à s'adresser ensuite au Conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative française annula cette désignation le 5 janvier 1912.

Que fit le maire Pascal-Antoine MARTINI? Il maintint le choix de son adjoint spécial en mettant en avant que celui-ci avait une résidence à Guagno-les-Bains, même si celle-ci n'était pas sa résidence principale. Finalement, il l'emporta sur ses adversaires de la station thermale.

Les habitants de Guagno-les-Bains se sentirent considérés comme des citoyens de seconde zone.

.

MAIS TOUT CELA APPARTIENT À UNE ÉPOQUE RÉVOLUE DEPUIS LONGTEMPS...

-----

Ci-dessous: reproduction de la lettre de Dominique Antoine MARTINI.

Sauf la photo de l'hôtel, les documents de cet article sont consultables aux Archives Départementales d'Ajaccio, série 3 M 1061.

Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant
Péripéties municipales: Un adjoint  spécial et encombrant
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 11:56
Rappel: Saint Antoine à Guagno-les-Bains

Samedi 18 janvier,

la fête de Saint Antoine sera marquée par une célébration à 15 h

à la chapelle de Guagno-les-Bains.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 18:00

L'article sur "L'or vert de Guagno et de Poggiolo" montrait l'étendue des terrains situés sur la commune poggiolaise et qui sont propriétés de la région. Il existe également des surfaces appartenant au conseil général de Corse-du-Sud.

Il est connu par tous que l'établissement thermal est départemental mais ce n'est pas le cas de ce seul bâtiment. La carte ci-dessous est extraite de "Guagno-les-Bains à travers la petite histoire du thermalisme", livre écrit par François VAN CAPPEL DE PRÉMONT, architecte du Patrimoine.

Le chiffre 1 désigne l'hôtel des Thermes et le chiffre 2 montre l'établissement thermal. Mais la partie de couleur jaune, qui représente tout ce qui est propriété du conseil général, est bien plus grande, s'étendant de la chapelle St Antoine (où se trouvait l'hôpital militaire) jusqu'au pont qui enjambe le Fiume Grosso.

Les terrains départementaux à Guagno-les-Bains

fUne telle emprise foncière résulte de l'histoire très compliquée de la source sulfureuse. En voici la chronologie très simplifiée.

Avant la Révolution, l'ermitage de St Antoine près duquel se trouvait la source dépendait du curé de Poggiolo. Au XVIème siècle, Sampiero Corso, dans sa correspondance, nommait l'endroit les bains de SORNU pour Sorru.

 Après 1789, le terrain revient à la commune de Guagno qui en 1822 vend le terrain au Vicolais Jean Multedo pour qu'il y construise un hôpital militaire.

Mais, le 7 septembre 1840, une ordonnance du roi Louis-Philippe déclare d'utilité publique les travaux d'agrandissement. Le préfet est autorisé à acquérir les terrains de la commune de Guagno nécessaires à ce travail. La municipalité refuse et finit par être expropriée par un jugement du 3 mars 1841. Multedo obtient à perpétuité la propriété du quart des eaux et des terrains de l'établissement thermal, le reste étant cédé au Ministère de la Guerre (arrêté préfectoral du 6 novembre 1841).

L'opposition guagnaise, sous forme de protestations du conseil municipal et de mise en culture des terrains par les habitants, provoque de multiples incidents qui ne sont peut-être pas étrangers à la décision gouvernementale d'attribuer les terrains dits de "l'enclave de St Antoine" à la commune de Poggiolo, en septembre 1852.

Le 26 décembre 1924, le Ministère de la Guerre renonce à sa propriété au profit du département. Celui-ci décide le 20 mai 1932 de racheter le quart restant aux demoiselles Peraldi de Commène, héritières de Multedo et de Jean de la ROCCA (dont il a été question dans l'article "Jean a-t-il triché?") puis de sa veuve.

Mais, entretemps, en 1923 et en 1930, plusieurs aliénations au profit de personnes privées avaient été consenties. Cela explique la présence de parcelles de couleurs blanches à l'intérieur des parties jaunes sur le plan.

Depuis, la situation foncière est restée la même. Il n'en est pas de même pour l'exploitation des eaux mais ceci est une autre histoire.

En tout cas, la région, avec ses forêts, et le département, avec Guagno-les-Bains, sont des propriétaires bien plus importants que la municipalité de Poggiolo.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 18:00

Que de merveilles peut-on trouver dans un grenier où personne n'a mis les pieds depuis des dizaines d'années! Il y a de tout et, ici, dans ce grenier de Marseille, il y a des quantités de livres.

Une bonne pub pour Guagno-les-Bains

On regarde les titres des livres, on tire des ouvrages de dessous une pile. Oh surprise! On trouve même un vieux guide de la Corse, de 12 centimètres sur 18.

Il est bien vieux, car daté de 1908, ce "Guide du touriste édité par le Syndicat d'Initiative de la Corse" dont la préface est signé par Emmanuel ARENE, sénateur de la Corse. Il a été rédigé par J. B. MARCAGGI au sujet duquel le site http://napoleonbonaparte.wordpress.com nous apprend:

"Jean-Baptiste Marcaggi (1866-1933)

Historien, journaliste, romancier, auteur de pièces de théâtre, Jean-Baptiste Marcaggi était un écrivain polyvalent. Injustement anonyme sur le Continent, ses talents sont reconnus à leurs justes valeurs en Corse (une rue porte son nom à Ajaccio). Il a écrit une biographie sur la jeunesse de Napoléon Bonaparte, qui plus d’un siècle après sa parution fait encore référence. Les travaux ultérieurs ou contemporains ne peuvent prétendre surpasser son ouvrage qu’il faut se procurer impérativement si l’on veut lire la meilleure des biographies relatives à la jeunesse du futur Empereur des Français."

Une bonne pub pour Guagno-les-Bains

La zone qui nous intéresse directement, c'est-à-dire Sorru in Sù, est décrite, pages 104 et 105, par rapport à Guagno-les-Bains qui "est un séjour délicieux de villégiature, un centre d'excursions pour les charmants villages de Poggiolo (3k.), Soccia (6 k.), Orto (5 k.), Guagno (6 k.), la forêt de Libbio (2 heures à pied aller et retour), la cascade de Pisciaalonde (3 heures à pied aller et retour), et le lac de Creno." Ces adjectifs "délicieux" et "charmants" donnent envie d'y aller voir de près.

Une page entière est consacrée à "l'analyse des eaux de Guagno qui a été faite par le professeur Poggiale, en 1852", accompagnée par une synthèse des "rapports statistiques des médecins-chefs de l'ancien hôpital militaire de Guagno". Les résultats donnés ici sont excellents. Nous y reviendrons une autre fois.

Toute ces qualités se retrouvent dans le pavé publicitaire publié dans l'encart XXV, à la suite de la page 48.

Une bonne pub pour Guagno-les-Bains

Toutes les affections pour lesquelles l'eau des Bains est efficace forment une longue liste.

La guérison est facilitée par les atouts climatiques: "Climat parfait, altitude 470 m., température idéale, brise saturée des arômes des superbes forêts de pins qui entourent la station: cure d'air complétant la cure thermale." Il faut absolument reprendre ses arguments, sans changer le moindre mot, en 2013 pour attirer les touristes.

Le troisième paragraphe permet de connaître l'organisation de l'établissement thermal à cette époque. Il donne l'impression d'un vaste ensemble bien équipé et ayant un nombreux personnel.

Merci, Jean-Baptiste MARCAGGI, d'avoir réalisé un si beau tableau de notre Guagno-les-Bains en 1908!

---------------------------------------------

Nota Bene: le titre de cet article sur 1908 est le contrepoint des cinq articles publiés par ce blog en 2011 et qui décrivaient les épisodes de la décadence de la station thermale en 1931.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 23:10

Sans plaisanter, il faut finir par croire que l'activité de Guagno-les-Bains va vraiment redémarrer. Le conseil général a déjà voté sur ce sujet et il entre maintenant dans une phase plus active. A preuve, l'appel d'offres pour la construction d'une résidence thermale qui vient d'être lancé.

La description de l'objet du concours permet de connaître plus précisément comment curistes et touristes futurs seront hébergés:

  Guagno-les-bains-hier.gif   
 Construction d'une résidence thermale

Avis N°: AO-1318-5683    Mise en ligne : 30/04/2013  
Client : Conseil Général de la Corse du Sud         Date limite de réponse : 12/06/2013
 
SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR / ENTITE ADJUDICATRICE
I.1) Nom, adresses et point(s) de contact : Département de la Corse du Sud, à l'attention de le Président du Conseil Général, direction des achats publics, 8 cours Général Leclerc (1er étage), BP 414, F - 20183 AJACCIO,

Tél : 0495298042, Email : irene.federicci@cg-corsedusud.fr, Fax : 0495298036
Adresse générale du pouvoir d'adjudicateur : http://cg-corsedusud.fr

SECTION II : OBJET DU CONCOURS / DESCRIPTION DU PROJET
II.1) Description
II.1.1) Intitulé attribué au concours / projet par le pouvoir adjudicateur / l'entité adjudicatrice: Concours restreint sur esquisse en vue de la désignation d'une équipe de maîtrise d'oeuvre pluridisciplinaire pour l'opération « construction d'une résidence thermale à Guagno-les-bains »


II.1.2) Description succincte :
Ce programme résidentiel a pour but d'offrir des hébergements de qualité aux curistes devant fréquenter l'établissement thermal de Guagno-les-Bains. Il sera conçu comme une Résidence de tourisme puisque outre les curistes, il devra pouvoir accueillir les touristes en toutes saisons. Les hébergements doivent permettre des séjours en totale autonomie, l'établissement thermal ne disposant pas de service de restauration.
L'accueil des touristes nécessite deux types de logements:

     - une formule studio pour un couple ou personne seule,

     - une formule T2 pour un couple (ou une personne seule) avec accompagnateur (auxiliaire de vie, parents, enfants..).
Le projet doit répondre au concept de résidence thermale de type pavillonnaire « semi-groupé » ou « en grappe » ou « en hameau ».
Sa capacité a été fixée à 28 logements (détail mis dans le règlement de consultation). Le projet représente donc 1 300 m2 de surfaces utiles.
Les espaces extérieurs sont à aménager. Il devra être prévu: le stationnement des automobiles, les circulations piétonnes, la présence d'une place publique, agora ou square où les résidents pourront se retrouver, l'éclairage public, les espaces verts, plantations, clôture.
Par ailleurs, la possibilité d'une piscine extérieure et d'extension ultérieure de la capacité d'hébergement devra être pris en compte.
La partie de l'enveloppe financière prévisionnelle affectée aux travaux estimée par le maître d'ouvrage s'élève à 1 950 000 EurosHT, cette estimation comprend la résidence et le traitement des espaces extérieurs.
Le budget alloué au mobilier est hors opération.

 

Texte publié sur le site marchesonline

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 18:24

    Un article précédent (voir ICI) émettait la suggestion d'apposer une plaque à la mémoire de la victime de l'attaque du 17 août 1931 à Guagno-les-Bains.

   Certains lecteurs de ce blog nous ont fait remarquer qu'il existe une plaque sur la façade de l'établissement thermal mais qu'elle doit comporter une erreur de date.

 

plaque Guagno les Bains

 

    Effectivement, les trois dernières lignes comportent la phrase: "Ici, l'impératrice Eugénie et l'empereur Napoléon III ont pris les eaux". Or, elles sont sous les gros chiffres de l'année "1808".

    L'anachronisme semble évident. Louis-Napoléon BONAPARTE, élu président de la République en 1848, organisa un coup d'Etat le 2 décembre 1851 et prit le titre de NAPOLÉON III le 2 décembre 1852. L'écart de date est important.

    L'examen de l'histoire de la station thermale permet de résoudre la contradiction.

    Les propriétés curatives de la source étaient connues depuis longtemps. Mais le décret impérial de NAPOLÉON Ier du 18 août 1808 (document ci-dessous) créa un contrôle médical et nomma un médecin inspecteur des eaux minérales. Ce fut Louis DEFRANCHI, de Soccia. Cette date est donc prise comme celle du démarrage réel de la station thermale.

    L'explication est facile à trouver mais la disposition des lettres et chiffres sur la plaque entretient une ambiguïté chronologique.

L'anachronisme de la plaque
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 00:01
S'il n'existe pas de commerçants à Poggiolo depuis fort longtemps, Guagno-les-Bains avait autrefois un grand atout: la boutique de Mimi CANALE.
C'était la solution de secours quand on avait râté le passage de la voiture d'un épicier ou quand celui-ci n'avait pas à son bord le produit désiré.
Dans ce magasin, situé près du pont et de l'actuel parking de l'hôtel des thermes, on pouvait trouver de tout: conserves, charcuterie, bonbons, chaussures, journaux, gaz, etc.
La photo ci-dessous montre des jeunes Poggiolais de 1968 qui viennent de sortir de chez Mimi où ils ont acheté le ravitaillement (surtout en cartouches de camping-gaz) pour une excursion en montagne.
Le seul problème est qu'ils n'avaient pas de voiture et qu'ils devaient gravir, ainsi chargés, les 3 kilomètres de la route  joignant les Bains à Poggiolo!





























Petit concours: êtes-vous capable de mettre un nom sur le visage de chacun?
 
Merci à Jacques-Antoine MARTINI pour cette photo et merci d'avance à tous ceux qui nous en prêteront d'autres!
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907