Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:10
Les Grecs de Poggiolo

Raymond RIFFLARD, né à Paris en 1896 et mort à Sagone en 1981, a exécuté de nombreuses œuvres comme des décorations d'églises ou la fresque du général de Gaulle à Orto. Son tableau montrant la ruelle derrière la chapelle Saint Roch de Poggiolo (voir l'article solution-de-la-devinette-du-mois) a été réalisé par un peintre qui connaissait particulièrement bien le village pour une raison qui est dévoilée par le diacre François-Aimé ARRIGHI dans "Vico-Sagone, Regards sur une terre et des hommes".

Décrivant les peintures murales de l'église paroissial de Vico, l'auteur écrit à la page 247: "Raymond RIFFLARD (1896-1981), artiste peintre marié à Barberine PAPADACCI de Poggiolo...".

Mais bien sûr! S'il avait épousé une Poggiolaise, RIFFLARD devait bien connaître Poggiolo!

Seulement, qui était cette Barberine PAPADACCI?

 

En réalité, elle se prénommait Barbe Marie, ce que prouve le registre d'état-civil sur lequel est transcrit sa naissance dans la commune le 22 février 1901.

Les Grecs de Poggiolo
Les Grecs de Poggiolo

DE CARGESE À APPRICIANI ET À POGGIOLO

 

Son premier prénom, particulièrement rare, semble n'avoir jamais été porté par une autre personne dans le village.

Mais le nom de famille est également bizarre. PAPADACCI ! L'origine n'en est pas latine, ni italienne, ni corse. Ce nom est GREC !

D'où vient-il? Son origine se trouve évidemment dans la ville grecque de Corse: CARGESE.

Eglise grecque de Cargese (photo Philippe Franceschetti, 14/08/11)

Eglise grecque de Cargese (photo Philippe Franceschetti, 14/08/11)

 

L'étude de la généalogie de Barbe-Marie permet de savoir qu'elle était l'arrière-petite-fille d'Elia (ou Elie) PAPADACCI qui était né à Cargese en 1809. Il épousa le 28 avril 1836 Cecilia PETROLACCI STEFANOPOLI, née en 1813. Tous deux décédèrent à Cargese en 1859.

Leur fils Jean, né le 15 février 1839 à Cargese, s'établit comme cordonnier à Appriciani près de Vico. De son mariage avec Maria Contessa LECA, il eut deux enfants. Son femme étant mort le 11 juin 1865, il épousa en secondes noces Marie Cécile ULISSE le 15 janvier 1867. Ils s'installèrent peu de temps après à Poggiolo où leur fils Michel PAPADACCI naquit le 25 octobre 1867.

Curieusement, le registre poggiolais des naissances donne comme mère de Michel "Angèle Françoise ULYSSE" (avec un "Y"). Par contre, pour son frère Jean André, qui vit le jour le 20 mars 1875, il est bien écrit  que sa mère était "Cécile née Ulisse, (...) épouse légitime" de Jean. Jean décéda à Poggiolo le 14 octobre 1908.

Jean André fut cordonnier à Poggiolo comme son père et également négociant. Il épousa Toussainte "Gracieuse" MARTINI (1872-1926), d'une vieille famille poggiolaise. Ils eurent onze enfants, tous nés à Poggiolo, dont Barbe Marie, l'épouse de RIFFLARD, qui était la quatrième.

Curiosité: sur l'acte de naissance de Barbe Marie reproduit ci-dessus, le prénom de sa mère est orthographié "Grassieuce"!

Les Grecs de Poggiolo

LA GÉRANCE DE GUAGNO-LES-BAINS

Jean André eut les moyens financiers de reprendre la concession des thermes de Guagno-les-Bains fin 1934 et s'associa avec son gendre Philippe GERONIMI (1903-2003), époux de sa fille Toussainte, dite "Santa" (1907-1992).

Ainsi que l'avait révélé l'article "Du nouveau dans les aventures des baignoires", les fameuses baignoires en marbre de l'établissement thermal furent récupérées par Jean André PAPADACCI à la Préfecture d'Ajaccio. Philippe GERONIMI s'installa avec sa famille dans la station thermale jusqu'en 1970. 

L'importance de Jean André à Poggiolo se montre par sa participation aux affaires municipales: il fut premier adjoint de 1910 à 1912, le maire étant Pascal Antoine MARTINI, puis de 1937 à 1941 et de 1943 à 1959, avec Jean-François CECCALDI. 

Jean André se remaria en 1946 avec Marie "Elisabeth" DESANTI (1882-1978) et décéda en 1962.

 

Quant à Barbe Marie, elle vécut jusqu'au 11 décembre 1970.

 

La Parisien RIFFLARD avait bien su s'adapter à la vie des villages des Deux Sorru et connaissait bien Poggiolo.

De même, les PAPADACCI venus de Cargese surent bien s'assimiler. L'hostilité des Corses de l'intérieur envers les Grecs installés par les Génois à Paomia en 1676, puis protégés par les Français à Cargese, s'était montrée plusieurs fois de façon violente (voir l'article "La rage contre les Grecs"). Mais elle finit par se dissiper au milieu du XIXème siècle. Et Poggiolo accepta facilement ses PAPADACCI.

 

Documents utilisés: fiches généalogiques de Pierre LECCIA et de Jean GINI sur le site Généanet, et registres d'état-civil de Cargese, Appriciani et Poggiolo mis en ligne sur le site archives.corsedusud.fr

Document Pierre LECCIA sur Généanet.

Document Pierre LECCIA sur Généanet.

Partager cet article

Repost0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 17:59

La photo du conseil municipal poggiolais d'il y a quarante ans, en 1977, a servi pour la devinette du mois de février (voir l'article en cliquant ICI). 

D'autres photos des élus de Poggiolo

Traditionnellement, chaque élection a été suivie par la photo officielle des élus. Voici les photos officielles des conseillers municipaux des trois dernières élections. On remarquera que chacune a été réalisée à un endroit différent.

D'autres photos des élus de Poggiolo

Ce cliché, affiché dans le hall d'entrée, a été pris sur l'escalier de la mairie actuelle.

Après Bernard PAOLI, maire depuis 1968, Jean PINELLI avait été élu en mars 1989. Il dut démissionner et, le 26 janvier 1993, Angèle PINELLI devint maire. Elle remporta les élections de 1995 et fut réélue maire le 17 juin. La photo doit dater de ce jour-là. On pourra remarquer que, en plus du maire, l'écharpe est placée en travers de la poitrine par l'adjoint Jean-Silius PAOLI.

Justement, la photo de 1977 montrait que l'écharpe était portée à la ceinture par le maire et son adjoint. Il n'y a pas de contradiction, comme l'avait écrit Roger ANTECH dans un article écrit en 2014 dans "Corse-Matin" et qui fut publié sur ce blog (voir l'article: "De bons conseils pour les élus"). La seule condition étant, d'après le journaliste:

 "Pour les maires et leurs adjoints, le bleu doit être près du cou, ou en haut si l'écharpe est mise autour de la ceinture."

D'autres photos des élus de Poggiolo

Après le scrutin du 9 mars 2008, une fête fut organisée le 19 avril à la salle polyvalente. Cette image, prise sur la terrasse, se trouve dans le numéro 14 (avril 2008) du mensuel "L'Info U Pighjolu"

On peut y reconnaître, de gauche à droite:

- Marie SUSINI

- Christophe BATTESTI, adjoint spécial pour Guagno-les-Bains

- Bernard FRANCESCHETTI

- Agathe-Marie PINELLI

- Vannina BERNARD, deuxième adjointe

- Francette PINELLI

- Angèle PINELLI, maire

- Jean-Baptiste PAOLI

- Jean Silius PAOLI, premier adjoint.

 

A la suite des élections du 23 mars 2014, la photo du nouveau conseil municipal, groupé sur le balcon de la mairie, fut publiée dans "Corse-Matin" le 5 avril.

D'autres photos des élus de Poggiolo

La composition de cette assemblée locale, qui est actuellement toujours en place, de gauche à droite:

- Marie-Marcelle OTTAVI, conseillère spéciale pour Guagno-les-Bains

- Vannina BERNARD, deuxième adjointe

- Marianne MARTELLI-COIN

- Angèle PINELLI, maire

- Jean-Silius PAOLI, premier adjoint

- Ange-Marie PINELLI

- Marie SUSINI

On pourra remarquer la féminisation croissante du conseil municipal (une femme en 1977, cinq actuellement). 

 

Avez-vous les photos des conseillers municipaux poggiolais d'autres années? Le blog se ferait un plaisir de les publier.

---------------------

La liste complète des maires et des adjoints de Poggiolo depuis 1803 se trouve dans l'article suivant:

Partager cet article

Repost0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 18:00

La Journée internationale des droits des femmes ou Journée internationale de la femme vient rappeler une fois par an, le 8 mars, que les femmes ont souvent été (et sont encore souvent) obligées d'accomplir des besognes pénibles.

Ce fut le cas en Corse. On connaît l'image folklorique de la paysanne corse portant la tinella, le baquet rempli d'eau, sur la tête quand il fallait aller chercher de l'eau à la fontaine.

Sur son tableau de la ruelle derrière la chapelle Saint Roch, le peintre RIFFLARD avait représenté une Poggiolaise accomplissant cette tâche (voir l'article "Une rue de Poggiolo").

Les droits des femmes à Poggiolo

Ce portage assuré par les femmes n'était pas un simple thème artistique mais une réalité de chaque jour.

Photo pris à la Teghia et publiée dans "L'info U Pighjolu" en août 2007.

Photo pris à la Teghia et publiée dans "L'info U Pighjolu" en août 2007.

Chaque génération reproduisait l'attitude des précédentes, jusqu'à l'installation de l'eau courante dans les maisons de Poggiolo en 1968.

La photo suivante montre un des derniers moments de cette soumission féminine car elle date du 15 août 1967. Bien que ce fut le jour d'une grande fête religieuse, deux jeunes filles portent de lourds brocs remplis à la fontaine du Lucciu. Rentrant au centre du village, elles viennent de passer devant le monument aux morts. Entre elles, un "macho" sans cœur s'amuse de leur peine et surveille que le travail se fasse vite.

Depuis cinquante ans, il y a prescription de tels faits. Mais il est préférable de laisser anonymes ces victimes, très certainement traumatisées pour le restant de leur vie, et leur infâme bourreau.

Les droits des femmes à Poggiolo

Partager cet article

Repost0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 18:00
Solution de la devinette du mois: la plaque mystérieuse

LE LIEU ET LES RAISONS

 

La plaque de cuivre proposée par la devinette du mois se trouve dans un  lieu public de Poggiolo, un endroit où tout le monde peut la voir.

Non, elle n’est pas sur une porte, ni sur une boîte aux lettres, ni sur une tombe.

Elle est tout simplement dans l’église Saint Siméon.

Cette plaque a été fixée sur le sommet du dossier d’un prie-Dieu.

 
Solution de la devinette du mois: la plaque mystérieuse

«Un prie-Dieu est une chaise qui dispose d'une assise sur deux étages, la première pouvant être relevable pour s'agenouiller. L'assise inférieure sert à poser les genoux, et le dossier sert à appuyer les coudes. Les deux assises sont le plus souvent paillées.»

(Wikipedia, article «mobilier liturgique»)

 

«Avant le concile Vatican II qui voit progressivement l'abandon des prie-Dieu dans les églises au profit de simples chaises ou bancs et l'imposition de la position debout à la place de l'agenouillement lors des moments clés de la liturgie, il était d'usage pour les notables de la paroisse d'être propriétaire dans les premiers rangs de leurs chaises avec prie-Dieu sur lesquels ils faisaient graver leurs noms sur des plaques de métal (généralement en cuivre) ou émaillées vissées au dossier des chaises.»

(Wikipédia, article «prie-Dieu»)

 

L’église poggiolaise est maintenant équipée de bancs mais ce prie-Dieu a été conservé, ainsi qu’un autre qui sera évoqué à la fin de l’article.

 
Solution de la devinette du mois: la plaque mystérieuse

Tous deux se trouvent à gauche, dans les premiers rangs, près de la chaire d’où parlait autrefois le prédicateur.

Mais qui était la personne dont le nom E. VENTURINI est resté sur ce siège?

 

 

E. VENTURINI

La lettre «E» de la plaque est l’initiale du prénom «Elisabeth».

Marie Elisabeth PINELLI naquit le 8 mai 1894 à Poggiolo. Ses parents, Antoine François PINELLI (1864-1944) et son épouse Marie Dominique MARTINI (1868-1909), s’installèrent à Constantine en Algérie. C’est dans cette ville que sa soeur Antoinette vit le jour en 1897 (elle décéda en 1989). Elle avait aussi un frère, Jean Toussaint, né à Poggiolo en 1891 et mort pour la France en 1918. Son nom figurait à la fois sur le monument aux morts de Poggiolo et sur celui de Constantine (voir l'article "les "poilus" poggiolais de Constantine").

Elisabeth épousa le 17 mai 1922 à Constantine Emile Richard VENTURINI, né à Nouméa en 1879 et dont la famille était originaire d’Urtaca. Il mourut en 1939 à Poggiolo sans avoir eu d'enfant.

«Madame VENTURINI», ainsi qu’on l’appelait souvent, était bien connue pour sa gentillesse et sa piété. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait eu un prie-Dieu à son nom.

Elle vécut jusqu’au 19 janvier 1996, à 102 ans, et fut inhumée à Poggiolo. 

Sa sœur Antoinette eut, de son mariage avec Martin OTTAVY (1890-1957), né à Philippeville mais d’origine socciaise, un garçon Marc «Jean», qui fut tué au combat en 1944 (voir l’article "De l'Algérie aux rives du Doubs" ), et Maryvonne qui est la mère de Joël et Hervé CALDERONI.

 

 

Ce simple prie-Dieu est un témoignage important de la pratique religieuse dans la première partie du XXème siècle. Il permet également d’évoquer l’histoire d’une famille poggiolaise. Il faut espérer qu’il soit conservé encore longtemps comme document historique.

 

 

NOUVELLE ENIGME

A côté du prie-Dieu d’Elisabeth VENTURINI, il existe un autre rescapé de ce genre de meuble religieux. Il comporte les lettres «C» et «A» tracées par des alignements de gros clous à tête ronde.

Qui était ainsi désigné?

L’animateur de ce blog l’ignore et espère que des lecteurs voudront bien l’éclairer.

 
Solution de la devinette du mois: la plaque mystérieuse

——————————-

Photos 1, 2 et 4 ont été prises le 21 août 2016; la 3 est extraite du film "Visite de St Siméon" tourné par Thierry CALDERONI en novembre 2008.

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 18:00
Où est Nicolas ?

Si l'article précédent annonce la publication du livre de Nicolas Jean-Baptiste PINELLI "Ils sont partout, des îles Sanguinaires à la Provence", il ne faut pas oublier que ce Poggiolais a quelques talents qui lui ont permis de travailler dans plusieurs pays.

Nicolas est bien connu à Poggiolo et à Guagno-les-Bains où il a travaillé comme kinésithérapeute de 1987 à 1996. Il s'est installé ensuite à Marseille et à Paris comme ostéopathe jusqu’en 2010. Parallèlement, il travaille comme enseignant, responsable de formation en France et à l’étranger puis devient docteur en sciences de l’éducation en 2010. Depuis 2011, il intervient comme chercheur en sciences médicales et consultant dans la prévention en santé pour des entreprises sur la gestion des troubles du comportement alimentaire et l’obésité. Il habite à Ajaccio depuis 2017 et  projette de créer un atelier de peinture à Poggiolo.

Sa carrière professionnelle est détaillée dans l’article "Nicolas, un nouveau docteur poggiolais".

Nicolas PINELLI est également artiste-peintre, dessinateur. Ses œuvres ont été exposées à Marseille, au Festival de la bande dessinée d’Angoulême, à Bordeaux et à Ajaccio en 2014 puis à Paris en 2015: voir l’article «Nos amis parisiens n’ont plus beaucoup de temps».

Musicien et chanteur, il compose, enregistre un CD en autoproduction à Barcelone en 2016, dont voici un titre: «Le loup criait». La SACEM accepte que Nicolas modifie et adapte le poème d'Arthur Rimbaud, il joue avec une guitare flamenco typique.

Vous pouvez aussi écouter le titre "Roses" composé et enregistré à Ajaccio en 2014. La vidéo est illustrée par certaines de ses peintures et a été vue de nombreuses fois sur Youtube.   

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 18:00

 Le 25 janvier, le Poggiolais Nicolas Jean-Baptiste PINELLI a publié un livre de photographies comme auteur et auto-éditeur sur des surprenants visages, des apparitions fugaces et des formes étranges qu'il a repérés dans la région d'Ajaccio  et  à  Marseille... Son titre: "Ils sont partout ! Des Îles Sanguinaires à la Provence".

  L'ouvrage contient plus de 200 photos originales prises en 2015 et 2016, notamment dans des lieux sacrés et chargés d'histoire comme à l'Abbaye Saint-Victor de Marseille, ou sur la route des crêtes des Îles Sanguinaires et de Cassis, sur le Vieux Port de Marseille, la forêt de Vizzavona, etc... 

 Il est préfacé par le producteur de télévision et de spectacles Gérard LOUVIN.

Son prix est de 22€ et il est disponible à la Fnac et à la Librairie des Palmiers d’Ajaccio, certaines librairies sur le continent et par correspondance.

 
"Ils sont partout!"

Deux expositions sont prévues cette année, à Ajaccio et Londres, pour présenter ses photographies, le livre et son nouveau concept.

Nicolas fera-t-il une séance de dédicaces à Poggiolo cet été? Participera-t-il au Carré des Ecrivains, la grande manifestation littéraire marseillaise de novembre? 

En tout cas, un livre original à se procurer absolument.

Partager cet article

Repost0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 18:00

La photo qui était proposée pour la devinette de ce mois montre l’ensemble de la municipalité de Poggiolo qui venait d’être élue voici tout juste quarante ans, le 13 mars 1977.

 
La devinette du mois: les élus municipaux (solution)

On peut reconnaître de gauche à droite:

- Etienne PINELLI

- Raymond MARTINI

- Jean-Marie ORRAZI

- Christian PINELLI

- Yvette TRAMINI

- François DESANTI, dit François de Marosu (dont on n’aperçoit qu’un petit morceau du crâne)

La devinette du mois: les élus municipaux (solution)

- Jacques-Antoine MARTINI

- Louis DEMARTINI (premier adjoint)

- M. LECA, dit Patinellu, père de Pierre LECA et arrière grand-père de Christophe BATTESTI

- Bernard PAOLI (maire)

 

Quarante ans après, la moitié de cette équipe est toujours vivante.

Bernard PAOLI fut maire de l’été 1968 à mars 1989.

 

Merci à Jacques-Antoine pour nous avoir fait connaître ce document et bravo à Jean-Marc TRAMINI qui, pour le deuxième mois consécutif, a pu donner une réponse complète à notre devinette!

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 17:45
Nicolas, un artiste de la photographie

Nicolas MARTINI est un véritable artiste que les lecteurs de ce blog connaissent bien. Plusieurs de ses photos ont été publiées ici, par exemple dans les articles «Pour les amateurs de photographies», «Une nouvelle carte postale» ou «Poggiolo sous la lumière divine».

Nico s’est maintenant installé comme photographe professionnel à Poggiolo et a ouvert le site Corsica Photos (http://corsicaphotos.com) dans lequel il décrit sa passion de la photo:

 
Nicolas, un artiste de la photographie

"BIENVENUE,

 

En parcourant la galerie, vous découvrirez une partie de mon univers photographique qui, j’espère, vous plaira.

J’habite dans la montagne corse, côte ouest, donc avec une grande variété de paysages.

Je suis un autodidacte «touche à tout» qui s’est passionné pour la photographie il y a quelques années. 

J’ai cherché à comprendre comment se faisait telle ou telle photo que je voyais dans les magazines, j’ai rencontré et je continue à rencontrer des photographes amateurs ou professionnels avec qui j’ai beaucoup d’échanges, ce qui permet d’avancer dans cet univers infini qu’est la photographie et aussi de garder une certaine humilité devant des personnalités bourrées de talents mais qui savent garder les pieds sur terre."

 
Nicolas, un artiste de la photographie
Nicolas, un artiste de la photographie

Plusieurs de ses œuvres sont présentées dans la galerie de ce site et des tirages de qualité sur papier, acrylique ou le moderne aluminium Dibond peuvent être commandés.

Nicolas MARTINI propose une grande gamme de prestations: mariages, baptêmes, reportages, portraits, entreprises, commerces et ateliers d’initiation (pose longue mer ou rivière, macrophotographie, rando photo…). 

Par ailleurs, un véritable studio a été aménagé au village.

N’hésitez pas à faire appel à lui pour avoir des images exceptionnelles. 

 

Son actualité et ses œuvres récentes se trouvent sur sa page Facebook:

 

https://www.facebook.com/NicoMartiniPhotos/

 
Nicolas, un artiste de la photographie

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 12:24

La vidéo de l'émission "Manghjà Inseme" diffusée le 11 janvier sur France 3 Via Stella avec Sébastien ERCOLI (voir l'article "Les cookies de Sébastien") n'est plus visible en replay sur le site de la chaîne mais on peut la retrouver sur Youtube.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 09:11
Les cookies de Sébastien

Mercredi 11 janvier, dans l'émission quotidienne "Manghjà Inseme" diffusée sur France 3 Via Stella à midi  et présentée par Marina RAIBALDI, Sébastien ERCOLI, du London Café (cours Grandval à Ajaccio), a présenté sa recette de cookies.

Les gourmands apprécieront cette recette simple "comme un jeu d'enfant". Toutes nos félicitations à Sébastien que les Poggiolais connaissent bien.

Les cookies de Sébastien

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907