Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2018 1 26 /11 /novembre /2018 18:13

 

L'article précédent reproduisant une lettre d'un soldat originaire de Soccia en 1918 est un très bon exemple de l'abondante correspondance qui circula pendant la première guerre mondiale. 

Pendant les longs mois de guerre, chacun, soldats comme parents, comptait surtout sur le courrier pour avoir des nouvelles et de l’espoir.

 

Comme l’a écrit Jean-Paul Pellegrinetti dans sa communication «Identité et Grande Guerre. Les combattants corses durant la Première Guerre mondiale» (texte complet ICI), la nouveauté de la Grande Guerre tient «à la très grande production d’écrits que le conflit a suscité par l’intermédiaire de correspondances ou la tenue de carnets personnels. Ces divers «supports à l’écrit», sous formes de lettres, de cartes postales, de cartes militaires ou encore de cartes-photos, autorisent une histoire « par le bas » des combattants. Témoignages précieux d’hommes ordinaires ballottés par le flux et reflux des événements, l’analyse de la correspondance des poilus donne à lire dans l’univers mental de ces hommes partis au front et aide à comprendre leurs systèmes de pensées, leurs sentiments, leurs représentations, leurs processus de confrontation à l’Autre et leurs comportements par rapport à la guerre. 

Une partie de l'abondante correspondance de Jean Toussaint Demartini.

Une partie de l'abondante correspondance de Jean Toussaint Demartini.

 

Dans certaines familles, il reste encore des lettres de cette époque. Nous n’avons pu étudier que les séries qui furent écrites par deux des trente morts glorieux:

- la correspondance de Jean Ary Lovichi (1893-1915), aspirant tué aux Dardanelles le 14 juillet 1915, qui a été publiée par son neveu Pierre Durand dans une brochure intitulée «L’oncle Jean»,

- les lettres de Jean Toussaint Demartini (1889-1916) conservées par la famille Prince. Caporal puis sergent-fourrier, Jean Toussaint combattit en Afrique occidentale jusqu’en avril 1915 et mourut en France, pendant la bataille de la Somme, le 9 février 1916. La partie de ses lettres écrites en métropole a été utilisée en 2007 pour un devoir réalisé en collège par une amie de son arrière-arrière-petite-nièce Mathilde.

 

En croisant ces deux séries, on peut dégager plusieurs thèmes importants. L’échantillon n’est pas vraiment représentatif car ces deux soldats étaient plus instruits que la moyenne des Poggiolais mais on retrouve les centres d’intérêt relevés par Jean-Paul Pellegrinetti dans son étude.

 

Un impérieux besoin de nouvelles

Les soldats avaient un impérieux besoin d’écrire et de lire :

« Mes chers parents, Ecrivez-moi souvent et longuement » (J T Demartini, 11 novembre 1915)

« Nous souffrons seulement du manque de nouvelles. Envoyez-moi, si vous pouvez, des journaux (…) Ecrivez-moi le plus possible » (J Lovichi, sans date).

Ils avaient besoin de ce lien avec leur famille : « il n’y a pas à la guerre un homme qui ne pense et ne parle toujours à Papa et Maman. Vous comprenez cela. Nous sommes des enfants » (souligné dans le document) (J Lovichi, 7 juin 1915).

Encore fallait-il avoir le matériel pour écrire : « Je vais vous faire encore une demande de plume et d’encre. J’aime peu le crayon. » (J Lovichi, 30 juin 1915).

Pour les messages courts, il existait des cartes «Correspondance des Armées de la République» qui bénéficiaient de la franchise postale.

 

 

Le courrier, cordon ombilical indispensable en 14-18 (1/2)
Le courrier, cordon ombilical indispensable en 14-18 (1/2)

Le dernier message de Demartini fut écrit sur ce rectangle de carton le 4 février 1916, cinq jours avant sa mort. 

De son côté, en 1914, après la capitulation allemande au Togo, Jean Toussaint Demartini eut des feuilles en abondance car il utilisa le papier à lettres de la plantation de palmiers Schleinitz et de la station de radiotélégraphie de Kamina.

Papier à en-tête de la plantation SCHLEINITZ.

Papier à en-tête de la plantation SCHLEINITZ.

 

 

La correspondance servait à réclamer de quoi améliorer le quotidien. Jean Lovichi demanda «un alcool sous une forme quelconque indispensable ici, ampoules de teinture d’iode, papier cigarettes auto-inflammables, comprimés pour désinfecter l’eau un peu cadavérique» (31 mai 1915).

Le sous-lieutenant, licencié en philosophie et pétri de culture gréco-latine, avait également des désirs intellectuels et demanda le 30 juin 1915 : « quelques livres (L’Iliade, l’Odyssée et Montaigne) pour les après-midi de tranchée. Montaigne a de bonnes réflexions sur les choses du combat, je pourrai en goûter la saveur ».

 

Par contre, l’argent n’était pas un grand souci :

« Je touche 4 francs par jour qui sont tous économisés. Aussi, ne m’envoyez plus un sou » (souligné dans le document) (J Lovichi, 2 juin 1915)

« Avec son argent, on ne peut rien acheter » écrivit le sergent Demartini le 19 janvier 1916. 

 

Ces Poggiolais éloignés de la Corse ne manquaient de signaler la présence de concitoyens« un de ces jours j’irai à Atakpamé où se trouve Hyacinthe Desanti le fils à Pierre François » (J T Demartini, octobre 1914). Jean Hyacinthe Desanti (1889-1944) termina sa carrière dans l’administration coloniale comme gouverneur du Dahomey puis du Soudan français (Mali actuel).

Jean Hyacinthe Desanti en uniforme de gouverneur.

Jean Hyacinthe Desanti en uniforme de gouverneur.

 

Ils n’oubliaient même pas leurs querelles villageoises, comme Jean Toussaint Demartini qui avait été condamné pour vote irrégulier dans une élection municipale à Poggiolo et qui, dans une lettre du 1eroctobre 1915, conseilla à ses parents l’attitude à adopter envers les membres du parti adverse : 

"Je ne saurai assez vous le répéter, montrez-vous très satisfait de leur façon d'agir, et puis plus tard lorsque nous aurons l'occasion de pouvoir nous venger, nous le ferons, mais pour bien réussir, il faut faire semblant d'être très bien avec eux et pour mon compte personnel, je vous promets que je suis décidé à me venger" (ponctuation respectée).

(à suivre)

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 18:04

Les articles sur la première guerre mondiale sont très nombreux cette année. Certains sont assez originaux comme celui-ci qui révèle un document ignoré et très original qui est conservé dans une famille de Soccia.

L'article est de Pascale CHAUVEAU et a été publié dans "Corse-Matin" de vendredi 23 novembre.

Très prochainement, ce blog publiera une partie de la correspondance de deux héros poggiolais de 1914-1918.

---------

MENU DE FIN DE GUERRE

"EN L'HONNEUR DU PENDU"

À l'occasion du centième anniversaire de l'Armistice du 11 Novembre, nombre de lettres écrites du front sont ressorties, témoignages de la vie dans les tranchées.

 

 

À Soccia, Marinette Antonini a sorti de ses archives une petite pépite: outre la carte rédigée le 11 novembre 1918 par son oncle Antoine à ses sœurs, annonçant la signature de l'Armistice, celui-ci joint le menu concocté par "le chef de popote" pour fêter dignement la bonne nouvelle.

Menu de fin de guerre pour un Socciais

Soigneusement calligraphié à l'encre violette, le "menu du pendu" vaut surtout pour les dessins qui encadrent le texte: "Celui que l'on a eu", c'est bien sûr l'ennemi, dessiné fumant sa pipe avant de finir au bout d'une corde.

"Celui que l’on a eu, celles que nous aurons bientôt"

"Celles que nous aurons bientôt", représentées par une jolie femme maquillée et chapeautée, à qui l'auteur fait dire "vive le 4 e tirailleur". Dans la courte carte qu'il écrit, Antoine Colonna précise qu'ils seront dix zouaves à se partager le repas, qui coûtera 310 francs. "Chacun a disposé de 20 francs pour cela, et certains de 50 francs" ajoute-t-il.

Postée le 12 novembre 1918 de Villeneuve au Chemin, la lettre n'arrivera à ses destinataires, qui habitaient rue d'Ajaccio à Tunis, que le 23 juillet 1919 !

"Je me suis longtemps occupée de mes tantes", raconte Marinette, "et avec mes frères Antoine et Octave, on avait lu ces courriers datant de la guerre avec émotion." Depuis quelques années, l'idée de faire publier ce menu de fin de guerre était venue, mais sans y donner suite."Mais cette année c'était le centenaire de l'Armistice", conclut Marinette, "et j'ai pensé que c'était le bon moment !".

P. C.

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 17:56

Les soldats poggiolais de la première guerre mondiale ont été de bons combattants. En témoignent les nombreuses récompenses obtenues pour leur tenue sur le front.

Ils ont été récompensés par au moins vingt-cinq citations retranscrites sur les registres matricules. Qu’elles aient été publiées à l’ordre du régiment, de la brigade, de la subdivision, du corps d’armée ou de l’armée, ces mises à l’honneur font connaître les qualités des Poggiolais.

diplôme de citation militaire

diplôme de citation militaire

 

 

La première qualité est « le courage »mentionné huit fois, et à laquelle on peut joindre « la bravoure » (trois fois) et la « belle attitude au feu » (deux fois).

La seconde est le « calme »,mentionné cinq fois, auquel on peut ajouter le « sang-froid » (trois fois).

 

Les textes des citations donnent des renseignements importants sur les comportements de ces hommes pendant les combats.

Pierre Toussaint Antonini (1882-1916) « a enlevé à la baïonnette des tranchées ennemies et fait prisonnier un fort détachement commandé par un officier » (citation du 25 octobre 1914).

Pour avoir assuré le ravitaillement en première ligne, Jean François Ceccaldi (1876-1968) est cité le 15 juin 1916 (le texte en a été reproduit dans l'article "Des Poggiolais sous l'uniforme") et Jean Jules Ceccaldi (1889-1959) le 1erjuillet 1917.

Maréchal des logis dans l’artillerie coloniale, Antoine François Demartini (1884-1916)« après avoir eu son cheval blessé sous lui, a été blessé lui-même et néanmoins a su ramener en ordre toute sa pièce ».

Le lieutenant Antoine François Desanti (1879-1958) a été récompensé pour avoir aidé son bataillon « par la sûreté du tir de ses mitrailleuses » lors du combat du 21 février 1918 contre des rebelles marocains (citation du 22 avril 1918).

Jean Ary Lovichi (1893-1915) « n’a cessé de commander » pendant près de quinze heures pour défendre « la tranchée conquise par lui » (citations du 21 juin et du 1eroctobre 1915).

Jean Noël Pinelli, né en 1879, spécialiste radio au centre d’aviation du Plessis-Belleville, a subi des bombardements du 28 mars au 1eravril 1917 et le 4 mai où il « s’est prodigué au milieu des plus grands dangers, d’abord pour sauver son matériel, puis retirer des flammes un de ses hommes blessé mortellement » (29 mai 1917).

Jean Toussaint Pinelli (1891-1918) réussit à être cité trois fois dans la seule année 1917 : à l’ordre du régiment le 20 mars (volontaire pour « un coup de main audacieux »), du corps d’armée le 22 juillet (pour avoir entraîné sa section sous le feu ennemi) et de la division le 14 novembre (a accompli une mission« volontairement en plein jour à découvert »).

 

 

Jean Toussaint Demartini est à l'extrémité droite de la photo.

Jean Toussaint Demartini est à l'extrémité droite de la photo.

Une curiosité : la première citation obtenue par un Poggiolais date du 21 août 1914. Elle est celle de Jean Toussaint Demartini (1889-1916), à l’ordre des troupes du groupe de l’A.O.F. (Afrique Occidentale Française) pour sa bravoure dans les combats contre les Allemands, à l’occasion du combat de Khra, au Togo, qui fut la première victoire franco-britannique de la guerre. Jean Toussaint mourut en 1916 dans la Somme.

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 17:43

L'informatique permet de réaliser des recherches historiques bien plus rapidement qu'autrefois. Ainsi, la publication de la liste des soldats français tués pendant la première guerre mondiale a permis de réaliser toutes sortes de calculs. Cette liste est disponible sur le site "Mémoire des hommes". Le site "MémorialGenWeb" procède au relevé des inscriptions se trouvant sur les monuments aux morts.

 

"Le Parisien" a publié le résultat de l'étude des prénoms.

"On ne s'étonnera évidemment pas de trouver les prénoms classiques du début du XXe siècle : Jean, Pierre, Louis, Joseph et François forment les cinq prénoms les plus frappés. 

A eux cinq, ils représentent 79647 victimes, soit 8% des soldats morts pour la France lors du premier conflit mondial, sans compter leurs variantes en prénoms composés (Jean-Marie arrive en 7e position, Jean-Baptiste en 8e)."

 

 

François et Jean sont morts

 

Et pour Poggiolo?

Les trois faces du monument aux morts comportent trente noms. Il suffit d'en faire la liste et on arrive à:

quatre Jean,

quatre Jean Toussaint, 

trois François,

deux François Antoine.

Puis, dix-sept soldats portent chacun un prénom particulier. 

Si Jean domine comme dans toute la France, le reste de la liste n'est pas exactement le même.

 

François et Jean sont morts

 

Pour mieux connaître la popularité des prénoms, on peut envisager de couper les prénoms composés en deux. Ainsi, on compterait Jean Toussaint à la fois pour un Jean et pour un Toussaint. A cette époque, les registres d'état-civil ne comportent pas de trait d'union entre les prénoms mais une virgule. Le prénom composé était donc un usage mais pas une réalité administrative. D'ailleurs, sur le monument poggiolais, aucun trait d'union n'est marqué. Il en résulte une curiosité: en coupant le prénom de Charles Marie VINCIGUERRA, on obtient dans la liste un prénom féminin!

La répartition poggiolaise devient alors:

dix Jean,

huit François,

six Toussaint,

trois Antoine,

trois Dominique,

deux Pierre,

puis, treize prénoms différents.

François et Jean sont morts

Jean consolide sa position, suivi de François, et Toussaint tient une place importante.

Une petite remarque pour le prénom Franco. Il est attribué à un membre de la famille COLONNA. En réalité, à sa naissance, cet individu avait été déclaré comme François Antoine. Mais l'usage l'avait transformé en Franco et ce surnom est celui conservé sur le monument.

François et Jean sont morts
François et Jean sont morts
François et Jean sont morts

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 12:00

Les soldats de la première guerre mondiale sont trop souvent réduits aux noms des morts pour la France gravés sur les monuments aux morts.

Ils furent d'abord de hommes qui avaient des visages, des regards, des sourires et des statures particuliers. Et puis, si tous ne moururent pas sur le front, il faut se souvenir que les rescapés souffrirent terriblement pendant cette guerre.

Maintenant que tous ces combattants sont décédés, nous pouvons nous souvenir d'eux avec les photographies de l'époque où ils étaient sous l'uniforme.

Voici quelques images de Poggiolais. Mais ce blog publierait volontiers d'autres photos que les familles peuvent envoyer à larouman@gmail.com

Louis Antoine ANTONINI

Poggiolais sous l'uniforme

Né en 1888 à Guagno, après son service militaire dans l'artillerie à pied, il est rappelé en août 1914. Il combat en France, en Italie et en Belgique. Enterré en 1972 à Guagno-les-Bains.

 

 

Pierre Toussaint ANTONINI

Poggiolais sous l'uniforme

Né à Guagno en 1882. Engagé dans les troupes coloniales en 1902, il fait campagne au Tonkin et en Guinée, obtenant la médaille coloniale et la médaille militaire.

Il est adjudant-chef au début de la guerre. Il atteint le grade de lieutenant le 11 novembre 1916. Il combat en France et reçoit une citation à l'ordre du régiment (le 8e colonial) le 25 octobre 1914: "a enlevé à la baïonnette des tranchées ennemies et fait prisonnier un fort détachement commandé par un officier".

Envoyé sur le front d'Orient à partir de décembre 1915, il est grièvement blessé et soigné à Salonique. Sa fiche de "Mort pour la France" le déclare décédé à Salonique tandis que sa famille dit qu'il est mort sur le bateau-hôpital le ramenant en France. Toujours est-il que son corps repose au cimetière militaire de Lagoubran (carré SF, rang I, tombe 26) près de Toulon.

Son nom est le premier des trente inscrits sur le monument aux morts de Poggiolo.

 

 

 

Jean François CECCALDI:

Poggiolais sous l'uniforme

 

Né en 1876, il s'engage en 1895 au 4e régiment de tirailleurs algériens et fait campagne en Tunisie. Il est ensuite surveillant de prisons militaires et sergent-major comptable.

Le 2 août 1914, il est réintégré comme sous-lieutenant au 173e RI et combat en France. Blessé au mollet gauche par un éclat d'obus en novembre 1915, il est cité à l'ordre du régiment la 15 juin 1916: "sur le front depuis le début des hostilités, a fait preuve en toutes circonstances d'énergie, de sang-froid et d'un courage calme. A en particulier du 20 au 29 mai assuré dans les circonstances les plus difficiles et souvent même les plus périlleuses, le service du ravitaillement en matériel des bataillons en première ligne sous un bombardement des plus violents".

Il devient chevalier de la Légion d'Honneur en mai 1916

Jean François rejoint en février 1917 l'état-major du corps d'occupation du Maroc et termine la guerre avec le grade de capitaine major.

Dés qu'il quitte l'armée, il est élu maire de Poggiolo en 1919 et reste à ce poste jusqu'en 1941 et de 1943 à 1959.

Il est décédé en 1968.

 

François DEMARTINI

Poggiolais sous l'uniforme

 

Né en 1899, il est appelé par l'armée en avril 1918. Il est donc un des cinq derniers Poggiolais à être mobilisés pour cette guerre. Il est affecté au 111e RI (régiment d'infanterie). Il a été touché par la grippe espagnole mais en a réchappé. Après l'armistice, il a fait partie, jusqu'à sa démobilisation en mars 1921, des troupes qui ont occupé la Rhénanie.

Il est le frère de Jean Toussaint DEMARTINI présenté ci-dessous.

Il est décédé en 1975

 

 

Jean Baptiste DEMARTINI

 

Poggiolais sous l'uniforme

Né en 1893, il s'engage en 1912 au 3e RMT (régiment de marche des tirailleurs) qui est basé en Algérie. Il est nommé caporal. Son unité est engagée en France dès le début du conflit. Il devient sergent le 11 août 1914.

Jean Baptiste est tué à l'ennemi le 25 septembre 1915 à Epine de Vedegrange, dans la Marne.

Il a été inhumé dans la nécropole nationale de La Crouée (Marne), carré 3E, tombe 1791.

 

Jean Toussaint DEMARTINI

Poggiolais sous l'uniforme
Poggiolais sous l'uniforme

Né en 1889, il s'engage en 1907 chez les zouaves mais s'oriente rapidement vers la Marine et devient matelot timonier breveté. Mais, en 1912, à la suite d'un problème électoral à Poggiolo, il doit s'orienter vers l'infanterie coloniale. Il est au Dahomey lors de la déclaration de guerre et il participe à la conquête de la colonie allemande du Togo.

Devenu sergent, il combat en France à partir de mai 1915. Il meurt pour la France à Cappy (Somme) le 9 février 1916.

Sa famille a gardé son abondante correspondance qui est une source importante pour connaître la vie et les pensées d'un combattant de 14-18.

 

Jean Antoine FRANCESCHETTI

Poggiolais sous l'uniforme

Né en 1897, il est incorporé en janvier 1916. Il fait partie du 29e bataillon des chasseurs à pied. Il est blessé par un éclat d'obus à l'avant-bras gauche devant Corbeny, dans l'Aisne, en avril 1917. Il est intoxiqué par les gaz de combat le 6 août 1918. Il est libéré en septembre 1919.

Il meurt à Ajaccio en 1987.

 

Jean-Baptiste PAOLI

Poggiolais sous l'uniforme

Né en 1896, il est incorporé en avril 1915 dans un régiment d'artillerie lourde. Libéré en septembre 1919.

Décédé le 19 novembre 1993, il était le dernier survivant des Poggiolais anciens combattants de la première guerre mondiale.

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 17:48

Le décès de l'abbé Jean-Claude MONDOLONI, lundi 3 novembre, a touché de nombreux militants de la cause nationaliste corse. Cet homme d'Eglise a connu une vie très dynamique, depuis la défense de l'Algérie française au sein de l'OAS jusqu'à son adhésion à l'ANC (Accolta Naziunalista Corsa), tout en s'occupant de sa paroisse de Ponte Leccia. Il était devenu une référence incontournable.

Nous reproduisons ici l'article qui lui a été consacré par Morgane QUILICHINI dans "Corse-Matin" de dimanche 4 novembre.

Prêtre et militant
 

MORGANE QUILICHINI

L’homme d’Église le plus charismatique et le moins conventionnel de Corse est décédé. Toujours cash et sans compromis, il n’avait pas pour habitude de mâcher ses mots. Il laisse des milliers de fidèles orphelins

On le savait affaibli depuis longtemps, mais comme c’est souvent le cas pour ces gens que l’on a toujours connu, on espérait que, quelque part, il serait immortel.

Pourtant hier, Dieu a rappelé à lui l’abbé Jean-Claude Mondoloni. Au terme d’une vie à nulle autre pareille, qui l’a fait passer d’un prytanée militaire à la paroisse de Ponte-Leccia, après un détour par l’OAS et quelques séjours en prison, l’homme d’Église peut enfin goûter un repos qu’il n’a pas volé.

Cette existence qui aurait mérité que l’on en fasse un film, avait commencé en 1939, au Liban, à l’époque où le pays était sous protectorat français. "Je suis né sous les bombes, nous avait-il un jour confié. Des fois, on me dit que j’aime la bagarre, mais forcément... C’est de l’atavisme !"

Jean-Claude est au milieu d’une fratrie qui compte trois frères et deux sœurs jumelles. Papa est militaire, dans les chasseurs alpins.

Quelques années plus tard et alors que la famille est rentrée en France pour s’installer à Nice, il conserve comme le plus précieux des souvenirs les étés passés à arracher les patates chez son grand-père, "un p’tit paysan fauché comme tout" qui louait des terres au sgiò Fieschi à Petreto-Bicchisano.

Les années passent. Et celui qui est devenu un jeune homme plutôt remuant est inscrit au prytanée militaire de La Flèche, une prépa pour Saint-Cyr où, de son propre aveu, il ne foutra rien pendant deux ans. À l’issue, la prestigieuse école militaire lui tend les bras. Mais Jean-Claude préfère ceux de l’Organisation armée secrète, où il rejoint d’autres Corses, des juifs et des Suisses allemands. Vendu par son capitaine, le commando sera arrêté en Belgique et Jean-Claude Mondoloni ira derrière les barreaux. Pour la première des six fois où cela lui arrivera.

La foi, c’est en Espagne qu’il finira par la rencontrer.

Alors qu’il est en cavale de l’autre côté des Pyrénées, le fils d’un médecin de Montpellier le convainc de faire les exercices de Saint-Ignace. La décision d’entrer dans les ordres date de cette rencontre, mais avant, il reste un détail à régler. Car Jean-Claude Mondoloni est alors toujours poursuivi par la justice. Rentré en France, il fait "un petit tour par Fleury-Merogis", puis est présenté devant la Cour de sûreté de l’État qui le condamne "à 15 ans de taule" et l’amnistie le lendemain.

 

Prêtre et militant

Obsèques demain à Morosaglia

Au cours d’une longue entrevue, il s’en était amusé : "Je suis retourné en Espagne où j’ai fait un an de probation, un an de noviciat et deux ans de scolasticat. Et là on m’a dit - je ne sais pas où ils sont allés chercher ça - que je ne pourrais pas être religieux parce que j’avais trop mauvais caractère." Il aura pourtant le parcours que l’on sait, malgré son surnom de Cassius Clay. Et pendant trente-cinq ans, aura la responsabilité de la paroisse de Ponte-Leccia et de ses fidèles. Jusqu’au bout, l’abbé Mondoloni aura été présent et ce, malgré un départ à la retraite en 2016, où Leon-Papé Gnacadja lui succéda.

Jusqu’au bout, il fut un militant. Militant politique et culturel. Militant pour la paix et pour le peuple corse. En mai dernier et alors qu’il donnait la messe des commémorations de Ponte-Novu aux côtés du diacre Franceschi, il s’en était pris directement à l’État, arguant que l’on ne peut pas "débarquer dans un pays qui n’est pas le sien comme si on était chez soi. Quand on arrive en Corse, on est chez les Corses."Il avait également conjuré les élus locaux à tenir leurs promesses et à ne pas oublier "la maison de cristal".

 

Prêtre et militant

Emporté dans la nuit de vendredi à samedi par la maladie, l’abbé Mondoloni s’est éteint à la clinique Maymard de Bastia, entouré des siens. Bien qu’originaire du sud de l’île, il a décidé d’être inhumé à Morosaglia, au cœur de la paroisse qu’il dirigea pendant plus de trois décennies. C’est donc là que seront célébrées ses obsèques demain lundi, à 15 heures. "Il a demandé une messe très sobre, souligne l’archiprêtre Culioli qui, en l’absence de l’évêque de Corse, sera chargé de la présider. Il s’est éteint dans une grande sérénité, heureux d’aller retrouver le Seigneur."

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 17:59
Réponse à la devinette du mois: Poggiolais et aviateur?

Aucun Poggiolais ne combattit dans l’aviation pendant la première guerre mondiale.

Mais un représentant de notre village, Jean Noël Pinelli (1879-1954), participa néanmoins à cette arme nouvelle.

 

Né à Poggiolo le 14 décembre 1879, Jean Noël PINELLI était le fils de Philippe PINELLI et de son épouse Jeanne OTTAVI. Il ne faut pas le confondre avec un autre Jean Noël PINELLI qui vécut de 1885 à 1940 et combattit en 14-18 dans les troupes marocaines.

Installé en Algérie, près de Constantine, il fit son service militaire entre 1900 et 1903. Il fut incorporé dans le Génie et devint télégraphiste au Mont Valérien.

Revenu à la vie civile, il fut rappelé en août 1914, au début de la guerre. Jean Noël retrouva le Génie, au 8e Régiment, puis il fut affecté à la section radio de l’escadre C/39 et ensuite au centre TSF du GDE (Groupe des Divisions d'Entraînement) du Plessis-Belleville (Oise), importante base d’entraînement des pilotes d’avion.

Vue aérienne du terrain de la GDE du Plessis-Belleville en mars 1916 - Photo Jean Amigues ((site https://www.escadrilles.org)

Vue aérienne du terrain de la GDE du Plessis-Belleville en mars 1916 - Photo Jean Amigues ((site https://www.escadrilles.org)

Juillet 1917: crash d’un Letord et mort de son pilote (Coll. J-P Amigues) (site https://www.escadrilles.org)

Juillet 1917: crash d’un Letord et mort de son pilote (Coll. J-P Amigues) (site https://www.escadrilles.org)

Il n'était donc pas du tout aviateur mais avait une fonction essentielle pour les communications de l'armée de l'air. 

 

Il sortit de la guerre avec le grade de sous-lieutenant, la Croix de Guerre et deux citations liées aux bombardements allemands subis par la base du Plessis-Belleville au printemps 1917.

Le registre matricule mentionne une citation à l'ordre du régiment en date du 3 avril 1917: "Attaché au Groupe comme radio depuis plus d'un an, s'y est montré excellent  spécialiste, remplissant sa mission dans des conditions souvent difficiles et périlleuses. Au cours des bombardements du 28 mars au 1er avril, a été légèrement blessé à son poste."

Dans la citation à l'ordre du général du 29 mai 1917, on peut lire: "Excellent chef de poste, son antenne ayant été détruite le 4 mai et son poste incendié par le bombardement, s'est prodigué au milieu des plus grands dangers, d'abord pour sauver son matériel, puis retirer des flammes un de ses hommes blessé mortellement".

 

Tranchée abri pour protéger le personnel en cas d'attaque aérienne sur le terrain du GDE du Plessis-Belleville (Oise) en février-mars 1916

Tranchée abri pour protéger le personnel en cas d'attaque aérienne sur le terrain du GDE du Plessis-Belleville (Oise) en février-mars 1916

La Légion d’Honneur lui fut attribuée par décret du 27 décembre 1923. Mais ne cherchez pas Jean Noël PINELLI parmi les Poggiolais dans la base Léonore, le site internet des titulaires de la Légion d'Honneur: il figure comme originaire de Poggioli, près de Figari !

Ce lieu est même inscrit sur la première page de son dossier. Par contre, l'extrait d'acte de naissance a bien été fourni par la mairie de Poggiolo: déclaration enregistrée par le maire de l'époque DESANTI Jules, extrait certifié conforme par Jean-François CECCALDI, maire en 1923, et par le juge de paix de Soccia.

 

L'administration devrait savoir que les héros ne peuvent venir que de PoggiolO !

 

Jean Noël PINELLI reçut sa décoration à Cervione où il termina sa vie. 

Pour en savoir plus sur  le GDE du Plessis-Belleville:

-un livre:

     http://www.aerostories.org/~aerobiblio/article5032.html

Réponse à la devinette du mois: Poggiolais et aviateur?

- et une exceptionnelle galerie de photos:

     http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/GDE.htm

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 18:00
La devinette du mois: Poggiolais et aviateur?

Lors de la première guerre mondiale, les soldats d'origine poggiolaise étaient dans leur quasi-totalité des fantassins ou des artilleurs avec une forte proportion dans les troupes coloniales. Mais ils furent dispersés dans des unités très diverses et furent présents sur de très nombreux fronts en Europe, en Afrique et en Asie.

On peut donc se demander si des Poggiolais ne furent pas présents dans la toute jeune armée de l'air. Des enfants de Poggiolo furent-ils aviateurs en 14-18? Et, si oui, de qui s'agissait-il?

Réponse demain. 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 07:00
Appel à nos lecteurs: où sont les restes des héros?

Avec le centenaire de la fin de la première guerre mondiale, les cérémonies s'enchaînent à un rythme de plus en plus rapide et atteindront leur maximum le 11 novembre.

Les monuments aux morts sont, dans chaque commune, un lieu de rassemblement pour se souvenir des soldats tués dans ce conflit. A Poggiolo, trente noms sont inscrits.

Les familles peuvent également se recueillir, par exemple le 2 novembre, près des tombes de leur parent tombé pour la France. Encore faut-il savoir où se trouvent ces tombes. 

Ce blog a déjà publié les lieux d'inhumation de la majorité des trente héros poggiolais mais la liste est incomplète.

 

 

APPEL À NOS LECTEURS:

où se trouvent les restes des Poggiolais suivants?

 

 

DEMARTINI Dominique François (prénommé seulement François sur le monument aux morts de Poggiolo), né en 1888, mort le 3 novembre 1915 à Massiges (Marne)

DESANTI Jean, né en 1892, mort le 26 février 1915 à Vauquois (Meuse)

MARTINI Martin, né en 1877, mort le 5 septembre 1916 à Cléry (Somme)

MARTINI Noël Ange-François, né le 25 décembre 1890, mort le 5 septembre 1914 à Neufmontiers (Seine-et-Marne)

PAOLI François Antoine, né en 1887, mort le 12 septembre 1915 à Toul (Meurthe-et-Moselle)

PINELLI Jean Baptiste (prénommé Baptiste sur le monument aux morts), né en 1848, mort le 15 juillet 1917 à Paris

PINELLI François, né en 1889, mort le 1er janvier 1920 à Ajaccio

PINELLI Laurent, né en 1893, mort le 28 mai 1918 à Fez

 

 

Merci d'avance à tous leurs descendants qui pourront fournir les renseignements (à l'adresse: larouman@gmail.com).

 

Les endroits où se trouvent les corps des autres morts seront bientôt publiés.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 18:09

Poggiolo a de nombreuses singularités, dans de nombreux domaines, par rapport aux villages voisins. La preuve en fut fournie au niveau sanitaire à la fin de 1918.

Cette année est connue pour être la dernière de la première guerre mondiale. Mais, dans le bilan de la guerre, on oublie souvent les victimes de l’épidémie de grippe, appelée alors grippe espagnole.

"Entre 25 et 40 millions de personnes sont mortes de la grippe espagnole d'avril 1918 au printemps 1919, davantage de victimes que celles causées par la Grande Guerre" (Claude Quétel, "L'Histoire", n°449, juillet 2018).

malades de la grippe dans un hôpital du Kansas

malades de la grippe dans un hôpital du Kansas

La France eut à déplorer 240.000 morts.

Des célébrités comme Edmond Rostand et Guillaume Apollinaire moururent de cette pandémie.

 

 

La Corse ne fit pas exception et fut touchée fin juillet 1918.

"L'on dénombra quatre-vingts morts à Sartène, quarante à Levie et Zevaco, et soixante à Sollacaro. Mais le triste record reste dans la cité paoline", c'est-à-dire Corte, où il y eut 136 morts, écrit Daniel CERANI dans "Corse-Matin" du 7 août 2018.

 

A Corte, la grippe dura du 4 août à fin septembre.

 

La tradition orale rapporte que, pendant l’été 1918, il y eut plusieurs victimes dans le village voisin de Soccia et que l’on entendait tous les jours les cloches des enterrements. Par contre, Poggiolo aurait été épargnée. S'agit-il d'une légende ou de la réalité?

 

 

Pour répondre, il faut étudier la mortalité de ces communes pendant l'année 1918, ce qui est possible avec les tables décennales d’état-civil disponibles sur internet.

Elles montrent effectivement une forte poussée de mortalité à Soccia en septembre et octobre 1918 avec dix-huit décès pour ces deux mois, soit autant que dans l’ensemble de chacune des années précédentes.

A Poggiolo, il n’y eut qu’un décès pour la même période, sur un total annuel de onze, soit moins qu’en 1917 où l'on avait compté quinze morts. 

Il semble que Guagno ait également été touché par l’épidémie car on enregistra dix-neuf morts en octobre 1918, soit exactement la moitié du total de l’année pour cette commune. Il n'y avait eu que onze morts pour toute l'année 1917.

Le tableau ci-dessous compare mois par mois la mortalité en 1918 des quatre communes du canton: Poggiolo, Soccia, Guagno et Orto.

 

 POGGIOLOSOCCIAGUAGNOORTO
janvier1000
février0210
mars0041
avril3021
mai2111
juin0121
juillet0012
août0121
septembre1820
octobre110190
novembre1341
décembre2200
total 19181128388

 

La hausse des morts en septembre et octobre pour Soccia et Guagno est évidente. Même si tous les décès ne viennent pas de cette maladie, la grippe espagnole a bien été présente et Poggiolo en fut épargnée, ainsi qu'Orto.

L'air serait-il donc plus sain à Poggiolo? Pourquoi ne pas le penser?

La mairie aurait-elle pris des mesures coercitives, comme lors de l'épidémie de choléra de 1884 où l'utilisation des thermes de Guagno-les-Bains fut interdite aux habitants de St André d'Orcino?

 

 

Il se peut qu'à l'armée certains Poggiolais mobilisés aient été atteints par le virus mais aucun n’en mourut. Le seul cas certain de malade est François Antoine Demartini. Né à Poggiolo en 1899, il avait été incorporé au 111e régiment d'infanterie le 18 avril 1918, il fut touché par la maladie et en réchappa. Il vécut jusqu'en 1975.

 

Poggiolo = bonne santé

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907