Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 11:04

Alors que, aujourd'hui et demain, ont lieu les cérémonies religieuses à la mémoire des victimes de la disparition de la Caravelle Ajaccio-Nice du 11 septembre 1968, des décisions importantes viennent d'être annoncées.

Christian ESTROSI, maire de Nice, et Laurent MARCANGELI, maire d'Ajaccio, ont publié un texte commun pour demander que la vérité soit connue.

Le président de la république vient d'écrire qu'il souhaite la levée du secret-défense. Il a demandé à sa ministre de la Défense, Florence Parly, de saisir la commission de la défense nationale pour ouvrir la voie à la déclassification d'un certain nombre de documents classés secret-défense, en lien avec l'événement.

 

 

Rappel: le blog des Poggiolais a consacré plusieurs articles à cette catastrophe, et notamment il y a un an, à l'occasion de son cinquantième anniversaire.

 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 17:59

Le 3 septembre va être le quatre-vingtième anniversaire du déclenchement de la seconde guerre mondiale. Mais, pour un jeune Socciais de l'époque, le grand événement était tout autre.

 


Le 26 août 1939, Antoine PAOLI s'attendait à tout moment à apprendre la naissance de son enfant. Son épouse Antonia était sur le point d'accoucher. Pourvu que ce soit un garçon, pensait-il, comme beaucoup d'autres Corses de l'époque.


Les événements internationaux avaient bousculé la vie familiale. Si la déclaration de guerre eut lieu le dimanche 3 septembre, le gouvernement français avait décrété la mobilisation générale le mercredi 30 août avec mise en application le 2 septembre à 0 heure.

 

Solution de la devinette: 1939, anniversaire d'une guerre... et d'une vie

 

Dès les jours précédents, des réservistes et des permissionnaires avaient été rappelés. Antoine en faisait partie, ce qui explique que, le 26 août, il était sur les quais d'Ajaccio sur le point d'embarquer pour aller s'opposer aux Allemands, alors que sa jeune femme connaissait les premières douleurs.

 

Pour avoir des nouvelles, la seule solution était de se rendre à la Poste du cours Napoléon pour téléphoner au bureau de Poste de Soccia.

 

Avant guerre, la Poste socciaise se trouvait au-dessus de la fontaine, face au monument aux morts. La pancarte, complètement effacée, est encore fixée sur la façade

 

Solution de la devinette: 1939, anniversaire d'une guerre... et d'une vie

 

Sa famille, comme pratiquement toutes les autres, n'ayant pas le téléphone, un de ses parents traversait le village pour donner des nouvelles à la postière qui le répétait à Antoine quand il appelait. Et ainsi plusieurs fois dans la journée...

 

Intérieur du bureau de Poste de Soccia en 1930.

Intérieur du bureau de Poste de Soccia en 1930.

 

Les contractions augmentaient, la naissance approchait. Mais le départ du bateau était imminent. La sirène appelait les retardataires. Les passerelles allaient être enlevées. Une fois encore, Antoine courut à perdre haleine jusqu'à la Poste pour dire que c'était son dernier appel. Et, au bout du fil, il entendit quelqu'un arriver dans le bureau de Soccia et crier à l'autre bout de la pièce: "C'est une fille!".


A la fois surpris, soulagé et épuisé, il ne put que lâcher cette phrase: "DITES-LUI QUE JE NE LUI EN VEUX PAS".


Il ne faut pas comprendre qu'il n'en voulait pas à sa femme de ne pas lui avoir donné un garçon, ni qu'il pardonnait à ce bébé d'avoir été si en retard. En fait, Antoine ne savait plus ce qu'il disait, essoufflé par ses allers-et-retours, heureux que tout se soit bien passé et inquiet de ne pas rater le départ du navire. Il lâcha le combiné et courut gravir la passerelle juste à temps.

 

Ce ne fut que quelques mois plus tard qu'Antoine put faire connaissance de sa fille, MARIE-ANGE.


Oui, cette anecdote concerne bien la naissance de Marie-Ange, la dynamique animatrice de l'ancien comité paroissial et de tant d'événements à POGGIOLO. Elle est née Socciaise voici quatre-vingts ans et est Poggiolaise depuis longtemps, depuis son mariage avec Xavier PAOLI.

 

 

Très bon anniversaire, Marie-Ange!
 
 
 
Solution de la devinette: 1939, anniversaire d'une guerre... et d'une vie

 

Ce texte est la version modifiée et mise à jour de l'article paru sur ce blog le 28 août 2009.

Partager cet article

Repost0
23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 18:00

Le 16 août est le point fort de l'année à Poggiolo.

 

Le jour est celui de saint Roch et il est placé au  cœur de l'été. En plus des résidents permanents, les Poggiolais de l'extérieur qui sont revenus dans le village de leurs ancêtres se joignent à la procession, laquelle est toujours suivie d'un temps de convivialité, offert par le comité paroissial puis, maintenant, par la mairie qui fournit l'apéritif et les habitants leurs spécialités.

 

Seize de ces manifestations ont été filmées ou photographiées par Michel FRANCESCHETTI: les années 1995, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003 et toutes les années de 2008 à 2018.

 

Ces reportages sont visibles sur internet.

 

Dans certains cas, seule la procession a été enregistrée; dans d'autres, vous pourrez voir l'apéritif qui suivit, soit sur le même film, soit en plusieurs vidéos.

 

Pour 1997 et 1999, n'ont été filmés que les stands de vente de gâteaux et produits locaux. A cette époque-là, la cérémonie religieuse était précédée de stands, de tombola, de jeu de china et d'animations diverses dans le but de rassembler des fonds pour réparer les clochers des deux églises. Le film de 2000 donne des vues de la paella organisée sur la place et dans la stretta.

 

L'ensemble constitue un fonds documentaire important et unique.

 

On peut reconnaître tel ou tel membre de sa famille aujourd'hui disparu. On peut voir grandir les enfants et vieillir les adultes. L'évolution de la l'habillement et de l'organisation (qui porte la croix processionnaire? les enfants sont-ils groupés ou dispersés? combien de participants? quand la confraternité di u Padre Albini est-elle présente?...) peut être étudiée.

 

Des informations d'ordre sociologique ou historique peuvent y être puisées.

Elles peuvent être comparées au film de la procession de l'Assomption du 15 août 1966 (https://www.dailymotion.com/video/x3nlmw).

 

Ces reportages sont parfois sous forme de film, d'autres fois présentés en diaporama de photos.

 

Les vidéos ayant eu la plus forte audience sont le chant du "Duo vi Salvi regina" de 2008 et 2009.

 

 

 

On peut reconnaître le Père Doazan en 1995.

Partager cet article

Repost0
10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 18:00

La mort de Jean-Mathieu MICHEL, maire de Signes dans le Var, a causé une émotion considérable. Il a été renversé par une camionnette dont le conducteur avait été surpris en train de déposer des décombres dans un lieu non autorisé.

Le travail d'un maire est exigeant, prenant et finalement dangereux, s'il veut accomplir réellement ce qui est nécessaire pour le bien de sa commune.

 

Photo AFP/Gérard Julien

Photo AFP/Gérard Julien

Poggiolo a connu des interruptions de mandats de maire pour cause de décès, mais de façon moins dramatique. Deux cas se sont produits.

 

De nombreux Poggiolais se souviennent encore de Martin PAOLI qui, conseiller général du canton de Soccia depuis 1945, fut élu maire de Poggiolo en 1959. Il s'éteignit brutalement en mai 1968.

 

 

Beaucoup moins connu est le cas de Jean-Martin CECCALDI qui mourut en 1918.

 

Jean-Martin était le troisième des quatre fils de Jean-Noël CECCALDI et de son épouse Toussainte PAOLI. Il naquit à Poggiolo le 27 avril 1883.

 

Comme de nombreux autres Poggiolais, il s'établit en Tunisie. Se destinant à l'enseignement, il était élève-maître au moment du conseil de révision. D'après le registre des matricules militaires, il mesurait alors 1,64 mètre, avait cheveux, sourcils et yeux châtain foncé, un nez long et un menton court dans un visage ovale.

 

Il existe un portrait de lui sous la forme d'une peinture réalisée à partir d'une photo dans un cadre de verdure. Ses frères ont été représentés avec la même technique. 

 

Jean-Martin Ceccaldi (photos Jeanne Grimaldi).
Jean-Martin Ceccaldi (photos Jeanne Grimaldi).

Jean-Martin Ceccaldi (photos Jeanne Grimaldi).

 

Il fit son service militaire à partir d'octobre 1904 dans la 25e section de commis et ouvriers d'administration. Au bout d'un an, le 16 octobre 1905, il fut mis en disponibilité, certainement pour raison médicale.

 

Il commença une carrière d'instituteur à Tunis. 

 

Il se présenta aux élections municipales des 5 et 12 mai 1912 et devint maire de Poggiolo, succédant à Pascal Antoine MARTINI. Il n'avait que 29 ans.

 

Quant éclata la guerre mondiale, Jean-Martin fut rappelé par l'armée mais immédiatement réformé le 15 août 1914 par la commission spéciale d'Ajaccio pour "bacillose pulmonaire", c'est-à-dire pour tuberculose.

 

Cette décision fut confirmée par le conseil de révision de l'année suivante.

 

Son métier d'enseignant ne lui permettant pas d'être présent dans la commune en-dehors des vacances scolaires, la plupart des actes d'état-civil des deux premières années de son mandat était dressée et signée par son premier adjoint, Philippe FRANCESCHETTI (1857-1921), officier retraité.

 

Philippe était le père de Jean-Antoine et, donc, l'aïeul des FRANCESCHETTI actuels.

Philippe Franceschetti

Philippe Franceschetti

 

Jean-Martin et Philippe eurent la pénible tâche d'enregistrer les décès des trente militaires  poggiolais qui moururent pendant la première guerre mondiale.

 

Jean-Martin ne vit pas la fin du conflit car il décéda le 28 avril 1918 "d'une longue et douloureuse maladie", ainsi que l'écrivit le quotidien "L'Œuvre" du 6 mai 1918. Il venait d'avoir 35 ans.

Site RétroNews.

Site RétroNews.

 

Après les élections du 30 novembre et du 7 décembre 1919, le frère de Jean-Martin, Jean-François CECCALDI devint maire de Poggiolo dès le 8 décembre. Il le resta jusqu'en 1959 (avec une interruption en 1941-1943).

Sa carrière a été évoquée dans l'article "Poggiolais sous l'uniforme".

 

Jean-François Ceccaldi (photo Nicolas Martini).

Jean-François Ceccaldi (photo Nicolas Martini).

 

Jean-Martin CECCALDI avait épousé Jeanne PAOLI, née à Coggia mais d'une famille d'Orto. Ils eurent un fils, Antoine, en 1912, qui lui aussi fut instituteur. Il disparut dans l'accident de la Caravelle Ajaccio-Nice en 1968 (voir l'article "Jeanne et Valère parlent de la Caravelle").

 

Le souvenir de Jean-Martin subsiste d'une certaine manière avec les prénoms des deux filles d'Antoine: Jeanne (qui a aussi le prénom de sa grand-mère) et Martine.

 

En dehors des CECCALDI et des GRIMALDI, qui se souvient encore de ce jeune maire mort dans l'exercice de ses fonctions?

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 18:00

"Christian, arrête-toi! Ça commence à bien faire!".

 

Il est rare qu'un prêtre interrompe sa messe pour s'écrier ainsi. Mais il est vrai que, en ce dimanche de juillet 1965, Christian PINELLI était un enfant de chœur bien turbulent. Et puis, le curé, le Père MILLELIRI, connaissait tout le monde à Poggiolo et pouvait se permettre une certaine familiarité avec ses ouailles. 

 

Originaire de Sotta, dans le sud de la Corse, Paul MILLELIRI naquit le 1er décembre 1917. Mobilisé en 1939, il resta prisonnier en Allemagne du printemps 1940 jusqu'à la fin de la guerre. Il était dans le stalag V-B, en Forêt-Noire, où étaient rassemblés de nombreux soldats corses.

 

Extrait du n°386 (mai 1983) de "Le lien", bulletin de l'union nationale des amicales de camps de prisonniers de guerre.

Extrait du n°386 (mai 1983) de "Le lien", bulletin de l'union nationale des amicales de camps de prisonniers de guerre.

 

Ce séjour eut des conséquences sur sa santé qui était fragile et sur sa vocation religieuse qui fut renforcée par les malheurs qu'il vit autour de lui.

 

Sorti du séminaire en juillet 1951, il fut nommé curé de Poggiolo, Soccia et Orto en 1956. A cette date-là, après le décès d'Ange Mathieu PASTINELLI, curé depuis 1928, un accord fut conclu entre le diocèse et les Oblats, confiant aux Pères de Vico la responsabilité du culte à Guagno et Guagno-les-Bains.

Le nouveau curé déploya une grande activité dans ses trois paroisses. A Poggiolo, il était parfois relayé pour les messes par le Monsignore Martin DEMARTINI (voir l'article "Curés sac au dos!").

La photo ci-dessous (extraite d'un film de Michel Franceschetti) permet de voir, sortant de l'église Saint-Siméon, le visage émacié, orné de petites lunettes, de l'abbé MILLELIRI qui précède la statue de la Vierge portée par Jean-Marie PASSONI, Etienne PINELLI et François PINELLI le 15 août 1965.

 

 

 

Photo Michel Franceschetti.

Photo Michel Franceschetti.

 

Ce curé "très classique et parfois même intransigeant", ainsi qu'il est écrit dans l'article de "Corse-Matin" du 28 juillet 2003, faisait des homélies parfois un peu longues mais il ne rechignait pas devant l'effort.

A pied ou sur un âne, il gravissait le chemin vers Saint Elisée en gardant sa soutane. Elles aussi extraites d'un film double 8, ces autres photos, bien que très floues, le montrent dans ce vêtement traditionnel le 29 août 1968, sur les bords du lac de Creno.

 

Photos Michel Franceschetti.
Photos Michel Franceschetti.

Photos Michel Franceschetti.

Paul MILLELIRI appliqua les réformes décidées par le concile Vatican II qui eut de si grandes conséquences sur les célébrations religieuses (voir l'article "L'effondrement religieux en France et en Corse").

Certains fidèles socciais furent, paraît-il, mécontents de la disparition du vieux carrelage et d'un grand lustre de leur église.

 

Mais la grande affaire fut la construction du nouveau presbytère de Soccia, à gauche de l'église Sainte Marie.

Soccia avant la construction du presbytère (carte postale appartenant à Judith Ottavy-Poli).

Soccia avant la construction du presbytère (carte postale appartenant à Judith Ottavy-Poli).

L'église et le presbytère (photo Michel Franceschetti).

L'église et le presbytère (photo Michel Franceschetti).

 

L'édification de ce grand bâtiment fut financée grâce aux dons des habitants et par les produits des kermesses.

Dans ces grands rassemblements estivaux, les jeux étaient variés: jeux de massacre, lancers d'anneaux sur des bouteilles, lapinodrome (paris sur le numéro de la boîte dans laquelle entrera un lapin lâché au centre du jeu)...

On pouvait payer pour écouter des disques, manger des gâteaux ou acheter des livres d'occasion (pas toujours très catholiques puisque l'on y trouva une fois "L'amant de Lady Chatterley"!!!).

Des bénévoles mirent aussi la main à la pâte sur le chantier.

Le résultat fut une belle maison.

 

Photos Michel Franceschetti.
Photos Michel Franceschetti.

Photos Michel Franceschetti.

Destiné à servir de logement au curé et à abriter des groupes de scouts l'été, le presbytère fut, après le départ du Père MILLELIRI, l'objet d'un long litige. L'association paroissiale et la mairie croyaient en être propriétaires alors que l'édifice appartenait à l'évêché.

 

En 1972, après dix-sept ans à Sorru in Sù, l'abbé MILLELIRI devint curé de Bonifacio, la région d'où il était originaire.

 

A la suite de son départ, en vertu d'un accord conclu en 1967 entre Mgr COLLINI, évêque d'Ajaccio, et le supérieur des oblats, les paroisses de Poggiolo, Soccia et Orto furent désormais desservies par le couvent de Vico.

 

Dans la ville de l'extrême-sud corse, le curé fit montre d'une grande activité pastorale et fut très aimé de ses paroissiens.

Milleliri avec des communiants de Bonifacio en 1991 ou 1992 (photo François Canonici).

Milleliri avec des communiants de Bonifacio en 1991 ou 1992 (photo François Canonici).

Il contribua à mettre en valeur la patrimoine religieux de la cité, restaurant par exemple avec Geneviève MORACCHINI-MAZEL le vieux couvent St François et publiant, avec elle et le général SERAFINO en 1981 un cahier CORSICA sur "Les monuments et œuvres d'art de la Corse: Bonifacio" qui fait autorité.

Nommé chanoine honoraire juste avant sa retraite en 1995, Paul MILLELIRI se retira dans son village de Sotta où il décéda le 26 juillet 2003.

Apprenant son rappel à Dieu, ses anciens fidèles de Poggiolo, Soccia et Orto furent très déçus que le long article biographique qui lui fut consacré dans le "Corse-Matin" du 28 juillet ne fasse aucune allusion aux années passées dans ces villages. 

Milleliri, un prêtre de caractère
Milleliri, un prêtre de caractère

Merci à François Canonici pour ses renseignements sur la période bonifacienne et merci à Judith Ottavy-Poli pour ses souvenirs de l'époque socciaise.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 18:00

Dans l'esprit de beaucoup, les archives sont trop souvent synonymes de lieux sombres et poussiéreux où l'on passe de longues heures à feuilleter des papiers jaunis.

 

La réalité est de plus en plus éloignée de ces clichés grâce au scanner et à internet: de nombreux documents sont désormais numérisés et disponibles sur la Toile.

 

Dans ce domaine, il faut saluer le travail des archives départementales qui viennent de mettre à la portée de chacun les images de plusieurs dizaines de titres de la presse corse, alors que le fameux site Gallica de la BNF n'en propose que huit.

 

Ainsi, chacun peut avoir accès à la mythique "A MUVRA".

 

Parfois, la collection n'est pas complète comme, par exemple, pour "La Corse catholique" où il manque plusieurs numéros de l'année 1936.

 

On peut découvrir des publications moins connues comme "Le bulletin paroissial de Vico" qui exista de 1929 à 1938.

 

Image extraite de "Vico Sagone, Regards sur une terre et des hommes"

Image extraite de "Vico Sagone, Regards sur une terre et des hommes"

Ce bulletin fut créé par le Père Dominique FRANCHI, curé de Vico de 1928 à 1955. Il est cité à la page 253 de l'ouvrage collectif "Vico Sagone, Regards sur une terre et des hommes" (éditions Alain Piazzola) qui est toujours disponible en librairie ou par correspondance (Amazon: https://www.amazon.fr/Vico-Sagone-Regard-sur-terre-hommes/dp/2364790441).

 

Ce périodique fournit de nombreux renseignements sur la vie religieuse à Vico pendant les dix années qui précédèrent la guerre. Mais il permet aussi de connaître les activités de l'association La Vicolaise de Paris ou d'apprendre que l'électricité fut installée en 1938 (dix ans avant Poggiolo).

 

Cette publication apporte même une précision chronologique sur la visite pastorale de l'évêque, Mgr RODIÉ, à Poggiolo, qui a été décrite dans un article précédent.
 

La presse corse (et même vicolaise) accessible sur internet

Le bulletin écrit que cette visite eut lieu le mercredi 10 juin 1936.

 

N'hésitez donc pas à vous plonger, par écran interposé, dans les vieux journaux insulaires !

 

L'adresse du site des archives départementales est: 

http://archives.corsedusud.fr/Internet_THOT/FrmSommaireFrame.asp

Partager cet article

Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 18:00

Jean-Martin DESANTI (voir l'article précédent) se maria deux fois: avec une Italienne et avec une Guagnaise.

 

L’ITALIENNE

La première fois, ce fut le 9 septembre 1878, à PÉRONNE, alors qu’il était en garnison à TOUL.

Il épousa Rose Catherine Aima BRANDIA, une Italienne, née à ROME en 1837 et habitant PÉRONNE où elle était ménagère. Ses parents à elle étant décédés, la seule contrainte fut de traduire en français ses actes d’état-civil.

Par contre, Jean-Martin dut obtenir l’autorisation de sa hiérarchie, en l’occurrence du général commandant le 6ème corps d’armée, et aussi de ses parents, âgés alors de 66 ans pour son père et de 64 ans pour sa mère. Il avait pourtant 32 ans!

Rose DESANTI née BRANDIA.

Rose DESANTI née BRANDIA.

 

L’acte de mariage de PÉRONNE nous apprend que les publications de projet de mariage se firent devant la porte des maisons communes de PÉRONNE et de POGGIOLO (les dimanches 11 et 18 août 1878 à midi, au village). Il n’y avait donc pas d’affichage public à cette époque.

Rose avait 41 ans lors du mariage, soit 9 de plus que son époux.

Ils n’eurent pas d’enfant et Rose, après avoir suivi son mari en Algérie, mourut le 26 février 1898 à POGGIOLO, un an après l’attribution de la Légion d’Honneur à Jean-Martin. Elle est enterrée dans le cimetière privé de J B DEMARTINI à POGGIOLO.

Pierre tombale de Rose.

Pierre tombale de Rose.

 

LA GUAGNAISE

Le veuvage de Jean-Martin fut très bref.

Dès le 12 juillet 1898, soit quatre mois et demi après le décès de Rose, il se remaria avec Marie Gaëtane CERATI, née en 1862 à GUAGNO où eut lieu la cérémonie. La décision avait été prise rapidement puisque l’acte de mariage indique que les publications avaient été faites à POGGIOLO et à GUAGNO les 26 juin et 3 juillet. Les parents de la mariée ne signèrent pas car ils ne savaient pas écrire.

 

Marie Gaëtane Cerati à la fin de sa vie.

Marie Gaëtane Cerati à la fin de sa vie.

 

Jean-Martin avait alors 52 ans et sa nouvelle épouse 35 (17 ans de moins!).

Elle lui donna les enfants qu’il attendait. Trois disparurent très vite: au bout de 9 jours, 43 jours et 16 mois. Mais l’aînée, née le 3 novembre 1900, vécut 94 ans et porta le prénom de Rose, en souvenir de la première femme de Jean-Martin.

 

Acte de naissance de Rose Desanti.
Acte de naissance de Rose Desanti.

Acte de naissance de Rose Desanti.

 

Pour couler une vie familiale agréable, Jean-Martin fit construire une belle maison sur son terrain de Vignarella.

La porte d’entrée est toujours surmontée par ses initiales (D JM) et par la date de construction (1899).

Cette maison atteint donc cette année l'âge de 120 ans!

Elle fait partie des "maisons de notables" présentées dans un article précédent.

Jean-Martin couche chez Leonore. 2/2 : LA VIE FAMILIALE

 

LES FRANCESCHETTI

Rose, plus souvent connue comme Rosine, se maria le 19 janvier 1922 avec Jean-Antoine FRANCESCHETTI, né en 1897, lui aussi fils d’une CERATI de GUAGNO, prénommée Judith.

Jean-Antoine était le neveu de Philippe CERATI, adjoint socialiste au maire de Marseille, dont la biographie a été publiée sur ce blog.

Philippe FRANCESCHETTI (1857-1921), le père de Jean-Antoine, avait lui aussi fait carrière dans l'armée. Voir l'article sur "Les prénoms préférés des familles".

 

Jean-Martin Desanti en 1921.

Jean-Martin Desanti en 1921.

De gauche à droite: Marie Gaëtane (se protégeant la figure avec la main), Rose, Jean Martin Desanti et Jean-Antoine Franceschetti.

De gauche à droite: Marie Gaëtane (se protégeant la figure avec la main), Rose, Jean Martin Desanti et Jean-Antoine Franceschetti.

 

Jean-Martin rendit son dernier soupir peu après, le 13 mars 1922, à l’âge de 75 ans.

Le chevalier de la Légion d’Honneur repose maintenant dans le cimetière privé de J B DEMARTINI à POGGIOLO, juste à côté de la tombe de Rose, son premier amour.

Jean-Martin couche chez Leonore. 2/2 : LA VIE FAMILIALE

Il ne connut donc pas ses deux petits-fils Philippe (prénom traditionnel chez les FRANCESCHETTI) né la même année 1922 à Poggiolo et Jean-Martin (comme son grand-père) né en 1925 à Marseille.

Quant à Marie Gaëtane, elle survécut vingt-trois ans à son mari Jean-Martin. Décédée le 21 mars 1945, elle fut enterrée dans le cimetière communal, aucune place n’étant alors disponible dans le cimetière privé.

 

Rosine et Jean-Martin DESANTI ont eu 23 descendants actuellement vivants:

- 14 FRANCESCHETTI (le plus jeune est César, né le 21 octobre 2017, et le plus âgé Michel, né le 2 novembre 1949)

- 3 CALDERONI

- 3 ALESSANDRI

- 2 CAO

- 1 ATLAN

 

 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 18:10
Disponible à Sagone

 

L'éditeur Vincentello d'Istria donne régulièrement des nouvelles de la diffusion du livre "Corse: Indépendance" de Christian Mondoloni (déjà présenté ICI).

 

Il vient de nous apprendre que cet ouvrage est désormais disponible à la maison de la presse L'Alinea de Sagone.

 

D'autre part, il est signalé aux lecteurs du pays ajaccien que Christian Mondoloni dédicacera son livre à la FNAC Atrium ce samedi 30 mars à partir de 15 heures!

 

Ce livre, bourré de documents, dresse un bilan glaçant de 250 années de Corse française. Il est important de le lire, même si l'on n'est pas d'accord avec la conclusion favorable à l'indépendance de la Corse.

 

Disponible à Sagone
Disponible à Sagone

Partager cet article

Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 18:00

A la demande de plusieurs lecteurs, nous publions l'ensemble des photos accompagnant l'article, évoqué dans notre publication du 12 mars (http://poggiolo.over-blog.fr/2019/03/agora.html), paru dans "Corse-Hebdo" du 29 décembre 2000 et consacré à la façon dont les Poggiolais maintenaient une vie solidaire dans la commune . Les photos étaient de Pierre-Antoine FOURNIL. 

 

 

Dans cette double page, la première photo montrait le village avec son environnement en partie couvert par le titre de l'article.

Les Poggiolais de l'an 2000

Deux clichés faisaient connaître des personnalités dont deux sont maintenant décédées.

Les Poggiolais de l'an 2000
Les Poggiolais de l'an 2000

Comme pour la photo du bar, les noms des personnes groupées devant la fontaine ne sont pas dans l'ordre.

Les Poggiolais de l'an 2000
Les Poggiolais de l'an 2000

Partager cet article

Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 17:58

Suite de l'article consacré à la génération 1968 à Poggiolo.

 

 

Le téléphone fut longtemps un luxe exceptionnel. Les FRANCESCHETTI se souviennent que la maison de Rosine servait quasiment de cabine publique. Combien de fois n’ont-ils pas été réveillés au petit matin par une voix claironnant: «Allo Vico ? Pour le 6 à Soccia, je voudrais le …» ? Il en était de même chez Xavière MARTINI.

 

L’information ne nous noyait pas à flot continu comme maintenant. Si chaque maison avait son grand poste de radio à lampes dans le salon, la télévision ne fit son entrée à Poggiolo qu’en 1965.

 

L’essentiel des nouvelles venait des deux quotidiens «Le Provençal Corse» et «Nice-Matin Corse».

Même si l’information arrivait à petites doses, elle fournissait le sujet de discussions politiques, nourries des idées acquises en ville, idées parfois opposées mais il n’y avait pas de quoi se fâcher. Les discussions avaient lieu sur les marches de Xavière, dans le «magasin», la chambre donnant sur la Stretta, ou chez les BARTOLI.

 

 

 

sur les marches de Xavière

sur les marches de Xavière

Nous faisions tourner sur des électrophones à piles des disques microsillon 33 et 45 tours (on ne disait pas encore vinyle) pour écouter du rock mais aussi du BRASSENS et du BREL qui choquaient les vieux.

écoute de disques sur la stretta (juillet 1968?)

écoute de disques sur la stretta (juillet 1968?)

écoute de disques chez les Bartoli (20 août 1966)

écoute de disques chez les Bartoli (20 août 1966)

Dans nos repaires, nous organisions d’homériques parties de cartes de belote, de sept et demi et de rami.

Les autres distractions? Les boules, le foot (à Guagno-les-Bains, sur un terrain vague derrière l'épicerie de Mimi car le stade n’existait pas).

Equipe poggiolaise à Guagno-les-Bains (juillet 1966).

Equipe poggiolaise à Guagno-les-Bains (juillet 1966).

 

 

Les soirées se passaient en groupe, puisque la télévision ne nous enfermait pas à la maison, souvent en promenade à pied sur la route de Soccia. Et cette route était fréquentée ! Notre groupe (entre huit et vingt individus), nos parents prenant le frais avant de se coucher, des jeunes venant de Soccia et même des Bains. Nous pouvions parler de tout, chanter à tue-tête, délirer. Ces promenades pouvaient aboutir en «boîte», au «Robinson», installé près de la source de St Marcel, ou à Soccia, au bar tenu par François et Antoine DEMARTINI. 

On pouvait boire, jouer au baby-foot ou danser rock, twist et slow loin du regard parental. Beaucoup, qui ne sortaient jamais en ville dans l’année, y allaient régulièrement, avec la désapprobation des grands-parents et l’accord résigné des parents, rassurés de savoir que tout le monde s’y connaissait. Mais un contrôle social existait toujours. Certains matins, avant notre lever, la famille savait souvent ce que nous avions fait la veille.

Des bals se déroulaient chez Fosca, avec Charles ROCCHI par exemple, ou aux Bains, avec Regina et Bruno. Mais on en était encore aux chansonnettes genre Tino ROSSI et il fallait supporter des séries de tango et de paso doble.

La soirée du lundi était celle de la séance cinéma, au rez-de-chaussée de ce qui n’était pas encore l’hôtel «U Paese», pour voir les westerns de l’époque projetés sur un drap de lit fixé au mur. 

Certains soirs, deux ou trois faisaient une sopracena avec une bouteille et un saucisson dérobés dans la cave familiale. Elle pouvait être de grande ampleur avec plus de préparation et de participants. Qui n’a pas vu, à cette occasion, le torse nu de Jean-Pierre  FRANCESCHETTI ou de Jean-Marc OULIÉ tenant à bout de bras une branche servant de broche à un poulet au-dessus d’un feu de bois la nuit aux Trois Chemins ignore ce qu’est un homme musclé.

Sopracena aux Trois Chemins le 29 août 1968.

Sopracena aux Trois Chemins le 29 août 1968.

La sopracena et la sérénade sont des traditions anciennes. 

Mais la sérénade, cette séance de chants sous les fenêtres des jeunes mariés, avait changé de nature. Autour de 68, elle était devenue une manifestation ostentatoire de plus en plus énorme avec des pique-assiettes venus de tout le canton, dans un grand gaspillage de nourriture et de boissons.

 

Les excursions en montagne avaient une grande importance car nous en faisions plusieurs chaque été et nous les préparions très sérieusement, grâce notamment à Jacques-Antoine MARTINI. Même ceux qui ne marchaient pas pendant l’année voulaient y participer. C’était l’occasion de s’aérer, de montrer la vigueur de nos muscles. C’était aussi marcher sur les sentiers foulés par les générations de paysans dont nous sommes issus. C’était surtout la possibilité de montrer notre indépendance, loin des adultes, de créer notre propre monde, de nous organiser, se sentir que nous étions une force. Bien sûr, il y eut des épisodes mémorables comme, en juillet 1966, quand dix d’entre nous  furent bloqués vingt-quatre heures dans une bergerie à cause du brouillard.

Bergerie de Bellebonne le 7 août 1965.

Bergerie de Bellebonne le 7 août 1965.

Mais notre jeunesse, comme toute jeunesse, ne pouvait durer. Les voitures devinrent plus nombreuses. Après François OLIVA et Rose-Marie BARTOLI, Jean-Marc TRAMINI, Hervé OULIÉ et moi, nous avons eu le permis de conduire. Les déplacements à Soccia et à Sagone devinrent plus faciles et rapides. Il y eut en juillet 1969 une grande balade de quinze d’entre nous en quatre voitures dans le Nord de la Corse.

Calanques de Piana (20 juillet 1969)

Calanques de Piana (20 juillet 1969)

Mais les groupes devinrent plus réduits. Les mariages commencèrent : Hélène, puis Jean-Pierre et Joël. 

Une autre vie commençait. Rien n’est à regretter. Ce fut un temps, un temps particulier, un temps qui nous a marqués, un temps qui explique le plaisir plus ou moins implicite à se retrouver, un temps qui nous a donnés nos racines, un temps qui, même si nous n’y habitons pas en permanence, nous attache pour toujours à quelques maisons accrochées sur un versant de montagne.

 

Michel FRANCESCHETTI

 

 

 

Photos Jacques-Antoine Martini et Michel Franceschetti. 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907