Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 19:22

La merendella est une tradition corse de la période pascale. Le lundi de Pâques, les familles quittaient leurs maisons pour aller faire une dînette sur l'herbe.

C'est d'ailleurs pour cette occasion qu'a eu lieu la réouverture du restaurant le plus connu de Sorrù in sù.

A Merendella -1

Situé dans le centre de Soccia, place de la Poste, entre le monument aux morts et l'église, "A Merendella" a été créé par Stéphanie et Michel.

  A Merendella -4

Depuis l'an dernier, une transition en douceur a confié les lieux à un trio qui ne démérite pas et qui représente bien le canton: Pierre SANTONI (de Soccia), Sébastien ERCOLI (de Poggiolo) et Christophe BATTESTI (de Guagno-les-Bains). La carte écrite sur l'ardoise propose des produits frais en fonction des saisons.

A Merendella -2

Et un grand atout est la terrasse de pelouse et de fleurs qui permet de manger en admirant les montagnes et la vallée!

  A Merendella -3

 

Fermé de novembre à mai. Haute saison : ouvert tous les jours et les jours fériés le midi et le soir. Fermé le mercredi hors saison. Ouvert les week-ends l’hiver sur réservation. Réservation recommandée. Menus de 25 € à 35 €. Carte : 25 € environ. Suggestion du jour : 19 €. CB non acceptée. Tel : 04 95 28 34 91.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 22:45

Le match de huitième de finale de la Coupe de Corse de football opposait l'A.S. SOCCIA aux Portugais vendredi 9 avril. Seulement, il s'est arrêté à la 83ème minute.

Les Socciais menèrent rapidement par 1 à 0 mais un des leurs reçut un carton jaune "pour le regard" donné à l'arbitre. Plus tard, au bout de 83 minutes, l'arbitre sermonna un Portugais pour simulation tout en acceptant le but obtenu par ce moyen. Les protestations socciaises entraînèrent l'arbitre à arrêter le match.

L'affaire est remontée jusqu'à la COMMISSION REGIONALE DE DISCIPLINE qui, lors de sa séance du 22 avril 2010, a décidé de convoquer pour le JEUDI 6 MAI 2010, au siège de la ligue à Bastia, les dirigeants des deux équipes et les arbitres.

Le détail de ces événements est décrit sur le site de l'A.S. SOCCIA (cliquez ICI).

Les joueurs socciais demandent de réagir et d'envoyer des messages de soutien à l'A.S., en entrant dans la rubrique "Nous contacter" du site de l'A.S.. Pour lire les messages, aller dans la rubrique "Vos réactions".


as soccia janvier 2010

Partager cet article

Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:37

Quand on est fier de ses racines, quand on aime son village, tout peut être mis en œuvre pour le montrer. Toutes les occasions peuvent servir pour faire de la publicité.

Cette idée a été bien comprise par des jeunes Socciais qui, sur un site prestigieux comme Machu Picchu en Amérique du Sud, n'ont pas hésité à réaliser en octobre dernier un film pour leur club de football de l'A. S. SOCCIA.

Aux Poggiolais, nombreux à voyager de par le monde, d'agir pour faire connaître Poggiolo partout. On attend les photo et les films.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 19:09

On semblait être très loin des divisions et des luttes électorales dimanche 11 avril à Guagno. Hommes et femmes politiques, élus et anciens élus, de droite et gauche, des Deux-Sorrù et de plus loin, ils étaient nombreux à être venus se joindre à la population.  

 Paul COLONNA, maire de Guagno et président des communes forestières de Corse-du-Sud, reçut la médaille de chevalier de l'ordre national du mérite, au titre du Ministère de l'Agriculture, des mains du Préfet de Région Stéphane BOUILLON, dans une salle des délibérations de la mairie qui débordait.

Voici quelques photos de la cérémonie.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 12:31

 

Paul COLONNA, maire de Guagno et président des communes forestières de Corse-du-Sud, recevra la médaille de chevalier de l'ordre national du mérite au titre du Ministère de l'Agriculture. Le préfet de région la lui remettra dimanche 11 avril à 16 heures à la salle des délibérations de la maison communale de Guagno.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 22:03

     La devinette posée voici quelques jours demandait quelle est, en dehors de Philippe FRANCESCHETTI (de Poggiolo), l'autre personne originaire de Sorrù in Sù (plus précisément de Guagno) à avoir été honorée par un nom de place à Marseille.
La réponse est:

 PHILIPPE CERATI.

 

     Philippe Antoine CERATI a son nom inscrit sur une belle plaque de couleurs, œuvre de l'artiste marseillais Bernard BRANDI, à l'entrée d'une petite place marseillaise.

 

Cerati plaque 
   
 
Philippe CERATI est né à Guagno le 5 janvier 1867. Pharmacien, il s'est très vite lancé dans l'action politique. Militant du Parti Socialiste S.F.I.O., il se présente aux élections de 1908 dans le quartier de la Belle-de-Mai. Il est élu conseiller municipal en 1914, puis en 1919 sur la liste de Siméon FLAISSIERES. Il en devient l'adjoint aux emplacements. Il est également administrateur du bureau de bienfaisance. Sa position lui permit de placer quelques compatriotes dans l'administration marseillaise. Par ailleurs, il est le fondateur des A.I.L. (amis de l'Instruction Laïque) du sixième canton.
 
     Son décès accidentel fut annoncé ainsi dans le journal de gauche "Le Petit Provençal" du dimanche 27 février 1921:
 

     "C'est à la villa Fontaine que M. Cerati possède à Maldormé (au bord de la mer, entre les Catalans et la Corniche) et où il était allé passer quelques jours, que le triste accident, dû à une crevaison d'un tuyau de gaz, s'est produit. L'adjoint au maire était trouvé hier matin, sur son lit, asphyxié par les émanations du gaz d'éclairage".

Cerati décès
    
 
L'émotion fut intense et se montre dans la relation que ce même quotidien fit le lendemain des  obsèques qui eurent lieu le 27.
 
     Le corbillard, dont le poële (le drap mortuaire) était tenu par six adjoints, était suivi par le fils et le frère du défunt (Antoine, lui-même conseiller général), puis le sénateur-maire FLAISSIÈRES et tout le conseil municipal, la plupart des membres du conseil général et les chefs des services de la mairie. Une "affluence considérable" était venue, d'après l'article.
 
    Le discours du maire fut une longue suite de compliments:

     "homme politique ardent, convaincu, plein de loyauté courageuse, plein de haute droiture", il "était une conscience, il ne connut jamais la peur, sa pensée resta libre sous le seul contrôle définitif de sa froide raison".

 


Cerati enterrement
 
   
  Ces obsèques avaient été annoncées comme "purement civiles". Cela correspondait bien aux idées du défunt. La tête du cortège, avant même le corbillard, était formée par les Amis de l'Instruction Laïque de la Blancarde, la Libre Pensée de Saint-Antoine et la Libre Pensée du groupe Anatole-de-la-Forge. Parmi les délégations présentes, il était signalé celle du groupe antireligieux Le Chêne.
 
     Ensuite, le cercueil fut "placé au dépositoire en attendant qu'on le transporte dans son pays natal", c'est-à-dire à Guagno.
 

     Trois ans plus tard, le 15 janvier 1924, à la demande du groupe socialiste, le conseil municipal décida de donner son nom à la place, au début du boulevard de la Blancarde, pour l'aménagement de laquelle Philippe CERATI s'était dévoué.

 

Cerati jardin b
    
 
Mais qui peut imaginer aujourd'hui, parmi les enfants (et leurs parents) qui s'amusent ici, que cet homme a existé et qu'il a eu une quelconque importance? Et qui, parmi eux, connaît Sorrù in Sù?

Partager cet article

Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 23:45
?????????????

Alors, avez-vous réfléchi? Quel est le Guagnais dont une place de Marseille porte le nom ?


?????????????

Partager cet article

Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 21:15
?????????????

L'article d'hier apprenait qu'une place de Marseille portait le nom d'un Poggiolais.
Mais ce n'est pas la seule présence de Sorrù in Sù près du Vieux-Port.
Un de nos lecteurs sait-il quel est l'enfant de Guagno qui bénéficie également d'une place à son nom dans la même ville?


?????????????

Partager cet article

Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 21:07

Faure Gnassingbé a été réélu président du Togo pour un second mandat, selon les résultats provisoires communiqués samedi soir par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), avec 60,92% des voix (1.243.044). Cette victoire, quelles que soient les réserves qui peuvent être émises sur sa régularité, est également celle de Charles DEBBASCH, conseiller spécial du Président, qui a rang de ministre. Ce juriste français avait Debbasch2déjà conseillé le précédent Président, le général Eyadema, et il a été l'instigateur de la contorsion constitutionnelle qui avait permis à Faure Gnassingbé de succéder à son père en 2005.
Charles DEBBASCH a un curriculum vitae impressionnant (que l'on peut voir sur
son blog http://charlesarthur.space-blogs.com/). Il est surtout connu comme professeur de Droit et comme Président de l'Université d'Aix-Marseille III dont il avait obtenu la création de haute lutte dans les années agitées d'après-mai 68. Il a également été à la une de nombreux journaux pour ses ennuis judiciaires concernant la gestion de la Fondation VASARELY à Aix-en-Provence.

Enfin, il connaît bien la Corse, et surtout notre canton, car il a été marié avec Marie-Hélène OTTAVY, originaire de Soccia. Beaucoup se souviennent peut-être d'avoir vu le couple (avec son chien yorkshire) à la salle des fêtes pour le 15 août ou à la foire de Renno où le doyen honoraire dédicaçait ses livres. Les obsèques de Marie-Hélène avaient frappé par le grand nombre de belles voitures remplies de personnalités togolaises qui avaient grimpé jusqu'à l'église de Soccia.
Pourquoi l'évoquer sur le blog de Poggiolo? Pas par curiosité malsaine mais pour donner le texte suivant extrait d'un de ses livres (et republié dans
son blog). En dehors de la critique du passéisme des nationalistes (dont on peut penser ce que l'on veut), il y a là une description des paysages des Deux-Sorrù, des faux espoirs de Guagno-les-Bains et des changements dus à la modernité. 
 

[10/08/2007 11:03]
LE PROBLEME CORSE

LE PROBLEME  CORSE                                            

 CERVEAUX DECHIRES

 

je publie à nouveau ce texte écrit en 2003 et qui a gardé toute son actualité

 

LES FLAMBEAUX DE CONTINUITE

Le lendemain, il n’était plus question de paroles mais de réalités. Je m’étais enfoncé dans la vallée de Vico. J’avais quitté les roseaux marécageux et les eucalyptus enivrants et je m’étais engagé dans la plaine puis dans la montagne. Lacet après lacet, je m’évertuais à rejoindre ma cible. Impatient et téméraire, je forçais quelque peu sur l’accélérateur pour atteindre plus vite mon but. La nature se faisait plus sauvage. Les chênes verts s’étaient teintés de noir et dessinaient des ombres inquiétantes. Trois sangliers égarés veillaient la dépouille de l’un des leurs qui avait voulu se frotter de trop prés à la civilisation automobile. Puis Soccia apparut, sorte d’île dans ce cirque de montagnes majestueux. Les pierres stables et ardentes de monotonie et le village pareil à lui-même donnaient l’impression de l’immobilité. Et, pourtant, je ne pouvais m’empêcher, en progressant dans une lente procession dans les rues en colimaçon du village, ébloui par la majesté des massifs environnants, de ressentir des idées contradictoires s’entrechoquer dans mon esprit.


V
oilà vingt ans, la télévision ne pénétrait pratiquement pas ici. Zone d’ombre disaient les techniciens de TDF. Dominique, sorte de tonton flingueur, recréait sa vie à sa façon. Il se voyait empereur de Montmartre, roi des bandits manchots, prince des filles  faciles. Et on se demandait ce qu’il faisait là dans une maison presque en ruine sans moyens pour se chauffer. Ce qui ne l’empêchait pas de loin en loin, de plus en plus  loin, d’aller mener la grande vie à Ajaccio, à Nice ou à Toulon. Plein de projets, il fascinait son frère inspecteur des impôts débonnaire et droit qui revenait de ses séjours à Soccia plein d’idées folles. Le champ d’oliviers hérités des parents allait devenir le siège d’un grand établissement de cure thermale et pourquoi pas d’un casino. Et mon interlocuteur d’exhiber la copie d’un édit de Louis Philippe  du 7 septembre 1840 qui déjà déclarait d'utilité publique les travaux entrepris à Guagno les bains. Enfin, les touristes allaient affluer dans le village, et payer à prix d’or les chambres d’hôtes.ame debbasch

 

LES CHOCS DU CHANGEMENT

 

Vingt  ans après, l’établissement thermal a poussé mais sur le terrain d’un voisin. Les touristes n’ont pas suivi. Le Tonton flingueur est relié au monde par satellite et il peste de voir son village dépérir. Les jeunes délaissent les maisons familiales pour aller s’installer plus prés des plages. La société de consommation est passée par là et lors de la fête patronale les rythmes américains ont remplacé les ritournelles corses. Voici les jeunes gagnés par la mondialisation. Ils achètent des fringues estampillées. Ils se coiffent comme leurs idoles américaines . Ils jouent sur des playstation et rêvent de la guerre des étoiles numéro dix. Les couples se font et se défont à un rythme que les parents n'arrivent plus à suivre et les enfants du divorce rejoignent les grands-parents plus souvent que de raison. Quelle place pour l’identité dans ce déferlement de modernité, dans cette ouverture si grande sur le monde qu’elle déchire les linteaux des anciennes fenêtres? Le cimetière des corsitudes abandonnées serait grand ouvert et le vent du grand large emporterait les derniers vestiges d’une authenticité disparue. Comme s’il suffisait de lustrer les feuilles dentées des châtaigniers pour faire disparaître la mémoire de leurs racines ! Car d’autres tendances encore plus profondes se font jour.


 Les civilisations sont rebelles à la mort. Quand elles sentent celle-ci se rapprocher, elles se réveillent et engagent le combat contre le virus assimilationniste. A toi, l’anglais triomphant de ton universalité, à toi le français subtil et tourmenté, j’oppose la langue corse variée de ses patois mais lieu géométrique de la reconnaissance d’une identité. A toi le cosmopolitisme universaliste, j’oppose la trame des origines, la loi du sang. Et à chacun de se découvrir plus corse que son voisin, corse de l’intérieur contre corse de l’extérieur, corse de souche ou d’adoption, de mère ou de père. A toi le capitalisme, j’oppose le respect de la tradition, la paix des rivages, le droit du peuple à sa terre. A toi le citoyen du monde, découvreur des horizons lointains, je réponds par ma volonté de vivre et mourir au pays.


Ainsi , il y aurait deux logiques, l’une de l’enfermement et de l’isolement, l’autre de l’ouverture. Corses isolés dans leur île  ou île plongée dans le tourbillon universel des Corses de partout et d’ailleurs. Une île pour les Corses ou des Corses dans leur île. Débat source de haines irréductibles, de combats fratricides, de morts inutiles, de paillotes brûlées par de prétendus gardiens de la loi.


 Ainsi devisait mon interlocuteur. Je lui répondis :


« Rassurez-vous les choses sont plus compliquées qu’il n’y parait. Il n’y a pas une ligne de démarcation entre ces deux univers , une frontière qui sépare deux clans. La ligne de fracture est à l’intérieur même des cerveaux qui adhèrent à ces deux conceptions à la fois. Il ne devrait pas être bien sorcier de  réconcilier ces neurones égarés. »

 


 
DOYEN CHARLES DEBBASCH

 

 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 22:50
Nous apprenons l'accident dont a été victime Paul COLONA, maire de Guagno. Un de ses pieds a eu des tendons sectionnés par une tronçonneuse.
Le blog Poggiolo lui souhaite un prompt rétablissement. 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907