Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 19:51
Qu'a donné le premier tour de l'élection législative à Poggiolo?

Election législative 2017 (1er tour)

Les Poggiolais ont voté en nombre pour élire leur député: 108 votants sur 157 inscrits (68,79% de votants), plus qu'en 2012.

On a compté 1 nul et 107 bulletins comportant un nom de candidat.

NOMSVOIXPOURCENTAGES
FERRARA Jean-Jacques (LR)4643%
CARROLAGGI Jean-Paul (Pè a Corsica)3532,71%
NADIZI Francis (FN)109,34%
GUIDICELLI Maria (LREM)98,41%
AMZIANE Anissa Flore (PCF)43,74%
CASAMARTA Jacques (Corse insoumise)21,87%
JAQUET Estelle (LO)10,93%
BIANCHI Jérôme (UPR)00
BUCCHINI Corinne (Avvene Corsu)00
COMITI Jean-Jacques00
SANTINI Jean-Yves (Allons Enfants)00

 

On peut remarquer que le trio droite, nationalistes et FN regroupe les trois quarts de l'électorat de la commune, comme en 2012, mais avec une droite plus forte. La candidate de la majorité présidentielle est pratiquement au même niveau qu'avait atteint le social-démocrate Simon Renucci.

 

Résultat du premier tour de l'élection législative de 2012

 

102 électeurs avaient exprimé leur choix de candidat.

NOMSVOIXPOURCENTAGES
Romain COLONNA (Femu a Corsica)

46

45,10%
Laurent MARCANGELI (UMP)1716,67%
José RISTICONI (Front National)1413,73%
Simon RENUCCI (social-démocrate)1211,76%
 Paul-Mathieu LEONETTI (Corsica Libera)65,88%
Paul-Antoine LUCIANI (Front de Gauche)43,92%
Jean-Marc CRESP (Parti Radical)32,94%
Jean-Luc ALBERTINI (A voce paesana)00%
Pierre-Noël TUCCI (Génération Ecologie)00%
Yves DAIEN (Lutte Ouvrière)00%

Partager cet article

Repost0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 17:48
Pour débattre et réfléchir cet été

Le programme des débats de l’été 2017 a été publié.

Ces réunions, organisées par l'Association des amis du couvent, se tiendront au Couvent St François de Vico. Horaire des soirées: 21h.

Comme chaque année, des thèmes importants pour la Corse seront abordés, ainsi que la spiritualité.

 

Vendredi 04/08/2017 – Ouverture des débats. Première soirée.

 avec Marie-Antoinette MAUPERTUIS. Conseillère exécutive de Corse, professeur de Science économique, présidente de l'agence Régionale de Tourisme

"À l’étape actuelle, situation du tourisme en Corse

et prévisions"

 

Vendredi 11/08/2017- Deuxième soirée.

avec le professeur Antoine ORSINI (Université Corti et président du comité scientifique Parc Naturel Régional de la Corse)

"Les conséquences du changement climatique

sur la quantité et la qualité des eaux douces de Corse".

 

 Vendredi 18/08/2017 – Troisième soirée.
avec Madame Dominique COLONNA (professeur, lycée de Sartè) et François NATALI.

"Mort et rites funéraires en Corse".

 

Vendredi 25/08/2017 – Quatrième soirée 

avec Philippe et Chantal OTTAVI, Véronique FIESCHI.

"Crise des déchets dans le Pumonte.

Histoire et perspectives de résolution"

 

 Jeudi 31/08/2017 – Cinquième soirée.

avec Jacline GUERRINI et Gaston PIETRI.

"Débat autour de leur livre / Conversation: 

"Celui qui croyait en Dieu, celle qui n’y croyait plus"". 

Partager cet article

Repost0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 17:59
Coll. Ange Tomasi

Coll. Ange Tomasi

Le tabac produit en Corse (voir l'article "Le tabac, richesse oubliée de Poggiolo") a longtemps été consommé beaucoup plus dans les pipes que sous forme de cigarettes. La pipe était toujours présente dans les veillées où l'on écoutait un conteur parler de sorcières et de revenants.

"Comme le disait Austin de Croze, témoin de ces mémorables veghje (veillées) au début du XXème siècle: "En Corse, la fumée est l'horloge des veillées campagnardes". La fumée du fucone ajoutée à  celle des pipes des hommes s'épaississait tant qu'on avait beau s'accroupir, se tasser, venait le moment où elle finissait par atteindre toutes les têtes. Alors on se levait en silence, chacun se serrait la main et, reprenant son fusil à l'aveuglette, quittait les lieux que le maître aérait un instant pour y rentrer dormir avec les siens." ("Corse, Almanach de la mémoire et des coutumes" par Claire Tiévant et Lucie Desideri, Albin Michel, 1997)

Les belles pipes de Soccia

Les pipes corses furent d'abord en terre, puis en buis et enfin en bruyère. Les qualités de cet arbuste pour la consommation de tabac furent découvertes vers le milieu du XIXème siècle, ce qui fit la richesse de Saint-Claude. Les fabricants de pipes jurassiens utilisèrent beaucoup la scopa corse.

Il se raconte qu'un Corse détenu dans le Jura avait été employé en prison à travailler sur les souches de bruyère et que, à sa libération, il incita des artisans de son village à fabriquer des pipes. Ainsi s'expliquerait que cette activité fut très importante à Valle d'Orezza.

En 1918,  les usines d'ébauchons faisaient vivre 860 personnes en Corse.

La scopa (souche) provenant de l'erica arborea (bruyère arborescente) était extraite de la terre entre octobre et mai. Elle était débitée en ébauchons dans des scieries. Au début du XXème siècle, il y en avait une à Vico et une à Guagno-les-Bains.

Les ébauchons sont "de petits cubes de racine de bruyère grossièrement ébauchés, prêts à être travaillés par le fabricant de pipes", d'après le dictionnaire Larousse.

"La Corse" 20/12/1989
"La Corse" 20/12/1989

"La Corse" 20/12/1989

Il faut les mouiller pour qu'elles ne se fendent pas et les bouillir pour éliminer la sève.

Une bruyère met trente ans pour former une souche de trois kilos. Les pipiers achetaient les ébauchons prêts à l'emploi.

A Soccia, les flancs de montagne dominant l'ancien hameau de l'Aghja produisaient des racines de bonne qualité.

Vers 1955, Gino CAPRINO arrachait de quoi produire près d'un quintal de souches par jour.

Un artisan socciais eut une célébrité peu enviable.

Jean SANTONI était né à Soccia en 1866. Il eut un frère, Joseph Antoine, né en 1877, qui devint prêtre en 1904 et termina sa carrière comme curé d'Orto de 1922 à 1952. Jean était armurier à Cargese quand il creva un oeil à un camarade de beuverie. Après cinq ans de prison (1893-1898), il s'établit dans son village de naissance comme forgeron puis comme scieur d'ébauchons et fabricant de pipes, dont il avait peut-être appris la technique en détention.

S'étant querellé le 28 juillet 1907 avec le maréchal des logis Jean MICHEL, il le blessa d'un coup de fusil et tua le gendarme Marius LATOUR le 2 janvier 1909. Le 6 janvier, Jean SANTONI fut tué par d'autres gendarmes lors d'une embuscade qu'il avait organisée à Guagno-les-Bains.

 

Plus de renseignements dans l'article "Du sang à Guagno-les-Bains"

 

On trouva dans son atelier un millier d'ébauchons et de pipes plus ou moins finies.

 

Petit à petit, la fabrication locale de pipes disparut.

Certains de nos lecteurs auraient-ils chez eux des exemplaires de cet art disparu?

Photo Pierre-Jean Luccioni

Photo Pierre-Jean Luccioni

-------------

Cet article a été rédigé grâce aux documents suivants:

- notes de Jean-Baptiste PAOLI et du Père DOAZAN

- "La Corse" 20/12/1989

- "Tempi fà, Arts et traditions populaires de Corse" par Pierre-Jean LUCCIONI, Albiana, 2007

- "Corse, Almanach de la mémoire et des coutumes" par Claire Tiévant et Lucie Desideri, Albin Michel, 1997

Partager cet article

Repost0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 17:59
Une festa de transition
Une festa de transition

La cinquième Festa di a natura s'est bien déroulée dimanche à Vico, même si le public a été moins nombreux que prévu.

Lisez le compte-rendu paru dans "Corse-Matin".

Une festa de transition

Partager cet article

Repost0
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 17:44

La cinquième Festa di a Natura se tiendra demain dimanche 4 juin à Vico. Cette journée riche et éclectique s'organisera autour des valeurs communes aux hommes et à la terre, comme l'écologie, la protection de la nature et l'engagement collectif pour l'avenir. Elle est organisée par l'association So po fà, en partenariat avec la Cress Corsica (Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire) présidée par Pierre-Jean RUBINI.

Avec, pour cette édition, un éclairage particulier sur un concept introduit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, à savoir l'économie circulaire.

L'idée est simple: produire des biens et des services en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l'eau et des sources d'énergie.

Cinquième édition de la Festa di a Natura à Vico

Festa di a natura -Le programme !


10h00 : Messe 


11h00 : Conférence les huiles essentielles par Pierre Gea «laboratoire Dumani» 


À partir de 14h00 : 
- Conférence Equi, monnaie locale dématérialisée 
- Conférence sur l’économie circulaire « Bouges ta corse » par Pierre-André Emmanuelli 
- Conférence sur l'Economie Sociale et Solidaire par Pierre Jean Rubini, Président de la CRESS CORSICA
- Conférence « maraîchage sur sol vivant » par Sebastien L'orti Taveracci Bonardi
- Conférence collectif ZERU FRAZU et l’association Pa u Pumonte Pulitu 


16h30 : Défilé de la marque NINE, avec le Comité Miss Corse 
17h30 : Tirage tombola 

Toute la journée : 
Marché d’artisans d’art, de créateurs de gourmandises et d’amoureux de la nature
Promenade à dos d’âne 
Exposition des travaux du parc naturel 
Exposition d’outils anciens par Jean-Yves TORRE
Démonstration et apprentissage de la greffe
Initiation à la préparation du purin d’ortie, prêle et fougère 
Massage aux huiles essentielles, 
Diagnostic bien-être Corséâme

Initiation à l'escalade.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 18:00

A priori, Poggiolo n'a jamais eu beaucoup de relations commerciales, familiales ou politiques avec Calenzana. Aucune famille d'une de ces localités n'est venue s'installer dans l'autre.

Il existe pourtant un point commun du point de vue religieux:

 

le culte rendu à sainte Restitute.

 

Cette sainte est une sainte née en Corse et qui fut martyrisée pour sa foi sous l'empire romain. Tuée à Calvi après un long supplice avec cinq autres chrétiens, elle fut, après diverses péripéties, enterrée avec ses compagnons à Calenzana où sa tombe se trouve toujours. 

Les détails de sa vie, extraits de "Corse, Almanach de la mémoire et des coutumes" par Claire Tiévant et Lucie Desideri, se trouvent en fin de cet article.

Sainte Restitute est fêtée le 21 mai par les habitants de Calenzana.

 

 

affiche de la fête de sainte Restitute en 2017 à Calenzana.

affiche de la fête de sainte Restitute en 2017 à Calenzana.

En 1729, elle fut nommée seconde patronne du diocèse de Sagone (le patron en est saint Appien à qui est dédiée la cathédrale de Sagone). Il n'est donc pas étonnant de trouver des restes de dévotion dans des églises de cet ancien diocèse.

A Poggiolo, l'église Saint Siméon contient près d'une vingtaine de statues. Celle de sainte Restitute se trouve dans la chapelle de droite la plus proche du chœur, tout près de la représentation de Jeanne d'Arc. La sainte corse est représentée en prière, agenouillée, alors que la statue de Calenzana la montre debout.

Solution à la devinette du mois: Poggiolo et Calenzana
Solution à la devinette du mois: Poggiolo et Calenzana

Cette statue n'a pas été placée pour faire simplement de la décoration. La preuve est fournie par la présence sur le mur d'une plaque en marbre (ou en stuc) avec l'inscription:

 

DON  

DE RECONNAISSANCE

A STE. RESTITUDE

M. M.

1925

Solution à la devinette du mois: Poggiolo et Calenzana

 

Cette plaque soulève deux questions.

Tout d'abord, à qui est-elle vraiment dédiée? Il est écrit Restitude et non pas Restitute. Il existe bien deux saintes appelées Restitude mais elles sont très peu connues et n'ont aucun rapport avec la Corse. On peut donc supposer que le graveur du texte a commis une faute d'orthographe.

L'autre interrogation est de savoir qu'elle est la personne qui a remercié la sainte pour son aide. Les deux initiales M. M. laissent supposer qu'il s'agit d'un membre de la famille Martini mais les prénoms commençant par M ont été portés par de très nombreuses personnes autrefois.

En tout cas, en 1925, un culte était bien rendu à sainte Restitute. Cet ex-voto en montre d'autant plus l'importance que les murs de l'église de Poggiolo ne comportent au total que six plaques de dévotions diverses. Un autre article en parlera.

Une troisième question peut être posée: actuellement, combien des saints présents à Saint Siméon sont-ils encore priés? 

-----------------------

 

 

Rappel de la vie et du martyre de Sainte Restitute

Santa Ristituta. L'Eglise corse célèbre aujourd'hui la fête d'une sainte très populaire dans l'lIe: santa Ristituta di Calinzana (sainte Restitute de Calenzana). La vie de santa Ristituta est assez obscure: certains hagiographes situent son martyre en l'an 225; les autres, en 303. Née en Corse, sainte Restitute était la petite-fille d'un ex-centurion de la flotte prétorienne de Ravenne, nommé Caïus Caninus Germanus, qui vint s'établir à Lurinum, en Balagne. Il commandait là une cohorte recrutée dans la région d'Ulmia après avoir obtenu une concession territoriale. Ristituta naquit donc dans une famille païenne et se convertit au christianisme lorsqu'elle fut jeune fille. Très vite, elle fut dénoncée à Pyrrhus, le préfet de Corse et de Sardaigne.
La cruauté de ce chrétien apostat fut sans limite pour tenter de faire renoncer la jeune fille à sa foi. D’abord battue avec des nerfs de bœuf, puis lapidée, Ristituta fut jetée dans un brasier mais ne brûla pas. Elle survécut encore miraculeusement à toute succession de supplices: sa chair fut d'abord labourée avec des peignes de fer; du lait et non du sang suinta de ses plaies, prodige qui provoqua la conversion d'un certain nombre de soldats. On voulut ensuite la noyer en mer, mais elle fut sauvée par un morceau de liège qui la ramena vivante sur le rivage, tandis que ceux qui cherchèrent à l'immerger, périrent noyés. Confrontée de nouveau au préfet, santa Ristituta le traita de renégat. Ses bourreaux eurent finalement raison de sa vie en lui tranchant la tête; cela se passait à Calvi, un 21 mai. Elle mourut en même temps que cinq autres martyrs: Parthée, Parthénopée, Pargoire, Domnisius et Veranus. D'après la légende, les six martyrs se relevèrent, ramassèrent chacun leur tête et parcoururent ainsi environ quatre kilomètres pour aller la déposer en un lieu appelé Mara (proche de Sainte-Catherine). Dans la nuit qui suivit, des chrétiens vinrent ramasser leurs corps pour les ensevelir à Ulmia, au lieu-dit Loru. Là, on y bâtit un petit mausolée, et plus tard, une église.
L’histoire des reliques de santa Ristituta fut pour le moins extravagante, et les Calzaninchi (habitants de Calenzana) ont bien mérité de les conserver après s'être battus pendant des siècles pour les récupérer et les protéger. Après la conversion de Constantin au IVe siècle, selon les uns, mais au VIe siècle selon les autres, les reliques des six martyrs furent placées dans un sarcophage. La tradition locale donne ensuite différentes versions détailIant les translations de ces reliques au cours des nombreuses invasions qui se succédèrent dans le pays. Quoi qu'il en fût, les reliques égarées furent un beau jour retrouvées sur la plage de Calvi.

"Corse, Almanach de la mémoire et des coutumes" par Claire Tiévant et Lucie Desideri

Partager cet article

Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 18:36
La devinette du mois: Poggiolo et Calenzana

Pour ce début de juin, essayons d'élargir notre vision du village. 

En Balagne, très loin de Poggiolo, à plus de trois heures de voiture, se trouve le village de Calenzana.

 

Quel est le rapport, le point commun entre Calenzana et Poggiolo?

 

Réponse demain.

Partager cet article

Repost0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 18:00

L'an dernier, nous avions été régalés de photos de Corse prises depuis le continent  (voir l'article "Tretorre et Cervellu vus depuis le continent") par Antoine MAGIAVACCA.

 

Panorama: Antoine Mangiavacca récidive

Le jeune photographe récidive cette année. Le 27 mai dernier, il est allé au sommet du Mont Lachens, le "toit" du Var, pour photographier un très large panorama de la Corse. On peut y voir tous les reliefs dépassant 400 mètres. Il nous propose cette image:

Panorama: Antoine Mangiavacca récidive

Pour mieux en profiter, allez sur le lien qui donne, en zoomant, tous les noms de lieux:

http://nsa38.casimages.com/img/2017/05/28/170528061435974329.jpg

 

Sorru in Sù a été l'objet d'une attention particulière avec ce zoom dans lequel Tretorre, Cervellu et Capu d'OrtU ont été bien mis en évidence.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.

Panorama: Antoine Mangiavacca récidive

Pour mieux profiter du cliché, allez sur le lien:

http://nsa38.casimages.com/img/2017/05/28/170528065515895160.jpg

 

Il faut bien garder en tête le fait que le Mont Lachens et le Tretorre sont distants de presque 300 kilomètres à vol d'oiseau!

 

Pour connaître toutes les œuvres d'Antoine Mangiavacca, connectez-vous à:

sa page Facebook: https://www.facebook.com/klapeful/?fref=ts

ou à sa galerie: https://500px.com/klape

 

Et toutes nos félicitations!

Partager cet article

Repost0
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 18:16

Depuis le 1er janvier 2017, les cigarettes sont vendues dans des emballages neutres, tous semblables, avec des photos horribles et des textes de mise en garde, alors que les noms des marques sont écrits en tout petit, tout cela dans le but d'inciter les fumeurs à réduire leur consommation.  

Il n'est donc absolument pas imaginable de voir des paquets décorés par des photos de Poggiolo ou de Guagno-les-Bains.

Le tabac, richesse oubliée de Poggiolo

Pourtant, au XIXème siècle et au début du XXème, de tels paquets auraient pu exister. Le village avait alors une richesse qui est maintenant totalement oubliée mais qui assura de bons compléments de revenus:

 

L'ERBA CORSA

 

ou, si vous préférez, 

 

LE TABAC.

 

La culture du tabac a été introduite en Corse depuis l'Italie du Nord dès la fin du XVIème siècle. La production et la vente en étaient libres sous les Génois.

Même après avoir instauré en 1810 le monopole de l'Etat sur les tabacs, Napoléon Ier, pour ne pas ruiner les paysans insulaires, accorda aux Corses le privilège de planter et de vendre librement l'herbe à Nicot.

Dans les villages, on cultivait la nicotiana rustica, appelée l'erba corsa, pour la consommation locale.

La plante était souvent semée en avril dans les enclos à bétail momentanément abandonnés. Elle profitait du fumier qui avait engraissé la terre et la récolte avait lieu en août. Puis, les feuilles étaient séchées à l'air libre.

Le détail de toutes ces opérations se trouve dans l'article "La culture du tabac en Corse" de Cyprien GABRIEL (Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, 1922).

Plant de tabac sauvage à Lopigna (photo Pipe club de Corse http://pipeclubdecorse.e-monsite.com)

Plant de tabac sauvage à Lopigna (photo Pipe club de Corse http://pipeclubdecorse.e-monsite.com)

Au milieu du XIXème siècle, des variétés plus élaborées furent implantées près de Corte, d'Ajaccio (à Campo dell'Oro) et de Cargese. En 1925, la production corse atteignit 400 tonnes, dont 20 à Cargese.

Liste des planteurs corses aidés par le conseil général en 1930 (photo Pierre-Jean Luccioni)

Liste des planteurs corses aidés par le conseil général en 1930 (photo Pierre-Jean Luccioni)

Les feuilles ramassées étaient vendues aux industriels comme Henri ALBAN. Déjà propriétaire d'une usine de tabac à Bône, ALBAN fonda en 1913, au 89 du cours Napoléon, la manufacture d'Ajaccio célèbre par sa façade de style néo-mauresque décorée de mosaïques, classée depuis 1992 comme monument historique.

Concurrencé par l'usine Job-Bastos de Toga près de Bastia, l'établissement ferma en 1940.

 

photo msoldi1 (https://www.flickr.com)

photo msoldi1 (https://www.flickr.com)

Le tabac, richesse oubliée de Poggiolo

Pendant la seconde guerre mondiale, la production recula pour faire place aux cultures vivrières. Malgré un rebond après 1945, le tabac corse cessa peu à peu d'être cultivé et disparut entre 1950 et 1970.

 

Certains Poggiolais se souviennent encore d'avoir goûté cette "herbe" au goût particulièrement âpre et fort.

Les animateurs de l'excellente série documentaire "Fora di strada", diffusée le samedi sur Via Stella, ont évoqué cette production dans l'épisode sur les "Lacs des cimes". Paul, allongé sur les bords du lac de Creno, suçote une tige de nénuphar, fleur qui est une des particularités de ce lieu, et il explique à Karine ce qu'était ce tabac corse.

Veillez à augmenter le volume sonore car le son est un peu faible.

Les anciens fumaient l'erba corsa comme tabac à pipe. Ils la chiquaient parfois.

Le tabac était conservé dans dans des zani ou zanetti, petites bourses en peau de chat.

Pour l'allumer, on se servait de l'amadou, matière inflammable extraite de l'amadouvier (u pane d'esca), champignon parasite des arbres.

Photo extraite de http://pipeclubdecorse.e-monsite.com/

Photo extraite de http://pipeclubdecorse.e-monsite.com/

Poggiolo et Soccia (où cette culture est avérée dès avant 1850) produisaient suffisamment de tabac pour la consommation des villageois et dégageaient même un excédent qui était écoulé surtout dans le Niolu en échange notamment de fromages. Les Poggiolais manquaient de produits laitiers car ils étaient plus cultivateurs qu'éleveurs. Mais leur "erba", dont la qualité était assez réputée, permettait au village de retirer un bénéfice appréciable.

Cette richesse a été complètement abandonnée et son existence disparaît rapidement des mémoires.

Maintenant, pour s'enfumer les poumons, il n'est plus possible d'utiliser du tabac autochtone.

Le tabac, richesse oubliée de Poggiolo

Documents utilisés:

- Jean COPPOLANI: "Cargèse. Essai sur la géographie humaine d'un village corse" (1949)

- Cyprien GABRIEL: "La culture du tabac en Corse" (Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, 1922)

- Pierre-Jean LUCCIONI: "Tempi fà, arts et traditions populaires de Corse" (ed. Albiana, 2007)

- Jean-Baptiste PAOLI: "Histoire d'un petit village de montagne au cœur de la Corse du Sud"

- site du Pipe Club de Corse: http://pipeclubdecorse.e-monsite.com/

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 19:09
C'est la reprise à Guagno

Avec le retour des beaux jours, de nombreuses activités reprennent partout.

De Guagno, deux informations de reprise viennent de parvenir. 

Tout d'abord, l'ouverture d'une petite auberge nommée "L'affaccata".

Depuis le 8 mai, Jacqueline et Antoine Pozzo di Borgo proposent une cuisine familiale pour les Guagnais et les gens de passage.

Vous pouvez avoir une idée du lieu en regardant le diaporama ci-dessous.

C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno
C'est la reprise à Guagno

Ces photos ont été fournies par Marthe Poli. Et c'est là que se trouve la deuxième information. Marthe Poli, qui avait eu pendant plusieurs années une grande activité sur le net, a fait redémarrer son blog avec plusieurs articles en très peu de temps.

Comme auparavant, elle vous fait partager son amour de Guagno et ses sentiments sur de nombreuses questions qui la passionnent.

Adresse du blog: 

http://marthepoli.eklablog.com

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

 

 

FÊTE DE ST ANTOINE ABBÉ

Messe samedi 16 janvier à 15 heures

chapelle de Guagno-les-Bains.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907