Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 18:00
La devinette du mois: deux soldats sur une photo centenaire

En cette année du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, voici une photo de 1918. Elle n'est pas du moment de l'armistice, en novembre, mais de quelques mois plus tôt.

Ces deux soldats sont deux Poggiolais photographiés à Marseille lors d'une permission. Leur image permet de poser plusieurs questions.

1) Tout d'abord, quelles sont les identités de ces deux hommes?

2) Ensuite, parmi les Poggiolais ayant participé à la guerre, quel record ont-ils établi tous les deux?

 

Il est également possible de se raccrocher (très indirectement) à l'actualité pour deux autres questions:

3) Quel rapport entre ces deux soldats et la Foire Internationale de Marseille dont l'édition 2018 vient de fermer ses portes (et dans laquelle les stands corses ont tenu une grande place)?

4) Quel est le point commun entre ces deux Poggiolais et la famille de Charles Aznavour?

 

Réponses demain 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2018 1 01 /10 /octobre /2018 18:00
Mémoire des "poilus" corses

A la veille du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, les initiatives mémorielles se multiplient.

En Corse, depuis le 22 septembre, on peut visiter une exposition intitulée "I nostra "poilus" in a mémoria famigliale". Organisée par le CCCE (comité de coordination des Corses de l'extérieur), l'association RHFC (recherche sur l'histoire des familles corses) et l'ADECEC (association développement des études du centre Est de la Corse), elle montre aux archives départementales de Haute-Corse, chemin de l'Annonciade, à Bastia, une trentaine de panneaux sur l'histoire personnelle des Corses qui ont combattu et souvent donné leur vie dans la Grande Guerre.

 

Mémoire des "poilus" corses
Mémoire des "poilus" corses

L'exposition s'achève à Bastia le 4 octobre mais elle sera présentée du 6 au 12 octobre à la médiathèque de Folelli.

 

Mémoire des "poilus" corses

Puis, à partir du 20 octobre, elle sera visible à Marseille, à la Maison de la Corse, 69 rue Sylvabelle.

Mémoire des "poilus" corses

Par contre, il n'est pas prévu que ces panneaux aillent en Corse du Sud  et c'est bien dommage.

Mais pourquoi ne pas imaginer de réaliser une exposition sur les soldats poggiolais de 14-18? Il existe suffisamment de documents, comme de prochains articles de ce blog le montreront.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 18:00

Depuis le dimanche 28 septembre 2008, soit exactement dix ans, Patricia Baudoux poursuit avec persévérance la réalisation d'une émission de radio consacrée à la musique corse

L'émission "Corsica ... ou la musique corse dans tous ses états" repose sur la découverte du patrimoine musical corse (cantu nustrale) : des chants sacrés au pop-rock ; des paghjelle à la monodie ; des groupes aux solistes ; des pièces instrumentales .... Musiques jamais diffusées sur le Continent.
Cette émission hebdomadaire est complétée par une autre qui est mensuelle et qui  est consacrée aux chants religieux: "Canti sacri di Corsica".
 
Voici la présentation de cette émission. Bonne continuation, Patricia!
10 ans, ça se fête.

 

"Corsica ... ou la musique corse dans tous ses états" Emission 520 du 30 septembre 2018 - 10 anni !!  

Et oui ... voici l'anniversaire des 10 ans de cette émission !!

Merci à Xinarca pour être à la genèse de cette belle aventure !

Merci à Yann Souquières le président de la radio associative d'Objat Canal Bleu (devenue Radio Grand Brive) 94.3 pour m'avoir fait confiance et donné un créneau dans la grille des programmes le dimanche à 10h depuis le 28 septembre 2008.

Et merci chères auditrices et chers auditeurs pour votre fidélité, tant sur RGB que sur la vingtaine de radios associatives qui ont diffusé ou continuent à diffuser cette émission.

Merci à elles également !  

 

Liste des chants de l'émission anniversaire :

Corsica; Petru Guelfucci; Corsica;

Sinfunia nustrale; Missaghju; Alb'Oru - 25 septembre 2015;

Gioia; I Muvrini; Gioia;

Mi ne vogu; Vitalba; YouTube;

I Mulateri d'Ulmetu; Xinarca; Comptines et berceuses corses;

La cursichera; Orizonte; Liberi;

So le Muntagne D'Orezza; Tavagna; In Veru;

N'a funtanedda; Cinqui So; Crucivia - Canzoni;

Carnavà; Les Voix de l'Emotion; I Minureddi - Canzoni zitiddini;

Davanti; Sekli; Davanti;

Maria Chuchena; L'Abbrivu; I belli ghjorni;

7 illusioni; Pierre Gambini; albe sistematiche;

Maganzia; Zamballarana; Luna;

A Cavallu (Rappel); Sarocchi; A Cavallu !;

Transhumance; Xinarca-Samuel Dequidt; Stage;

Tarraniu; Cinqui So; Tarraniu;

Dio vi salvi Regina; Tutti; Alb'Oru - 25 septembre 2015;  

 

Blog : http://corsicacanalbleucorreze.skyrock.com/

Mail : corsica.canalbleu@gmail.com

Merci de votre visite ... et très bonne écoute !!!   Crédit photo : youpii !!

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 17:00

Depuis une quarantaine d'années, le mensuel L'Histoire est réputé pour le grand nombre d'universitaires y collaborant et la qualité de ses articles sur tous les sujets historiques. Il publie également un trimestriel thématique nommé Les Collections de l'Histoire dont le thème d'octobre est "Les Corses, 2000 ans d'aventures et d'utopies".

 

2000 ans d'aventures et d'utopies

 

Ces cent pages tentent une synthèse d'une histoire encore largement méconnue.

Parmi les signataires, on peut trouver Jean Guilaine, Jean-André Cancellieri, Antoine Franzini, Michel Vergé-Franceschi, Ange Rovere, Jean-Paul Pellegrinetti, Michel Winock, André Fazi, etc. 

Ce dossier est à lire et à discuter.

 

 

Au niveau des préoccupations habituelles de ce blog, trois éléments sont à relever:

1) La couverture reproduit une partie du tableau de Henry Benbrige sur Paoli à la bataille de Ponte-Novo. Sur cette peinture, le deuxième personnage à partir de la droite a été identifié comme Circinellu, le curé de Guagno qui ne voulut pas se soumettre aux Français.

 

 

2) En page 63, Jean-Paul Pellegrinetti cite la mort de deux gendarmes à Soccia en 1892 comme exemple de la violence liée aux dissensions politiques. Une petite erreur a été commise dans le magazine qui a imprimé la date de "1893".

 

 

3) Enfin, un document tout à fait nouveau est constitué à la page 24 par une carte sur la Corse génoise. Son grand mérite est de montrer pour la première fois les zones qui, comme Poggiolo et les villages voisins, furent "soumises à une tentative de dépeuplement dans la seconde moitié du XVe siècle", à la disabitazione.

 

2000 ans d'aventures et d'utopies

 

La disabitazione a fait l'objet d'un article de ce blog:

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 18:10

Septembre est le mois de la rentrée dans de nombreux domaines, et notamment dans le domaine fiscal. Les avis de taxes foncières doivent maintenant avoir été reçus par tous. Les contribuables poggiolais ont pu se rendre compte d'une forte augmentation de la somme à payer. 

Avec une variation de 0,79%, la commune ne demande pratiquement pas plus que l'an passé. Par contre, la cotisation demandée par l'intercommunalité augmente de 150 % !

 

Avec les nouveaux impôts, la commune disparaît-elle?

 

L'intercommunalité dont Poggiolo fait partie est la Communauté de Communes Spelunca-Liamone qui regroupe 33 communes s'étendant sur 1000 km2. Elle est présidée depuis janvier 2017 par le maire de Vico, François Colonna.

 

La croissance de l'impôt demandée n'est que la conséquence logique des fonctions assumées par l'intercommunalité.

A terme, peut se poser la question du rôle que doit désormais avoir une commune et même la question de l'existence de l'échelon communal. Cette inquiétude a pesé sur le congrès de l'association des maires ruraux de France qui s'est tenu les 22 et 23 septembre dans les Hautes-Alpes.

Après avoir menacé de ne pas organiser les prochaines élections européennes, les élus des petites communes ont dénoncé "les menaces qui pèsent sur la démocratie locale", ajoutant: "Compte tenu de la volonté de l’État et de l’Assemblée nationale (Loi NOTRe dont l’obligation de transfert de la compétence Eau et Assainissement par exemple), la volonté d’affaiblir la commune en la privant de moyens d’agir et de compétences est très claire. Le risque de remise en cause du modèle démocratique de notre République est réel". 

 

Association, fusion, disparition? L'avenir des villages est encore trouble.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 18:00

Il est suffisamment rare qu'un Poggiolais fasse l'objet d'un article de journal pour qu'il ne faille pas trop tarder à le faire savoir. 

Voici près de deux mois, dans "Settimana"du 3 août, qu'a été publié un portrait avec un article sur Noël PINELLI.

La rubrique "Pièces de musée", réalisée en partenariat entre l'hebdomadaire et le musée de Bastia, montre chaque semaine une œuvre d'art liée à l'histoire de la Corse. On avait pu déjà y voir le portrait de l'évêque Agostino GIUSTINIANI, le premier à avoir cité Poggiolo dans un livre.

Le journal du 3 août publiait une sculpture réalisée par Louis Patriarche. Elle se trouve actuellement au musée de Bastia dans le cadre de l'exposition "Identità, les Corses et les migrations XVIIe-XXIe siècles" qui dure jusqu'au 22 décembre et qu'il est conseillé d'aller visiter car le thème est un des plus importants pour l'histoire de la société corse.

Un Poggiolais au musée et dans le journal

L'œuvre d'art en question est un profil avec l'inscription "Noël Pinelli conseiller municipal de Paris" et a certainement été réalisée entre 1929 et 1936. Ce Poggiolais fut la seule personne originaire de notre village à avoir été parlementaire et membre d'un gouvernement.

Voici la notice écrite par Sylvain GREGORI, directeur du Musée, à ce sujet.

Un Poggiolais au musée et dans le journal

L'intégration de la Corse à la France a engendré l'émergence d'une élite politique d'origine insulaire qui, émigration oblige, a également obtenu des mandats hors de l'île. Parmi les nombreux exemples de parlementaires, le cas de Noël Pinelli illustre ce phénoméne.

Né en 1871 à Clermont-Ferrand au sein d'une vieille famille de notables de Poggiolo, il fait de brillantes études à Ajaccio. Diplômé en droit par la faculté d'Aix-en-Provence, il devient ensuite avocat dans la cité impériale avant de prendre les fonctions de commissaire de la Marine. Après avoir participé à la Grande Guerre, il occupe divers postes de responsabilité dans le secteur privé.

Conservateur, il entame une carrière politique dans la capitale et est ainsi élu conseiller général de la Seine en 1929 puis conseiller municipal de Paris. De 1936 à 1940, il siège sur les bancs de l'Assemblée nationale comme député de la Seine, succédant ainsi à une autre grande personnalité politique corse de la diaspora: André Grisoni (1886-1975). Proche du préfet de police de Paris, l'ajaccien Jean Chiappe (1878-1941), il est aussi lié à une figure de la colonisation, devenu lui aussi conseiller municipal de la capitale: Jean Ferrandi (1882-1935). Il est enfin - et surtout - président de l'Amicale des Corses de Paris démontrant sa parfaite insertion dans la communauté insulaire de la capitale. Bien que très marqué par ses relations avec les Jeunesses patriotes et le Parti social français (PSF), il est choisi par Paul Reynaud pour entrer au gouvernement en qualité de sous-secrétaire d'état à la Marine du 21 mars au 10 mai 1940.

Le 10 juillet 1940, il vote les pleins pouvoirs à Pétain. Désigné comme conseiller national sous Vichy, il participe activement à la Révolution nationale. La Libération marque la fin de sa carrière politique.

Véritable intellectuel, éminent bibliophile et remarquable italophone, il conservera tout au long de sa vie, à l'image de milliers d'insulaires ayant fait leur carrière hors de l'île, un profond attachement pour la Corse. Il décède à Paris en 1970. C'est dans cette ville qu'il fit exécuter ce profil en 1932 par un des plus importants sculpteurs corses du XXe siècle, également émigré dans la capitale, Louis Patriarche. Cet artiste recevait régulièrement des commandes de portraits de la notabilité insulaire installée ou séjournant dans la ville-lumière. 

Sylvain GREGORI, Directeur du Musée 

 

 

 

Pour mémoire, l'article sur le portrait d'Agostino GIUSTINIANI, le premier à avoir écrit sur Poggiolo:

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 22:43
Dimanche à Murzo: Les 20 ans de l'AOP miel de Corse

Dimanche 23 septembre, à Murzo, u mele in festa fêtera les vingt ans de l'obtention d'A.O.P. au miel de Corse avec un programme très alléchant.

Venez !!!

Dimanche à Murzo: Les 20 ans de l'AOP miel de Corse
Dimanche à Murzo: Les 20 ans de l'AOP miel de Corse
Dimanche à Murzo: Les 20 ans de l'AOP miel de Corse
Dimanche à Murzo: Les 20 ans de l'AOP miel de Corse
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 17:44
photo P.C.

photo P.C.

Le décès de Carlo a été un grand choc dans l'ensemble des villages de Sorru in sù. Pascale Chauveau a su exprimer avec délicatesse l'importance que ce sympathique personnage a pu avoir.

Originaire d’Orto, c’est à Soccia que Charles Rahn avait choisi de s’installer, où il a tenu pendant 35 ans le bar du village. Il y a quelques jours, sa mort brutale a suscité une vive émotion dans le haut canton, où chacun a éprouvé le sentiment qu’un pan entier de la vie du village s’était effondré.

Au centre du village, au rez-de-chaussée d’une belle maison en pierre, l’enseigne indique Bar chez Louis. Pourtant, pour tous, c’est Chez Carlo. Mercredi soir, c’est là que ses amis ont choisi de le veiller. Comme aux plus beaux jours de l’été, le bar et la terrasse sont pleins.

D’abord silencieuse et recueillie, l’assistance finit par s’animer, et chacun se remémore et raconte. Carlo le bon vivant épicurien, qui avait gardé de sa formation à la prestigieuse école Ferrandi l’amour de la bonne cuisine. Carlo l’amateur de chanson française, qui laissait à disposition une guitare pour les longues soirées passées à chanter. Et qui, en cabotinant un peu, interprétait volontiers sa chanson fétiche, Comme un p’tit coquelicot, de Mouloudji. Et aussi Carlo le bricoleur minutieux et aux mains d’or : l’immense comptoir en bois et les étagères du bar, qu’il avait mis des semaines à fabriquer, sont un témoignage de son savoir-faire.

photo Google

photo Google

Lieu de vie

Carlo homme au grand cœur, qui donnait tout pour ses amis, mais connu aussi pour ses coups de gueule et son mauvais caractère. Les jeunes se souviennent : "Enfants, quand on demandait un verre d’eau, il nous envoyait à la fontaine ! Quand on commandait un panini et qu’il n’avait pas envie de le faire, il nous disait d’aller demander à manger à nos mères !" Depuis, ils ne rataient aucune soirée, et ce mercredi ils étaient tous là pour le dernier hommage.

Chez Carlo, on démarrait la soirée avant d’aller au bal, ou on la finissait après un concours de boules ou de foot. Ouvert 365 jours sur 365, comme il se plaisait à le souligner, son bar était un lieu de vie essentiel pour le village, surtout pendant les longs mois d’hiver où l’on se retrouvait pour la belote.

"C’est ici que mon mari m’a demandée en mariage", se souvient Marie-Rose. "C’est ici que ma femme avait réuni une centaine d’amis pour fêter mes 50 ans", raconte Jean-Tou. Chez Carlo et avec lui, tous ont vécu un événement important de leur vie, des rendez-vous incontournables : l’apéritif du 11 novembre où tous les villageois amenaient à manger, la soirée karaoké ou la soirée Beaujolais, l'apéritif géant du 15 août, et ces fameux repas pantagruéliques entre amis, autour des huîtres ou après avoir charcuté.

Avec Carlo, on commentait l’actualité, on refaisait le monde, et on se disputait aussi beaucoup. Mais on y revenait toujours. Parce que "Carlo, c’était Carlo !" 

P.C.

(extrait de "Corse-Matin" de mardi 18 septembre)

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2018 1 17 /09 /septembre /2018 18:00

Il exista plusieurs cafés à Poggiolo mais il y eut aussi différents commerces. Leur existence serait complètement oubliée si la tradition n'avait gardé le nom de "magasin" à une partie de la maison Martini.

 

Un article précédent avait déjà présenté les grandes maisons, dites "de notables", comme étant multifonctions. Et le commerce fut une de ces fonctions.

 

Du côté de la stretta, une petite porte de la maison Martini est fermée par une grille métallique qui a été maintes fois enfoncée par des automobilistes ayant du mal à manœuvrer.

 

© Michel Franceschetti
© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Elle protège la pièce surnommée "le magasin".

Et, en levant la tête, on distingue encore les crochets métalliques qui supportaient l'enseigne.

© Michel Franceschetti

© Michel Franceschetti

Une épicerie fut ouverte à cet endroit en 1921, comme le prouve le registre conservé par la famille. Il a été visé le 23 février 1921 par un juge du tribunal de commerce d'Ajaccio pour "Madame Martini Thérèse négociante à Poggiolo".

Les premières ventes sont notées au 1er mars: du riz, du sel, des pâtes alimentaires, des anchois, du pétrole et du savon.

 

Photos Jacques-Antoine Martini
Photos Jacques-Antoine Martini

Photos Jacques-Antoine Martini

L'étude de ces pages permettrait de bien connaître les denrées dont les Poggiolais de l'époque avaient besoin. On peut déjà remarquer que cette épicerie vendait aussi des cigarettes.

Quand la seconde guerre mondiale éclata, la mairie décida le 24 septembre 1939 de créer un entrepôt municipal pour assurer le ravitaillement et limiter la hausse des prix.

Cette expérience originale, qui dura jusqu'au 27 juillet 1940, a été racontée dans un autre article de ce blog.

L'épicerie Martini fut choisie comme siège de cet entrepôt.

Le registre en a été conservé.

photo Jacques-Antoine Martini

photo Jacques-Antoine Martini

Là aussi, il serait intéressant de l'étudier pour savoir si les besoins des habitants ont changé au fil du temps et pour connaître l'évolution des prix.

Le registre a été tenu jusqu'en 1951.

Cette année fut peut-être celle de la fermeture. En tout cas, certains, comme Jacques-Antoine Martini, se souviennent "des deux balances du magasin, de son sac de sel et de ses chewing gums gagnants".

 

Le commerce n'existe plus mais "le magasin" demeure comme le nom d'un lieu bien précis de Poggiolo, vestige d'une époque.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 18:00
Pour mieux connaître Murzu

Depuis une vingtaine d'années, le mois de septembre est important pour Murzo qui organise U mele in festa, la grande fête du miel. Elle aura lieu le 23 septembre prochain et fêtera les 20 ans de l'AOP Miel de Corse.

Nul doute que l'affluence sera encore importante.

Mais qui connaît vraiment ce village?

Pour le faire découvrir, un excellent petit film est maintenant disponible sur You Tube.

En employant un drone, il montre des vues tout à fait originales des différentes parties de la commune: l'église San Laurenzu,casa di u mele, u Ponte, u Fragnu, u Riu, les maisons de Muna, u Spuntinu, la chapelle du col de Sorru (car, on l'oublie souvent, le col fait partie de la commune de Murzu), et se termine par une vue sur la zone de Sorru in sù.

Profitez des images avant, le 23, de profiter de la fête.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de novembre en cliquant ICI:

--------------------------------------

 

Concert du groupe l'ALBA:

Samedi 11 Décembre

 église de Guagno à 16 h

Entrée : 10 €

--------------------------------------------------

CALENDRIER DES MESSES

Dimanche 5 décembre (St Nicolas):

     Guagno 11 h

Dimanche 12 décembre:

    Soccia 11 h

Vendredi 24 décembre (nuit de la Nativité):

   Poggiolo 18 h

   Soccia 20 h

   Guagno 23 h

Vendredi 31 décembre (Ringraziamentu):

   Couvent 18 h

   Guagno 18 h

Dimanche 2 janvier:

Orto 11 h

 

--------------------------------------

Vacances scolaires:

- Noël: du 18 décembre au 3 janvier

- Février: du 19 février au 7 mars

- Pâques: du 23 avril au 9 mai

- Fin des classes: 8 juillet

 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907