Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 18:09

De grands travaux sont en cours depuis plusieurs mois dans la montagne. L'article paru le vendredi 6 décembre 2013 dans "Corse-Matin" en a dévoilé leur nature et leur but.

Le maire de Guagno, Paul COLONNA, vient de réceptionner la première tranche de 4,7 km du chemin forestier qui aura au total 10 km et permettra de relier ce village aux sommets qui le séparent du Cruzzini. La forêt sera mieux exploitée. L'article de P. C. (Pascale Chauveau) l'explique fort bien.

L'or vert de Guagno et de Poggiolo

La commune de Guagno possède un véritable or vert avec ce vaste domaine forestier qui ne cesse d'être valorisé, comme l'indiquait un autre article écrit par J-M F le 21 mars dernier.

Par contre, une commune qui n'a que ses yeux pour pleurer, c'est POGGIOLO. A part un confetti dans le village, la municipalité ne possède rien.

Pour les forêts, un coup d'œil sur une carte de l'INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel) http://inpn.mnhn.fr/accueil/index montre bien la situation.

L'or vert de Guagno et de Poggiolo

Les lignes jaunes représentent les limites communales.

A Guagno, la surface verte est appelée "Forêt Communale de Guagno".

Sur le territoire de Poggiolo, les pentes de la montagne, des abords de Guagno-les-Bains jusqu'aux sommets du Tretorre et du Cerbello, forment la "Forêt Territoriale de Libio". Cette forêt a été au XIXème sièle l'objet de nombreux litiges entre les habitants de Poggiolo et de Rosazia (racontés dans l'article: "La fièvre monte à Libbiu). Maintenant, cet espace appartient à la Collectivité Territoriale de Corse qui n'en fait pas grand chose.

Les Poggiolais n'ont pas d'or vert.

Bravo aux Guagnais qui vont pouvoir mieux vivre grâce à leur forêt.

Accessoirement, les touristes pourront profiter de la nouvelle voie carrossable pour s'approcher facilement des rochers du Tretorre.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Chez nos voisins Actualités
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 18:03

Si l'on en croit "Corse-Matin" de samedi 28 décembre, les élections municipales se dérouleront sans aucune opposition à Soccia.

Élections tranquilles à Soccia?
Repost 0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 10:45

Dans son premier numéro de 2014, le bulletin "INSEME" anonce, entre autres:

  • Samedi 4 janvier: à 16 h, au couvent de Vico, galette du nouvel an, offerte par les Amis du Couvent. Tous les habitants du canton  sont invités à venir partager ce moment de convivialité.
  • Samedi 25 janvier: soirée pulenta et figatelli au couvent St François, à partir de 20 h. Inscriptions au couvent (04-95-26-83-83 le matin) ou auprès de Mme Bassi (06-75-33-42-95).

 

​"INSEME" est sur internet: http://inseme-bulletin.hautetfort.com/

 

PAR AILLEURS, le comité des fêtes de SOCCIA invite toute la population à venir déguster la traditionnelle galette des rois samedi 4 janvier à partir de 16 heures à la salle des fêtes.

Repost 0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 17:44

L'année 2013 a été une année très enrichissante pas du point de vue financier mais du côté de la culture:

- des réunions de travail ont préparé le terrain,

- des conférences ont montré l'avancée des recherches,

- des archéologues sont venus,

- des terrains ont été déblayés et examinés minutieusement.

- Finalement, un inventaire complet des vestiges historiques a pu être dressé et une grande partie du passé du village a été ressuscitée.

Ne vous trompez pas en lisant ces phrases. Le village concerné n'est pas POGGIOLO mais LETIA.

L'association LETIA-CATENA, présidée par Martin ARRIGHI, avait demandé, en décembre 2012, une demande de Prospection-Inventaire pour la commune auprès des instances culturels du Parc et de la CTC.

La méthodologie et les résultats de cette entreprise originale sont exposés dans le compte-rendu d'activité publié le 10 décembre dernier par LETIA-CATENA.

Le texte intégral a été reproduit parmi les Pages de ce blog: Un exemple de travail de recherche patrimoniale: Letia

Une année très enrichissante

Une telle entreprise peut servir de modèle aux communes qui veulent bien connaître leurs racines et garder leur identité.

Ainsi, grâce aux points 13 et 18 de ce texte, on apprend que des enregistrements vidéo de la tradition orale ont été réalisés. Il est urgent de multiplier ces entretiens avant que les témoins aient tous disparu. Chaque décès équivaut à la disparition de plusieurs livres de la bibliothèque de notre passé. Ne pourrait-on pas sauver ce que savent Fosca, Julie OLIVA et quelques autres Poggiolais?

Le point 16, qui décrit la redécouverte de l'ancienne église de Letia, peut faire rêver à une éventuelle recherche des traces de l'église de Sant'Anorilla, près des Trois Chemins, mentionnée par Geneviève MARACCHINI-MAZEL dans son ouvrage sur "Les églises romanes de Corse" publié en 1967.

Le compte-rendu traite également des découvertes d'anciens hameaux de Letia. A Poggiolo, il serait bon de retrouver, vers les Case Suprane, près de Saint Siméon, les restes des plus vieilles maisons du village.

Il serait également nécessaire de pouvoir mettre un peu d'ordre dans les connaissances sur l'époque la plus ancienne de Guagno-les-Bains.

Poggiolo n'est pas un lieu sans passé. Mais, pour retrouver ce passé, il faut de l'organisation et de la volonté.

En attendant, il faut lire le rapport LETIA-CATENA. Un exemple de travail de recherche patrimoniale: Letia

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Chez nos voisins Tempi fa
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 19:05

Pour la nouvelle année, voici un petit mélange d'images des lieux, des paysages et d'une partie des personnes qui forment notre communauté.

PACE E SALUTE !

 

Que 2014 vous soit très agréable !

Repost 0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 20:09

Joyeux Noël à tous les Poggiolais

et amis de Poggiolo et Guagno-les-Bains!

 

C'est Noël !

Profitez bien des fêtes. 

Votre blog va prendre une semaine de vacances. Vous le retrouverez mardi 31 décembre

Repost 0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 18:09

Le père Noël est né en Corse !

Vous ne saviez peut-être pas mais le plus célèbre des chants de Noël est… Corse. Eh, oui le petit papa Noël qui ne doit pas oublier notre petit soulier, sort tout droit de l’esprit de Tino Rossi. On ne fait pas plus Corse.

Et pourtant, le père Noël est arrivé assez tardivement sur l’île de beauté. Avant les années 50, on disait que c’était l’enfant Jésus qui était le donateur des bonbons et des oranges reçus pendant les fêtes. D’ailleurs, Jésus était un peu la star des festivités. Exemple : il n’y avait pas d’autre personnage dans la crèche…

Au Rocchiu ! Le Rocchiu, c’est le nom Corse qui désigne le bûcher de Noël, allumé devant l’église du village. Il était enflammé à la sortie de la messe de minuit le 24 décembre. La tâche de la préparation du bûcher revenait aux enfants du village, qui dès le matin du 24 s’activaient à rassembler et entasser les bûches. Mais pour compliquer la chose, le bois devait uniquement provenir des champs et des jardins du village. Ils passaient donc de fermes en fermes et de maisons en maisons à la recherche d’éclats, de bûches, de branchages, etc. en criant « Au Rocchiu ! ». Tout un programme. Le 25 décembre, après la disparition totale du feu, les cendres encore chaudes étaient ramassées par les villageois, qui les ajoutaient aux cendres de leur propre cheminée pour chauffer leur maison.

Le bûcher de Noël 2010 près de Saint Siméon.

Le bûcher de Noël 2010 près de Saint Siméon.

Toujours en lien avec les bûches, une vieille légende disait qu’il fallait bien compter les membres de la famille présents au repas de Noël et mettre autant de bûches dans la cheminée que de convives. Sinon, les fêtes de fin d’année suivantes seraient endeuillées du nombre de bûches manquant… Angoissant !

Jusque dans les années 1900, en Haute-Corse et plus particulièrement en Balagne, en Castagniccia et dans le Fiumorbu, il y avait une très belle coutume : celle des 7 veillées. Les jeunes gens en petits groupes allaient rendre visite à 7 familles du village. Ils apportaient à chaque fois une bûche de bois pour chauffer l’âtre. Ils restaient alors un petit moment pour discuter et partager les pâtisseries préparées par la mère de famille. Convivial, n’est-ce pas ?

Dans le temps, pour le repas de fête, on mettait toujours une assiette en plus à table… «u piattu di u puvarettu» ou l’assiette du pauvre. Et à la fin du repas, les enfants recevaient enfin leur orange de Noël tant attendue.

Après la messe de minuit, en revenant chez elles, les familles prenaient un petit en-cas. Elles faisaient alors griller à même la flamme des figatelli qui accompagnaient des beignets de courgette (des fritelle) et elles terminaient avec des châtaignes grillées et un fiadone. Une sacrée collation .

Comme partout ailleurs, le repas de Noël est plutôt copieux en Corse ! En entrée, la tradition veut que l’on commence par une dégustation d’œufs de mulet ou d’une brouillade d’œufs aux d’oursins, mais le prisuttu et la coppa constituent aussi des entrées très répandues. Le plat principal est constitué d’agneau roti et de polenta. En dessert, on goûte à la délicieuse « Ceppu di Natale Castagniu » c’est-à-dire : la bûche de Noël à la châtaigne.

Vous en retrouverez les recettes sur Cuisinez-Corse.com et dans la vidéo ci-dessous, extraite du journal de TF1 de 13 heures.

(texte extrait du site http://www.vacances-corses.com/)

Repost 0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 17:59
Le saint des hauteurs

Véronique EMMANUELLI, dans "La Corse-Votre hebdo" du 20 décembre, présente le nouveau livre "Tempi fà. Fêtes religieuses, rites et croyances populaires de Corse, deuxième tome" (annoncé dans ce blog par l'article Le livre des traditions).

Elle insiste sur le fait que "Tout au long de l'année, saints et saintes font irruption dans le cœur des insulaires, pour susciter une étincelle d'amour divin, exacerber les quêtes de sens et relier à des moments d'exception".

Chaque ville ou village est protégé par un saint particulier, différent selon les parties de la Corse.

Dans son dernier paragraphe, la journaliste donne l'exemple de saint Elisée, bien connu dans nos vilages sorrinesi:

Ce sont les randonneurs, les voyageurs et autres itinérants qui seront les plus sensibles à la parole de san Eliseu. Il y a toujours un trajet à faire pour atteindre "le prophète qui aurait vécu au VIIIe siècle avant JC".
Et pour cause, le saint est "vénéré de manière systématique sur les hauteurs". Dans l'île, il s'est installé "sur le chemin qui menait les bergers de la piève des Deux-Sorru vers le plateau du Camputile".

Chapelle saint Elisée

Chapelle saint Elisée

Il y a une autre chapelle, une autre statue et d'autres messes à "1.555 mètres d'altitude dans une zone d'estive des bergers du Venacais".
Dans tous les cas, il est bienveillant à l'égard des gens de la montagne. "Les bergers sont reconnaissants et ils savent que tant qu'ils seront sous la protection de san Eliseu, ils pourront vivre en paix et heureux", témoigne Catalina Cesari.

Repost 0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 18:09

Il y eut autrefois des cartes postales de Poggiolo, et des articles de ce blog leur ont été consacrés:

Poggiolo aux enchères

Le coin à transformations: précision grâce à une carte postale inédite

Mais, actuellement, on ne trouve plus aucune vue du village au verso de laquelle on puisse écrire à nos amis ou parents que l'on passe des vacances merveilleuses dans un lieu idyllique !!!

Cependant, il existe au village une carte postale que chacun peut se procurer facilement.

LA VOICI !

La seule carte postale actuelle

Mais oui, c'est une véritable carte postale.

La preuve au verso:

La seule carte postale actuelle

L'espace prévu pour la correspondance et l'espace pour l'adresse sont bien indiqués, de même que le nom de la photo:

"EGLISE SAINT SIMEON DE POGGIOLO

Notre Dame du Rosaire"

Rien de plus simple pour se la procurer. En entrant dans "l'église d'en haut", immédiatement à gauche, vous trouverez un petit paquet de cartes. Vous en prenez une ou plusieurs et vous mettez une ou plusieurs pièces de monnaie dans le panier qui est à côté.

Le petit problème est qu'il faut être présent lors d'une cérémonie pour que l'église soit ouverte, ou alors il faut demander la clef.

Mais quel est ce tableau qui a été choisi pour imprimer cette carte?

Il se trouve à Saint Siméon, dans une chapelle latérale.

La seule carte postale actuelle

Que représente-t-il exactement et quelle est son importance?

Il est facile de reconnaître la Vierge portant Jésus enfant. Elle donne un chapelet à deux saints agenouillés devant elle.

L'identité de ces personnes est donnée par un document officiel: l'arrêté du Ministère de la Culture, daté du 6 mai 1982, classant divers objets de Corse parmi les monuments historiques. Il décrit une toile du XVIIe siècle comme une "Vierge à l'Enfant remettant le Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne".

Un petit problème est que ce document place cette toile dans l'église d'Orto. Poggiolo est mentionné seulement pour la cuve baptismale et le tabernacle, d'ailleurs présents sur le site officiel http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapapal_fr

La seule carte postale actuelle

La fête de Notre-Dame du Rosaire rappelait la victoire de Lépante le 7 octobre 1571, bataille qui unit l’Espagne, la république de Venise et les États pontificaux contre l’envahisseur turc, victoire qui fut attribuée à la récitation du rosaire demandée alors par le pape saint Pie V. Son successeur Grégoire XIII changea en 1573 le nom de cette fête locale en fête du Saint-Rosaire, fixée le premier dimanche d’octobre.

Clément XII étendit la fête du Saint-Rosaire à l’ensemble de l’Église catholique de rite latin en 1716.

Mais ce thème eut très vite un grand succès en Corse et dans notre piève.

Déjà, en 1698, Mgr Giovanni Battista COSTA, évêque de Sagone, mentionna, dans sa visite à Poggiolo, une "chapelle du très St Rosaire récemment érigée dans l'église avec charpente".

La seule carte postale de Poggiolo existant actuellement est donc celle d'une œuvre d'art qui témoigne de la forte dévotion d'autrefois.

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 16:11

Si vous n'avez pas terminé les courses de Noël, pensez au nouvel ouvrage de la série "Tempi fà" que publient les Editions Albiana.

Les deux premiers volumes, consacrés aux arts et traditions populaires de Corse, ont été un très grand succès. Le premier était sorti en 2007 (il avait eu le Prix de la Collectivité de Corse 2008) et le tome 2 en 2009.

Pierre-Jean LUCCIONI, journaliste à France 3 Corse depuis trente ans, s'était associé à Ghjasippina GIANNESINI, docteur en anthropologie, professeur certifiée et auteur d'une importante collecte sur le patrimoine immatériel de la Corse, pour préparer le tome 3 sur les "fêtes religieuses, rites et croyances populaires" (voir l'article paru le 2 décembre 2010:  Y aura-t-il le tome 3 au marché de Noël?).

Tous deux viennent de produire:

"Tempi fà. Fêtes religieuses, rites et croyances populaires de Corse, Deuxième tome : de la San Ghjuvanni (24 juin) à la Sant’Andria (30 novembre)"

Illustré par 660 photographies, ce livre offre une double vision, anthropologique et journalistique, des croyances et des rites religieux de la Corse.

Avec le même souci du partage et de la restitution fidèle que les autres ouvrages de la série Tempi fà, les auteurs proposent de rappeler combien la religion fut et reste présente dans le cœur des insulaires et combien elle recouvre des aspects souvent méconnus, curieux, singuliers. Avec ce deuxième tome, c'est l'univers spirituel qui baigne une grande partie de la culture insulaire qui est mis en valeur, venant compléter avec bonheur le travail entamé dans le précédent ouvrage.

Une sélection de pages du livre peut être feuilletée à l'adresse:

http://issuu.com/editions_albiana/docs/tempi_f__

La commande peut être faite directement sur le site des Editions Albiana:

http://www.albiana.fr/Religion-%E2%80%93-Spiritualite/Tempi-fa-br/-Fetes-religieuses-rites-et-croyances-populaires-de-Corse-2.html

Le livre des traditions
Repost 0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Le calendrier poggiolais

 

Début des vacances d'été: samedi 8 juillet midi.

Festival Sorru in Musica: du 21 au 30 juillet.

Fête de saint Roch: mercredi 16 août.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907