Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 18:10

Pierre MARTINI nous a fait découvrir des vues aériennes de Poggiolo. Il nous régale encore avec ce film d'un drone survolant Muna.

 

Ce village, longtemps isolé de Murzo et Vicu par l'absence de route, a perdu tout résident permanent. Cette vidéo montre l'étagement des maisons sur le versant de la montagne et permet de savoir lesquelles sont en ruines et lesquelles sont encore entretenues. On pourra aussi remarquer les restes de cultures en terrasses et la vue vers la mer.

 

Pour des photos plus précises, vous pourrez vous reporter à l'article BIENVENUE A MUNA déjà publié sur ce blog.

 

 

 

Pour avoir une idée de l'effort que représentait le cheminement jusqu'à ce village avant la construction de la route, regardez également le film intitulé "Sur la route de Muna" consacré aux expéditions de Poggiolais en 1968 et 1969.

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 17:51

Il existe des photographies aériennes de Poggiolo (voir article précédent) mais il n'y avait pas encore de film permettant d'admirer le village par la voie aérienne.

Ce manque vient d'être comblé par Pierre MARTINI, fils de Jean-Pierre et petit-fils de Raymond.

Il a utilisé fin octobre 2017 un drone équipé d'une caméra pour survoler les maisons et donner de belles images avec des angles originaux.

Le résultat en est un film qui vient d'être mis sur YouTube. Admirez Poggiolo comme vous ne l'avez jamais vu... et essayez de compter combien des douze merveilles poggiolaises ont été filmées.

Pour bien profiter de ces images exceptionnelles, mettez la vidéo en plein écran.

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 18:00

 

Si la liste des douze merveilles poggiolaises a été présentée dans deux récents articles (Les douze merveilles de Poggiolo: de 1 à 6 et Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12), encore faut-il savoir comment l'utiliser.

 

Connaissez-vous le guide touristique de Poggiolo? La carte des merveilles poggiolaises.

Le plus pratique, surtout pour les personnes ne connaissant pas le village, est de disposer d'un guide touristique avec une carte donnant la localisation exacte de chaque lieu remarquable de Poggiolo et suggérant un ordre à suivre. 

 

Une photo aérienne trouvée sur le site de l'IGN Géoportail peut servir de fond de carte.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

Station 1: la piazza Inghjo.
Station 2: la chapelle St Roch
Station 3: l'ancien café St Roch
Station 4: maison Ceccaldi
Station 5: le monument aux morts
Station 6: la fontaine du Lucciu
Station 7: les restes de rigoles
Station 8: séchoir et four 
Station 9: maison Pinelli
Station 10: croix de Tanellu
Station 11: les oliviers
Station 12: église Saint Siméon 

 

Ce guide serait certainement très utile pour des touristes à qui il serait distribué l'été.

Mais, si ce guide n'est pas imprimé, peut-être que les possibles futurs visiteurs regarderont cet article et qu'il leur sera utile...

On peut rêver !

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 17:43
Les couleurs des confréries

Les couleurs sont très variées sur cette photo qui montre plusieurs membres de confréries présents le 3 mars dernier à Cauro à l'occasion de l'intronisation de la Cunfraterna di a Santa Croce di u Prunelli. Mais les couleurs des vêtements ne sont choisies pour faire joli.

Elles ont une signification spirituelle. 

 

Les couleurs des confréries

 

Les confrères de la nouvelle association ont une aube blanche. Le blanc est la marque de la Foi et de l'Absolue Perfection de Dieu.

Autour de la taille, un cordon vert symbolise l'Espérance de la résurrection.

Les épaules sont recouvertes d'un camail, pèlerine courte de couleur noire, qui représente l'épreuve, la pénitence, le renoncement à la vanité de ce monde.

 

Les couleurs des confréries

 

Sur le côté, est dessinée une croix potencée rouge. Le rouge est couleur du Saint-Esprit et de l'Amour sincère. La croix potencée, emblème de l'ordre du Saint-Sépulcre créé au temps des croisades, rappelle également les cinq plaies du Christ.

 

Des renseignements plus précis se trouvent dans la brochure éditée par la Cunfraterna et qui est reproduite au bas de cet article.

 

Vous pourrez ainsi réfléchir sur le sens des couleurs choisies par la Cunfraternita di u Padre Albini présente dans les Deux Sorru.

le père BONNAFOUX et Elisabeth BERFINI, prieur de la Cunfraternita di u Padre Albini.

le père BONNAFOUX et Elisabeth BERFINI, prieur de la Cunfraternita di u Padre Albini.

 

Ne manquez pas de rencontrer les membres de

la Cunfraternita di u Padre Albini

le 29 mars.

 A l'occasion du Jeudi Saint, ils animeront

l'office des ténèbres dans l'église d'Orto à 21 heures.

Les couleurs des confréries
Les couleurs des confréries
Partager cet article
Repost0
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 18:00
Tradition et modernité des confréries

La confrérie Santa Croce di u Prunelli a été installée samedi 3 mars en l'église de Cauro. Les lecteurs de ce blog, axé sur Poggiolo et les Deux Sorru, trouveront peut-être que cette information concerne un lieu bien exotique. Mais ils pourraient quand même être intéressés.

 

TRADITION

Cette confrérie n'est pas vraiment une nouveauté car elle reprend ses activités dans la vallée du Prunelli après soixante-dix ans de sommeil.

Avant la deuxième guerre mondiale, ces associations religieuses étaient nombreuses.

A Soccia, il existait la confrérie du Saint Rosaire à laquelle MAISTRALE avait consacré un poème comique décrivant la procession du 4 octobre 1923 (voir les liens à la fin de cet article).

Les confréries étaient anciennes.

Ainsi, lors de sa visite apostolique de 1589, l'évêque MASCARDI trouva l'église San Simeone de Poggiolo "rendue inconfortable par la construction d'un solario (compartiment) où les confrères font leurs offices".

Au siècle suivant, le 4 juin 1686, De PETRIS, délégué de Mgr SPINOLA, constata qu'il y existait "deux confréries, une pour hommes (...), une pour femmes". 

 

 

membres des confréries présentes le 3 mars à Cauro

membres des confréries présentes le 3 mars à Cauro

 

MODERNITÉ

Mais ces confréries sont très modernes car elles attirent de nombreux Corses. 

En 2012, on comptait 66 confréries regroupant plus de 3000 confrères, soit 1% de la population de l'île (voir article de Corse-Matin).

Le plus remarquable dans la renaissance de la Cunfraterna di A Santa Croce di u Prunelli est que, sur ses 25 membres, elle comprend de nombreux jeunes, comme le montre une photo de l'article de "Corse-Matin" publié ci-dessous.

De plus, Cauro et les communes voisines font désormais partie de la banlieue d'Ajaccio. Les confréries ne sont pas l'apanage des petits villages perdus dans la montagne. 

Même éloignés de l'île, les Corses sont attachés à ces associations.

Ainsi, Jean DAL COLETTO, président de la Fédération des Groupements Corses de Marseille et des Bouches-du-Rhône, qui représente les Corses de la diaspora au sein du tout récent CESEC (Conseil économique, social, environnemental et culturel), est un fervent confrère de la Vénérable Archiconfrérie St Joseph de Bastia. 

Les missions des confréries sont importantes dans plusieurs domaines:

présence aux cérémonies religieuses, actions caritatives, visites aux malades, soutien aux familles endeuillées....

La brochure présentant la nouvelle Cunfraterna écrit que "la Vallée du Prunelli retrouve une présence de Confrérie liturgique et caritative afin de faire renaître des actions sociales et fraternelles, à la lumière de la foi chrétienne". 

 

Autres renseignements sur les confréries:

 https://www.parolesdecorse.fr/la-resurrection-des-confreries/​​​​​​​

Liste des confréries de Corse sur le site du diocèse.

article paru dans "Corse-Matin" du 5 mars 2018. Cliquer pour l'agrandir.
article paru dans "Corse-Matin" du 5 mars 2018. Cliquer pour l'agrandir.

article paru dans "Corse-Matin" du 5 mars 2018. Cliquer pour l'agrandir.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 17:50

Parmi tous les sujets dont doit s'occuper la Collectivité unique de Corse, celui de l'éducation est un des plus importants.

En 2040, les moins de 20 ans seront moins nombreux que les Corses ayant dépassé 75 ans. Il faut donc former ces jeunes qui constituent "un précieux trésor" pour le développement de l'île.

Pour lutter contre le vieillissement et la désertification rurale, un projet novateur a été présenté par Jacques ORSONI, professeur émérite à l'Université de Corse, et Philippe DUBREUIL, inspecteur général à la retraite. Tous deux membres du groupe de réflexion Corte 96, ils ont présenté l'idée d'un "cartable numérique" adapté aux classes rurales.

Philippe DUBREUIL

 

Plutôt que de fermer des écoles et d'obliger les élèves à de pénibles trajets, les écoliers d'un même secteur scolaire travailleraient une partie de la semaine dans leur village en télé-enseignement. Ce serait l'application d'un principe nouveau: "Une école qui vient à l'enfant, et non plus un enfant qui va à l'école".

Les détails sont donnés dans l'entretien recueilli par Véronique EMMANUELLI et publié dans "Corse-Matin" le 9 février.

Cliquer sur l'image pour bien lire le texte.

 

Une école qui vient à l'enfant
Partager cet article
Repost0
10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 18:00

A l'occasion de ses vingt ans d'existence, le bulletin "Inseme" fait appel aux bonnes volontés. Dans le numéro 350 du mois de mars, Annie ABBAMONTE écrit combien il est difficile de publier ces douze pages mensuelles d'une publication qui est indispensable pour faire un lien entre les habitants des Deux Sorru. Le texte en est reproduit ci-dessous.

Toutes les personnes qui auraient des articles à envoyer ou qui pourraient donner un peu de temps pour la rédaction et l'expédition du journal seraient les bienvenues.

S'adresser à INSEME, couvent St François, 20160 VICO 

Téléphone: 04-95-26-83-83.

 

INSEME A 20 ANS 

Quel bel âge! On dit que c'est le plus beau de notre existence! Même si cela reste à démontrer. 

Quand Inseme a été créé, sous la houlette de Jean-Pierre Bonnafoux, il y avait beaucoup de bénévoles. Puis les uns sont partis, laissant la place à d'autres. Au fil des années, chacun d'entre-nous a apporté sa touche personnelle, même s'il n'est pas toujours évident de s'investir dans l'écriture si l'on n'a pas la plume facile ou une formation adéquate. Mais «cahin-caha», en ce moment c'est plutôt « caha », nous avons réussi à atteindre ce bel âge. 

Néanmoins il faut nous rendre à l'évidence, nous ne sommes plus assez nombreux (ses). Chaque mois, il faut trouver des idées de sujet, réaliser les interviews si besoin, rédiger, demander à nos contacts de faire des compte-rendu, mettre tout çà en page pour réaliser la maquette, l'imprimer, l'acheminer vers le village qui est chargé de le plier, le récupérer, faire les étiquettes et la mise sous pli pour les envois aux abonnés, et enfin, le distribuer dans tout le canton... Une mécanique bien huilée mais qui s'enraye, comme ces derniers mois, dès lors que l'un d'entre nous est moins disponible... 

De ce fait, toute nouvelle contribution est la bienvenue. Vous pouvez aussi simplement nous envoyer un article lorsque vous avez envie ou besoin de dire ou raconter quelque chose (certains le font déjà). Vous pouvez aussi nous suggérer des idées de sujet, nos pages sont grande ouvertes. 

L'équipe actuelle essaie d'inscrire dans la durée le travail âccompli par toutes celles et ceux qui nous ont précédés. Nous avons une pensée particulière pour ceux qui nous ont quittés pour toujours : Jean-Martin Franceschetti, Claude Julien, Charles Rocca, Marcel Hertz, les pères Omi Jo Thévenet, Hubert Sarrasin et Piergiogio Piras, on ne les oublie pas. 

Longue vie à Inseme. 

Annie Abbamonte 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 18:00
Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

Sur les douze merveilles de Poggiolo, l'article précédent en avait présenté six. Voici la suite du chemin qui pourrait être créé dans le village pour les faire découvrir.

 

 

Station 7: les restes de rigoles d'irrigation

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12
Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12
Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

A l'angle de la route et de la stretta, on peut encore voir des rigoles descendant en pente plus douce que le chemin. Malheureusement, le côté stretta a été cimenté et se devine à peine alors qu'il permettait autrefois de s'y asseoir. 

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

Ce sont les vestiges de l'ancien système d'irrigation. Depuis le réservoir situé en haut du village, l'eau était distribuée pour cultiver les jardins potagers selon un calendrier et un horaire très précis. Celui dont le tour arrivait bouchait ou débouchait telle ou telle rigole pour recevoir l'eau qui était nécessaire à ses plantes.

Voir les articles:

- les rigoles des Cévennes et de Poggiolo

- Tenir le mur (première partie)

Poggiolo vu par un adolescent de 1963 - 6/8: le travail agricole

 

 

 

Station 8: séchoir et four d'Ernestine

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

Juste au dessus des rigoles, se trouve la maison d'Ernestine avec un bâtiment rond. Il s'agit d'un ancien séchoir à châtaignes, d'où la possibilité de décrire l'importance de la culture des châtaigniers.

Par ailleurs, un four à pain a été installé devant le séchoir. Il est indispensable de parler de la douzaine de fours ayant existé au village, et dont certains sont parfois encore en activité.

Une station spécifique pour les fours peut se concevoir devant St Roch (sur la place Orazy) ou près de la place Inghju. 

four place Orazy

four place Orazy

Voir l'article Les fours de Poggiolo.

 

 

 

Station 9: maison Pinelli

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

La maison de la famille PINELLI serait la plus ancienne de Poggiolo: elle aurait été construite en 1610, d'après les recherches effectuées par Toussaint PINELLI et publiées en 1995 (un prochain article reviendra sur son travail).

Surtout, dans cette habitation, naquit et mourut l'abbé Gian Antonio PINELLI (1760-1832) qui fut surnommé "L'homme le plus cultivé de Corse". Il joua un rôle important en Corse pendant la Révolution française, devint secrétaire général du département sous Napoléon, puis conseiller général et rassembla une très grande bibliothèque.

Sa vie est raconté dans les articles:

L'homme le plus cultivé de Corse (1/3)

L'homme le plus cultivé de Corse (2/3)

L'homme le plus cultivé de Corse (3/3)

 

 

 

Station 10: croix de Tanellu

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

Cette croix, placée devant la maison CHABROLLE, permet de parler du grand nombre de croix placées sur les chemins et de raconter la vie du père ALBINI. Celle-ci rappelle sa prédication de 1838. L'importance du couvent de Vico est à évoquer. 

Voir les articles:

Tout sur le Père Albini

Les croix poggiolaises (2/5: les balises)

Solution de la devinette: croix de fer...

On peut prévoir de montrer la croix du Fragnu qui marque l'entrée du village mais elle est éloignée de ce circuit et n'est pas forcément liée au Père ALBINI.

 

 

 

Station 11: les oliviers

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

Plus haut, la stretta longe les oliviers de Dumé (Dominique PINELLI), beau prétexte pour décrire cette culture, qui n'existait pas avant le début du XIXème siècle dans le village et qui est possible grâce à l'exposition et à l'altitude de Poggiolo.

Voir l'article Les oliviers sont couverts

 

 

 

Station 12: église Saint Siméon 

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

Sans entrer dans l'église, plusieurs informations sont à donner:

- sa position correspond au croisement des sentiers d'autrefois qui permettaient de se rendre à Orto, Soccia et Guagno-les-Bains;

- elle fut le lieu du meurtre de 1634 (voir l'article "Du sang à Saint Siméon");

- elle était l'église piévane, son curé ayant autorité sur toute la pieve;

- elle est sur l'emplacement de l'ancienne église sous laquelle était l'arca, la fosse commune;

- elle est entourée du cimetière communal (derrière elle), d'un cimetière privé (au-dessus d'elle) et de trois caveaux familiaux (au-dessous).

On peut donc décrire l'organisation ecclésiastique ancienne et les pratiques funéraires.

Voir les articles :

A la recherche de l'arca perdue

Les caveaux poggiolais

Un cimetière privé

 

Quant à l'intérieur, le panneau pourrait énumérer les richesses de l'église:

- le tableau "la déposition du Christ" de Damaso MAESTRACCI (voir l'article Solution à la devinette du mois: pour les Poggiolais, le Christ était noir)

- le tabernacle en bois sculpté, de facture franciscaine, du XVIIème siècle, classé sur la liste des Monuments historiques

Les douze merveilles de Poggiolo: de 7 à 12

- les fonts baptismaux en marbre, de la même époque, classés également

- le tableau de "Vierge à l'Enfant remettant le Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne", de la même époque, classé lui aussi. Voir l'article La seule carte postale actuelle.

 

 

Alors, existe-t-il, oui ou non, de la matière pour organiser un circuit de découverte des merveilles de Poggiolo?

Partager cet article
Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 08:29

Les habitants des Deux Sorru seront certainement ravis d'apprendre une nouvelle promotion:

Le Cesec (Conseil économique social environnemental et culturel de Corse) ayant procédé à la mise en place de ses commissions spécialisées, Hélène DUBREUIL a été élue avec 38 voix (la majorité absolue était de 30) mardi 6 mars présidente de la commission éducation formation jeunesse.

Toutes nos félicitations et tous nos souhaits de réussite dans ces nouvelles fonctions.

Session du CESEC. Hélène est au troisième rang (photo CNI).

Session du CESEC. Hélène est au troisième rang (photo CNI).

Une nouvelle présidente

La composition du bureau et des commissions se trouve sur le site du Cesec.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 18:30
L'analyse d'Edmond Simeoni sur l'attitude du président Macron

La difficile élection du président du Cesec (Conseil économique, social,environnemental et culturel), le 1er mars, a révélé les difficultés de la mise en place de la CdC (Collectivité de Corse) qui remplace région et départements. La nouvelle organisation des services devant gérer les 4660 agents des trois défuntes institutions se fait lentement. Il est vrai que l'esprit de la majorité territoriale est occupé par la future révision constitutionnelle dont on ne connaît pas les détails, de même que personne ne sait ce que veut vraiment le président Macron.

 

 

Pour Edmond SIMEONI, la situation est claire. Il le montre dans un texte publié sur son blog (https://www.edmondsimeoni.com) le 1er mars.

Exceptionnellement, nous le publions ici car il peut servir à analyser l'attitude gouvernementale et à comprendre que les Corses ne doivent pas perdre leur temps et leur énergie à de petites mesquineries.

Pour le patriarche du mouvement nationaliste, Emmanuel MACRON ne s'intéresse qu'à l'économie et pas à l'humain. La Corse ne l'intéresse pas car elle n'est pas un enjeu important à l'échelle mondiale. Les Corses ont perdu confiance en lui et ils doivent travaillerensemble, sans violences, pour obtenir l'autonomie. En conclusion:

"Construisons tous ensemble à l’intérieur de l’île et dans des partenariats avec l’extérieur, - Union Européenne, Méditerranée, Monde- la Corse émancipée qui permettra à notre peuple, à terme d’être libre, reconnu et de maitriser son destin interne dans l’île. Inéluctablement."

L'analyse d'Edmond Simeoni sur l'attitude du président Macron

 

----------------

 

Edmond Simeoni 1 mars, 11:37

Macron et la Corse


Il n'y a pas d'énigme Macron concernant la Corse. Ses choix sont limpides.
Le Président de la RF, est un homme pressé, affairé, ambitieux ; il voit le monde à travers le diagramme les ratios, la productivité ; il est parfaitement à l’aise à Davos et il vit les rendez-vous avec les grands de ce monde avec une jubilation manifeste. Il croit que le monde économique en particulier doit être tiré vers le haut, par des entreprises leaders performantes et qu’ainsi le cycle vertueux finira par profiter à toutes les bases.


On cherche en vain dans sa démarche générale, une once d’humanité, de compassion, de compréhension; on a l’impression, peut-être fausse, qu’il considère les sociétés, les peuples, les entreprises, les institutions comme de simples variables d’ajustement qui doivent progressivement trouver leur juste place, grâce à l’harmonie rédemptrice du capital, des grands groupes, des financiers ! Un fantasme.


A mon sens, le lien avec la Corse est clair ; il ne connaît pas du tout le dossier et la modestie des enjeux locaux, à l’échelle mondiale, le dissuade de s’y intéresser ; mieux, son irritabilité est entière sur le sujet ; si on analyse objectivement son rapport à l’île depuis son élection à la Présidence de la République, il est rythmé par l’affirmation de non répétés, martelés et repris par toute son équipe à propos des revendications démocratiques de la Corse parce que validées par le suffrage universel. Nous avions la candeur de croire ou on faisait semblant de croire que cette onction serait un sésame imparable. Comme Paris n’a cessé de le prêcher depuis des décennies…pour le refuser aujourd’hui.


L'analyse d'Edmond Simeoni sur l'attitude du président Macron

Des questions se bousculent si on analyse la séquence récente de sa venue en Corse:

  • 
Pourquoi a-t-il choisi pour son premier voyage officiel la date anniversaire de l’assassinat du Préfet Erignac, en présence d’une famille toujours profondément traumatisée ?
  • 
Pourquoi a –t-il choisi de se faire accompagner par l’Ancien ministre de l’intérieur Mr JP Chevènement, dont le principal titre de gloire est d’avoir validé à postériori l’incendiaire volontaire des paillotes, le préfet Bonnet, flanqué d’un gendarme de haut rang ? Nous ne pouvons pas oublier que le véritable objectif de cette pantalonnade ridicule, non sanctionnée, sinon amnistiée, était de créer la guerre civile en Corse. Heureusement que ce sinistre calcul a échoué. On comprend mieux pourquoi le staff présidentiel du voyage était dominé par un quarteron de la préfectorale, une caste, porteuse non pas de paix, mais de vengeance éternelle.
  • Pourquoi au décours de ce voyage, les éminences gouvernementales qui « dialoguent » avec les responsables de la CTC, alternent les refus, les ambigüités, les attitudes dilatoires? Créant ainsi une défiance et un malaise majeurs.

  • Pourquoi l’Etat pose- il sans arrêt des « lignes rouges » qui ne sont en fait que des préalables, alors que la Corse demande simplement un « dialogue sans tabou ni préalable » ; tout simplement sans doute parce qu’il bénéficie d’un rapport de force très favorable (répressif, financier, économique …) ?


Il faudrait une totale cécité pour refuser d’admettre que le Président Macron est totalement, foncièrement et sans doute irrémédiablement hostile à tout traitement politique de la « question corse ». La conception et la réalisation de sa récente venue en Corse ne rentrent pas dans le cadre de la maladresse ou de l’incompréhension, mais tout simplement dans celui de la provocation.


Chacun sait qu’il ne peut y avoir de rapport humain sans qu’il existe la confiance. Nous l’avons perdue depuis longtemps. Il faut poursuivre notre chemin sans outrances, sans violences avec pour objectif un statut d’autonomie de plein droit dans la République. Le fait de se placer en dehors du droit international et des usages en la matière le laisse indifférent, comme le jugement éclairé d’une opinion publique et d’une conscience internationales, largement sensibilisées.

Construisons tous ensemble à l’intérieur de l’île et dans des partenariats avec l’extérieur, - Union Européenne, Méditerranée, Monde- la Corse émancipée qui permettra à notre peuple, à terme d’être libre, reconnu et de maitriser son destin interne dans l’île. Inéluctablement.


Dr Edmond Simeoni

Président de Corsica Diaspora et des Amis de la Corse


Lozzi le 01 mars 2018
 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907