Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 18:00

Dans le cadre de la prochaine DSP (délégation de service public), la compagnie La Méridionale risque d'être évincée des principales lignes maritimes entre la Corse et le Continent.

Une pétition est ouverte pour la défendre et s'opposer au monopole d'une seule société.

 

 

Garder le choix contre le monopole
Les monopoles vous dérangent ?
 
Garder le choix
De la réservation au débarquement, votre satisfaction est notre obsession permanente. Depuis 40 ans au service de la Corse, La Méridionale est reconnue pour sa fiabilité ainsi que pour la qualité des prestations délivrées à ses passagers. Aujourd'hui, elle est également pionnière en matière de solutions écologiques dans le domaine du transport maritime : connexion électrique des navires à quai, filtre à particules, protection des cétacés...
Mais demain ?
Suspendue à une décision administrative, notre mission entre Marseille et la Corse pourrait cesser aux profit d'une seule et même compagnie.
Les monopoles vous dérangent ? Faites-le savoir: https://www.facebook.com/garderlechoix

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 18:00

Francescu-Amatu ARRIGHI a récemment retweeté un message de l'ARS présentant l'action de Geneviève STROMBONI au sein du foyer de Vico: elle pratique le yoga du rire ! 

Les seniors se marrent à Vico

Partager cet article

Repost0
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 18:00

Dimanche 24 mars, à l'occasion de la journée mondiale de l'eau organisée par l'UNESCO, vous êtes tous conviés à 9 h 30 à la messe et à un pot de l'amitié à la fontaine du couvent de Vico.

 

Mon Dieu, tu es si grand!

Dans les ravins tu fais jaillir les sources,

elles cheminent au milieu des montagnes;

elles abreuvent toutes les bêtes des champs,

les onagres y calment leur soif;

l'oiseau des cieux séjourne près d'elles,

sous la feuille il élève la voix.

De tes chambres hautes, tu abreuves les montagnes. (Ps 104)

Une des images officielles de la journée de l'eau (UNESCO).

Une des images officielles de la journée de l'eau (UNESCO).

Dans l'acte de donation des terres destinées à la construction du couvent de Vico, du 20 juin 1481, et signé par Giovan Paolo de LECA, nous lisons:

"Par leur volonté expresse et de plein consentement, les habitants de Nesa font donation des eaux de la fontaine "alli vie forci" afin que les frères précités puissent en user autant qu'il leur sera utile et la canaliser pour leur couvent et pour l'arrosage de leur jardin...".

 

Signature de Giovan Paolo de Leca sur son testament de 1487 (extrait de "le couvent St François de Vico" par le P. Louis Doazan).

Signature de Giovan Paolo de Leca sur son testament de 1487 (extrait de "le couvent St François de Vico" par le P. Louis Doazan).

 

Depuis les temps immémoriaux du flanc de la montagne Cuma elle jaillit fidèle et généreuse. Les générations des frères franciscains puis missionnaires oblats et tant de visiteurs, pèlerins s'abreuvaient à la fontaine "du couvent". Encore aujourd'hui elle désaltère, rafraîchit la vie du couvent et s'offre généreusement à tous ceux qui viennent la chercher...

 

"Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Eau qui est très utile et très humble, précieuse et chaste" (St François).

 

Venez célébrer Celui qui est la source de la Vie!

 

Père Greg omi

(texte publié dans "Inseme" de mars 2019)

Partager cet article

Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 18:00

A la demande de plusieurs lecteurs, nous publions l'ensemble des photos accompagnant l'article, évoqué dans notre publication du 12 mars (http://poggiolo.over-blog.fr/2019/03/agora.html), paru dans "Corse-Hebdo" du 29 décembre 2000 et consacré à la façon dont les Poggiolais maintenaient une vie solidaire dans la commune . Les photos étaient de Pierre-Antoine FOURNIL. 

 

 

Dans cette double page, la première photo montrait le village avec son environnement en partie couvert par le titre de l'article.

Les Poggiolais de l'an 2000

Deux clichés faisaient connaître des personnalités dont deux sont maintenant décédées.

Les Poggiolais de l'an 2000
Les Poggiolais de l'an 2000

Comme pour la photo du bar, les noms des personnes groupées devant la fontaine ne sont pas dans l'ordre.

Les Poggiolais de l'an 2000
Les Poggiolais de l'an 2000

Partager cet article

Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 18:00

Les habitants du haut-canton ont eu la surprise et le plaisir de recevoir dans leurs boîtes aux lettres le prospectus suivant, imprimé en corse.

Entrez dans la ronde des livres de Soccia

Si vous ne comprenez pas, ne vous inquiétez pas: la feuille contient aussi la traduction en français.

Photos Bernard Franceschetti

Photos Bernard Franceschetti

L'annonce de l'ouverture d'une bibliothèque à Soccia est une excellente nouvelle.

Même à l'époque du numérique, le contact matériel, charnel, avec le papier est irremplaçable. Il est bon de prendre son temps pour lire, tourner les pages, reprendre, revenir en arrière, bref, savourer. Et, dans une bibliothèque, on peut croiser d'autres amateurs et discuter. Une bibliothèque rompt l'enfermement individuel devant un écran.

 

 

Une bibliothèque a déjà existé à la mairie de Soccia.

Mais il y a longtemps.

Dans les années 60, quand la mairie était au centre du village, à côté du bar, une salle était consacrée aux livres.

Ancienne mairie de Soccia (photo Michel Franceschetti)

Ancienne mairie de Soccia (photo Michel Franceschetti)

L'animatrice en était Judith OTTAVI (pas encore épouse POLI), qui fut institutrice à Guagno-les-Bains, Poggiolo et Soccia. Un adolescent de l'époque se souvient y être allé plusieurs fois depuis Poggiolo, à pied évidemment, pour emprunter des livres de poche, surtout des œuvres de Giraudoux et d'Anouilh, et des revues d'histoire corse, comme "Corse historique" et "Etudes corses".

Dans cette dernière revue, le nom de Judith était même mentionné (numéro de juillet 1957).

 

Extrait du site Gallica.

Extrait du site Gallica.

Ce jeune allait ensuite lire dans la maison familiale ou à l'ombre d'un arbre aux Trois Chemins. A l'époque, il n'y avait ni déchèterie, ni troupeau de cochons, ni dépôt de matériau.

 

 

Bien plus tard, grâce à Jean Martin FRANCESCHETTI, une bibliothèque importante a existé à Poggiolo

Installée dans la mairie, elle contenait plusieurs centaines de livres très variés et permettait aux Poggiolais de tout âge de trouver des titres très divers.

Malheureusement, le décès de Jean Martin a entraîné la fermeture de la bibliothèque en août 2013. Qui pourrait reprendre cette activité?

Photos Michel Franceschetti.
Photos Michel Franceschetti.

Photos Michel Franceschetti.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 19:05

Un préavis de grève a été déposé à la Poste d’Ajaccio car la direction refuse d’accorder les heures données traditionnellement aux salariés afin qu’ils puissent suivre les festivités de A Madunnuccia, ND de Miséricorde, patronne de la ville.

Au-delà des croyances religieuses personnelles, la décision de la direction de la Poste montre le peu d'importance accordé aux traditions locales par une administration désincarnée.

 

Voici le texte de l'article publié dans "Corse-Matin" aujourd'hui jeudi 14 mars.

photo Emilie Raguz

photo Emilie Raguz

A Madunnuccia, mère de miséricorde au coeur suave et si doux, n'invite pas toujours à la prière et à l'espérance. Au centre financier de La Poste, à Ajaccio, la sainte patronne de la ville d'Ajaccio fêtée le 18 mars ouvrirait même la possibilité d'une cessation du travail.

"Nous avons déposé un préavis de grève pour la journée du lundi 18 mars. Il concerne l'ensemble des métiers de La Poste, c'est-à-dire le courrier, le réseau et le centre financier de la région ajaccienne et du Valinco. Il fait écho à une seule revendication, la fête de la Miséricorde à Ajaccio et à Propriano", indiquent Laurent Torre, délégué STC La Poste de Corse-du-Sud et Roger Bianchini, délégué du personnel STC centre financier.

Du côté de la CGT, on a fait le choix de ne pas appeler à la grève pour le moment. On envisage de relancer les discussions. À ce stade, les modalités d'action divergent, mais les raisons du mécontentement sont identiques.

"La direction du centre financier refuse de nous accorder l'après-midi du 18 mars. Ce qui équivaudrait à une fermeture de l'établissement à 12 heures. Or, cette année, celle-ci est fixée à 16 heures", expliquent Christophe Chrétien - le bien nommé pour la circonstance -, secrétaire CGT et Patricia Curcio, membre du bureau du centre financier et membre fédéral CGT La Poste.

Ce faisant, la direction rompt avec les usages en vigueur. "De tout temps, nous avons bénéficié d'une demi-journée pour pouvoir profiter de la fête de la ville. Il est à la fois très important et très symbolique pour tous de participer à cette célébration qui n'est pas réductible à la procession", insiste Roger Bianchini. À la CGT, on pense aussi discrimination territoriale, "au-delà de toutes considérations religieuses", souligne Christophe Chrétien.

"Il faut savoir que des journées comparables existent ailleurs, par exemple le 26 décembre à Strasbourg, lors des fêtes de fin d'année à Lille et Dijon, ou à l'occasion du carnaval dans les Antilles."

Pour le STC comme pour la CGT, l'absence de dialogue social sur le sujet est un autre motif de colère. "Mardi, le personnel s'est réuni en assemblée générale et a demandé des explications à la direction qui n'a rien voulu écouter, affichant ainsi son mépris pour l'ensemble du personnel", déplore-t-on.

Aux yeux des représentants syndicaux, l'épisode "Madunnuccia" s'assimilerait encore à "la goutte qui fait déborder le vase".

"Le problème lié à cette journée est symptomatique des difficultés et de la souffrance que rencontrent les salariés au quotidien. A Madunnuccia s'inscrit dans le prolongement de trop nombreuses restructurations et transformations", détaille Patricia Curcio. Avant de plaider pour l'organisation d'un Grenelle de La Poste en Corse.

En attendant, "pour sortir de l'impasse, il n'y a qu'une seule décision à prendre : revenir sur la journée du 18 mars". Le message est transmis à la direction. À A Madunnuccia de faire le reste dans sa grande mansuétude.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 15:18

Une délégation chaldéenne doit être accueillie au couvent de Vico mercredi 20 mars. A 18 heures, il est prévu une rencontre et une messe auxquelles sont conviés tous ceux désireux d'échanger avec ces chrétiens d'Orient.

D'autres rencontres sont prévues à Corbara et à Ajaccio.

Or, l'administration française refuse de donner les visas nécessaires en raison "d'un risque migratoire manifeste".

 

 

Pas d'Irakiens ni à Vico, ni dans toute la Corse?

La page Facebook de "I cristiani Corsi" a publié la réaction suivante:

Sustegnu corsu à i cattolichi iracheni !
U sughjornu in Corsica di 12 preti, diaconi è fedeli cattolichi iracheni ( chjesa caldea ) impeditu da i servizii di u statu francese, per "risicu d'immigrazione" ! 
U testimoniu di i Cristiani orientali face paura à a Ripublica Francese ! 
Sulidarità incù i nostri fratelli cristriani vittimi di a "pulitica di morte" di a Francia ind'u Mediu Oriente !

 

Il faut espérer que ce problème puisse se résoudre rapidement. 

 

Il permet de mettre l'accent sur la situation difficile des chrétiens d'Orient qui sont trop souvent oubliés en Occident.

 

 
église assyro-chaldéenne de Marseille (photo Michel Franceschetti)

église assyro-chaldéenne de Marseille (photo Michel Franceschetti)

 

Yves GAUTHEY, enseignant marseillais petit-fils d'un chrétien assyro-chaldéen, vient de publier une biographie romancée de son grand-père. Venu des confins de la Perse et de la Turquie pour fuir le génocide dont sa communauté fut victime, Yonan Ischaria s'engagea dans la Légion étrangère, participa à la guerre de 14-18 et épousa une bourgeoise marseillaise malgré l'hostilité de sa famille.

Son livre "L'exil, de Malana à Marseille" est disponible aux éditions Phénix d'Azur.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 18:00
Le rôle du café de village

Ils sont devenus trop nombreux, ces villages dont les ruelles sont vides, les maisons toujours fermées et les soirées silencieuses. Au cœur de l'hiver, quand il fait bien trop froid pour refaire le monde sur un muret ou maltraiter le cochonnet sur la place, les habitants de ces communes ont comme refuge et comme passe-temps leur canapé et leur écran de télé.

Parce qu'au terme d'un long processus qui a vu partir la boulangerie, l'épicerie, l'école, la Poste et finalement le café, le village est devenu un joli dortoir, avec une église au milieu. Et le lien social s'est affaibli.

Ces phrases sont l'introduction d'un article signé par Morgane QUILICHINI et Marc-Ange INGRAND qui est paru samedi 2 mars dans "Corse-Matin" sous le titre "Ces cafés qui maintiennent le lien social dans les villages";

Après cette triste constatation, l'article devient optimiste en montrant quelques exemples de villages où le bar subsiste, parfois avec l'aide de la mairie, et, comme le déclare le maire de Bustanicu, reste "un lieu qui permet d'entretenir le lien social dans un village". 

 

On ne peut que faire la relation avec l'expression de "agora" qui fut employée par Bernard FRANCESCHETTI dans l'article de Marie-Joseph ARRIGHI-LANDINI qui présentait la vie à Poggiolo ("Corse-Hebdo" du 29 décembre 2000).

Poggiolo reste optimiste, à l'image de son bar où l'on aime se réunir. Ouvert depuis 1960, ce sont les CHITI qui le tiennent depuis trois générations: Argia et Antoine ont commencé, Umberto, leur fils, et sa femme Monique ont pris la suite. Aujourd'hui, c'est Alexis, mari de Martine, qui l'ouvre quotidiennement.

Pour Bernard FRANCESCHETTI, "c'est sans doute le bar le plus actif. Nous sommes presque tous les jours une dizaine à l'apéritif. C'est un lieu de convivialité. On ne s'invite pas forcément, le bar devient donc l'endroit où l'on peut se retrouver. C'est une agora, presque un service public, il permet de confronter les générations et de transmettre les savoirs, les idées. Quant un bar ferme, c'est presque aussi grave qu'une école".

Photo de Pierre-Antoine FOURNIL

Photo de Pierre-Antoine FOURNIL

La légende de cette image est un peu confuse. Dans l'ordre, de gauche à droite, on peut reconnaître: Christian, Monique, Umberto, Roger et Bernard.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 18:00
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais

Les Jeux Olympiques de 2024 auront lieu à Paris. On peut être heureux que la France ait été choisie. Mais une décision assombrit le tableau: les jeux de boules seront exclus de ces compétitions.

Dans "La Provence" du 24 février, Franz-Olivier Giesbert a publié un éditorial furieux intitulé "L'offense faite au Sud".

 

Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais

Tout le Midi est effectivement offensé, et particulièrement la Provence et la Corse.

A Poggiolo, le challenge Umberto Chiti donne chaque été la preuve que la pétanque est bien un sport, et un sport réellement populaire.

Tant pis! Aucun Poggiolais ne viendra concourir aux J. O. de Paris. 

Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais
Pas de Jeux Olympiques pour les Poggiolais

Partager cet article

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 17:55

Le couvent Saint François de Vico est célèbre. Il fait partie du paysage de Vico depuis des siècles et même ceux qui ne l'ont pas visité croient le connaître.

Mais l'utilisation de plus en plus fréquente des drones donne des points de vue très différents sur les villages et les monuments.

Admirez le couvent filmé par ce moyen.

De belles images avec en fond sonore l'excellent chant "I novi celi" par Aria d'aRena.

Merci au Père Joseph pour cette publication.

D'autres vidéos prises par drone dans les Deux Sorru ont déjà été publiées sur ce blog:

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907