Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 09:01

 

TOUTES NOS CONDOLÉANCES !

 

 

Décès dans la famille PAOLI de SOCCIA
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2020 6 26 /12 /décembre /2020 18:00
Blog en "mode vacances"

 

Retour le 1er janvier.

Profitez bien.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2020 6 26 /12 /décembre /2020 14:59

 

Juste le lendemain de Noël, la neige est arrivée à Poggiolo et sur les villages voisins.

 

Photos de Sandrine RUIZ MARTINI et de Marie FORNERO.

 

 

Le blanc est arrivé
Le blanc est arrivé
Le blanc est arrivé
Le blanc est arrivé
Le blanc est arrivé
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 23:08
Crèche du couvent de Vico.

Crèche du couvent de Vico.

 

Noël est une fête.

 

Avec la naissance de Jésus, Noël est la fête de la famille, de la famille réunie.

 

Pour les chrétiens, Noël est surtout la fête de la joie et de l'espérance, espérance en une vie meilleure.

 

Célébrer Noël, c'est célébrer l'espérance. Garder l'espérance, c'est garder Noël toute l'année.

 

 

BON NATALE

 

 

Noël est une fête
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 09:15

 

Mardi matin, de nombreux habitants du canton avaient fait le déplacement pour encourager l’enfant du pays, originaire de Soccia, qui se prêtait pour la première fois à une séance de dédicaces à la librairie l’Alinéa de Sagone.

 

A l’Alinéa, Mathieu Henry accueillait ses lecteurs avec du café, des frappe et des cannistrelli.

A l’Alinéa, Mathieu Henry accueillait ses lecteurs avec du café, des frappe et des cannistrelli.

 

Le premier roman de Mathieu Henry, Anna, est une enquête policière sur l’assassinat d’une jeune fille, ayant pour cadre un village de montagne. À travers ses deux enquêteurs, l’auteur y explore les secrets, les grandeurs, et les bassesses des habitants, jusqu’à l’ultime rebondissement.

 

Le jeune auteur est en passe de réaliser son objectif de 500 ouvrages vendus pour la première édition, mais a d’ores et déjà été contacté pour de futures séances de dédicaces, à la librairie la Marge d’Ajaccio, au café National de Vico au printemps, à l’Alinéa dans le courant de l’été, et à la prochaine foire au miel de Murzu en septembre.

 

Pascale CHAUVEAU

(Corse-Matin du jeudi 24 décembre)

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 18:00

 

Quelles sont les véritables traditions corses de Noël?  Jean-Pierre BONNAFOUX en a fait la liste dans un article publié dans "Inseme" de décembre 2020.

 

Le Père Noël est-il corse ?

En  tout cas, le chant le plus célèbre sur le gros bonhomme rouge que l'on chante en famille au coin du feu est bien originaire de lIle de Beauté!

De nombreux interprètes l'ont entonné mais c'est Tino ROSSI, chanteur populaire ajaccien, qui demeure son emblématique ambassadeur.

 

 

Bûcher de Noël 2010 à St Siméon de Poggiolo (photo Jean-Martin Franceschetti).

Bûcher de Noël 2010 à St Siméon de Poggiolo (photo Jean-Martin Franceschetti).

 

Le bûcher de Noël

En Corse, on prend la tradition de la bûche de Noël au pied de la lettre ! Cette buche-là, on ne la trouvera pas en dessert mais bien sous forme de bûcher, préparé par les enfants, allumé devant l’église du village, enflammé à la sortie de la messe de minuit le 24 décembre. Le 25 après la disparition du feu, les cendres étaient ramassées par les villageois qui les déposaient dans leur cheminée.

 

La coutume corse des 7 veillées

Jusqu’au début du siècle dernier, plus particulièrement en Haute-Corse, les jeunes du village se rassemblaient en petits groupes et partaient rendre visite à 7 familles du village : c’est la coutume des 7 veillées. Ils apportaient à chaque fois une bûche de bois pour chauffer l’âtre et partager les pâtisseries préparées par la mère de famille.

 

La pratique religieuse de l’Ochju

En Corse, on ne parle pas de « mauvais œil » mais de l’Ochju, qui désigne les forces mystérieuses dont une personne est victime. Pour conjurer ce mauvais œil, il faut apprendre à chasser l’Ochju. Et c’est dans la nuit de Noël qu’a lieu l’apprentissage des incantations.

 

Le repas traditionnel de Noël en Corse

Il reste copieux et très festif ! Traditionnellement, on laisse toujours une assiette en plus à table, « u piattu di u puvarettu » ou l’assiette du pauvre. En entrée, on commence généralement par des œufs de mulet ou une brouillade d’œufs aux d’oursins, mais le prisuttu et la coppa constituent aussi des entrées très répandues. Le plat principal est constitué d’agneau rôti et de polenta. En dessert, on déguste la délicieuse « Ceppu di Natale Castagniu », la bûche de Noël à la châtaigne.

Si vous avez envie de déguster un repas traditionnel corse pour les fêtes de fin d’année, venez découvrir nos plats typiques, de l’entrée au dessert !

 

L’identité corse, au cœur des fêtes de fin d’année

Vous souvenez-vous de l’accent mélodieux qui vous chantait « Petit Papa Noël » dans votre enfance ? C’était celui de Tino Rossi, né dans le centre d’Ajaccio ! Vous pourrez découvrir la façade de sa maison natale dans la rue Fesch, mais aussi visiter sa villa, située dans la pinède du Scudo et consacrée aujourd’hui à l’ensemble de sa carrière. La tombe du chanteur se trouve enfin dans le petit cimetière de la route des Sanguinaires.

 

Natale in Corsica

 

Des traditions de Noël datant de plusieurs générations

Le Noël corse redonne cependant vie à des traditions bien plus anciennes que celle du père Noël dont le succès ne commence qu’à partir des années 50. Parmi les coutumes les plus ancrées, figure celle du Rocchiu, ou bûcher de Noël : les enfants des villages corses avaient en charge de récolter, toute la journée du 24, le bois qui servirait à allumer un grand bûcher devant l’église à la fin de la messe de minuit. Ils arpentaient donc les maisons du bourg et les fermes des hameaux en criant « O Rocchiu ! » afin de rassembler suffisamment de branches et de bûches pour le grand feu du soir. Le bûcher de Noël devait pouvoir brûler toute la nuit et laisser, au matin du 25 décembre, des braises et cendres chaudes que se partageaient les villageois pour les mêler à celles de leur propre âtre. Certains villages perpétuent encore la tradition.

La table du réveillon conserve en Corse les mets partagés à Noël en vertu d’une longue tradition : parmi les spécialités incontournables qui ouvrent le repas figurent les œufs de mulets, la brouillade d’œufs aux oursins et les charcuteries locales comme la coppa et le prisuttu. Le plat principal consiste généralement en un cabri rôti accompagné d’une pulenda aux châtaignes. Le repas de Noël s’achève sur la traditionnelle bûche aux châtaignes, accompagnée d’oranges et de clémentines corses.

 

Noël en Corse, un mélange de superstitions et de convivialité

Le réveillon de Natale a longtemps été accompagné de certaines traditions que certaines familles corses continuent parfois de respecter : c’est le cas, par exemple, de l’assiette supplémentaire laissée à table, dite « u piattu di u puvarettu » ou l’assiette du pauvre. Les personnes les plus superstitieuses veilleront à respecter aussi la coutume qui veut que le feu de la cheminée soit alimenté par un nombre de bûches identique au nombre de convives présents à table : au risque d’être endeuillé l’année suivante à hauteur du nombre de bûches manquantes !

Le soir de Noël est aussi traditionnellement l’unique moment de l’année où il est possible de se transmettre les incantations, prières et savoirs liés à la conjuration du mauvais œil (ochju). Selon la coutume, la Veghja de Natale (veillée de Noël) est aussi l’occasion pour la Signadora de lire et d’interpréter les signes.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 12:36
Nouveau deuil à Guagno

 

 

TOUTES NOS CONDOLÉANCES.

 

 

Nouveau deuil à Guagno
Nouveau deuil à Guagno
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 17:59

Article écrit par Bernard ALLIEZ et publié dans "Inseme" de décembre 2020.

Noël avant Noël! 

Bernard Alliez

Quand Luc et Matthieu racontent l’enfance du Christ, on nage vers le merveilleux et le magique qui réactivent nos mémoires d’enfants. On a le chant des bergers, les anges, les mages qui suivent une étoile, la douce nuit de Judée qui accentue le coté féérique de la scène, l’étable avec l’âne et le bœuf qui réchauffent l’enfant sera décrite plus tard dans un évangile apocryphe.

 

Ce merveilleux récit n’est pas une belle histoire que l’on raconte pour endormir les enfants, il est écrit, au contraire pour réveiller notre foi et mettre en perspective l’ensemble des récits évangéliques et tout ce qui avait été annoncé par les prophètes dans les Ecritures bibliques. Celui qui vient de naître est le fils du Dieu vivant et il s’agit de susciter notre adhésion afin que nous croyions que cet enfant est Dieu lui même qui vient parmi nous. C’est le mystère de “ l’incarnation “, base essentielle de notre foi.

Toute la merveilleuse mise en scène du récit évangélique et son arsenal d’images doit susciter chez chacun de nous bonheur simplicité et humilité devant le mystère profond et insondable d’une croyance venue du fond des âges.

L’image de “ la mère et l’enfant “ était bien connue du monde antique ; les Babyloniens et les Egyptiens adoraient une “ Madone “ qu’ils révéraient comme “ reine du ciel “, un titre que l’église romaine appliquera des siècles plus tard à Marie mère de Jésus.

En Egypte, Isis était la mère et Horus l’enfant, en Mésopotamie, c’était Ishtar et Tammuz.

Noel viendrait du mot latin “ natalis “ signifiant : relatif à la naissance. Au IVsiècle, en 354, à Rome, le pape nommé Libère, fixe l’incarnation de Jésus le 25 décembre et cette date sera codifiée par l’empereur Théodose en 425, le choix de cette date est des plus symboliques car cela correspond au solstice d’hiver, moment à partir duquel les jours rallongent. Elle marque le début de l’année liturgique. Dans les églises d’orient cette date fut fixée au 6 janvier.

Ce symbole de la victoire de la vie (lumière) sur la mort (obscurité) est utilisé dans de nombreuses religions : à Rome on fêtait les Saturnales fête du dieu Saturne, éga- lement pour les adeptes du dieu Mithra, la naissance du dieu tombe ce jour là, c’est la fête du “ sol invictus “ (soleil invaincu). Cette fête ressemblait étonnamment à notre Noël moderne, on s’offrait des cadeaux, les hostilités cessaient, les banquets s’organisaient.

 

 
Noël avant Noël

La fête juive d’Hannoucca commémorant l’inauguration du temple de Jérusalem tombe également à une date proche du 25 décembre. Cette date n’est pas « récupérée » par les chrétiens. Il s’agit d’un moment à la symbolique forte utilisé par de multiples religions dont le christianisme qui ne souhaite pas laisser le monopole des symboles astronomiques aux païens.

Peu à peu, la fête prend de l’ampleur. A la fin du Vème siècle, Clovis se fait baptiser le jour de Noël; en 506, le concile d’Agde en fait une fête d’obligation, en 529 l’empereur Justinien en fait un jour chômé.

L’habitude d’offrir des cadeaux autour de la période de Noël se fait pour les chrétiens en référence à Saint Nicolas (saint patron des enfants) fêté le 6 décembre ou aux présents apportés par les rois mages à l’enfant Jésus. La date pour offrir fluctue donc entre les régions et les époques, chez nous en général le 25 décembre. Il s’agit d’un évènement bien secondaire  sans commune mesure avec le sens premier de Noël : incarnation de Dieu qui prend chair dans ce qu’il y a de plus fragile  et de plus merveilleux, un enfant qui nait.

La fête de Noël exalte les valeurs d’humilité, de joie et d’espérance pour l’humanité. En Corse et en Provence, les traditions sont comparables : messe de minuit, repas familial, crèche, feu sur la place de l’église.

 Le « père noël » n’a rien de chrétien ni de religieux en dehors d’un lointain lien à Saint Nicolas. Les références à Jésus ont été minimisées et l’aspect commercial et marchand de la fête est très valorisé. Beaucoup affirment que l’on a détourné une fête chrétienne sacrée à des fins uniquement laïques et marchandes.

Le superbe tableau de Sano di Pietro (1445) du musée d’Aléria mais qui décorait auparavant l’église du couvent d’Alesani évoque pour moi cette naissance de l’enfant Dieu avec les deux cerises, l’une évoquant par la douceur de son goût la tendresse de sa mère et donc le paradis, l’autre par le rouge préfigure la passion à venir. L’expression de la Vierge est certes joyeuse mais surtout résignée devant tous les ennuis futurs que son cœur de mère devra endurer !

 

Bernard Alliez

 Oui, il y a eu un Noël païen avant le Noël chrétien ! Oui, la foi chrétienne a repris et christianisé toutes les fêtes liées à la nature ! Mais ATTENTION ! Aujourd’hui, pour beaucoup NOEL n’a plus aucun rapport avec la naissance de Jésus : c’est devenu une fête essentiellement familiale ! Merci Bernard! 

Jean-Pierre Bonnafoux

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 12:11

Il a fallu attendre 21h30 samedi soir pour connaître le verdict des Assises d'Ajaccio sur l'affaire du meurtre de Patrick JULIEN à Soccia. La défense a su mettre en avant les insuffisances du dossier d'instruction pour obtenir l'acquittement d'Antoine PIETRI.

 

Pour changer de l'habituel "Corse-Matin", nous donnons ici le compte-rendu paru dans "Le Figaro".

 

Corse : un berger jugé pour assassinat a été acquitté

À la question : «Antoine Pietri est-il coupable d'avoir volontairement donné la mort à Patrick Julien ?», les jurés ont répondu non.

Antoine Pietri, un berger de 30 ans, a été acquitté samedi soir 19 décembre par les jurés des Assises de Corse-du-Sud de l'assassinat de Patrick Julien, un président d'association et élu local tué le 4 novembre 2017 à Soccia. A la question, Antoine Pietri est-il coupable d'avoir volontairement donné la mort à Patrick Julien, les jurés ont répondu non, a indiqué la présidente après moins de trois heures de délibération. «Vous avez compris, M. Pietri vous êtes acquitté». «Il est heureux, après trois ans de bataille judiciaire, il a été entendu», a glissé aux médias Me Paul Sollacaro devant le tribunal.

Patrick Julien, 52 ans, avait été trouvé mort au volant de son tractopelle, dont le moteur tournait toujours, touché par des chevrotines à la fesse et à l'épaule et par un tir mortel de balle de gros calibre à la tête. L'avocate générale, Françoise Mariaux, avait requis samedi matin 25 ans de réclusion criminelle à l'encontre du berger qui a toujours clamé son innocence. «Antoine Pietri a tué Patrick Julien ce jour-là et il l'a tué avec préméditation, ça veut dire qu'il est allé là pour ça», a fait valoir l'avocate générale, assurant qu'il avait tiré «trois fois» sur sa victime qui était de dos. Dans ce dossier, «vous n'avez pas d'aveux», mais il y a «des certitudes», avait-elle poursuivi, égrenant les éléments balistiques et ADN: «Sur les lieux des faits, seul son ADN a été retrouvé». Elle avait également relevé qu'Antoine Pietri «a(vait) menti» sur le tee-shirt qu'il portait le jour de l'assassinat et qui s'était révélé couvert de particules de résidus de tirs, «preuve qu'il a tiré le jour des faits». Des résidus «non datables», a fait valoir la défense.

Aux yeux de l'accusation, le mobile était «le sentiment d'injustice» du jeune homme face à la remise en cause de l'attribution de terres pour son exploitation agricole par une association communale présidée par la victime.

«Personne n'était avec lui l'après-midi des faits entre 14H30 et 16H30», le créneau horaire durant lequel le meurtre a été commis«, avait-elle insisté. Elle a aussi souligné que les avocats de la défense, qui ont vivement contesté les expertises et le travail des enquêteurs pendant le procès, n'avaient fait aucun recours pendant les deux années d'instruction, un argument qui a ulcéré la défense.

Pendant cinq heures, les trois avocats de la défense ont plaidé l'acquittement en conspuant le travail des enquêteurs qui «ont tout foiré», une juge d'instruction «inexpérimentée», l'expert «qui vient au secours des gendarmes», le «fiasco» de la reconstitution, des témoins et des pistes «laissés de côté« et des »réquisitions imbuvables«. On requiert «25 ans sur une enquête bidon», s'est indignée Me Ana-Maria Sollacaro.

Assurant qu'Antoine Pietri a été arrêté «sur une rumeur», Me Paul Sollacaro, a, lui, assuré que «tout ce qui, dans ce dossier, était susceptible de désaxer l'enquête a été balayé». «Ça fait peur, ça tient à ça le destin d'un gamin!» «On vous laisse avec de l'à peu près, de l'approximatif, du travail mal fait et peut-être même volontairement parce que les gendarmes voulaient sa tête», a-t-il dit aux jurés. «Ça sent pas bon, ça sent pas le petit berger corse, ça sent le grand méchant loup».

Antoine Pietri s'est quant à lui dit «fatigué de la situation». «Je veux simplement vivre, retrouver mes chevaux», a-t-il glissé avant que les jurés ne se retirent.

Moins d'une heure après le verdict, Antoine Pietri, sourire aux lèvres et guitare sur le dos, est sorti de prison. Le ministère public a indiqué à l'AFP faire appel dès lundi de cette décision. 

 

Photo Pascale Chauveau.

Photo Pascale Chauveau.

A Soccia, loin de ces péripéties, le joueur de saxo veille sur le monde, en hommage à Patrick Julien à la demande de sa famille (œuvre de Daniel CAMPAGNE, artiste de Sagone). Photo de Pascale CHAUVEAU.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 22:59
Antoine PIETRI acquitté

 

La cour d'Assises de Corse-du-Sud a prononcé l'acquittement ce samedi à 21 h 30 d'Antoine Pietri, 30 ans, qui était accusé d'avoir assassiné Patrick Julien, 52 ans, le 4 novembre 2017 à Soccia

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907