Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 17:56

 

 

Un triste anniversaire: le 19 mars 1941 est le jour du décès de Jean DESANTI, adjudant au 11e RTA, dans le camp de prisonniers de Ravensburg Weingarten (dépôt 231) en Allemagne. Il était né le 19 juin 1914 à Guagno-les-Bains où son corps fut inhumé en 1947 .

 

Ses parents étaient Paul DESANTI, employé des Postes (1884-1948), et son épouse Louise CUBE, ménagère (1889-1979).

 

Photo Michel Franceschetti.

Photo Michel Franceschetti.

 

Paul DESANTI, son père, surnommé Pampasgiolu, s'était engagé dans les tirailleurs algériens en 1904 et avait accompli des campagnes en Tunisie et au Maroc jusqu'à sa libération en 1909. Il devint employé des Postes.

 

Pendant la première guerre mondiale, il fut remis par son administration à la disposition de l'autorité militaire en 1916, à 32 ans, qui l'affecta au dépôt de télégraphie militaire de Poitiers.

 

Avec le retour de la paix, Paul devint facteur télégraphe à Ajaccio jusqu'à sa retraite.

 

Il mourut à Guagno-les-Bains le 16 novembre 1948, un an après le retour du corps de son fils.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 17:45

 

Peut-on imaginer que Philippe CERATI, l'élu marseillais d'origine guagnaise évoqué dans un article récent à l'occasion du centenaire de son décès, ait pu approuver l'idée des boîtes à livres?

 

 

 Lui qui fut favorable à l'éducation populaire aurait certainement apprécié ce moyen de diffuser gratuitement la culture en déposant et en échangeant des livres déposés dans des boîtes ou des abris. 

 

 

Ce qui est certain, c'est que, depuis plusieurs mois, à Marseille, un VivalLivres a été installé à un angle du boulevard de la BLANCARDE et de la rue JEAN.

 

 

Et, au même croisement, sur l'autre côté de la rue JEAN, séparé seulement par une clôture métallique, se trouve le jardin public Philippe CERATI où (pourquoi pas?) le livre emprunté peut être lu.

 

 

Et si on essayait au village?

 

 

Photo Michel Franceschetti.

Photo Michel Franceschetti.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 18:00

 

Plusieurs associations font la promotion des boîtes à livres où l'on peut déposer et retirer des livres gratuitement, et qui ont été présentées dans l'article précédent.

 

Les magasins VIVAL sont en pointe sur ce thème. Ces commerces de proximité alimentaire ont installé des boîtes à livres de leur fabrication devant leurs devantures dans plusieurs localités, comme à Ajaccio, dans les Jardins de l'Empereur (photo ci-dessous).

 

En Corse, on pense à la boîte à livres

 

A Poggiolo, même s'il n'existe pas de commerce alimentaire, il ne serait pas difficile de faire construire une boîte à livres.

 

Les emplacements possibles sont nombreux: devant la mairie (où était l'ancienne bibliothèque), place Saint Roch (à la place de l'ancienne cabine téléphonique), piazza Inghjo et devant le Bar du Belvédère (qui a l'avantage d'être un lieu très passant).

 

Vite! On peut mettre la boîte à livres en place avant l'été!

Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 18:06

 

S'il n'existe plus de bibliothèque à Poggiolo, le désir de lire existe toujours et il pourrait être satisfait par la création d'une boîte à livres au village.

 

La mise en place est facile: un meuble à étagères placé à l'extérieur, dans un endroit facile d'accès.

Le fonctionnement est simple: on y dépose des livres dont on ne veut plus afin que d'autres les prennent pour les lire et déposent leurs propres bouquins.

Le procédé existe dans de nombreuses villes et dans des petites communes.

Le très bon site Villagemagazine.fr a expliqué ce moyen de convivialité et de partage de la culture dans un article signé Christine Raout et publié en novembre 2017.

 

 

 

La commune de Poggiolo

aura-t-elle sa boîte à livres?

 

 

Et pourquoi pas une boîte à livres?

 

Pour partager des envies de lecture, monter une bibliothèque d’appoint ou créer un espace de rencontre et rencontre et d’échange, la boîte à livres connaît un succès grandissant. Pourquoi ne pas en construire une dans votre commune ?

 

LIVRES LIBRES
 

 

© Christine Raout

 

Une boîte à livres, c’est un petit meuble où déposer des livres qui restent accessibles à tous 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. L’association Livres des rues à Rennes en distingue deux types : la boîte à livres avec quelques dizaines d’ouvrages (jusqu’à 70) et les bibliothèques de rue qui en comptent plus.

 

« Ceux qui nous contactent pour la création de boîtes à livres développent souvent déjà sur leur territoire des pratiques de vivre ensemble, de consommation collaborative… explique Jean-Pierre Letondu, vice-président de l’association Livres des rues. Lorsque l’initiative vient des communes, la boîte à livres sert souvent de complément pour la bibliothèque municipale, en dehors des horaires d’ouverture. »

 

Sur le domaine public, il faut l’autorisation de la commune.

Mais l’installation peut aussi se faire sur une parcelle privée accessible au public.

Elle doit se situer sur un lieu de passage : centre du bourg, près des commerces ou de la mairie, mais aussi dans les lieux récréatifs comme un parc public où l’on peut s’installer pour lire.

 

une cabane à livres

 

Tout est possible ou presque : ancien garde-manger, petite bibliothèque d’appoint, fabrication avec des matériaux de récupération… Cependant, l’association Livres des rues conseille de s’assurer de son étanchéité à la pluie et au vent, de bien l’orienter, de la fixer pour éviter tout danger, et de la munir d’une porte.


Des organismes proposent des boîtes prêtes à l’emploi (comme le Lion’s Club), d’autres proposent des conseils et des plans à télécharger (boite-a-lire.com) ou envoyés sur demande (grainededahu.fr).

 

Les livres déposés sont souvent le fruit d’un désherbage de bibliothèque ou de dons. Certains choisissent de mêler romans, ouvrages jeunesse, livres pratiques (jardinage, cuisine, bricolage…) ; d’autres lieux plus touristiques optent pour un fonds plus régional. Les livres peuvent être marqués (pastilles, tampon de la commune ou de l’association).
Le marquage permet de suivre la vie des livres. Certains déposent aussi un cahier pour partager impressions, coups de cœur, envies de lecture…

 

© Christine Raout

 

Il faut afficher clairement les règles du jeu, même simples, pour non seulement inciter les curieux à attraper un ouvrage, mais aussi décourager les vols et les dégradations.

La surveillance doit être régulière : élus, bénévoles et utilisateurs doivent s’assurer que la boîte est en bon état, les livres rangés… Une boîte à l’abandon est moins respectée.

Et puisque les livres sont visibles et consultés par tous, il faut s’assurer qu’ils sont bien destinés ­­­à tout public.

 

À Saint-Pierre-de-Frugie en Dordogne, le cantonnier a fabriqué des étagères et les premiers livres ont été déposés, issus de dons pour la bibliothèque municipale. Sans avoir affiché le mode d’emploi, les habitants se sont pris au jeu. « Dès le lendemain, d’autres livres ont été apportés, le bouche-à-oreille a fonctionné, raconte Gilbert Chabaud, le maire. La notion de partage est intéressante, ça peut amener l’amour de la lecture et c’est à la portée de tous. »

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 18:00

 

Le décès de Jean CIPRIANI a suscité de nombreuses réactions.

Nous n'en citerons que deux.

 

 

 

D'abord, celle du Père Jean-Pierre BONNAFOUX

 

 

UN HOMME REMARQUABLE ET UN AMI!

QUE LE SEIGNEUR PRENNE EN COMPTE TOUS LES SERVICES QU'IL A RENDUS AUX UNS ET AUX AUTRES ET QU'IL L'ACCUEILLE DANS SA PAIX !

SANS OUBLIER LES CELEBRATIONS AU COL DE SORRU SUIVIES D'UN REPAS!

A TOUSSAINT ET A TOUTE SA FAMILLE, MES PROFONDES CONDOLEANCES!

 
 
 
Jean à la procession de St Roch (16 août 2014)

Jean à la procession de St Roch (16 août 2014)

 
 
 
Et celle d'Ange-Marie GAFFORY (groupe Guagno les Bains-Poggiolo sur Facebook)
 
 
Oui dans notre région nous perdons un grand homme de valeur. Un homme qui a rendu énormément de service à tous le monde.
Combien de transport d’Ajaccio à Guagno à l’époque des personnes décédées à l’hôpital ou même venant du continent, gratuitement, sa sagesse, ses bons conseils, un homme qui était toujours à l’écoute du miséreux, un homme qui n’était pas radin. Un homme qui se déplaçait pour aller rendre visiter aux malades soit à l’hôpital soit chez eux. Un homme sans histoire, enfin homme avec qui on aimait discuter, côtoyer.
Pour moi personnellement si j’étais Maire de Guagno, je baptiserais soit une rue soit une place JEAN CIPRIANI .
Que Dieu lui réserve une place dans son royaume, qu’il lui donne la lumière éternelle, Amen .
Ne meurt que ce que l’on oublie .
Repose en paix JEAN .
❤️😭🙏🙏🙏
 
Sincères condoléances à sa famille.
 
J’espère et je souhaite que son neveu qui a pris la succession de son entreprise suive le même chemin qu’il a tracé. Je lui souhaite de tout cœur. Pour que la mémoire de MONSIEUR JEAN CIPRIANI ne disparaisse pas.
 
Procession du 16 août 2010

Procession du 16 août 2010

Partager cet article
Repost0
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 06:41

 

TOUTES NOS CONDOLÉANCES

À LA FAMILLE DE JEAN.

 

L'avis de décès de Jean CIPRIANI
L'avis de décès de Jean CIPRIANI

 

 

Photo publiée le 3 août 2010 dans "Corse-Matin" qui présentait Jean CIPRIANI comme "le plus vieux transporteur de Corse".

Photo publiée le 3 août 2010 dans "Corse-Matin" qui présentait Jean CIPRIANI comme "le plus vieux transporteur de Corse".

Partager cet article
Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 19:54

 

Nous venons d'apprendre le décès de Jean CIPRIANI, bien connu dans nos villages.

 

Les obsèques auront lieu à Guagno lundi.

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 12:00

 

Emmanuel BONINI, originaire de Rosazia, présentera demain samedi 13 mars, à partir de 9h30, une séance de dédicace au café National de Vico.

 

Il est co-auteur du livre Je les ai tous vus débuter, publié aux éditions l’Archipel. Après la disparition fin 2020 de Jean-Michel Boris, ancien directeur de l’Olympia, Roger Morizet, dit Doudou, est à 91 ans le dernier témoin de la renaissance du célèbre établissement parisien. Il était celui qui accueillait les artistes, de Piaf à Aznavour, Claude François, Sylvie Vartan, Polnareff et bien d’autres.

En se confiant dans un livre coécrit avec Emmanuel Bonini, il raconte l’intime et l’inédit. Biographe d’investigation reconnu, Emmanuel Bonini apporte au récit un ton vif aux formules bien senties.

 

L'Olympia est à Vico
 
Présentation du livre:
Dalida, Hallyday, Brel, Aznavour… Roger Morizot, entré grâce à Bruno Coquatrix à l’Olympia dont il fut le régisseur principal pendant trente ans, livre des anecdotes sur les artistes qu’il a côtoyés.
Bruno Coquatrix, le directeur, me disait : « Prends des notes. Il faudra bien qu’un jour on sache ce qui s’est vraiment passé ici, les nuits blanches que nous avons vécues, la sueur et les plumes que nous avons laissées pour que les étoiles continuent de briller sur les néons de la grande façade... Écris tout ça. »
Régisseur de l’Olympia depuis sa réouverture en 1954, Roger Morizot raconte la célèbre salle de spectacle parisienne depuis les coulisses. Il y a vu les stars internationales s’y produire : Liza Minnelli, Marlene Dietrich, Joséphine Baker, Miles Davis, Frank Sinatra... Et presque toutes les vedettes hexagonales y faire leurs débuts : Aznavour, Brel, Brassens, Dalida, Claude François, Hallyday, Polnareff...
Autant de noms qui ont brillé au fronton du 28 boulevard des Capucines... mais pas toujours par leur comportement. De fait, « Doudou » distribue lauriers et coups de griffes. S’il fut le confident et l’ami de beaucoup, tels Édith Piaf, Dalida ou Jacques Brel, il n’envoie pas dire ce qu’il pense de quelques autres.
Après trente-quatre années de présence assidue, Doudou a quitté les lieux. « The show must go on ! Le spectacle n’a pas d’autre loi. J’ai suffisamment bien vécu et, si mon banquier ne s’en souvient pas, j’ai de la mémoire pour deux et des paillettes plein les poches. »
Partager cet article
Repost0
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 18:37
 
 
Quel rapport entre la 46è cérémonie des César et Sorru in Musica?
 
 
C’est lui...
 
 
Sorru présent aux César

 

 
Bertrand CERVERA, directeur artistique et président de Sorru in Musica.
 
 
Il sera avec Benjamin Biolay...entre autres..
 
sous la houlette de Marina Foïs, maîtresse de cérémonie.
 
Et en attendant le 12 mars, répétitions !
 
 
--------------------------------
Texte et photo trouvés sur la page Facebook de Sorru in Musica.
Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 19:23

 

Gros remue-ménage à la mairie de Poggiolo aujourd'hui mercredi 10 mars: on évacuait la bibliothèque!

 

Située au rez-de-chaussée de la maison municipale, la bibliothèque a été complètement vidée de ses livres, des documents, des meubles et des affaires de secrétariat qui dormaient là depuis huit ans.

 

C'était le jour de vide-bibliothèque

 

Déclarée à la Préfecture le 15 juillet 2002, l'AACSIS (Association Artistique et Culturelle de Sorru in Sù) fut à la base de plusieurs activités. Elle organisa dans l'été 2004 le premier salon des artistes peintres. Le 4 décembre 2005, ce fut le premier marché de Noël. 

 

Grâce à la mairie, l'association gérait la bibliothèque depuis 2005Elle était très riche de nombreux ouvrages (plus de 1.500) de toutes sortes (policiers, historiques, jeunesse, littérature, B.D.) donnés par les Poggiolais et destinés à tous les âges. Que ce soit l'hiver ou l'été, il était toujours possible de trouver quelque chose à lire.

 

C'était le jour de vide-bibliothèque
C'était le jour de vide-bibliothèque

 

Il n'est pas possible d'évoquer la bibliothèque sans penser à Jean-Martin FRANCESCHETTI qui eut l'idée de cette création et veilla sans cesse à son bon fonctionnement. Certains allaient au local autant, et même plus, pour bavarder avec "J-M F" que pour emprunter un livre.

 

C'était le jour de vide-bibliothèque

 

Depuis le décès de Jean-Martin en septembre 2013, la relève n'a pas été prise.

 

Récupérer cette pièce était logique pour la mairie qui pourra transformer le bâtiment pour une utilisation plus rationnelle.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de juillet en cliquant sur l'image:

--------------------------------------

 

Le marché de Vico:

Le mardi soir place Casanelli (place de la fontaine) de 19h à 23h

Le mercredi matin place de l’ancienne mairie de 9h à 13h

 

 

- à partir du 5 septembre, sortez vos sacs de déchets avant 8 h du matin.

- Dimanche 25  septembre:

u Mele in Festa à Murzo.

 

-----------------
 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907