Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 18:00

 

Un concert exceptionnel à ne pas rater.

 

Qu'on se le dise!

 

Canta u Populu Corsu à Vico
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 18:00

 

Nos lecteurs avaient été avertis de l'ouverture d'un nouveau bar-restaurant à Ortu le 28 août. 

 

Cet établissement et le projet de ses créateurs sont présentés dans un article paru dans "Corse-Matin" de vendredi 24 septembre, à lire ci-dessous.

 

Photo Angèle Chavazas.

Photo Angèle Chavazas.

 

 Ce n'est pas seulement un bar-restaurant, plutôt un lieu de vie que Francè SciarIi et son épouse, Audrey Biancarelli, ont ouvert fin août à l'entrée du village d'Ortu dans les Deux·Sorru. 

 

   "C'est un projet que nous avions depuis cinq ans, détaille le quinquagénaire, ça faisait deux ans environ qu'il n'y avait plus rien au village. Avant, il y avait un petit bar mais il a fermé et il n'y avait jamais eu de restaurant à Ortu. " 

 

Photo François SCIARLI.

Photo François SCIARLI.

 

Lieu de transmission 

 

   Dans une ancienne maison abandonnée depuis de longues années, Ie couple a souhaité recréer un endroit cosy à la fois moderne et traditionnel. Jeunes et moins jeunes peuvent se retrouver autour de la table et partager un verre ou un repas. 

 

   "On a énormément de respect pour les anciens, on est beaucoup dans le partage. Il était important même  pour eux de pouvoir se retrouver le dimanche après-midi et de refaire un petit peu le monde." 

 

   Pour les quelques âmes qui habitent à l'année dans ce viIIage perché à 650 mètres d'altitude, "Versu l'Ortu, l'atelier corse", ouvert par Francè permet de renouer avec du lien social entre les générations. 

 

   Un pari osé à une époque où le rural voit ses lieux de vie et son économie disparaître.

 

   "C'est un peu une utopie, mais so una petra corsa comme on dit chez nous. J'aime mon village et je tenais à faire quelque chose de convivial".

 

 

Photo François SCIARLI.

Photo François SCIARLI.

 

Une place culturelle

 

   Pour la première soirée, on est venu de tout le canton. "Nous avions pu faire venir des musiciens grâce à l'association Scopre. Il y avait du monde, on était soulagé et surtout très heureux de voir nos amis, notre famille chanter, rigoler", raconte Francè avec enthousiasme.

 

   L'idée est aussi de créer un lieu culturel dans la haute vallée et de proposer des rencontres musicales aux périodes où, comme pour de nombreux villages insulaires, les maisons se remplissent.

 

   Composé d'une cuisine, d'une grande salle et d'une terrasse offrant un magnifique panorama sur la vallée, l'établissement a aussi vocation à pouvoir être privatisé. "Nous voulons que nos concitoyens s'approprient le lieu, c'est le nôtre mais c'est aussi le leur."

 

   Un lieu où les propriétaires veulent proposer des spectacles, des concerts, des événements variés qui permettront d'apporter un petit lien culturel supplémentaire dans le village et plus largement dans le canton.

 

Nicolas WALLON 

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 18:00

 

La maison de la Corse de Marseille vous attend  

Hall 7 de la foire de Marseille 

du vendredi 24 septembre au lundi 4 octobre                                                                          

De 10h00 à 19h00 en semaine    

De 10h00 à 20h00 le week-end
 


Nocturnes le samedi 25 septembre et vendredi 1er octobre jusqu’à 23h00.

 

Venez nombreux .

 

Cette année , l'entrée de la foire est gratuite.

40 exposants sur 1500 m², animations musicales et culturelles, expositions, veau corse à la broche...

 

 

 
Savourez la Corse

 

Temps fort mercredi 29 septembre : soirée musicale 

-19h30 apéro musical avec Pop Cor's

-à 21h30 Concert Jean Menconi ,

-puis soirée DJ avec Anthony Titi Salducci et Joseph Mattera .                              

entrée 10 € . Les places seront en vente au bar du village corse à partir du 24 septembre

 
Jean Dal Colletto, Président de la Fédération des Groupements Corses 
de Marseille et des Bouches-du-Rhône
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 11:59

 

 

TOUTES NOS CONDOLÉANCES.

 

 

Nouveau deuil à Guagno
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 18:00

 

Deux cartes postales des années 60 ont été publiées sur ce blog le 22 juillet dernier. Elles montraient des "Corses typiques" au bord du lac de Crena.

 

La collection "Charmes et couleurs de la Corse" éditée par la société IRIS en comprenait une troisième que voici:

 

Le troisième Corse typique

 

On reconnaît deux des personnages présents sur les autres photos: Tatane DANIELLI au fond et Antoine Dominique MAINETTI dit Comparé au premier plan. 

 

Mais, dans les premières, un troisième "autochtone" était visible, toujours de dos, avec une chemise rouge.

 

Le troisième Corse typique
Le troisième Corse typique

 

Une de nos amies vient de nous signaler qu'il s'agirait de Monsieur BUTEAU, le père de Ceccè.

 

Nos lecteurs sont-ils d'accord?

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 11:53

 

 

TOUTES NOS CONDOLÉANCES.

 

 

Deuil à Guagno
Deuil à Guagno
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2021 2 21 /09 /septembre /2021 18:00
Dominique Albini dans tous les villages?

Un week-end de récollection a été organisé du 10 au 12 septembre au couvent de Vico avec le thème: "Sur les pas du père Albini". Une récollection est une retraite spirituelle de courte durée.

Cinq conférences, des moments de prière, silence, réflexion, partage… pour mieux connaître "l'apôtre de la Corse" et aborder notre quotidien avec lui.
Cette récollection a été animée par le père Dino TESSARI et le père Diego SAEZ Martin, postulateur général des Oblats. Un postulateur est dans le langage de l’Église catholique la personne qui est chargée d’évaluer la vie d'un chrétien exemplaire pour en guider la cause de béatification de canonisation. Dominique ALBINI a été élevé en 1968 au rang de "vénérable" et n'est pas encore passé au rang supérieur.
Pour inciter tous les croyants de notre région à prier le Père Albini et faire avancer sa cause, le père Diego a remis, à la fin de la récollection, une grande image du Père ALBINI destinée à être placée dans toutes les églises des Deux Sorru. A-t-elle été installée dans votre village?
 
Dominique Albini dans tous les villages?
Dominique Albini dans tous les villages?
Dominique Albini dans tous les villages?
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 17:57

 

La lutte entre François COTY et Jean-François GALLINI, par CHIAPPINI et CECCALDI interposés, devait être tranchée le dimanche 11 septembre 1921 par les électeurs du canton de SOCCIA. Le verdict fut sans appel. 

 

Sur 801 inscrits, 452 électeurs allèrent voter. COTY fut élu sans difficulté par 282 voix contre 170 à  Jean-François CECCALDI, soit 62,38%:

- GUAGNO: 98 voix (64%) contre 55

- ORTO: 47 (87%) contre 7

- SOCCIA: 111 (74,5%) contre 38

Seul, POGGIOLO se singularisa en ne lui attribuant que 26 voix (30,23%) contre 70 au maire du village.

 

Dans le canton voisin de VICO:

Inscrits: 1.877 - Votants: 945 - Exprimés: 940 -

Le docteur CHIAPPINI l'emporta facilement avec 873 voix. GALLINI, non officiellement candidat, en eut 50.

 

Ces deux élections étaient bien liées et les deux vainqueurs assistèrent ensemble à la proclamation des résultats à VICO, puis à SOCCIA.

 

Le canton était au parfum. 3/3: une revanche éphémère

 

"L'EVEIL DE LA CORSE" du 13 septembre eut raison d'écrire que cette élection "avait pris les proportions d'une consultation législative". D'ailleurs, la fête qui suivit le démontra: elle fut organisée à SOCCIA mais aussi en dehors des deux cantons, dans les rues d'AJACCIO, le 13 septembre.

 

 

LA DÉROUTE IMPÉRIALE

 

Le quotidien "cotyste" revint plusieurs fois sur cette élection. Le 21 septembre, il publia un article se voulant humoristique intitulé "La déroute impériale" qui utilisait des références napoléoniennes et militaires:

 

"La bataille dirigée par l'Empereur du Sahel, en personne, a été acharnée, terrible, décisive. Les troupes de terre étaient au commandement direct de Sa Majesté; l'armée de mer obéissait à l'amiral Landry; le service général de santé était dirigé par M. le docteur Sari (...)

Prenant une résolution dont seuls sont capables les hommes de génie, Sa Majesté, si malade à Vico, trouve néanmoins assez d'énergie pour monter dans un tank et franchir le col de Sorro. Aussitôt arrivée sur les lieux, elle prend le commandement des troupes. Peine perdue! Guagno résiste, Orto est immuable et Soccia devient terrible. Seul au centre Poggiolo est conquis. Le quartier impérial y est transporté. C'est là qu'arrivent les nouvelles. (...)

Mais bientôt les illusions tombent. Le 10 septembre, au simple contact de son adversaire, l'Empereur, décontenancé, s'enfuit au Palais de Nesa."

 

Le reste est à l'avenant.

 

 

Le canton était au parfum. 3/3: une revanche éphémère

 

 

UN MANDAT SÉNATORIAL ÉCOURTÉ

 

Jean-François GALLINI fut fortement marqué par cette défaite. Les articles de "L'Eveil de la Corse" font plusieurs fois allusion à sa santé chancelante. Il décéda finalement en Tunisie le 20 avril 1923.

 

François COTY se porta immédiatement candidat pour remplacer enfin son vieil ennemi au Sénat. Il y mit les moyens. La campagne lui coûta 1.800.000 Francs de l'époque.

 

Le scrutin se déroula le 8 juillet 1923 en Corse. François COTY fut proclamé vainqueur au premier tour de scrutin, par 397 voix contre 391 à Adolphe LANDRY, sur 788 votants. Mais l'élection fut contestée par LANDRY qui reprochait à son concurrent:  

 - d'avoir fait annuler les suffrages de certains délégués sénatoriaux, parce que ceux-ci étaient inéligibles,

- des faits de corruption individuelle et de corruption collective,

- et enfin l'intervention, dans la campagne électorale, du contumace ROMANETTI. 

Nonce ROMANETTI, né à CALCATOGGIO, caché au maquis depuis 1914, prétendait contrôler toute la Cinarca, y compris la vie politique.

 

La discussion eut lieu à la séance du Sénat du 10 avril 1924, en l'absence de François COTY malade, et les opérations électorales furent annulées.

 

Le parfumeur ne se représenta pas, renonçant définitivement à la Haute Assemblée. Le 29 juin 1924, LANDRY put faire élire Joseph GIORDAN, archétype du système clanique de l'époque.

 

 

LA RECONNAISSANCE AJACCIENNE

 

COTY se contenta ensuite de financer le parti bonapartiste qui reprit la mairie d'Ajaccio aux républicains en 1925 et la garda aux élections de 1929.  En remerciement, Dominique PAOLI fit élire, à l'occasion d'une partielle, COTY conseiller municipal le 10 janvier 1931 (avec 2086 voix sur 2539) puis maire le 25.

 

Comme l'a écrit Ghislaine SICARD-PICCHIOTTINO, dans son livre "François Coty, un industriel corse sous la Troisième République", "François venait chercher en Corse l'estime et la reconnaissance de ceux qui l'avaient naguère rejeté". Il trouvait enfin cette consécration tant désirée.

 

 

Le canton était au parfum. 3/3: une revanche éphémère

 

 

Il vint ceindre l'écharpe tricolore dans la cité impériale (sur la photo, il tient un cartable à la main) puis rentra à Paris... et ne remit plus jamais les pieds en Corse.

 

Ses dépenses politiques avaient été importantes. Il fut également ruiné par la crise économique de 1929 et par son difficile divorce. Comme l'analyse l'auteur déjà cité, "Il restera en Corse un grand, très grand mécène, dépensant sans compter pour un pays dont il est originaire mais où il a compris avec douleur que, depuis son premier départ, il demeurerait un étranger, condamné à chercher un avenir ailleurs; et ses milliards ne peuvent et ne pourront rien y changer".

 

Décédé le 28 juillet 1934, François COTY ne fut inhumé à Ajaccio que le 7 juin 1968.

 

 

PS1: la société des parfums COTY est toujours une énorme société détentrice de nombreux parfums de différents noms. Son site (en anglais) fait toujours référence à son créateur.

PS 2: plusieurs ouvrages, très inégaux, existent sur François COTY.  Olivier BARROT, dans "Un livre par jour " sur France 3, en a présenté un.  Cliquez ICI.

PS 3: de très nombreux sites internet mentionnent François COTY.

 


 Parmi les nombreuses dépenses réalisées en Corse, COTY donna des subventions pour l'érection d'une soixantaine de monuments aux morts. Ceux de Sorru in Sù sont-ils concernés? Une recherche parmi les archives municipales serait très utile. 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 17:56
Manuscrits cachés à Poggiolo

 

Jean-Baptiste CROCE revient, dans Settimana du 17 septembre, sur les manuscrits volés de L-F CELINE et qui auraient été cachés en Corse (page 12).

 

Il reprend l'idée, largement déjà évoquée sur ce blog (notamment ICI et ICI, du rôle important joué par Oscar ROSEMBLY dans la disparition des feuillets de l'écrivain et, évidemment, mentionne Poggiolo.

 

Le journaliste expose clairement les connaissances actuelles sur l'affaire littéraire de l'été, ce qui est bien utile pour les personnes qui n'auraient pas tout suivi.

 

L'image peut être agrandie en cliquant sur elle.

L'image peut être agrandie en cliquant sur elle.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 18:00

 

LE COMBAT DE SOCCIA

 

    Le 11 septembre 1921, se joua le sort du siège de conseiller général de SOCCIA. Il fallait élire, au Conseil Général de la Corse (qui n'était alors qu'un seul département), le représentant de l'ancienne piève de Sorru in Sù (POGGIOLO, SOCCIA, ORTO, GUAGNO). Mais le hasard fit que, au même moment, il fallut trouver un nouveau titulaire pour le canton de VICO (l'ancien Sorru in giù: VICO, ARBORI,  BALOGNA, COGGIA, LETIA, MURZO, RENNO). En effet, l'élection de Jean-François GALLINI (pourtant conseiller général depuis 1909) avait été invalidée pour fraude électorale par le Conseil d'Etat.

 

    Jean-François GALLINI ne se présenta pas à VICO et laissa la place au docteur Philippe CHIAPPINI, de MURZO, collaborateur de "A Muvra". Par contre, il ne pouvait accepter que François COTY prenne pied dans la terre voisine. Le parfumeur ne se présenta pas  au  premier tour mais réussit à obtenir le désistement en sa faveur de trois des candidats qui s'étaient affrontés le 3 septembre, MARTINI, OTTAVY et SANTINI.

 

   Ne restait en lice contre lui que Jean-François CECCALDI, maire de POGGIOLO depuis le 8 décembre 1919. Il était prévu que, en cas de victoire, CECCALDI cède ensuite le siège à GALLINI pour lui permettre un redémarrage de sa carrière. Voilà pourquoi la présence de COTY était insupportable à celui qui était surnommé "l'empereur du Sahel". La campagne du second tour fut très âpre et paradoxale, entre un candidat de dernière minute et une personnalité non-candidate.

Caricature de J-F Gallini en "empereur du Sahel" (1922), coll Philippe Martinetti.

Caricature de J-F Gallini en "empereur du Sahel" (1922), coll Philippe Martinetti.

 

 "L'Eveil de la Corse" en donne un récit, évidemment très partisan:

 

"M. GALLINI, non content d'avoir volé le siège sénatorial de M. COTY, résolut de tout tenter pour lui ravir le siège de conseiller général: l'homme malade de VICO puisa des forces nouvelles dans sa haine incompréhensible. (...)

Oui, il se traîna à SOCCIA, à GUAGNO, à POGGIOLO, partout; il alla de porte en porte quémander, promettre, supplier ou menacer, il se démena, semant en des oreilles naïves ou ignorantes la perfidie de propos fantaisistes dont M. COTY faisait naturellement les frais. (...)

Le vieil empereur du Sahel avait en même temps fait donner la garde: parallèlement à ses manœuvres stratégiques, la grosse artillerie des lettres et des télégrammes, sous le commandement du député LANDRY et du sénateur-maire SARI, dirigeait son tir sur tout le canton. C'étaient des appels désespérés, avec des trémolos et des attendrissements, au nom de la République, ou de la parenté, ou du passé, ou de l'avenir. (...) Tout le monde était sur le pont, et l'abordage fut mené par un ancien ministre et deux sénateurs, sans compter quelques comparses de moindre importance qui formaient l'équipage de cette galère.

Et la galère sombra."

 

 

    Toute autre est la description de la tournée électorale de François COTY le 10 septembre, la veille du scrutin. Voici quelques extraits: 

 

"A GUAGNO, une manifestation enthousiaste, accompagnée de salves de coups de fusil, l'a accueilli."

"A ORTO, un arc de triomphe avait été dressé. M. le capitaine PAOLI, assisté de M. le Maire, a prononcé l'éloge de M. COTY."

"A SOCCIA, au cours d'une réunion que présidait M. le capitaine COLONNA, maire de la commune, un échange de déclarations a eu lieu. La présence aux côtés de M. COTY de MM. MARTINI, OTTAVY et SANTINI, candidats du premier tour, a donné à cette manifestation le caractère le plus significatif."

 

    Bien sûr, la réception poggiolaise fut d'un autre genre:

"A POGGIOLO, un accueil affable a été réservé à M. COTY, dont la première visite de courtoisie a été pour le maire, M. CECCALDI, qu'on désigne comme son adversaire probable de demain, et avec lequel il s'est fort courtoisement entretenu."

 

 

Il ne restait plus qu'à attendre le verdict des urnes.

 

(à suivre)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

Samedi 11 février

Pulenta à Soccia.

Réservations au 06-74-20-22-68.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907