Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2021 6 14 /08 /août /2021 18:00

 

Toutes nos condoléances.

 

Deuil à Guagno
Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 21:08
Dernière minute: pas de procession le 16 août

 

La municipalité de Poggiolo vient d'apprendre que la Préfecture refuse l'organisation de la procession de la Saint Roch.

 

En conséquence, lundi 16 août, seule la messe aura lieu à 18 heures. Les participants devront présenter le passe sanitaire et avoir un masque.

 

Evidemment, il n'y aura pas l'apéritif habituel.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 18:12

 

 

Les victimes de la contagion à Poggiolo

 

 

Pour connaître l'ampleur d'une épidémie, il est important de savoir si les décès viennent bien de la maladie du moment ou d'une autre raison. 

 

Actuellement, les chiffres sont minutieusement collectés et publiés par les hôpitaux et les Agences Régionales de Santé, malgré les soupçons de certains qui pensent qu'ils sont truqués pour ne pas montrer l'ampleur réelle de la mortalité provoquée par le coronavirus.

 

Pour l'étude des périodes passées, les actes d'état-civil sont les seuls moyens d'étudier statistiquement, numériquement, la mortalité. Or, ils n'indiquent pas la cause de la mort.

 

 

Il exista pourtant une exception à Poggiolo en 1830

 

 

Le matin du 6 janvier de cette année-là, le maire PINELLI (il ne donne pas son prénom) consigna sur le registre officiel avoir reçu deux personnes, Jules et Pierre MARTINI, qui ont déclaré le décès, la veille à quatre heures du soir, de leur beau-frère Jules DESANTI, né en 1774 et donc âgé de cinquante-six ans. L'annonce est suivie d'une phrase inhabituelle: "On a anticipé l'enterrement dudit Desanti, attendu qu'on a reconnu que la maladie est Epidémique Contagieuse".

 

Les victimes de la contagion à Poggiolo
Les victimes de la contagion à Poggiolo

 

La maladie devait être particulièrement grave pour que les deux adjectifs "Epidémique" et "Contagieuse" aient eu droit à des majuscules et, surtout, pour que l'enterrement ait été très rapide, avant même la déclaration à la mairie, si l'on comprend bien.

 

Quelle était cette maladie? Aucun autre renseignement n'est donné.

 

On peut cependant remarquer que, une semaine auparavant, le 30 décembre 1829, Antoinette, dite Antonia, quarante ans, l'épouse de Jules DESANTI, était morte. L'acte de son décès n'en mentionne pas la cause et n'évoque pas un enterrement brusqué. Antonia avait-elle contaminé son mari?

 

Les victimes de la contagion à Poggiolo

 

Curieusement, les trois enfants du couple, Jacques Antoine, Jeanne et Julie, furent indemnes. Jacques Antoine, qui avait seize ans au moment du drame, vécut jusqu'en 1879.

 

Le mystère sur la nature réelle de cette contagion subsiste.

 

 

Une première version de cet article a déjà été publiée sur ce blog le 14 octobre 2018.

Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 18:00
Le 16 août à Poggiolo

 

LA FÊTE DE SAINT ROCH AURA LIEU

 

À POGGIOLO LUNDI 16 AOÛT.

 

 

MESSE CÉLÉBRÉE PAR LE PÈRE CHARLES EKO

 

À 18 HEURES

 

SUIVIE DE LA PROCESSION.

 

 

Les modalités pratiques dépendront des consignes sanitaires.

 

 

Photo Michel Franceschetti, août 2017.

Partager cet article
Repost0
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 18:00

La découverte de manuscrits inédits de l'écrivain Louis-Ferdinand CÉLINE a provoqué une tempête dans le monde littéraire parisien... et Poggiolo est impliqué dans cet événement.

"Le Monde" de vendredi 6 août a publié un article de Jérôme DUPUIS expliquant comment viennent de réapparaître ces écrits disparus depuis 1944. Pratiquement tous les quotidiens et hebdomadaires français, et même étrangers, ont repris ces révélations.

------

 

Des milliers de feuilles écrites par CÉLINE

 

Jean-Pierre THIBAUDAT, ancien critique littéraire de "Libération", est allé voir en juin 2020 Emmanuel PIERRAT, avocat spécialiste du droit d'auteur et des successions d'artistes, pour lui révéler qu'il possédait près d'un mètre cube de feuillets de la main du grand auteur antisémite. Trois romans inédits, une nouvelle, le manuscrit intégral de "Mort à crédit" et de très nombreux écrits divers font partie du lot. Le détail est décrit par THIBAUDAT sur Médiapart.

 

PIERRAT contacta alors son confrère François GIBAULT et Véronique CHOVIN, tous deux ayants droit de Lucette DESTOUCHES, la veuve de CÉLINE, morte en 2019. Comme il n'y eut pas d'accord entre les protagonistes, une plainte fut déposée contre THIBAUDAT qui dut remettre à la police les documents donnés ensuite aux ayants droit.

 

Une question se pose: où se trouvaient ces écrits depuis soixante-dix-sept ans, quand CÉLINE, sa femme Lucette et leur chat Bébert quittèrent en catastrophe Paris pour l'Allemagne le 17 juin 1944, à la veille de la libération de la capitale?

 

Manuscrit retrouvé de Céline. © jpt

Manuscrit retrouvé de Céline. © jpt

 

Oscar ROSEMBLY, l'homme le mieux placé

 

La piste ROSEMBLY est la plus souvent évoquée.

 

Oscar Louis Jean ROSEMBLY, né à Poggiolo le 4 avril 1909 et mort à Ajaccio le 25 septembre 1990, a fait l'objet d'une biographie dans un article publié sur ce blog le 22 novembre 2020 à l'occasion du décès de sa fille. On avait insisté sur ses origines familiales, sur sa vie de bohème et ses dernières années au village en faisant l'impasse sur l'année 1944. 

 

Emile BRAMI, auteur d'une biographie de l'écrivain, est persuadé que ROSEMBLY s'était emparé des papiers céliniens en se faisant passer pour un résistant chargé de perquisitionner l'appartement de la rue Girardon entre le 25 et le 30 août 1944. BRAMI avait trouvé la trace d'Oscar ROSEMBLY en 1997 dans un dossier remis par le fils de l'avocat Jean-Louis TIXIER-VIGNANCOUR. Il tenta en vain de rencontrer sa fille Marie-Luce.

 

Le journaliste Jérôme DUPUIS rencontra Marie-Luce à Paris en 2003 puis à Corte où elle vivait mais, au dernier moment, la visite prévue dans la maison de Poggiolo fut annulée. Il vient donc de publier l'historique de cette résurrection littéraire. Il croit peu au rôle de ROSEMBLY alors que BRAMI est persuadé du contraire, ainsi que ce dernier l'a déclaré dans un entretien avec Benoît GROSSIN sur France Culture le 8 août dernier.

 

Qui a donc pu s’emparer selon vous des manuscrits ? 

On connaît la perquisition faite par Oscar Rosembly. Elle est établie et documentée. Et Céline a accusé nommément cet homme. Oscar Rosembly, ce personnage très particulier était un proche du peintre Gen Paul, ami intime de Céline, et ils habitaient tous les trois dans le même quartier.

À cause de son nom, tout le monde croit qu'il est juif, ce qu’il n’est pas. Il appartient à une famille juive qui est arrivée en France au XVIIe  siècle et qui s'est très rapidement convertie au catholicisme. Et c'est quand même un archétype antisémite, Céline, pensant qu'il est juif, lui fait faire sa comptabilité!...

Lorsqu'il y avait des rafles ou bien des patrouilles allemandes dans la butte Montmartre, Oscar Rosembly montait au quatrième étage chez Céline pour se cacher.

Cultivé, Oscar Rosembly a été assistant parlementaire d'un ministre (Camille Chau­temps). Il sait, lui, la valeur de ce qu'il y a chez Céline. Il sait qu'un manuscrit de Céline est quelque chose de très important, même si à l'époque, cela n'a pas la valeur d'aujourd'hui. Il sait que littérairement, c'est quelque chose de très important. Il faut savoir aussi que lorsque Céline dit quelque chose, c'est toujours exagéré, mais qu’il y a toujours, sans exception, un fond de vérité. Donc, si Céline dit que c'est Oscar Rosembly qui l’a volé, on peut être à peu près certain que c’est lui.

Il faut noter aussi qu’Oscar Rosembly a été arrêté après la Libération (le 5 septembre 1944) pour avoir mené des perquisitions chez d'autres collabos notoires, Robert Le Vigan par exemple. Il a été arrêté et jugé pour s’être largement servi, plutôt que de faire simplement des vérifications pour la Résistance. 

La maison de Rosembly à Poggiolo, maintenant propriété d'Alexis Chiti, a-t-elle hébergé les manuscrits de Céline? © Michel Franceschetti - août 2021

La maison de Rosembly à Poggiolo, maintenant propriété d'Alexis Chiti, a-t-elle hébergé les manuscrits de Céline? © Michel Franceschetti - août 2021

 

Les multiples vies de Poulo

 

Que devint ROSEMBLY entre sa sortie de la prison de Fresnes et son installation définitive à Poggiolo vers 1980?

 

Il épousa à Paris en 1947 Mathé Eugénie Angèle GUALANDI, décédée en 1998, fille d'un bijoutier de Corte. Ils eurent une fille, Marie-Luce, qui est morte en novembre 2020, mais le mariage ne dura pas.

 

Dans son enquête, Jérôme DUPUIS écrit qu'il serait devenu gourou en Californie. Il semble certain qu'il soit allé un certain temps sur le continent américain. 

 

D'après Xavier PAOLI, l'historien de Poggiolo, il aurait été employé, à sa libération de prison, dans une société de produits oléagineux. Mais il s'en faisait passer pour le directeur.

 

Beaucoup de Poggiolais ont cru qu'il avait été sous-préfet de la Martinique, alors que c'est sa fille qui se maria avec un représentant du corps préfectoral.

 

Hélène DUBREUIL raconte que ROSEMBLY distribuait des cartes de visite avec le titre de vice-consul de Suède.

 

Les histoires au sujet de ce personnage original sont nombreuses. Jérôme DUPUIS a certainement lu le blog des Poggiolais car il rappelle les bains de Poulo dans la fontaine, anecdote donnée par Jacques-Antoine MARTINI. Poulo était le surnom utilisé dans la famille d'Oscar, surnom devenu Paulo pour de nombreux villageois.

 

​​​​​​​Le plus important est de savoir ce que Poulo avait fait des feuillets de CÉLINE. On peut imaginer qu'ils furent cachés dans la maison de Poggiolo mais ils auraient pu avoir été donnés par ROSEMBLY à une autre personne, peut-être un véritable résistant. Jean-Pierre THIBAUDAT a refusé de révéler comment il avait obtenu ce trésor littéraire. "Secret des sources", dit-il.

 

Quand, voici quelque temps, Alexis CHITI a fait l'acquisition de la maison, il dut, d'après Xavier PAOLI, faire sept allers-retours avec son camion pour vider le bric-à-brac accumulé par Poulo. Quelques papiers s'y trouvaient-ils encore? Toujours est-il que le mètre cube de feuillets était alors entre les mains de THIBAUDAT.

 

Le mystère va certainement persister. Une fois de plus, on peut constater que, dans de nombreux événements, Poggiolo et les Poggiolais sont présents !!!

 

 

Ci-dessous, copie de l 'article de Jérôme Dupuis.

Partager cet article
Repost0
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 15:17

Tests à Soccia
Partager cet article
Repost0
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 10:00
Le bilan s'alourdit: écoutez Martine

Neuf joueurs de l'ACA testés positifs, les soirées napoléoniennes du 12 au 14 août annulées: l'épidémie de Covid progresse rapidement en Corse, y compris dans les Deux Sorru, comme indiqué dans l'article précédent).

Selon le bilan de l'Agence régionale de santé, communiqué ce lundi 9 août, 84 personnes sont actuellement hospitalisées : 17 (6 en Corse-du-Sud et 11 en Haute-Corse) sont dans les services de réanimation tandis que 44 patients (31 en Haute-Corse, 13 en Corse-du-Sud) sont soignés dans les services dits conventionnels. Quatre personnes sont décédées durant le week-end du Covid, portant à 214 (hors Ehpad) le nombre de morts depuis le début de l'épidémie.

Le taux de positivité (calculé sur 7 jours glissants) est en moyenne de 5,7 %, la Haute-Corse étant légèrement plus touchée (6,2 %) que le Sud (5,2 %). (site Corse-Matin)

 

Plus que jamais, il faut respecter les gestes barrières et se faire vacciner. Lisez ce qu'a écrit Martine CHITI sur sa page Facebook.

Le bilan s'alourdit: écoutez Martine
Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 17:49
Même en vacances, vous pouvez lire INSEME

 

CE QUE VOUS PROPOSE LE BULLETIN "INSEME"

DU MOIS D'AOÛT:

 

 

Célébrations / Brèves p.2 

 

Billet spirituel: A Priziuncula (par Elisabeth BERFINI) p.3 

 

Les rencontres de Letia p.4


Si po fà propose: Un programme culturel ambitieux p.5 

 

Ghjornu di pastizzu (par Jean-Martin TIDORI) p.6


La folle agression de Guagno-les-Bains (17 août 1931) (par Michel FRANCESCHETTI) p.7/8 

 

Le père Michel Brune s’en retourne à Lyon (par Annie ABBAMONTE) p.9 

 

À pleins poumons (variations sur la légende de Tristan et Yseult) (par Aude MONDOLONI) p.9/10 

 

Un joyau au cœur de la Cinarca: l'église romane piétante San Giovani de Sari d'Orcino (par Bernard ALLIEZ) p.11/12


Calendrier et brèves p.13

 

 

Téléchargez le bulletin ci-dessous ou allez sur Bulletin-inseme

Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 12:30
Le virus est bien arrivé

 

Pendant longtemps, le haut-canton de Sorru a été protégé de la pandémie

 

Mais cette situation a changé.

 

Depuis quelques jours, des cas positifs de Covid et des cas contacts ont été repérés à Poggiolo, Soccia, Orto et Vico. De nombreux tests sont effectués, notamment parmi les jeunes.

 

Les autorités concernées sont attentives à suivre l'évolution des cas et informer les populations.

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 18:00

 

Les marcheurs connaissent bien Camputile par lequel ils passent pour joindre les lacs de Crena et de Ninu.

 

Le plateau de Camputile a été présenté dans un article précédent pour avoir été le lieu d'un fait historique: une bataille entre Naziunali corses et Grecs pro-Génois en 1734 (voir l'article Les chaussures perdues des Grecs).

 

Il est également présent dans la Légende. Depuis de nombreuses générations, se transmet un récit se passant sur cet endroit proche du lac de Ninu et expliquant la particularité du Capo Tafunatu, montagne située à plusieurs kilomètres de Camputile.

 

Plateau de Campanile en juillet 1973 (photo Michel Franceschetti).

Plateau de Campanile en juillet 1973 (photo Michel Franceschetti).

 

 

Sur le site u-niolu.skyrock.com, est donnée l'explication suivante:

Le Tafunatu percé d'un énorme trou de 35 m de large et 10 de haut, véritable énigme géologique. Sa roche verte contraste avec les teintes orangées du levant et c'est un régal pour les yeux lorsque les nuages qui le traversent fond croire à la présence d'un volcan en activitéé.
Le trou aurait été fait, selon une légende, par la percussion du soc de la charrue du diable. En effet, Satan, pour faire opposition à St Martin, s'était forgé une charrue à toute épreuve et creusait avec des chaussées larges comme des vallées. St Martin reprocha alors au diable de ne pas savoir tracer un sillon droit. Humilié et énervé, le Diable jeta le soc vers la mer de toute ses forces et le soc rencontra l'échine du Tafunatu sur sa trajectoire. Les boeufs de la charrue furent eux pétrifiés sur place par St Martin et une fois de plus, le Bien triompha du Mal...

 

photo extraite du site https://www.camptocamp.org/

photo extraite du site https://www.camptocamp.org/

 

Il existe plusieurs versions de cette légende mais elles ne se passent pas toutes entièrement à Camputile; elles ont toutes comme protagonistes le Diable et Saint Martin, et le trou dans la montagne s'explique par le lancer d'un outil du Diable. Selon les cas, l'objet est une charrue ou un marteau.

 

L'œil du Diable (site Wild Corsica)

L'œil du Diable (site Wild Corsica)

 

 La version reproduite ici est extraite de l'article de Georges RAVIS-GIORDANI et intitulé "Organisation sociale et représentations fantasmatiques du travail et des conflits dans le cadre de la transhumance corse", paru dans "Mélanges de l'école française de Rome" en 1988.

 

 

Je voudrais pour cela comparer et analyser trois récits mythiques dont deux sont très connus dans l'île, et se présentent sous plusieurs versions. Je les résume rapidement : le premier est une légende qui vise à rendre compte d'une curiosité naturelle, une montagne trouée de part en part par un tunnel de 100 à 150 m de diamètre, u Capu Tafunatu; elle met en scène saint Martin et le Diable. Dans la version la plus longue que je connaisse, celle que Chanal a recueilli dans son voyage en Corse, en 1889, elle se subdivise en 4 temps : 

 

1er temps : le Diable est berger salarié chez saint Martin, éleveur niolin; il passe contrat avec lui, et d'après les termes du contrat, «per mezzu», il convainc saint Martin de partager le troupeau en mettant d'un côté les bêtes cornues qui iront à saint Martin, et de l'autre les bêtes non cornues («motine») qui iront au Diable. Or la plupart des bêtes étaient «motine»; quand saint Martin s'en aperçoit il est trop tard, il a déjà consenti aux termes du contrat. Mais dans la nuit Dieu fait pousser des cornes à presque toutes les bêtes du troupeau et le Diable ne reçoit qu'une paire de bœufs.

 

2e temps : le Diable, pour se venger de saint Martin, se fait laboureur, sur les hauteurs du Camputile, près du lac de Ninu, qui passe pour être l'ancienne cheminée de la forge du Diable, et il tente les Niolins en leur faisant miroiter les bienfaits du pain de froment. Il essaie de les détourner de la consommation de la pulenta de farine de châtaignes, mais saint Martin pétrifie ses bœufs, et ruine aussi le projet du Diable. 

 

3e temps : le Diable tente alors de séduire les Niolins en leur proposant de rompre leur isolement hivernal ; pour cela il leur propose de remplacer la mauvaise passerelle qui permettait l'hiver de franchir le Golo par un solide pont. Saint Martin réussit à persuader les Niolins d'exiger que ce pont soit construit en une nuit. Le Diable y parvient presque, mais le coq, réveillé par saint Martin chante avant que le pont ne soit terminé et les Niolins gardent le pont, sans perdre leur âme. 

 

4e temps : de rage le Diable remonte au lac de Ninu et, avant de s'y précipiter, jette son marteau à travers les airs ; celui-ci traverse la montagne dite depuis Capu Tufunatu et va s'enfoncer dans la «plage» de Galeria, où il servira pendant de nombreux siècles de bitte d'amarrage pour les navires barbaresques qui viendront ravager les côtes. Après la défaite des Sarrasins, le sable a recouvert le marteau, et le maquis a repoussé par dessus. 

 

 

Le Diable et St Martin (couverture de "Contes et légendes de Corse", édition 1953)

Le Diable et St Martin (couverture de "Contes et légendes de Corse", édition 1953)

Georges RAVIS-GIORDANI termine son article par l'analyse suivante:

"La victoire du saint Berger sur le Diable laboureur aboutit à l'ouverture symbolique de la route de transhumance (qui passe au pied du Capu Tafunatu); cette victoire s'inscrit bien entendu sur le fond de la lutte plus générale du Bien contre le Mal, des chrétiens contre les infidèles. La transhumance y apparaît comme un enjeu dérivé puisque les enjeux principaux sont tour à tour l'acquisition de la maîtrise du feu, de l'agriculture et des communications avec l'extérieur. D'autre part, cette victoire n'est pas sans contrepartie puisqu'elle expose les bergers transhumant aux incursions barbaresques."

Avec deux autres légendes citées dans cette étude, "ces trois récits mythiques nous disent, me semble-t-il, une même chose: la transhumance n'est pas une pratique naturelle, mais c'est néanmoins une exigence culturelle que seul un exploit miraculeux ou héroïque permet d'accomplir. En même temps, elle apparaît liée au renversement des valeurs, à la victoire des plus faibles, la femme, le berger, le paysan humilié comme si elle était - et je crois qu'elle l'est - dans le système pastoral du moment, ou un des moments, où les rapports des hommes entre eux et des hommes avec la nature pouvaient s'inverser."

 

Les 17 pages de l'article complet peuvent être consultées à l'adresse:  https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5110_1988_num_100_2_2989

 

Troupeau en transhumance à Guagno-les-Bains dans les années 1960 (photo Maryse Moretti)

Troupeau en transhumance à Guagno-les-Bains dans les années 1960 (photo Maryse Moretti)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de septembre en cliquant ICI:

--------------------------------------

CALENDRIER DES MESSES DE SEPTEMBRE:

suivre le lien

--------------------------------------

 

 

Marché communal

mercredi 15 septembre 

place Padrona à Vico,

de 9h à midi.

--------------------------------------

Le comité des fêtes organise confection et dégustation de bastelle à Poggiolo

Dimanche 31 octobre.

--------------------------------------

 

Vacances scolaires:

- Toussaint: du 23 octobre au 8 novembre

- Noël: du 18 décembre au 3 janvier

- Février: du 19 février au 7 mars

- Pâques: du 23 avril au 9 mai

- Fin des classes: 8 juillet

 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907