Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 19:30
Les êtres humains sont trop souvent pris par une agitation superficielle qui les énerve et les épuise, surtout en ville. Quand on est au village, se stresser est absurde, même pour les élections. Il faut savoir profiter de la tranquillité et de la paix, impression que donne cette photo prise il y a quarante ans. 
 
Antunarellu
De nombreux Poggiolais peuvent y reconnaître, assis sur la bordure de la maison de Valère CECCALDI, Laurent-Antoine PINELLI, surnommé "Antunarellu", qui connut d'ailleurs les joutes électorales puisqu'il fut adjoint du maire Martin PAOLI durant une douzaine d'années dans les années 60.
Partager cet article
Repost0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 20:34

Un précédent article donnait l'altitude de Poggiolo (cliquer ICI) et indiquait que Soccia est à 100 mètres et quelques plus haut. Il n'est donc pas étonnant que la neige y soit tombée en plus grande abondance que ce que Marie-Claude montrait dans l'article du 12 mars (cliquer ICI). Brigitte LOYS-JULIEN a mesuré 12 cm d'épaisseur. La troisième photo donne une vision nocturne surprenante de la route. 

neige Soccia 03/10a

neige Soccia 03/10b 

 neige route
Partager cet article
Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 15:30
Ce titre semble un peu hermétique. Il annonce pourtant un événement musical important qu'il serait désolant de manquer.
Samedi 20 mars à 21 h, à l'église de Vico, l'ENSEMBLE INSTRUMENTAL DE CORSE (EIC) se produira pour faire partager différents univers musicaux.
Créé en juin 2002, cet orchestre non permanent et à géométrie variable est soutenu par la CTC. Il a pour but de diffuser le répertoire classique sur l'Ile de Beauté. Il est également un instrument de création pour tous les artistes insulaires. 
Son fondateur et directeur artistique est Bruno JOUVENEL. bruno jouvenel EIC 2010Premier prix de violon et musique de chambre du Conservatoire de Montpellier, celui-ci enseigne le violon à l'Ecole Nationale de Musique et de Danse d'Ajaccio. Certains de ses élèves, devenus professionnels, sont aujourd'hui musiciens de l'EIC, comme Céline PADRONA. Bruno JOUVENEL a été également musicien à l'Opéra de Marseille, au sein des Solistes d'Europe et du Trio Arioso, a participé à des enregistrements avec des artistes insulaires et à plus de 130 concerts classiques avec l'association Musique en Corse.
Après la tournée d'hiver où il a présenté huit concerts en Espagne, l'EIC commence sa tournée de printemps le 16 mars à CORTE avant d'être à VICO samedi 20.
Venez écouter un spectacle de qualité: un patchwork musical avec un répertoire classique ainsi que PIAZZOLLA, Chik COREA et des titres célèbres du répertoire de la chanson corse arrangés pour voix et orchestre.

Chant : Sébastien TRAMONI

- MOZART (1756-1791) - « Petite musique de Nuit »    

1. Allegro brillante   2. Andante Lento   3. Rondeau 

- Edward GRIEG (1843-1907) - Suite Holberg  

1. Prélude   2. Sarabande    3. Gavotte    4. Air     5. Rigaudon
     - Chick COREA - Children’s songs (Vibraphone,Marimba)

     - Astor PIAZZOLLA  - Primavera,Oblivion, Libertango      

          Violoncelle : Cédric LEPREVOST,

        Violons : Violaine DARMON, Florian MAVIEL, Julien POIRIER
     - ROSAURO  -  Concerto pour Marimba et orchestre (1er Mvt)

            Transcription : André NIZARD
     - TRADITIONNEL - Furtunatu
     - TAVAGNA   -      L'anniversariu di minetta
     - JP POLETTI   -      Mal’cunciliu
     - JP POLETTI   -      Pret’Andria
     - S TRAMONI -      Ghjuveddu
Orchestration : Jean Michel GIANNELLI

Le concert commence à 21 h. Ouverture des portes à 20h. Eglise chauffée. 
Les billets peuvent être retirés:
chez les boulangers-pâtissiers de VICO
- par téléphone au 04-95-28-39-79 (Brigitte, Association Artistique et Culturelle de Sorru in Sù)
- à l'entrée de l'église.
Prix des places: 10 euros.

VENEZ NOMBREUX!
Montrez que vous aimez la qualité!
  Des renseignements supplémentaires sur l'EIC sont à voir sur son site à l'adresse:http://www.ensembleinstrumentaldecorse.fr/
Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 21:51

Au contraire des citoyens continentaux, les électeurs de Poggiolo et de Guagno-les-Bains se sont bien mobilisés pour voter  aux élections territoriales.
Sur 150 inscrits, 105 se sont exprimés (dont 18 par procuration) pour dire qui ils veulent pour diriger la Corse. Donc, une participation en hausse avec 70% de suffrages exprimés contre 68,75% en 2004.
En tête, Gilles SIMEONI, avec 31,43%, améliore le score de son père qui avait eu 25,25% en 2004. En seconde position, Paul GIACOBBI fait 24,76%. Puis, arrive Jean-Guy TALAMONI avec 11,43%. Les autres listes attirent moins de 10% des Poggiolais.
Beaucoup d'autres commentaires peuvent être réalisés mais nos lecteurs en sont tout à fait capables. Les résultats de la commune (tableau ci-dessous) pourront être comparés à ceux de l'ensemble de la Corse et à ceux de Poggiolo de 2004 en relisant l'article publié le 6 mars.
Pour le reste de Sorrù in Sù, chaque commune a voté de façon très différente des autres:
  -ORTO: 40% pour TOMA et 25,26% pour SIMEONI
 
-GUAGNO: 32,87% pour GIACOBBI et 23,78% pour TALAMONI
  -SOCCIA: 24,65% pour TOMA et 23,24% pour de ROCCA-SERRA

résultats 1er t 2010

 
Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 20:02
Il n'était pas Corse, ni d'origine insulaire. Il n'a jamais parlé de l'Ile de Beauté dans ses chansons.
Jean FERRAT vient de mourir samedi 13 mars à l'âge de 79 ans à l'hôpital d'Aubenas, à une quinzaine de kilomètres de son village d'Antraigues-sur-Volane, dans son pays ardéchois cher à son cœur. On peut apprécier ou non son engagement politique. On peut aimer plutôt telle ou telle de ses chansons. Jean FERRAT a cependant sa place ici pour "La montagne", inspirée par son Ardèche mais qui retentit chez tous ceux qui tiennent à leurs racines. Sa montagne est aussi la nôtre. Ses paysans sont aussi nos familles.
Marthe POLI a eu l'excellente idée d'illustrer cette chanson par des vues d'Ortu et de Guagnu. Regardez. Ecoutez.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 22:04
La Corse a été bien blanchie ces jours-ci. A Poggiolo, la neige est tombée dans la nuit de mercredi 10 à jeudi 11 mars, mais n'a pas tenu trop longtemps (à part, bien sûr, sur les montagnes).
Faut-il être heureux qu'elle n'ait pas trop gêné? En tout cas, Marie-Claude en a profité pour réaliser ces deux clichés.
 neige 11 mars 10a
neige 11 mars 10b
Partager cet article
Repost0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 21:03
Le "Corse-Matin" de dimanche 7 mars publie un article signé de J.-M.F. consacré à la dénonciation de la divagation des animaux, thème récurrent et préoccupant pour tous.
Le texte se termine par le souhait que les candidats aux élections s'y intéressent. "Leur programme devrait donc mentionner leur volonté ferme d'éradiquer (enfin) cette anomalie d'un autre siècle".
Le correspondant habituel pour notre canton croit que la divagation des cochons, vaches et autres existait dans les autres siècles. C'est vrai mais il ne faut pas croire que cette divagation était anarchique. Au contraire, elle était suffisamment contrôlée pour éviter les dégâts.
Un témoignage en est fournie par "L'essai sur la topographie physique et médicale de Saint-Antoine de Guagno", dissertation soutenue à la Faculté de Médecine de Strasbourg le 17 août 1829 par Jean-Baptiste-Joseph THIRIAUX (texte reproduit  dans le recueil "Acqua medicinale" publié par Louis Mathieu GENTY vers 1992).
A la page 11 de cet essai, le docteur THIRIAUX décrit les animaux de Guagno-les-Bains et précise:
"Le porc est très petit; sa robe est généralement noire. On a la mauvaise coutume de le laisser en liberté; cependant il n'en résulte d'autre inconvénient que la mal-propreté des passages; car il n'est pas méchant, et ne peut, à raison du triangle appelé catena, qu'on lui passe sur le cou, s'introduire, à travers les haies, dans les jardins."
L'anomalie n'est pas de laisser errer les bêtes, mais de ne plus utiliser la catena. Si, comme il est écrit dans l'article de J.-M. F., les maires ne peuvent faire appliquer l'interdiction de divagation, pourquoi ne tenteraient-ils pas de revenir à la catena? Comme "La vraie tradition est critique", nous reviendrions à une tradition qu'il fallait garder car elle avait fait ses preuves.
div
Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 21:14
Comme d'habitude, en début de mois, "INSEME" est paru.
Une bonne partie de ce numéro est évidemment consacrée à la préparation de Pâques.

Après l'éditorial consacré à "La journée de la femme" (qui est le 8 mars), les pages 2 et 3 donnent les dates et horaires des célébrations religieuses pour préparer Pâques.
La page 4 contient le billet spirituel sur un baptême d'adulte (Vanessa PAOLI).
Grâce à la page 7, on peut apprendre qu'il y aura "Un Vendredi Saint original" avec la présence des musiciens de Sorru in Musica à la veillée et à la procession à Vico.
En-tete-inseme-copie-1.jpg

Mais "INSEME" a la grande qualité de ne pas être seulement une feuille paroissiale. Il est aussi un bulletin d'informations locales. C'est en cela que sa lecture est indispensable.
Un article décrit le tournage d'un film sur Grosso Minutu dans le canton (et rappelle qui est ce personnage emblématique de l'humour corse).
Un autre présente l'Ensemble Instrumental de Corse (renseignements supplémentaires en cliquant ICI) qui donnera un concert le 20 mars à Vico.
Les recettes de cuisine de la page 9 sont des pâtisseries du temps pascal (cacavellu e strena di Pasqua)
En page 11, un article et un témoignage présentent les nouveaux arrivants dans le canton.

L'ensemble des douze pages de la livraison de mars est consultable sur le blog http://inseme-bulletin.hautetfort.com/
Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 21:07

Faure Gnassingbé a été réélu président du Togo pour un second mandat, selon les résultats provisoires communiqués samedi soir par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), avec 60,92% des voix (1.243.044). Cette victoire, quelles que soient les réserves qui peuvent être émises sur sa régularité, est également celle de Charles DEBBASCH, conseiller spécial du Président, qui a rang de ministre. Ce juriste français avait Debbasch2déjà conseillé le précédent Président, le général Eyadema, et il a été l'instigateur de la contorsion constitutionnelle qui avait permis à Faure Gnassingbé de succéder à son père en 2005.
Charles DEBBASCH a un curriculum vitae impressionnant (que l'on peut voir sur
son blog http://charlesarthur.space-blogs.com/). Il est surtout connu comme professeur de Droit et comme Président de l'Université d'Aix-Marseille III dont il avait obtenu la création de haute lutte dans les années agitées d'après-mai 68. Il a également été à la une de nombreux journaux pour ses ennuis judiciaires concernant la gestion de la Fondation VASARELY à Aix-en-Provence.

Enfin, il connaît bien la Corse, et surtout notre canton, car il a été marié avec Marie-Hélène OTTAVY, originaire de Soccia. Beaucoup se souviennent peut-être d'avoir vu le couple (avec son chien yorkshire) à la salle des fêtes pour le 15 août ou à la foire de Renno où le doyen honoraire dédicaçait ses livres. Les obsèques de Marie-Hélène avaient frappé par le grand nombre de belles voitures remplies de personnalités togolaises qui avaient grimpé jusqu'à l'église de Soccia.
Pourquoi l'évoquer sur le blog de Poggiolo? Pas par curiosité malsaine mais pour donner le texte suivant extrait d'un de ses livres (et republié dans
son blog). En dehors de la critique du passéisme des nationalistes (dont on peut penser ce que l'on veut), il y a là une description des paysages des Deux-Sorrù, des faux espoirs de Guagno-les-Bains et des changements dus à la modernité. 
 

[10/08/2007 11:03]
LE PROBLEME CORSE
LE PROBLEME  CORSE                                            
 CERVEAUX DECHIRES

 

je publie à nouveau ce texte écrit en 2003 et qui a gardé toute son actualité

 

LES FLAMBEAUX DE CONTINUITE
Le lendemain, il n’était plus question de paroles mais de réalités. Je m’étais enfoncé dans la vallée de Vico. J’avais quitté les roseaux marécageux et les eucalyptus enivrants et je m’étais engagé dans la plaine puis dans la montagne. Lacet après lacet, je m’évertuais à rejoindre ma cible. Impatient et téméraire, je forçais quelque peu sur l’accélérateur pour atteindre plus vite mon but. La nature se faisait plus sauvage. Les chênes verts s’étaient teintés de noir et dessinaient des ombres inquiétantes. Trois sangliers égarés veillaient la dépouille de l’un des leurs qui avait voulu se frotter de trop prés à la civilisation automobile. Puis Soccia apparut, sorte d’île dans ce cirque de montagnes majestueux. Les pierres stables et ardentes de monotonie et le village pareil à lui-même donnaient l’impression de l’immobilité. Et, pourtant, je ne pouvais m’empêcher, en progressant dans une lente procession dans les rues en colimaçon du village, ébloui par la majesté des massifs environnants, de ressentir des idées contradictoires s’entrechoquer dans mon esprit.


V
oilà vingt ans, la télévision ne pénétrait pratiquement pas ici. Zone d’ombre disaient les techniciens de TDF. Dominique, sorte de tonton flingueur, recréait sa vie à sa façon. Il se voyait empereur de Montmartre, roi des bandits manchots, prince des filles  faciles. Et on se demandait ce qu’il faisait là dans une maison presque en ruine sans moyens pour se chauffer. Ce qui ne l’empêchait pas de loin en loin, de plus en plus  loin, d’aller mener la grande vie à Ajaccio, à Nice ou à Toulon. Plein de projets, il fascinait son frère inspecteur des impôts débonnaire et droit qui revenait de ses séjours à Soccia plein d’idées folles. Le champ d’oliviers hérités des parents allait devenir le siège d’un grand établissement de cure thermale et pourquoi pas d’un casino. Et mon interlocuteur d’exhiber la copie d’un édit de Louis Philippe  du 7 septembre 1840 qui déjà déclarait d'utilité publique les travaux entrepris à Guagno les bains. Enfin, les touristes allaient affluer dans le village, et payer à prix d’or les chambres d’hôtes.ame debbasch

 

LES CHOCS DU CHANGEMENT

 

Vingt  ans après, l’établissement thermal a poussé mais sur le terrain d’un voisin. Les touristes n’ont pas suivi. Le Tonton flingueur est relié au monde par satellite et il peste de voir son village dépérir. Les jeunes délaissent les maisons familiales pour aller s’installer plus prés des plages. La société de consommation est passée par là et lors de la fête patronale les rythmes américains ont remplacé les ritournelles corses. Voici les jeunes gagnés par la mondialisation. Ils achètent des fringues estampillées. Ils se coiffent comme leurs idoles américaines . Ils jouent sur des playstation et rêvent de la guerre des étoiles numéro dix. Les couples se font et se défont à un rythme que les parents n'arrivent plus à suivre et les enfants du divorce rejoignent les grands-parents plus souvent que de raison. Quelle place pour l’identité dans ce déferlement de modernité, dans cette ouverture si grande sur le monde qu’elle déchire les linteaux des anciennes fenêtres? Le cimetière des corsitudes abandonnées serait grand ouvert et le vent du grand large emporterait les derniers vestiges d’une authenticité disparue. Comme s’il suffisait de lustrer les feuilles dentées des châtaigniers pour faire disparaître la mémoire de leurs racines ! Car d’autres tendances encore plus profondes se font jour.


 Les civilisations sont rebelles à la mort. Quand elles sentent celle-ci se rapprocher, elles se réveillent et engagent le combat contre le virus assimilationniste. A toi, l’anglais triomphant de ton universalité, à toi le français subtil et tourmenté, j’oppose la langue corse variée de ses patois mais lieu géométrique de la reconnaissance d’une identité. A toi le cosmopolitisme universaliste, j’oppose la trame des origines, la loi du sang. Et à chacun de se découvrir plus corse que son voisin, corse de l’intérieur contre corse de l’extérieur, corse de souche ou d’adoption, de mère ou de père. A toi le capitalisme, j’oppose le respect de la tradition, la paix des rivages, le droit du peuple à sa terre. A toi le citoyen du monde, découvreur des horizons lointains, je réponds par ma volonté de vivre et mourir au pays.


Ainsi , il y aurait deux logiques, l’une de l’enfermement et de l’isolement, l’autre de l’ouverture. Corses isolés dans leur île  ou île plongée dans le tourbillon universel des Corses de partout et d’ailleurs. Une île pour les Corses ou des Corses dans leur île. Débat source de haines irréductibles, de combats fratricides, de morts inutiles, de paillotes brûlées par de prétendus gardiens de la loi.


 Ainsi devisait mon interlocuteur. Je lui répondis :


« Rassurez-vous les choses sont plus compliquées qu’il n’y parait. Il n’y a pas une ligne de démarcation entre ces deux univers , une frontière qui sépare deux clans. La ligne de fracture est à l’intérieur même des cerveaux qui adhèrent à ces deux conceptions à la fois. Il ne devrait pas être bien sorcier de  réconcilier ces neurones égarés. »

 


 
DOYEN CHARLES DEBBASCH

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 21:29
   D'après les médias, les élections régionales (dites territoriales en Corse) ne semblent pas passionner les gens. Elles seront cependant l'occasion de conforter ou de changer les équipes qui gèrent les régions. En Corse, la majorité actuelle paraît en difficulté. Les électeurs de Poggiolo participeront au scrutin et il sera intéressant de comparer les résultats poggiolais avec ceux des autres communes de l'île, et aussi avec les résultats précédents.
Voici des tableaux donnant les chiffres des scrutins des deux tours des élections régionales de 2004 dans la commune et dans l'ensemble du département de Corse-du-Sud.
  Le grand vainqueur était la liste d'Edmond SIMEONI qui, avec un quart des voix au premier tour et un tiers au second, réalisait des scores bien supérieurs à sa moyenne départementale. Ensuite, venaient la liste de droite de José ROSSI et celle de gauche d'Emile ZUCCARELLI. Par contre, la liste Camille de ROCCA-SERRA (vainqueur de la région) était seulement huitième au premier tour et quatrième au second. Aux extrêmes, le communiste Dominique BUCCHINI réalisait un score plus faible que sa moyenne départementale alors que le FN Olivier MARTINELLI avait un résultat supérieur à sa moyenne.
(vous pouvez cliquer sur les tableaux pour les agrandir)

élections 2004


élections C du Sud 2004

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Noël:

du samedi 17 décembre au mardi 3 janvier

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907