Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 18:00

 

Les vacances d’été sont souvent synonymes de repas au restaurant dans un environnement agréable. «Corse-Matin» de samedi 21 août montre combien ce délassement est réussi quand l’attachement au village est fort comme à Soccia (article  signé Marine Slavitch, paru samedi 21 août).

 

L’ambiance chaleureuse des restaurants de Soccia

 

Niché à 750 mètres d’altitude, sur l’ancienne pieve de Sorroinsù, le village de Soccia est animé par l’ambiance chaleureuse de ses quatre restaurants. L’attachement au village est intergénérationnel et les jeunes qui y ont grandi reviennent lui donner de nouvelles couleurs.

A une heure et demie d’Ajaccio, au terme d’un dédale de virages et de routes escarpées, le village de Soccia apparaît comme une récompense pour les curieux qui sillonnent les routes de la plaine. Certains, en balade autour des piscines naturelles de Guagno-les-Bains, y arrivent par hasard quand d’autres y font escale avant de débuter leur randonnée sur le chemin du lac de Creno.

La centaine d’âmes qui vit ici à l’année n’échangerait de place pour rien au monde. Car au-delà du cadre idéal dans lequel se niche la centaine de maisons en pierre perchées à 750 mètres d’altitude au cœur du parc régional corse, l’esprit festif des habitants donne au village tout son cachet. « La pure tradition socciaise, c’est la fête et l’accueil, insiste Jean-François Bartoli, maire du village, le plus important, ce n’est pas le lieu mais cette envie permanente de Socciais de se retrouver ensemble et de partager des moments de joie. »

 

 

« Le village vit en toute saison »

Dans les rues circulaires où tout le monde se salue, un bar, un snack, une pizzeria, une terrasse gastronomique, un restaurant corse et un hôtel réveillent l’âme de Soccia, village dont la population est multipliée par cinq durant la saison estivale. La cohabitation se déroule en général sans encombremalgré quelques soucis de circulation et de stationnement liés à la petite largeur des routes en pente. « Les touristes apportent un certain dynamisme l’été mais le village vit en toute saison, souligne le maire, pas moins de quatre couples de retraités se sont installés ici l’année dernière ».

 

L’ambiance chaleureuse des restaurants de Soccia

 

Sur la terrasse en bois de Pane i Vinu, restaurant ouvert il y a près de vingt ans avec son mari, Pascale Chauveau confirme : « Nous sommes connus dans tout le canton pour notre sens de la fête. Au-delà des festivités du 15 août, nous animons le village toute l’année avec des bals, des spectacles, des raps… Toutes les occasions sont bonnes pour faire un apéro ! ». Et les jeunes ne manquent pas à l’appel. Leurs études terminées, ceux-ci n’hésitent pas à revenir dans l’écrin dans lequel ils ont grandi pour apporter leur pierre à l’édifice. Certains reprennent ainsi le bar du village quand d’autres, forts de leurs expériences à l’étranger, apportent de nouvelles saveurs.

 

 

Les cuisines socciaises, entre tradition et renouveau

Dans la cuisine du restaurant A Merendella, situé en plein centre du village, Jean-Christophe s’active justement en prévision du service du midi. Après un long voyage en Australie et un passage en Alsace, où le jeune homme a appris le métier de pâtissier en alternance, le retour au village est apparu comme une évidence. « J’ai grandi dans l’établissement de mes parents et j’ai commencé très jeune en faisant la plonge, comme tout cuisinier. Malgré mes voyages, je reviens travailler ici tous les étés. Peut-être qu’un jour, je reprendrai ce restaurant. C’est mon rêve et j’y suis très attaché »,sourit le pâtissier. Après avoir fait le tour du monde, tout ce qu’on veut, c’est être à la maison.

L’ambiance chaleureuse des restaurants de Soccia

 

Diplôme d’hôtellerie en poche, Jean-Christophe apporte un nouveau savoir-faire pâtissier dans les cuisines du restaurant du village. S’il préfère mettre en avant ses glaces, concoctées avec les plantes du maquis qu’il part chercher sur le chemin de la rivière, la clientèle de la jolie terrasse ombragée loue également ses macarons, « pas écœurants comme ceux que l’on peut trouver à Paris ». Attaché aux recette léguées par ses parents, je jeune pâtissier n’hésite pas à travailler des desserts comme le moelleux à la châtaigne ou le fondant au chocolat auxquels il ajoute sa touche personnelle, inspirée de saveurs d’ailleurs découvertes lors de ses voyages.

De l’autre côté du village, le restaurant de Pascale Chauveau, arrivée à Soccia par amour pour Christophe, son bûcheron de mari, joue également sur les goûts et propose des recettes traditionnelles françaises aux accents méditerranéens.

« Nous mixons les saveurs en fonction des arrivages et nous cuisinons beaucoup de poisson frais avec des crevettes issues de la pêche locale ou encore des espadons en été ». Une denrée rare en montagne qui séduit une clientèle d’habitués puisque le restaurant n’est ouvert que le soir.

 

 

 

La solidarité face à la crise sanitaire

Si la crise sanitaire a mis quelques bâtons dans les roues des restaurateurs, ceux-ci se sont adaptés en faisant de la vente à emporter et la clientèle locale a une fois de plus répondu à l’appel. « Ici, c’est un cul-de-sac et le taux de vaccination est de 90%, ajoute Pascale Chauveau. Même si nous demandons à présent le passe sanitaire à nos clients, ils comprennent très bien et nous le présentent volontiers ».

Et pour celles ou ceux qui ne disposent pas encore du précieux sésame, deux infirmières ont pris sur leur temps de vacances pour effectuer des tests antigéniques au village de 15 heures à 17 heures. Même en plein été, la solidarité locale n’est pas prête de s’éteindre.

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 20:04

 

 

Le sujet n'était pas très gai mais l'article sur l'agression de Guagno-les-Bains en 1931 marquait un moment important de l'histoire du blog des Poggiolais:

 

 

 

il était le 3.000ème texte

publié sur ce site depuis sa création le 1er mars 2009.

 

 

 

Rien n'assure que cette entreprise durera jusqu'au 4.000ème mais que les lecteurs soient ici remerciés de leur soutien et de leur fidélité.

 

Le trois millième !
Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 18:00

 

    Le début du XXème siècle, fut un "âge d'or" pour Guagno-les-Bains, au moins jusqu'à l'attaque sanglante du 17 août 1931.

 

    Même après la fermeture de l'hôpital militaire en 1883, le hameau recevait de nombreux curistes et touristes. Le "Guide bleu" de 1939 écrivit que ce lieu "est non seulement une station thermale très fréquentée, mais aussi une villégiature et un centre d'excursions recommandables dans une contrée accidentée et pittoresque.". Et d'énumérer ensuite les hôtels du lieu:

 

- Grand Hôtel Continental (ouv. toute l'année; autos et calèche à Vico à l'arrivée de l'autobus t. l. j. pendant la saison; gar.)  

- Central

- de la Terrasse 

- Martini

- Villa des Fleurs

- de l'Etablissement thermal (du 1er juin au 30 septembre)

 

La folle et sanglante agression de Guagno-les-Bains (17 août 1931)

 

   Il faisait bon vivre à Guagno-les-Bains mais, voici 90 ans, un drame troubla la fête et fit une très mauvaise publicité à la station thermale. Ce fut le 17 août 1931.

 

   Reprenons le récit qui parut le 24 août dans "Le Petit Provençal", journal marseillais qui avait une importante rubrique corse.

 

    "Mardi dernier, vers 9 heures du matin, le bandit CAVAGLIOLI François et ses deux neveux TORRE Jean-Baptiste et CAVAGLIOLI Toussaint - ce dernier âgé de 17 ans - sont arrivés à GUAGNO-les-BAINS. Ils étaient tous trois armés de fusils et de pistolets avec cartouchières garnies.

   Dès leur arrivée dans cette station d'été, très fréquentée par les malades et les estivants, ils sont allés aux hôtels Casta, Martini Pascal et au débit Leca. Sous la menace de leurs fusils braqués dans la direction des patrons de ces établissements, ils ont exigé le versement de sommes variant de 1.000 à 5.000 francs.

   Après quoi, le bandit CAVAGLIOLI François a posté ses deux neveux au coin de l'établissement thermal tenu par M. Michel SIMONGIOVANNI et lui-même est rentré dans la cour de l'hôtel, a fait lever les mains en l'air aux clients de l'établissement qu'il a rencontrés, puis se plaçant au bas d'une fenêtre, il a appelé le patron: "Michel!  Michel!", son fusil braqué dans la direction de la fenêtre où le propriétaire était susceptible de paraître."

 

    Michel SIMONGIOVANNI, concessionnaire de l'établissement, avait refusé, quelque temps auparavant, le racket établi par le bandit et avait déclaré: "Plutôt que de verser à Caviglioli la somme qu'il me réclame, je suis prêt à lui flanquer cinq balles dans le front" (extrait de Jean BAZAL "Avec les derniers bandits corses", 1973).


   

 

Publicité parue dans "La Corse touristique" en 1926.

Publicité parue dans "La Corse touristique" en 1926.

 

 Le quotidien raconte ensuite:

   "Ce dernier n'ayant pas répondu, CAVAGLIOLI s'est retiré et, de la route, ses neveux et lui ont tiré une trentaine de coups de fusils sur les fenêtres de l'établissement.

   Notre malheureux concitoyen, M. Antoine GUAGNO, qui se trouvait dans sa chambre avec sa jeune femme, atteint à la tête par une balle, fut foudroyé."

 

    Certains textes, mis en référence par Pierre LECCIA sur GENEANET dans sa notice sur Antoine GUAGNO, évoquent l'imprudence de la victime qui se serait mise à la fenêtre pour regarder ("Le Figaro", 26/08/1931, p. 4) ("L'Humanité", 26/08/1931, p. 1) ("Ric et Rac", n° 140, 14/11/1931, p. 2). Les articles se partagent pour localiser l'impact de la balle (tête ou cœur).

 

    Antoine GUAGNO était né en 1900 à Ajaccio où son père Sébastien dirigeait un important garage. La publicité ci-dessous est extraite de la revue "A Muvra".

 

La folle et sanglante agression de Guagno-les-Bains (17 août 1931)

 

Le journal continue:

  "Avant de se retirer vers les collines de LETIA, les bandits ont mis le feu au pré qui s'étend en contrebas de l'établissement thermal."

Il s'agit du terrain sur lequel a été ensuite construit l'Hôtel des Thermes.

 

    Cet article fut complété le 26 août par le même journal qui, dans un nouveau récit de l'événement, donna des détails supplémentaires sur la fuite des bandits:

   "En s'éloignant, les malandrins croisèrent sur leur route le capitaine LECA et M. OTTAVI qui, avec leurs épouses, se rendaient à la source sulfureuse. Sous l'œil noir des fusils, les quatre personnes furent en un tournemain dépouillées de leur argent et de leurs bijoux.

   Quelques heures plus tard, le receveur des Postes de Vico recevait à son tour la visite des bandits qui le prévinrent qu'ils lui interdisaient, sous peine d'être tué sans pitié, de donner à qui que ce soit la communication téléphonique pour Ajaccio."

 

    "All in all it was a successful day for les Caviglioli" (traduction: "Dans l'ensemble, ce fut une journée réussie pour les Caviglioli"), écrivit ironiquement, dans un article intitulé "Again Caviglioli" (voir ICI)le magazine américain "TIME" du 7 septembre 1931 (car l'affaire de GUAGNO-les-BAINS n'eut pas seulement un retentissement français mais véritablement international).     

 

"Time" du 7 septembre 1931

"Time" du 7 septembre 1931

 

   Mais l'affolement était général à GUAGNO-les-BAINS. "Le Petit Provençal" du 24 août continuait par le paragraphe suivant:

    "Dans la soirée, toutes les voitures qui se trouvaient à Guagno et dans les environs ont été réquisitionnées pour permettre aux estivants et aux malades de quitter GUAGNO-les-BAINS qui est complètement désert à l'heure actuelle."

 

   Didier DAENINCKW décrit cette désolation dans son roman «Têtes de Maures» paru en 2013 :

« La panique s’empara des curistes, des vacanciers. Un véritable exode précipita des centaines de familles sur les quais d’embarquement d’Ajaccio. En quelques jours, le bourg de Guagno-les-Bains fut déserté, on dut rapidement fermer les restaurants, les pensions de famille, on licencia le personnel des thermes, les services de voitures depuis Vico ou Ajaccio furent interrompus, et tous ceux qui travaillaient la terre, qui élevaient de la volaille, pétrissaient la pâte, réduisirent leur activité. »

 

   Guagno-les-Bains n’a plus jamais retrouvé son «âge d’or». L’attaque du 17 août 1931, qui eut une si grande importance, est maintenant bien oubliée. Ne serait-il pas utile qu’une plaque posée sur un mur des thermes rappelle la mémoire d’Antoine GUAGNO, victime innocente de la brutalité et de la stupidité de certains ?

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 18:00

 

Les deux infirmières qui assurent les tests de dépistage du Covid à Soccia continuent à exercer jusqu'au 21 août.

 

Paru dans Corse-Matin de mercredi 18 août:

 

Encore trois jours de dépistage
Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 23:59

Marin est arrivé

 

 

Augustine et Capucine, filles de Marie-Line et Renaud MANOURY, sont heureuses de vous annoncer la naissance de leur frère

 

Marin (3,8 kg)

lundi 16 août.

 

Tous les trois sont les petits-enfants de Dominique TEYSSEDOU-CHENEL.

 

Toutes nos félicitations à cette famille bien connue à Poggiolo.

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 14:00

 

La mini-procession de Saint Roch à Poggiolo a, comme prévu, été précédée de la messe devant la chapelle, avec lectures et chants.

 

Merci à Marie-Pierre MAISETTI pour ces images.

 

La messe avant la procession
La messe avant la procession
La messe avant la procession
La messe avant la procession
La messe avant la procession
La messe avant la procession
La messe avant la procession
Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 08:00

 

Les Poggiolais viennent de démontrer que, comme les Gaulois du village d'Astérix,, ils étaient irréductibles et tenaient à leurs traditions.

 

Finalement, pour le 16 août, la statue de saint Roch est sortie. La procession a été très réduite,  se limitant à faire le tour de la chapelle en passant par la place Inghju, mais elle a eu lieu.

 

Merci à Jean-Pierre CHABROLLE pour le reportage photos de cette mini-procession.

 

Poggiolo a eu sa procession
Poggiolo a eu sa procession
Poggiolo a eu sa procession
Poggiolo a eu sa procession
Poggiolo a eu sa procession
Poggiolo a eu sa procession
Poggiolo a eu sa procession
Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 17:51

 

Ainsi donc, la cuvée 2021 de saint Roch à Poggiolo a été très maigre à cause de la situation sanitaire.

 

Nous ne sommes plus du tout dans "le monde d'avant", qui n'est pourtant pas si loin que cela. Avec un petit film, retournons en 2016, voici juste cinq ans.

 

Le 16 août, la chapelle Saint Roch était très bien décorée. Comme il en est d’habitude, l’extérieur autour de la porte avait été enjolivé par les branches coupées aux Trois Chemins par l’équipe des hommes. A l’intérieur, les dames bénévoles avaient disposé avec goût de nombreuses fleurs.

 

Après la messe, le Père Joseph organisa la procession et l’ordre fut à peu près bien respecté tout le long du chemin.

 

Des arrêts eurent lieu, comme au Fragnu, pour lire les intentions de prière universelle.

 

De retour au point de départ, après le «Dio vi salvi regina», les Poggiolais partagèrent l’habituel apéritif convivial. Les boissons étaient offertes par la mairie et chaque famille avait apporté des spécialités salées ou sucrées.

 

Une nouveauté fut la projection en plein air des images des jeux d’enfants organisés le 22 août de l’année précédente.

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 20:00
Pour lire en vacances (ou même après)

 

La suggestion de l'installation d'une boîte à livres à Poggiolo avait été lancée dans un article précédent paru en mars.

 

Si elle n'a pas été reprise dans la commune, elle a été réalisée à Vico.

 

Une vieille armoire servant de boîte où emprunter et déposer des livres se trouve juste sur le côté de la pompe à essence.

 

Tout simple, n'est-ce pas?

 

Bonne lecture !

 

Photo ©Michel Franceschetti 

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 11:06

 

Le vidage de la bibliothèque de Poggiolo a commencé en mars dernier, comme l'a annoncé un article de ce blog. Des livres en très mauvais état ont été jetés. D'autres ont été donnés à l'association Si po fa de Rennu. La mairie de Coggia doit également venir en chercher, paraît-il.

 

Certaines étagères ont été bien délestées.

 

AUTREFOIS:

La bibliothèque a encore des livres

 

LES MÊMES ÉTAGÈRES MAINTENANT:

 

La bibliothèque a encore des livres

 

Un meuble a été transporté à la salle des fêtes pour servir de comptoir en extérieur.

 

La bibliothèque a encore des livres

 

 Pourtant, il reste encore plusieurs centaines de livres à récupérer.

 

La bibliothèque a encore des livres
La bibliothèque a encore des livres

 

Peut-être que certains amoureux de la lecture y trouveraient leur bonheur. Si des personnes sont intéressées, elles doivent s'adresser au maire Jean-Laurent PINELLI ou au premier adjoint Jean-Silius PAOLI.

 

 

Photos ©Michel Franceschetti 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Lisez "INSEME" de septembre en cliquant ICI:

--------------------------------------

CALENDRIER DES MESSES DE SEPTEMBRE:

suivre le lien

--------------------------------------

 

 

Marché communal

mercredi 15 septembre 

place Padrona à Vico,

de 9h à midi.

--------------------------------------

Le comité des fêtes organise confection et dégustation de bastelle à Poggiolo

Dimanche 31 octobre.

--------------------------------------

 

Vacances scolaires:

- Toussaint: du 23 octobre au 8 novembre

- Noël: du 18 décembre au 3 janvier

- Février: du 19 février au 7 mars

- Pâques: du 23 avril au 9 mai

- Fin des classes: 8 juillet

 

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907