Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 18:00

 

Au moment du 2 novembre, jour des Morts dans le calendrier chrétien, les cimetières sont visités par les familles qui vont fleurir les tombes de leurs parents. S'il est normal que chacun s'intéresse à l'endroit où se trouvent les restes de ceux qu'il a connus, d'autres sépultures méritent un intérêt particulier.

 

Antoine François LECA, qui participa à la guerre de 1870-1871 (voir article précédent), ne devrait pas être un inconnu pour tous ceux qui sont entrés au moins une fois dans le cimetière de Poggiolo.

 

 

Son nom est gravé sur la plaque métallique placée sur une croix près du mur en face de l'entrée du cimetière de Poggiolo. Mais qui lit encore ce texte émouvant?

 

Photo Michel Franceschetti

Photo Michel Franceschetti

ICI DORMENT DANS LE SEIGNEUR LECA MARTIN PÈRE 84 ANS LECA FRANÇOIS ANTOINE CAPORAL 25 ANS LECA PAUL 22 ANS ET LECA ANTOINE FRANÇOIS GARDE FORESTIER DOMAINIAL 37 ANS FILS EN ATTENDANT LE JOUR DE LA RÉUNION ÉTERNELLE.
VOUS QUI PASSEZ JETEZ UNE PRIÈRE SUR LA TERRE QUE LES LARMES ONT CONSACRÉE.

 

Les larmes mentionnées dans ce texte sont faciles à deviner quand on se rend compte que le père est mort à 84 ans alors que ses trois fils moururent bien plus jeunes. 

 

Ce père de famille poggiolais est Giovan "Martino" LECA. Ses trois fils mentionnés sont ceux qu'il eut avec son épouse Angèle Marie DESANTI.

François Antoine, né le 27 juin 1846 et mourut le 9 janvier 1872, à 25 ans. 

Antoine François naquit le 6 juillet 1850 et vécut jusqu'au 28 juillet 1887, soit 37 ans.

Paul, né le 16 septembre 1853, décéda 23 ans plus tard, le 6 septembre 1876.

Cette fratrie a été présentée dans le dernier article.

 

Si vous ne "jetez" pas "une prière sur la terre", si vous ne priez pas pour eux, ayez au moins une pensée pour cette famille en passant devant cette plaque.

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 18:00

 

En publiant la liste des Poggiolais ayant participé à la guerre de 1870-1871, nous demandions aux lecteurs qui auraient des renseignements supplémentaires de nous les signaler. Nous avons eu une réponse: un de nos abonnés nous a signalé l'oubli d'Antoine François LECA.

 

Cet oubli est d'autant plus regrettable que pratiquement toutes les personnes qui sont entrées au cimetière de Poggiolo ont dû remarquer son nom. Il en sera question un peu plus tard.

 

 

 

ANTOINE FRANÇOIS, LE CLAIRON

 

Fils de Giovan "Martino" LECA et de sa deuxième épouse Angèle Marie DESANTI, Antoine François LECA naquit à Poggiolo le 6 juillet 1850.

 

Le conseil de révision du 7 septembre 1870 le déclara "bon pour le service" et il se présenta le 27 octobre au 48e régiment d'infanterie de ligne, d'après sa fiche matricule (9 NUM 11/116 - Archives Pumonti).

 

Cette date est importante car elle prouve qu'Antoine François n'a pas participé aux combats des premiers mois, quand son régiment faisait partie de l'armée du Rhin commandée par MAC-MAHON. Il le rejoignit au moment où le 48e fut agrégé au 17e corps d'armée au sein de l'Armée de la Loire. Notre Poggiolais participa peut-être aux combats de Loigny et du Mans où ces troupes affrontèrent les Allemands. Les renseignements sur le 48e proviennent de la fiche Wikipedia.

 

Le registre matricule note qu'Antoine François LECA participa à la campagne contre l'Allemagne du 16 novembre 1870 au 5 juin 1871 (le traité de paix avait été signé à Francfort le 10 mai).

 

Resté dans l'armée, il passa le 12 mars 1872 au 22e de ligne comme clairon. Après  la fin de son service militaire, qui durait six ans, il passa dans la territoriale en 1879. Antoine François LECA devint garde forestier (à Murzo, semble-t-il) et décéda à Poggiolo le 28 juillet 1887 (et non pas le 1er août comme consigné sur le registre matricule), à l'âge de 37 ans.

 

Un clairon de la guerre de 1870 par Edouard Detaille (forum des Amis du Souvenir Napoléonien)

Un clairon de la guerre de 1870 par Edouard Detaille (forum des Amis du Souvenir Napoléonien)

 

 

LE CAPORAL ET LE DISPENSÉ

 

Mais il avait deux frères:

 

 - Son frère aîné, François Antoine, était né le 27 juin 1846 à Poggiolo et décéda au village le 9 janvier 1872. Le registre d'état-civil précise qu'il était caporal au 32e de ligne et qu'il se trouvait alors en convalescence (d'une maladie ou de blessures?).

 

Acte de décès de François Antoine LECA.

Acte de décès de François Antoine LECA.

 

Peut-être participa-t-il lui aussi à la guerre franco-allemande. Le régiment, cantonné à Metz, se distingua dans plusieurs combats au début du conflit. Il est impossible de connaître les réels états de service de François Antoine car, très curieusement, il est totalement inconnu du registre des matricules militaires. Impossible également de savoir s'il était appelé ou engagé.

 

 

 - Un frère plus jeune, Paul, né le 16 septembre 1853, fut dispensé du service militaire car "frère au service", d'après le registre matricule. En 1873, François Antoine étant mort l'année précédente, ce frère devait être Antoine François qui se trouvait alors au sein du 22e de ligne. Le clairon a évité à son petit frère de revêtir l'uniforme.

 

Paul décéda à Poggiolo à 26 ans, le 6 septembre 1876, avant son aîné.

 

 

Avec Antoine François, le clairon, et François Antoine, le caporal, nous avons donc le 24ème et le 25ème soldat poggiolais de la guerre de 1870-1871.

 

 

Si les frères LECA ont été oubliés en tant que soldats, une raison très particulière fait qu'ils ne peuvent pas être ignorés des Poggiolais qui se rendent au cimetière.

Ce sera l'objet du prochain article.

 

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2020 1 26 /10 /octobre /2020 18:00

 

Bernadette PIETRI, animatrice du groupe "Village d'Orto" sur Facebook, vient de publier dix photos montrant l'automne à Orto et Poggiolo.

Admirez.

 

Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne
Couleurs d'automne

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 19:00

 

Pendant la guerre de 1870, quatre frères DEMARTINI de Poggiolo firent partie de l'armée française mais avec des situations très différentes qui illustrent les difficultés des familles corses de cette époque.

---------

 

 

Dominique DEMARTINI (1806 ou 1807-1880) et son épouse Madeleine (1810-1871) eurent six garçons. L'aîné Jean Baptiste et le benjamin Dominique Antoine n'avaient pas l'âge pour participer aux combats de 1870.

 

 

Maison Demartini à Poggiolo. Etait-ce celle des frères Demartini? photo Michel Franceschetti

Maison Demartini à Poggiolo. Etait-ce celle des frères Demartini? photo Michel Franceschetti

 

 

DEUX MARINS

 

Le second des enfants du couple, Antoine Mathieu, né le 4 avril 1841, fut appelé à l'armée en mars 1862. Il fut envoyé par le conseil de révision comme apprenti marin à Toulon. Il participa à la guerre dans la Marine où il fit carrière. Il décéda comme matelot vétéran le 14 juillet 1885 à l'hôpital maritime de Toulon.

 

 

Son frère Antoine, né en 1844, fut convoqué en 1865 par le conseil de révision qui l'envoya chez les apprentis marins de Brest. Mais, en février 1866, l'armée s'aperçut qu'une erreur avait été commise: il n'aurait pas dû être mobilisé car il était frère d'un militaire déjà sous les drapeaux (Antoine Mathieu).

 

Il fut renvoyé dans ses foyers à Poggiolo et ne participa pas aux opérations militaires. Cependant, quand il déclara le décès de sa mère Madeleine le 22 juin 1871 à la mairie de Poggiolo, le registre d'état-civil le mentionna comme "marin domicilié à Poggiolo". Il ne fut libéré des obligations militaires que le 31 décembre 1871. Il décéda en avril 1873 à l'hôpital d'Angoulême.

 

Antoine qualifié de "marin" en 1871.

Antoine qualifié de "marin" en 1871.

 

 

MORT EN INDOCHINE

 

Né le 25 avril 1847, François Marie était berger quand il se présenta au conseil de révision du 14 juillet 1868. Versé dans la garde mobile, il aurait pu ne pas prendre l'uniforme tout de suite mais il fut désigné (car cela était alors possible) comme remplaçant d'un appelé de Gironde. Il dut partir dans les troupes coloniales (on disait alors troupes de marine) vers l'Indochine alors en voie de conquête. Saïgon avait été prise par une expédition franco-espagnole en 1859.

 

Prise de Saïgon en 1859 (image Wikipedia)

Prise de Saïgon en 1859 (image Wikipedia)

 

"Canonnier à la première batterie du régiment d'artillerie de marine et des colonies", il mourut de dysenterie dans l'hôpital de cette ville le 27 juin 1870, donc quelques semaines avant le début de la guerre avec l'Allemagne.

 

L'annonce officielle de ce décès fut retranscrit à Poggiolo pratiquement deux mois après, vers la mi-août.

 

 

MORT EN LORRAINE

 

Pour Antoine-Laurent, né le 28 juillet 1850, l'armée était un choix: il s'engagea volontairement le 17 février 1869 au 6e de ligne de l'armée du Rhin.

 

Il prit part aux combats dès la déclaration de guerre et il fut déclaré comme mort le 26 août 1870 à Pont-à-Mousson. Comme la ville avait été prise par les Allemands le 14 août après deux jours de violents combats, on peut supposer qu'Antoine Laurent mourut dans le camp de prisonniers français installé dans cette ville, peut-être à la suite de blessures reçues les jours précédents.

 

 

Soldats allemands à Pont-à-Mousson le 14 août 1870, dessin d'Auguste Lançon, Musée Carnavalet.

Soldats allemands à Pont-à-Mousson le 14 août 1870, dessin d'Auguste Lançon, Musée Carnavalet.

 

Curieusement, son décès ne fut retranscrit sur le registre d'état-civil de Poggiolo que le 25 décembre 1871, soit plusieurs mois après la fin de la guerre. Retard dû à des difficultés de communications entre autorités françaises et allemandes?

 

 

A cette date, sa mère était trépassée depuis le 22 juin 1871.  Elle avait eu le temps d'apprendre la disparition de François Marie. La notification officielle du décès d'Antoine Laurent n'était pas encore parvenue au village mais son silence depuis dix mois ne laissait plus d'espoir.

 

 

 La guerre de 1870-1871 est oubliée. Elle fit souffrir de nombreuses familles sur lesquelles nous n'avons pas beaucoup d'informations mais ces deux années furent particulièrement éprouvantes pour la famille DEMARTINI de Poggiolo.

 

Avec l'exemple de ces quatre frères, nous avons l'illustration des malheurs de la guerre de 1870, du début de l'expansion coloniale (ici, en Indochine) et du désordre administratif de l'armée du Second Empire. Et, surtout, nous voyons que le sort de nombreux enfants des familles corses de cette époque était de quitter le village.

 

------------------------------------

Une très grande partie des informations ayant servi à cet article vient des registres militaires matricules et des registres de la garde mobile (fiches 9 NUM 78/39, 9 NUM 11/111, 9 NUM 3/681 et 9 NUM 74/897 – Archives Pumonti), avec l’autorisation de Madame Laure FRANCK, directrice des archives de la Collectivité de Corse. Une autre partie provient des registres d'état-civil de Poggiolo également consultables sur le site des archives.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 20:08

 

On l'attendait et c'est devenu officiel: toute la Corse est sous le régime du couvre-feu.

 

La situation sanitaire est devenue préoccupante dans l'île avec une augmentation brutale des chiffres sur la situation sanitaire.

 

Pendant la semaine 42 (du 14 au 21 octobre), le taux d’incidence du Covid-19 a connu une très forte hausse (+131 %), passant de 84 pour 100 000 habitants à 204 pour 100 000 habitants.

 

L'Ouest Corse, dans lequel se trouvent les Deux Sorru, avait les chiffres les plus bas. Ils viennent de monter en flèche: le nombre de cas, qui était inférieur à 5, est passé à 8 et le taux d'incidence, en-dessous de 9, est maintenant supérieur à 100 pour 100.000 habitants.

 

Le seul territoire insulaire encore préservé est la Castagniccia, avec un taux inférieur à 50 pour 100 000.

 

Couvre-feu à cause d'une augmentation brutale

 

 

Il est possible de trouver plus de détails sur les cartes de GEODES Santé publique France.

Celle-ci, qui concerne la période du 12 au 18 octobre, montre que la commune de Vico-Sagone est très affectée avec un taux d'incidence dépassant 250 alors que Poggiolo (dont les limites sont dessinées en rouge) et les communes voisines ont moins de 10. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas appliquer les consignes de sécurité.

 

Couvre-feu à cause d'une augmentation brutale

 

Il est indispensable de prendre des précautions. “Corse-Matin“ de jeudi 22 octobre publie un entretien avec Marie-Claude Milhau, présidente de l’URPS (union régionale des professionnels de santé) infirmiers libéraux, qui pousse un cri d’alarme face à la circulation très active de la Covid-19 dans l’île. Elle pousse la population à agir pour éviter un couvre-feu qui semble inéluctable…

 

Est-ce qu’il n’est pas trop tard pour agir ?

Il faut faire comprendre aux jeunes de ne pas aller voir les grands-parents. Les habitants des villages qui ne se protègent pas doivent aussi comprendre que les gestes barrières sont vitaux. Ce n’est pas parce qu’il y a moins de monde qu’il faut relâcher ses efforts. On constate qu’il y a de plus en plus de clusters dans les familles, les bars… On se retrouve démunis. Nous sommes vraiment atterrés par les chiffres du Covid.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 12:59

 

 

 

 

Toutes nos félicitations.

 

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 19:43

 

Et oui Poggiolo a eu une école !

 

Merci au blog de nous l'avoir rappelé à deux reprises ces dernières semaines par la photo de classe de 1905 et les photos de ses derniers instituteurs.

 

Enfant, j'ai eu la chance d'aller à l'école du village.

 

Le maître était Jojo ANTONINI, un véritable hussard de la république qui aux beaux jours nous emmenait herboriser dans le maquis. C'est grâce à lui que j'ai au cœur l'amour indéfectible de mon village. Il arrivait chaque matin sur sa moto pétaradante devant nos yeux émerveillés pour nous ouvrir au monde.

 

Qu'il lui soit rendu, comme à Samuel Paty et à tous les enseignants d'ici et d'ailleurs, un vibrant hommage.

 

N'est-ce pas Jules FERRY qui disait "De l'instruction nait la grandeur des nations" ?

 

L'ignorance fait le lit de la barbarie. Prenons garde: il n'y a aucune excuse à la barbarie.

 

 

Hélène–Pascale Dubreuil-Vecchi

 

 

Et oui Poggiolo a eu une école !

On voudra bien excuser la mauvaise qualité de cette photo parue dans "L'info U Pighjolu" d'octobre 2007. A côté de Jojo ANTONINI, se trouvent: Toussaint COLONNA, Antoine SECCHI, Jacques DEFRANCHI, Mélanie PASSONI, Ernestine MALACETTI, Marie BATTESTI et François PINELLI.

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 17:00

 

 

Delphine FRANCESCHETTI, professeure d’histoire-géographie, et Yann Defontaine, professeur de physique, étaient à l’hommage rendu à leur pair assassiné ce vendredi. « C'est un acte lâche et barbare, parce qu’il montre bien qu’en faisant ça, ils veulent lutter contre notre société », estiment-ils. Au-delà, ils ont aussi été beaucoup touchés par le recueillement qui a réuni 300 personnes sur la place Saint-Arnoux, à Gap.
 
 
Publié sur le site  du "Dauphiné libéré" lundi 19 octobre 2020.

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 18:00

 

La Toussaint (1er novembre) et le jour des Trépassés (2 novembre) sont des moments importants où les familles pensent à leurs morts, particulièrement en Corse.

 

Pour nos villages, le calendrier des cérémonies a été publié. Comme le 1er est un dimanche et le 2 un lundi, un décalage a été nécessaire.

 

Attention, ce calendrier est celui affiché sur le site du couvent de Vico. Il comporte quelques différences avec le bulletin "Inseme" d'octobre.

 

On remarquera qu'il n'est pas prévu de messes à Poggiolo et Guagno-les-Bains mais seulement la bénédiction du cimetière.

 

Dommage !

 

 

Photo Michel Franceschetti

Photo Michel Franceschetti

 

 

Toussaint Samedi 31 octobre:

 

10h00 Bénédiction cimetière GUAGNO les BAINS       

15h00  Messe à GUAGNO  

16h00 Messe à ORTO     

       

17h00 Bénédiction cimetière POGGIOLO             

            

Toussaint Dimanche 1er novembre:

10h00 Messe à LETIA st MARTIN    

11h00 Messe à VICO   

11h00 Bénédiction cimetière LETIA st ROCH        

15h00 Bénédiction cimetière MURZO     

15h00 BALOGNA

 

Défunts Lundi 2 novembre:

11h00 Messe à SOCCIA

11h00 RENNO

11h00 Bénédiction cimetière ARBORI       

 

 

Les messes des 31 octobre, 1er et 2 novembre seront suivies de la bénédiction du cimetière.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 19:58

 

Ayons une pensée reconnaissante envers les instituteurs et les professeurs qui transmettent les connaissances aux enfants et leur  apprennent comment vivre en société.

 

 

Quelques instituteurs de l'école de Poggiolo: Xavier OTTAVI, Bernard PAOLI, Jojo ANTONINI, Angèle POMPEANI, Judith OTTAVI.

Quelques instituteurs de l'école de Poggiolo: Xavier OTTAVI, Bernard PAOLI, Jojo ANTONINI, Angèle POMPEANI, Judith OTTAVI.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Noël:

Fin des cours: samedi 19 décembre

Reprise des cours: lundi 4 janvier

---------------------------

"Inseme", le bulletin interparoissial des Deux Sorru de novembre, est paru. 

 

Pour le lire, cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907