Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 23:32

  

Elle n’y est plus depuis plusieurs mois mais certains Poggiolais ne l’ont peut-être pas encore remarqué: la cabine téléphonique de la place St Roch a disparu.

Installée très tardivement, elle était victime depuis plusieurs années de l’utilisation des téléphones portables. Il est vrai que ces derniers ont eu du mal à s’imposer à cause des difficultés du relief. Les premières années, les abonnés à SFR n’avaient une réception correcte que juste devant le bar.

Le coup décisif a été donné par un article de la loi Macron, adoptée le 10 juillet 2015, qui autorise désormais Orange (ex-France Télécom) à supprimer la totalité du parc de cabines. C’est la fin de l’obligation d’entretenir une cabine par commune.

La cabine poggiolaise a eu peu de grandes périodes d’utilisation mais elle a connu quelques péripéties. En 2003, elle a perdu sa porte vitrée. En 2012, l’ensemble de l’installation avait été démonté, puis réinstallé.

Cette photo montre que le publiphone existait toujours le 5 novembre 2015.

La cabine est partie en toute discrétion

Sur cette autre image, prise le 19 juin 2016, la cabine a complètement disparu.

La cabine est partie en toute discrétion

Une personne qui peut être contente est Jeanne GRIMALDI. Elle se faisait un devoir, chaque été, de nettoyer la cabine et d’enlever les toiles d’araignées qui surplombaient son terrain.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 18:00
Réponse à la devinette du mois : quelle plante suis-je ?

La devinette consistait à trouver un nom de plante.

La solution de la devinette se trouve sur un des trois pupitres d’information placés par le conseil départemental au bord de la route à l’entrée de Poggiolo, juste avant le chemin qui mène à la mairie.

Réponse à la devinette du mois : quelle plante suis-je ?
Réponse à la devinette du mois : quelle plante suis-je ?

Evidemment, il faut savoir lire à l’envers ou se mettre de l’autre côté de l’édicule pour déchiffrer la solution.

Réponse à la devinette du mois : quelle plante suis-je ?

La bonne réponse est donc :

L’AULNE GLUTINEUX (ou ALISU en corse).

 

L’aulne est efficace dans le maintien des berges grâce à ses profondes racines. Le bois d'aulne est réputé imputrescible et durcit au contact de l'eau. On en fit des pilotis à Venise. En Corse, il a servi pour des rigoles et pour des roues de moulin.

Rigole en aulne sur les hauts plateaux de Corse (CRPF de Bretagne) http://www.crpf.fr/bretagne/pdf-fiches-essences/Aulne_de_Corse.pdf

Rigole en aulne sur les hauts plateaux de Corse (CRPF de Bretagne) http://www.crpf.fr/bretagne/pdf-fiches-essences/Aulne_de_Corse.pdf

Le seul problème est que, en plus de l’aulne glutineux, il existe une variété typiquement insulaire qui se nomme l’aulne de Corse. Les différences avec l’autre aulne ne sont pas énormes mais elles sont néanmoins réelles comme le montre ce tableau extrait du site http://www.lesarbres.fr

Réponse à la devinette du mois : quelle plante suis-je ?

Alors, aulne glutineux ou aulne de Corse ? La réponse inscrite sur le pupitre touristique est-elle vraiment la bonne ?

Ce qui est certain, c’est que les villages avaient tous des moulins à eau qui étaient bien utiles.

Les moulins poggiolais ont été étudiés dans un texte écrit par Xavier PAOLI et publié sur ce blog en juin 2013:

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Devinette Natura corsa
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 18:00

La devinette de ce début du mois de juillet est fournie par le conseil départemental de Corse-du-sud.

Sur un des pupitres d’information installés en octobre dernier sur la commune de Poggiolo, on  peut lire cette question :

La devinette du mois : quelle plante suis-je ?

« Je pousse au bord des rivières et mon bois était recherché par les meuniers pour la fabrication des roues du moulin, qui baignaient dans l’eau.

Qui suis-je ? »

 

Réponse demain.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Devinette Natura corsa
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 18:15

L’émotion suscitée par la vandalisation de l’arbre de la Goccia a permis une intervention rapide des agents de l’ONF. Maintenant, quand on passe rapidement sur la route en voiture, la partie où l’écorce a été enlevée ne se voit pas.  Tout au plus, on a l’impression que le tronc est d’une couleur sombre.

Prenez la peine de vous arrêter. Vous verrez que les forestiers ont soigné la plaie en imprégnant l’arbre d’un produit noirâtre, genre résine ou goudron, qui est destiné à permettre la cicatrisation des blessures.

En espérant que le remède soit efficace, n’oubliez pas de saluer l’arbre au visage. Qui sait ? Ce petit geste lui donnera peut-être le courage de continuer à lutter.

 

Que devient l’arbre blessé ?
Que devient l’arbre blessé ?
Que devient l’arbre blessé ?
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Guagno-les-Bains Natura corsa
commenter cet article
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 18:10

Jean de la Bruyère a écrit: "Nous descendons tous d'un roi et d'un pendu".  Pour savoir qui nous sommes, il faut connaître nos ancêtres. Ces ancêtres peuvent avoir été "roi" ou "pendu", mais encore faut-il les connaître. Une excellente émission de télévision montre, à travers l'exemple d'une personnalité, comment les retrouver.

Pendu et roi: l'importance du retour aux sources

C'est un événement comme on en vit trop rarement chez les amateurs de généalogie : une émission de télé entièrement consacrée à notre passion ! Vous vous en souvenez peut-être, l'émission "Retour aux sources", diffusée en 2010, avait déjà fait le plein de téléspectateurs. France 2 a choisi de relancer son émission... et c'est pour mardi prochain, 28 juin !

Le principe de “Retour aux sources” est très simple : nous suivons les pérégrinations généalogiques d’une personnalité à la recherche de ses ancêtres. Qu’elle se déplace dans un dépôt d’archives ou sur les lieux où ont vécu ses ancêtres, nous partageons ses émotions, ses surprises et les rencontres qu’elle va faire, qu’elles soient situées dans le passé où bien ancrées dans le présent.

Relier la petite Histoire, celle d’un homme du XXIe siècle, à la grande Histoire, à l’aide de quelques rappels historiques et pour mieux comprendre le devenir des familles, voilà le pari réussi par “Retour aux sources”, avec brio et intelligence !

Après Vincent Perez et Clémentine Célarié en 2010, c’est au tour de François Berléand, le comédien bien connu, de se plonger dans la recherche de ses origines familiales. Il sera accompagné pour l’occasion par Marie Drucker.

L’acteur souhaite retrouver ses origines du côté de son père, juif ayant fui la Russie avec ses parents, originaires de Moldavie et d’Ukraine. Et, s’il a bien connu sa grand-mère, surnommée Babouchka, il n’a jamais connu son grand-père, dont il ne connaît même pas le visage en l’absence de photo.

Un moment de sa vie l’a marqué : lorsque, jeune adulte, François Berléand annonce à son père son désir de devenir comédien, celui-ci lui répond : «Tu reprends le flambeau, ton grand-père était metteur en scène de théâtre, et ta grand-mère était comédienne». Mais malgré ses questions, il n’a jamais pu en savoir plus. Quarante ans plus tard, il va enfin pouvoir éclaircir ce mystère qui, comme il l’avoue, le “trouble énormément”.

Nous avons pu visionner cette émission : elle correspond bien à l’idée que nous nous faisons de la généalogie, en ne se contentant pas d’aligner des noms et des dates, mais bien en s’attachant à reconstituer la vie des personnes qui nous ont précédé. Nous ne doutons pas qu’elle suscitera chez de nombreuses personnes l’envie de “se lancer”, qu’elles sachent alors que Geneanet et sa communauté seront là pour les accompagner.


“Retour aux sources” sera diffusé sur France 2 mardi prochain, 28 juin, à 22h50. Tous à vos écrans !

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Généalogie
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 18:00
SORRU IN MUSICA...le programme 2016

Que sera le Festival Sorru in Musica de cet été?


10 jours de concerts dans les villages de Vicu, Rusazia, Murzu, Letia, Sagone, Rennu, A Soccia, Coghja, et au couvent Saint-François de Vico.


Des animations conviviales avant les concerts à 18h30,
avec les associations des villages et les étudiants qui participent aux Master classes de l’académie de musique du festival


Des concerts gratuits à 21h30:
    -avec l’orchestre Paris Classik (avec et sous la direction de Bertrand CERVERA)
    -avec le soliste japonais Iwao Furusawa (violon) lundi 25 juillet.

 

Des partenariats, des histoires d'amitié et de partage
    - avec Robin RENUCCI que l'on retrouve pour une lecture-concert , sur des textes de Paul Valéry et des musiques de Brahms, Fauré, Ravel
    - avec le sommelier Raphaël Pierre-Bianchetti, pour un concert-dégustation (sans abus!)
    - avec Pierre GERONIMI, maître-glacier, pour un concert musiques et saveurs en compagnie de Schubert et Vivaldi
    - avec Jean-Pierre Matteï, président de l'association La Corse et le cinéma, pour un ciné-concert "Casanova" d'Alexandre Volkoff sur une musique originale de Didier Benetti.


Des créations inédites en Corse :
    - "Dracula" de Bram Stoker , concert-fiction, avec l'acteur Feodor Atkine; adaptation pour le festival d'une coproduction France Culture-Orchestre National de France.
    - "Le cinéma italien" où l'on retrouve et revisite les créations d' Ennio Morricone et Nino Rota entre "Le Bon, la Brute et le Truand" " Cinéma Paradiso" et tant d'autres...
    - "Une histoire corse", le concert de clôture du festival scénarisé

SORRU IN MUSICA...le programme 2016
SORRU IN MUSICA...le programme 2016
SORRU IN MUSICA...le programme 2016
Repost 0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 18:00

La Goccia ne connaît plus l’affluence des curistes ou des habitants de Guagno-les-Bains venant se promener depuis le village. Les touristes et les Socciais, Poggiolais, Ortigais ou Guagnais n’arrêtent plus leurs voitures pour se passer de l’eau sur le visage car IL N’Y A PLUS D’EAU !

Aucun filet d’eau ne coule dans la fontaine. Le bassin est recouvert de feuilles mortes.

Heurs et malheurs de la Goccia. 3/3: une source au régime sec

La disparition s’est produite en plusieurs étapes.

L’exploitation de l’établissement thermal a été arrêtée en 1999 après la découverte d’une contamination de l’eau par de la légionellose.

En 2004, l’eau de la Goccia coula froide. Un an plus tard, le 21 avril 2005, le correspondant de «Corse-Matin» qui signait J-M F s’alarma :

Heurs et malheurs de la Goccia. 3/3: une source au régime sec

«Depuis un an, l’eau qui jaillissait «claire, transparente, onctueuse au toucher, chaude à 43°», coule froide. Mystère de la nature ?

Assurément non. Des travaux de terrassement ont été effectués à l’approche de la nappe souterraine. Ceci explique peut-être cela, explique Mathieu, un ancien de Sorru in Su. Les causes de cette mutation de la source thermale en simple fontaine d’eau claire certes mais froide et d’aucune utilité thérapeutique doivent être recherchées.»

Nouvel épisode avec un autre article, daté du 29 décembre 2008, qui annonce que l’eau s’est complètement arrêtée de couler.

Heurs et malheurs de la Goccia. 3/3: une source au régime sec

«Des bénévoles motivés ont eu beau se mobiliser pour redonner vie à «degli ochi» dans le cadre d’une journée d’aiutu, rien n’y a fait. Armés de pelles, de pioches, et sur les conseils avisés des anciens, ils ont remonté le cheminement de l’eau de la source, sans parvenir à la détecter…

Les causes de cette disparition doivent donc être recherchées avec des moyens techniques et scientifiques appropriés. Il appartient incontestablement aux services départementaux concernés de se pencher avec efficacité sur ce problème d’eau évaporée. Espérons que la volonté politique sera bien là.»

 

Huit ans plus tard, la Goccia reste à sec.

Et le docteur Claude MARTINI peut méditer sur la vanité des choses humaines en contemplant le bassin abandonné.

Heurs et malheurs de la Goccia. 3/3: une source au régime sec
Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Guagno-les-Bains
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 18:07

La source de la Goccia n’a pas eu la même célébrité que les thermes de Guagno-les-Bains mais elle a toujours été mentionnée dans les guides touristiques et dans les livres présentant la Corse.

 

François VAN CAPPEL de PRÉMONT, dans son étude «Guagno-les-Bains à travers la petite histoire du thermalisme», précise que les deux sources ont des compositions chimiques similaires: «toutes deux présentent des eaux à dominante sulfatée sodique, chlorurée et carbonatée, de minéralisation peu élevée (0,3 g/j) mais de teneur en silice considérable (30 à 35 % de la minéralisation)».

La Goccia était toujours mentionnée comme ayant un débit d’un peu plus 6 litres à la minute avec une température de 37°, l’eau de Venturino ayant 49° et coulant à la vitesse de plus de litres à la minute.

Par contre, leurs vertus étaient légèrement différentes. Si l’eau de la grande source était bonne pour de nombreuses maladies, la Goccia était plus spécialisée, comme l’écrivit Jean de la ROCCA dans «La Corse et son avenir» (1857): «les effets de ces eaux sont merveilleux pour la guérison des organes les plus délicats, les yeux, les oreilles, toutes les parties de la face qui peuvent être affectées, et surtout elles opèrent des cures admirables dans les maladies de la vessie». De nombreux écrits reprirent les mêmes termes et précisèrent souvent, pour la face, que ces qualités se faisaient sentir surtout sur la gorge et le larynx. On ajoutait souvent les blessures par armes à feu.

Le bâtiment qui recevait cette source a été construit en plusieurs étapes.

De 1808 à 1810, un bassin circulaire fut édifié par le conseil général du département. François VAN CAPPEL de PRÉMONT en donne le plan et la reconstitution.

Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu

Il fut reconstruit entre 1816 et 1818. En 1826, lui fut accolée une petite pièce moins haute que la première et qui était destinée au traitement des yeux et des oreilles. Ainsi s’explique le décalage entre les deux parties du toit de la Goccia.

Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu
Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu
Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu

L’eau arrivait par une gargouille en granit dans la salle à la baignoire circulaire carrelée en bleu. Plusieurs marches permettaient de descendre progressivement dans l’eau chaude et de s’asseoir dans le bain.

Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu
Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu

Une partie de l’eau était dirigée dans la partie plus récente par un conduit en maçonnerie. Le long du mur de séparation, un plan, également en granit, avait été creusé pour permettre l’écoulement. Son rebord était percé et permettait d’avoir deux filets d’eau pour asperger les organes affectés et pour remplir des bouteilles.

Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu
Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu

L’eau partait ensuite dans un canal à ciel ouvert qui rejoignait le ruisseau.

L’entrée de la partie fontaine était ouverte ou barrée par une simple barrière, ce qui permettait à chacun de venir librement et gratuitement profiter des bienfaits de l’eau sulfurée.

Les buveurs étaient nombreux.

Heurs et malheurs de la Goccia. 2/3: un bâtiment bien conçu

Alors, pourquoi la Goccia est-elle maintenant abandonnée ?

(à suivre)

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Guagno-les-Bains Tempi fa
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 18:00

Ils ont vraiment l’air d’être heureux de poser pour le photographe, les gens qui sont sur cette vieille carte postale.

Heurs et malheurs de la Goccia. 1/3: où est la Goccia ?

Ils sont bien habillés et se tiennent très droit devant et à côté d’un bâtiment. Deux garçons ont même grimpé sur le toit pour être bien vus.

La carte postale est intitulée «Guagno-les-Bains – Les buveurs à la Goccia». On est donc là à côté de l’arbre récemment vandalisé (voir l’article «On a voulu tuer l’arbre de la Goccia»).

Il déployait alors de grandes branches dont les feuilles fournissaient une ombre bien venue. L’autre arbre qui était alors devant la maison a disparu depuis longtemps, peut-être vers 1950, quand la route a été goudronnée.

Les jeunes de maintenant sont rares à savoir où est la Goccia. L'édifice ne se remarque pas quand on roule un peu vite. La Goccia se trouve sur le bord de la route allant de la chapelle St Antoine à Guagno-les-Bains, peu avant le cimetière. Cette vue aérienne et ce plan de l’IGN, tirés du site Géoportail, permettent de mieux la situer.

La Goccia est dans le cercle rouge tandis que le bleu entoure l’auberge des Deux Sorru et le jaune la chapelle St Antoine.

Heurs et malheurs de la Goccia. 1/3: où est la Goccia ?
Heurs et malheurs de la Goccia. 1/3: où est la Goccia ?

Une autre carte postale ancienne permet de se rendre compte que la Goccia était placée à l’aplomb vertical des ruines de l’ancien hôpital militaire. La végétation était moins fournie qu’aujourd’hui.

Heurs et malheurs de la Goccia. 1/3: où est la Goccia ?
Heurs et malheurs de la Goccia. 1/3: où est la Goccia ?

La Goccia était le lieu où sortait l’eau d’une source qui était différente de celle qui alimentait la station thermale. Suivant les époques et les auteurs, elle s’est appelée «source de St Antoine», «petite source», «degli Occhi» ou «Occhiu», cette dernière dénomination étant la plus souvent utilisée.

 

Quelles étaient les caractéristiques de cette eau ? Que trouvait-on à l’intérieur du bâtiment ? Le prochain article nous l’apprendra.

 

(à suivre)

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Guagno-les-Bains Tempi fa
commenter cet article
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 18:19

Un col est un lieu de passage dans la montagne. Ainsi, le col de Sorru est important pour notre micro-région, qui formait la pieve de Sorru in sù, car il pemet la communication avec Vico, puis avec la côte.

 

Mais l’ancien canton de Soccia ne forme pas un véritable cul-de-sac. Par d’autres passages, on peut joindre le Niolu ou Corte. Quelques kilomètres de route avaient été tracés autrefois mais les travaux s’arrêtèrent par manque d’argent et d’intérêt. Certaines mauvaises langues (mais ce sont des mauvaises langues) disent même que la famille Giacobbi s’y était opposée car son fief de Venaco aurait nui d’une circulation trop importante.

Pour passer de l’autre côté du Tretorre et descendre dans le Cruzzini, il existe des sentiers. Depuis Guagno, on peut passer par le col de Missicella (ou de Messicella) ou celui de Campu d’Occhiu. De Poggiolo, on peut monter à travers la forêt de Libbio.

Missicella, trait d’union entre les villages

Un col peut être un lieu d’affrontement. Dans les légendes corses, Missicella était l’endroit où se battaient les mazzeri de Guagno et de Pastricciola dans la nuit du 31 juillet.

Ce sujet est développé dans l’article « Les légendes de chez nous (4/7): la nuit des mazzeri »

 

Un col est également un lieu de rencontre et d’échange. Missicella l’a été et vient de l’être de nouveau comme le montre l’article publié dans «Corse-Matin» de mercredi 15 juin. Une journée de spuntinu et d’échange de souvenirs (comme sur les « petites messe » qui y furent dites jusqu’en 1923) s’est déroulée dimanche 12 juin entre habitants de Guagno et du Cruzinu.

Le détail peut être lu sur l’article qui est reproduit ci-dessous (cliquer pour l’agrandir).

Missicella, trait d’union entre les villages
Repost 0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

Le calendrier poggiolais

Fête de la Toussaint

Mercredi 1er novembre:

SOCCIA 11h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

ORTO 15h messe Toussaint et bénédiction du cimetière;

GUAGNO Les BAINS 16h30 bénédiction du cimetière

Jeudi 2 novembre:

SOCCIA 11h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

ORTO 15h messe Toussaint et bénédiction du cimetière; 

GUAGNO 11h messe Défunts et bénédiction du cimetière;

POGGIOLO15h messe Défunts et bénédiction du cimetière;

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907