Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:05
Nous l'avions oublié. Nous ne parlions plus de lui. Parfois, quelques notes et quelques mots de ses chansons nous revenaient aux lèvres mais nous avions du mal à tout retrouver et nous ne savions plus qu'elles étaient de lui. Et puis, ça nous semblait ringard. Pourtant, autrefois, nous ne passions pas un jour d'été sans reprendre ses refrains. Et puis, la nouvelle est tombée:

Rocchi1Charles ROCCHI est mort vendredi 5 février à l'hôpital de Corte.

Alors, pour tous ceux de la génération 68 (ceux qui eurent 20 ans autour de 1968), de nombreux souvenirs sont revenus à la surface.
 Vieux souvenirs, souvenirs surtout nocturnes, souvenirs de sopracena plus ou moins avinées aux Trois Chemins, souvenirs de ces sérénades qui rassemblaient parfois des centaines de personnes sous les fenêtres des jeunes mariés, souvenirs de promenades sur la route de Soccia où nous entonnions toutes sortes de chansons. Et, évidemment, souvenir des bals que Charles ROCCHI animait au moins une fois par an au bar tenu alors par Fosca et Félix, ces bals où nos parents venaient nous surveiller alors qu'ils nous laissaient tranquilles quand nous étions chez les DEMARTINI (voir l'article sur
"l'importance d'Antoine").
Pourtant, "Un songe avant l'aurore" et "Le quartier-Maître", nous les connaissions par cœur. Mais il y avait aussi les très nombreuses chansons en corse qui expliquent pourquoi François BUTEAU, ancien de Canta u Populu Corsu, a pu déclarer: "Nous avons perdu l'unRocchi2 des grands serviteurs des chants corses".

Jean-Paul POLETTI a tenu lui aussi à rendre hommage à ce grand artiste sur "Alta frequenza"
Inutile de donner plus de détails sur Charles ROCCHI car de bons articles sont parus dans "Le Figaro" et dans "Corse-Matin".
Pour écouter gratuitement les chansons de Charles ROCCHI, connectez-vous sur le site musicme.com
Pour les vidéos illustrant certaines de ses œuvres, cliquer ICI
Partager cet article
Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:21
Malgré son nom bien continental, M. Pierre PUGET, principal du collège de Vico, tient à montrer que son établissement est bien enraciné dans la micro-région.
Il a ainsi eu l'excellente initiative de publier une carte de vœux de nouvel an avec comme illustrations des cartes postales anciennes de plusieurs des villages liés à ce collège.
Dans le sens des aiguilles d'une montre, autour de la photo du collège: Guagno-les-Bains, Vico, Cargese, Piana, Porto, Sagone, Evisa.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
     voeux P. PugetSite du collège: http://web.ac-corse.fr/clg_borrossi/ 
Partager cet article
Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 22:11

Poggiolo n'existe pas... Voilà ce qu'a décidé le conseil général de Corse-du-Sud, du moins si l'on se réfère à l'article paru dans sa revue trimestrielle  "La voix du Sud, A voci Suttana".
Dans son dernier numéro, en page 3, la rubrique "Retour en arrière, Tempi fà" présente "Les thermes de Guagno-les-Bains" comme une station thermale "située à 8 km du village de Guagno et nichée à 480 m d'altitude".

 

article cons gen

 

Aucune allusion n'est faite sur son appartenance à la commune de Poggiolo.
Pourquoi ne citer que la distance par rapport à Guagno?  D'autres distances pourraient être notées: à 3 km de Poggiolo (le village), à 5 km de Soccia, à 7 km de Murzo, à 11 km de Vico...
 
prince-président
 
Guagno étant seul mentionné, le lecteur  non averti comprend immédiatement que Guagno-les-Bains est dans la commune guagnaise.
Sans vouloir le moins du monde froisser nos voisins guagnais, il est bon de rappeler que le territoire de Guagno-les-Bains est rattaché à Poggiolo depuis la délibération du Conseil Général de Corse du 17 septembre 1850, entérinée par le décret du Prince-Président Louis-Napoléon BONAPARTE en date du 19 septembre 1852 (cliquez sur le document pour pouvoir le lire).
La situation administrative n'a pas changé depuis 158 ans.
Depuis 158 ans, les poteaux indicateurs placés à l'entrée et à la sortie de l'agglomération mentionnent bien l'appartenance à la commune de Poggiolo.
 
entrée Bains
sortie Bains
 
Est-ce la similitude des noms qui a troublé le rédacteur de cette notule?
Avec la même logique, il faudrait rattacher Vico à la ville italienne de Vico Equense.

Trois autres remarques peuvent faire douter du sérieux de ce rédacteur:
1 - la rédaction est tellement ambigüe que l'on comprend que, si Guagno-les-Bains existe, ce n'est qu'un établissement thermal sans maisons ni habitants.
2 - L'altitude de 480 m ne correspond pas non plus à la réalité. Les cartes de l'IGN montrent que la chapelle St Antoine qui domine le village est à 481 m, que l'établissement thermal est à 450 m et que le pont qui enjambe la rivière est à 425 m.

 

altitude Bains

 

 
3 - Enfin, plus surprenant dans une publication du Conseil général, on apprend que la station thermale lui appartient depuis 1925 ! Or, le département fit construire le bâtiment entre 1821 et 1823. Ce n'est peut-être qu'une coquille à la place de la date de 1825 mais qui démontre encore la légèreté avec laquelle la rédaction a été faite.

Nous espérons que les responsables de cette publication rectifieront ces erreurs qui font très mauvais effet à quelques semaines des élections territoriales.
Nous ne doutons pas que Angèle PINELLI, le maire de Poggiolo, et François COLONNA, le conseiller général des Deux Sorrù, auront à cœur d'agir pour ces rectifications. 
Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 19:19
Février sera chargé. Voilà ce que les abonnés à "INSEME" ont dû penser en recevant leur mensuel favori.
Le numéro de février 2010 est très dense et annonce de nombreux événements.
Dans l'éditorial de première page, la coupure de courant du début janvier est le prétexte à une réflexion sur l'importance du contact humain.
02:p1.jpg
La deuxième page est réservée aux annonces de célébrations. N'oublions pas que la fête de saint Siméon a lieu en février.
Le billet spirituel de la troisième page rappelle les coutumes corses de la Chandeleur.
Fabienne DAULL, médecin et théologienne, répond aux questions de Pascale CHAUVEAU, à propos de sa conférence sur la bioéthique prévue le 6 février au couvent Saint François. (pages 4, 5 et 6)
En page 7, est présentée la formation catéchétique pour adultes qui se composera de trois dimanches de formation au couvent de Vico.
La rubrique "Infos-Echos" comprend des notes sur "La musique à l'école" dans le canton, "Le polar corse", "La vie associative" et le "rallye du pays ajaccien".
La page 11 est entièrement consacrée à la catastrophe de Haïti et à l'initiative de solidarité de A Cunfraternita di u Padre Albini.
La dernière page donne le calendrier des activités diverses prévues en février par diverses associations de Sorru in Sù.

La lecture de ces pages se fait sur le site de "INSEME" à l'adresse:
La rubrique "N'oubliez pas le calendrier" de notre blog (colonne de droite)
tient compte des informations recueillies dans ce bulletin.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 23:06
Pour terminer le mois de janvier, une soirée pulenda a été organisée à Soccia samedi 30, à l'initiative du comité des fêtes toujours entraîné par le dynamique Antoine CHITI. 120 personnes se sont rassemblées à la salle de la mairie dans une excellente ambiance.

Les jeunes ont joué des muscles pour tourner la farine de chataîgnes.

pulenda a soccia 020

pulenda a soccia 022
On n'a pas oublié de griller de nombreux figatelli.
pulenda a soccia 023
Toutes les générations se sont régalées.
pulenda a soccia 030


pulenda a soccia 032

(merci à Marie-Do pour ses photos et la célérité de son envoi)


 

 

Après Vico (le 23 janvier) et Soccia, la ronde des pulendas continuera dans un mois avec Poggiolo.  Nous espérons avoir de nombreuses images à montrer à cette occasion.

En attendant, il est possible de se remémorer la recette de la pulenda poggiolaise avec le film réalisé cet été par Hervé CALDERONI avec l'aide de Jean-Silius PAOLI.                
Cliquez sur l'image.

polenta Silius

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 23:05
sc00000fd4
L'exposition des romans policiers devait se terminer samedi.
Devant l'intérêt qu'elle suscite, elle va continuer jusqu'au 13 février, toujours avec les mêmes horaires: de 10 h à 12 h et de 16 à 20 h, sauf le mercredi, à la bibliothèque, voisine de la mairie de Poggiolo.
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 23:25
Dimanche 7 février, aura lieu la 24ème édition d'A Tumbera à Renno.

Créée en 1986, cette foire a pour ambition de promouvoir et de transmettre les savoir- faire de la charcuterie traditionnelle. Chaque année, les visiteurs peuvent retrouver le goût authentique des produits consommés pendant la période d’abattage.

A Tumbera di Rennu propose, dans une ambiance chaleureuse, autour d’un repas pris dans la salle des fêtes du village, des animations qui attirent de nombreux visiteurs, producteurs et artisans.
Le programme de l'édition 2010:
- 10 h 30: messe à la chapelle St Roch
- 11 h: démonstration de cuisine par "Cucina corsa"
- midi: repas traditionnel (pulenta géante avec brocciu et figatelli) dans la salle municipale

- 14 h 30: découpe du porc et mise aux enchères des morceaux
Animation musicale permanente.
Voilà l’occasion pour les éleveurs-charcutiers de la région de démontrer leur savoir-faire. Et pour les visiteurs de faire provision de fameuses charcuteries régionales.
Renseignements:
Comité de Foire A Tumbera
Mairie – 20160 Renno
Tel : 04.95.26.65.35
Fax : 04.95.26.63.42

Pourquoi la foire a-t-elle lieu à cette date et pourquoi ce nom?
L’intitulé de la foire, «A Tumbera», désigne la période d’abattage qui couvre traditionnellement de la fin de l’automne à l’hiver.
Sur son site "cuisine et tradition corse" hébergé par le GIE Taravo, Félicienne Ricciardi-Bartoli, qui a écrit plusieurs livres sur le sujet, donne de précieux renseignements que nous reproduisons ici. Ils correspondent bien à ce qui se passait à Poggiolo comme ailleurs.

foire de rennoDans toute l'Europe chrétienne, la fin du carême de l'Avent signe la reprise de l'alimentation carnée, selon des modalités, qui pour être diverses, n'en ont pas moins un caractère obligé.
La Tumbera se faisait la veille ou quelques jours avant Noël. Dans un passé récent, on célébrait encore, dans la plupart des villages, la fête traditionnelle de la tuaison du cochon, chair indubitablement chrétienne, car interdite aux juifs et aux musulmans.
La coutume fixait les règles informelles de cette tuerie. Voisins et parents s'entendaient pour échelonner la mise à mort., chacun se rendant chez l'autre à tour de rôle. La bête était tuée et découpée par les hommes, les entrailles préparées par les femmes. Il fallait se réunir et s'entraider pour terminer rapidement les parties altérables. L'abattage était rapidement suivi par la préparation des abats et du sang. Suivaient ensuite les diverses autres charcuteries.
Avec les cuisses et les épaules du porc, on fait les jambons «i prisutti». Les filets de devant donnent «i lonzi», ceux de l'échine «a coppa». La poitrine «a panzetta», le cou «a guletta»,  la bajoue «a gulagna" comme les autres charcuteries sont salées, séchées et fumées.
Le foie du porc n'est pas transformé en pâté comme cela se fait ailleurs, mais se conserve sous forme de saucisses salées et fumés, tels que les figatelli, ou fittoni. Le Gialaticciu, après cuisson, peut se conserver quelque temps dans du saindoux.
Tripes, boudins et pâté de tête doivent être consommés rapidement.
Une partie du lard est transformé en saindoux «ou struttu». Avec l'enveloppe graisseuse des rognons et du péritoine, on obtient «l'asciunga», une graisse plus fine employée dans la pâtisserie.
Rompant le carême, les boudins, les figatelli et le ghialaticciu étaient consommés après la Vigile de Noël. Avant cette date, toute nourriture carnée étant jadis prohibée :

"A chi manghia carne
a vigilia di Natali
corpu di lupu
è anima di cane".






Partager cet article
Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 00:03

L'Association Sportive de Soccia avait été créée en 1987 pour participer aux compétitions de football. Après une dizaine d'années de compétition, l'AS Soccia s'était retirée des compétitions officielles.
En 2007, une nouvelle génération de jeunes Socciais a voulu redonner un nouvel essor à l'Association en se réinscrivant en compétition officielle à partir de la saison 2008 - 2009 sous le nom de Associu Spurtivu di a Soccia.as soccia janvier 2010

La saison actuelle (2009-2010) est particulièrement difficile pour l'équipe de nos voisins. Sur 11 matchs joués en promotion d'honneur, 4 ont été gagnés, 1 nul et 6 perdus.

Samedi 23 janvier, ce fut un match catastrophe contre les Portugais: Soccia perd 4 à 1 et perd un de ses joueurs, Jean Philippe MELCHIO (grave blessure fracture de la cheville, opéré le soir même à l'hôpital).
Mais, dès le lundi 25 janvier, Soccia gagne 4 à 1 contre Afa avec une équipe décimée par une cascade de forfaits.
Les Socciais ont encore des ressources!
Tous les habitants et amis de Sorru in Sù peuvent encore les encourager et surtout envoyer des messages de soutien pour Jean-Philippe qui s'est gravement blessé contre les Portugais.
Pour cela, allez sur le site du club:
http://www.as-soccia.com/
Choisissez la rubrique "Nous contacter" ou consultez "Vos réactions".
Ce site est d'excellente qualité. Il fournit un résumé extrêmement détaillé de chaque match. Il est aussi une mine de renseignements historiques car il présente de nombreuses photos des diverses équipes socciaises de tous âges, y compris celles des fameux affrontements mariés-célibataires.

P.S.: Pour avoir une idée de l'époque quasi-préhistorique du football à Poggiolo (1966 et 1969), il existe le film "Allez Poggiolo!" qui peut être visionné à l'adresse:
http://www.dailymotion.com/video/x3vbhe_allez-poggiolo_sport

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 23:01
Depuis Noël, les occasions de se retrouver pour bien manger semblent se multiplier. Des pulentas sont organisées dans plusieurs villages: le 23, c'était à Vico; le 30, ce sera à Soccia (voir le calendrier, colonne de droite). Très bientôt, le temps des crêpes arrivera. Dimanche 7 février, aura lieu la 24ème édition d'A Tumbera, la foire de la charcuterie, à Renno.
   Dans cet ordre d'idée, le blog de Cuisine en fête de tatie boulette (déjà cité) propose, dans un article daté de samedi 23 janvier, cette photo qui paraît bien succulente. 

fiadone

Vous reconnaissez un fiadone dont notre amie des Bouches-du-Rhône donne la recette en cliquant ICI.
 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 23:09
    Il a pu paraître curieux que, voici une semaine, des cérémonies aient été célébrées, comme à Guagno-les-Bains, pour un saint Antoine que l'Eglise officielle a mis de côté (voir l'article du 14 janvier). 
    Mais il ne faut pas oublier l'importance qu'il avait pour la société agro-pastorale que la Corsebénédiction cochons a longtemps été.
    Ce saint, souvent représenté habillé de la robe à capuchon des moines, est pratiquement toujours accompagné d'un cochon car il guérit un jour le petit malformé d'une truie par un simple signe de croix. Il était donc souvent invoqué pour guérir les animaux et dans certains villages le curé allait jusqu'à bénir les troupeaux.
    Certains historiens, plus prosaïques, prétendent bien que les monastères antonins élevaient des porcs qui se distinguaient par leur clochette (autre attribut de saint Antoine). Mais faut-il les croire?
    D'autre part, plusieurs dictons mentionnaient ce saint car sa fête de la mi-janvier coïncidait avec certains moments du calendrier agricole. En voici trois. Peut-être peuvent-ils encore servir...


1 - Sant'Antone
Di mezu ghjennaghjuSt-Antoine-Abbe
Stacca l'gnellu
E face u casgiu.
(Saint Antoine
De la mi-janvier
Sépare l'agneau

Et fait le fromage.)


2 - In Sant'Antone
Di mezu ghjennaghju
Luce u sole
Per ogni vallaghju.
(A la Saint-Antoine
De la mi-janvier
Le soleil brille
Dans tous les vallons.)


3 - In Sant'Antone
Di mezu ghjennaghju
Ghjunghje u sole
In ogni ghjallinaghju.
(A la Saint-Antoine
De la mi-janvier
Le soleil arrive
Sur chaque poulailler.)

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907